Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Les savoirs à l’épreuve de l’interculturel

Transmettre l’art de transmettre : la grammaire latine entre Antiquité et Moyen Âge (ive-ixe siècle)

Michel Sot

Résumé

La grammaire est la science fondamentale pour la compréhension et la transmission de la langue, vecteur de tous les savoirs. Dans les turbulences culturelles que connaît le monde romain d’Occident, l’Africain Donat a recueilli et systématisé (canonisé) les diverses traditions de la grammaire latine. Quatre siècles plus tard, les savants de la renaissance carolingienne restaurent et perfectionnent cette grammaire, qu’ils considèrent comme la base de toutes les sciences, celle qui permet d’accéder aux textes, et en particulier au texte par excellence : la Bible. Ainsi s’est mise au point la langue qui sera celle de la science médiévale, et pour partie moderne. On voudrait montrer comment la grammaire latine s’est installée au cœur du nouvel empire carolingien, via, bien sûr, l’Italie et l’Espagne, anciennes régions romanisées, mais aussi, ce qui est a priori beaucoup plus surprenant, via les îles Britanniques et en particulier l’Irlande, qui n’a jamais été touchée par l’Empire romain et où le latin est « langue étrangère ».

Texte intégral

1Dans un congrès interdisciplinaire consacré à la transmission des savoirs, il m’a paru important d’aborder dans une communication le principal vecteur des savoirs : la langue. Une langue évolue, s’enrichit ou s’appauvrit, est en contact avec d’autres langues, avec lesquelles elle échange. C’est pourquoi il a été – et il est – nécessaire de la décrire, de l’expliquer et de la transmettre : c’est l’objet de la grammaire, la discipline qui à la fois rend compte de l’état de la langue et tente d’en discipliner l’expression, écrite ou orale.

2À la fin de l’Antiquité et durant le haut Moyen Âge, la seule langue écrite en Occident est le latin. Dans le classement des disciplines, la grammaire est le premier des sept arts libéraux, suivie de la rhétorique et de la dialectique, qui lui sont étroitement liées comme sciences de la langue latine, vecteur de tous les savoirs. Quels savoirs ? Nous sommes dans un monde devenu chrétien au ive siècle, où la connaissance par excellence, celle vers laquelle convergent toutes les disciplines et toutes les sciences, est la connaissance de Dieu. Une connaissance à laquelle on accède par des Écritures, la Bible, que l’on lit en langue latine dans diverses traductions, dont celle qui se révélera la plus importante est celle de Jérôme au ive siècle, reprise par Alcuin à la fin du viiie siècle, et que l’on désignera comme la Vulgate au xvie siècle. La grammaire est à la base de l’exégèse et de la théologie.

3Mais la langue latine véhicule aussi tous les héritages savants. Pensons à l’héritage philosophique gréco-romain, dans le cadre duquel le christianisme s’est pensé depuis saint Paul, jusqu’à saint Augustin pour l’Occident latin. Pensons au savoir juridique : le droit romain est évidemment écrit en langue latine ; le droit de l’Église ou droit canonique aussi ; quant aux droits dits « barbares », ils sont aussi mis par écrit en latin. Pensons encore à l’héritage que nous appelons « littéraire », avec les œuvres des auteurs antiques, chrétiens et païens, abondamment exploités et cités. Pensons même aux connaissances que nous appelons « scientifiques » : la médecine et les mathématiques, l’astronomie ou la géographie, s’étudient dans des textes latins. Principale science de la langue, la grammaire est bien l’art de transmettre.

  • 1 Pour situer la grammaire dans l’histoire générale de la linguistique, nous renvoyons à S. Auroux ( (...)

4Je me propose d’examiner comment elle a, elle-même, été transmise entre Antiquité et Moyen Âge. Pour cela, je me placerai d’abord au premier grand moment de l’histoire de la culture médiévale, celui de la Renaissance carolingienne au ixe siècle. Puis je remonterai aux auteurs qui sont les références les plus invoquées de la grammaire latine : Donat, au ive siècle, et Priscien, au vie siècle ; et j’examinerai finalement comment et par où leurs grammaires ont été transmises au Moyen Âge : par les pays méditerranéens bien sûr, mais aussi, plus surprenant et tout à fait décisif, par les îles Britanniques1.

Renaissance carolingienne et grammaire

5On emploie depuis le xixe siècle l’expression « Renaissance carolingienne » pour désigner le mouvement de retour à la culture antique dans la seconde moitié du viiie siècle et au ixe siècle sous l’autorité de Charlemagne, roi des Francs en 767, couronné empereur en 800, et de ses successeurs. Au cœur de cette Renaissance de la culture et des savoirs, on observe la restauration d’une « bonne » langue latine, et donc d’une grammaire latine corrigée.

  • 2 Éginhard, Vie de Charlemagne, p. 59.

6On en a de nombreux indices. Charlemagne lui-même, nous dit son biographe Éginhard, étudia la grammaire auprès du diacre Pierre de Pise, venu d’Italie après la soumission de cette région aux Francs en 7742. Dans le texte emblématique de la Renaissance carolingienne, le capitulaire appelé Admonitio generalis, émis en 789, celui où le futur empereur ordonne l’institution d’écoles « dans tous les évêchés et monastères », il est précisé que l’on doit y enseigner, avec d’autres disciplines, la grammaire. C’est la première fois que ce mot apparaît dans un texte législatif.

  • 3 A. Boretius (éd.), Admonitio generalis, Monumenta Germaniae Historica, I, chap. 72, p. 59-60.

