Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Les savoirs à l’épreuve de l’interculturel

Transmettre le savoir à travers la traduction : interprètes européens et chinois auprès de la main-d’œuvre chinoise employée en France pendant la Première Guerre mondiale

Yuan Hua Liu-Honvault

Résumé

Entre 1917 et 1919, 40 000 ouvriers chinois travaillent sur le front français pour les Français, et 100 000 pour les Britanniques dans le cadre de travaux militaires liés à la Grande Guerre. Les employeurs français et britanniques ont rapidement constaté que la barrière de la langue constituait un obstacle à la productivité, notamment pour la main-d’œuvre non qualifiée. La communication propose d’examiner le rôle des interprètes auprès de la main-d’œuvre chinoise dans cette transmission des ordres et instructions émanant de l’employeur ou de ses préposés. De manière plus large, ces interprètes ne sont pas seulement chargés de traduire, mais aussi de favoriser l’esprit d’équipe et d’aider à classer les tâches par degrés d’urgence. Pour améliorer la communication avec ces ouvriers, on organise des réunions d’information et des cours. On s’interrogera sur le choix de la langue enseignée et les outils de travail choisis, notamment un livret de phrases bilingues anglais-chinois élaboré pour aider les officiers anglais. Comme la plupart des ouvriers chinois sont des paysans dépourvus d’instruction, beaucoup d’efforts sont déployés de part et d’autre pour assurer la coexistence de valeurs culturelles différentes. Cette étude est issue de recherches menées dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat sous la direction de Michel-Pierre Chélini à l’université d’Artois, « Travailler pour les Alliés en France pendant la Grande Guerre : les salariés chinois et l'économie militaire, 1916-1919 ».

Texte intégral

  • 1 N. Q. Li, L’histoire de l’interprétariat ; H. Van Hoof, « De l’identité des interprètes au cours d (...)

1La traduction d’œuvres depuis une langue étrangère vers le chinois a commencé par celle des textes sacrés du bouddhisme, puis s’est déployée vers les œuvres scientifiques. À partir de la seconde guerre de l’Opium intervient une troisième vague de traductions, avec les œuvres littéraires. Quand les traducteurs ne maîtrisaient pas suffisamment la langue du livre à traduire, ils étaient assistés par des interprètes. Ces interprètes étaient à l’origine des étrangers habitant près des frontières ou leurs descendants ; peu à peu, la fonction d’interprète s’étendit en Chine à différents domaines de la vie économique, politique, religieuse ou sociale1.

2L’augmentation des déplacements et du commerce, le développement de la colonisation et du champ des relations internationales se sont déployée tout au long du xixe siècle, mais les progrès techniques des moyens de transport et l’intensification des échanges, qui augmentaient les contacts entre États et populations, se sont heurtés aux différences de langue. Le recours à l’interprète s’imposa souvent, et il devint un personnage clef dans de nombreuses situations commerciales, fiscales, militaires ou politiques. Leur nombre augmenta très sensiblement, avec des niveaux de professionnalisation différents : à côté des interprètes occasionnels, aux capacités approximatives, dans les villages ou les quartiers, apparurent des interprètes professionnels libéraux et des interprètes fonctionnaires.

3Parallèlement, des formes de regroupement linguistique existent. En Chine, la langue chinoise contemporaine se divise en grandes zones de dialectes et une zone de mandarin ; la zone du mandarin est formée par différents guan hua (mot qui désigne la « langue des officiels », c’est-à-dire la prononciation standard du chinois, utilisée au niveau des couches supérieures et dans les textes religieux). Les dialectes issus de cette zone du mandarin sont plus faciles à comprendre que les dialectes régionaux utilisés dans les zones de dialectes régionaux (comme le cantonais). Durant la Grande Guerre, 80 % des ouvriers chinois (recrutés dans le Nord) sont originaires de cette zone du mandarin.

  • 2 M. Summerskill, China on the Western front.

4La Première Guerre mondiale, en se généralisant, élargit le champ des personnels mobilisés, notamment les soldats ou les salariés coloniaux ou extra-européens, et celui des langues qu’ils devaient utiliser. Elle prolongea en les accentuant les tendances amorcées au siècle précédent. Ainsi, au milieu du xixe siècle, le gouvernement anglais avait nommé des student interpreters2 affectés en Chine. Il s’agissait à l’origine d’un poste de premier échelon dans le service diplomatique et consulaire britannique et américain de certains pays. Le Foreign Office britannique avait nommé les student interpreters après l’ouverture de la Chine et du Japon au milieu du xixe siècle pour apprendre la langue du pays, dans le but de développer un corps consulaire s’exprimant couramment dans les langues locales. Ces fonctionnaires consulaires devaient rester dans le pays choisi pendant toute leur carrière. La naissance de l’interprétariat diplomatique avait ainsi déjà créé ce besoin d’interprètes spécialisés. Quand les gouvernements français, puis britannique, décidèrent de recruter de la main-d’œuvre auxiliaire en Chine, la question de l’interprétariat devint cruciale.

  • 3 Service historique de la Défense, Centre des archives de l’armement et du personnel civil, Châtell (...)
  • 4 National Archives, site de Kew (dorénavant NA Kew), séries FO 228 pour l’embauche des interprètes (...)

5Les sources dont nous disposons sur ce sujet sont relativement dispersées. Les principaux dossiers d’archives se partagent entre la Chine, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Pour le personnel chinois recruté par la France, les dossiers du Service historique de la Défense constituent un point de départ3. Aux archives nationales britanniques, les documents du Foreign Office évoquent les difficultés d’embauche des interprètes chinois et européens, tandis que ceux du War Office mettent plus l’accent sur la compétence insuffisante de candidats inexpérimentés et ses effets sur la discipline et le rendement des ouvriers4.

  • 5 S. J. Chen, Les travailleurs chinois et la guerre européenne ; G. Sun, Carnet de notes d’un travai (...)
  • 6 D. Klein, With the Chinks.
  • 7 T. Chen, Chinese migration, with special reference to labor conditions.
  • 8 Ibid.
  • 9 S. J. Chen, Les travailleurs chinois et la guerre européenne ; J. G. Zhang (dir.), Chinese Laboure (...)

6Dans la littérature imprimée, on trouve des informations sur les interprètes chinois dans des ouvrages qui décrivent pour la plupart de jeunes étudiants venant de Chine, manquant d’expérience sociale et professionnelle5. Quant aux officiers européens parlant chinois, l’analyse sur leurs capacités linguistiques est limitée et les conditions de leur recrutement sont rarement évoquées. Ceux venant de Chine sont issus de plusieurs horizons6. Les différents emplois des interprètes dans les compagnies chinoises en Europe n’ont pas été bien identifiés7. Un des premiers ouvrages académiques importants sur le sujet des travailleurs chinois en France est rédigé en anglais et analyse leur venue en France sous l’angle de l’immigration8. Par ailleurs, un certain nombre d’ouvrages d’époque ont été repris et enrichis par des travaux contemporains9.

7Avec le recrutement massif d’ouvriers chinois à partir de 1916 (plus de 100 000 en quelques mois), la question de la langue devint capitale pour leur transmettre des ordres et encourager leur productivité. Pour y répondre, on pouvait imaginer le recrutement soit de nombreux officiers et sous-officiers interprètes britanniques parlant le chinois ; soit le recrutement d’un certain nombre d’interprètes chinois, en leur confiant des fonctions d’encadrement (officiers ou sous-officiers interprètes chinois) ; soit l’association d’officiers interprètes britanniques en nombre limité et d’un certain pourcentage d’interprètes chinois ayant le rang de contremaîtres pour assurer la liaison. C’est la troisième solution qui a prévalu, avec des nuances entre les Britanniques et les Français.

