Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Savoirs oraux, savoirs écrits, archives

Mémoires orales du canal de Suez

Philippe Joutard

Résumé

À l’occasion du 150e anniversaire de l’inauguration du canal de Suez (17 novembre 2019), l’Association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez a entrepris une enquête sur les mémoires orales du canal. L’originalité de ce travail est de croiser les souvenirs d’Égyptiens, de Français et de Grecs, hommes et femmes, de différentes générations et milieux sociaux, ayant vécu autour du canal des années 1940 à celles de 1970. La confrontation de ces mémoires différentes offre une surprenante convergence, autour d’une grande nostalgie (« une jolie mémoire », selon une informatrice), au-delà de quelques tensions, alors que la région a été profondément marquée par plusieurs conflits (Seconde Guerre mondiale, 1956, 1967 et 1973) et par un bouleversement institutionnel (nationalisation de la gestion du canal). Cette communication s’interrogera sur cette convergence.

Texte intégral

1L’Association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez est née en 1978, à l’initiative de Jacques Georges-Picot, dernier directeur général de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, puis président de la Compagnie financière de Suez. Arnaud Ramière de Fortanier, son président, décrit ainsi les activités de l’association :

« Il est apparu que l’œuvre de Ferdinand de Lesseps n’était pas une chose du passé, domaine des historiens, mais que le canal vivait en Égypte et, selon le vœu de son fondateur, continuait à accueillir, chaque jour, les navires du monde entier. Il est également apparu que cette œuvre était au plus haut point une réalisation franco-égyptienne et que dès lors, au-delà d’antagonismes lointains dépourvus aujourd’hui de portée, le canal constituait un lien tangible entre les deux pays. C’est dans ces conditions que se sont instaurées des relations étroites avec l’Autorité du canal de Suez. L’association tient chaque année une réunion de son conseil d’administration à Ismaïlia, elle est reçue à la Résidence, elle est associée au projet de musée du canal à Ismaïlia. De même, à Paris, une collaboration permanente unit l’association à l’ambassade d’Égypte et, notamment, à son bureau culturel. »

  • 1 Voir C. Piaton (dir.), Suez : histoire et architecture ; L’isthme et l’Égypte au temps de la Compa (...)
  • 2 L’association est propriétaire – en fait sinon en droit – des archives de la Compagnie financière (...)
  • 3 Le Centre d’études alexandrines (CEAlex, unité de service et de recherche du CNRS), créé en 1990 a (...)

2À l’approche du cent cinquantième anniversaire de l’inauguration du canal de Suez, le 19 novembre 2019, l’association a lancé dès 2017 une grande enquête sur les mémoires orales du canal. L’histoire du canal de Suez bénéficie d’une bibliographie abondante et de grande qualité1 ; il ne s’agissait donc pas de prétendre la remplacer en offrant une autre vision. Plus modestement, cette enquête s’est proposé un double objectif : compléter les très riches archives sur le sujet confiées aux Archives nationales du monde du travail de Roubaix2 et accompagner, sous forme de courts documentaires de trois à six minutes, les expositions et manifestations qui doivent célébrer cet anniversaire, en particulier les expositions organisées par l’Institut du monde arabe à Paris et par le musée d’Histoire de Marseille, sans parler d’autres manifestations prévues en Égypte en 2019. Cette enquête s’est insérée dans le cadre du Centre d’études alexandrines3, qui en assure la logistique.

  • 4 Voir F. Almeida et D. Maréchal (dir.), L’histoire orale en question ; F. Descamps, L’historien, l’ (...)

3A-t-on besoin de rappeler l’intérêt des sources orales qui, en dialoguant avec les sources écrites et iconographiques, offrent une autre approche de la réalité4 ? Les mémoires ne doivent pas se confondre avec l’histoire, mais elles lui fournissent une matière précieuse et indispensable. Elles donnent la parole à des témoins et des acteurs qui n’ont pas l’habitude de s’exprimer ; par l’oral, elles révèlent l’affectivité et l’imaginaire, créateurs d’histoire eux aussi, et qu’exprimera rarement l’écrit ; sans oublier les représentations et le ressenti des acteurs, difficiles à percevoir par les sources classiques de l’historien. Certes, les mémoires peuvent aussi engendrer le légendaire, les déformations, véhiculer les rumeurs les plus folles ; mais plus encore, elles manifestent une grande faculté d’oubli, voire d’occultation. Et leurs faiblesses bien connues, à condition de les repérer soigneusement et de les analyser rigoureusement, sont une chance pour mieux comprendre une sensibilité, une mentalité, une culture.

