Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Savoirs oraux, savoirs écrits, archives

La double médiation archivistique des savoirs

Jean-Marie Yante

Résumé

La transmission des savoirs par l’une ou l’autre forme d’écriture résulte d’une démarche archivistique en deux temps : la création documentaire d’abord, son archivage ensuite. Ce dernier se décline en plusieurs opérations. Au repérage et à la collecte documentaires est intimement liée la sélection posant la question de l’intérêt historique, concept éminemment fluctuant au fil des décennies et au sein des sociétés. Alors que la préservation vise à assurer la durabilité de l’information, la restauration ne peut conduire à une remise à neuf. Ce serait nier qu’un document est porteur de toute une histoire et privilégier le contenu par rapport au contenant. L’accès aux archives s’inscrit, quant à lui, dans une longue évolution allant de la confidentialité la plus stricte à une communication fort libérale, voire outrancière. Enfin, la valorisation est garante de la notoriété et de la visibilité des archives auprès des décideurs.

Texte intégral

  • 1 É. Anheim et O. Poncet, « Présentation : fabrique des archives, fabrique de l’histoire », p. 3.

1Quelle que soit la forme d’écriture retenue, la transmission des savoirs résulte d’une démarche archivistique en deux temps, le qualificatif « archivistique » étant pris dans son acception la plus large. Des travaux récents ont rappelé la distinction fondamentale entre documents et archives1. Les sources dont dispose ou disposera l’historien sont en effet la résultante de deux opérations : la production documentaire d’abord, son archivage ensuite.

2En premier lieu, les détenteurs d’un savoir événementiel, philosophique, artistique, technique ou autre, doivent être conscients de l’intérêt et de l’importance de celui-ci ou y être sensibilisés, et éprouver le besoin et avoir la possibilité de le transmettre aux générations futures en le confiant à l’écriture ou à tout autre support mémoriel (image, son…). C’est le stade de la production d’une archive. Avec les nouvelles technologies, le sort dévolu aux documents peut ou doit être déterminé dès la création, voire antérieurement à celle-ci. Force toutefois est de reconnaître qu’il s’agit là d’une évolution toute récente et que la « mise en archives » reste à considérer comme une opération à part entière.

3La seconde médiation archivistique intervient ultérieurement par l’intermédiaire des professionnels chargés du repérage, de la collecte, de la sélection, de la préservation, de l’inventaire, de la consultation et de la valorisation des témoignages du passé. Des évolutions techniques et sociétales vulnérabilisent aujourd’hui les archives : fragilité des nouveaux supports, nécessité de transferts périodiques, coût de la sauvegarde…

Fabriquer de l’archive

  • 2 P. Delsalle, Une histoire de l’archivistique, p. 18 et 28.

4Très tôt, l’homme a éprouvé le besoin de poser des empreintes afin de transmettre des informations. L’art pariétal en est la plus belle illustration. Et l’on connaît le goût immodéré des Égyptiens pour l’enregistrement et l’archivage. Dans le secteur économique, pour se limiter à un seul aspect, des archives d’entreprises remontent vraisemblablement au ve siècle avant notre ère : elles concernent un organe de gestion de biens fonciers apparenté à une banque et établi à Nippur, près de Babylone. On sait aussi que des archives d’entreprises, avec un certain contrôle par l’État, existaient dans la Rome républicaine2.

  • 3 J.-P. Wallot, « La macroévaluation aux Archives nationales du Québec », p. 560 et 564 ; L. Gagnon- (...)

5On s’accorde aujourd’hui à reconnaître que l’archiviste n’« hérite » plus ou très peu (en ce qui concerne les archives strictement contemporaines), mais qu’il devient davantage, de jour en jour, le constructeur du patrimoine archivistique de demain. Il doit intervenir en amont du processus créateur des documents, dialoguer avec les concepteurs de systèmes informatiques afin qu’ils introduisent des spécifications et des normes rendant automatiques et faciles la rétention ou la destruction de documents3. On attend pareillement qu’il intervienne en cours de production et soit associé à des modifications de logiciels. La nécessité s’avère de plus en plus évidente de déterminer ex ante le cycle de vie de chacune des typologies documentaires.

