Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les langues savantes

 | 
Xavier Lafon

Les mots pour démolir : les instruments discursifs et les schèmes cognitifs de l’action publique sur et par l’espace

Philippe Genestier et Claudine Jacquenod-Desforges

Résumé

Comment, au cours des dix dernières années, en est-on venu à appliquer une politique de « rénovation urbaine » consistant à démolir massivement des immeubles HLM, alors que dans le même temps la pénurie de logements pour les populations modestes ne cessait de s’accroître ? Les réalités de terrain (dégradation du bâti, obsolescence urbanistique, marginalité des quartiers) n’expliquant pas réellement les choix qui ont été faits par les pouvoirs publics en la matière, ce texte s’efforce de montrer que la réponse à cette énigme se trouve dans l’examen des cadres cognitifs et des instruments discursifs qui ont été engagés pour appréhender ces quartiers. Ainsi, ce sont les catégories de désignation, les schèmes de raisonnement et l’appareillage conceptuel des sciences sociales contemporaines qui, en amalgamant les réalités sociales et spatiales, ont prédéfini et formaté le type d’actions ressenties comme nécessaires et efficaces par les acteurs publics.

Entrées d'index

Texte intégral

1La démolition des grands ensembles de logements sociaux : bon sens ou absurdité ? Le sens commun hésite, tiraillé entre une conception des cités HLM faisant de celles-ci des repoussoirs, des résidences indignes, pathogènes, dont la démolition serait nécessaire et salutaire, et une conception opposée qui s’inquiète, voire s’offusque de la destruction de logements abordables aux plus défavorisés, d’autant plus précieux que l’on vit une crise du logement ne cessant de s’accroître en une période où la pauvreté et la précarité progressent.

2Entre ces deux perceptions, également fondées, il n’y a pourtant pas de discussion : depuis 15 ans, c’est la première qui a triomphé, et depuis 2003, la France a mis en place le Programme National de Rénovation Urbaine, prévoyant de démolir 250 000 logements sociaux dans le cadre d’opérations dont le coût s’élève au total à 44 milliards d’euros. Pourquoi cette perception s’est-elle imposée au détriment de la perception opposée ?

3Le PNRU est largement analysé par la sociologie urbaine et par la science politique. Ainsi sait-on tout (ou presque) sur les intérêts en jeu, sur les processus institutionnels de décision, et même sur les répercussions (voulues ou pas) des mesures prises par les pouvoirs publics en faveur (ou à l’encontre) des cités HLM.

4En revanche, on sait moins de choses sur un aspect pourtant fondamental de cette politique publique : celui du cadre épistémologique et idéologique qui préside à sa conception et celui de la signification que les acteurs attribuent à leur action. En effet, la rénovation urbaine reste énigmatique, tant elle paraît à la fois paradoxale et paroxystique, d’une part, parce qu’au cours des décennies précédentes ces logements aujourd’hui détruits avaient bénéficié de plusieurs campagnes de réhabilitation (réparation, remise aux normes) et, d’autre part, parce qu’ils sont souvent localisés au sein d’agglomérations urbaines où les logements accessibles aux plus pauvres manquent cruellement. L’énigme concerne particulièrement ce que doivent postuler et présupposer les acteurs de ces démolitions et réaménagements pour qu’une action de ce type et de cette ampleur puisse être conçue, justifiée et réalisée. Autrement dit, quelles représentations et quelles valeurs ont dû s’imposer pour qu’ait lieu cette destruction massive de logements sociaux ?

5Ce texte tente, par une analyse de discours relatifs à la politique nationale de démolition des grands ensembles HLM, de mettre au jour les procédés discursifs et les schèmes de pensée qui conduisent à appréhender le malaise social en termes spatiaux, au point de concevoir les actions publiques devant y porter remède, elles aussi, en termes spatiaux.

  • 2 P. Bacot et S. Rémi-Giraud, 2007.
  • 3 G. Lakoff et M. Johnson, 1985.

6Ainsi, les « mots de l’espace »2 servant à exprimer les malaises sociaux (« exclusion », « marginalisation », « relégation »), les métaphores conceptuelles3 structurant nos façons de décrire la ville (« tissu urbain », « maillage viaire »), les métonymies (« quartiers », « banlieue »), les syllepses (« urbanité », « espace public »), les paronomases (« lieu et lien », « social et spatial », « urbain et humain »), les étymologismes (« cité », « civilité », « citoyenneté ») sont quelques-uns des instruments discursifs par le truchement desquels l’action publique fabrique ses thématiques, élabore ses problématiques et trouve des solutions plausibles aux problèmes ainsi posés.

  • 4 Selon cette pensée, l’espace physique serait un inducteur social, de sorte que les pouvoirs publics (...)

7Ces expressions spatialisantes ne sont pas, en effet, que des procédés stylistiques : elles fonctionnent également comme des concepts opératoires qui acquièrent une puissance d’action dans un contexte épistémologique particulier qui les accrédite et les renforce. Ce contexte, qui s’est imposé dans le monde des sciences sociales françaises actuel, nous pourrions le qualifier de manière schématique de « mésoscopique » (échelle de lecture du réel se situant entre l’échelle macroscopique propre au structuro-fonctionnalisme et celle, microscopique, de l’individualisme méthodologique). L’analyste qui appréhende le réel à l’échelle mésoscopique tient de facto compte de la dimension spatiale de ce dernier et considère pleinement (bien que de manière variable selon les écoles de pensée et les disciplines) le facteur environnemental. En cela, cette échelle de lecture contraste avec celles qui, hier, étaient dominantes. En effet, les échelles macroscopique et microscopique, bien qu’opposées, étaient quant à elles identiquement indifférentes à l’espace. De plus, la prise en compte de la spatialité des phénomènes sociaux par la grille actuelle d’appréhension et de compréhension (plus que d’explication) du réel sous-tend une démarche technico-politique qui attribue à l’espace physique une capacité à déterminer, soit matériellement, soit symboliquement, l’identité et le comportement de ceux qui l’habitent. Dès lors, la lecture mésoscopique fait de l’espace physique un actant. Ainsi, parle-t-on aujourd’hui d’« effet de quartier » dans les banlieues pour évoquer ce dont sont victimes certains de leurs habitants, ce qui s’exprime en termes de ségrégation et de stigmatisation. On assisterait donc actuellement à la domination, sur le plan cognitif et épistémique, d’un discours porteur de représentations spatialisantes qui se prolongent sur le plan pratique et politique par une pensée de nature spatialiste.4