8Il est nécessaire de s’interroger sur les raisons qui ont guidé les choix effectués par les états-majors, le statut de ces personnels disposant d’une qualification d’interprète et l’efficacité générale du dispositif retenu, aussi bien du côté des interprètes que des ouvriers chinois et de l’état-major. Nous nous proposons d’examiner successivement le nécessaire recrutement de personnel bilingue pour accompagner la main-d’œuvre chinoise, une première étape consistant à recruter des « officiers interprètes » européens, puis une seconde étape, complémentaire, le recrutement d’interprètes chinois.

Un nécessaire recrutement de personnel bilingue pour accompagner la main-d’œuvre chinoise

9La France embauche différents types de main-d’œuvre, par le biais de deux administrations différentes : le Service de la main-d’œuvre étrangère (SMOE), géré par le ministère de l’Armement, qui encadre les travailleurs européens, et le Service d’organisation des travailleurs coloniaux (SOTC), assuré par le ministère de la Guerre, qui encadre les travailleurs coloniaux et les travailleurs chinois. Ces derniers sont embauchés par un accord officiel franco-chinois signé en mai 1916. Comme la Chine n’est pas encore en guerre, la matérialisation des contrats passés est réalisée par des sociétés privées ; une mission officielle dirigée par le lieutenant-colonel Truptil parraine le recrutement, finalisé par la société Huimin, fondée par un consortium bancaire. Le nombre d’ouvriers souhaité par les Français est de 50 000 ; le nombre réel embauché est de 40 000 environ. Les zones d’embauche correspondent aux lieux d’installation des entreprises filiales du groupe Huimin : à Tianjing, Hong Kong, Shanghai Pukou et Qingdao (province du Shandong).

10La même année, en octobre, le gouvernement britannique adopte une stratégie d’embauche consistant à lancer le recrutement dans sa concession chinoise de Wei-Hai-Wei, sans en avertir officiellement le gouvernement chinois, puis dans la ville proche de Qingdao et dans la province voisine du Zhili (aujourd’hui Hebei) ; Shandong et Zhili représentent l’essentiel des zones d’embauche britanniques. Le nombre initial de recrutements prévu est de 15 000, mais en réalité près de 100 000 ouvriers sont engagés.

11En 1917, la Chine entre en guerre officiellement aux côtés des Alliés. Les dernières arrivées de contingents chinois en France ont lieu au mois de mai 1918. Les Français comme les Anglais privilégient les capacités des Chinois du Nord, plus résistants aux froids du front ouest. Il s’agit pour la plupart de paysans dépourvus d’instruction. On constate qu’il y a plus de Chinois du Sud chez les Français que chez les Anglais, ce qui va augmenter le nombre de parlers chinois à gérer pour les employeurs dans l’Hexagone.

  • 10 NA Kew, 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British E (...)
  • 11 N. J. Griffin, The Use of Chinese labour by the British army, 1916-1920, annexe A.

12Les effectifs chinois employés par la Grande-Bretagne auprès de son corps expéditionnaire en France augmentent rapidement après 1916, la Grande Guerre nécessitant de plus en plus de main-d’œuvre, notamment pour préparer les opérations (logistique, travaux de tranchées etc.10). Les ouvriers et manœuvres chinois dépendent d’une structure militaire spécifique, le Chinese Labour Corps, composé d’un peu moins de 200 compagnies en fin de période. La plupart de ces compagnies sont constituées de main-d’œuvre non qualifiée, les compagnies explicitement « qualifiées » représentant moins de 3 % du total de l’effectif. Une majorité (120 sur 192) des compagnies est affectée à l’état-major et aux transports, pour des tâches principalement logistiques11. Le besoin en interprètes augmente arithmétiquement avec le nombre d’ouvriers chinois. Au niveau de l’encadrement, quand le nombre des ouvriers chinois est devenu plus important en France, les problèmes de compréhension se sont également aggravés.

13Du côté français, durant l’année 1916, on compte 5 976 travailleurs chinois débarqués au port de Marseille, puis durant l’année 1917, l’arrivée de 18 000 autres. À la manufacture d’armes de Châtellerault, le manque d’interprètes militaires français se fait alors sentir. Pour le maintien de l’ordre et de la discipline dans les cantonnements, le SOTC renforce l’encadrement disciplinaire, avec deux sergents et quatre caporaux par groupement, dont au moins un qui soit apte aux fonctions de comptable ; mais ils ne disposent pas de vraies connaissances en langue chinoise.

14Les employeurs français et britanniques constatent rapidement que la barrière de la langue constitue une limite à la discipline, mais surtout un réel obstacle aux gains de productivité.

  • 12 NA Kew, WO 32/5094, minutes du courrier adressé au CIGS (Chief of the Imperial General Staff) et a (...)
  • 13 Ibid., « Substitution of coloured for white fighting troops (1917/1918) ». Le Premier ministre bri (...)
  • 14 Pour le même processus de substitution en France, voir M. Zancarini-Fournel, « Genre et travail : (...)

15De même, les besoins de personnel auxiliaire pour appuyer les mouvements et l’approvisionnement de l’armée britannique en France ne cessent d’augmenter. En janvier 1917, dans la perspective des opérations du printemps, le gouvernement de Londres envisage un remplacement des personnels ouvriers britanniques par des troupes étrangères ou d’origine coloniale et programme un projet de « réduction de la force britannique en France par l’introduction de troupes de couleur12 ». Les effectifs nécessaires sont évalués à un total de 223 000 hommes pour les troupes opérant en France13. Le processus est dénommé « substitution », sur le modèle du mouvement de remplacement ou de compensation de main-d’œuvre masculine par la main-d’œuvre féminine dans les ateliers et les usines du Home front14.

  • 15 NA Kew, WO 32/5094, War Office, « Memorandum from the military members of the army council on a pr (...)
  • 16 M. Summerskill, China on the Western Front. Depuis longtemps, les syndicats anglais protestaient c (...)

16L’Army Council et le Field-Marshal Douglas Haig réagissent de manière mitigée à ce plan. Le personnel britannique qu’il est prévu de remplacer est souvent qualifié et polyvalent15. L’Army Council pointe les questions qui peuvent se poser : la qualification du personnel recruté, la question de la langue pour ce nouveau personnel étranger ou encore les réticences des syndicats16. Les lacunes linguistiques et culturelles et le peu de temps disponible pour former correctement les interprètes ne semblent pas créer des conditions favorables à une organisation raisonnable et efficace du processus de substitution. Certains postes ne peuvent pas être occupés sans une formation préalable ; mais pour être opérationnelle en avril 1917, cette substitution dispose d’un temps de formation trop court, sans compter la nécessité d’installations ou d’établissements supplémentaires pour les dispenser.

  • 17 NA Kew, WO 32/5094, réponse du chef de l’armée britannique en France au War Office, « Employment o (...)

17Du côté des compétences, le Field-Marshal Haig estime que les décalages de qualification rendraient l’opération difficile. Pour réussir cette substitution, il faudrait classer les demandes des employeurs et différencier les unités des ouvriers non européens (« coloured ») selon leur qualification professionnelle et leur statut militaire. Dans l’armée britannique en France, la main-d’œuvre est classée en trois catégories : a pour des unités techniques (secteur d’opération), b pour des unités spécialisés et c pour les actifs non qualifiés (« unskilled ») et ceux qui ne pouvaient pas être inclus dans les catégories a et b. Les unités c étant destinées à compléter le travail des catégories a et b, le personnel non européen du C ne peut pas remplacer les Britanniques dans les catégories a et b dans les unités prévues pour la substitution17. Pour être qualifiés, il leur faudrait passer des examens, ce qui complique le projet.

  • 18 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the Britis (...)

