Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Les savoirs à l’épreuve de l’interculturel

Entre transmission des savoirs et propagande politique : Jules Patouillet et l’Institut français de Pétrograd à l’époque de la Grande Guerre

Manuel Geist

Résumé

L’Institut français de Pétrograd ne cherchait pas uniquement à promouvoir la coopération scientifique franco-russe. Dès sa fondation en 1911, il a été aussi un acteur de la diplomatie culturelle en vue d’améliorer l’image de la France à l’étranger. En temps de guerre, l’Institut se transforma en un organe de propagande politique. Sous l’égide de son ambitieux directeur, Jules Patouillet, l’institut aspirait à participer activement à la politique russe de la France. Son engagement au sein du service de la propagande française lui ouvrait de nouvelles possibilités, mais causait également des problèmes et rivalités. L’article s’interroge sur la genèse, les fonctions et les limites de l’activité de l’Institut français de Pétrograd entre 1914 et 1918. Se penchant sur un sujet jusqu’à présent peu étudié, il propose de contribuer de manière innovatrice à l’histoire des relations franco-russes ainsi qu’aux recherches sur la propagande à l’époque de la Grande Guerre.

Texte intégral

  • 1 Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer, 15/12/1915, Arch. nat., sous-série 62 AJ : École national (...)

« Vous savez vous-même que nous avons une propagande à faire même parmi nos amis et nos alliés : 1) pour leur faire mieux connaître la valeur de notre effort, qu’ils ignorent souvent, et parfois méconnaissent ; 2) pour lutter contre un parti existant, agissant, qui souhaite la paix. Nous devons lutter sur ce terrain avec l’immense majorité des Russes1. »

  • 2 Les dates sont données selon le « nouveau style », c’est-à-dire selon le calendrier grégorien, que (...)

1Ainsi Jules Patouillet, directeur de l’Institut français de Pétrograd (IFP), souligne-t-il, dans une lettre du 15 décembre 19152, la nouvelle tâche qui incombait à lui-même et à l’institut dans le contexte d’une guerre persistante et épuisante. Contre les soupçons et malentendus circulant dans l’opinion publique en Russie envers l’effort militaire français, il fallait mettre en marche un service capable d’influencer systématiquement la presse et le public russes. La propagande ne devait plus être destinée uniquement à persuader l’opinion publique en France et dans les pays neutres de la légitimité morale, de la supériorité culturelle et du succès certain de l’effort militaire des Alliés. Il était grand temps d’étendre le travail de propagande aux pays alliés afin de consolider moralement l’alliance militaire.

  • 3 V. Rjéoutski, « Francuzskij institut v Sankt-Petersburge i russko-francuzkoe kul’turnoe sbliženie  (...)

2C’est ainsi que l’Institut français de Pétrograd, fondé en 1911 en tant qu’établissement scientifique pour les études russes, s’est transformé en un foyer du service de la propagande française en temps de guerre. Comment ce changement apparent du profil de l’institut s’est-il opéré entre 1911 et 1915 ? Quel était son rôle concret, quelles étaient les compétences et fonctions précises de l’Institut au sein du service de la propagande française en Russie ? Comment a-t-il interagi avec les acteurs diplomatiques et politiques ? Quels étaient ses projets et objectifs pendant la guerre, et où ont-ils trouvé leurs limites et obstacles ? En répondant à ces questions, cet article se propose de mettre en lumière une phase jusqu’à présent négligée dans l’existence de l’Institut français de Pétrograd. Les travaux instructifs de Vladislav Rjéoutski et d’Olga Medvedkova sur ce sujet se sont focalisés sur le début de son histoire au temps de son premier directeur, Louis Réau (1911-1913)3. En revanche, l’activité de l’institut pendant la Grande Guerre et la carrière de son deuxième directeur, Jules Patouillet, n’ont pas encore fait l’objet d’une analyse approfondie.

3Cette étude est divisée en deux parties. La première partie questionne les intentions diverses des fondateurs de l’Institut français de Pétrograd, le caractère indéfini et les projets inachevés de son existence d’avant-guerre. La deuxième partie analyse les ambitions, fonctions et problèmes de l’institut au sein du service de la propagande française pendant la Grande Guerre.

Un acteur de « l’expansion intellectuelle de la France » ? L’Institut français de Saint-Pétersbourg avant la guerre (1910-1914)

4Le 27 février 1911, Le Matin publiait en première page un long article intitulé « L’expansion intellectuelle de la France ». L’auteur en était Paul Doumer (1857-1932), député libéral expérimenté, qui avait été ministre des Finances de 1895 à 1896 et gouverneur général de l’Indochine française de 1897 à 1902. Il comptait alors parmi les hommes politiques de premier plan de la IIIe République. C’est lors d’un voyage d’affaires en Russie et d’une audience accordée par l’empereur Nicolas II à la fin de 1910 que Paul Doumer avait proposé pour la première fois l’idée d’un Institut français à Saint-Pétersbourg (IFP). Quelques mois après, Doumer présentait dans ledit article le projet ambitieux de ce futur établissement. Pour lui, l’IFP devrait être l’instrument d’une expansion intellectuelle de la France, qui aspirait à défendre, dans le cadre global, la position de la culture française face à la compétition croissante des autres puissances impérialistes.

  • 4 Pour l’histoire de l’Alliance française, voir F. Chaubet, La politique culturelle française et la (...)
  • 5 P. Doumer, « L’expansion intellectuelle de la France », p. 1.