« [Enseignez] les Psaumes, les notes, le chant, le comput, la grammaire, dans chaque monastère et chaque évêché, et corrigez bien les livres catholiques ; car souvent, alors que certains voudraient demander quelque chose à Dieu de bonne façon, ils le font mal à cause de livres non corrigés. Ne permettez pas à vos garçons de déformer ces livres, soit en les lisant, soit en les copiant ; et s’il faut copier un évangile, un psautier ou un missel, que ce soient des hommes d’âge accompli qui les écrivent avec beaucoup de soin3. »

7Il est donc précisé que les livres doivent être soigneusement copiés et corrigés (émendés) par des personnes suffisamment formées pour que ceux qui les lisent ne soient pas induits en erreur par des fautes de copiste. C’est grâce à la grammaire que l’on assure la bonne transmission des textes. Au moins trois textes confirment ces préoccupations de Charlemagne et l’on peut, à son propos, parler d’une véritable politique de la grammaire.

  • 4 Encyclica de emendatione librorum et officiorum ecclesiasticorum, Monumenta Germaniae Historica, L (...)
  • 5 Ibid., p. 45 : « Inter sacra officia inconsonantes perstrepere solœcismos ».

8Il a donné entre 786 et 800 une lettre publiée sous le titre d’Encyclique sur la correction des livres et des offices ecclésiastiques4, dans laquelle il indique qu’il a fait corriger « tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament corrompus par l’impéritie des copistes ». On sait qu’il a de fait commandé aux savants Alcuin et Théodulfe une révision des différentes traductions latines des livres bibliques pour que l’on dispose d’un seul texte de référence qui conduise au Dieu unique. Charles a aussi demandé au savant lombard Paul Diacre de composer un nouveau lectionnaire destiné à l’office monastique, pour que l’on n’entende plus résonner « le couac discordant des solécismes5 » et que la prière des moines soit elle aussi unifiée. Dans les deux cas est affirmée la volonté de disposer de textes corrigés (ou émendés) pour lire et prier correctement.

  • 6 Epistola de litteris colendis, Monumenta Germaniae Historica, Capitularia I, Hanovre, 1883, p. 78- (...)

9Dans une autre missive à peu près contemporaine, publiée sous le titre Sur l’étude des lettres6 adressée dans les années 790 (ou avant 789 ?) à Baugulf, abbé du grand monastère de Fulda, le roi Charles exprime le même souci de correction de la langue pour les moines :

« Pendant que la règle [monastique] bien observée soutient l’honnêteté des mœurs, le soin d’apprendre et d’enseigner mettra l’ordre dans le langage, afin que ceux qui veulent plaire à Dieu en vivant bien ne négligent pas de lui plaire en parlant bien. »

10Il s’agit de mettre de l’ordre dans la langue parlée, mais aussi dans la langue écrite :

« Nous avons commencé à craindre que si la science manquait dans la manière d’écrire, il n’y eut beaucoup moins d’intelligence qu’il ne faut dans l’interprétation des Saintes Écritures. »

11Et il ajoute même des précisions techniques :

« Comme il y a dans les livres sacrés des figures, des tropes et d’autres particularités semblables, il n’est douteux pour personne que chacun en les lisant ne saisisse d’autant plus vite le sens spirituel qu’il s’y trouve mieux préparé par l’enseignement des lettres. »

12… À commencer par celui de la grammaire.

  • 7 Éginhard, Vie de Charlemagne, p. 25. Sur le rôle d’Alcuin dans l’histoire de la culture, voir en p (...)
  • 8 Patrologie latine, t. 101, c. 849-902, traduit et commenté par L. Holtz, « Alcuin et la renaissanc (...)

13Derrière ces textes se profile le principal conseiller de Charlemagne de 786 à 796 au moins, Alcuin, « venu de Bretagne et d’origine saxonne, l’homme le plus savant qui fut alors » nous dit Eginhard7. Alcuin, dans une œuvre abondante et quasi encyclopédique, a donné un De grammatica8, écrit ou au moins terminé à Tours, où il est abbé de Saint-Martin entre 796 et sa mort en 804. Né vers 730 en Northumbrie, il s’est formé à l’école d’York auprès d’Egbert, lui-même élève de Bède le Vénérable, qu’Alcuin désigne encore comme magister noster.

  • 9 Alcuin, The bishops, kings and saints of York.
  • 10 Ibid., v. 1434 à 1449.
  • 11 Ibid., v. 1536 à 1562.

14De la formation d’Alcuin et de la culture qu’il a acquise à York avant sa venue sur le continent, on a un témoignage remarquable dans un long poème qu’il consacre à l’éloge de son église de York9. On y aperçoit le programme d’enseignement et le catalogue de la bibliothèque de la métropole du nord de l’Angleterre. Le cursus d’enseignement des arts libéraux commence normalement par la grammaire10. Dans la bibliothèque, les livres de grammaire occupent une large place, répartis entre ouvrages poétiques et ouvrages techniques. Viennent d’abord les poètes chrétiens, au nombre de neuf (Sedulius, Juvencus, Avitus, Prudence, Prosper d’Aquitaine, Paulin de Nole, Arator, Venance Fortunat et Lactance), puis les poètes païens, au nombre de trois (Virgile, Stace et Lucain). Alors seulement viennent les grammairiens, au sens technique du mot, où nous trouvons en particulier deux noms, celui de Donat et celui de Priscien (associés en Donatus-Priscianusve) mais aussi Probus, Phocas, Servius, Euticius, Pompée et Charisius11.

