Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Savoirs oraux, savoirs écrits, archives

Transmission des savoirs et pratiques des archives dans les familles nobles du Portugal d’Ancien Régime

Filipa Lopes

Résumé

Nous proposons une brève réflexion sur la transmission de savoirs archivistiques et les pratiques de gestion des archives des familles nobles sous l’Ancien Régime au Portugal. Comment peut-on appréhender l’organisation de ces archives et identifier les savoirs sous-jacents ? Qui organisait et qui inventoriait ces archives ? Quelle formation avaient ceux qui s’en chargeaient, quels critères utilisèrent-ils ? Quels furent les changements survenus avec la création d’une chaire de diplomatique annexe à l’université de Coimbra et l’apparition des premiers experts paléographes à partir de la fin du xviiie siècle, quelle influence eurent-ils dans l’organisation de ces archives ? Pour essayer de répondre à ces questions, on privilégiera l’analyse des conclusions des recherches qui, au cours de la dernière décennie, furent réalisées sur ce genre d’archives au Portugal.

Texte intégral

  • 1 M. L. Rosa, « Problemáticas históricas e arquivísticas actuais… », p. 24-25.
  • 2 Sur l’état de ces recherches, voir R. Nóvoa et M. L. Rosa, « O estudo dos arquivos de família de A (...)

1Depuis les années 90 du siècle dernier, les archives familiales sont un objet d’étude très prisé dans plusieurs pays européens1. Au Portugal, au cours de la dernière décennie, des progrès très importants furent réalisés dans l’étude de ce genre d’archives, soit dans le domaine de la recherche historique, soit dans celui de la recherche archivistique. Pour cela, deux groupes de chercheurs jouèrent un rôle clé : d’une part ceux qui étaient associés à la Universidade do Porto, et d’autre part ceux qui appartenaient à deux laboratoires de recherche de la Universidade Nova de Lisboa ; ces derniers développèrent des recherches croisant les perspectives de l’histoire et celles de l’archivistique2. Ils se concentrèrent surtout sur l’étude des archives de familles nobles de l’Ancien Régime, c’est-à-dire d’ensembles de documentation produite, reçue et conservée par les familles nobles elles-mêmes et transformés par celles-ci en archives transmises à travers les générations jusqu’à la fin de l’Ancien Régime ou, parfois, jusqu’à aujourd’hui.

  • 3 Projet mené dans le cadre de l’Instituto de Estudos Medievais (Universidade Nova de Lisboa, 2014-2 (...)
  • 4 On n’en connaît pas l’intégralité, car aucun recensement de ces archives n’a encore été fait au Po (...)

2À partir de l’analyse des conclusions de ces recherches, ainsi que d’un ensemble d’inventaires d’archives de familles nobles portugaises qui furent étudiées dans le projet international Invent.arq3, nous nous proposons de faire une synthèse et une brève réflexion sur l’actuel état des connaissances sur la transmission des savoirs archivistiques et des pratiques d’archivage dans les familles nobles sous l’Ancien Régime au Portugal. Il ne s’agit pas d’exposer une théorie générale qui explique l’évolution de tous ces savoirs et pratiques depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ni d’une recherche exhaustive sur toutes les archives familiales connues au Portugal, qu’elles soient privées ou déposées dans les institutions publiques4.

  • 5 Morgadio ou majorat : forme d’organisation familiale créant une lignée, régentée par un code pour (...)

3En ce qui concerne la chronologie, nous nous concentrerons sur la période xvie-xixe siècle ; nous étendrons notre analyse à une période de transition allant de la Révolution libérale (1820) jusqu’à la décennie 1860, qui marque l’abolition des majorats5 (et des vincules en général), comme on le verra plus loin.

4À partir des études citées, nous tenterons d’apporter une réponse aux questions suivantes : comment peut-on appréhender l’organisation de ces archives et identifier les savoirs qui lui sont sous-jacents ? Qui organisait et inventoriait ces archives, quelle formation avaient-ils ? Quels critères utilisèrent-ils ? Quels furent les changements survenus avec la création d’une chaire de diplomatique annexe à l’Université de Coimbra et avec l’apparition des premiers experts paléographes à partir la fin du xviiie siècle ? Quelle influence eurent-ils dans l’organisation de ces archives ?

5Cet article se divise en trois parties. La première est consacrée à une brève contextualisation des savoirs archivistiques et des pratiques d’archivage en général. La deuxième partie se tourne vers les premières pratiques d’archivage, la mobilisation et l’éventuelle transmission de savoirs dans les archives des maisons nobles au Portugal. La troisième se concentre sur les changements apportés sous l’influence des modèles rationalistes développés à partir des xviie et xviiie siècles, sur le travail des premiers archivistes paléographes dans ces archives, ainsi que sur le contexte familial, économique et politique qui amena leur réorganisation à cette époque et au siècle suivant.

Savoirs archivistiques et pratiques d’archivage : une brève contextualisation

  • 6 A. M. Silva et al., Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, p. 45 et 93-94 ; (...)
  • 7 Ibid., p. 94.
  • 8 Science qui a pour objet l’étude des documents officiels, en analysant leur structure interne et e (...)