5Dans le contexte de l’isolement diplomatique au lendemain de la guerre avec l’Allemagne (1870-1871), la France – affaiblie au niveau militaire, politique et économique – avait commencé, d’une manière compensatrice, à développer son action culturelle à l’étranger. La création de l’Alliance française en 1883, munie d’un réseau de filiales dans le monde entier, n’était que l’exemple principal d’une « diplomatie de la langue » qui promouvait l’enseignement du français à l’étranger4. La création d’établissements scientifiques à l’étranger devrait contribuer, de la même manière, au rayonnement de la civilisation française. En 1900, sous le gouvernement de Doumer en Indochine, fut créée l’École française de l’Extrême-Orient à Hanoï. En Europe, les instituts français de Florence (1908) et de Madrid (1909) étaient les pionniers d’un nouveau format de l’expansion scientifique à l’étranger. À cet égard, la France pouvait se vanter d’être le précurseur d’une diplomatie culturelle moderne, poursuivie sous la bannière d’une mission civilisatrice universelle : « Pour le bien de l’humanité, la France doit rester une des grandes éducatrices du monde5 ». Cependant, cette expansion était loin d’être un projet impulsé et contrôlé par le gouvernement français. Les organes de l’expansion culturelle, alors qu’ils disposaient d’une réputation officielle, étaient, pour la plupart, le résultat d’initiatives autonomes et locales. C’est seulement en 1910 que s’installa au sein du ministère des Affaires étrangères un modeste Bureau des écoles et œuvres françaises à l’étranger, chargé de coordonner les différents projets individuels.

6La fondation de l’Institut français de Saint-Pétersbourg devait remplir, d’ailleurs, une fonction bien spécifique au niveau bilatéral. L’alliance franco-russe, constituée sur un pacte militaire défensif, soutenue par une ample coopération financière et célébrée en grande pompe pendant des visites officielles entre 1891 et 1902, passait par une crise sérieuse au lendemain de la guerre russo-japonaise de 1904-1905. En France, on doutait de la force de l’armée russe, plusieurs fois vaincue par les Japonais ; le gouvernement russe, en revanche, se méfiait du cabinet radical entourant Clémenceau et des sympathies françaises envers le mouvement révolutionnaire dans l’empire des tsars. Dans ce contexte, la fondation de l’Institut français de Saint-Pétersbourg pouvait être perçue comme une démarche vers un resserrement de l’alliance franco-russe et son extension au niveau des relations scientifiques et culturelles. Selon Doumer, ces domaines de l’influence française étaient largement négligés en Russie, où l’Allemagne semblait occuper un rôle prépondérant dans l’enseignement étranger.

  • 6 Les livres de comptes de l’Institut sont conservés aux Archives nationales : coll. 19820521 : labo (...)
  • 7 « Lettre de Louis Réau à Paul Boyer », 20/03/1911, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Louis Réau.

7En outre, Doumer attendait de l’IFP une impulsion positive sur les relations économiques entre la France et la Russie, pour contrebalancer la position dominante des négociants et industriels allemands. Grâce à ses contacts intimes dans le monde des affaires, il assurait de larges souscriptions des grands établissements financiers et industriels français (parmi lesquels figuraient la Société générale, la Banque de Paris et des Pays-Bas et la Banque d’Indochine), qui constituaient, au début, la majeure partie du budget annuel de l’Institut6. La liaison entre les intérêts scientifiques et économiques fut en quelque sorte matérialisée quand l’IFP s’installa à Saint-Pétersbourg dans le même immeuble que l’Alliance française et la Chambre de commerce franco-russe7.

Un institut au caractère multiple

  • 8 A. Pondopoulo, « Paul Boyer, ses liens avec la Russie et les enjeux politiques de la réforme de l’ (...)

8De ce fait, Doumer était chargé des bases financières ainsi que de l’organisation politique de l’IFP. De son côté, Paul Boyer (1864-1949) était chargé d’élaborer son organisation scientifique. Titulaire de la première chaire de russe à l’École des langues orientales dès 1891, puis administrateur du même établissement (1908-1936), il était considéré comme l’autorité principale des études russes en France. Par ailleurs, il travaillait en tant que correspondant spécial du Temps pendant ses séjours en Russie, et entretenait des relations amicales avec les libéraux russes autour de Milioukov et de plusieurs hommes politiques en France8.

  • 9 Liste des publications : bibliothèque de l’IFP, Arch. nat., 62AJ/62, dossier IFP publications.
  • 10 Avant la guerre, l’Institut accueillait jusqu’à 170 élèves. La plupart d’entre eux étaient des fem (...)

9Boyer définit trois fonctions de l’IFP : il devrait être, premièrement, un centre des hautes études russes et un lieu d’accueil pour des russisants français. Ainsi, l’IFP envisageait d’attribuer des pensions et bourses pour des missions scientifiques. Parmi les premiers boursiers se trouvait André Mazon, élève de Boyer et éminent slavisant français du xxe siècle. En outre, l’IFP allait créer une série de publications aux éditions Champion9. Deuxièmement, l’Institut devrait servir de bureau des renseignements scientifiques pour faciliter et encourager les échanges universitaires franco-russes et créer des liens personnels avec le monde académique russe. Troisièmement, il devrait offrir des cours d’études françaises (arts, littérature, histoire et géographie françaises) organisés par le personnel de l’IFP – à côté du directeur, deux ou trois maîtres de conférences ou pensionnaires – s’adressant au public russe francophone10. Outre ces trois fonctions explicites, l’IFP s’engageait à réaliser sa mission de rayonnement et à augmenter ainsi son prestige public à Saint-Pétersbourg.

  • 11 Ibid.