  • 4 J.-P. Wallot, « La macroévaluation aux Archives nationales du Québec », p. 560.

6Associé à la construction du patrimoine archivistique de demain, le praticien cesse d’agir, ainsi que l’écrivait le Canadien Jean-Pierre Wallot, « comme un “conservateur objectif” pour pénétrer de plain-pied dans l’univers des valeurs, du relatif, du subjectif, de tout ce qui préside à une hiérarchie dans l’univers documentaire4 ». On peut même aller plus loin, comme le fait a été exposé à propos des archives universitaires :

  • 5 F. Hiraux, « Des voix et des visages pour mémoire : la création de documents audiovisuels par les (...)

« Le rôle nouveau de l’archiviste consiste à élucider son temps et à observer le réel anthropologique pour donner aux générations suivantes, en faisant exister les archives nécessaires, les conditions d’une mémoire juste5. »

L’archivage

7L’archivage proprement dit se décline en plusieurs opérations.

Le repérage et la collecte documentaires

  • 6 J.-M. Yante, « « Mémoires collectives, mémoires individuelles : pour concilier l’inconciliable ? » (...)

8À l’heure actuelle, où les ressources financières disponibles sont proportionnellement moindres qu’il y a quelques années, la sauvegarde d’archives – spécialement d’archives non institutionnelles – implique impérativement la conception et la mise en œuvre d’une planification des acquisitions. Celle-ci passe par un repérage systématique des fonds présentant un intérêt historique, par la définition de priorités, par une sensibilisation et un démarchage auprès des détenteurs et de donateurs potentiels, par la collecte de moyens financiers et par une collaboration étroite avec des instituts de recherche spécialisés, des associations jouissant d’une audience reconnue et d’autres organismes susceptibles d’intervenir en matière de préservation documentaire6.

La sélection et l’intérêt historique

  • 7 C. Couture, « L’évaluation », p. 103.
  • 8 J.-M. Yante, « Balises pour un profil de l’archiviste », p. 159-160.

9On perçoit aujourd’hui l’évaluation des documents, préalable au tri et à l’élimination, comme une intervention majeure de l’archiviste. « D’aucuns vont même jusqu’à affirmer qu’elle est la plus importante, la plus noble7. » Il s’agit d’une démarche au niveau de la constitution patrimoniale. L’archiviste contemporain a mandat de définir ce qui constituera la mémoire d’une institution ou d’une organisation. Selon la formule consacrée, il a droit de vie et de mort sur les documents. Ceci suppose bien sûr qu’il soit au courant des tendances actuelles de la recherche, idéalement qu’il soit lui-même partie prenante dans celle-ci. Il convient toutefois que l’archiviste n’agisse pas en vertu de préoccupations strictement contemporaines, mais il doit livrer aux historiens et aux hommes de demain autre chose que sa propre vision du temps, en étant attentif à la fois au quantitatif et au qualitatif. L’élargissement de la problématique et l’extraordinaire essor des sciences humaines, spécialement au cours des dernières décennies, l’y invitent impérativement8.

  • 9 J. Piron, « Les archives, au défi de leur expansion », p. 11 et 13-14 ; voir aussi C. Granger (dir (...)

10Dans un contexte de (sur)patrimonialisation du passé, de multiplication des « usagers » de celui-ci, la mémoire est devenue un devoir : « tout est archive ou est potentiellement destiné à l’être9 ». La volonté de tout garder est assurément une chimère. Les États, gardiens traditionnels du patrimoine mémoriel, ne peuvent faire face seuls à de tels enjeux.

  • 10 Voir notamment La numérisation au service de la préservation et de la valorisation des archives ; (...)

11Des solutions « miracles », assurant de substantiels gains de place et dispensant dès lors d’accroître à l’infini la capacité des dépôts, se sont révélées des mirages. Dans la décennie 1960, le microfilm apparaissait comme la réponse adéquate au problème de la croissance exponentielle des archives, mais il s’est avéré que ces copies ne pouvaient pas remplacer les originaux dans un grand nombre de cas. Et toute campagne de microfilmage exige une lourde préparation préalable des pièces. De la même façon, la numérisation (au sens de traitement post-production des documents) est rapidement apparue une illusion en termes de conservation pérenne à moindre coût. Le processus est chronophage et coûteux, tant au stade de la réalisation que de la maintenance. Par ailleurs, le caractère éphémère de certaines archives contemporaines, le raccourcissement de la durée de vie active de l’information, la diversité des supports et la prompte obsolescence d’un certain nombre d’entre eux imposent aux archivistes d’intervenir au plus vite dans le processus documentaire, idéalement d’anticiper le flux lui-même10.