6La constitution des premières archives dans les anciennes civilisations obéit à des formules intuitives, sans être influencée par la dimension technique ou conceptuelle qui marqua, en premier lieu, les règlements et la littérature « archivistique » après le xvie siècle et, plus tard, l’archivistique scientifique à partir du xixe siècle. Selon A. M. Silva et al., savoir et pratique étaient déjà étroitement liés à ces époques ; avant l’existence de textes normatifs pour étayer les « savoirs archivistiques », ceux-ci existaient et ils s’exprimèrent lors de la première organisation systématique des documents, lors de la préparation des premiers étiquettes, listes et/ou inventaires6. Les mêmes auteurs soulignent que les premiers textes plus cohérents sur ces savoirs et ces pratiques, apparus aux xvie et xviie siècles, furent – ce n’est pas par hasard – les règlements et les guides pratiques conçus par ceux qui travaillaient dans les chancelleries et les archives7. À partir de cette époque, la publication de manuels d’archivistique et de diplomatique8 permit une plus grande diffusion de ces savoirs et pratiques liés au rangement (l’organisation physique d’un ensemble de documents dans un certain lieu et dans une certaine « unité d’installation »), au classement (en choisissant des critères précis pour la division des documents en classes), à l’inventaire et à la cotation des archives.

  • 9 A. M. Silva et al., Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, p. 87.
  • 10 Ibid., p. 91.
  • 11 Ibid., p. 87-93. Pour le cas castillan, voir D. Navarro Bonilla, La imagen del archivo, p. 137-143
  • 12 A. M. Silva et al., Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, p. 94-95.
  • 13 Ibid., p. 79-81.
  • 14 Ibid., p. 93 ; D. Navarro Bonilla, La imagen del archivo, p. 147.

7Au xvie siècle, à côté de l’administration centrale9, le fonctionnement des seigneuries laïques ou ecclésiastiques exigea aussi que les documents soient de plus en plus organisés en archives capables de répondre aux besoins de la gestion, dans un contexte de croissante complexité de la vie institutionnelle et économique et, par conséquent, d’accroissement de la production documentaire10. Des concentrations d’archives eurent lieu à cette époque non seulement dans les entités gouvernementales, qui encouragèrent la production de textes réglementaires11, mais aussi à cause des réformes institutionnelles de l’Église catholique post-Trente. Au cours de cette période, l’organisation de nombreuses archives privées atteignit des niveaux de qualité comparables à celle de l’administration centrale12. Le concept d’archive et les pratiques n’évoluèrent pas beaucoup, mais il y eut une maturation du système traditionnel d’organisation archivistique, une amélioration de la réglementation et la création de nouveaux instruments administratifs13. En tout cas, un critère de classification organique prédominait14.

  • 15 F. Ribeiro, « O acesso à informação nos arquivos », p. 30.

8Pendant les xviie et xviiie siècles, on commença à assister à des changements dans les méthodes de rangement et de classification, liés à une demande de plus en plus importante de conservation des archives, non seulement pour leur valeur première – c’est-à-dire la valeur juridique et administrative –, mais aussi pour leur valeur secondaire, historique et culturelle. Il s’avère que diverses collections furent reclassées selon des critères thématiques. Il s’agit de classifications méthodiques, influencées bien évidemment par le rationalisme des Lumières, et qui altérèrent la structure originale des archives15.

  • 16 Voir A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 599-617. Les au (...)

9Au Portugal, une fois ancré un ensemble de pratiques, développées au xviiie siècle et fortement influencées par la tradition, il y eut a posteriori des tentatives de théorisation sur le rangement et le classement et la description des documents d’archive. A. Rodrigues et A. M. Silva ont étudié les propositions du moine bénédictin Francisco de São Luís (1766-1845) et de l’historien et diplomatiste João Pedro Ribeiro (1758-1839)16.

  • 17 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 599-601 ; C. Freitas (...)

10Le premier a donné des conseils sur la préservation et le bon traitement des documents, recommandant un bon choix du lieu d’archivage et des modalités de stockage ; il proposa un ordre et un « rangement méthodique » à donner aux titres. Pour le frère Francisco, les documents pouvaient être rangés selon quatre méthodes différentes : par thème, par ordre chronologique, par ordre géographique, ou selon un critère mixte, un mélange des précédents, qui serait dans la plupart des cas préférable. Le bénédictin appliqua ces principes aux chartriers de son ordre, ainsi qu’aux archives nationales, dont il fut le responsable (guarda-mor) entre 1834 et 183617.

  • 18 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 602-607.

11Quant à João Pedro Ribeiro, il étudia de près plusieurs archives locales et chartriers ecclésiastiques et proposa des méthodes de stockage pour éviter la détérioration des documents et un plan pour les ordonner. Pour cet érudit, la méthodologie devait s’adapter à la nature des actes et aux exigences de leur utilisation. Pour les documents en vrac, Ribeiro préférait le critère géographique, qui pouvait être combiné avec d’autres critères ; pour la documentation reliée, le classement devait être fait en accord avec la nature des livres (la thématique ou la typologie des documents) et par ordre chronologique. La dernière étape de l’arrangement du chartrier consistait à élaborer un index permettant l’accès et le contrôle de l’information18.

  • 19 Torre do Tombo était le nom d’une tour du château de Lisbonne où, à la fin du xivᵉ siècle, furent (...)
  • 20 F. Ribeiro, « O ensino da paleografia e da diplomática no curso de bibliotecário-arquivista », p.  (...)

12C’est en 1796 qu’une chaire de diplomatique fut créée à l’Université de Coimbra et confiée à João Pedro Ribeiro. En 1801, elle fut transférée à Torre do Tombo19. Cette discipline devint obligatoire pour tous ceux qui voulaient intégrer le service des archives royales ou exercer la fonction de notaire20.