18Cette question de la qualification n’est pas secondaire. Eu égard aux effectifs chinois salariés, plus de 100 000 recrues masculines de vingt à quarante ans, le rôle des officiers et sous-officiers britanniques dévolus devient essentiel. Eux-mêmes doivent bénéficier d’une amélioration de leurs compétences militaires, techniques et linguistiques, pour augmenter la productivité des compagnies qu’ils commanderont18.

19Les cinq armées ne disposent que de 66,5 compagnies non qualifiées (« unskilled ») ; état-major et logistique de transport associent compagnies non qualifiées et semi-qualifiées, et on ne compte que 5,5 compagnies qualifiées, un peu moins de 3 % du total, pour l’ensemble des effectifs chinois recrutés. Par nombre d’affectations, les plus importants « employeurs » britanniques d’ouvriers chinois sont le Grand Quartier général et les communications (120 compagnies), puis les différentes armées (66 compagnies), d’où se détachent la seconde armée (23) et la 4e (16), car les 1ère, 3e et 5e armées emploient moins d’interprètes (tabl. 1).

Tabl. 1. – Répartition des 192 compagnies chinoises du Chinese Labour Corps employées par la British Expeditionary Force en France au 27 juillet 1918, à l’apogée de leurs effectifs.

Tabl. 1. – Répartition des 192 compagnies chinoises du Chinese Labour Corps employées par la British Expeditionary Force en France au 27 juillet 1918, à l’apogée de leurs effectifs.

D’après N. J. Griffin, « The use of Chinese labour by the British army, 1916-1920 », 1973, p. 261.

20Dans une compagnie d’ouvriers et de manœuvres figurent des officiers « militaires » et des officiers « techniques ». Au début, lors de l’arrivée des ouvriers chinois, les qualités militaires sont considérées comme de plus grande valeur que les qualités techniques, parce qu’elles permettent de gérer les hommes en cas d’urgence. Les choses ont évolué ensuite.

  • 19 Par exemple, la guerre de tranchées et la pénurie de transport maritime entraînaient un besoin cro (...)

21Ces officiers ou sous-officiers disposant de compétences militaires, techniques ou linguistiques travaillent avec les Chinois en seconde ou troisième position, derrière les lignes tenues par les armées britanniques sur le front ouest. Les effectifs salariés non européens de substitution ne sont pas nécessairement équivalents aux effectifs britanniques à remplacer19 : une partie du personnel britannique auxiliaire peut travailler dans des parties plus avancées et plus exposées du front, ce qui serait plus difficile pour des ouvriers étrangers sous contrat.

22Le Field-Marshal Haig prend aussi en considération la composante climatique du recrutement et considère que seuls les Chinois septentrionaux sont à même de supporter l’hiver du nord de la France.

  • 20 S. J. Chen, Les travailleurs chinois et la guerre européenne ; J. G. Zhang (dir.), Chinese Laboure (...)

23Ce plan de substitution britannique est différent de celui de l’envoi de travailleurs chinois en substitution à des effectifs armés conçu par Liang Shiyi20, un des négociateurs d’un accord d’embauche franco-chinois signé en mai 1916, qui envisage l’embauche de 50 000 Chinois uniquement employés à l’exécution de travaux industriels, agricoles, publics ou privés en France, en Algérie ou au Maroc.

  • 21 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the Britis (...)

24Il y a alors beaucoup de types différents de travailleurs dans l’armée anglaise en France, les principaux étant les ouvriers britanniques et les ouvriers chinois21. La durée des contrats est différente selon les types de main-d’œuvre ; si pour certaines catégories, elle est de l’ordre de quelques semaines ou quelques mois, par exemple d’un an pour les Sud-Africains et les Indiens, celle des Chinois est de trois ans. Au fur et à mesure de l’avancement du conflit, il y a aussi de plus en plus de prisonniers allemands ; en juillet 1918, environ 120 compagnies de prisonniers de guerre sont employées pour les différents travaux de la British Expeditionary Force, la quasi-totalité étant affectée à la Line of Communication (LoC).

Une première solution : les « officiers interprètes » européens

  • 22 Dans les textes administratifs et les rapports d’archives, le SOTC utilise le qualificatif de main (...)

25Pour encadrer cette main-d’œuvre, on peut imaginer plusieurs solutions, aux effets variables en termes de coût ou d’efficacité. La première consiste à lier commandement et transmission linguistique, avec des officiers et des sous-officiers européens parlant le chinois ; c’est le principe des « officiers interprètes » européens. La seconde peut être de dissocier les deux fonctions, avec des officiers et des sous-officiers européens ne parlant pas le chinois, assistés d’interprètes chinois. La troisième est de recruter des Chinois avec qualité d’interprètes et de leur confier des fonctions d’encadrement, au moins comme sous-officiers, ce qui reprend la première solution, mais en créant un corps d’officiers ou de sous-officiers chinois interprètes22.

  • 23 NA Kew, WO 31/11346, télégramme du War Office à Sir John Jordan à Pékin, 20/10/1916 : le War Offic (...)
  • 24 NA Kew, WO 106/33, télégramme de Sir Jordan de la légation britannique à Pékin au Foreign Office, (...)

26La première solution permet à moindre frais d’encadrer la main-d’œuvre et de contrôler le travail, les conditions de vie des ouvriers ainsi que les mouvements souterrains de propagande antimilitariste. Dans ce cas, on aurait affaire à des « interprètes militaires », qui disposent d’une connaissance de la langue étrangère en tant qu’officiers ou sous-officiers. Ce recrutement de personnel européen est prévu dans un premier temps par la légation britannique à Pékin, ciblant des Britanniques parlant la langue chinoise et résidant en Chine23, où il sont affectés pour des missions temporaires, comme lieutenants d’infanterie et capitaines dans les corps de coolies. Ce projet repose sur une estimation initiale d’encadrement hiérarchique et linguistique de 13 officiers pour 1 000 hommes, soit un total arrondi de 200 officiers interprètes, et la majorité des capitaines et des lieutenants peuvent être recrutés en Chine24.

  • 25 NA Kew, WO 106/33, lettre du lieutenant-colonel attaché militaire Robertson, « Supply of officers (...)

27Pour être officier, la compétence exigée par l’attaché militaire à Pékin, le lieutenant-colonel David Stephen Robertson, est l’expérience militaire ; comme pour les commandants de bataillons chinois, les candidats doivent être des officiers de l’armée régulière expérimentés, ou d’anciens officiers. Pour lui, la sélection des candidats doit être traitée de manière uniforme et méthodique. En revanche, il n’est pas question de négocier le salaire, car le tarif de rémunération a déjà été convenu avec les intermédiaires de recrutement ou les missionnaires25.

  • 26 NA Kew, FO 228/3322, rapport du révérend Hopkyn Rees, D. D., directeur de l’école linguistique rat (...)
  • 27 NA Kew, WO 106/33, télégramme de la légation à Pékin.

28Pour disposer de meilleurs candidats interprètes chinois, le War Office garantit à l’avance la prise en charge des frais de transport de Pékin à Wei-Hai-Wei après leur pré-sélection. En Grande-Bretagne même, le War Office recrute aussi par annonces dans la presse anglaise et cible des hommes ayant dépassé l’âge du service militaire, parlant la langue chinoise « certificat à l’appui » et disposant d’une expérience avec les coolies chinois. Cela pose la question du certificat, innovation récente pour l’apprentissage du chinois ; certains certificats sont délivrés en Chine par l’école linguistique attachée à la chambre de commerce britannique à Shanghai, avec trois niveaux : avancé, intermédiaire et élémentaire26. Le vivier disponible pour ces officiers-interprètes est très circonscrit27. En décembre 1916, selon la légation britannique à Pékin, il n’y a que 260 sujets britanniques (dont 158 sont des missionnaires) qualifiés d’interprètes dans l’ensemble de la Chine et donc pouvant être recrutés comme officiers. À la date du 10 février 1918, en Chine, les sujets britanniques d’âge militaire connaissant la langue chinoise, y compris les missionnaires, sont 30 dans la classe A (aptes pour le combat) et 200 dans la classe B.