8Dans ce texte, nous explorons donc en deux temps la prégnance de quelques catégories de désignation et de qualification spatialisantes. Nous examinerons d’abord la manière dont ces catégories sont inscrites dans le lexique utilisé, tant pour énoncer des questions sociales que pour appliquer des schèmes d’inférence en vue de concevoir une action publique sur l’espace (action architecturale et urbanistique). Puis nous replacerons ce complexe de présupposés et de stéréotypes portés par le lexique et la rhétorique en vigueur dans la grille de lecture (la « vision du monde », l’« épistémè »… selon la façon dont on veut la nommer) qui confère sa plausibilité, sa crédibilité et son acceptabilité aux catégories de pensée régissant l’action. Autrement dit, il s’agit pour nous d’analyser comment et pourquoi l’action publique sur et dans l’espace est censée avoir un caractère socialement opératoire et efficient, au point que l’on puisse parler d’« action par l’espace ». Il s’agit ainsi de lire l’enchaînement qui conduit les pouvoirs publics, à partir du moment où ils considèrent l’espace physique comme un inducteur social, à y voir également un instrument privilégié d’intervention.

9Les matériaux empiriques employés seront extraits de textes (discours gouvernementaux, articles de presse généraliste et spécialisée…) collectés dans le cadre d’une recherche réalisée de 2010 à 2013 pour le compte de l’Agence Nationale de la Recherche, intitulée « La démolition dans les grands ensembles : un effet paroxystique des attentes et attendus en matière d’Espace » (dont le responsable scientifique était P. Genestier).

Les instruments discursifs créant une confusion entre le spatial et le social

10Le discours de la rénovation urbaine se caractérise par des confusions constantes entre deux registres référentiels : celui du social et celui du spatial.

11Sur le plan lexical, on observe que les promoteurs de la rénovation urbaine conçoivent la ville comme une entité devant rassembler une population dans son intégralité. Pour en décrire les dysfonctionnements, ils opposent en effet les termes exprimant une idée d’exclusion (« marginalité », « isolement », « relégation ») à ceux exprimant une idée d’inclusion (« réinsertion », « intégration », « accès à l’emploi / aux soins / aux services ») :

  • 5 Christine Boutin, Ministre du Logement et de la Ville, Réunion plénière du conseil national de lutt (...)

« Il s’agit de prendre conscience qu’humainement, socialement, il n’est plus possible de laisser des gens au ban de notre société. En cela, la lutte contre l’Exclusion sociale et la Pauvreté est un sujet politique majeur. Nous ressentons tous, dans la population, une forme de démobilisation généralisée, une désaffection émotionnelle vis-à-vis des plus pauvres. Ces derniers peuvent bien souffrir, un mur invisible, aussi étanche qu’une vitre d’aquarium semble les séparer du reste de la communauté humaine. Ils survivent tant bien que mal sous notre œil apathique dans le « ghetto » de l’exclusion. La séparation et la relégation prévalent. En cela, le terme même d’« exclus » me déplaît. Je le trouve lourd de conséquences, d’enfermements… »5

12Vue sous cet angle, la rénovation urbaine a pour mission la réintégration des exclus dans la ville, que ce soit dans un objectif humaniste ou politique :

  • 6 Frédéric Winter, « Chroniques de la rénovation urbaine », Urbanisme, septembre 2010.

« Avec la rénovation urbaine, c’est finalement la première fois dans l’histoire de la politique de la Ville que l’on aborde sérieusement la mutation physique des quartiers sensibles et la contribution qu’elle apporte au bien-être et à l’image de ses résidents. On peut rétorquer que l’on s’attache au territoire et pas assez aux gens qui l’habitent. Que cette rénovation ne serait finalement qu’un « cache-misère ». Mais lorsque vous habitez une architecture qui vous indique votre place sociale de relégués, est-ce « criminel », comme certains l’ont exprimé, d’investir des millions pour permettre de vivre dans un cadre qui offre de vivre communément « en ville » et pas dans ce qui est devenu un « désigne-misère » ? »6

  • 7 « Davantage d’argent pour réhabiliter les banlieues », Le Figaro, 23 mai 2006.

« Pour le ministre de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement [Jean-Louis Borloo], ce dossier [le financement de la rénovation urbaine] est prioritaire. Il l’a rappelé hier : « Il s’agit d’extraire le poison de la ségrégation sociale et territoriale […] Il y a là tous les fondements du délitement républicain. Nous entrerons en 2007 avec le sentiment que notre pays est en train de le traiter. »7

13C’est pourquoi les opérations de rénovation urbaine sont si souvent décrites comme des actions de « désenclavement » de quartiers jugés trop isolés du reste de la ville et, particulièrement, du centre-ville. Ainsi peut-on lire dans des prospectus municipaux pour des projets de réaménagement à Vaulx-en-Velin :

  • 8 Dépliant « Le cœur de ville grandit », ANRU, Grand Lyon, Vaulx-en-Velin, mars 2010.

« La réalisation de ces projets accentuera le dynamisme du centre-ville et renforcera par ailleurs son rôle fédérateur grâce à de nouvelles liaisons et à une continuité urbaine vers plusieurs quartiers de la ville. »8

  • 9 Dépliant « Les projets par quartiers, Vernay-Verchères, La rénovation urbaine du quartier », ANRU, (...)

Le réaménagement de l’avenue Salvador Allende se poursuit (…) L’objectif est de donner à cette avenue un profil plus citadin et de faciliter les liaisons avec les quartiers environnants. »9

  • 10 Métaphore : figure sémantique reposant sur un rapport d’analogie entre l’objet désigné par le sens (...)
  • 11 G. Lakoff et M. Johnson, op. cit.

14À cet égard, la figure métaphorique10 du tissu est partout présente dans le discours de la rénovation urbaine pour évoquer l’idée du lien. Il s’agit d’une métaphore conceptuelle11 structurant notre conception de la ville et, plus largement, des territoires urbanisés. Dans cet univers sémantique, on rencontre des expressions comme « tissu urbain », « maillage viaire » ou « franges urbaines », ainsi que le substantif « trame », notamment dans des syntagmes plus ou moins figés comme « trame viaire », « trame verte » ou « trame bleue ». De même, l’on parlera par exemple de « recoudre l’urbain », de « remailler le quartier », de « tisser des liens » entre les différentes parties d’une ville :

  • 12 Dépliant « Vaulx-en-Velin, Centre Ville / Quartiers Est », Assemblée générale du quartier du 10 jui (...)