15Dans la tradition antique, les œuvres que nous appelons littéraires et celles que nous appelons grammaticales sont étroitement associées. On trouve dans les premières le fondement et la garantie de la grammaire comme technique, ce qui indique dans quel esprit Alcuin a appris à l’aborder. Mais on doit remarquer aussi que, dans cette bibliothèque d’York telle que la décrit Alcuin, tous les arts libéraux sont représentés. Au-dessus des arts « littéraires » du trivium, une large place est faite à ceux du quadrivium « scientifique », auxquels est ajoutée l’étude des êtres vivants (dont fait partie l’histoire), le tout conduisant à l’étude des Écritures, couronnement de l’ensemble. C’est dans cette perspective d’ouverture sur tous les savoirs qu’Alcuin a contribué au renouveau carolingien de la grammaire.

  • 12 L. Holtz, « Le dialogue entre Saxo et Franco ».

16Son De Grammatica est présenté sous forme d’un dialogue entre deux jeunes élèves (Saxo et Franco) en présence d’un maître12. Dans un certain nombre de manuscrits, ce traité est précédé d’une introduction, qui a été publiée dans la Patrologie latine de Migne sous le titre Disputatio de vera philosophia. Ce préambule, qui introduit de fait à tous les arts libéraux, exprime l’enthousiasme du maître et du disciple pour le savoir. La grammaire et les six autres arts sont présentés comme les sept colonnes qui soutiennent la Sagesse (selon le Livre des Proverbes) et ils sont rapprochés des sept dons de l’Esprit. Ils représentent aussi les sept degrés qu’il faut gravir pour accéder à la sagesse depuis la grammaire.

  • 13 Patrologie latine, 101, col. 853, traduit et commenté par L. Holtz, « Alcuin et la renaissance des (...)

« Je vous montrerai, pour que vous les voyiez, les sept degrés par lesquels on accède à la philosophie, et tout en les gravissant, si Dieu me l’accorde et si la vie m’accompagne, je finirai, dans la mesure de mes facultés, par vous mener, avec le temps et si les circonstances s’y prêtent, jusqu’au sommet élevé de la connaissance contemplative [ad sublimiora speculativae scientiae]13. »

17Au-delà de cette introduction programmatique, c’est le professeur Alcuin qui s’exprime dans ce dialogue entre deux étudiants, dont le premier, Saxo (« le Saxon », entendons « l’Anglo-Saxon »), âgé de quinze ans, est l’aîné du second, Franco (« le Franc »), âgé de quatorze ans seulement. On peut voir là un symbole des deux publics successifs d’Alcuin, les Saxons à York, les Francs à la cour de Charlemagne. C’est d’ailleurs Franco qui interroge son aîné et ce dernier lui répond, mais sous l’autorité du magister Albinus – Alcuin lui-même – qui intervient de temps à autres, mais surtout dans la partie introductive du débat, pour bien orienter la disputatio et tenter de lui donner une dimension philosophique et pas seulement technique.

  • 14 L. Holtz, « Le dialogue entre Saxo et Franco », p. 144.

18Le traité d’Alcuin, comme la plupart des manuels de grammaire carolingiens, est largement fondé dans ceux de Donat (ive siècle) dont nous allons parler plus loin. La majeure partie du texte est consacrée à l’étude des « parties du discours » (la partie II de l’Ars maior de Donat), dans l’ordre et souvent avec les mots mêmes de Donat (nom, pronom, verbe, adverbe, participe, conjonction, préposition, interjection). Mais Alcuin, par la bouche de Saxo, y injecte toutes sortes de notions fondamentales, tirées principalement de l’autre grammairien de référence, Priscien (vie siècle), auteur lui aussi d’une Ars grammatica, souvent appelée à tort Institutions grammaticales, en dix-huit livres. Ces deux auteurs représentent à peu près 80 % des sources du De Grammatica selon Louis Holz14. Ils sont étroitement associés par Saxo, pour amener Franco à dépasser Donat et à découvrir Priscien, ce qui n’est pas acquis pour le jeune Franc.

19On se souvient que dans l’énumération des livres de la bibliothèque d’York figurait Donatus Priscianusve : pour les parties communes aux deux grammairiens (Ars maior I et II et Institutions grammaticales I-XVI). Alcuin considère toujours Donat comme la base, mais il est pour lui inséparable des enrichissements apportés par Priscien, devenus indispensables.

Les deux phares de la grammaire latine entre Antiquité et Moyen Âge : Donat et Priscien

Donat et son Ars grammatica (apr. 350)

  • 15 L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude sur l’Ars Donati et sa diffus (...)

20Quand Alcuin donne son traité intitulé Ars grammatica, sa première référence est l’œuvre qu’un certain Donat a composée à Rome vers 350. Elle a été magistralement éditée et commentée par Louis Holtz en 198115. On peut, avec ce savant, emprunter à Diomède, grammairien proche de Donat, une définition de la grammaire qui leur est commune :

  • 16 Diomède, 426, 16-20, cité par L. Holtz, Ibid., p. 24.

« La grammaire se divise en deux parties, l’une que l’on appelle exégétique, l’autre horistique. L’exégétique a pour rôle l’explication et concerne les fonctions obligatoires de la lecture ; l’horistique a pour tâche de définir [horos en grec = définition] ; elle enseigne les règles et comporte deux aspects : les parties du discours, les défauts et les qualités du discours. La grammaire dans sa totalité consiste en l’interprétation des poètes et des écrivains, l’explication de ce qui fait la matière du texte […], et dans les règles de correction du langage et de l’écriture16. »

  • 17 Ibid., p. 25.