13Nous ne présenterons pas en détail toute cette évolution, mais donnerons un panorama général permettant de poser un ensemble de questions à propos de la transmission des savoirs archivistiques et des pratiques d’archivage dans les familles nobles sous l’Ancien Régime.

Autour des premières pratiques d’archivage familial au Portugal

  • 21 M. L. Rosa, « Problemáticas históricas e arquivísticas actuais… », p. 30-32.
  • 22 R. Nóvoa et M. L. Rosa, « O estudo dos arquivos de família de Antigo Regime em Portugal… », p. 83.
  • 23 Ibid., p. 83-84 ; M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practi (...)

14L’organisation des archives seigneuriales – c’est le cas des archives de familles nobles – est connue surtout à partir du xive siècle. À cette époque, l’affirmation d’une conscience généalogique, observée un peu partout en Europe occidentale, et l’émergence de formes successorales plus structurées, comme c’est le cas du majorat (morgadio) au Portugal, favorisèrent la conservation des documents familiaux21. La transformation de ces documents en archives, avec l’attribution de nouveaux usages, significations et fonctions au fil du temps, fut l’écho d’un changement et d’une complexification du fonctionnement des groupes familiaux, qui manifestèrent la conscience d’une identité et d’un projet commun partagé par ses membres22. En plus d’être des instruments d’administration et de gestion de la propriété, ces archives jouèrent également un rôle fondamental dans la réclamation de droits et de prérogatives, dans la sollicitation de grâces, charges et privilèges, dans l’exercice de fonctions professionnelles par ces membres, dans la transmission d’instructions ou codes de conduite aux descendants, et enfin dans l’affirmation de la mémoire, de l’identité et du pouvoir de ces groupes23.

15À partir des cas étudiés, on peut conclure que la mobilisation de savoirs archivistiques et l’usage de certaines pratiques d’archivage, loin d’être une chose simple, uniforme et imitative, répondait à des besoins et à des circonstances particulières liées aux parcours sociaux des familles.

  • 24 M. J. Sousa, « O Arquivo da Casa de Belmonte… », p. 220-226.
  • 25 Voir l’exemple du chartrier du monastère de Santa Cruz de Coimbra, étudié dans S. Gomes, In limine (...)
  • 26 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 619.

16M. J. Sousa, dans son étude sur les archives de la maison de Belmonte24, essaya de comprendre l’organisation des documents des Figueiredos, entre le xvie siècle et 1722, la date du premier inventaire connu pour ces archives. Bien qu’elle n’ait pas pu dégager les critères régissant les tout premiers arrangements, elle se rendit compte que les documents étaient pliés et probablement rangés en liasses (maços), avec des notes apposées sur le verso, notamment de courts résumés permettant une identification rapide du contenu, et qu’à un certain moment des listes de documents de divers types commencèrent à être rédigées. C’est une forme d’organisation et de repérage de l’information assez répandue, utilisée déjà au Moyen Âge, par exemple, dans les chartriers ecclésiastiques25, et pratiquée aussi dans d’autres chartriers familiaux, comme celui de la maison de Mateus26.

  • 27 Tombos : inventaires authentiques contenant la description des biens immobiliers, notamment leurs (...)
  • 28 Ibid., p. 620-621.

17Dans le cas de la maison de Mateus, il y eut une grande production documentaire dans la première moitié du xviie siècle, à cause des nombreuses acquisitions immobilières du chef de la maison et de l’institution du majorat de Mateus en 1643. Il existe des vestiges d’une première organisation du chartrier, coïncidant avec le registre d’un ensemble de terres dans des tombos27 au début du xviiie siècle. Cette organisation utilisa le critère géographique et une numérotation fut ajoutée au verso des documents. Des index incomplets et des livres de comptes produits à cette époque montrent des entrées organisées selon ce critère28.

18À mesure que le volume de documentation augmentait et que les archives devenaient plus complexes, il devint nécessaire de procéder à des réorganisations répondant à de nouvelles réalités – comme l’incorporation de nouvelles propriétés et majorats, le décès de chefs de famille et l’existence d’héritiers mineurs, les conflits à propos de l’attribution du statut de représentant de la maison, ou à propos de ses biens –, réalités parfois représentées dans les inventaires ou autres instruments de repérage d’information.

  • 29 J. Morsel, « Médiations ou déviations ? Les inventaires, entre archives et historiens », p. 26-28.

19Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les inventaires ne sont pas un miroir des archives ; ils sont fréquemment des instruments véhiculant stratégies internes et externes, de reproduction, de défense des droits, d’accroissement du prestige, et somme toute, de pouvoir29. Néanmoins, ils sont une pièce du puzzle (et parfois la seule, quand les archives familiales ont été complètement dispersées ou perdues) qui peut nous donner accès aux modes d’organisation passés et aux modèles de représentation et de repérage des documents en vigueur au moment de leur production.