  • 11 R. Doehaerd, « À propos des archives contemporaines », p. 76 et 79.

12On sait que « l’intérêt historique est une notion qui se modifie, qui évolue » dans le sens de l’élargissement, qu’il est « une subjectivité commune à tous les hommes d’une même époque ». C’est au nom de l’intérêt historique, poursuit l’archiviste belge Renée Doehaerd en 1947, que « nous conserverons peut-être, […] nous ne détruirons jamais11 ». Un demi-siècle plus tard, en 1999, François Monnier écrit :

« L’intérêt historique est une construction de l’historien, qui le fabrique en fonction de ses soucis présents. Par suite, l’intérêt historique se déplace. On fait l’histoire de l’eau au xixe siècle en fonction de l’actuel mouvement écologiste. On fait l’histoire de la corruption d’hier au regard des “affaires” d’aujourd’hui. »

13Et, pour celui qui présidait alors la section des sciences historiques et philologiques de l’École pratique des hautes études :

  • 12 F. Monnier, « De l’intérêt historique : à propos d’un projet de loi sur les archives », p. 228-229

« Le mot tri, en fonction de l’intérêt historique, est un contresens. Il est restrictif, “totalitaire”. […] Il n’est pas possible de laisser aux seuls professionnels de l’histoire, aux archivistes et aux historiens, le soin de définir l’intérêt historique, cet intérêt culturel, normatif, contingent, marqué par l’époque dans laquelle ils vivent. On ne peut leur demander d’éviter les destructions inconsidérées, eux qui sont aveuglés par leurs habitudes, leurs routines, leurs méthodes présentes de travail12. »

14On s’abstient de souscrire totalement à ce propos.

15En matière de sélection, doivent être prises en considération les attentes sociétales nouvelles, non seulement des historiens professionnels et d’amateurs avertis, des chercheurs en sciences humaines, mais aussi (et surtout ?) du citoyen, du public qui fréquente les salles de lecture et, de plus en plus, retient l’attention des autorités, des bailleurs de fonds. On pense immédiatement aux généalogistes. Les interrogations et les demandes se multiplient, se diversifient, dépassent la recherche des filiations pour atteindre les milieux sociaux, les parcours professionnels, les moments d’existence plus ou moins intenses (par exemple les périodes de guerre ou de crise économique), les cadres et lieux de vie, les maisons et leur histoire…

  • 13 M.-A. Chabin, Je pense donc j’archive : l’archive dans la société de l’information, p. 102-104.

16La première qualité de l’archiviste est d’avoir du recul. On attend qu’il prenne suffisamment de distance pour avoir dans son champ de vision et de réflexion et les documents dans le contexte de leur production, et l’utilisateur d’aujourd’hui ou de demain, « en vivant pleinement l’instant de sa problématique et de son besoin d’archives13 ». Ce recul est essentiellement affaire d’anticipation.

  • 14 H. Booms, « Society and the formation of a documentary heritage : issues in the appraisal of archi (...)
  • 15 C. Couture, « L’évaluation », p. 105.

17Il convient de garder à l’esprit le précepte formulé par Hans Booms : avoir un maximum d’informations dans un minimum de documents14. Ne pas évaluer pour éliminer, comme les Anglais l’ont fait dans un premier temps, mais, à l’instar des archivistes allemands, évaluer pour conserver15. On ne peut que souscrire à l’affirmation prudente, réaliste et de bon sens de Bruno Delmas :

  • 16 B. Delmas, La société sans mémoire : propos dissidents sur la politique des archives en France, p. (...)