29Du côté français, certains régiments utilisent également des militaires comme interprètes ou commandants de groupe, mais le niveau linguistique en chinois d’une partie des candidats est très limité.

30Pour des non-Chinois, apprendre le chinois à la fin du xixe siècle ou au début du xxe peut procéder de raisons multiples, religieuses, diplomatiques ou commerciales, mais reste une compétence encore peu répandue, non seulement parce que les communautés européennes en Chine ne sont pas nombreuses, mais encore parce que les contacts avec la Chine n’ont pas l’importance des échanges entre l’Europe et l’Amérique ou entre la Grande-Bretagne et l’Inde, par exemple. En Chine même, les formes d’apprentissage de la langue chinoise par des Britanniques sont en grande partie le fruit de l’expérience, par le jeu des échanges courants avec les habitants, les commerçants ou le personnel salarié. Un stade plus élaboré consiste à prendre des cours particuliers avec un enseignant chinois, comme à Tch’ong-King (Chongqing), où des jeunes Britanniques ont commencé à étudier la langue chinoise avec un enseignant chinois, ou encore auprès des dispositifs éducatifs existant quand le nombre d’étrangers est plus important28. On constate cependant qu’il existe peu d’unités d’enseignement supérieur pour la langue chinoise en Chine : l’université de Nanjing et la North China Union Language School, à Pékin29. Cette dernière utilise une nouvelle méthode d’enseignement, ne s’appuyant pas sur des manuels inégalement mis à jour, mais enseignant directement en chinois l’actualité et les coutumes du pays.

  • 30 NA Kew, WO 106/33, télégramme du Foreign Office, 23/041917, indiquant que le War Office a refusé d (...)

31Même si l’attaché militaire anglais à Pékin pense que les conditions d’embauche manquent d’attractivité financière et sociale pour les candidats de haut niveau en langue chinoise, la légation britannique en Chine décide d’envoyer quelques représentants en France. Pour le Foreign Office, à Londres, l’utilisation d’hommes hautement qualifiés comme interprètes des contingents chinois n’est pas complètement adaptée30. En effet, leurs compétences les rendent capables par ailleurs d’occuper des fonctions importantes et des responsabilités dans beaucoup d’autres domaines, ce qui fait hésiter l’état-major à les employer uniquement pour encadrer des unités de salariés.

  • 31 NA Kew, WO 106/33, rapport du lieutenant-colonel commandant du CLC au Director of Labour du GHQ, 2 (...)

32Les premiers contacts entre officiers britanniques et ouvriers chinois en France ne se passent pas bien, selon un rapport d’un commandant du Chinese Labour Corps31, à cause de l’atmosphère dégradante liée à la violence de la guerre ; les nouveaux officiers manquent d’expérience et les Chinois sont incapables de se faire comprendre de leurs supérieurs.

  • 32 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the Britis (...)

33Pour les candidats officiers britanniques ou européens venus de Chine, on prévoit une formation militaire informelle, donnée par le commandant pendant la durée de leur voyage par mer. Au dépôt chinois de Noyelles-sur-Mer, une formation est également prévue pour instruire les officiers et sous-officiers, mais peu d’entre eux peuvent se rendre en pratique dans l’établissement. En France, la pénurie extrême d’officiers dans les unités de travailleurs nécessite la création d’une école de cadets à Boulogne-sur-Mer. Après leur formation, ils sont affectés directement aux unités de travailleurs en France. Pour différentes raisons, cette école est fermée, puis remplacée par une nouvelle. La nouvelle école se concentre sur le mode d’enseignement d’un cours de dix jours pour les officiers et les sous-officiers : cinq jours de formation théorique et cinq jours de stage, avec des connaissances techniques augmentées d’une certaine quantité d’instruction militaire32. La difficulté rencontrée pour développer ces cours est identique à celle rencontrée par d’autres formations : le nombre des participants reste faible à cause des contraintes de travail, car il n’est pas possible de dispenser ces officiers et sous-officiers de toutes leurs autres activités.

34Ces chantiers de guerre exigent toujours un meilleur rendement ; en 1917, parmi les ouvriers chinois, on assiste à un certain nombre de troubles. L’armée britannique pourrait les réprimer par des mesures disciplinaires draconiennes, voire par les armes, mais le risque de faire des victimes dans son propre camp et les impératifs d’image officielle de la Grande-Bretagne auprès de son alliée, la Chine, ne permettent pas d’aller si loin. Dans certains cas, chefs d’équipes et interprètes tyrannisent les ouvriers ordinaires. Améliorer la situation s’avère alors nécessaire.

  • 33 Imperial War Museums, K99/945 : R. I. Purdon, A Chinese phrase book for Chinese Labour, [s.n, s.d. (...)
  • 34 J. Starling et I. Lee, No labour, no battle…

35Pour l’acquisition et la consolidation de la langue chinoise des officiers britanniques, l’outil principal de formation est un livret bilingue, A Chinese phrase book for Chinese labour. Ce livret de 90 pages a été publié sous la direction du major R. L. Purdon, du Chinese Labour Corps33. Bien que ce livre ait été approuvé en octobre 1917, ce n’est qu’en mars 1918 que des exemplaires sont délivrés aux compagnies34. Les compagnies sont encouragées à organiser des classes d’enseignement de langue au moment qu’elles jugent opportun. On trouve dans ce manuel le vocabulaire et des phrases indispensables pour donner confiance aux ouvriers et améliorer leurs performances. Il s’agit de phrases en langage simple, proche de celui des coolies, mais d’une bonne qualité grammaticale en mandarin, comme :

  • « Pourquoi ne viens-tu pas travailler aujourd’hui ? »
  • « Est-ce que cette méthode est bonne ? »
  • « Actuellement je n’ai pas d’argent, je t’en donnerai après-demain. »
  • 35 H. A. Giles (éd.), A Chinese-English Dictionary, Londres / Shanghai, Quaritch, 1892.

36Le vocabulaire est réduit, les sons difficiles à prononcer pour un officier anglais évités le plus possible ; l’orthographe phonétique ou romanisée est en concordance avec le système Wide, inventé en 1859. La méthode d’apprentissage recommande d’abord d’apprendre « comme un perroquet », puis de s’améliorer en écoutant la prononciation des interprètes chinois. Le dictionnaire est indispensable pour l’apprentissage de la langue et la traduction : les autorités conseillent le dictionnaire anglais-chinois édité par H. A. Giles, publié en 189235.

  • 36 NA Kew, 107/37 : rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British (...)
  • 37 G. Sun, Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la guerre européenne.

37Au cours des opérations de 1918, l’offensive allemande oblige des ouvriers à se déplacer d’ouest en est, dans des territoires très proches des zones tenues par les armées ennemies. Le 21 mars, l’armée allemande lance sa grande attaque sur les 3e et 5e armées anglaises. Celles-ci opèrent leur retrait en compagnie de la main-d’œuvre, y compris la main-d’œuvre chinoise. Grâce à un effort de préparation et d’entraînement, un système de protection mobile pour la main-d’œuvre non militaire est progressivement élaboré. L’idée est de s’assurer que les ouvriers soient au bon endroit et sachent exactement ce qu’il faut faire en cas d’attaque ennemie, dans des conditions de communication et de transport difficiles36. Une partie des réflexes à déployer est déjà acquise par l’expérience vécue des ouvriers chinois chez les Britanniques. En septembre 1918, les opérations deviennent plus acharnées, les mouvements de main-d’œuvre se situant alors plus profondément au sein des zones ennemies, ce qui expose parfois les compagnies d’ouvriers presque en première ligne. La rapidité de la contre-offensive alliée à partir de juillet 1918 pousse les Allemands à abandonner avec précipitation leurs positions, jonchées de morts et remplies d’armes et d’équipements laissés sur place, compliquant le travail de la main-d’œuvre étrangère37.

