Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Rôle historique des sociétés savantes et des savants de terrain

Le rôle des sociétés de publication de documents dans la transmission des savoirs : l’exemple de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis

Pascal Even

Résumé

Née d’une catastrophe documentaire, l’incendie de la bibliothèque de Saintes et de ses riches archives, la Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, créée en 1874, a connu le sort de la plupart des sociétés savantes : croissance jusqu’à la Première Guerre mondiale, puis lent déclin et assoupissement jusqu’aux années 1990, qui l’ont vue renaître et reprendre ses publications. Mais au-delà des péripéties propres à toutes les sociétés savantes, on peut s’interroger sur le rôle que peut jouer aujourd’hui une société vouée à la publication de documents inédits, non seulement dans les travaux des érudits locaux mais également dans la recherche universitaire contemporaine. À une époque où dans les programmes universitaires, la recherche en histoire locale tend à s’effacer et où l’absence d’enseignement de la paléographie aboutit à rendre presque impossible le recours aux archives, de la période médiévale notamment, la mise à la disposition des chercheurs de nouvelles sources et la transmission de la mémoire locale constituent un véritable défi.

Texte intégral

1Dans le cadre de la transmission des savoirs, thème d’étude choisi par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) pour le congrès de 2018, le rôle et les activités des sociétés de publication de documents historiques méritent d’être soulignés. Il ne s’agit pas d’évoquer l’activité des sociétés savantes en général, mais de celles qui ont pour but et principale fonction de publier des documents inédits, sur le modèle du CTHS dont on ne rappellera jamais assez que l’un des buts, et peut-être le premier, qui lui ont été assignés par ses fondateurs, était de publier les documents inédits de l’histoire de France.

  • 1 Il serait souhaitable que le CTHS réactualise et rende publics les résultats de l’enquête qu’il av (...)

2Dans la seconde moitié du xixe siècle, nombreuses ont été les sociétés fondées en province dans un but analogue : publier et rendre accessibles à la recherche des documents non connus, et souvent même non encore conservés dans les collections publiques, mais demeurés propriété de particuliers. Force est de constater que cent cinquante ans plus tard, rares sont les sociétés qui poursuivent encore cette activité ; celles qui s’étaient donné comme seul objectif la publication de documents ont pour la plupart disparu ; les autres sont devenues des sociétés savantes publiant travaux et études, et la publication de documents inédits n’entre que ponctuellement dans le programme de leurs activités et de leurs travaux1.

  • 2 Sur le plan local, le lecteur pourra consulter les ouvrages suivants : F. Julien-Labruyère, L’alam (...)

3Les raisons de cette décadence sont multiples et ont déjà été analysées2. Le développement à partir de la fin du xixe siècle d’institutions patrimoniales concernées au premier chef par la conservation des documents anciens et leur mise en valeur, services d’archives et fonds patrimoniaux des bibliothèques, l’essor des recherches universitaires et de la recherche scientifique, qui ont facilité l’identification des documents pertinents pour la recherche et les moyens de leur mise à disposition, ont changé la donne. Les sociétés savantes ont été affectées également par la diminution sensible de leur public et du nombre de leurs adhérents après la Première Guerre mondiale ; leurs publications se sont espacées et la plupart d’entre elles ont vécu dans l’entre-deux-guerres une crise qui s’est révélée fatale pour un certain nombre.

4La Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis n’a pas échappé à cette évolution, mais après plusieurs décennies de sommeil, elle est revenue à la vie et a retrouvé le rythme de ses publications. Dans un contexte social et économique bien évidemment différent, sa résurrection semble montrer que la publication de documents inédits conserve encore une utilité.

Un rouage de l’érudition saintongeaise au tournant du xxsiècle

  • 3 F. Julien-Labruyère, L’alambic des Charentes, p. 66.

5La Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis a été créée en avril 1874, quelques années seulement après l’incendie dramatique en 1871 de l’hôtel de ville de Saintes, qui conservait la bibliothèque et les archives de la cité. La perte documentaire entraînée par l’incendie était considérable ; en quelques heures disparaissait en effet une large partie de la mémoire non seulement de la cité, mais encore de la province. Cet incendie constitue le « déclic fécondant » de l’apparition de la société, pour reprendre l’expression d’un historien contemporain de la Saintonge3. Certes, il existait au chef-lieu du département un service d’archives, mais son organisation scientifique restait récente et ses moyens très limités. Il n’avait pas encore engagé de campagne de sauvegarde des archives communales, et il est fort peu probable, au demeurant, que la ville de Saintes aurait accepté à l’époque de verser ses dossiers anciens au service des archives départementales.

