Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Savoirs oraux, savoirs écrits, archives

Le Panthéon et la transmission des savoirs sur Marie Curie : enjeux et apports d’une nouvelle forme de médiation

Ginette Gablot

Résumé

La visite commentée « Marie Curie, le Panthéon et le quartier », créée en 2017 par l’association Parcours des sciences, avait pour enjeu d’offrir au public une approche originale de Marie Curie et de son temps et d’intégrer le Panthéon dans le territoire de la montagne Sainte-Geneviève du Quartier latin, dans le 5e arrondissement de Paris. Dans la crypte, de Victor Hugo à Paul Langevin, la mémoire des « grands hommes » présents dans divers fonds d’archives permet d’esquisser un réseau d’influences et de sympathies qui interpelle les savoirs et les représentations de Marie Curie. Sur cette base, le public s’engage ensuite à explorer ce quartier marqué par la recherche scientifique au xxe siècle. La découverte dans les archives d’une campagne de presse en faveur de la panthéonisation du couple Curie, menée de 1934 à 1936 par Jean Perrin, éclaire la procédure de la translation des cendres et rappelle le caractère politique de ces décisions. Admirateur de Marie Curie ou curieux de science, le public s’est inscrit pour découvrir un quartier qu’il connaît mal.

Texte intégral

  • 1 F. Mitterrand, extrait du discours prononcé lors du transfert des cendres des époux Curie au Panth (...)

« Madame, à quelques pas d’ici, dans cette rue qui porte désormais le nom de vos parents, s’élèvent les deux pavillons de l’Institut du radium où s’acheva le destin de votre mère. […] À une faible distance de là était l’humble hangar de la rue Vauquelin où fut isolé le radium. Entre ces deux lieux et le Panthéon, si proches les uns des autres, que de chemin parcouru, que d’épreuves et que de gloire1 ! »

1Ainsi s’adressait François Mitterrand, président de la République, à la fille de Pierre et de Marie Curie, Éve Labouisse-Curie, lors du transfert des cendres de ses parents au Panthéon, le 20 avril 1995.

Le Quartier latin et la mémoire du couple Curie

2Dans le 5e arrondissement parisien, de la rue Cuvier, où Pierre Curie est né, à la rue qui porte son nom et celui de son épouse, ce quartier de la montagne Sainte-Geneviève consacré à l’enseignement et à la recherche recèle de nombreux lieux qu’ils ont fréquentés. Aujourd’hui, le public intéressé par l’histoire de ce couple célèbre n’a accès qu’au Panthéon et au musée Curie. Pour les plus curieux, le pavillon Curie de la rue Cuvier peut être visité sur demande grâce à l’association Parcours des sciences.

Au Panthéon, la première femme honorée pour ses propres mérites

  • 2 Institut national de l’audiovisuel, images d’archives, journal télévisé de la chaîne Antenne 2, 11 (...)

3Le 11 février 1992, dans un entretien avec le journaliste Bruno Mazure, Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française, Simone Veil, député européen et Françoise Gaspard, chercheuse et écrivaine, commentaient le courrier qu’elles venaient d’adresser au président de la République pour que « soient honorées des femmes qui par leurs actions, leurs talents, leurs découvertes, ont servi la démocratie, le progrès ou les arts2 », et demandaient que Marie Curie (1867-1934) soit admise au Panthéon.

  • 3 Centre des monuments nationaux, « Pierre Curie, l’homme, le scientifique : bilan », non paginé, co (...)

4Trois ans plus tard, le transfert de ses cendres honora à la fois la femme et la science, et associa à ce geste Pierre Curie (1857-1906) « au même titre » que son épouse. En 2006, à l’occasion du centenaire de la mort de ce dernier, l’exposition consacrée à ce « savant précoce » reçut 1 274 000 visiteurs. Ceux qui venaient pour en savoir plus sur Marie Curie furent déçus, comme en témoigne le livre d’or3. Aujourd’hui, un seul des parcours proposés par le Centre des monuments nationaux, celui qui est consacré aux scientifiques dans le Panthéon, accorde une place spécifique au couple Curie.