Une solution complémentaire : le recrutement d’interprètes chinois

  • 38 NA Kew, WO 106/33 ; ce projet a été proposé par l’attaché militaire anglais à Pékin.

38Recruter des interprètes chinois en Chine constitue l’autre versant des solutions choisies pour assurer la liaison entre les officiers britanniques et la main-d’œuvre. Cette orientation nécessite la définition de leur statut et commence à se réaliser avec le projet anglais de créer une classe d’interprètes officiers chinois. Selon les instructions du War Office et de l’état-major, il n’est pas possible d’appliquer les grades militaires anglais aux Chinois du Chinese Labour Corps, bien que l’embauche anglaise dans le nord de la Chine se soit avérée un succès du point de vue militaire et politique. Parmi les obstacles figure tout simplement le fait que la Chine n’est pas en guerre à ce moment-là. La légation britannique à Pékin songe alors à élargir la prospection et le recrutement à la région septentrionale chinoise, où des ouvriers ont déjà été engagés par le Chinese Labour Corps38. Elle propose aussi au ministère de former 100 interprètes officiers chinois au grade de second lieutenant pour les compagnies chinoises, et de leur accorder la possibilité d’aller ensuite étudier dans une université en Angleterre après leur service en France.

  • 39 NA Kew, WO 106/33, télégramme du Foreign Office au War Office, 14/12/1917.

39Mais cette solution rencontre rapidement des obstacles. Le War Office pense en décembre 1917 que les compétences des interprètes chinois en France ne donnent pas d’exemples suffisamment convaincants pour pouvoir leur accorder un statut d’officier. D’autres arguments accompagnent ces réticences : dans la tradition militaire anglaise, il n'existe pas de sous-officiers britanniques placés sous les ordres d'un officier chinois ; innover dans ce domaine poserait des problèmes d’égalité sociale entre officiers chinois et officiers britanniques. Par ailleurs, même si cela devait théoriquement poser moins de difficultés, les coolies accepteraient-ils pour autant l’autorité d’officiers chinois39 ?

40Dans le Chinese Labour Corps, on ne nomme pas d’« officiers interprètes » ; à l’origine est prévu un poste d’interprète anglais par bataillon chinois, mais la solution finalement retenue est celle d’un lieutenant britannique possédant une connaissance du chinois parlé, aidé par un adjoint administratif, un Chinese interpreter clerk.

41Avec l’augmentation des besoins d’encadrement linguistique, le War Office n’écarte plus l’appui d’interprètes chinois et cherche à trouver de meilleurs candidats chinois comme interprètes principaux et interprètes en second. Les candidats interprètes doivent disposer de capacités orales et d’une écriture élégante en chinois et en anglais, ainsi que d’une expérience de traduction des documents. Les interprètes en second, capables de parler l’anglais de terrain, doivent savoir gérer des ouvriers ; leur poste est équivalent à celui de chef d’équipe de première classe. Il n’est donc pas pour eux question d’être officiers, mais leur statut les assimile assez logiquement à celui des contremaîtres.

  • 40 Art. 25 du contrat Huimin (ou Truptil pour les francophones) signé le 14 mai 1916.

42En parallèle, chez les Français des solutions similaires sont trouvées pour résoudre le problème du commandement et de la langue auprès des 40 000 Chinois embauchés par l’armée de terre française, qui travaillent principalement dans l’industrie. Dans l’encadrement français, qui occupe aussi des ouvriers chinois, on compte environ un interprète pour 125 ouvriers. Ces interprètes doivent lire et écrire correctement le chinois et avoir des connaissances suffisantes en langue française. Leur travail est de transmettre des ordres et des instructions concernant les travaux aux chefs d’équipe chinois40, qui assurent ensuite l’exécution des demandes de l’encadrement par les ouvriers. Les interprètes sont également assimilés à des contremaîtres.

  • 41 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, 7984-5/8, dépêche du général Famin, Paris, 02/04/1917.

43Si ces interprètes maîtrisent leur propre langue dans un registre linguistique suffisant pour encadrer des ouvriers, ils ne disposent pas toujours d’une bonne connaissance de la langue de l’employeur, le français dans ce cas. Pour y remédier, les interprètes chinois ont été conduits à assister au moins à une heure d’étude quotidienne de la langue française41.

  • 42 SHD DAT, GR 17 N 156, tableau de répartition des travailleurs sur l’emploi des troupes auxiliaires (...)
  • 43 SHD DAT, GR 17 N 156, dépêche du directeur des Étapes nord du groupe d’armées de l’Est, 04/04/1918.
  • 44 SHD DAT, GR 17 N 156.

44Dans l’armée française, l’organisation de la main-d’œuvre contractuelle étrangère diffère de celle de l’armée britannique. Les compagnies chinoises sont plus dispersées, l’envoi des Chinois dans des zones d’opérations françaises étant seulement de quelques « groupes », environ 200 personnes par compagnie. Les ouvriers chinois travaillent souvent par sections de 50, 100, voire 200 sur un chantier42, et le nombre d’interprètes n’est pas suffisant. Il semble cependant indispensable, dans l’intérêt de la discipline et du bon rendement, que chaque compagnie soit pourvue d’un interprète, alors que pour les cinq compagnies chinoises (cinq compagnies représentaient un « groupe ») qui ont été créés dans la zone d’opérations nord, il n’y a que deux interprètes43. Les candidats interprètes sont rares, et leur niveau en langue chinoise n’atteint pas le niveau d’attente de l’armée. En mars 1918, quatre interprètes militaires sont envoyés par l’état-major dans cette zone ; deux d’entre eux possédent une connaissance linguistique du chinois très limitée, qui handicape la transmission des directives en cas d’urgence. En conséquence, l’état-major demande des militaires parlant vraiment le chinois du nord ou la langue « koan-koa » (Guanhua, mandarin), au besoin les dialectes du Nord et les dialectes du Sud (cantonais) et étant capables de commander44.

45Du côté de la main-d’œuvre sont organisés des cours de français pour les futurs ouvriers-interprètes chinois dans des usines de guerre. Mais pour disposer de suffisamment d’interprètes, l’état-major a prévu également que des officiers et des hommes de troupes français soient détachés de leur corps pour être affectés dans les groupements chinois et nommés soit « chefs de groupement », soit « interprètes », selon leur niveau hiérarchique et leur connaissance de la langue chinoise.

  • 45 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, no 8.103-5/8, dépêche du général Famin au commandant du Groupement (...)
  • 46 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, no 8.103-5/8 : tous les interprètes français du groupement devaien (...)

46Toutefois, la compréhension du chinois parlé est souvent freinée par la présence de dialectes ; l’enseignement du français au public chinois semble plus facile à gérer. Le général Pierre Famin, directeur des ouvriers indigènes et chinois, amorce au second semestre 1916 la mise en place de cours avec pour objectif de former des « ouvriers interprètes » chinois en trois à six mois. Les cours portent sur la connaissance des mots et locutions usuels concernant l’exécution du travail. Le but est que non seulement les ouvriers soient capables de faire leur travail sans l’assistance d’un interprète, mais qu’à leur tour, ils servent d’interprètes entre contremaîtres et ouvriers45. On choisit des candidats parmi ceux qui parlent déjà un peu le français, ceux qui ont la vivacité d’esprit nécessaire pour apprendre, ou ceux qui sont intéressés par l’étude de la langue française. Le cours est d’une heure par jour à la fin du travail (sans diminution de salaire), les enseignants sont des interprètes français46. Un examen trimestriel a lieu devant une commission spécifique.