10L’inauguration solennelle de l’IFP en octobre 1911 réunit plus de 600 invités dans la salle de la Société impériale de géographie, parmi lesquels l’élite du monde diplomatique, politique et scientifique de la capitale russe. L’Exposition centennale de l’art français, organisée par l’IFP en coopération avec la revue d’art russe Apollon, montra au palais Ioussoupov, entre janvier et avril 1912, des œuvres de Caillebotte, Gauguin, Rodin et d’autres artistes célèbres, et attira l’intérêt de 30 000 visiteurs russes11.

  • 12 « Lettre de Gaston Caminade à Paul Boyer », 02/05/1913 ; Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer, (...)

11Le caractère de l’IFP était alors, et dès ses débuts, multiple. Cependant, il n’y avait pas de hiérarchisation claire entre ses diverses fonctions, et le directeur avait beaucoup de liberté d’action pour son organisation concrète. D’autant plus que le conseil d’administration et le comité de direction de l’IFP à Paris, formellement chargés de surveiller et d’instruire l’activité de l’IFP, étaient restés très inactifs après son inauguration, fait encore renforcé par le déclenchement de la guerre. En règle générale, pour le meilleur ou pour le pire, le directeur de l’IFP ne pouvait compter que sur lui-même. Ainsi, il était possible de modifier le profil de l’enseignement en priorisant, de plus en plus, selon la demande de la clientèle russe, les cours de langue française. Ce changement devait, naturellement, provoquer des animosités avec l’Alliance française, qui voyait en l’IFP plutôt un rival qu’un partenaire12.

  • 13 Voir la correspondance entre Réau et Boyer, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Réau.
  • 14 « Lettre de Paul Boyer à Louis Réau », 16/10/1912, Arch. nat., 62AJ/62, dossier correspondance Boy (...)

12Par ailleurs, l’IFP était confronté à deux entraves structurelles. La première concernait son statut non officiel. Bien qu’il fût constitué sous le patronage des universités de Paris, Nancy, Lille et Dijon, l’institut n’était formellement attaché à aucun établissement scientifique. Et alors que les ministres des Affaires étrangères et de l’Instruction publique apparaissaient en tant que présidents de son comité de direction, il n’était pas non plus un organe d’honneur de l’État français. Pour compenser ce défaut, le plan d’ériger un comité russe de patronage ne fut réalisé qu’en 1913. Cependant, le manque de reconnaissance officielle du statut de l’IFP par le gouvernement russe produisit des soucis tant juridiques que pratiques. Pendant des années, il fut interdit à l’institut de faire de la publicité, d’imprimer des affiches et d’émettre des diplômes13. Cette situation lui rendait plus difficile de gagner la réputation souhaitée14.

  • 15 « Jules Patouillet, note sur l’Institut français de Pétrograd », Arch. nat., 62AJ/61, dossier Aven (...)

13Le deuxième problème fondamental résidait dans l’irrégularité du budget de l’institut et la prompte pénurie de ses ressources. Déjà avant le début de la guerre, les souscriptions particulières s’étaient énormément réduites. La hausse continue du coût de la vie à partir de 1914 devait encore aggraver la situation financière de l’IFP. La demande d’un local plus grand et plus représentatif, formulée sans cesse par son directeur afin de faciliter l’expansion de l’Institut, demeurait toujours sans réponse15.

  • 16 M. Ehrhard, « Jules Patouillet » ; « Dossier de carrière Jules Patouillet », Arch. nat., sous-séri (...)
  • 17 « Lettre de Jules Patouillet à Émile Mâle », 01/12/1913, archives de l’Institut de France, fonds É (...)

14C’est dans ce contexte de désillusion croissante sur le développement trop lent de l’IFP qu’en octobre 1913, Louis Réau fut remplacé en tant que directeur par Jules Patouillet (1862-1942). Celui-ci avait commencé assez tard sa carrière de slavisant. Né dans un petit village de Bourgogne, agrégé de grammaire (1886) et de lettres (1890), il enseigna pendant douze ans dans différents lycées de province avant d’être muté au lycée Michelet en 1898. À Paris, Patouillet devint l’élève de Boyer à l’École des langues orientales et obtint un diplôme de russe en 1902. Étant parmi les premiers collaborateurs de l’institut, sa thèse sur « Le théâtre des mœurs russes des origines à Ostrovski (1672-1850) » fut le premier livre publié au sein de la bibliothèque de l’institut en 191216. Et ses ambitions dans les fonctions de directeur récemment assumées n’étaient pas dissimulées quand il écrivait à son ami Émile Mâle en décembre 1913 qu’il était en train de faire de son mieux pour rendre l’institut « digne de ce [qu’il avait] toujours cru qu’il devait être17 ».

« Ce propagateur de pensée française en Russie » : l’Institut français de Pétrograd pendant la Grande Guerre (1914-1918)

15En février 1917, peu de semaines avant la chute du tsarisme, la Conférence interalliée se réunit à Pétrograd. Nicolas II y accueillait les délégations de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Italie afin de parler des problèmes les plus pressants de la guerre. Le côté français était représenté par le ministre des Colonies, Gaston Doumergue. Celui-ci avait reçu, en passant, une « Note sur l’Institut français de Pétrograd », rédigée par le directeur du même établissement, Jules Patouillet. L’argument du message était clair : l’IFP aurait vécu, sous son premier directeur, « une période de tâtonnements et d’organisation un peu indécise », aurait toujours été une institution « très insuffisamment dotée et outillée » et notoirement négligée par son comité de direction. Malgré ces conditions difficiles, l’IFP aurait réussi, sous son directeur actuel, à devenir un véritable « propagateur de pensée française en Russie », qui aurait démontré sa capacité à rendre des « services nécessaires » à la France et à l’alliance franco-russe. Par conséquent, l’IFP devrait obtenir un statut officiel en tant qu’organe du ministère des Affaires étrangères et une « dotation digne » pour assurer le succès de ses efforts multiples. Patouillet soulignait spécialement le rôle exceptionnel que l’IFP aurait joué dans le domaine de la propagande française depuis janvier 1916 :

  • 18 « Jules Patouillet, note sur l’Institut français de Pétrograd », Arch. nat., 62AJ/61, dossier Aven (...)