Un musée dans le laboratoire Curie

  • 4 D. Saurier, La fabrique des illustres : Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, p. 47.

5En 1964, à la veille de la commémoration du trentième anniversaire de la découverte de la radioactivité artificielle par la fille de Marie Curie, Irène, et son mari Frédéric Joliot au laboratoire Curie de l’Institut du radium, les « anciens » décidèrent de créer un musée consacré à ces deux prix Nobel de chimie 19354. Un lieu de mémoire destiné aux chercheurs de passage et aux scolaires était né. Il incluait également le laboratoire de chimie personnel de Marie Curie et le bureau directorial.

6Au début des années 1990, face à la demande grandissante d’un public plus large, curieux et sensible à l’atmosphère du lieu, des visites guidées ont été mises en place. Ainsi que nous l’avons souligné en 1994 au musée des Arts et métiers dans le cadre du séminaire sur les lieux de mémoire, l’émotion ressentie devant les lunettes de vue utilisées par Marie Curie n’est pas différente de celle éprouvée devant la cafetière de Balzac, à Saché : qui oserait rompre le charme et dire qu’il n’a jamais lu le Lys dans la vallée ? À l’opposé, au musée Curie, le questionnement est de mise.

  • 5 Ibid., p. 214.

7Aujourd’hui, les locaux de l’ancien laboratoire Curie, cédés en 1993 par l’université Paris VI à l’Institut Curie, abritent le musée Curie. Au terme de deux rénovations, « la figure de Marie Curie s’est propulsée à la tête du musée Curie, contraignant la figure des Joliot-Curie à rester dans la sphère étroite de la physique nucléaire5 ».

« Parcours culturels à travers la recherche scientifique française sur la montagne Sainte-Geneviève »

  • 6 J. Eidelman et al., « Parcours culturels à travers la recherche scientifique française sur la mont (...)

8L’association Parcours des sciences est née en 1998 au terme d’une recherche-action6 soutenue par le ministère chargé de la recherche. Elle s’inspire de l’esprit des centres d’interprétation nord-américains et de celui des écomusées. Pour répondre à la demande de « science en contexte », son propos entremêle réseaux de compétences, lieux de convivialité, débats scientifiques, prises de position politiques et transformations urbaines. L’intérêt du public pour cette approche validée du point de vue historique ne s’est jamais démenti, pas plus que le souhait d’être accompagné par un conférencier ou de disposer d’un guide de promenade pour découvrir le quartier à son rythme.

9L’offre de visites commentées reste fortement marquée par l’ancrage géographique d’origine de l’association. Les institutions et les grandes figures scientifiques du Quartier latin au xxe siècle, comme les Curie et les Joliot-Curie, y tiennent une très grande place. Au fil du temps, la figure de Marie Curie se popularise et s’étoffe, comme en témoignent les questions du public au fait des dernières parutions la concernant et qui suit l’actualité de la santé et du nucléaire. Sur 32 questions relevées en 2015 et 2016, 7 ont porté sur les travaux sur la radioactivité ; 7 sur les dangers de ces recherches ; 5 sur l’enfance en Pologne de Marie Curie ; 4 sur son mari Pierre et leurs enfants ; 3 sur ses études à la Sorbonne ; 3 sur le traitement du cancer ; 2 sur la place faite aux femmes dans le monde universitaire et scientifique ; 1 sur son action pendant la Première Guerre mondiale.

Enjeux et apports d’une célébration

10En 2016, le cent cinquantième anniversaire de la naissance de Maria Skłodowska qui s’annonçait devait être l’occasion pour le Panthéon de rappeler les valeurs d’engagement de Marie Curie et de faire lien avec une institution de recherche proche, l’Institut Curie, et son musée. Pour Parcours des sciences, l’enjeu était d’offrir au public une approche originale de Marie Curie et de son temps et de mieux intégrer le Panthéon dans le territoire qui est le sien.