20En ce qui concerne les pratiques d’inventaire, M. L. Rosa et R. C. Head soutiennent que, pour les cas déjà étudiés d’inventaires d’archives de familles nobles de l’Ancien Régime, il est difficile d’envisager une progression de ces pratiques par étapes. Comme pour les institutions ecclésiastiques, mais avec une chronologie plus tardive, on observe dans ces archives le passage d’une prédominance du modèle « inventaire-cartulaire » à celle du modèle « inventaire-liste de documents » ; mais il est peu probable que cette tendance soit liée à une évolution purement technique, puisqu’on continue à trouver des documents mixtes coexistant encore longtemps avec ces listes30. Du xvie siècle au début du xviie sont élaborés des livres contenant des copies d’actes authentifiés, comme celui de Rui Teles de Meneses, produit après 1583, ou le « cartulaire » de Pero Anes do Canto de 1515 ; parallèlement sont produits des listes comme le Catálogo do Cartório da Casa (autour de 1542) et des instruments plus complexes combinant listes et résumés de documents avec des récits historiques et généalogiques, comme le Livro da fazenda do senhor meirinho-mor (1588-1609) et la Tabuada do cartório da Casa de Sortelha (1609)31.

  • 32 Ibid., p. 120 ; l’auteur de cet inventaire fut un prieur, proche de la maison de Sortelha. C’est p (...)

21Il est souvent difficile de déceler qui furent les responsables de l’organisation des pièces d’archives ou de la rédaction des inventaires, surtout avant le xviiie siècle. Il pouvait s’agir des seigneurs eux-mêmes, des administrateurs de leurs biens, ou de clercs, souvent proches de la famille32. Seule une étude approfondie de plusieurs archives familiales pourrait clarifier ce point, sachant qu’une certaine proximité avec la famille était importante, ainsi qu’une connaissance plus ou moins approfondie des biens et du territoire et des compétences en paléographie, en droit et en généalogie.

  • 33 Pour une étude préliminaire, voir ibid., p. 591-596. Nous sommes en train d'approfondir l'étude de (...)

22Il faut garder aussi en tête qu’une proximité de ces familles avec l’Église et le service du roi pouvait influencer leurs pratiques de gestion par l’écrit et les usages qu’ils faisaient de leurs archives (et, en conséquence, l’organisation qui leur fut donnée). C’était apparemment le cas de la famille Brito-Nogueira, qui possédait une importante tradition de pratiques de gestion par l’écrit quand elle s’allia avec les Limas. Le travail de réorganisation et de description des archives entrepris alors influença celui qui serait mené plus tard pour la maison des vicomtes de Vila Nova de Cerveira, selon une hypothèse en cours d’étude33. On retrouve cette même problématique dans le cas d’autres chartriers : comment l’incorporation d’archives bien organisées dans celles d’une famille sans tradition de gestion par l’écrit développée a-t-elle influencé les futurs rangements, classements ou inventorisations des archives de la maison qui les recevait ?

Entre l’influence des modèles rationalistes et les besoins familiaux dans un monde en mutation

  • 34 F. Ribeiro, « O acesso à informação nos arquivos », p. 358-449. Les chartriers bénédictins sont ain (...)
  • 35 Ibid., p. 614.

23Comme on l’a vu, à partir du xviie et du xviiie siècle, le rationalisme émergent stimula une reclassification de la documentation pour des raisons de « bon ordre » – pour un accès rapide à l’information et pour une gestion optimale des familles – ou en raison d’un intérêt pour la dimension historique des documents. Au Portugal, ce mouvement émergea au sein des institutions religieuses34 et de là s’étendit progressivement aux grandes maisons nobles. A. M. Silva et A. Rodrigues soulignent que beaucoup de maisons réorganisèrent leurs chartriers à la lumière de cette littérature technique, en recourant souvent, à partir de la fin du xviiie siècle, à des professionnels des archives, les experts paléographes35. On en connaît bien quelques exemples.

  • 36 Foral (pl. forais) : document délivré par le roi ou par un seigneur laïc ou ecclésiastique à une vi (...)
  • 37 M. I. Pestana, A reforma setecentista do cartório da Casa de Bragança, p. 14, 27-33.

24La maison de Bragança perdit une part considérable de ses archives pendant le tremblement de terre de Lisbonne en 1755 et les incendies qui suivirent. Pour cette raison, le roi Joseph Ier demanda une copie des documents qui étaient à Torre do Tomboou dans d’autres lieux d’archivage du royaume et confirmant la possession de toutes les donations, biens et privilèges de la maison de Bragança. Ainsi commença en 1756 une importante réforme, avec Manuel António de Ataíde, qui ordonna les titres chronologiquement dans des codex thématiques en accord avec la typologie des documents : contrats, donations, forais36, etc.37

  • 38 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 617-627.

25Le chartrier de la maison de Mateus fut lui aussi profondément réorganisé entre 1772 et 1798. Avec Luís António de Sousa Botelho Mourão furent créées les gavetas (tiroirs), un modèle d’organisation de la documentation administrative et des comptes, résultat du contexte d’ascension sociale des membres de la maison de Mateus, qui créa une augmentation exponentielle de la documentation concernant l’acquisition de propriétés, l’institution de majorats, l’occupation de charges de magistrats, d’ecclésiastiques ou de militaires dans le royaume et dans l’empire38.

  • 39 M. J. Sousa, « O Arquivo da Casa de Belmonte, séculos XV-XIX… », p. 234-235.
  • 40 Ibid., p. 261-263.

26Des raisons identiques, de caractère essentiellement administratif, mèneront la maison de Belmonte à une réorganisation de ses archives au début du xviie siècle, aboutissant à la préparation du premier inventaire connu de ce type d’archives, un instrument composé qui incluait en plus des listes de documents – classés géographiquement ou par typologie du document –, toutes les informations sur les propriétés, leurs revenus et leurs obligations39. Cet inventaire était probablement en vigueur jusqu’à la préparation d’un nouvel inventaire en 1807, à la veille des invasions françaises et du départ de la famille au Brésil40.