21Nous retrouvons la tension entre l’étude des textes littéraires (partie exégétique de la grammaire) et étude technique de la langue (partie horistique ou définitionnelle), avec à l’horizon l’exigence de correction à laquelle la Renaissance carolingienne sera si sensible. « Cette ambivalence de la grammaire et du grammaticus, commente Louis Holz, est le résultat d’un compromis entre la tradition des Alexandrins, très empiriques, et celle des Stoïciens plus tournés vers la théorisation17. » Pour Donat, l’Ars grammatica, dont il va maintenant être question, correspond à la partie définitionnelle (horistique) de la grammaire, les commentaires de textes à la partie exégétique.

  • 18 Ibid., p. 95.

22Jérôme, le plus brillant élève de Donat à Rome, indique que son maître commentait Térence et Virgile, mais d’autres auteurs aussi dont Plaute, Lucrèce, Horace, Perse, Lucain et Salluste. C’est dans ce contexte culturel qu’a été composé le grand livre que l’on appelle l’Ars maior de Donat, duquel il tirera une Ars minor destinée à l’enseignement élémentaire. Il recueille et codifie un grand nombre des traditions grammaticales antiques avec une certaine perfection pédagogique et formelle, en les allégeant de toute référence aux grammairiens et aux auteurs cités. Si dans les exemples qu’il propose, la prépondérance de Virgile reste massive, le nom du poète n’apparaît jamais18. De fait, Donat a proposé une structuration de la grammaire en trois parties qui sont devenues canoniques et dont on peut résumer les principaux éléments.

23Un premier livre, en six chapitres, donne la description des éléments constitutifs du mot : les sons, les lettres, les syllabes, les pieds, les accents et la ponctuation. Ce sont les éléments nécessaires pour la lecture des textes, lecture qui implique l’identification des lettres, la mesure de la quantité des syllabes, le placement des accents et le respect des pauses.

24Un second livre, en neuf chapitres, établit les différentes « parties du discours », c’est-à-dire les différentes catégories de mots, distingués par leurs caractères morphologiques. Ces catégories sont au nombre de huit : nom, pronom, verbe, adverbe, participe, conjonction, préposition et interjection.

25Chaque catégorie est divisée en sous-catégories appelées « accidents » (accidentia = attributs). Pour les noms (divisés en noms propres et noms communs), les « accidents » sont : le genre, le nombre, la forme (figura, simple ou composée) et le cas. Pour les pronoms, les accidents sont les mêmes, avec en outre la personne et la qualité (définis, indéfinis, démonstratifs et bien d’autres).

26Le verbe se caractérise, en opposition au nom, par la référence à une personne (active ou passive) et par quatre accidents : la forme (simple, méditatif, fréquentatif, inchoatif), le mode (indicatif, impératif, optatif), la conjugaison (combinaison du temps et des personnes) et le genus (actif, passif, neutre ou déponent).

27Le participe combine les caractéristiques des noms et des verbes.

28L’adverbe se définit par son incidence à l’égard du verbe.

29Les conjonctions relient et peuvent être copulatives (par exemple : et), disjonctives (par exemple : aut = ou), explétives (si).

30La préposition est anté-posée à un nom ou à un verbe. L’interjection exprime des affectus animae (des états de l’âme) : elle n’a ni contenu conceptuel ni fonction grammaticale dans la phrase.

31Ces catégories et sous-catégories de mots, appelées « parties du discours », ont constamment été reprises par la suite – nous l’avons vu à propos du De Grammatica d’Alcuin – et nous sont largement restées familières.

32Un troisième livre, en six chapitres, contient « les défauts et les qualités de l’énoncé », c’est-à-dire les écarts par rapport à la correctio. Ces écarts peuvent être négatifs et l’on parle alors de vitia (fautes) : barbarisme et solécismes en particulier. Ils peuvent aussi être positifs, spécialement dans les textes poétiques, et l’on parle alors de virtutes : métaplasmes, figures et tropes.

  • 19 Ibid., p. 99.

33De cet Ars maior en trois parties, Donat a lui-même tiré un manuel d’initiation réduit, que l’on désigne comme Ars minor, organisé sous la forme d’un dialogue entre un maître et son élève, transmis soit en tête de l’Ars maior, soit séparément, et très diffusé. « Mais dans l’esprit de l’auteur, il n’y a qu’une seule grammaire, avec un cours élémentaire et un cours supérieur19. »

L’autre référence des grammairiens carolingiens : Priscien (vie siècle)

  • 20 Voir M. Baratin et al., Priscien, transmission et refondation de la grammaire de l’Antiquité aux m (...)

34L’autre grand jalon de l’histoire de la grammaire antique telle qu’elle est recueillie au Moyen Âge par la Renaissance carolingienne est Priscien20, dont l’œuvre considérable devait éclipser celle de Donat – mais au-delà de l’époque carolingienne – pour devenir la grande référence de la grammaire scolastique aux xiie et xiiie siècles. Sans doute originaire d’Afrique (Césarée de Maurétanie), Priscien a enseigné le latin à Constantinople au début du vie siècle. Il s’adresse à des élèves hellénophones ou bilingues, à une époque où la langue latine est plutôt en régression dans l’empire d’Orient, alors qu’elle est la langue officielle de l’administration et du palais impérial. C’est aussi l’époque d’une grande effervescence intellectuelle en Occident, après que les Goths se furent établis en Italie et leurs élites largement ralliées au roi Théodoric. Priscien est en relation avec les nobles lettrés romains tels Symmaque († 504), consul en 391, défenseur de la culture traditionnelle contre le christianisme, ou encore Boèce († 524), qui entend porter haut l’héritage helléniste.