  • 7 Centre des monuments nationaux / musée Curie, dossier de presse, 9 octobre 2017.

11L’exposition rétrospective « Marie Curie, une femme au Panthéon », préparée par le Centre des monuments nationaux et l’Institut Curie, était conçue comme « une immersion inédite dans l’univers scientifique, intime et familial [à la suite de laquelle le public est invité à visiter la crypte et] plus particulièrement le caveau VIII, où reposent Marie et Pierre Curie, et enfin à se rendre au musée Curie, situé à cinq minutes à pied7 ».

12Pour sa part, l’association Parcours des sciences, en partenariat avec le Centre des monuments nationaux, proposait de bâtir une visite commentée intitulée « Marie Curie, le Panthéon et le quartier ». Dans la crypte, le propos du guide convoquerait tour à tour les « grands hommes » qui ont influencé les Curie ou qui les ont connus. La deuxième partie serait consacrée à la découverte de ce quartier gagné par la science.

Qu’apporte à Marie Curie une visite commençant au Panthéon ?

13Dans la crypte, les influences et sympathies, voire les inimitiés qui ont pu exister au sein de « ce cercle des talents et vertus de la République » sont évoquées au regard des archives des Curie et des Joliot-Curie… et du plan du quartier !

14Rien n’atteste que les Curie soient jamais entrés dans le Panthéon, qui faisait partie de leur paysage quotidien. Néanmoins, il n’est pas interdit de penser que le 1er juillet 1894, Maria Skłodowska, qui habite à deux pas, remarque les tentures noires qui drapent le monument, où vont être conduits les restes du président de la République Sadi Carnot.

  • 8 Quatremère de Quincy, cité par M. Ozouf dans « Le Panthéon : l’École normale des morts », p. 150.
  • 9 Pièce de Victor Hugo ; voir K. Blanc, Pierre Curie : correspondances, p. 21.
  • 10 Ibid., p. 55.
  • 11 Lettres, Marie Curie et ses filles, p. 53.

15Revenons aux hôtes de cet « Élysée visible8 » mentionnés dans les écrits du couple Curie. Il y a fort à parier que Pierre, qui a cité Le Roi s’amuse9 dans son journal intime, se félicite de voir le Panthéon rendu au culte républicain à l’occasion de l’hommage rendu à Victor Hugo le 1er juin 1885. Émile Zola fait aussi partie du paysage intellectuel de Pierre, lui qui note à l’attention de Maria, retournée en Pologne pendant l’été 1894 : « J’ai lu Lourdes, de Zola. Quand mes parents auront fini l’ouvrage, je vous l’enverrai. J’y ai retrouvé vos propres opinions sur la religion10 ». Plus tard, le couple Curie, qui fait partie du groupe des dreyfusards, compte parmi ses collaborateurs un filleul d’Alexandrine Zola, Albert Laborde. Dans ces conditions, on peut penser que la translation des cendres de Zola au Panthéon le 6 avril 1908 et le coup de feu tiré contre Alfred Dreyfus lors de la cérémonie n’échappent pas à Marie Curie. En ce qui concerne l’opinion de Marie Curie sur un autre hôte du Panthéon, Jean Jaurès, un seul indice : le post-scriptum d’une de ses lettres, adressée le 1er août 1914 à sa fille Irène, en vacances en Bretagne : « Tu as vu que ce pauvre Jaurès a été assassiné. C’est triste et abominable11 ».

  • 12 Ibid., p. 457, 275-276.

16Pour ce qui est des savants, Marie Curie voit entrer au Panthéon deux personnalités qu’elle apprécie sans doute différemment. En 1907, Marie peut-elle oublier que Marcellin Berthelot, ce spécialiste de la thermochimie, a plusieurs fois douté de la qualité des travaux des « radioactivistes », allant jusqu’à envoyer un chercheur étranger de passage rencontrer Pierre Curie « pour faire une enquête et voir s’il n’y avait pas de fraude dans le dégagement de chaleur du radium12 » ? Rien de tel en 1933 avec Paul Painlevé, qui l’avait défendue lors des attaques portées contre elle en 1911 et qui, plus tard, comme membre du gouvernement, n’avait pas manqué de soutenir le laboratoire qu’elle dirigeait.