« Par ce service de la propagande, qui présente des centaines d’articles insérés dans les journaux russes des capitales et de la province, l’Institut français est entré en contact avec les rédactions des journaux, les bureaux de l’état-major russe, le comité Skobélef, les unions des Zemstvos et des villes. On s’adresse à lui comme à une source de renseignements sur toute la vie actuelle de la France ; et le nombre des personnes, officielles ou non, russes ou françaises, avec lesquelles il est maintenant en rapport est considérable. Ces rapports lui ont permis de recueillir de nombreuses et précieuses indications sur la véritable situation de l’influence française en Russie, sur le terrain perdu, sur les moyens et la nécessité de le reconquérir, sur les concours que l’on peut trouver du côté russe. Et ainsi l’Institut français apparaît comme pouvant être une sorte de consulat intellectuel et scientifique français en Russie, qui centraliserait et coordonnerait tout ce qui concerne, ici dans le pays, la diffusion de la science, des idées, des méthodes françaises18. »

  • 19 A. N. Dmitriev, « La mobilisation intellectuelle : la communauté académique internationale et la P (...)
  • 20 Voir les fonds suivants aux Archives diplomatiques : série 1CPCOM : guerre (1914-18), sous-série R (...)

16Le langage exalté de la note et l’éloge exagéré de l’IFP étaient, sans doute, une stratégie rhétorique pour convaincre son destinataire et obtenir des allocations. Toutefois, le texte révélait en même temps l’ambition sincère de Patouillet de participer activement à la politique russe de son gouvernement et de s’approprier officiellement des fonctions diplomatiques. Avec ces prétentions, pourtant, son cas était loin d’être singulier. Le phénomène d’une mobilisation intellectuelle des écrivains, savants et journalistes dans les différentes sections de la propagande caractérisait la politique de tous les pays belligérants19. Concernant la propagande française en Russie, l’ensemble des savants en études russes (outre Patouillet, on trouvait aussi Jules Legras ou André Mazon) et des correspondants des journaux français en Russie (entre autres, Ludovic Naudeau et Claude Anet) était impliqués de manière variée20. Parmi tous ces experts des affaires russes, Patouillet avait l’avantage d’être pratiquement en permanence sur place et de représenter une institution, tout de même, établie à Pétrograd. Même s’il faut bien sûr relativiser l’impact si habilement attribué à l’IFP, sa collaboration au service de la propagande datait de la genèse de ce service.

Le début du service de la propagande

  • 21 « Note à M. Philippe Berthelot sur l’organisation de la propagande en Russie », fin 1915, Arch. di (...)

17C’est dans les derniers mois de 1915 que Philippe Berthelot, à l’époque secrétaire général au Quai d’Orsay, avait créé la Maison de la presse, afin d’organiser systématiquement la propagande française dans les pays neutres et alliés. Dans ce contexte, il envoya l’un de ses intimes, le journaliste et orientaliste Robert de Caix, en mission d’enquête en Russie. Entre octobre et décembre, ce dernier passa plus de deux mois à Pétrograd et à Moscou pour observer la situation politique ainsi que l’opinion publique du pays et pour étudier les possibilités d’établissement d’un service de la propagande. Les diplomates français à Paris et à Pétrograd s’étaient rendu compte d’une méfiance des Russes envers l’effort militaire de leurs alliés sur le front occidental. Ils incriminaient, à côté des intrigues germanophiles de la cour, l’ignorance dominante en Russie des particularités de la guerre des tranchées. Il paraissait par conséquent indispensable d’influencer méthodiquement la presse russe en faveur des intérêts français et d’établir les moyens nécessaires afin « d’éclairer » le public militaire et civil en Russie21.

  • 22 « Jules Patouillet, note sur l’Institut français de Pétrograd », Arch. nat., 62AJ/61, dossier Aven (...)
  • 23 « Lettres de Jules Patouillet à Ernest Lavisse », 11/11/1914 et 17/11/1914, Arch. nat., 62AJ/61, d (...)
  • 24 J. Patouillet, « L’armée et le soldat russes ».

18Au moment de l’arrivée de de Caix, le centre d’activité de l’Institut de Pétrograd – l’enseignement – avait été laissé en friche. À l’exception de son directeur, âgé, tous les maîtres de conférences avaient été mobilisés au début des hostilités22. Dans le même temps, la demande de cours français du côté des élèves russes avait aussi sensiblement baissé dans ce contexte de guerre. Faute d’une activité régulière d’enseignement, Patouillet chercha à intensifier le contact avec le monde universitaire russe, et devait réussir plus tard à être chargé des cours à l’université de Pétrograd23. En même temps, il s’engagea publiquement en faveur de la cohésion morale et militaire de l’Alliance franco-russe. Il donna des conférences sur l’effort français dans divers établissements culturels à Pétrograd et publia une brochure sur l’armée russe afin de renforcer la confiance mutuelle24.

  • 25 « Note à M. Philippe Berthelot sur l’organisation de la propagande en Russie », fin 1915, Arch. di (...)