« Le SCOT [schéma de cohérence territoriale] identifie les quartiers Est […] comme des lieux privilégiés de renouvellement urbain […] et fixe comme orientation sur ces territoires […] un élargissement du processus de renouvellement urbain permettant de mieux relier ces quartiers au tissu urbain et d’affirmer leur capacité à conjuguer qualité et intensité urbaine. »12

  • 13 Dépliant « Vaulx-en-Velin, Centre Ville / Quartiers Est », op. cit.

15« Sur les quartiers Est, trois objectifs majeurs […] sont à réaffirmer : organiser les continuités piétonnes afin de permettre les déplacements dans le cœur des quartiers et vers les autres territoires de la ville, construire un maillage de voies afin de désenclaver les quartiers et les ouvrir vers l’extérieur, et enfin améliorer les espaces extérieurs pour une meilleure qualité de vie. »13

  • 14 Ce type de métaphore peut également contribuer à produire des effets spatialisants, notamment avec (...)

16L’analogie sous-jacente entre une ville (le thème) et un ensemble de fils qui s’entrecroisent (le phore) est fondée sur l’idée que les différentes parties d’une ville doivent être reliées les unes aux autres, autrement dit, idéalement, une ville doit constituer un ensemble cohésif14. L’idée qui sous-tend ce postulat aménagiste est que relier les quartiers les uns aux autres ne peut que faciliter les relations entre leurs habitants.

17C’est pourquoi il est si souvent question de « recomposer », « restructurer », « redistribuer », « reconfigurer » l’« urbain » ou l’« espace public » de manière à le « réinsérer » dans « la trame viaire environnante » ou « le fonctionnement d’ensemble de la ville ».

  • 15 Métonymie : figure sémantique reposant sur un rapport de contiguïté entre l’objet désigné par le se (...)
  • 16 Synecdoque : figure sémantique reposant sur un rapport d’inclusion entre l’objet désigné par le sen (...)
  • 17 Syllepse : figure sémantique reposant sur un rapport de simultanéité entre un sens propre et un sen (...)
  • 18 Zeugme : figure syntaxique associant des éléments hétérogènes (concrets et abstraits par exemple) a (...)

18L’emploi généralisé d’autres figures de rhétorique telles que les métonymies15, synecdoques16, syllepses17 et zeugmes18 contribue à amalgamer le social et le spatial.

19Ces figures opèrent en effet une confusion entre, d’une part, les thématiques spatiales portant sur des lieux urbains jugés défectueux et, d’autre part, les thématiques sociales, à savoir le mode de vie de leurs habitants, en sous-entendant que ce mode de vie est influencé par les caractéristiques de leur lieu de résidence.

201er exemple :

  • 19 Marie-Noëlle Lienemann, secrétaire d’État au logement, Congrès UNSFA - Marseille, 5 octobre 2001.

« Il ne s’agit pas de faire de la réparation, il s’agit de casser les ghettos, c’est-à-dire […] de recomposer dans ces quartiers une vie normale de ville, dans un esprit de mixité sociale… »19

  • 20 L’expression « casser les ghettos » est une formule forgée par Marie-Noëlle Lienemann pour qui, typ (...)

21Dans ce contexte, la syllepse du ghetto peut référer simultanément à un quartier isolé qu’il s’agit de réintégrer – au sens propre – dans une ville par un acte concret de démolition (d’où l’emploi du verbe « casser »20) et à une communauté isolée qu’il s’agit de réintégrer – métaphoriquement – dans une population plus vaste. Autrement dit, pour Marie-Noëlle Lienemann, il semble que favoriser l’émergence d’une « vie normale » en ville suppose des actions de réaménagement urbain visant à désenclaver des quartiers jugés trop isolés.

222e exemple :

  • 21 Claude Bartolone, ministre délégué à la Ville, Démolition de la tour 5, Tarterêts, Corbeil-Essonnes (...)

« L’objectif de ce programme est clair : la transformation profonde des quartiers les plus en difficulté de notre pays… »21

  • 22 Ce zeugme est structuré de la façon suivante : nom désignant une action urbanistique + nom désignan (...)

23Le syntagme nominal « transformation profonde des quartiers les plus en difficulté » correspond à un zeugme22 associant le sens propre du terme « quartiers » (« partie de ville en tant que lieu ») à son sens figuré (« habitants vivant dans cette partie de ville »). En effet, dans un contexte urbanistique, on parle généralement de « transformation » pour désigner des actions portant sur des lieux, alors que la locution adjectivale « en difficulté » qualifie plutôt des situations humaines. Si Claude Bartolone avait voulu aborder une thématique spécifiquement urbanistique, il aurait parlé des « quartiers les plus dégradés », par exemple, car l’adjectif « dégradé » peut qualifier des objets architecturaux ou urbanistiques selon l’usage ordinaire de la langue française. Le zeugme crée ici implicitement une confusion entre action exercée sur le quartier en tant que lieu et action exercée sur la population habitant ce quartier.

24Dans le discours de la rénovation urbaine, le mot « quartiers » (au pluriel) constitue sans doute l’une des métonymies les plus courantes. Ce mot est en effet fréquemment associé à des qualificatifs dont l’univers sémantique relève de l’humain et/ou du social, tels que : » difficiles », « sensibles », « fragiles », « vulnérables », « malades », « déshérités », « défavorisés ». Cela signifie entre autres que les problèmes sociaux sont appréhendés au travers des lieux plutôt qu’au travers des personnes.

25Ce type de métonymies nous amène à percevoir les habitants des quartiers de grands ensembles comme des populations spécifiques et homogènes, dont tous les membres partageraient les mêmes caractéristiques sociales et, par là même, les mêmes besoins, du seul fait qu’ils résident au sein du même environnement urbain23. Réaménager l’ensemble d’un quartier est donc censé résoudre indifféremment les problèmes sociaux de tous ses habitants. Selon P. Genestier, « la pensée métonymique, par subsomption, stipule que le partage d’une même localisation constitue un facteur unificateur et identificateur » des populations qui y vivent. D’autre part, précise-t-il, « les figures métonymiques « ville », « cité », « quartier » procèdent par hypostase car elles saisissent le réel au travers de ses manifestations spatiales, c’est-à-dire tangibles, visibles et lisibles, voire médiatiquement représentables, tout en postulant la force d’homogénéisation du lieu de résidence »24.

26Ces confusions entre le social et le spatial sont parfois renforcées par des paronomases qui, en rapprochant des termes qui se ressemblent sur le plan phonétique, donnent faussement l’impression qu’ils sont unis sémantiquement (ex. : « lieu » et « lien », « social » et « spatial », « humain et urbain ») :

  • 25 « Le Smoke ne partira pas en fumée », L’Humanité, 26 octobre 2007.