35Son ouvrage principal est souvent appelé les Institutions grammaticales, à tort puisque ce nom ne figure sur aucun manuscrit. Il s’agit d’une Ars grammatica, un traité de grammaire qui comporte dix-huit livres. Il est dédié au consul et patrice Julianus. Priscien a par ailleurs dédié à Symmaque trois opuscules : un sur les signes numériques (De figuris numerorum), un sur la métrique de Térence (De metris Terentii) et un sur la rhétorique (De praeexercitalentis rhetoricis). Enfin il a donné deux ouvrages pédagogiques, dont le premier connaîtra un grand succès : l’Institutio de nomine, pronomine et verbo, manuel résumé qui renvoie à son Ars en dix-huit livres. Le second est intitulé Partitiones duodecim versuum Aeneidos principalium. Notons la référence obligée, jusque dans les titres, à Virgile quand il s’agit de grammaire.

36Le premier livre et la majeure partie du second de l’Ars de Priscien traitent des sons vocaux (vox) et des signes graphiques (litterae) qui leurs sont associés. De la fin du second livre jusqu’au seizième, il traite des parties du discours : 2-7, les noms ; 8-10, les verbes ; 11, les participes ; 12-13, les pronoms ; 14, les prépositions ; 15, les adverbes et interjections ; 16, les conjonctions.

37Les deux derniers livres, là où, suivant Donat, on attendrait l’exposé des vices et des vertus du langage, étudient la syntaxe. C’est là l’innovation majeure de Priscien, passer de la morphologie à la syntaxe, c’est-à-dire à la combinaison des parties du discours pour former des énoncés ou des phrases.

  • 21 L. Holtz, « Alcuin et la redécouverte de Priscien à l’époque carolingienne ».

38Cette œuvre ne connut pas un succès immédiat. « Vis-à-vis des maîtres qui enseignaient la grammaire à Rome ou en Italie, elle avait un côté provocateur et même polémique », nous dit Louis Holtz21. De plus, les circonstances devinrent rapidement défavorables : l’aristocratie romaine rompit avec le roi ostrogoth Théodoric, qui fit exécuter Boèce en 524. La « guerre gothique » de conquête de l’Italie menée depuis Constantinople par l’empereur Justinien ruine le pays. De sorte que l’heure est à la conservation d’un héritage menacé et non à un renouvellement tel que l’envisage Priscien.

  • 22 Ibid.

« Voilà pourquoi l’œuvre grammaticale de Priscien, la plus importante que nous ait livré le monde romain, a mis du temps à s’imposer… et cela en raison même du souffle nouveau qu’elle apportait22. »

39Priscien est resté fidèle à la tradition grammaticale hellénistico-romaine : la lecture commentée de Virgile et de Térence, les deux grands classiques, reste à la base du travail de l’élève qui s’engage dans un cursus – c’est celui l’école antique – le conduisant à la rhétorique, pour laquelle le grammairien lui propose déjà des praeexercitamenta (titre de son traité de rhétorique).

  • 23 F. Cinato, Priscien glosé…, p. 47.

40Ajoutons que l’Ars de Priscien est de loin le plus long texte du genre, le plus riche en citations : il représente l’apogée de la science philologique d’alors. Sa lecture est difficile et lorsqu’Alcuin évoque « les buissons épineux de l’épaisse forêt grammaticale », peut-être pensait-il particulièrement à l’Ars de Priscien23.

41On ne sera pas surpris que le très savant Cassiodore fasse mention de Priscien. Mais il est le seul savant du vie siècle à le faire. Si l’Ars de Priscien est dans la bibliothèque de son monastère de Vivarium, il en tire très peu de parti. Pour Cassiodore, en effet, c’est encore et toujours dans Donat qu’il convient d’étudier la grammaire latine, selon la solide tradition évoquée plus haut. D’ailleurs, Priscien lui-même avait dû composer avec la grammaire latine simplifiée en donnant, après les dix-huit livres de son Ars, l’ouvrage élémentaire déjà évoqué : l’Institutio de nomine, pronomine et verbo, que l’on a pu appeler la « Petite institution », qui se répandit plus vite que l’Ars. L’Institutio est souvent associée à l’Ars Donati dans les manuscrits.

Transmission et évolution de la grammaire latine du ive au ixe siècle : de la Méditerranée aux îles Britanniques et au royaume puis Empire franc

42Dans les régions méditerranéennes, berceau de la langue latine, la prééminence de la grammaire de Donat s’est maintenue. Parmi les savants qui l’ont transmise de l’Antiquité au haut Moyen Âge, une place importante revient d’abord aux Italiens que l’on vient d’évoquer : Boèce à la fin du ve et au début du vie siècle, puis Cassiodore (485-585) dans son monastère conservatoire de la culture antique qu’est Vivarium, en Italie du sud. Il donne un De orthographia et un De oratione et octo partibus orationis (Sur le discours et les huit parties du discours). Ces ouvrages renvoient aux deux premiers livres de l’Ars maior de Donat : les « lettres », qui font partie du premier sur les éléments constitutifs du mot ; les « parties du discours » (les mots), qui sont l’objet du deuxième.