19Ainsi, il n’est pas surprenant que le projet de créer un service de propagande ait rencontré un écho très positif auprès de Patouillet et que de Caix ait trouvé en lui un collaborateur motivé. L’institut pouvait se passer sans problème d’une de ses pièces désertées, où s’installerait dorénavant le premier bureau de propagande. Celui-ci ne consista d’abord qu’en une traductrice, la secrétaire de l’institut, une dactylographe et un garçon de courses, tous travaillant sous la direction de Patouillet. Pour le bon fonctionnement de l’œuvre, une subvention mensuelle de 1 000 francs fut, peu après, accordée à Patouillet. La mission du bureau était de traduire des extraits de la presse française et de les adapter à la manière russe afin de fournir aux journaux russes des articles favorables sur l’effort de la France. De Caix, pour sa part, se mit, dès son retour en France, à établir un bureau de propagande russe à Paris, qui devait être en communication permanente avec le bureau de Pétrograd pour recevoir des demandes et donner des instructions25.

  • 26 « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 15/02/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/681, fol. 8-14.

20Dans une lettre à de Caix datée du 15 février 1916, à peine deux mois après la création du bureau de la propagande à Pétrograd, Patouillet se montrait jusque-là content de son activité : tout récemment, le rédacteur en chef du bulletin des armées russes (Voennaja Letopis’) – journal de front tirant à 800 000 exemplaires – aurait sollicité les services du bureau. Patouillet remarquait : « Ce sera la plus vaste propagande dans les armées russes qu’il soit possible de souhaiter. » Par ailleurs, le bureau s’occuperait de faire des comptes rendus en russe de tous les brochures, albums et livres qui lui seraient envoyés par la Maison de la presse, afin de distribuer ce matériel adapté en Russie. Néanmoins, il serait nécessaire d’augmenter considérablement les envois à Pétrograd, car « Nous avons le fusil ou le canon, mais pas assez de munitions ». À part cela, la propagande semblait être en très bon chemin26.

  • 27 « Rapport Langlois », 09/02/1916, Arch. dipl., 10PAAP 10/15.
  • 28 « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 150/2/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/681, fol. 8-14.
  • 29 « Lettre de Paul Jean à Robert de Caix », 19/03/1916, Arch. dipl., série 1CPCOM/681, fol. 20-26.

21Cependant, parmi les officiels français à Pétrograd, le jugement porté sur le bureau de propagande fut beaucoup moins optimiste. Le colonel Langlois, chef de l’état-major de la Mission militaire française en Russie, écrivait dans son rapport du 9 février : « Toute cette organisation est absolument insuffisante et ne peut donner les résultats que nous avons le devoir d’atteindre ». Au lieu de cela, il serait indispensable de créer un service de propagande établi sous le contrôle central de l’ambassade de France et dirigé par un agent professionnel27. Patouillet, en revanche, s’opposait à l’idée « d’attaché de propagande » pour la Russie. Au lieu d’un chef de mission sans expérience des choses russes, il plaidait pour qu’on lui envoie plutôt un ad latus susceptible de l’assister dans la tâche de l’expansion du service28. Pour cette fonction, il sollicitait l’affectation de Raoul Labry, un jeune slavisant attaché à l’époque à la mission médicale de l’armée d’Orient en Serbie29.

  • 30 « Lettre de Maurice Paléologue à Aristide Briand », 03/03/1916, Arch. dipl., 10PAAP/15.

22De Caix se décida, finalement, pour un compromis. D’un côté il approuvait l’arrivée de Labry et assurait l’augmentation de la mensualité de l’IFP à 3 000 francs. D’un autre côté, il désignait le comte François d’Humilly de Chevilly (1870-1933) au poste d’agent de propagande pour coordonner, dès le mois de mars, la section cinématographique et photographique du service. Cet ancien officier et banquier, résidant depuis un grand nombre d’années à Pétrograd et pourvu d’un réseau de contacts auprès du monde des affaires et du monde militaire, lui parut être spécialement qualifié pour assumer, à long terme, les fonctions de chef du service de propagande en Russie. Cependant, faute d’un règlement officiel de la question de direction, cela ouvrait la voie à un conflit de compétence entre Patouillet et Chevilly, conflit qui se manifesta dans les mois suivants30.

  • 31 « Lettre du comte de Chevilly à Robert de Caix », 25/07/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/682, fol. 81-82.

23Au lendemain du départ de Patouillet pour son voyage annuel à Paris, en juin 1916, Chevilly exprimait explicitement son ambition d’être officiellement chargé de la direction du service. Selon lui, cela serait le seul moyen de centraliser et d’harmoniser les initiatives disparates des nombreux individus impliqués dans ce domaine. En même temps, Chevilly considérait Patouillet comme peu susceptible d’assumer cette responsabilité à cause de « son amour-propre, le souci exagéré de l’importance de ses fonctions, le désir de ne sembler soumis à personne31 ».

  • 32 « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 03/01/1917, Arch. dipl., 1CPCOM/683, fol. 14-15.

24C’est seulement au milieu de septembre 1916 que la question de la direction fut formellement résolue en faveur de Chevilly, qui fut chargé de coordonner toutes les activités de la propagande en Russie. Patouillet et ses collaborateurs de l’IFP demeuraient responsables du service de traduction et d’adaptation au sein du bureau de presse, alors que Chevilly assumait la tâche d’agent de liaison avec les rédactions des journaux russes. L’activité de l’IFP devait être ramenée à ses fonctions scientifiques originales. Pour ce faire, deux nouveaux maîtres de conférences furent envoyés à Pétrograd32.