« Pour nous tous, ce lieu est un facteur essentiel du lien social dans nos rues. »25

  • 26 L’étymologisme consiste à utiliser « une racine étymologique commune comme raison suffisante pour é (...)

27De même, il est fréquent que des jeux de mots fondés sur des étymologismes mettent en relation des objets spatiaux et des groupes sociaux, comme « les cités » au sens d’agglomérations d’immeubles et « la cité » au sens de communauté politique, et avec d’autres termes d’origine commune comme « civilisation », « citoyenneté » ou « civilité »26 :

  • 27 « 2007. Ce qui doit changer. Dossier. Des villes plus conviviales », La Croix, 13 mars 2007.

« Notre civilisation est bel et bien devenue celle de la cité. »27

  • 28 M. Dufour, 2008.

28Sur le plan du raisonnement argumentatif, des confusions entre le social et le spatial apparaissent dans la façon dont les promoteurs de la rénovation urbaine présentent leurs arguments, laissant entrevoir le caractère illusoire des inférences28 qui sous-tendent leurs raisonnements.

29Examinons à cet égard le discours de Gérard Bonhomet, adjoint à l’urbanisme et à l’habitat à Garges-lès-Gonesse. Pour cet élu, il est évident que les grands ensembles génèrent de l’insécurité, contrairement aux « petits immeubles résidentialisés », et c’est pourquoi il se félicite de leur démolition :

  • 29 Interview de Gérard Bonhomet, « Garges-lès-Gonesse. La rénovation de la Muette attire de nouveaux h (...)

« Débuté en 2005 avec la démolition des premiers logements, pour arriver à 539 à ce jour sur les 998 existant au départ, le programme a déjà singulièrement changé la physionomie du quartier, « il y a cinq ans encore véritable zone de non-droit, mais où aujourd’hui les gens, relogés dans de petits immeubles résidentialisés tout neufs de trois ou quatre étages maximum, ont retrouvé la sécurité et le plaisir d’échanger » précise l’élu. »29

  • 30 Selon ce modèle, un discours argumentatif pleinement développé se structure en cinq composantes fon (...)

30En nous inspirant du modèle de S. Toulmin (1958)30, nous analysons l’argumentation de cet élu de la manière suivante :

31– prémisse 1 : l’insécurité régnait dans le grand ensemble dont la démolition a été entreprise ;

32– prémisse 2 : l’insécurité ne règne pas dans les petits immeubles résidentialisés qui remplacent les logements démolis du grand ensemble ;

33– loi d’inférence : le grand ensemble est générateur d’insécurité ;

34– conclusion : la rénovation urbaine permet de résoudre le problème de l’insécurité en remplaçant les grands ensembles par de petits immeubles résidentialisés.

35Cette argumentation comporte ce que nous appelons un « saut inférentiel » fondé sur une confusion de causalités, plus précisément, sur une confusion entre les effets des caractéristiques architecturales de l’habitat et ceux, probablement plus prégnants, des caractéristiques psychosociales des habitants.

36Nombre d’argumentations de ce type renvoient en fait à des raisonnements abductifs, où une simple corrélation vaut pour une relation de cause à effet :

37– prémisse 1 : l’insécurité règne dans tel ou tel quartier ;

38– prémisse 2 : ce quartier comporte des grands ensembles ;

39– conclusion : cette insécurité est due à la présence de grands ensembles.

40Plus spécifiquement, le discours de la rénovation urbaine met en avant des notions qui sont présentées comme des valeurs morales, censées fédérer l’ensemble des habitants, telles que l’« urbanité », le « vivre ensemble » et le « civisme ». Ces valeurs se rapportent à des normes comportementales, à un « savoir être » social et sont constitutives du mode de vie idéal prôné par la puissance publique en France aujourd’hui. Elles se reflètent dans l’image du cadre urbain décrit par les discours de la rénovation urbaine comme étant propice à l’épanouissement de ce mode de vie : démolition des barres et des tours (jugées « pathogènes »), reconstruction de petits immeubles « résidentialisés », réaménagement de rues pour mieux circuler et de places pour mieux se rencontrer…

41Les argumentations déployées par le discours de la rénovation urbaine sont généralement fondées sur des inférences fallacieuses ou, du moins, illusoires, reposant sur des confusions entre bénéficiaires de l’action de rénovation urbaine, entre causalités expliquant une situation défectueuse et, conséquemment, entre catégories d’objets sur lesquels porte l’action correctrice, entre univers de référence constituant le cadre de l’action, entre aspirations attribuées aux destinataires de l’action et aspirations des promoteurs de cette action.

42Ces amalgames sont tellement ancrés dans les esprits que les discours des promoteurs de la rénovation urbaine en deviennent parfois même incohérents :

« Le constat sur le quartier des Vernay-Verchères est catégorique et partagé par tous les partenaires : son enclavement entre la rue Maurice Audin et les avenues Paul-Marcellin et Salvador Allende empêche son ouverture vers le Centre-Ville et le Village, tandis que sa vie en cœur de quartier est entravée par des impasses, une circulation difficile et des passages collectifs sous les bâtiments. Le quartier est, de plus, fragilisé par des situations sociales alarmantes : 40 % de chômage chez les 16-24 ans, 33 % de familles monoparentales…

Il devenait donc urgent que les habitants des Vernay-Verchères se rendent compte que leur quartier [comme d’autres de Vaulx-en-Velin] allait aussi se transformer grâce à trois orientations majeures : ouvrir le quartier sur la ville, améliorer le cadre de vie des habitants et améliorer les circulations dans le cœur du quartier.

  • 31 Dépliant « Les projets par quartiers, Vernay-Verchères, La rénovation urbaine du quartier », ANRU, (...)

Si nous savons, malheureusement, que ce projet urbain ne résoudra pas les situations sociales et économiques de certains habitants, nous sommes convaincus qu’il sera la première étape vers une amélioration de leurs conditions de vie. »31

43C’est ainsi qu’à Vaulx-en-Velin, une promesse de réaménagement d’un quartier est énoncée en réponse à l’évocation des problèmes sociaux qui y règnent.

44Sur un autre volet du dépliant est indiqué le « coût total » de ce projet d’aménagement : » 8 036 000 € TTC ». Dès lors, on peut s’interroger sur la nature du message envoyé aux habitants dans ce prospectus : il s’agit probablement de leur transmettre l’idée que les pouvoirs publics font des efforts importants pour améliorer le cadre bâti de leur vie quotidienne, le revers de la médaille étant que ces habitants pourraient s’offusquer du fait que de si grosses dépenses soient réalisées dans ce seul but.