  • 41 Ibid.,p. 243-244.
  • 42 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 615.
  • 43 I. Ventura, « O arquivo Paço de Calheiros: uma abordagem sistémica », p. 39.

27Dans ces deux cas, comme dans le chartrier de la maison de Povolide41, on assiste à l’adoption de l’armoire à tiroirs pour le stockage des documents, grâce à sa grande capacité et sa facilité d’accès. Les chartriers d’autres familles nobles suivirent ces tendances « rationalistes » dans leur organisation, comme la maison de Lafões42 ou la maison de Calheiros – une organisation avec des critères thématiques, appliquée encore au xviie siècle43.

  • 44 R. Nóvoa et M. Leme, « The expert paleographer João Filipe da Cruz (c. 1798-1827) » ; A. Rodrigues, (...)
  • 45 R. Nóvoa et M. Leme, « The expert paleographer João Filipe da Cruz (c. 1798-1827) », p. 81.

28Il n’est pas toujours possible de savoir qui a conçu ces organisations. Il s’agissait probablement d’administrateurs ou de secrétaires des membres de la maison ou, surtout à partir de la fin du xviiie siècle, d’experts paléographes. Le prêtre João Filipe da Cruz (c. 1798-1827) était un de ces experts. Ayant suivi les enseignements de la chaire de diplomatique et composé un manuel sur ce thème, il espérait un poste aux archives royales, dont l’attribution fut reportée à cause des invasions napoléoniennes et de l’exil de la famille royale portugaise. Pour vivre, il travailla dans des archives privées et fit l’inventaire de sept archives familiales44. R. Nóvoa et M. Leme analysèrent une partie de son travail et conclurent qu’il ne pratiqua pas un unique modèle archivistique : il trouva des solutions multiples pour la réorganisation physique et/ou pour la préparation d’instruments de repérage d’information45. Ce spécialiste mit son expertise et son expérience archivistique au service de plusieurs maisons nobles ; pourtant, malgré ses tendances rationalistes, le résultat final de ces arrangements et inventaires dépendit toujours des circonstances et des besoins de chaque maison.

  • 46 Sur la méthodologie appliquée dans la réforme du chartrier de la maison de Sá, voir A. Rodrigues, E (...)

29Il en est de même pour Francisco de São Luís qui, dans la deuxième décennie du xixe siècle, reclassa le chartrier de la maison de Sá. Les membres de cette maison avaient intérêt à bien connaître les documents pour mieux gérer les biens familiaux et pour valoriser l’héritage symbolique de la famille. Le travail fut réalisé vers 1811, après les invasions françaises, et lorsque l’administrateur était au Brésil. On utilisa une méthode mixte, avec des liasses thématiques qui contenaient des chemises ou des papiers cousus. Ce travail fut complété par la mise en place d’un index, qui se perdit46.

  • 47 L. Henriques et M. L. Rosa, « O Arquivo da Casa da Lapa (1804-1832) e os seus inventários… », p. 92 (...)
  • 48 Ibid., p. 94.

30Dans le cas du chartrier de la maison de Lapa, le cistercien José de Almeida Vasconcelos ordonna le chartrier dans des liasses et des boîtes en carton, et produisit l’Index général (1804-1805)47, conçu pour avoir une fonction plus large que le simple accès et le repérage d’information. Cet instrument fournissait, en plus de la description et de la localisation des documents du registre, un récit historique, moraliste et politique sur les chefs et les membres des maisons en général48.

  • 49 M. F. Coelho, « O instituto vincular, sua decadência e morte: questões várias ».
  • 50 M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practices… », p. 18-21.

31On constate qu’à la fin du xviiie et au xixe siècle, cette tendance est continue : intérêt des maisons nobles ou même obligation légale d’organiser des chartriers. Le contexte le demandait : à partir de 1769 sortirent les premières lois qui réglementaient et restreignaient le fonctionnement des majorats, et qui obligèrent les propriétaires à confirmer l’origine et la possession de plusieurs de leurs propriétés. Ainsi, l’un des principaux instruments disponibles pour garantir les moyens de subsistance et la cohésion de ces familles fut remis en cause. De la législation pombaline à la première législation libérale, ce processus fut mis en marche jusqu’à l’abolition totale des majorats en 186349. Les familles recoururent à leurs archives pour se défendre contre les impositions de la Couronne, ce qui déclencha leur réorganisation. Un contexte spécifique peut créer une demande d’inventaire ou d’un autre instrument n’ayant pas une fonction directe de repérage, mais une fonction mémorielle, d’affirmation symbolique50.

  • 51 Ibid., p. 10.
  • 52 La description de l’inventaire est disponible ici : http://www.inventarq.fcsh.unl.pt/index.php/indi (...)
  • 53 R. Nóvoa, « O Arquivo Gama Lobo Salema… », p. 50-51.
  • 54 M. J. Sousa, « O Arquivo da Casa de Belmonte… », p. 259-277.
  • 55 P. Marques, « The Archive Castro-Nova Goa and its inventory… », p. 89-94.