6Ce traumatisme, parce qu’il faut vraiment parler de traumatisme pour les érudits locaux et les historiens de la Saintonge, explique le succès de la création de la Société des archives historiques par Louis Audiat, le malheureux bibliothécaire de Saintes. Les circonstances du drame qui avait entraîné la disparition des manuscrits et archives rassemblés dans l’hôtel de ville donnaient presque à la fondation de la société et à son fondateur l’auréole de la légende, mais les faits étaient avérés. Louis Audiat, désespéré, s’était élancé au milieu des flammes pour tenter de leur arracher quelques manuscrits parmi ceux qu’il jugeait les plus précieux et les avait lancés par les fenêtres, avant d’être obligé par les pompiers de quitter les lieux, quelques instants seulement avant l’effondrement des toitures.

7Le bibliothécaire, qui avait vu disparaître ses collections et pouvait mesurer la perte enregistrée, avait proposé immédiatement sa démission, qui avait été refusée. Audiat restera marqué par l’événement et à partir de ce moment toute son énergie consistera d’une part à reconstituer la bibliothèque et d’autre part à sauvegarder par l’édition les témoins de l’histoire de la Saintonge, c’est-à-dire les papiers et archives qui pouvaient être encore en mains privées, mais également ceux déjà déposés dans des institutions patrimoniales, l’expérience montrant que le dépôt dans une institution publique ne constituait pas une garantie suffisante. Très vite, il acquiert la conviction que la publication de ces textes dans une collection de volumes imprimés largement diffusés constitue la meilleure sauvegarde. Naît alors le projet de créer une société qui aurait pour vocation la publication des documents inédits relatifs à l’histoire des deux anciennes provinces de l’Ancien Régime, la Saintonge et l’Aunis, qui forment approximativement le département de la Charente-Inférieure. Ce sera le combat de sa vie que d’animer jusqu’à sa mort cette société des archives qu’il avait créée et de multiplier les éditions de textes.

  • 4 La Société des archives historiques du Limousin, créée en 1891, continue les deux collections lanc (...)

8Quelques observations doivent cependant être faites. Le vocable de « société des archives historiques » semble être, tout au moins selon la liste publiée dans les statistiques de la « France savante » du CTHS comme une particularité de l’ouest de la France, et plus particulièrement du Sud-Ouest. Indépendamment de la Société des archives historiques du Maine, qui s’appelle également Société historique de la province du Maine, créée en 1883, n’y figurent en effet que quatre sociétés qui portent le nom de société des archives historiques : celle du Limousin, celle de la Gironde, celle du Poitou et enfin la Société des archives historiques de la Gascogne, fondée à Auch et active de 1883 à 19144.

  • 5 La société publie 14 volumes à Poitiers, sur les presses de l’imprimeur Oudin, entre 1881 et 1958.

9Sans doute, toutes ces sociétés s’inspirent de la Société des archives historiques du département de la Gironde, la plus ancienne puisqu’elle a été créée en 1859. On remarquera que la Société des archives historiques du Poitou apparaît l’année même de l’incendie de la bibliothèque de Saintes, en 18715. On notera également que depuis la dernière réorganisation territoriale, toutes ces anciennes sociétés relèvent de la région Nouvelle-Aquitaine. Convient-il pour autant de parler de spécificité locale ? Peut-être. Tout au moins peut-on constater que le principe et le modèle des sociétés de publication de documents inédits connaît un véritable succès dans le Sud-Ouest dans la seconde moitié du xixsiècle.

  • 6 J. Flouret, « Érudits rochelais contemporains de Louis Audiat », p. 227-234.

10Pour en revenir à la Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, il paraît évident que, pour les initiateurs de la nouvelle société réunis autour de Louis Audiat, la Saintonge était considérée comme l’élément principal de ses activités et le ressort géographique principal. Le titre adopté par la société est symptomatique. L’Aunis, l’ancienne province du nord du département, avec ses deux ports de La Rochelle et de Rochefort, est placée en deuxième position. Il est vrai que ni La Rochelle, ni à plus forte raison Rochefort ne peuvent prétendre à la richesse du passé antique de Saintes ; mais il faut sans doute voir dans cette primauté accordée à la Saintonge une revanche sur La Rochelle, qui aux yeux des Saintongeais et des Saintais avait usurpé le titre de chef-lieu du département depuis la décision prise par Napoléon, en 1810, d’y transférer le siège de la préfecture initialement fixé à Saintes. Les Saintais n’avaient cessé, tout au long du siècle, de réclamer en vain le retour du chef-lieu du département dans la capitale de la Saintonge. Les initiateurs de la nouvelle société réunis autour de Louis Audiat étaient indiscutablement saintais ou saintongeais, ce qui explique le rôle secondaire dévolu à l’Aunis, non seulement dans l’intitulé de la société mais surtout dans le contenu des publications réalisées. En majorité, ces dernières portent en effet sur la Saintonge. Et pourtant, les érudits rochelais ne sont pas moins actifs à l’époque que ceux de Saintes6.