45Force est de reconnaître que modifier une forme urbaine est à la fois plus facile, plus immédiat et politiquement plus visible que chercher à améliorer la condition sociale des habitants des grands ensembles, ce qui reviendrait à vouloir lutter contre la pauvreté, la crise économique, le chômage, les déficiences éducatives et, plus problématiquement encore sur le plan politique, à se poser des questions d’ordre ethnique, etc.

46Notre hypothèse est que l’engouement des pouvoirs publics pour une rhétorique de la « normalisation urbaine » constitue une réponse à la panique morale engendrée par la montée de leur impuissance face à l’ampleur des problèmes sociaux (tels que la précarité économique et les flambées de violence dans les banlieues) à laquelle ils sont confrontés. Ainsi, la spatialité serait adoptée et promue en tant que thématique de gestion du social en raison d’enjeux médiatiques et politiques, notamment parce que sa mise en exergue autorise à articuler dans un récit éthico-politique des principes généraux et des mesures réalisables, car tangibles et même visibles dès lors qu’elles sont inscrites dans l’espace physique. Or, une telle articulation est devenue aujourd’hui difficilement concevable dans bien d’autres domaines, dans celui de l’économie en particulier, où les objectifs annoncés paraissent souvent incantatoires.

Le cadre épistémique et les schèmes cognitifs liant le spatial au social

La dimension identitaire de l’espace

47Aujourd’hui, selon notre thèse, l’analyse du fait social et du fonctionnement sociétal la plus répandue dans les courants en vue des sciences sociales procède d’un éloignement de ces sciences vis-à-vis des échelles de lecture du monde social qui étaient hier hégémoniques. Ces lectures d’hier étaient, soit macroscopiques, soit microscopiques. Elles imposaient une appréhension de ce monde en termes d’explications structurelles ou, à l’inverse, atomistiques.

48Mais ce qu’elles avaient en commun, c’est qu’elles ne prenaient pas en compte la dimension spatiale du réel : pour le marxisme, en effet, seuls comptent les rapports et modes de production, cependant que pour l’individualisme méthodologique seul l’individu rationnel existe. Or, l’échelle de lecture en vigueur aujourd’hui est de type mésoscopique et cela, tant dans l’ethnométhodologie, la phénoménologie herméneutique, l’interactionnisme symbolique, la psychologie de l’environnement, la sociologie pragmatiste… Dans cette appréhension du réel par interactions et agrégats situés, l’espace représente un facteur constitutif, requérant à ce titre une pleine attention.

  • 32 P. Genestier, 1999.
  • 33 P. Genestier, 2009.
  • 34 Aujourd’hui, il ne s’agit plus de penser l’intégration sociale comme le fait de s’intégrer à un tou (...)

49Toutefois, il nous semble que cette focalisation sur l’échelle mésoscopique ne constitue pas réellement un ralliement de l’épistémè française à une lecture processuelle et pragmatiste (conforme, par exemple, à l’interactionnisme symbolique proposé par E. Goffman, pour lequel l’espace n’est qu’un simple opérateur d’interaction), mais qu’au contraire, et paradoxalement, elle réintroduit à l’échelle locale une pensée hypostasiante et holistique (même si cela procède d’un micro-holisme). Celle-ci attribue à l’espace, entendu comme « lieu »32 et « territoire »33, une dimension identitaire, voire une portée ontologique (reprenant en cela une conception heideggérienne). Cette conception phénoménologique de l’espace se traduit par des expressions comme « lien social » ou « vivre ensemble » dans le discours scientifico-politique actuel, ce qui redéfinit par un changement d’échelle ce que nous appelons « cohésion sociale » et « intégration sociale »34. Il s’agit là de la réaffirmation d’une pensée substantialiste, certes désindexée du paradigme national (un paradigme qui fut longtemps dominant dans les sciences sociales françaises : pensons à la « solidarité organique » et à la « cohésion sociale » comprises dans la sociologie durkheimienne au sens de « conscience morale nationale »). Ainsi, dans cette pensée substantialiste, ce ne sont plus « La Société », « La Nation » qui existeraient comme substance ou essence, mais c’est le milieu (comme agrégation d’un lieu, d’un groupe et des liens internes au groupe et au lieu) qui constitue le substrat du social. C’est donc la figure, du « Nous, ici » qui s’impose cognitivement et qui, de facto, se conçoit réalisée au moyen de sa spatialité et saisissable au travers de cette dernière.

50Cette opération de substantification du social par le lieu correspond au fait que l’épistémè nationale régissant les sciences sociales françaises soumet celles-ci à un surmoi ou à un idéal substantialiste. Et si ce dernier perd de sa crédibilité, pour autant ses adeptes ne se résignent pas réellement à la domination d’un paradigme pragmatiste, processuel, utilitariste (qu’ils qualifient en un mot de « libéral »).

Du substantialisme à la substantification

51Ce refus d’une conception du social sans point dur, sans fondement ni englobement des individus dans un Tout ; qui plus est dans un Tout dont le Politique peut se dire l’instaurateur et le garant, engendre une ruse ou une confusion : alors que le pragmatisme et l’interactionnisme symbolique récusent l’opposition entre holisme et individualisme et entendent dépasser le clivage entre lecture macroscopique et microscopique, le tournant géographique des sciences sociales françaises se traduit par l’adoption d’une mésoscopie, qui se mue bien vite en mésologie, elle-même nourrie du mythe (voire de la mystique) du « milieu » et du « lieu » : un lieu-milieu considéré comme générateur d’identité et producteur d’un sentiment d’appartenance. En un mot, via le mythe du lieu, facteur d’identification (et non d’individualisation, car ce n’est pas l’ipséité, mais l’identité – le fait d’être identique à d’autres, d’avoir quelque chose en commun – qui est mise en avant), c’est en fait un paradigme « socialiste » (au sens premier du terme, s’opposant à « individualiste », comme au sens second, désignant la valorisation de la socialisation sur la privatisation) qui se réaffirme. Ainsi, c’est une pensée hypostasiante qui se reformule.