17Après la mort de Marie Curie en 1934, deux amis proches du couple rejoignent le Panthéon en 1948 : Jean Perrin, lauréat du prix Nobel de physique en 1926, qui l’a soutenue à la mort de Pierre, et Paul Langevin, plus célèbre aujourd’hui pour sa liaison avec Marie que pour ses travaux sur la théorie des électrons, la relativité, le magnétisme et le sonar développé à Toulon en 1917.

  • 13 M. Ozouf, « Le Panthéon : l’École normale des morts », p. 140, même si ces « grands hommes » n’ont (...)

18À la fin de la visite, qui se termine devant les caveaux du couple Curie, une question se pose. Toutes les personnalités illustres rencontrées ici ont en commun d’avoir fréquenté le Quartier latin. Elles sont de celles qui font que Mona Ozouf compare le Panthéon à « un musée IIIe République, une docte réunion de prix d’excellence13 ». Pourtant, Henri Poincaré et quelques autres savants éminents sont absents. À l’évidence, la qualité des travaux réalisés ne suffit pas pour être admis dans ce haut lieu de la mémoire nationale. Pour y accéder, il vaut mieux, semble-t-il, avoir été ministre, comme Berthelot, voire président du Conseil, comme Painlevé, ou engagé au nom de la science, comme Perrin et Langevin. Alors pourquoi y admettre les époux Curie ?

19Pour le public de nos visites, comme pour une grande partie de l’opinion, la décision d’honorer une femme « pour ses propres mérites » relève d’une obligation morale trop longtemps différée. Ce sentiment d’évidence oblitère la dimension politique du choix qui, sous la Ve République, est l’apanage du président, après avoir été celui des parlementaires. Le projet de panthéonisation des années 1930, découvert dans les archives du musée Curie et dans celles d’Irène Curie à l’occasion de la préparation de cette visite, illustre bien le cadre d’une telle décision.

Qu’apporte Marie Curie au Panthéon ? Le projet de transfert des années 1930

  • 14 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, 5 juillet 1934, Paris-soir.

20Dès le lendemain de l’annonce de la mort de Marie Curie, le 4 juillet 1934, la presse parle déjà d’un éventuel transfert des époux Curie au Panthéon. Mais la « grande savante, [la] grande Française, qui avait pétri son idéal de patriotisme et d’humanité14 » veut être enterrée à Sceaux, près de son mari. Ce souhait suscite alors des propos calomnieux envers la défunte. Selon Le Journal,

  • 15 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, 9 juillet 1934, Le Journal ; C. Vautel, « Mon film ».

« [Elle aurait] refusé tous les honneurs posthumes auxquels lui donnait droit la gloire d’avoir été la collaboratrice et la continuatrice de l’homme de génie que fut son mari. […] En dépit de son penchant – qui fut assez vif – pour le pacifisme intégral et ses apôtres, [elle] n’oubliait certainement pas que la libération de sa patrie était due, pour une part assez importante, au chef des armées alliées. […] C’est dans la volonté de ne pas se soumettre à l’usage, dans le mépris des hommages traditionnels, qu’il y a de l’orgueil – et un immense, me semble-t-il15. »

21En réponse à ce billet, Ève Curie précise :

  • 16 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, 11 juillet 1934, Le Journal, È. Curie.

« L’idée qu’on lui destinât des honneurs posthumes [ne lui] avait même pas traversé l’esprit. De 1914 à 1918, délaissant ses travaux, elle s’était entièrement dévouée à son pays d’adoption16. »

22À la rentrée, en première page de l’Excelsior du 14 septembre 1934, il est de nouveau question de la translation au Panthéon des cendres des époux Curie, qui aurait lieu en octobre suivant. Juxtaposée à cette information, la longue déclaration de Jean Perrin sur les « besoins immédiats de la recherche scientifique » est des plus explicites :

  • 17 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, J. Perrin, « Ce que sont en France les besoins immédiats de la re (...)