47Au bout de quelques mois, on se rend compte que l’intensité du travail et les mutations fréquentes des ouvriers chinois les empêchent d’assister régulièrement à ces cours et d’y participer correctement. Le général Famin insiste sur l’importance de ces cours. On regroupe donc les candidats chinois autant que possible dans les mêmes équipes de travail, de façon à ne dispenser qu’un seul cours par groupement.

  • 47 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, copie d’une minute, 16/08/1917.

48Dans la manufacture d'armes de Châtellerault, en novembre 1916, on compte 25 ouvriers chinois assistant au cours de français d’une heure par jour ; en août 1917, on identifie 12 élèves au cours de français qui dure deux heures, de 15 à 17 h (le passage d’une à deux heures étant récent); la direction de la manufacture pense qu’il est nécessaire de leur donner une légère prime en plus de leur salaire normal, pour les encourager47. Bien que le pourcentage de participants et le taux de réussite restent encore faibles dans ce programme, cette solution permet à l’établissement d’améliorer en partie la productivité de la main-d’œuvre. Une dimension supplémentaire, demandée plusieurs fois par la direction du SOTC, est que les interprètes jouent également le rôle de collaborateurs des chefs d’atelier et des chefs de groupement pendant et en dehors du travail pour maintenir la discipline et pour éviter les menus incidents qui se sont déjà produits.

49La dimension matérielle et pécuniaire de l’interprétariat mérite d’être abordée, car elle a pu aussi contribuer à attirer les candidats.

  • 48 Statistique générale de la France, Annuaire statistique de la France, Paris, 1937, p. 168-170.
  • 49 Dans le département du Nord, les salaires oscillaient effectivement entre 0,30 et 0,50 F de l’heure (...)
  • 50 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, Paris, 1966, p. 410-420. Le prix du pain reste à peu prè (...)

50Dans les instructions militaires, on souligne qu’il ne faut pas traiter les interprètes chinois comme des coolies. Les différentes compétences des interprètes sont comptabilisées sur leur qualification salariale : 1,50 F, 2,50 F ou 5 F par jour en France, et une paie mensuelle en Chine de 15, 30 et 60 dollars mexicains. Les interprètes les mieux rémunérés gagnent plus de trois fois la solde des interprètes les moins qualifiés. Comme ils sont nourris et logés, et qu’il s’agit d’une rétribution « additionnelle » (une prime plus qu’un salaire de salarié), ces chiffres sont difficilement comparables aux salaires des ouvriers français non mobilisés. Pour esquisser toutefois une comparaison, le salaire horaire moyen à Paris passe de 0,88 F de l’heure en 1911 à 3,53 F en 1921, ce qui représente une moyenne approximative de 1,80 F à 2,20 F en 191648. Dans les départements, où les salaires sont alors 40 à 50 % en moyenne moins élevés qu’en région parisienne, la moyenne des salaires de 38 professions masculines donne 0,46 F de l’heure en 1911 et 2,31 F en 1921, soit 1,20 à 1,40 F en 191649. Le pouvoir d’achat ouvrier subit un retard sur les prix pendant le conflit, sauf pour certains produits subventionnés, comme le pain50.

  • 51 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, 8828-5/8, dépêche du général Famin aux directeurs d’établissements (...)
  • 52 Il n’existe pas de données salariales annuelles homogènes en France avant 1950.

51Du côté français, pour résoudre le déséquilibre de compétence entre les bons interprètes chinois et les médiocres, en considération d’un salaire jugé limité, le général Famin met en place des règles uniformes pour assurer aux interprètes chinois, quel que soit l’établissement où ils sont employés, une situation correspondant à leur valeur professionnelle, pour éviter que l’interprète se trouve en cas de changement dans une situation moins favorable que celle qu’il occupait précédemment. Les règles de rémunération uniforme prévoient l’embauche des interprètes au salaire minimum de 200 F par mois, avec des facilités pour arriver à un salaire de 250 F51 et, pour ceux qui étaient recrutés au salaire de 150 F, la possibilité d’élever autant que possible le salaire à 200 F par mois, et ainsi de suite. Une année de salaire à 200 F mensuels représente théoriquement 2 400 F, ce qui équivaut en 1916-1917 à la rémunération d’un ouvrier qualifié52 ; 250 F mensuels donnent 3 000 F par an, sensiblement moins qu’une solde de sous-officier en zone de conflit (environ 5 000 F).

  • 53 NA Kew, FO 228/2892, lettre du British Emigration Bureau de Tsingtao à Johnstone Bourne, représenta (...)
  • 54 SHD DAT, GR 7 N 161, « Dépêche au sujet des salaires des interprètes chinois du ministre de la Guer (...)

52Au niveau de la rémunération, l’armée anglaise adapte la grille des emplois, avec l’ajout d’un grade d’interprète de 3e classe à la fin de l’année 191753. Du côté français, le SOTC développe une nouvelle mesure d’équité salariale par rapport à la hausse constante des prix de détail de 20 à 30 % par an, en élevant uniformément le salaire des interprètes chinois à 250 F par mois à partir du 1er février 1918, et en prévoyant qu’ils peuvent aussi bénéficier d’une augmentation pour la cherté de vie, fixée dans chaque région pour les ouvriers français et chinois. Dans le cas où les directeurs d’établissements se trouvent dans l’incapacité d’adopter ces nouvelles conditions de salaire, il est prévu qu’ils remettent ces personnels à la disposition du SOTC pour une autre affectation54.

  • 55 Le rapport d’enquête figure vraisemblablement dans les séries archivistiques du SHD CAAPC, mais sa (...)

53Sur le plan de la formation, le séjour prolongé en France des travailleurs du SOTC a permis à la plupart d’entre eux d’acquérir quelques notions de langue française, et même de se familiariser avec elle. En février 1918, pour mesurer leurs progrès linguistiques, le SOTC demande aux établissements de préciser les différents niveaux de compétence de chaque ouvrier pour parler, lire et écrire (dans sa langue maternelle et en français), d’abord à leur arrivée en France et ensuite au moment de l’enquête55.

54Le SOTC rappelle aux établissements l’intérêt d’organiser dans chaque groupement, quel qu’en soit l’effectif, des cours réguliers de français pendant les heures de loisir, pour satisfaire le désir de s’instruire. L’argument avancé est, comme souvent, lié à la productivité : l’effort de chacun réduit le nombre d’illettrés et rend la tâche des établissements plus facile. Le rappel de cette nécessité laisse entendre que tous les établissements ne parviennent pas à mettre sur pied ou à faire fonctionner correctement ce dispositif d’enseignement.

  • 56 Le zhuyin fuhao a été officialisé en Chine par le gouvernement républicain dans les années 1910. Co (...)
  • 57 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British (...)

55Les Anglais n’organisent pas de cours pour leurs ouvriers, mais les volontaires de l’influente association Youg Men’s Christian Association (YMCA), assez présente dans les unités américaines, fait beaucoup d’efforts pour animer la vie quotidienne des travailleurs chinois. La YMCA organise aussi des cours de chinois, de calcul, d’anglais et de zhuyin56, ce dernier recueillant le meilleur taux d’assiduité de la part des apprentis57.

 

56Cette transmission de savoir-faire aux ouvriers chinois en France semble avoir suivi deux directions différentes et complémentaires. Côté britannique, elle s’est effectuée plutôt par le recrutement et l’amélioration des compétences professionnelles et linguistiques des officiers et sous-officiers du Chinese Labour Corps. Côté français, elle semble majoritairement réalisée par l’augmentation du nombre d’interprètes chinois de qualité très inégale, avec une tentative de développer leur maîtrise linguistique. L’objectif de ces deux processus est de développer le plus de communications directes possibles entre les employeurs et les ouvriers étrangers.