43En Espagne, Isidore de Séville, au début du vie siècle, ouvre ses Étymologies, grande encyclopédie qui fera autorité jusqu’au xiie siècle au moins, par un chapitre « De grammatica », qu’il définit comme « scientia recte loquendi et origo et fondamentum liberalium litterarum » (science du bien parler, origine et fondement des savoirs libéraux). Lui aussi s’appuie principalement sur Donat. Priscien ne réapparaît qu’au viie siècle, mais c’est en Angleterre, dans l’œuvre d’Aldhelm de Malmesbury.

Le détour par les îles Britanniques (viie-viiie siècles)

  • 24 Voir V. Law, « The study of grammar » et O. Szerwiniack, « L’étude de Priscien par les Irlandais et (...)

44De façon plutôt inattendue compte tenu de l’histoire générale de la romanité, les îles Britanniques – l’Irlande, et la Bretagne devenue Angleterre – ont été un grand laboratoire de la grammaire latine du haut Moyen Âge, grammaire que l’Anglo-Saxon Alcuin et d’autres avec lui, en particulier des Irlandais, allaient apporter à la cour carolingienne. Dans les îles s’est opéré un rapprochement entre la tradition de Donat et la nouveauté de Priscien24.

45L’Irlande n’avait pas été romanisée dans l’Antiquité et la Bretagne ne l’a été que partiellement. Le latin est donc une langue étrangère, tant pour les Bretons d’Irlande et de l’ouest de la grande île que pour les Anglo-Saxons, plus récemment venus du continent. La langue latine n’a pénétré dans ces régions qu’avec le christianisme, en Irlande au ve siècle, autour de saint Patrick ; en Angleterre à l’extrême fin du vie siècle, avec la mission d’Augustin (qui devint évêque de Cantorbery), envoyé par le pape Grégoire le Grand (590-604), qui fonda l’Église d’Angleterre. La diffusion du christianisme et celle de la langue latine se sont opérées simultanément, portées l’une par l’autre, jusqu’à faire de l’Irlande et de l’Angleterre des hauts lieux de la culture latine et de la culture chrétienne au viiie siècle, illustrés par Bède le Vénérable au début du siècle, Winfrith-Boniface au milieu, et Alcuin à la fin, pour ne citer que les plus célèbres.

  • 25 Voir L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical…, p. 272-284.

46Les traités grammaticaux composés dans les îles au viie siècle ont été d’abord des commentaires, voire des paraphrases de Donat ; citons par exemple la grammaire d’Asper25, du second quart du viie siècle, qui est une « édition » irlandaise et christianisée de l’Ars minor. Asper, comme bien d’autres grammairiens, « convertit » les exemples empruntés par Donat à la culture antique païenne : pour les noms propres par exemple, Roma ou Tiberim (Rome ou le Tibre) deviennent Hierusalem ou Iordanis (Jérusalem ou le Jourdain). Quant aux noms de personnages, ils sont désormais empruntés à la Bible et non plus à l’histoire ou à la littérature antique. Des mots de la vie monastique sont substitués à des vocables profanes : sanctus remplace doctus ; ieiunio ou oro (« je jeûne » ou « je prie ») remplacent lego (« je lis »).Le manuel d’Asper est typique des ouvrages élémentaires à portée pratique, destinés avant tout aux copistes pour maintenir correcte la langue des Écritures. On s’est intéressé aussi en Irlande à une grammaire plus savante, celle de l’Ars maior de Donat, et aux commentaires qui en avaient été donnés par Servius à la fin du ive siècle ou, plus récemment, par Isidore de Séville et Julien de Tolède.

47Mais le renouvellement de l’approche grammaticale est venu de la prise en compte de grammairiens postérieurs à Donat et très particulièrement de Priscien. Lui aussi, à Constantinople, s’était trouvé en position d’avoir à défendre et promouvoir la langue latine comme une langue presque « étrangère » dans un contexte de langue grecque dominante.

48On connaît trois grands traités hiberno-latins, qui ont sans doute été écrits à Bobbio, en Italie du nord, mais dans le monastère fondé par saint Colomban : ils illustrent la culture grammaticale irlandaise. Le premier, appelé Ars Ambrosiana, a été composé avant 700. C’est un commentaire de Donat et il est édité sous le titre Commentum anonymum in Donati partibus maiores. Il n’ignore pas Priscien, mais ne l’utilise pas directement. Le second, l’Anonymus ad Cuimnanum, daterait des environs de 730 si le dédicataire Cuimnanus est bien l’abbé de Bobbio de ce nom. C’est aussi un commentaire de Donat mais avec, cette fois, un emprunt important à Priscien : le classement des noms en cinq déclinaisons selon le nominatif et le génitif. Enfin, dans l’Ars Bernensis (le manuscrit se trouve à la bibliothèque de Berne), Priscien est largement mis en œuvre.

  • 26 L. Holtz, « L’émergence de l’œuvre grammaticale de Priscien et la chronologie de sa diffusion », p. (...)
  • 27 Cf. Y. Coz, Rome en Angleterre : l’image de la Rome antique dans l’Angleterre anglo-saxonne, du vii(...)