« Ce n’est pas en […] détruisant toujours plus qu’une réponse sera donnée aux besoins de la société du futur. Il faudrait donc sans doute conserver sinon plus, du moins mieux qu’on ne le fait16. »

  • 17 Ibid., p. 174-177.
  • 18 J. Favier, Les archives, p. 52-53.

18Les tableaux de tri disponibles sont améliorables et doivent être adaptés à des évolutions récentes. L’une de leurs grandes faiblesses, affirme-t-on, est de ne pas « prendre en compte l’imprévisible17 », mais est-il légitime de reprocher aux archivistes ce que l’on n’est pas en mesure d’exiger des prévisionnistes économiques et des hauts responsables politiques ? Comme le notait très justement Jean Favier, « effectuées avec discernement et scrupule, les éliminations et destructions de documents n’en demeurent pas moins des mesures arbitraires et irréparables18 ».

19À propos de l’évaluation, du choix des pièces, l’archiviste doit documenter ses successeurs ainsi que les utilisateurs actuels et futurs sur les opérations effectuées, les échantillonnages et les modalités de traitement d’un fonds.

Conservation-préservation et restauration

  • 19 J. Grimard, « De la gouvernance de la préservation : cadre légal, éthique et technologique de gest (...)
  • 20 Abrégé d’archivistique : principes et pratiques du métier d’archiviste, p. 191.

20La préservation est perçue dans sa définition englobante, à savoir comme « un ensemble d’activités hiérarchisées, planifiées et articulées de manière à assurer la durabilité de l’information19 », quel qu’en soit le support. La restauration, quant à elle, consiste en un des domaines ou une des facettes de la conservation matérielle, laquelle inclut également la conservation préventive, qui consiste à agir sur l’environnement sans toucher aux documents, ainsi que le transfert de support20.

  • 21 C. Brandi, Théorie de la restauration.

21La notion de restauration comporte une ambiguïté profonde. Le désir d’embellir, parfois de rajeunir ou encore de réhabiliter les documents a longtemps prévalu sur toute autre considération. Toutefois, à partir des années 1960, les réflexions de Cesare Brandi ont singulièrement enrichi le débat21. Trop longtemps, la restauration a été perçue comme une remise à neuf. On ne peut que proscrire ce retour ou prétendu retour à l’état d’origine, car c’est nier que le document a vécu et que, de ce fait, il est porteur de toute une histoire liée à son utilisation, à l’intérêt que les générations successives lui ont accordé, ou au contraire au mépris et aux maltraitances ayant engendré ou accéléré sa dégradation. Les taches de cire ou de graisse de doigts, les coins arrondis constituent autant d’indices de l’utilisation d’un livre ou d’un registre.

  • 22 J. Deschaux, « La restauration », p. 306.

22On se situe en fait au sein d’une évolution dans la perception et la définition du document d’archives. Longtemps, l’attention a été réservée au contenu intellectuel. On reconnaît aujourd’hui l’importance de la partie matérielle de la pièce d’archives ou du livre, même si certains jugent obsolètes les termes « contenu » et « contenant22 ».

  • 23 A. Farge, Le goût de l’archive, p. 23.

23De nos jours certes, pour d’aucuns, l’archive (au singulier), l’archive sentie, l’archive touchée, bénéficie d’un attrait particulier. D’où, sous la plume d’Arlette Farge, un certain regret face à la modernité, aux techniques de reproduction et aux supports de substitution23.

  • 24 À propos des objectifs de la restauration : M. Berducou (dir.), La conservation en archéologie : m (...)

24Pérennité, intégrité et compréhension sont les trois objectifs poursuivis par toute restauration. S’y ajoutent à présent, de plus en plus, un acquis intellectuel non négligeable et l’obligation de limiter au maximum les interventions irréversibles24.

  • 25 J. Deschaux, « La restauration », p. 326.
  • 26 J.-M. Yante, « Conserver et restaurer sans altérer ni appauvrir », p. 172.

25Maintenir l’intégrité d’un document, c’est conserver scrupuleusement toutes les informations qu’il véhicule, directement ou indirectement. Certaines dégradations n’engagent nullement la survie de la pièce25. On ne peut délester les archives de leur patine, pas davantage qu’un sanctuaire roman ne peut, par une simple volonté administrative ou architecturale, être spolié d’un habit baroque surimposé. C’est le priver d’un précieux témoignage, celui de la vitalité d’une communauté paroissiale ou religieuse26.