« Nous comptons bien demander prochainement à l’opinion, à l’occasion de l’hommage solennel que la nation va prochainement rendre à Marie Curie et à Pierre Curie, et comme le monument le plus digne d’eux qui puisse leur être élevé, de faciliter une souscription nationale analogue à celle de la Journée Pasteur, qui suffira, nous l’espérons, pour donner […] les possibilités d’action désirables17. »

23La mort de Marie Curie sert à médiatiser un objectif qu’un intertitre de l’article rend dans toute sa trivialité : il faut obtenir « dix sous par Français, par an, pour les recherches ».

  • 18 BNF / musée Curie, arch. Irène Curie, I 46, dossier Co pr USA, fol. 10 ; lettre de Mme Meloney à I (...)

24La figure du couple Curie participe alors à la campagne en faveur de la science. Pas étonnant donc que ce projet de transfert au Panthéon réapparaisse sous le Front populaire. « Je veux savoir si le corps de votre mère va être transféré au Panthéon, et quand18 », demande en 1936 Missy Meloney, l’amie américaine de Marie Curie, alors que Jean Perrin vient de remplacer la fille des Curie, Irène, au poste de sous-secrétaire d’État à la recherche scientifique.

Un quartier qui requiert une médiation

25Le public inscrit à la visite « Marie Curie, le Panthéon et le quartier » souhaite découvrir un quartier méconnu, que Marie Curie a vu se transformer avec la construction de la Nouvelle Sorbonne et de son annexe rue Cuvier, la démolition du couvent des Dames de Saint-Michel qui a laissé place à « une cité scientifique » – le futur campus Curie –, l’ouverture d’une rue portant le nom de son mari, et enfin avec la destruction du « hangar de la découverte » lors de l’agrandissement de l’École municipale de physique et de chimie industrielles (ESPCI aujourd’hui), que dirigeait Paul Langevin.

26De nos jours, les cours anglaises de la rue Brossolette rappellent l’importance des professions ouvrières qui occupaient les ateliers à l’entresol des laboratoires. Rue Rataud, la plaque à l’emplacement des établissements Beaudouin, disparus en 1970, et les visuels que présente le guide lors de la visite font revivre les souffleurs de verre, les marchands de produits chimiques et les constructeurs d’appareils scientifiques sans qui l’activité des laboratoires aurait été impossible.

27La visite du « campus Curie », où Marie Curie s’est installée en juillet 1914, permet de rappeler que son laboratoire accueillit de très nombreux chercheurs étrangers et qu’il était aussi ouvert aux jeunes femmes, comme celui de Jean Perrin, devenu son voisin en 1926. Le parcours se termine par l’évocation de ces savants reconnus qui militèrent pour la reconnaissance du travail de recherche et participèrent à la campagne de sensibilisation du monde politique et de l’opinion publique aux besoins de la recherche scientifique, une campagne qui conduisit à la création du Centre national de la recherche scientifique en 1939.

  • 19 P. Belaval, Pour faire entrer le Peuple au Panthéon : rapport à Monsieur le Président de la Républi (...)

28Les treize visites du quartier effectuées de novembre 2017 à février 2018 ont rassemblé 251 personnes. Ce chiffre est tout à fait honorable, mais sans commune mesure avec la fréquentation très importante de l’exposition au Panthéon et au musée Curie. Ce succès dû à la volonté du Centre des monuments nationaux de mettre en avant une personnalité honorée dans la crypte s’inscrit pleinement dans la politique culturelle préconisée en 2013 par son président, Philippe Bélaval, pour « faire entrer le Peuple dans le Panthéon19 ».

29Contrairement au public qui fréquente habituellement le monument, celui des visites de l’association Parcours des sciences était très majoritairement constitué de Français, actifs ou retraités, qui revenaient dans le monument, principalement motivés par le parcours en extérieur.

 

  • 20 Ibid., p. 7.