32En fait, le majorat était au centre de nombreuses archives familiales et son importante production documentaire explique en grande partie la longue durée de vie de ces chartriers51. Plusieurs exemples d’archives et d’inventaires organisés qui donnent un relief particulier aux majorats peuvent être cités, comme celui de la maison des vicomtes de Vila Nova do Souto d’El-Rei en 1835-3652 ; les archives des Gama Lobo, réorganisées en partie autour de 177453 en fonction des majorats et vincules existants ; du chartrier de Belmonte, l’inventaire déjà cité produit en 180754. L’arrangement des archives des Castro-Nova Goa en est un cas représentatif : menacée de perdre ses majorats, la famille Castro, qui résidait en Inde depuis des siècles, se vit très probablement contrainte d’organiser (ou de reconstruire) ses archives ; l’administrateur des biens, de retour au Portugal, demanda plusieurs copies pour faire la preuve des biens et des privilèges familiaux. La structure de l’inventaire produit dans ce contexte vers 1854-1864 nous donne la vision d’une organisation conditionnée par ces propriétés, leur nature et leur origine55.

 

  • 56 M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practices… », p. 15-21.
  • 57 A. Rodrigues, « O arquivo da família Melo… », p. 492.

33Dans ce genre d’archives, on eut recours à des pratiques archivistiques multiformes. Les logiques qui sont derrière leurs organisations vont au-delà d’une simple évolution de la technique archivistique, des savoirs et des pratiques d’archivage. Il est important de les connaître et de comprendre les influences du milieu ecclésiastique ou même de l’administration centrale. Cependant, il faut mettre en évidence la « complexité sociale » de ces pratiques56 et les interpréter toujours en contexte. Comme le dit A. Rodrigues, reconstituer virtuellement ces arrangements et les comprendre implique d’« entrer dans la sphère privée des familles57 ».

Bibliographie

Coelho Maria de Fátima, « O instituto vincular, sua decadência e morte: questões várias », Análise Social, 16 (61-62), 1980, p. 111-131.

Freitas Cristina, « Dos cartórios da Ordem Beneditina ao Real Archivo da Torre do Tombo: o périplo de Frei Francisco de São Luís Saraiva », Boletim do Arquivo da Universidade de Coimbra, 31 (1), 2018, p. 103-123.

Gomes Saul, In limine conscriptionis: documentos, chancelaria, cultura no mosteiro de Santa Cruz de Coimbra (séc. XII-XIV), Coimbra, Palimage, 2007.

Henriques Luís et Rosa Maria de Lurdes, « O Arquivo da Casa da Lapa (1804-1832) e os seus inventários: gestão dos bens e memória dos antepassados », Boletim do Arquivo da Universidade de Coimbra, 29, 2016, p. 89-132.

Marques Patrícia, « The Archive Castro-Nova Goa and its inventory: between proof and memory. A (re)construction of the 19th century », dans Rosa Maria de Lurdes et Head Randolph C. (éd.), Family archives inventories, 15th-19th centuries: from management and proof to lost memories. Rethinking the pre-modern archive, Lisbonne, IEM, 2015, p. 89-95.

Morsel Joseph, « Médiations ou déviations ? Les inventaires, entre archives et historiens », dans Rosa Maria de Lurdes et Head Randolph C. (éd.), Family archives inventories, 15th-19th centuries: from management and proof to lost memories. Rethinking the pre-modern archive, Lisbonne, IEM, 2015, p. 23-30.

Navarro Bonilla Diego, La imagen del archivo: representación y funciones en España (s. XVI y XVII), Gijón, Trea, 2003.

Nóvoa Rita, « O Arquivo Gama Lobo Salema e a produção, gestão e usos dos arquivos de família nobre nos séculos XV-XVI », thèse de doctorat en archivistique historique, Lisbonne, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa, 2016.

Nóvoa Rita et Leme Margarida, « The expert paleographer João Filipe da Cruz (c.1798-1827) », dans Rosa Maria de Lurdes et Head Randolph C. (éd.), Family archives inventories, 15th-19th centuries: from management and proof to lost memories. Rethinking the pre-modern archive, Lisbonne, IEM, 2015, p. 77-82.

Nóvoa Rita et Rosa Maria de Lurdes, « O estudo dos arquivos de família de Antigo Regime em Portugal: percursos e temas de investigação », Revista Brasileira de História, 38 (78), 2018, p. 75-95.

Pestana Manuel Inácio, A reforma setecentista do cartório da Casa de Bragança, Lisbonne, Fundação da Casa de Bragança, 1985.

Ribeiro Fernanda, « O acesso à informação nos arquivos », thèse de doctorat en archivistique, Porto, Faculdade de Letras da Universidade do Porto, 1998.

Ribeiro Fernanda, « O ensino da Paleografia e da Diplomática no curso de bibliotecário-arquivista », dans Estudos em Homenagem ao Professor Doutor José Marques, vol. 2, Porto, Faculdade de Letras da Universidade do Porto, 2006, p. 47-63.

Rodrigues Abel, « Entre o Público e o Privado: a génese do Arquivo do Conde da Barca (1754-1817) », mémoire de master en histoire, Braga, Universidade do Minho, 2007.

Rodrigues Abel, « O Arquivo da Família Melo (Séc. XIV-XIX): do “arranjamento” iluminista à integração no Sistema de Informação Casa de Mateus », dans Casa Nobre: um património para o futuro (Congresso Internacional Casa Nobre, 3, Arcos de Valdevez, 2011), Arcos de Valdevez, Câmara Municipal, 2013, p. 478-497.

Rodrigues Abel, « Os arquivos pessoais e familiares em Portugal: uma reflexão crítica dos últimos vinte anos », dans Actas do I encontro da Fundación Olga Gallego: arquivos privados de persoas e familias, Vigo, Fundación Olga Gallego, 2018, p. 31-50.