Communication et communicabilité

  • 27 P. Delsalle, Une histoire de l’archivistique, p. 88 et 115-118.
  • 28 Ibid., p. 155.

26L’accès aux archives s’inscrit dans une longue évolution allant de la confidentialité la plus stricte à une communication fort libérale, voire outrancière. Au Moyen Âge, la communication des documents est extrêmement limitée. Les pièces n’intéressent que les membres des institutions qui les ont produites ou reçues et en assurent la conservation. Au début du xve siècle, le sénat de Venise constate que « [ses] registres d’impôt de l’île de Crète ne sont pas tenus comme ils devraient l’être [et] peuvent être vus par presque tous ceux qui le veulent, ce qui n’est pas bon27 ». Il décide dès lors leur mise sous clé. C’est à Simancas, en 1588, que les archives s’affirment comme un véritable service public. Bientôt l’idée de la communicabilité des pièces est de plus en plus largement admise. Faut-il rappeler que l’on a beaucoup exagéré la portée de la loi promulguée par les révolutionnaires français le 25 juin 1794, concernant la « publicité des archives28 ».

  • 29 G. Coutaz, « L’archiviste entre le droit à l’information et la protection des informations réservé (...)

« La perception de la communicabilité des documents dépend de la tradition politique, administrative, juridique et culturelle de chaque pays. […] C’est un domaine de réflexion mouvant que les événements et les mentalités peuvent bouleverser rapidement29. »

  • 30 J.-M. Yante, « Entre valeur de transparence et déontologie du respect : quels équilibres ? », p. 1 (...)

27La revendication d’une communication universelle de l’information et celle du « droit de savoir » comme fondement et préalable à l’exercice des libertés démocratiques s’affirment de plus en plus à l’aube du xxie siècle30.

28Quand refus de communication il y a, les archivistes doivent aujourd’hui en expliquer la raison aux chercheurs, qu’ils appartiennent au milieu universitaire ou scientifique, ou satisfassent, à titre privé ou autre, une légitime et honorable curiosité.

La valorisation

29Qu’on la considère ou non comme la finalité même de l’archivistique, la communication, mieux, la valorisation de l’héritage culturel est quelque chose d’essentiel. C’est toute la question, vitale à terme, de la notoriété et de la visibilité des archives auprès des décideurs, des financeurs, publics ou privés.

 

  • 31 F. Banat-Berger et al., L’archivage numérique à long terme : les débuts de la maturité ?, p. 195.

30Depuis quelques années, l’univers archivistique, les métiers du secteur et les attentes auxquelles ils sont confrontés vivent un tournant assurément inédit. On ne peut toutefois parler de révolution, mais bien « d’évolutions qui, selon le degré de maturité de l’organisation, peuvent être longues et difficiles ». À la suite d’autres praticiens, on constate que « les fondamentaux archivistiques ne sont pas remis en question, [que] la gestion des risques est parfaitement applicable, [que] les bonnes pratiques informatiques sont adaptables31 ».

  • 32 À propos des différentes facettes du partenariat : P. Servais et J.-M. Yante, « Pour des partenaria (...)
  • 33 C. Couture, « L’évaluation », p. 121.

31Suggérés depuis plusieurs années, souvent plus théoriques que réels, les partenariats entre producteurs et gestionnaires d’archives doivent se muer en collaboration de tous les instants, tant au niveau du repérage documentaire que du traitement des fonds (notamment au stade de la sélection) et de la valorisation de ceux-ci32. L’archiviste est appelé à y assumer le rôle « d’initiateur, d’animateur et de cheville ouvrière33 ».

  • 34 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, p. 26.
  • 35 J.-M. Yante, « Les nouvelles responsabilités des archivistes : éclatement ou repositionnement du mé (...)
  • 36 D. Baillargeon, « De quelle sorte d’archivistes aurons-nous besoin en 2030 ? », p. 23.
  • 37 Voir notamment L. Duranti, « From digital diplomatics to digital records forensics », p. 39-66, et  (...)