Les conditions de l’enquête

4L’enquête a commencé en Égypte, en février 2017, au Caire, à Port-Saïd et à Alexandrie. Elle s’est continuée à Athènes en octobre de la même année, et s’est terminée à Paris en janvier et février 2018. La méthode utilisée a été celle de l’histoire orale, l’entretien semi-directif accompagné de l’observation participante couramment utilisée par les ethnologues. L’enquêteur prend soin de poser des questions très générales qui n’induisent pas la réponse et laisse parler librement son interlocuteur, n’intervenant que s’il s’éloigne trop du sujet de l’enquête, et admettant donc parfaitement les digressions significatives. Il s’intéresse aussi à l’environnement, au contexte, à l’implicite.

5Au total, 48 personnes ont été enregistrées et filmées, 14 femmes et 34 hommes : 20 de nationalité égyptienne, dont 6 femmes ; 17 de nationalité française, dont 4 femmes ; 11 de nationalité grecque, dont 4 femmes aussi. Nées entre 1922 et 1945 (à une exception près), elles appartiennent à des milieux sociaux très variés, de cadres supérieurs à modestes ouvriers.

658 entretiens ont été réalisés, 2 personnes ayant été interrogées trois fois, et 7 interrogées deux fois. Chaque entretien, à de rares exceptions près, dépassait une heure. Inutile de préciser que nos interlocuteurs étrangers maîtrisaient parfaitement la langue française. Lorsqu’il y avait le moindre doute, nous avons préféré utiliser la langue arabe, ce qui sera aussi utile pour présenter des versions adaptées au public égyptien.

  • 5 Voir P. Parfond, Pilotes de Suez.
  • 6 Voir A. Dalachanis, The Greek exodus from Egypt : diaspora politics and emigration (1937-1962).

7L’entreprise a pu bénéficier de l’aide de M. Yehia El-Sadr, président des Anciens Ismaïliotes, fils du premier pilote égyptien5, né à Ismaïlia, profondément nourri de la mémoire du canal ; avant même notre rencontre, il animait un réseau Facebook sur les originaires d’Ismaïlia, avec des correspondants dans le monde entier. Non seulement il a fourni une mémoire très riche au cours de trois entretiens, mais il a à son tour interrogé en arabe plusieurs de ses compatriotes. Il nous a accompagnés aussi en Grèce, retrouvant avec émotion de très anciens camarades de classe. À ce propos, précisons que ces « vacances grecques » sont le résultat de notre séjour égyptien. Nous y avons pris conscience de l’importance du phénomène grec6 à la fois dans la longue durée de l’histoire du canal, mais à plus forte raison pour le temps court, avec le tournant capital de 1956.

8Cette communication ne peut prétendre présenter la richesse des conclusions qu’offre déjà cette cinquantaine d’entretiens. Tout au plus s’efforce-t-elle de suggérer quelques pistes de réflexion. C’est un bilan très provisoire, qui devra être approfondi et peut-être même susciter d’autres enquêtes.

« Une jolie mémoire »

  • 7 La crise du canal de Suez, parfois appelée Expédition de Suez, Guerre de Suez, Campagne de Suez ou (...)

9Une première réflexion doit être mise en avant : les mémoires orales du canal de Suez sont fortes et « heureuses », quelle qu’en soit l’origine, égyptienne, française ou grecque. Elles entraînent des identités affirmées qui apparaissent sous différentes formes. Le phénomène est assez rare pour être souligné d’entrée de jeu. La plupart du temps en effet, les mémoires fortes naissent d’un traumatisme ; ici, rien de tel. Même les moments dramatiques, en particulier la rupture de 1956, avec l’Expédition de Suez7, et à plus forte raison la Seconde Guerre mondiale, n’ont pas empêché la vision d’un monde privilégié, préservé, générateur d’une profonde nostalgie et d’une non moins grande identité. La facilité à faire parler nos interlocuteurs, leur plaisir à le faire, à proposer d’autres personnes, à conserver de nombreux témoignages de l’époque, sont autant de signes de cette mémoire heureuse. Une expression d’une interlocutrice grecque résume bien ce sentiment : « Nous possédons une jolie mémoire. »

10C’est précisément en Grèce que nous avons le mieux perçu la force de cette identité. Les Grecs ayant vécu en Égypte ont créé une grande association de plus de trois mille personnes, l’Association des Égyptiens grecs ; celle-ci possède en plein centre-ville d’Athènes de spacieux locaux sur plusieurs étages, avec un restaurant et un cuisinier égyptien (!). Elle organise chaque semaine différentes activités. Certes, les Grecs du canal de Suez ne sont pas les seuls, ceux d’Alexandrie sont aussi très présents et certainement plus nombreux ; mais les gens du canal compensent leur nombre moindre par leur dynamisme, se regroupant par ville : Port-Saïd, Port-Fouad, Ismaïlia, Suez. Dans les locaux de l’association, une grande armoire vitrée montre des objets de mémoire. L’un des souvenirs les plus forts révélés par notre enquête, c’est le commentaire fait par le président du groupe de la ville de Suez sur la cloche de son école, soigneusement conservée. Il publie un bulletin diffusé dans le monde entier.