49En Angleterre, le premier utilisateur de Priscien a été Aldhelm (640-709), comme nous l’avons dit plus haut. Abbé de Malmesbury puis évêque de Sherbone, il invoque dans son De metris et enigmatibus et pedum regulis l’autorité de Priscien, dont il détient l’Ars en dix-huit livres et l’Institutio. Louis Holz a relevé 54 emprunts à l’Ars et 2 à l’Institutio26. Néanmoins, l’enseignement d’Aldhelm, comme celui de Bède le Vénérable et de tous les lettrés anglo-saxons, reposait avant tout sur Donat. Bède y fait très explicitement référence et compose un De orthographia, qui renvoie au livre I de l’Ars maior. Il donne aussi un De arte metricaet un De schematibus et tropis qui renvoient au livre III. S’il n’a pas traité des « parties du discours » (livre II de l’Ars maior), ses contemporains Wynfrith-Boniface et Tatwine témoignent de ce que la pédagogie des parties du discours, suivant de très près le livre II de Donat, était considérée comme prioritaire. Le premier, Wynfrith, originaire du Devon, la région la plus occidentale de l’île conquise par les Ango-Saxons, gagna le continent en 718-719, où le pape Grégoire II devait lui donner le nom de Boniface. Évangélisateur des régions germaniques, actif à la cour des maires du palais d’Austrasie et engageant la réforme de l’Église franque dans les années 740, il avait sans doute apporté avec lui une Ars grammatica et un De arte metrica qu’il avait composés naguère, en Angleterre. C’est dans les régions évangélisées, et à partir du monastère de Fulda fondé en son honneur en 742, que son œuvre se répandit. Quant à Tatwine, moine devenu archevêque de Cantorbéry en 731, il joua un rôle plus effacé mais son Ars grammatica fut diffusée sur le continent au viiie et au début du ixe siècle, où l’on en connaît six manuscrits27. Chez Winfrith-Boniface comme chez Tatwine, la connaissance de Priscien semble limitée à l’Institutio, qu’ils utilisent sans la citer. Mais dans la lettre de dédicace de son Ars grammatica, Boniface désigne deux fois le couple Donat-Priscien (Donatus Priscianusve), comme le fait Alcuin dans son poème sur York, où il dresse un inventaire de la bibliothèque.

  • 28 L. Holtz, « Bède et la tradition grammaticale latine ».

50Le grammairien de Constantinople est donc connu dans les îles aux viie et viiie siècles et la tradition de ses œuvres y a rejoint la tradition dominante de Donat. On peut penser que des manuscrits ont été apportés de Rome en Northumbrie lors des nombreux voyages de moines anglo-saxons ad limina, et on sait que les relations entre les monastères d’Irlande et celui de Bobbio sont restées étroites. Bède († 735), dans son Histoire du peuple anglais, indique que de nombreux moines irlandais venaient en Angleterre et spécialement en Northumbrie pour instruire les moines anglais, et que nombre de ces derniers se rendaient en Irlande pour suivre les leçons de maîtres irlandais28. C’est par ces déplacements de personnes, et sans doute de manuscrits, que les traditions grammaticales se sont rencontrées dans les îles.

 

  • 29 Renvoyons une fois encore à L. Holtz, « L’enseignement des maîtres de grammaire irlandais sur le co (...)

51L’expérience insulaire de la pratique d’une grammaire latine « langue étrangère » aux cultures bretonnes ou germaniques, autochtones ou importées aux ve et vie siècles, a obligé à penser la langue latine avec les catégories héritées de la grammaire antique, mais en les adaptant à des contextes nouveaux, différents de ceux dans lesquels elles avaient été élaborées. C’est assurément ce qui lui donne sa force au moment où les rois francs engagent la Renaissance carolingienne dans la seconde moitié du viiie siècle avec les Anglo-Saxons Boniface et Alcuin. Ces derniers ont été relayés au ixe siècle par des Irlandais, au rôle desquels il faudrait consacrer une autre communication29.

52Mais soulignons pour terminer que ce sont presque tous les savants carolingiens qui, pour les raisons que nous avons dites, on donné au moins un traité de grammaire, transmettant ainsi l’art de transmettre de l’Antiquité au Moyen Âge.

Bibliographie

Alcuin, The bishops, kings and saints of York, éd. et trad. anglaise Peter Godman, Oxford, Oxford University Press, 1982.

Auroux Sylvain (dir.), Histoire des idées linguistiques, vol. 2, Le développement de la grammaire occidentale, Liège/Bruxelles, Mardaga, 1992.

Baratin Marc, Colombat Bernard, Holtz Louis (dir.), Priscien, transmission et refondation de la grammaire de l’Antiquité aux modernes, Turnhout, Brepols, 2009.

Boretius Alfred (éd.), Admonitio generalis, I, Hanovre (Monumenta Germaniæ Historica, Leges), 1883.

Cinato Franck, Priscien glosé : l’Ars grammatica de Priscien vue à travers les gloses carolingiennes, Turnhout, Brepols, 2015.

Coz Yann, Rome en Angleterre : l’image de la Rome antique dans l’Angleterre anglo-saxonne du viie siècle à 1066, Paris, Classiques Garnier, 2011.

Éginhard, Vie de Charlemagne, texte, trad. et notes Michel Sot et Christiane Veyrard-Cosme, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

Holtz Louis, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical : étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècle) et édition critique, Paris, CNRS éditions, 1981.

Holtz Louis, « L’enseignement des maîtres de grammaire irlandais sur le continent au ixe siècle », dans Picard Jean-Michel (dir.), Ireland and Northern France AD 600-850 (Blackrock, 1991), Dublin, Four Court Press, 1991, p. 143-156.

Holtz Louis, « La grammaire carolingienne », dans Auroux Sylvain (dir.), Histoire des idées linguistiques, Liège / Bruxelles, Mardaga, 1992, p. 96-106.