Rodrigues Abel et Silva Armando Malheiro da, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus: um modelo iluminista de gestão da informação », dans Rosa Maria de Lurdes (dir.), Arquivos de Família, séculos XIII-XX: que presente, que futuro? Lisbonne, IEM / CHAM / Caminhos Romanos, 2012, p. 597-650.

Rosa Maria de Lurdes, O morgadio em Portugal, sécs. XIV-XV, Lisbonne, Estampa, 1995.

Rosa Maria de Lurdes, « Problemáticas históricas e arquivísticas actuais para o estudo dos arquivos de família portugueses (Épocas medieval e moderna) », Revista de História da Sociedade e da Cultura, 9, 2009, p. 9-42.

Rosa Maria de Lurdes, « Os espelhos e os seus outros lados. Inventários e gestão da informação documental do Viscondado de Vila Nova de Cerveira / Marquesado de Ponte de Lima e família Brito-Nogueira, séculos XV-XIX », dans Rosa Maria de Lurdes (dir.), Arquivos de Família, séculos XIII-XX: que presente, que futuro? Lisbonne, IEM / CHAM / Caminhos Romanos, 2012, p. 571-596.

Rosa Maria de Lurdes et Head Randolph C. (éd.), Family archives inventories, 15th-19th centuries: from management and proof to lost memories. Rethinking the pre-modern archive, Lisbonne, IEM, 2015.

Rosa Maria de Lurdes et Head Randolph C., « Delineating the social complexity of archival practices : the objectives and the results of the INVENT.ARQ project on family archives inventories », dans Rosa Maria de Lurdes et Head Randolph C. (éd.), Family archives inventories, 15th-19th centuries: from management and proof to lost memories. Rethinking the pre-modern archive, Lisbonne, IEM, 2015, p. 9-22.

Silva Armando Malheiro da, Ribeiro Fernanda, Ramos Júlio, Real Manuel (dir.), Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, Porto, Afrontamento, 2009.

Sousa Maria João, « O Arquivo da Casa de Belmonte, séculos XV-XIX: identidade, gestão e poder », thèse de doctorat en archivistique historique, Lisbonne, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa, 2017.

Ventura Isabel, « O Arquivo Paço de Calheiros: uma abordagem sistémica », mémoire de master en science de l’information, Porto, Faculdade de Letras da Universidade do Porto, 2011.

Notes

1 M. L. Rosa, « Problemáticas históricas e arquivísticas actuais… », p. 24-25.

2 Sur l’état de ces recherches, voir R. Nóvoa et M. L. Rosa, « O estudo dos arquivos de família de Antigo Regime em Portugal… » ; A. Rodrigues, « Os arquivos pessoais e familiares em Portugal… ».

3 Projet mené dans le cadre de l’Instituto de Estudos Medievais (Universidade Nova de Lisboa, 2014-2015). Les 36 inventaires et autres instruments de description archivistique étudiés, datant du xve au xixe siècle, et leur description sont disponibles en ligne (http://www.inventarq.fcsh.unl.pt/index.php/), et dans le catalogue publié dans M. L. Rosa et R. C. Head (éd.), Family archives inventories…, p. 97-173.

4 On n’en connaît pas l’intégralité, car aucun recensement de ces archives n’a encore été fait au Portugal : R. Nóvoa et M. L. Rosa, « O estudo dos arquivos de família de Antigo Regime em Portugal… », p. 89.

5 Morgadio ou majorat : forme d’organisation familiale créant une lignée, régentée par un code pour désigner les successeurs, statuts et comportements. Un ensemble de biens fonciers ou de rentes était inaliénable et indivisible après la mort de son titulaire, et transmis en règle générale au fils aîné ou à d'autres successeurs désignés dans le document fondateur. La totalité de la propriété constituait un vínculo ou vincule, puisque ces biens étaient liés à la perpétuation du pouvoir économique, politique et symbolique de la famille dont ils faisaient partie, au cours des générations successives. Voir M. L. Rosa, O morgadio em Portugal, sécs. XIV-XV.

6 A. M. Silva et al., Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, p. 45 et 93-94 ; pour un panorama diachronique de l’évolution de l’archivistique jusqu’au début du xixe siècle, voir p. 45-100.

7 Ibid., p. 94.

8 Science qui a pour objet l’étude des documents officiels, en analysant leur structure interne et externe et sa variation au cours des époques, afin de déterminer leur authenticité.

9 A. M. Silva et al., Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, p. 87.

10 Ibid., p. 91.

11 Ibid., p. 87-93. Pour le cas castillan, voir D. Navarro Bonilla, La imagen del archivo, p. 137-143.

12 A. M. Silva et al., Arquivística: teoria e prática de uma ciência da informação, p. 94-95.

13 Ibid., p. 79-81.

14 Ibid., p. 93 ; D. Navarro Bonilla, La imagen del archivo, p. 147.

15 F. Ribeiro, « O acesso à informação nos arquivos », p. 30.

16 Voir A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 599-617. Les auteurs y analysent Dois objetos se devem ter prezentes, quando se trata de qualquer cartório... du frère Francisco et les Observações historicas e criticas para servirem de memorias ao systema da diplomatica portugueza... (1798) de J. P. Ribeiro.

17 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 599-601 ; C. Freitas, « Dos cartórios da Ordem Beneditina ao Real Archivo da Torre do Tombo… », p. 110-116.

18 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 602-607.