52Prenons l’exemple de « l’effet de quartier », postulé par les politiques sociales urbaines américaines et françaises. Si, pour les Américains, un effet de quartier négatif existe en certains lieux ghettoïsés, c’est parce que les interactions entre les habitants de ce quartier les enferment dans des comportements déviants, dans une culture de la pauvreté et de la marginalité, alors que, pour les Français, ce sont les espaces en eux-mêmes qui sont « pathogènes et criminogènes » (selon une formulation utilisée par Michel Rocard lors de la création du ministère de la Ville) indépendamment des relations sociales tissées entre les habitants.

  • 35 Voir, par exemple, J.-Y. Authier, 2007.
  • 36 La distinction entre une politique de la ville « people » et une politique « place » a été développ (...)
  • 37 R. Epstein, 2013.

53Ainsi, il existerait bel et bien un « effet de quartier » ne découlant pas uniquement de la structure sociale du quartier35. Il en découle qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni, les politiques people mises en œuvre par l’intervention publique en faveur des quartiers défavorisés passent par du Community Organising, cependant que les politiques place36 qui sont appliquées en France entendent « remettre à la norme » des quartiers en organisant la « requalification des lieux », la « mixité sociale » afin de produire une « banalisation urbaine »37.

54Autre exemple : l’idéal français de Solidarité, tel qu’il est énoncé par la République et la sociologie durkheimienne, conçu comme appartenance à une même et unique Communauté (civique et surtout pas ethnoculturelle), ressurgit aujourd’hui avec l’emploi récurrent dans les discours scientifico-politiques du syntagme « mixité sociale ». Mais cet objectif de mixité sociale n’est rien d’autre que la déclinaison à l’échelle locale du mythe de Communauté politique qui transcende la diversité des identités individuelles et groupales. Ce syntagme témoigne d’un idéal holiste et d’une grammaire substantialiste, et donc anti-processuelle, voire antilibérale, régissant les appréhensions et les raisonnements.

55Ainsi, le constat de l’absence de mixité dans les Zones Urbaines Sensibles conduit à la rénovation de ces quartiers, c’est-à-dire à la démolition d’un bon nombre de logements très sociaux. Cependant, si l’on adoptait une lecture processuelle en accordant attention aux trajectoires résidentielles des habitants de ces quartiers, on s’apercevrait que, du fait du renouvellement fréquent des locataires, ces quartiers jouent un rôle non négligeable de refuge et de tremplin, si bien qu’il est très dommageable de les « rénover », c’est-à-dire de les détruire.

56Il apparaît donc que, dans l’épistémologie nationale française (ou dans ce « nationalisme épistémologique et méthodologique », pour reprendre l’expression d’U. Beck, 2006), la conception de la Société (avec un S majuscule, comme l’écrivent F. Dubet et D. Martucelli, 1998) est de nature holistique et substantialiste : il existe un Tout, supérieur à la somme de ses parties, incitant les individus à se penser en termes de « Nous », et qui est doté de suffisamment de consistance interne pour demeurer lui-même sur une longue période tout en déterminant ceux qui lui appartiennent. Bien sûr, ce modèle épistémologique n’est pas isolé et autonome. Il participe de ce que P. Rosanvallon (2004) appelle « le modèle politique français », c’est-à-dire ce mélange – pour le dire en termes anthropologiques – de prémisses ontologiques, d’options axiologiques, de schèmes étiologiques et de visions sotériologiques qui irriguent l’idéologie propre au monde institutionnel, indépendamment des adhésions partisanes de ses membres, et qui guident et motivent l’imaginaire de l’action publique.

De la Société-République à la cohésion-démocratie ?

57Or, ce modèle politique est pourtant aujourd’hui remis en question, notamment dans sa dimension épistémologique :

  • 38 F. Dubet, 2009, p. 7.

« Longtemps, j’ai cru vivre en société. J’ai même pensé que la sociologie consistait à étudier cette société, à en étudier la nature, les mécanismes, les ressorts, et pourquoi pas, les « lois ». »38

  • 39 U. Beck, 2006.

58Selon cet auteur, nous sommes à l’heure de la psychologisation et de la désinstitutionalisation des rapports sociaux, ce qui révoque de facto le paradigme de La Société. De même, U. Beck39 affirme que la nation n’est qu’une des dimensions de l’identité collective, pas plus pertinente que d’autres pour aborder la question des différences et des groupes sociaux au sein d’un monde globalisé. Pour sa part, J. Urry a consacré son livre Sociology beyond Societies (2001) à la formulation d’un paradigme alternatif à celui fondant la conceptualisation par la sociologie du fait sociétal à partir de la nation. Ce qui le conduit à proposer que la sociologie du contemporain repose sur des concepts liés aux phénomènes de déplacement et de communication, de réseaux et de flux puisque les facteurs de mobilité constitueraient la matrice du lien social dans le monde transnationalisé.

  • 40 Au sens où Karl Popper (1971) parle du « constructivisme rationaliste français », expression d’un i (...)

59Si une part de la sociologie se réfère à l’échelle de la mondialisation (et de ce fait consent, voire acquiesce à une perte d’influence de l’instance politique indexée à la souveraineté des États nations) pour se confronter explicitement à la crise affectant l’ancienne conception nationale-holistique du fait sociétal, une autre part réagit en fonction de ce qu’elle voudrait que l’action publique puisse continuer à être et à faire. Cette autre part tente de résister à cet âge de « l’écume » qui se substitue à celui « des sphères » englobantes qui assuraient les appartenances, comme l’analyse P. Sloterdijk (2012), en vue de contrecarrer cette société « liquide », telle que la qualifie Z. Bauman, et qui lui apparaît surtout comme la liquidation par le néolibéralisme de la capacité des institutions publiques à agir sur les structures sociales. Les sociologues français, n’entendant pas découpler leur lecture des phénomènes sociaux et leur philosophie du social, qui est aussi une philosophie du souverainisme politique, s’inspirent alors discursivement de la sociologie interactionniste et pragmatiste anglo-saxonne, mais pour tout de suite s’en écarter en réduisant la part de liberté individuelle que cette dernière postule. Là s’exprime une volonté de souveraineté, un attachement à une conception instaurationniste ou constructiviste du politique40.

  • 41 Il semble que la vision instaurationniste du politique reste tributaire du schème théologico-politi (...)