57La vie des travailleurs chinois a été étroitement liée à celle des Anglais et des Français dans ce cadre historique particulier, où la capacité d’échanger verbalement pour produire était indispensable. Comme la plupart des ouvriers chinois étaient des paysans, dépourvus d’instruction dans leur propre culture, beaucoup d’efforts ont été déployés de part et d’autre pour leur assurer une adaptabilité minimale et opérationnelle à la culture européenne. L’aide des interprètes s’est révélée indispensable pour cette transmission de savoir-faire technique dans un cadre militaire ; mais les interprètes chinois n’ont jamais pu accéder au statut d’interprètes militaires professionnels avec rang de sous-officiers, pour un ensemble de raisons pratiques et culturelles qui ont créé des barrières à leur ascension dans la hiérarchie.

58L’évolution de la Grande Guerre étant en partie imprévisible, un certain nombre de décisions ont été prises sous la pression de l’urgence et pour répondre aux exigences journalières les plus immédiates, surtout dans les premiers mois. Avec la pérennisation du conflit en 1915-1916, l’entrée dans une guerre plus longue a favorisé des choix de moyen terme. La décision de recruter puis de transmettre des savoir-faire en partie militaires aux ouvriers chinois s’est déployée dans ce contexte, mais l’idée restait de limiter l’expérience à une dimension contractuelle ; le transfert de compétences n’était pas programmé au-delà de la fin de la guerre.

59En tenant compte des difficultés de départ, les solutions choisies ont consisté en un mélange empirique de décisions de bon sens et d’improvisations progressivement corrigées. Le fossé culturel entre la main-d’œuvre chinoise et l’encadrement européen a freiné l’adaptation rapide des ouvriers asiatiques aux contraintes initiales de productivité, mais un processus d’ajustement progressif a permis d’améliorer les rendements et les rémunérations de ces ouvriers. La décision d’utiliser la main-d’œuvre chinoise a été une certaine réussite au point de vue militaire, un renfort important à un moment très difficile de la guerre, et elle a constitué une dette de gratitude pour les Alliés après le conflit.

Bibliographie

Chen San Jing [uniquement en chinois], « Les travailleurs chinois et la guerre européenne, Chang Sha, Yuelu, 2013, 221 p. »

Chen Ta, Chinese Migration, with special reference to labor conditions, Washington, Government Printing Office, 1923.

Dornel Laurent et Regnard Céline, Les Chinois dans la Grande Guerre : des bras au service de la France, Paris, Les Indes Savantes, 2018.

Griffin N. J., « The use of Chinese labour by the British army, 1916-1920: the “raw importation”, its scope and problems », thèse, Norman, University of Oklahoma Graduate College, 1973.

Klein Daryl, With the Chinks, Londres / New York, John Lane Company, 1919.

Lespinet-Moret Isabelle, Machu Laure, Viet Vincent (dir.), Mains-d’œuvre en guerre, 1914-1918, Paris, Documentation française, 2018.

Li Nan Qiu [uniquement en chinois], « L’histoire de l’interprétariat, Qing Dao, Qing Dao chu ban she, 2002 ».

Starling John et Lee Ivor, No labour, no battle: military labour during the First World War, Gloucestershire, Spellmount, 2014.

Summerskill Michael, China on the Western Front: Britain’s Chinese work force in the First World War, Londres, édité par l’auteur, 1982.

Sun Gan [uniquement en chinois], (« Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la guerre européenne, texte répertorié par Qi De Zhi, Tianjin, Institut socio-scientifique de Tianjin, 2013 »).

Van Hoof Henri, « De l’identité des interprètes au cours des siècles », Hieronymus Complutensis, 3, 1996, p. 9-19.

Zancarini-Fournel Michelle, « Genre et travail : les mains-d’œuvre en France au prisme de l’histoire des femmes et du genre », dans Lespinet-Moret Isabelle, Machu Laure, Viet Vincent (dir.), Mains-d’œuvre en guerre, 1914-1918, Paris, Documentation française, 2018, p. 167-174.

Zhang Jian Guo (dir.) [une partie en chinois et une partie en anglais], « Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong University Press, 2009 ».

Notes

1 N. Q. Li, L’histoire de l’interprétariat ; H. Van Hoof, « De l’identité des interprètes au cours des siècles ».

2 M. Summerskill, China on the Western front.

3 Service historique de la Défense, Centre des archives de l’armement et du personnel civil, Châtellerault (dorénavant : SHD CAAPC), et Centre de Vincennes, Service historique de la Défense, département de l’armée de terre, ex SHAT (dorénavant SHD DAT).

4 National Archives, site de Kew (dorénavant NA Kew), séries FO 228 pour l’embauche des interprètes et WO 107/37 pour le fonctionnement des organismes d’encadrement de la main-d’œuvre chinoise, mais aussi des documents déposés à l’Imperial War Museum (K99/945, livret de phrases bilingues anglo-chinoises) ou à la British Library (dossier BL F288 110 pour le fonctionnement du dépôt chinois de Noyelles-sur-Mer). À comparer avec les dossiers français du SHD cités supra.

5 S. J. Chen, Les travailleurs chinois et la guerre européenne ; G. Sun, Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la guerre européenne ; M. Summerskill, China on the Western front ; J. Starling et I. Lee, No labour, no battle: military labour during the First World War.

6 D. Klein, With the Chinks.

7 T. Chen, Chinese migration, with special reference to labor conditions.

8 Ibid.

9 S. J. Chen, Les travailleurs chinois et la guerre européenne ; J. G. Zhang (dir.), Chinese Labourers and the First World War ; L. Dornel et C. Regnard, Les Chinois dans la Grande Guerre.

10 NA Kew, 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British Expeditionary Force, B.E.F. during the war », 14/10/1919, 207 p.

11 N. J. Griffin, The Use of Chinese labour by the British army, 1916-1920, annexe A.

12 NA Kew, WO 32/5094, minutes du courrier adressé au CIGS (Chief of the Imperial General Staff) et aux military members of Council, et remarques sur la proposition de « substitution of coloured for white fighting troops », 20 et 24 janvier 1917.

13 Ibid., « Substitution of coloured for white fighting troops (1917/1918) ». Le Premier ministre britannique propose les chiffres de substitution suivants : Royal Artillery, 100 000 dans des colonnes de munitions ; 35 000 pour les Royal Engineers ; 53 000 pour l’Army Service Corps ; 35 000 pour le Royal Army Medical Corps, soit un total de 223 000 hommes.

14 Pour le même processus de substitution en France, voir M. Zancarini-Fournel, « Genre et travail : les mains-d’œuvre en France au prisme de l’histoire des femmes et du genre ».

15 NA Kew, WO 32/5094, War Office, « Memorandum from the military members of the army council on a proposal that certain of the personnel of artillery ammunition columns and of Royal Engineer, Army Service Corps and Royal Army Medical Corps units might be replaced by coloured troops », 06/02/1917, 15 p. L’Army Council est le conseil supérieur de l’armée, distinct du War Cabinet, cabinet de Guerre.

16 M. Summerskill, China on the Western Front. Depuis longtemps, les syndicats anglais protestaient contre l’emploi de main-d’œuvre chinoise en Angleterre ; pendant la guerre, il n’était possible d’introduire des ouvriers chinois qu’en France.

17 NA Kew, WO 32/5094, réponse du chef de l’armée britannique en France au War Office, « Employment of coloured personnel in substitution of white personnel in certain services », 04/03/1917, et WO 32/11346, tableau « Return of labour being raised for service in France », 03/02/1917. Le recrutement de 15 000 « coolies » chinois par le War Office avait déjà commencé à Wei-Hai-Wei. Pour le Director General of transportation, le pourcentage des ouvriers qualifiés prévu est seulement de 5 % ; 4 000 sont déjà arrivés en France.