L’Institut français à l’époque de la révolution russe

  • 33 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer », 07/09/1917, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Jules Patouil (...)
  • 34 « Comte de Chevilly : note pour la direction de la propagande », 16/10/1917, Arch. dipl., 117CPCOM/ (...)

25Mais la situation sociale en Russie ne facilitait pas le retour d’un enseignement régulier. Ainsi Patouillet remarquait-il rétrospectivement que « les cours n’ont été qu’une forme accessoire » de l’activité de l’IFP en temps de guerre33, chose qui ne changea guère dans le cadre de la révolution et de l’instabilité politique qui caractérisa l’année 1917 en Russie. Ainsi l’Institut français fut-il en quelque sorte contraint de demeurer un organe politique plutôt que scientifique. Des collaborateurs furent, de nouveau, recrutés pour remplir diverses tâches de la propagande : conférences, administration de l’agence interalliée d’informations télégraphiques, propagande personnelle auprès des différents camps politiques, etc.34.

  • 35 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer, 02/11/1917 », Arch. nat., 62AJ/62, dossier Jules Patouil (...)

26Patouillet s’orienta alors vers la diplomatie scientifique et intensifia ses contacts avec l’historien libéral M. I. Rostovtsev et l’orientaliste renommé S. F. Oldenbourg, le nouveau ministre de l’Instruction publique au sein du gouvernement provisoire. Sous couvert d’une « union scientifique », ils projetaient un service de promotion mutuelle des sciences russes et françaises au sein des revues scientifiques respectives, des échanges académiques réguliers et la création d’un Institut russe à Paris – pendant logique de l’IFP35. La prise du pouvoir bolchevique mit fin à ces projets.

  • 36 Pour la Commission chargée de l’examen des questions russes, voir Arch. dipl., 1CPCOM/683bis.

27Cependant, les efforts de la propagande française continuaient et devaient être élargis, selon le gouvernement français, afin d’éviter la conclusion d’une paix séparée entre l’empire allemand et la Russie des Soviets. En décembre 1917, le ministre des Affaires étrangères créa une Commission chargée de l’examen des questions russes, sous la présidence d’Henry Franklin-Bouillon. Parmi ses membres se trouvaient le comte de Chevilly, Robert de Caix et Paul Boyer. La tâche de la commission était d’élaborer une nouvelle stratégie d’action de la France en Russie, un plan de l’extension du service de la propagande et une liste de personnel français susceptible d’être envoyé en mission en Russie. Après plusieurs séances, la commission recommandait, entre autres, que le budget et le personnel du service de la propagande fussent largement augmentés. De plus, la coopération avec les services homologues de ses alliés devrait être sensiblement renforcée36.

  • 37 « Lettre de Étienne Avenard et Giovanni Malfitano à Émile Borel », 17/12/1917 », Arch. dipl., 1CPCO (...)
  • 38 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer », 26/01/1918, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Jules Patouil (...)

28L’Institut français avait déjà agi dans ce sens, appelant les représentants de la Grande-Bretagne, des États-Unis, de l’Italie et de la Belgique à protester contre « les manœuvres bolchevistes » et à créer « l’entente intellectuelle et morale » entre la Russie et ses alliés37. Cependant, l’action de propagande devenait chaque jour plus difficile, à mesure que la dictature des Soviets s’installait et que la guerre civile se répandait. Par ailleurs, l’IFP se voyait toujours confronté aux problèmes financiers. Le ministère des Affaires étrangères n’avait jamais répondu de manière satisfaisante aux sollicitations de son directeur ; le versement des subventions régulières se faisait attendre, et la situation de l’approvisionnement se détériorait à vue d’œil. Ainsi, Patouillet se plaignit plusieurs fois auprès de Boyer de ce que les collaborateurs de l’Institut souffraient de la faim. Labry devrait même chercher un emploi au sein de la Chambre de commerce franco-russe afin de pouvoir subvenir à ses besoins38.

29En mars 1918, l’IFP – comme l’ambassade de France – était forcé de quitter Pétrograd, sous la menace d’une avancée de l’armée allemande, et s’installait à Moscou. Des subventions supplémentaires du côté du ministère des Affaires étrangères pouvaient, certes, assurer le maintien de l’Institut, mais son champ d’activité était chaque fois plus restreint et son impact marginalisé. À la fin de l’année 1918, Patouillet et ses collaborateurs rentraient en France.

 

30L’Institut français de Pétrograd avait progressivement abandonné ses fonctions scientifiques en temps de guerre. Depuis décembre 1915, il avait en quelque sorte été absorbé par le service de propagande. Toutefois, dans la perspective contemporaine, cette transformation était moins radicale que le regard rétrospectif pourrait le suggérer. Dès sa création en 1911, l’IFP avait poursuivi une mission politique en vue du rayonnement intellectuel de la France à l’étranger. Étant un acteur de la diplomatie culturelle française, il employait déjà avant la guerre une propagande culturelle, au sens large du terme. Le caractère jamais strictement défini de l’institut et la surveillance presque inexistante de la part de son conseil d’administration permettaient au directeur une liberté d’action considérable. Prenant en compte ses grandes ambitions de transformer l’IFP en un « consulat intellectuel », Patouillet pouvait facilement utiliser cette marge de manœuvre pour assumer des fonctions de diplomate non officiel et de collaborateur de la propagande politique.

31L’engagement de l’IFP au sein du service de la propagande ne peut être perçu que dans le contexte de ses problèmes financiers permanents. Les subventions de la Maison de la presse permettaient le maintien matériel de l’Institut. La référence à ses contributions actives à l’effort de la France servait, en plus, de moyen de pression auprès des potentiels bailleurs de fonds. Néanmoins, les tentatives répétées de Patouillet pour obtenir un financement correspondant à ses projets ambitieux n’ont jamais eu de succès complet.