60Cette campagne de sauvegarde d’une représentation substantielle et consistante du social, prémisse et réquisit à une conception activiste de l’agir politique41, passe par une reformulation, par simple substitution, des catégories d’objets sur lesquels et au travers desquels va s’exercer l’action publique. Dans le paradigme français, à La Société (conçue comme Communauté nationale productrice d’identité, de valeurs et de règles) se substituent des conditionnements, des prescriptions, qui n’opèrent plus par le poids d’une conscience morale intériorisée mais, par des dispositifs symboliques, des mécanismes techno-économiques d’échanges et par des agencements socio-spatiaux aux effets éthologiques. Ce qu’il y a de commun à ces deux lectures, c’est que, in fine, le sujet reste identifié, attaché, déterminé, si bien que sa part de singularité et d’autonomie s’en trouve réduite et que ce sujet reste tributaire d’un destin commun élaboré en dehors de lui, par une « volonté générale », ou par une « cohésion » qui lui sont supérieures. Et il semble que, dans l’imaginaire institutionnel français, ces instances d’englobement et d’appartenance, qu’elles soient macroscopiques ou mésoscopiques, disposent d’une légitimité déniée à l’individu, toujours suspecté d’être anomique car trop individué et alors borné par et dans ses intérêts propres.

61Ainsi, le mouvement récent de la pensée française a consisté à passer de l’intégration-appartenance abstraite à l’inclusion-insertion concrète, et de l’imprégnation par la collectivité à un conditionnement par le lieu-milieu. Il y a eu un glissement du paradigme de l’identification à et par la Nation, assurée par l’assignation à un rôle et à un statut ainsi que par l’intériorisation d’un ordre moral moniste-universaliste jusqu’au paradigme d’une acculturation réciproque par côtoiement. Et dans ce déplacement, on observe à la fois une focalisation sur l’échelle du lieu et une substantification des idéaux (les « aménités urbaines » et l’« urbanité » apparaissent comme des substituts à la « concorde sociale » qui avait été posée en tant qu’idéal régulateur au sein de la vie en Société, telle que l’avait définie E. Durkheim).

62Toutefois, dans cette double translation, à la fois référentielle et scalaire, est maintenue l’idée d’une possible cohésion du collectif et d’une action publique opérante en faveur de celle-ci. Il en découle que l’action publique peut prétendre sauvegarder sa nature substantielle, et cela selon trois sens de ce terme : elle a besoin de réalités quasi substantielles pour y exercer une force (selon un paradigme physicaliste) de transformation, elle peut revendiquer d’impacter la substance même des choses et elle peut se référer à une conception substantielle du Bien, par opposition à sa conception procédurale (anglo-saxonne), et donc relativiste. Le modèle politique français peut ainsi penser persister dans son être.

Bibliographie

Authier Jean-Yves, Bacqué Marie-Hélène, Guérin-Pace France, Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2007.

Bacot Paul, Rémi-Giraud Sylvie, Mots de l’espace et conflictualité sociale, Paris, L’Harmattan, 2007.

Bauman Zygmunt, La société assiégée, Éditions du Rouergue, 2005.

Beck Ulrich, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Paris, Aubier, 2006.

Chalas Yves, « L’imaginaire aménageur ou le complexe de Noé », Les annales de la Recherche Urbaine, n° 42, 1989, pp. 66-73.

Donzelot Jacques, Mével Catherine, Wyvekens Anne, Faire société, Paris, Seuil, 2003.

Dubet François, Martucelli Danilo, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil, 1998.

Dubet François, Le travail des sociétés, Paris, Seuil, 2009.

dufour Michel, Argumenter. Cours de logique informelle, Paris, A. Colin, 2008.

Epstein Renaud, La rénovation urbaine. Démolition-reconstruction de l’Etat, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

genestier Philippe, « Le sortilège du quartier. Quand le lieu est censé faire le lien. Cadre cognitif et catégorie d’action publique », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 82, mars 1999, pp. 142-153.

genestier Philippe, ouardi Samira et rennes Juliette, « Le paradigme localiste au secours de l’action publique démocratique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 83 | 2007, mis en ligne le 1er mars 2009, consulté le 6 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/907

genestier Philippe, « Espace et identité narrative : les fonctions identificatoire et instituante de l’espace en question », dans BAUDIN G. et BONNIN P. (dir.), Faire Territoire, Paris, Éditions Recherches, 2009.

Genestier Philippe, « L’urbanophilie actuelle, ou comment le constructionnisme politique se réaffirme en s’indexant à la ville », dans Salomon Cavin J. et Marchand B., Antiurbain. Origines et conséquences de l’urbaphobie, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2010.

Genestier Philippe, « Percevoir, dénommer et évaluer la ville pour agir sur elle : les catégories de pensée et le raisonnement de la politique de la ville à l’œuvre », dans Victor A., Penser et agir Contextes psychosociologique, psychologique, spatial et écologique Tome 2, Paris, Le Manuscrit, 2011.

Lakoff George et Johnson Mark, Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985.

Popper Karl, La société ouverte et ses ennemis, Paris, Seuil, 1971.

Rosanvallon Pierre, Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004.

Sloterdijk Peter, Écumes Sphères III, Paris, Pluriel, 2012.

Toulmin Stephen E., [The Uses of Argument. Cambridge, Cambridge University Press, 1958], Les usages de l’argumentation, Paris, PUF, 1993.

Urry John, Sociology beyond Societies, New York, Routledge, 2001.

Notes

2 P. Bacot et S. Rémi-Giraud, 2007.

3 G. Lakoff et M. Johnson, 1985.

4 Selon cette pensée, l’espace physique serait un inducteur social, de sorte que les pouvoirs publics pourraient façonner les représentations et/ou les pratiques des habitants par un remodelage des lieux où ils vivent. Cf. Y. Chalas, 1989.

5 Christine Boutin, Ministre du Logement et de la Ville, Réunion plénière du conseil national de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, 21 juin 2007.

6 Frédéric Winter, « Chroniques de la rénovation urbaine », Urbanisme, septembre 2010.

7 « Davantage d’argent pour réhabiliter les banlieues », Le Figaro, 23 mai 2006.

8 Dépliant « Le cœur de ville grandit », ANRU, Grand Lyon, Vaulx-en-Velin, mars 2010.

9 Dépliant « Les projets par quartiers, Vernay-Verchères, La rénovation urbaine du quartier », ANRU, Grand Lyon, Vaulx-en-Velin, juillet 2013.

10 Métaphore : figure sémantique reposant sur un rapport d’analogie entre l’objet désigné par le sens propre (thème) et l’objet désigné par le sens figuré (phore).

11 G. Lakoff et M. Johnson, op. cit.

12 Dépliant « Vaulx-en-Velin, Centre Ville / Quartiers Est », Assemblée générale du quartier du 10 juin 2010.

13 Dépliant « Vaulx-en-Velin, Centre Ville / Quartiers Est », op. cit.

14 Ce type de métaphore peut également contribuer à produire des effets spatialisants, notamment avec l’expression « tissu social » très usitée dans notre corpus, pour peu qu’elle s’insère dans un zeugme, comme dans ce titre d’un article de La Croix, paru le 13 mai 2009 : « À la pelleteuse, la ville de Châteauroux reprise son tissu social ».