19 Torre do Tombo était le nom d’une tour du château de Lisbonne où, à la fin du xivᵉ siècle, furent réunies pour la première fois les archives de la Couronne. Les archives furent déménagées après le tremblement de terre de 1755 qui détruisit la tour, mais l’institution responsable des archives conserva ce nom. À partir du xixe siècle, l’institution élargit ses fonctions et devint le site de conservation des archives nationales.

20 F. Ribeiro, « O ensino da paleografia e da diplomática no curso de bibliotecário-arquivista », p. 50.

21 M. L. Rosa, « Problemáticas históricas e arquivísticas actuais… », p. 30-32.

22 R. Nóvoa et M. L. Rosa, « O estudo dos arquivos de família de Antigo Regime em Portugal… », p. 83.

23 Ibid., p. 83-84 ; M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practices… », p. 10-14.

24 M. J. Sousa, « O Arquivo da Casa de Belmonte… », p. 220-226.

25 Voir l’exemple du chartrier du monastère de Santa Cruz de Coimbra, étudié dans S. Gomes, In limine conscriptionis: documentos, chancelaria, cultura no mosteiro de Santa Cruz de Coimbra (séc. XII-XIV), p. 263.

26 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 619.

27 Tombos : inventaires authentiques contenant la description des biens immobiliers, notamment leurs démarcations.

28 Ibid., p. 620-621.

29 J. Morsel, « Médiations ou déviations ? Les inventaires, entre archives et historiens », p. 26-28.

30 M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practices… », p. 15-21.

31 Les descriptions sont disponibles ici : http://www.inventarq.fcsh.unl.pt/index.php/, et dans M. L. Rosa et R. C. Head (éd.), Family archives inventories…, p. 102, 108, 114, 116 et 120.

32 Ibid., p. 120 ; l’auteur de cet inventaire fut un prieur, proche de la maison de Sortelha. C’est probablement aussi le cas pour le Catálogo do Cartório da Casa : voir M. L. Rosa, « Os espelhos e os seus outros lados… », p. 593.

33 Pour une étude préliminaire, voir ibid., p. 591-596. Nous sommes en train d'approfondir l'étude de ces archives en doctorat.

34 F. Ribeiro, « O acesso à informação nos arquivos », p. 358-449. Les chartriers bénédictins sont ainsi réformés, en particulier dans le dernier quart du xviiie siècle, ainsi que le chartrier du chapitre de la cathédrale de Braga dans la seconde moitié du siècle. Pour les institutions de l’État, Manuel da Maia réforme les archives de Torre do Tombo par la création du Corpo Cronológico (A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 611-613).

35 Ibid., p. 614.

36 Foral (pl. forais) : document délivré par le roi ou par un seigneur laïc ou ecclésiastique à une ville ou un village ; il établissait les relations entre les habitants de la communauté et ceux de l'entité qui octroyait le document, en stipulant les privilèges et les devoirs de chacun. Il pouvait également réglementer les relations entre le chef-lieu de la ville et son termo (l’espace autour de la ville qui dépendait de sa juridiction).

37 M. I. Pestana, A reforma setecentista do cartório da Casa de Bragança, p. 14, 27-33.

38 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 617-627.

39 M. J. Sousa, « O Arquivo da Casa de Belmonte, séculos XV-XIX… », p. 234-235.

40 Ibid., p. 261-263.

41 Ibid.,p. 243-244.

42 A. Rodrigues et A. M. Silva, « A criação das Gavetas na Casa de Mateus… », p. 615.

43 I. Ventura, « O arquivo Paço de Calheiros: uma abordagem sistémica », p. 39.

44 R. Nóvoa et M. Leme, « The expert paleographer João Filipe da Cruz (c. 1798-1827) » ; A. Rodrigues, « O arquivo da família Melo (séc. XIV-XIX)… », p. 480-483.

45 R. Nóvoa et M. Leme, « The expert paleographer João Filipe da Cruz (c. 1798-1827) », p. 81.

46 Sur la méthodologie appliquée dans la réforme du chartrier de la maison de Sá, voir A. Rodrigues, Entre o público e o privado…, p. 127-137, notamment le tabl. 2.

47 L. Henriques et M. L. Rosa, « O Arquivo da Casa da Lapa (1804-1832) e os seus inventários… », p. 92-102.

48 Ibid., p. 94.

49 M. F. Coelho, « O instituto vincular, sua decadência e morte: questões várias ».

50 M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practices… », p. 18-21.

51 Ibid., p. 10.

52 La description de l’inventaire est disponible ici : http://www.inventarq.fcsh.unl.pt/index.php/indice-geral-do-cartorio-do-visconde-de-vila-nova-do-souto-do-rei.

53 R. Nóvoa, « O Arquivo Gama Lobo Salema… », p. 50-51.

54 M. J. Sousa, « O Arquivo da Casa de Belmonte… », p. 259-277.

55 P. Marques, « The Archive Castro-Nova Goa and its inventory… », p. 89-94.

56 M. L. Rosa et R. C. Head, « Delineating the social complexity of archival practices… », p. 15-21.

57 A. Rodrigues, « O arquivo da família Melo… », p. 492.

Auteur

Chercheur à la Universidade Nova de Lisboa, Instituto de Estudos Medievais, Centro de Humanidades (CHAM - FCSH/NOVA-UAç) et à l’université PSL, École nationale des chartes, centre Jean-Mabillon ; boursière de la Fundação para a Ciência e a Tecnologia (SFRH/BD/114873/2016)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access