32L’analyse de l’activité de l’IFP pendant la guerre révèle aussi les défis et problèmes de la propagande française en Russie. Le service de la propagande devait être exercé, faute d’expérience historique, par des amateurs comme de Caix et Patouillet. Faisant de leur mieux selon leurs capacités personnelles, ils ne pouvaient pas s’appuyer sur des structures établies et étaient avant tout forcés d’improviser. La rivalité personnelle entre Patouillet et Chevilly n’était que l’expression du manque de direction centrale au niveau de l’ambassade de France et du ministère des Affaires étrangères. L’absence de coordination se transposait, de la même façon, aux relations interalliées. Le bureau de propagande anglais était plutôt perçu comme un concurrent dans la quête des sympathies russes que comme un collaborateur potentiel. Malgré plusieurs tentatives, la Triple Entente ne se réalisait donc guère au niveau de la propagande. Finalement, il est quand même douteux qu’un service de propagande plus professionnel, mieux doté et mieux coordonné aurait été capable d’éviter, au début de 1917, la désintégration politique et militaire d’un pays aussi las de la guerre que la Russie des tsars.

  • 39 R. Labry, Autour du bolchevisme.
  • 40 Arch. dipl., série 417QO : service des Œuvres français à l’étranger (1912-1940), fonds 39 : Russie (...)
  • 41 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer », 07/05/1920, Arch. nat., sous-série 62AJ, fonds 62, dos (...)

33Dans les mémoires de son séjour en Russie, Raoul Labry reprochait au service de la propagande française de n’avoir pas réussi à s’adapter aux nouvelles conditions créées par la révolution russe. Se concentrant presque exclusivement sur les élites politiques et intellectuelles, la propagande aurait toujours négligé les milieux populaires39. Cette critique pouvait facilement être adressée, d’une manière particulière, à l’Institut français de Pétrograd, qui agissait avant tout parmi le monde universitaire. Néanmoins, l’engagement en faveur d’un rapprochement scientifique franco-russe était le seul objectif que l’institut expatrié pouvait poursuivre au lendemain de son retour en France. Ainsi, Patouillet allait intervenir à plusieurs reprises au profit des académiciens russes émigrés et devenir, en 1920, le secrétaire général auprès du Comité de secours aux écrivains et savants russes en France40. L’IFP se maintenait en exil, alors que son importance devait constamment diminuer, jusqu’à sa dissolution formelle dans les années 1950. Cependant, au début des années 1920, Jules Patouillet songeait toujours à un prochain retour de l’institut en Russie pour réaliser son grand projet de « consulat intellectuel41 ».

Bibliographie

Chaubet François, La politique culturelle française et la diplomatie de la langue : L’Alliance française (1883-1940), Paris, L’Harmattan, 2006.

Dmitriev Aleksandr N., « La mobilisation intellectuelle : la communauté académique internationale et la Première Guerre mondiale », Cahiers du monde russe, 2002, vol. 43, no 4, p. 617-644.

Doumer Paul, Le Matin, 27 février 1911, p. 1.

Ehrhard Marcelle, « Jules Patouillet », Revue des études slaves, 1944, vol. 21, no 1-4, p. 179-183.

Labry Raoul, Autour du bolchevisme, Cahors, chez l’auteur, 1921.

Leonhard Jörn, Die Büchse der Pandora : Geschichte des Ersten Weltkriegs, Munich, C. H. Beck, 2014.

Medvedkova Olga, « “Scientifique” ou “intellectuel” ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg », Cahiers du monde russe, 2002, vol. 42, no 2-3, p. 411-422.

Patouillet Jules, L’armée et le soldat russes, Paris, Foi et Vie, 1915.

Patouillet Jules, « Les relations intellectuelles entre la France et la Russie », Revue de Paris, 15/03/1920, p. 429-448.

Pondopoulo Anna, « Paul Boyer, ses liens avec la Russie et les enjeux politiques de la réforme de l’École des langues orientales dans les années 1910 », dans Charon Annie, Delmas Bruno, Le Goff Armelle (dir.), La France et les Français en Russie : nouvelles sources et approches (1815-1917), Paris, École nationale des chartes, 2011, p. 341-360.

Rjéoutski Vladislav, « Francuzskij institut v Sankt-Petersburge i russko-francuzkoe kul’turnoe sbliženie » [L’Institut français de Saint-Pétersbourg et le rapprochement culturel russo-français], dans Čerkasov P. (dir.), Rossija i Francija, Moscou, Nauka, 2006, p. 293-322.

Notes

1 Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer, 15/12/1915, Arch. nat., sous-série 62 AJ : École nationale des langues orientales vivantes (INALCO), fonds 62, dossier Jules Patouillet.

2 Les dates sont données selon le « nouveau style », c’est-à-dire selon le calendrier grégorien, que la Russie n’a adopté qu’en 1918.

3 V. Rjéoutski, « Francuzskij institut v Sankt-Petersburge i russko-francuzkoe kul’turnoe sbliženie » ; O. Medvedkova, « “Scientifique” ou “intellectuel” ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg ».

4 Pour l’histoire de l’Alliance française, voir F. Chaubet, La politique culturelle française et la diplomatie de la langue : L’Alliance française (1883-1940).