11Tour à tour, chaque communauté de Grecs d’Égypte se met en scène. Ils ont même réussi à transmettre cette identité à certains de leurs enfants. Ils sont intarissables sur leur séjour sur le canal. Ces Grecs nous ont montré des photos, raconté des anecdotes et expliqué la place qu’ils ont tenue aussi bien avant 1956 que lors de la crise, pendant laquelle ils ont joué un rôle important, remplaçant les Français à côté des Égyptiens durant une dizaine d’années ; le gouvernement grec leur avait d’ailleurs conseillé de rester. De tous les gens du canal, ils sont les meilleurs polyglottes, maîtrisant à côté de leur langue natale, le français, l’arabe et l’anglais, quand ce n’est pas l’italien. Un demi-siècle plus tard, ils sont encore capables de parler arabe avec notre ami Yehia El-Sadr, qui réalise l’entretien sur l’esprit du canal dans cette langue. Il est vrai que cette diversité linguistique fut un atout puissant lors de leur retour forcé en Grèce en 1967, causé par le contexte international et la politique de Nasser, et suscita la jalousie des Grecs restés en Grèce, beaucoup moins préparés à l’ouverture au monde.

12Cette mémoire heureuse, nous l’avons retrouvée chez les Égyptiens du canal, qui ont pourtant vécu la rupture de la gestion du canal et trois guerres successives, en particulier en 1956, l’« Expédition de Suez », menée par les Français, les Britanniques et les Israéliens. Peu de ressentiment, ni de rancœur : ainsi le trésorier de l’Alliance française, qui a vu à l’âge de douze ans sa maison détruite par les soldats anglais, nous raconta son histoire calmement ; il en parlait pour la première fois. L’ensemble de nos témoins égyptiens explique tout aussi calmement comment ils ont déjoué les pronostics de la Compagnie de Suez en faisant fonctionner le canal sans la présence des « Occidentaux ». Les récits sont nombreux et détaillés sur la prise de pouvoir de la gestion du canal et sa réussite, y compris dans la négociation finale, ce qui avait déjà été confirmé dans un entretien plus ancien avec son responsable français, fondateur même de l’Association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez, Jean-Paul Calon. Sur ce point, le sentiment de continuité l’emporte largement sur celui de rupture et de révolution.

13Les Français eux-mêmes, qui ont pourtant connu un départ brutal et une rupture forte, ont une vision nostalgique de leur jeunesse au canal. Il est vrai qu’ils bénéficiaient de conditions de vie privilégiées et préservées : la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez mettait à leur disposition des loisirs pour tous, même si la hiérarchie était présente dans ces activités. La rupture a été bien plus fortement ressentie dans le monde adulte, avec les conditions parfois brutales du retour en France. Les Français interrogés sont parfaitement lucides sur les limites de cette vie dorée : la société du canal restait fermée sur elle-même, sans lien profond avec le reste de l’Égypte, sinon avec Le Caire. Ainsi, ils nous ont indiqué que leurs parents n’étaient pas intéressés par la civilisation égyptienne, même la plus ancienne ; la plus grande partie d’entre eux n’était jamais allés en Haute Égypte. En revanche, des amateurs français de la génération suivante sont revenus plusieurs fois dans le pays, en s’intéressant aux différentes périodes de la civilisation égyptienne.

Un cosmopolitisme totalement assumé

14Pourtant, si les gens du canal de Suez possèdent cette mémoire heureuse, ce n’est pas uniquement à cause du sentiment d’avoir vécu là une vie privilégiée, quel qu’ait été leur statut social ; c’est aussi pour avoir connu une expérience originale et unique, celle de la coexistence culturelle et religieuse. Vision idéalisée ? Sans doute, un peu. Mais les témoignages sont suffisamment nombreux, concordants, avec des détails concrets, des exemples précis, pour qu’il y ait une grande part de vérité dans cette impression.