32Force cependant est de constater que l’histoire est et restera « connaissance mutilée34 », chronologiquement, géographiquement et/ou thématiquement. En 1939, Henri-Irénée Marrou (sous le pseudonyme d’Henri Davenson) n’intitulait-il pas un article « Tristesse de l’historien » ?La médiation archivistique des savoirs demeure plus que jamais à l’ordre du jour, à un moment où évoluent le positionnement sociétal et les responsabilités de l’archiviste, cet homme ou cette femme au profil par essence hybride, au service de plusieurs maîtres. Son action, inscrite dans les valeurs de son époque, l’amène à opérer sur trois temps : le passé, le présent et le futur. Des attentes et besoins sociétaux inédits, de nouveaux supports de l’information, dès lors des savoirs, et de foisonnantes évolutions technologiques imposent un aggiornamento et une revalorisation de ses missions et responsabilités traditionnelles. D’autant plus que les archives actuelles ne peuvent plus être réduites à leur dimension historique, mais ont retrouvé leur utilité pratique que l’historicisme du xixe siècle avait quelque peu estompée35. Au seuil du xxie siècle, l’archiviste intervient pour garantir la sécurité de l’information et gérer le risque36. L’univers numérique rend à la diplomatique classique toute son actualité et la place au cœur des responsabilités du praticien intervenant comme tiers de confiance37.

Bibliographie

Abrégé d’archivistique : principes et pratiques du métier d’archiviste, Paris, Association des archivistes français, 2004.

Anheim Étienne et Poncet Olivier, « Présentation : fabrique des archives, fabrique de l’histoire », dans Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2004, p. 1-14.

Baillargeon Diane, « De quelle sorte d’archivistes aurons-nous besoin en 2030 ? », dans Servais Paul et Mirguet Françoise (dir.), Archivistes de 2030 : réflexions prospectives, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2015, p. 19-32.

Banat-Berger Françoise, Duplouy Laurent, Huc Claude, L’archivage numérique à long terme : les débuts de la maturité ?, Paris, Documentation française, 2009.

Berducou Marie (dir.), La conservation en archéologie : méthodes et pratiques de la conservation-restauration des vestiges archéologiques, Paris, Masson, 1990.

Booms Hans, « Society and the formation of a documentary heritage: issues in the appraisal of archival sources », Archivaria, 24, 1987, p. 69-107.

Brandi Cesare, Théorie de la restauration, Paris, Allia, 2011.

Chabin Marie-Anne, Je pense donc j’archive : l’archive dans la société de l’information, Paris, L’Harmattan, 1999.

Coutaz Gilbert, « L’archiviste entre le droit à l’information et la protection des informations réservées », Janus, 1998, p. 205-218.

Couture Carol, « L’évaluation », dans Couture Carol (dir.), Les fonctions de l’archivistique contemporaine, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 1999, p. 103-143.

Davenson Henri [i. e. Marrou Henri-Irénée], « Tristesse de l’historien », Esprit, avril 1939, p. 11-47.

Delmas Bruno, La société sans mémoire : propos dissidents sur la politique des archives en France, Paris, Bourin, 2006.

Delsalle Paul, Une histoire de l’archivistique, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 1998.

Deschaux Jocelyne, « La restauration », dans Oddos Jean-Paul (dir.), La conservation : principes et réalités, Paris, Cercle de la librairie, 1995, p. 305-340.

Doehaerd Renée, « À propos des archives contemporaines », Archives, bibliothèques et musées de Belgique, 18, 1947, p. 75-79.

Duranti Luciana, « From digital diplomatics to digital records forensics », Archivaria, 68, 2009, p. 39-66.

Duranti Luciana, « Authentification des archives numériques : l’archiviste en tant qu’expert judiciaire », dans Delpierre Nicolas, Hiraux Françoise, Mirguet Françoise (dir.), Les chantiers du numérique : dématérialisation des archives et métiers de l’archiviste, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2012, p. 115-123.

Farge Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Points, 1997.

Favier Jean, Les archives, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?, 805), 1991.

Gagnon-Arguin Louise, « La création », dans Couture Carol (dir.), Les fonctions de l’archivistique contemporaine, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 1999, p. 69-101.