5 P. Doumer, « L’expansion intellectuelle de la France », p. 1.

6 Les livres de comptes de l’Institut sont conservés aux Archives nationales : coll. 19820521 : laboratoire de slavistique (1918-80), carton 95/323 : « Institut français de Léningrad ». Du côté des ministères des Affaires étrangères et de l’Instruction publique, l’IFP recevait une subvention annuelle de 30 000 F. Pour couvrir des dépenses annuelles d’environ 80 000 F, l’IFP était dépendant de souscriptions individuelles d’un montant de 50 000 F.

7 « Lettre de Louis Réau à Paul Boyer », 20/03/1911, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Louis Réau.

8 A. Pondopoulo, « Paul Boyer, ses liens avec la Russie et les enjeux politiques de la réforme de l’École des langues orientales dans les années 1910 ».

9 Liste des publications : bibliothèque de l’IFP, Arch. nat., 62AJ/62, dossier IFP publications.

10 Avant la guerre, l’Institut accueillait jusqu’à 170 élèves. La plupart d’entre eux étaient des femmes. « Louis Réau : rapport sur le fonctionnement de l’Institut présenté au conseil d’administration. Année scolaire 1911-1912, Saint-Pétersbourg, 1913 », Arch. nat., sous-série AJ/16 : Académie de Paris, fonds 6953.

11 Ibid.

12 « Lettre de Gaston Caminade à Paul Boyer », 02/05/1913 ; Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer, 15/12/1915, Arch. nat., 62AJ/62, dossiers Caminade / Patouillet.

13 Voir la correspondance entre Réau et Boyer, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Réau.

14 « Lettre de Paul Boyer à Louis Réau », 16/10/1912, Arch. nat., 62AJ/62, dossier correspondance Boyer.

15 « Jules Patouillet, note sur l’Institut français de Pétrograd », Arch. nat., 62AJ/61, dossier Avenard / Malfitano.

16 M. Ehrhard, « Jules Patouillet » ; « Dossier de carrière Jules Patouillet », Arch. nat., sous-série F/17, carton 24267.

17 « Lettre de Jules Patouillet à Émile Mâle », 01/12/1913, archives de l’Institut de France, fonds Émile Mâle, ms. 7656, fol. 19.

18 « Jules Patouillet, note sur l’Institut français de Pétrograd », Arch. nat., 62AJ/61, dossier Avenard / Malfitano.

19 A. N. Dmitriev, « La mobilisation intellectuelle : la communauté académique internationale et la Première Guerre mondiale » ; J. Leonhard, Die Büchse der Pandora : Geschichte des Ersten Weltkriegs.

20 Voir les fonds suivants aux Archives diplomatiques : série 1CPCOM : guerre (1914-18), sous-série Russie, fonds 681-686 ; série Correspondance politique et commerciale (1914-40), sous-série 117CPCOM : URSS (1918-1929), fonds 378-389.

21 « Note à M. Philippe Berthelot sur l’organisation de la propagande en Russie », fin 1915, Arch. dipl., série papiers d’agents ; arch. priv., 10PAAP : papiers de Philippe Berthelot, fonds 15, fol. 1-11.

22 « Jules Patouillet, note sur l’Institut français de Pétrograd », Arch. nat., 62AJ/61, dossier Avenard / Malfitano.

23 « Lettres de Jules Patouillet à Ernest Lavisse », 11/11/1914 et 17/11/1914, Arch. nat., 62AJ/61, dossier Rapports des directeurs, 1911-1916.

24 J. Patouillet, « L’armée et le soldat russes ».

25 « Note à M. Philippe Berthelot sur l’organisation de la propagande en Russie », fin 1915, Arch. dipl., 10PAAP/15, fol. 1-11 ; « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 15/02/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/681, fol. 8-14.

26 « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 15/02/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/681, fol. 8-14.

27 « Rapport Langlois », 09/02/1916, Arch. dipl., 10PAAP 10/15.

28 « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 150/2/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/681, fol. 8-14.

29 « Lettre de Paul Jean à Robert de Caix », 19/03/1916, Arch. dipl., série 1CPCOM/681, fol. 20-26.

30 « Lettre de Maurice Paléologue à Aristide Briand », 03/03/1916, Arch. dipl., 10PAAP/15.

31 « Lettre du comte de Chevilly à Robert de Caix », 25/07/1916, Arch. dipl., 1CPCOM/682, fol. 81-82.

32 « Lettre de Jules Patouillet à Robert de Caix », 03/01/1917, Arch. dipl., 1CPCOM/683, fol. 14-15.

33 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer », 07/09/1917, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Jules Patouillet.

34 « Comte de Chevilly : note pour la direction de la propagande », 16/10/1917, Arch. dipl., 117CPCOM/378, fol. 2-14.

35 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer, 02/11/1917 », Arch. nat., 62AJ/62, dossier Jules Patouillet.

36 Pour la Commission chargée de l’examen des questions russes, voir Arch. dipl., 1CPCOM/683bis.

37 « Lettre de Étienne Avenard et Giovanni Malfitano à Émile Borel », 17/12/1917 », Arch. dipl., 1CPCOM/684, fol. 67-73.

38 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer », 26/01/1918, Arch. nat., 62AJ/62, dossier Jules Patouillet.

39 R. Labry, Autour du bolchevisme.

40 Arch. dipl., série 417QO : service des Œuvres français à l’étranger (1912-1940), fonds 39 : Russie (1912-1932) ; J. Patouillet, « Les relations intellectuelles entre la France et la Russie ».

41 « Lettre de Jules Patouillet à Paul Boyer », 07/05/1920, Arch. nat., sous-série 62AJ, fonds 62, dossier Jules Patouillet.

Auteur

Doctorant en histoire, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, Allemagne

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access