30Les commentaires très favorables recueillis soulignent l’intérêt de s’appuyer sur les ressources de ce haut lieu pour renouveler, au plus près des archives, la saga propre à Marie Curie et offrir au public une médiation distincte de celle du Panthéon et des propositions du musée Curie. Commencer la visite par présenter Marie Curie au regard du Panthéon, pour mieux la suivre ensuite dans le quartier, introduit une réelle continuité entre un « monument que l’on contourne plus volontiers que l’on n’en franchit le seuil20 » et les rues qu’il domine. Pour le public d’admirateurs de Marie Curie et de curieux de science qui cherche à découvrir ce quartier scientifique méconnu, Marie Curie est une médiatrice.

Bibliographie

Bélaval Philippe, Pour faire entrer le Peuple au Panthéon : rapport à Monsieur le Président de la République, Paris, Présidence de la République, 2013.

Blanc Karin, Pierre Curie : correspondances, Saint-Rémy-en-l’Eau, Monelle Hayot, 2009.

Eidelman Jacqueline, Gablot Ginette, Benoit Serge, Parcours culturels à travers la recherche scientifique française sur la montagne Sainte-Geneviève, contrat MRES/CNRS no 93 H 6332, Paris, Parcours des sciences, 1996, 2 vol.

Langevin-Joliot Hélène et Bordry Monique (dir.), Marie Curie et ses filles, Paris, Pygmalion, 2011.

Ozouf Mona, « Le Panthéon : l’École normale des morts », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. I : République, Paris, Gallimard (Bibliothèque illustrée des histoires), 1984, p. 139-166.

Saurier Delphine, La fabrique des illustres : Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, Paris, Non Standard (SIC Recherches en sciences de l’information et de la communication), 2013.

Notes

1 F. Mitterrand, extrait du discours prononcé lors du transfert des cendres des époux Curie au Panthéon le 20 avril 1995, disponible sur https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_du_transfert_des_cendres_de_Pierre_et_Marie_Curie_au_Panthéon (consulté le 21/01/2018).

2 Institut national de l’audiovisuel, images d’archives, journal télévisé de la chaîne Antenne 2, 11/07/1992. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=D_8FZutyyiw (consulté le 5/05/2017).

3 Centre des monuments nationaux, « Pierre Curie, l’homme, le scientifique : bilan », non paginé, coll. part.

4 D. Saurier, La fabrique des illustres : Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, p. 47.

5 Ibid., p. 214.

6 J. Eidelman et al., « Parcours culturels à travers la recherche scientifique française sur la montagne Sainte-Geneviève ».

7 Centre des monuments nationaux / musée Curie, dossier de presse, 9 octobre 2017.

8 Quatremère de Quincy, cité par M. Ozouf dans « Le Panthéon : l’École normale des morts », p. 150.

9 Pièce de Victor Hugo ; voir K. Blanc, Pierre Curie : correspondances, p. 21.

10 Ibid., p. 55.

11 Lettres, Marie Curie et ses filles, p. 53.

12 Ibid., p. 457, 275-276.

13 M. Ozouf, « Le Panthéon : l’École normale des morts », p. 140, même si ces « grands hommes » n’ont pas tous fréquenté la rue d’Ulm.

14 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, 5 juillet 1934, Paris-soir.

15 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, 9 juillet 1934, Le Journal ; C. Vautel, « Mon film ».

16 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, 11 juillet 1934, Le Journal, È. Curie.

17 Arch. musée Curie, RDP-PMC/1934, J. Perrin, « Ce que sont en France les besoins immédiats de la recherche scientifique ».

18 BNF / musée Curie, arch. Irène Curie, I 46, dossier Co pr USA, fol. 10 ; lettre de Mme Meloney à I. Curie, 14 octobre 1936 : « I want to know if your mother’s body is to be moved to Pantheon, and when ? ».

19 P. Belaval, Pour faire entrer le Peuple au Panthéon : rapport à Monsieur le Président de la République.

20 Ibid., p. 7.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access