Granger Christophe (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle, Paris, Autrement, 2013.

Grimard Jacques, « De la gouvernance de la préservation : cadre légal, éthique et technologique de gestion de la préservation », dans Lemay Yvon et Gagnon-Arguin Louise (dir.), L’archiviste, constructeur, gardien et communicateur : mélanges en hommage à Jacques Grimard, 1947-2007, Québec, Presses de l’université du Québec, 2009, p. 247-269.

Hiraux Françoise, « Des voix et des visages pour mémoire : la création de documents audiovisuels par les Archives de l’Université catholique de Louvain », dans Schoukens Cathy (dir.), Archives, universités, monde étudiant : une mémoire en construction, Louvain-la-Neuve, Bruylant / Academia, 2003, p. 107-121.

Monnier François, « De l’intérêt historique : à propos d’un projet de loi sur les archives », Revue administrative, 52e année, 309, mai-juin 1999, p. 227-229.

La numérisation au service de la préservation et de la valorisation des archives, journée d’études de la direction des Archives de France (Châlons-en-Champagne, 25-27 juin 1997), Paris, Documentation française, 1998.

Piron Jonathan, « Les archives, au défi de leur expansion », dans Dubois Marie-Laurence et Zareba Szymon (dir.), Écologie : les archives en mouvement, Namur, Etopia / Éditions namuroises, 2013, p. 11-19.

Servais Paul et Yante Jean-Marie, « Pour des partenariats efficaces producteurs / gestionnaires d’archives : quelques balises », dans Actes (8e Congrès de l’Association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique et lve Congrès de la Fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique, Namur, 28-31 août 2008), t. v, Namur, 2011, p. 1691-1698.

Veyne Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996.

Wallot Jean-Pierre, « La macroévaluation aux Archives nationales du Québec », dans Daelemans Frank (dir.), Miscellanea in honorem Caroli Kecskeméty, Bruxelles, 1998, p. 559-571.

Yante Jean-Marie, « L’archiviste face à la numérisation : rigueur et pragmatisme, préalables et perspectives », dans De Keyzer Walter et Van Overstraeten Daniel (dir.), Actes de la 11e Journée d’étude franco-belge sur les aspects juridiques et archivistiques de la numérisation des archives (Charleroi, 7 juin 2001), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2003, p. 33-45.

Yante Jean-Marie, « Balises pour un profil de l’archiviste », dans Vandevoorde Évelyne (dir.), La formation des archivistes : pour relever les défis de la société de l’information, Louvain-la-Neuve, Bruylant / Academia, 2006, p. 155-166.

Yante Jean-Marie, « Nouveaux métiers et formation des archivistes », dans Delpierre Nicolas, Hiraux Françoise, Mirguet Françoise (dir.), Les chantiers du numérique ; dématérialisation des archives et métiers de l’archiviste, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2012, p. 175-183.

Yante Jean-Marie, « Mémoires collectives, mémoires individuelles : pour concilier l’inconciliable ? », dans Hiraux Françoise et Mirguet Françoise (dir.), Les archives personnelles : enjeux, acquisition, valorisation, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2013, p. 61-70.

Yante Jean-Marie, « Conserver et restaurer sans altérer ni appauvrir », dans Hiraux Françoise et Mirguet Françoise (dir.), De la préservation à la conservation : stratégies pratiques d’archivage, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2014, p. 169-177.

Yante Jean-Marie, « Vers une sélection plus drastique et davantage de partenariats », dans Servais Paul et Mirguet Françoise (dir.), Archivistes de 2030 : réflexions prospectives, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2015, p. 395-405.

Yante Jean-Marie, « Entre valeur de transparence et déontologie du respect : quels équilibres ? », dans Servais Paul et Mirguet Françoise (dir.), L’archive dans quinze ans : vers de nouveaux fondements, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2015, p. 131-141.

Yante Jean-Marie, « Les nouvelles responsabilités des archivistes : éclatement ou repositionnement du métier ? », dans Servais Paul et Mirguet Françoise (dir.), L’archiviste dans quinze ans : nouvelles attentes, nouvelles responsabilités, nouveaux défis, Louvain-la-Neuve, Academia / L’Harmattan, 2015, p. 91-102.