15 Métonymie : figure sémantique reposant sur un rapport de contiguïté entre l’objet désigné par le sens propre et l’objet désigné par le sens figuré.

16 Synecdoque : figure sémantique reposant sur un rapport d’inclusion entre l’objet désigné par le sens propre et l’objet désigné par le sens figuré. (Nous considérons la synecdoque comme un cas particulier de métonymie.)

17 Syllepse : figure sémantique reposant sur un rapport de simultanéité entre un sens propre et un sens figuré.

18 Zeugme : figure syntaxique associant des éléments hétérogènes (concrets et abstraits par exemple) au sein d’une même phrase.

19 Marie-Noëlle Lienemann, secrétaire d’État au logement, Congrès UNSFA - Marseille, 5 octobre 2001.

20 L’expression « casser les ghettos » est une formule forgée par Marie-Noëlle Lienemann pour qui, typiquement, la transformation du social s’effectue par une action sur l’espace, ainsi qu’on peut l’observer dans ses discours par la présence d’autres expressions de structure similaire, comme « bâtir une civilisation » (Congrès UNFSEA, Marseille, 5 octobre 2001), où un verbe exprimant une action urbanistique est associé à un concept comportant une dimension sociale.

21 Claude Bartolone, ministre délégué à la Ville, Démolition de la tour 5, Tarterêts, Corbeil-Essonnes, le 3 avril 2000.

22 Ce zeugme est structuré de la façon suivante : nom désignant une action urbanistique + nom désignant un objet urbanistique et/ou social sur lequel porte l’action urbanistique + adjectif désignant une propriété sociale de l’objet sur lequel porte l’action urbanistique.

23 D’après G. Lakoff et M. Johnson (1985, p. 45), la figure métonymique « nous permet de nous concentrer plus spécifiquement sur certains aspects de l’entité à laquelle nous nous référons ». Ici, c’est l’aspect « habiter un quartier dégradé » qui est sélectionné pour désigner des groupes de personnes.

24 Cf. http ://www-ohp.univ-paris1.fr/Textes/Genestier_2.pdf.

25 « Le Smoke ne partira pas en fumée », L’Humanité, 26 octobre 2007.

26 L’étymologisme consiste à utiliser « une racine étymologique commune comme raison suffisante pour établir une parenté sémantique et/ou référentielle entre divers termes. Ainsi, la racine cit permet de gommer la distinction entre l’urbs [espace physique de la ville] et la civitas [communauté politique], entre l’astu [ville vue de l’intérieur, dans sa quotidienneté] et la polis [ville vue de l’extérieur comme entité politique]. La référence explicite à l’origine latine civis des mots comme « cité », « citoyenneté », « civilité », « civilisation » participe du cadrage urbain des questions sociales », ainsi que l’écrit P. Genestier (2010, p. 254).

27 « 2007. Ce qui doit changer. Dossier. Des villes plus conviviales », La Croix, 13 mars 2007.

28 M. Dufour, 2008.

29 Interview de Gérard Bonhomet, « Garges-lès-Gonesse. La rénovation de la Muette attire de nouveaux habitants », Le Parisien, 8 août 2009.

30 Selon ce modèle, un discours argumentatif pleinement développé se structure en cinq composantes fonctionnelles dont l’articulation constitue une « cellule argumentative » : la prémisse, la loi d’inférence, le support, la réserve et la conclusion. Ces composantes sont reliées entre elles de la façon suivante : la conclusion, qui peut être nuancée par une réserve, est affirmée sur la base d’une prémisse par l’application d’une loi d’inférence qui, elle-même, s’appuie sur un support. Dans la pratique, la structure des discours argumentatifs, potentiellement régressive, peut-être plus complexe : elle peut comporter plusieurs prémisses justifiant une conclusion, plusieurs conclusions justifiées par une prémisse, des sous-prémisses justifiant une prémisse principale, des sous-conclusions justifiées par une conclusion principale… Elle peut être au contraire plus simple et se composer uniquement d’un « noyau » constitué de la prémisse et de la conclusion reliées entre elles par la loi d’inférence.

31 Dépliant « Les projets par quartiers, Vernay-Verchères, La rénovation urbaine du quartier », ANRU, Grand Lyon, Vaulx-en-Velin, fév. 2011.

32 P. Genestier, 1999.

33 P. Genestier, 2009.

34 Aujourd’hui, il ne s’agit plus de penser l’intégration sociale comme le fait de s’intégrer à un tout préexistant mais aussi de contribuer à un travail d’intégration de ce tout devenu incertain et fragile. De même, la cohésion de la Société ne relève plus d’une conscience morale partagée productrice d’une identité forte et unanime (de type national), mais d’un processus, jamais achevé, de rapprochement, d’intercompréhension et de reconnaissance mutuelle. On assiste alors, avec l’abandon de l’idée de Société, à l’émergence d’une nouvelle représentation collective de la vie sociale, liée au processus d’individuation, dans laquelle la cohésion liée au capital social et à la confiance dans les interactions vient remplacer l’intégration, au sens classique du terme.

35 Voir, par exemple, J.-Y. Authier, 2007.

36 La distinction entre une politique de la ville « people » et une politique « place » a été développée par J. Donzelot, 2003.

37 R. Epstein, 2013.

38 F. Dubet, 2009, p. 7.

39 U. Beck, 2006.

40 Au sens où Karl Popper (1971) parle du « constructivisme rationaliste français », expression d’un imaginaire social-historique faisant de la société un artefact façonné par une volonté extérieure et supérieure aux hommes et aux groupes qui la constituent.

41 Il semble que la vision instaurationniste du politique reste tributaire du schème théologico-politique porté par la mythologie grecque comme par les trois monothéïsmes : que ce soient les Titans Prométhée et Epiméthée ou que ce soit Yahvé, c’est en modelant la glaise du limon que La Puissance donne naissance à l’Humanité. Il faut donc concevoir le social comme une pâte lisse et meuble à disposition d’une force façonnante. Si, à l’inverse, la glaise contient trop de cailloux, de scories, ou si elle se transforme en sable sec et pulvérulent, alors le modelage est impossible.

Auteurs

Architecte-Urbaniste

Linguiste

Université de Lyon, ENTPE, CNRS UMR 5600

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access