18 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British Expeditionary Force, B.E.F. during the war », annexe RR « Technical course for labour company officers » : les cours prévus portent sur la manipulation des différents outils de travail, l’avantage d’appliquer le travail à la tâche, l’organisation et la qualité du travail, les méthodes d’aplanissement des terrains, la lecture d’un plan d’ingénieur, la construction des routes et chemins de fer, les techniques de construction de bâtiments dans des zones avancées, etc.

19 Par exemple, la guerre de tranchées et la pénurie de transport maritime entraînaient un besoin croissant de main-d’œuvre dans le groupement logistique LoC (Line of Communication).

20 S. J. Chen, Les travailleurs chinois et la guerre européenne ; J. G. Zhang (dir.), Chinese Labourers and the First World War.

21 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British Expeditionary Force, B.E.F. during the war », annexe U, « Distribution of labour companies by employments and formations ».

22 Dans les textes administratifs et les rapports d’archives, le SOTC utilise le qualificatif de main-d’œuvre « indigène » ou « exotique », le War Office emploie les prédicats de « coloured » ou « coolie » ; sinon, le terme couramment adopté est « Chinois » (substantif ou adjectif).

23 NA Kew, WO 31/11346, télégramme du War Office à Sir John Jordan à Pékin, 20/10/1916 : le War Office l’a interrogé sur les perspectives de recruter des Européens qualifiés en langue chinoise. WO 106/33, dépêche de l’attaché militaire à Pékin au War Office, au sujet de la candidature de M. Tuckey pour le CLC, 04/12/1917 : quand le candidat ne résidait pas en Chine, il devait postuler directement auprès du service du War Office, ou par le biais de l’attaché militaire à Pékin.

24 NA Kew, WO 106/33, télégramme de Sir Jordan de la légation britannique à Pékin au Foreign Office, 22/10/1916 : quand le projet est déclenché, en septembre 1916, le chef de la légation estimait que pour les 15 000 embauches, la majorité des capitaines et des lieutenants peuvent être obtenus en Chine.

25 NA Kew, WO 106/33, lettre du lieutenant-colonel attaché militaire Robertson, « Supply of officers in Tiensin &c. », 03/11/1916, 3 p.

26 NA Kew, FO 228/3322, rapport du révérend Hopkyn Rees, D. D., directeur de l’école linguistique rattachée à la British Chamber of Commerce, « Report for term ending December 22/17 », 02/02/1918.

27 NA Kew, WO 106/33, télégramme de la légation à Pékin.

28 NA Kew, FO 228/3322 : ce document inclut des résultats d’enquête sur les « facilities for study of Chinese by young Britains » en Chine ; ont été seulement échantillonnées dans la présente étude les réponses de l’année 1918.

29 https://archive.org/details/northchinaunion00nort

30 NA Kew, WO 106/33, télégramme du Foreign Office, 23/041917, indiquant que le War Office a refusé de nommer des officiers consulaires à un grade supérieur à celui de lieutenant.

31 NA Kew, WO 106/33, rapport du lieutenant-colonel commandant du CLC au Director of Labour du GHQ, 25/12/1917, 6 p.

32 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British Expeditionary Force, B.E.F. during the war », chap. X.

33 Imperial War Museums, K99/945 : R. I. Purdon, A Chinese phrase book for Chinese Labour, [s.n, s.d.].

34 J. Starling et I. Lee, No labour, no battle…

35 H. A. Giles (éd.), A Chinese-English Dictionary, Londres / Shanghai, Quaritch, 1892.

36 NA Kew, 107/37 : rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British Expeditionary Force, B.E.F. during the war », p. 87-89.

37 G. Sun, Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la guerre européenne.

38 NA Kew, WO 106/33 ; ce projet a été proposé par l’attaché militaire anglais à Pékin.

39 NA Kew, WO 106/33, télégramme du Foreign Office au War Office, 14/12/1917.

40 Art. 25 du contrat Huimin (ou Truptil pour les francophones) signé le 14 mai 1916.

41 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, 7984-5/8, dépêche du général Famin, Paris, 02/04/1917.

42 SHD DAT, GR 17 N 156, tableau de répartition des travailleurs sur l’emploi des troupes auxiliaires italiennes et des travailleurs coloniaux, GQG, direction des Étapes, 16/06/1918. Le territoire d’opération des armées françaises était divisé en trois zones : zone de l’arrière, zone des étapes et zone de l’avant ; la zone des étapes était placée sous l’autorité des généraux commandants de groupes d’armées, chaque groupe d’armées était doté d’une direction des étapes.

43 SHD DAT, GR 17 N 156, dépêche du directeur des Étapes nord du groupe d’armées de l’Est, 04/04/1918.

44 SHD DAT, GR 17 N 156.

45 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, no 8.103-5/8, dépêche du général Famin au commandant du Groupement de travailleurs chinois de la manufacture d’armes de Châtellerault, Paris, 31/10/1916.

46 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, no 8.103-5/8 : tous les interprètes français du groupement devaient participer au cours de français ; c’est en raison de cette participation obligatoire que la décision est prise le 6 octobre 1916 d’accorder à ces interprètes une indemnité journalière de 5 F.

47 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, copie d’une minute, 16/08/1917.

48 Statistique générale de la France, Annuaire statistique de la France, Paris, 1937, p. 168-170.

49 Dans le département du Nord, les salaires oscillaient effectivement entre 0,30 et 0,50 F de l’heure en 1911 selon la qualification et l’agglomération et 2,20 à 3,30 F en 1920-1921 : INSEE, Direction régionale de Lille, Annuaire statistique régional, Lille (rétrospectif 1789-1950), 1951, p. 314.

50 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, Paris, 1966, p. 410-420. Le prix du pain reste à peu près stable (environ 0,5 F le kg) à Paris pendant la guerre, car il s’agit d’un produit plafonné et subventionné ; il augmente un peu dans les autres grandes villes (0,3 F à Lille). Cependant, les autres prix évoluent rapidement et triplent pendant le conflit, le kg de viande de bœuf passe de 2,80 F à Paris en 1913 à 8 F en 1918, et le kg de savon de Marseille de 0,75 F en 1913 à 3 F en 1918.

51 SHD CAAPC, 232 2H2, carton 1668, 8828-5/8, dépêche du général Famin aux directeurs d’établissements, Paris, 13/04/1917.

52 Il n’existe pas de données salariales annuelles homogènes en France avant 1950.

53 NA Kew, FO 228/2892, lettre du British Emigration Bureau de Tsingtao à Johnstone Bourne, représentant du département de l’armée de terre à Wei-Hai-Wei pour recruter des travailleurs chinois, Wei-Hai-Wei, 29/12/1917.

54 SHD DAT, GR 7 N 161, « Dépêche au sujet des salaires des interprètes chinois du ministre de la Guerre aux services concernés », Paris, 31/01/1918.

55 Le rapport d’enquête figure vraisemblablement dans les séries archivistiques du SHD CAAPC, mais sa localisation exacte n’a pas encore été identifiée à ce stade de la recherche.

56 Le zhuyin fuhao a été officialisé en Chine par le gouvernement républicain dans les années 1910. Composé de 37 caractères et de quatre marques de tonalité, il transcrit tous les sons possibles en mandarin, d'autres variétés de chinois standard et des dialectes mandarins apparentés.

57 NA Kew, WO 107/37, rapport du général de brigade Edward Wace, « The work of labour with the British Expeditionary Force, B.E.F. during the war » ; G. Sun, Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la guerre européenne, p. 112.

Table des illustrations

Titre Tabl. 1. – Répartition des 192 compagnies chinoises du Chinese Labour Corps employées par la British Expeditionary Force en France au 27 juillet 1918, à l’apogée de leurs effectifs.
Crédits D’après N. J. Griffin, « The use of Chinese labour by the British army, 1916-1920 », 1973, p. 261.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 958k

Auteur

Doctorante à l’université d’Artois, Centre de recherches et d’études histoire et sociétés (CREHS)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access