Notes

1 É. Anheim et O. Poncet, « Présentation : fabrique des archives, fabrique de l’histoire », p. 3.

2 P. Delsalle, Une histoire de l’archivistique, p. 18 et 28.

3 J.-P. Wallot, « La macroévaluation aux Archives nationales du Québec », p. 560 et 564 ; L. Gagnon-Arguin, « La création », p. 82-85 ; J.-M. Yante, « Nouveaux métiers et formation des archivistes », p. 178.

4 J.-P. Wallot, « La macroévaluation aux Archives nationales du Québec », p. 560.

5 F. Hiraux, « Des voix et des visages pour mémoire : la création de documents audiovisuels par les Archives de l’Université catholique de Louvain », p. 110.

6 J.-M. Yante, « « Mémoires collectives, mémoires individuelles : pour concilier l’inconciliable ? », p. 66-67.

7 C. Couture, « L’évaluation », p. 103.

8 J.-M. Yante, « Balises pour un profil de l’archiviste », p. 159-160.

9 J. Piron, « Les archives, au défi de leur expansion », p. 11 et 13-14 ; voir aussi C. Granger (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle.

10 Voir notamment La numérisation au service de la préservation et de la valorisation des archives ; J.-M. Yante, « L’archiviste face à la numérisation : rigueur et pragmatisme, préalables et perspectives », p. 33-45, et : « Vers une sélection plus drastique et davantage de partenariats », p. 396-397.

11 R. Doehaerd, « À propos des archives contemporaines », p. 76 et 79.

12 F. Monnier, « De l’intérêt historique : à propos d’un projet de loi sur les archives », p. 228-229.

13 M.-A. Chabin, Je pense donc j’archive : l’archive dans la société de l’information, p. 102-104.

14 H. Booms, « Society and the formation of a documentary heritage : issues in the appraisal of archival sources », p. 69-107.

15 C. Couture, « L’évaluation », p. 105.

16 B. Delmas, La société sans mémoire : propos dissidents sur la politique des archives en France, p. 176-177.

17 Ibid., p. 174-177.

18 J. Favier, Les archives, p. 52-53.

19 J. Grimard, « De la gouvernance de la préservation : cadre légal, éthique et technologique de gestion de la préservation », p. 250.

20 Abrégé d’archivistique : principes et pratiques du métier d’archiviste, p. 191.

21 C. Brandi, Théorie de la restauration.

22 J. Deschaux, « La restauration », p. 306.

23 A. Farge, Le goût de l’archive, p. 23.

24 À propos des objectifs de la restauration : M. Berducou (dir.), La conservation en archéologie : méthodes et pratiques de la conservation-restauration des vestiges archéologiques, p. 6 ; J. Deschaux, « La restauration », p. 309-310.

25 J. Deschaux, « La restauration », p. 326.

26 J.-M. Yante, « Conserver et restaurer sans altérer ni appauvrir », p. 172.

27 P. Delsalle, Une histoire de l’archivistique, p. 88 et 115-118.

28 Ibid., p. 155.

29 G. Coutaz, « L’archiviste entre le droit à l’information et la protection des informations réservées », p. 205.

30 J.-M. Yante, « Entre valeur de transparence et déontologie du respect : quels équilibres ? », p. 131-141.

31 F. Banat-Berger et al., L’archivage numérique à long terme : les débuts de la maturité ?, p. 195.

32 À propos des différentes facettes du partenariat : P. Servais et J.-M. Yante, « Pour des partenariats efficaces producteurs / gestionnaires d’archives : quelques balises », p. 1691-1698.

33 C. Couture, « L’évaluation », p. 121.

34 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, p. 26.

35 J.-M. Yante, « Les nouvelles responsabilités des archivistes : éclatement ou repositionnement du métier ? », p. 93-95.

36 D. Baillargeon, « De quelle sorte d’archivistes aurons-nous besoin en 2030 ? », p. 23.

37 Voir notamment L. Duranti, « From digital diplomatics to digital records forensics », p. 39-66, et : « Authentification des archives numériques : l’archiviste en tant qu’expert judiciaire », p. 115-123.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access