Holtz Louis, « Alcuin et la renaissance des arts libéraux », dans Butzer Paul Leo, Kerner Max, Oberschelp Walter (dir.), Karl der Grosse und sein Nachwirken, 1200 Jahre Kultur und Wissenschaft in Europa, vol. 1, no 1, Turnhout, Brepols, 1997-1998, p. 45-60.

Holtz Louis, « Alcuin et la redécouverte de Priscien à l’époque carolingienne », dans Auroux Sylvain, Koerner Ernst Frideryk Konrad, Niederehe Hans-Josef, Versteegh Kees (dir.), History of the language sciences, Berlin / New York, De Gruyter / Mouton, 2000, t. I, p. 525-532.

Holtz Louis, « Le dialogue entre Saxo et Franco », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. 111, no 3 : Depreux Philippe et Judic Bruno (dir.), Alcuin de York à Tour, 2004, p. 133-145.

Holtz Louis, « Bède et la tradition grammaticale latine », dans Lebecq Stéphane et Perrin Michel (dir.), Bède le Vénérable, entre tradition et postérité, Lille, CEGES, 2005, p. 9-18.

Holtz Louis, « L’émergence de l’œuvre grammaticale de Priscien et la chronologie de sa diffusion », dans Baratin Marc, Colombat Bernard, Holtz Louis (dir.), Priscien, transmission et refondation de la grammaire de l’Antiquité aux modernes, Turnhout, Brepols, 2009, p. 37-55.

Law Vivien, « La grammaire latine durant le haut Moyen Âge », dans Auroux Sylvain (dir.), Histoire des idées linguistiques, vol. 2, Le développement de la grammaire occidentale, Liège / Bruxelles, Mardaga, 1992, p. 83-95.

Law Vivien, « The study of grammar » dans McKitterick Rosamond (dir.), Carolingian culture : emulation and innovation, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 88-110.

Szerwiniack Olivier, « L’étude de Priscien par les Irlandais et les Anglo-Saxons durant le haut Moyen Âge », dans Baratin Marc, Colombat Bernard, Holtz Louis (dir.), Priscien, transmission et refondation de la grammaire de l’Antiquité aux modernes, Turnhout, Brepols, 2009, p. 65-75.

Notes

1 Pour situer la grammaire dans l’histoire générale de la linguistique, nous renvoyons à S. Auroux (dir.), Histoire des idées linguistiques, vol. 2, Le développement de la grammaire occidentale, et plus particulièrement ici à V. Law, « La grammaire durant le haut Moyen Âge » et L. Holtz, « La grammaire carolingienne ».

2 Éginhard, Vie de Charlemagne, p. 59.

3 A. Boretius (éd.), Admonitio generalis, Monumenta Germaniae Historica, I, chap. 72, p. 59-60.

4 Encyclica de emendatione librorum et officiorum ecclesiasticorum, Monumenta Germaniae Historica, Leges I, Hanovre, 1835, p. 44-45.

5 Ibid., p. 45 : « Inter sacra officia inconsonantes perstrepere solœcismos ».

6 Epistola de litteris colendis, Monumenta Germaniae Historica, Capitularia I, Hanovre, 1883, p. 78-79.

7 Éginhard, Vie de Charlemagne, p. 25. Sur le rôle d’Alcuin dans l’histoire de la culture, voir en particulier L. Holz, « Alcuin et la renaissance des arts libéraux ».

8 Patrologie latine, t. 101, c. 849-902, traduit et commenté par L. Holtz, « Alcuin et la renaissance des arts libéraux », p. 54-55.

9 Alcuin, The bishops, kings and saints of York.

10 Ibid., v. 1434 à 1449.

11 Ibid., v. 1536 à 1562.

12 L. Holtz, « Le dialogue entre Saxo et Franco ».

13 Patrologie latine, 101, col. 853, traduit et commenté par L. Holtz, « Alcuin et la renaissance des arts libéraux », p. 54-55.

14 L. Holtz, « Le dialogue entre Saxo et Franco », p. 144.

15 L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècle) et édition critique.

16 Diomède, 426, 16-20, cité par L. Holtz, Ibid., p. 24.

17 Ibid., p. 25.

18 Ibid., p. 95.

19 Ibid., p. 99.

20 Voir M. Baratin et al., Priscien, transmission et refondation de la grammaire de l’Antiquité aux modernes ; F. Cinato, Priscien glosé : l’Ars grammatica de Priscien vue à travers les gloses carolingiennes.

21 L. Holtz, « Alcuin et la redécouverte de Priscien à l’époque carolingienne ».

22 Ibid.

23 F. Cinato, Priscien glosé…, p. 47.

24 Voir V. Law, « The study of grammar » et O. Szerwiniack, « L’étude de Priscien par les Irlandais et les Anglo-Saxons durant le haut Moyen Âge ».

25 Voir L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical…, p. 272-284.

26 L. Holtz, « L’émergence de l’œuvre grammaticale de Priscien et la chronologie de sa diffusion », p. 40.

27 Cf. Y. Coz, Rome en Angleterre : l’image de la Rome antique dans l’Angleterre anglo-saxonne, du viie siècle à 1066 ; sur la grammaire et les grammairiens, p. 130-159.

28 L. Holtz, « Bède et la tradition grammaticale latine ».

29 Renvoyons une fois encore à L. Holtz, « L’enseignement des maîtres de grammaire irlandais sur le continent au ixe siècle ».

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access