15Lorsque les gens du canal, adolescents, le traversaient à la nage par bravade, ils disaient qu’ils allaient d’Afrique en Asie et d’Asie en Afrique. Combien de fois avons-nous entendu cette phrase ! À Port-Saïd, le Dr Moussa nous expliquait que dans sa maison, toutes les religions étaient représentées ; chacun assistait aux repas des fêtes religieuses des voisins, chacun goûtait les plats élaborés à cette occasion dans une concurrence joyeuse. À Ismaïlia, une Grecque, Tassoula, orthodoxe, participait à la rupture du jeûne de son amie musulmane, et celle-ci suivait volontiers la procession orthodoxe du Vendredi saint. La diversité culturelle et religieuse s’apprenait dans les escaliers des maisons, dans la rue et à l’école. Nous n’avons jamais eu besoin de le suggérer : le mot cosmopolitisme est apparu souvent au détour de la conversation, sans aucun sens péjoratif et comme un titre de gloire. Ce cosmopolitisme, que l’on voyait défiler chaque jour en regardant passer les bateaux de tous les continents. Voilà pourquoi aujourd’hui, les enfants du canal sont dispersés dans les quatre coins du monde, mais par nostalgie, beaucoup continuent à dialoguer par l’intermédiaire de Facebook.

 

  • 8 Voir G. Gauthier (dir.), L’épopée du canal de Suez, catalogue d’exposition.

16C’est une part importante révélée par les mémoires orales du canal de Suez. Ce n’est pas la seule. Nous aurions pu mettre en valeur des traditions orales qui remontent à cette époque légendaire, évoquer la Seconde Guerre mondiale avec les Français libres de Suez, revenir sur les pratiques de la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez. Nous pourrons en parler à l’occasion de l’exposition au musée d’Histoire de Marseille, « Marseille et l’épopée du canal de Suez », du 19 octobre 2018 au 31 mars 20198, et des rencontres de 2019.

Bibliographie

Almeida Fabrice et Maréchal Denis (dir.), L’histoire orale en question, Paris, INA, 2014.

Crosnier-Leconte Marie-Laure, Ghitani Gamal, Naguib Amin (dir.), Port-Saïd : architectures xixe-xxe siècles, Le Caire, IFAO, 2006.

Dalachanis Angelos, The Greek exodus from Egypt : diaspora politics and emigration (1937-1962), New York, Berghahn Books, 2017.

Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.

Gauthier Gilles (dir.), L’épopée du canal de Suez, catalogue d’exposition, Paris, Gallimard / Institut du monde arabe / musée d’Histoire de Marseille, 2018.

Joutard Philippe, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.

Joutard Philippe, Histoire et mémoires, conflits et alliances, Paris, La Découverte, 2015.

Parfond Paul, Pilotes de Suez, Paris, France-Empire, 1957.

Piaton Claudine (dir.), Ismaïlia : architectures, Le Caire, IFAO, 2008.

Piaton Claudine (dir.), Suez : histoire et architecture, Le Caire, IFAO, 2011.

Piaton Claudine (dir.), L’isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956), Le Caire, IFAO, 2016.

Piquet Caroline, La Compagnie du canal de Suez : une concession française en Égypte (1888-1956), Paris, Sorbonne université presses, 2008.

Piquet Caroline, Le canal de Suez : une voie maritime pour l’Égypte et le monde, Paris, Erik Bonnier, 2018.

Notes

1 Voir C. Piaton (dir.), Suez : histoire et architecture ; L’isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956) ; Ismaïlia : architectures ; C. Piquet, La Compagnie du canal de Suez : une concession française en Égypte (1888-1956) et : Le canal de Suez : une voie maritime pour l’Égypte et le monde ; M.-L. Crosnier-Lecomte et al. (dir.), Port-Saïd : architectures xixe-xxe siècles.

2 L’association est propriétaire – en fait sinon en droit – des archives de la Compagnie financière de Suez, accumulées depuis sa création jusqu’en 1956, soit pendant cent ans. Ces archives ont été inscrites en 1997 sur le Registre de la mémoire du monde par l’Unesco. À ces archives s’ajoute une importante collection de tableaux, statues et maquettes, de documents, de lettres et de souvenirs.

3 Le Centre d’études alexandrines (CEAlex, unité de service et de recherche du CNRS), créé en 1990 avec le soutien du CNRS, du ministère des Affaires étrangères et de l’IFAO, a pour mission d’étudier l’histoire d’Alexandrie (Égypte) à travers tous les documents qui illustrent son destin exceptionnel.

4 Voir F. Almeida et D. Maréchal (dir.), L’histoire orale en question ; F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation ; P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé.

5 Voir P. Parfond, Pilotes de Suez.

6 Voir A. Dalachanis, The Greek exodus from Egypt : diaspora politics and emigration (1937-1962).

7 La crise du canal de Suez, parfois appelée Expédition de Suez, Guerre de Suez, Campagne de Suez ou Opération Kadesh, est une guerre qui éclata en 1956 en territoire égyptien. Le conflit opposa l’Égypte et une alliance actée par le protocole de Sèvres, formée par l’État d’Israël, la France et le Royaume-Uni, à la suite de la nationalisation du canal de Suez par l’Égypte le 26 juillet 1956.

8 Voir G. Gauthier (dir.), L’épopée du canal de Suez, catalogue d’exposition.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access