11Mais ce que revendiquent Louis Audiat et ses associés, c’est la Saintonge historique, avec la partie de l’ancienne province – l’élection de Cognac – qui avait été dévolue au département de la Charente pendant la Révolution, lors de la création des départements. L’article 1 des statuts de la société le précise tout de suite :

« La société des Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, fondée en 1874, a pour but, en même temps que la gestion de ses collections, la publication des documents inédits relatifs aux deux anciennes provinces d’Aunis et Saintonge, à la généralité de La Rochelle, et aux anciens diocèses de La Rochelle et de Saintes. […] Elle a son siège à Saintes, point central de la circonscription. »

  • 7 La Société d’archéologie de Saintes, ancêtre de l’actuelle Société d’archéologie et d’histoire de (...)
  • 8 La Commission des arts et monuments historiques du département de la Charente-Inférieure a été cré (...)
  • 9 L’Académie de La Rochelle a été créée en 1732. Après avoir été supprimée comme toutes les autres a (...)
  • 10 La Société de littérature, sciences et arts de Rochefort avait été fondée en 1806 ; elle devint en (...)

12La Société et ses publications connurent un rapide succès. Louis Audiat, fondateur et premier président de la société, fit des Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis le rouage des études historiques dans un département qui ne possédait pas d’université et où les sociétés savantes d’envergure se bornaient encore à la Société d’archéologie de Saintes7, fusionnée avec la commission des Arts et des monuments historiques du département pour la partie saintongeaise de ce dernier8, et à l’Académie des belles-lettres, sciences et arts de La Rochelle pour l’Aunis9. La ville de Rochefort avait certes possédé une société savante, créée au début du xixe siècle, mais tombée en décadence, et la Société de géographie de Rochefort qui lui succéda, axée sur le monde maritime et colonial, ne prétendait pas concurrencer le presque monopole saintais, puisque ses buts visaient la défense et l’accroissement du domaine colonial français10.

13Au sein du conseil d’administration de la Société des archives historiques, qui bénéficia dès 1886 d’une reconnaissance d’utilité publique, prirent place les principaux érudits de l’époque, et le bilan des publications de la société reste impressionnant. Au rythme d’un par an, cinquante volumes furent publiés au cours de cette première période.

  • 11 Assez curieusement, un dernier volume, le no 50, consacré au censif du prieuré de Saint-Vivien-les (...)

14La Première Guerre mondiale porte un coup décisif aux activités de la société ; elle interrompt ses publications et le rythme annuel de ces dernières ne reprendra pas. Si quatre volumes sont encore publiés jusqu’en 1935, la campagne d’édition de textes s’essouffle11. Les raisons de ce déclin sont multiples : transformation de la société française, affaiblissement du cercle des érudits et des chercheurs, diminution du nombre des adhérents et des subventions publiques. La société, qui avait compté jusqu’à 500 adhérents au tournant du siècle, peine désormais à trouver de nouveaux membres ; ses ressources diminuent et les soutiens officiels se dérobent. Cette évolution est, au demeurant, identique à celle que connaissent la plupart des sociétés savantes du pays.

  • 12 F. Julien-Labruyère, « Audiat, homme de caractère ».
  • 13 H. Duchêne, « La comtesse dreyfusarde : à propos de la correspondance de Charlotte de La Redorte a (...)

15Complexe personnalité que celle d’Audiat ; il avait donné à son association une orientation résolument conservatrice, lui-même ne cachant pas ses idées monarchistes, et la revue figurait sur toutes les tables des châtelains et notables conservateurs de l’époque12. Il savait au demeurant recruter en dehors du département, et jusque dans les sphères nationales ; on trouve ainsi l’écrivain polémiste Paul Déroulède parmi les membres de la société. Toutefois, parmi ses adhérents membres de l’aristocratie locale, figurait la comtesse Charlotte de La Redorte, épouse en premières noces du général Camille Antoine Callier ; elle prit le parti d’Alfred Dreyfus et entretint avec Salomon Reinach une abondante correspondance, récemment étudiée13. Mais la comtesse de La Redorte vivait à Paris et ne séjournait qu’à La Rochelle lorsqu’elle résidait en Charente-Maritime.

16L’orientation conservatrice de la société fut renforcée après la disparition d’Audiat par son successeur à la présidence, le baron Amédée Oudet, ardent partisan des idées bonapartistes, particulièrement bien implantées dans le département jusque très tard dans le xixe siècle.

17Consciente sans doute du caractère quelque peu aride de ses volumes d’archives, la société avait lancé, quatre années après sa fondation, la publication d’un bulletin qui, très rapidement, prit l’aspect d’une véritable revue de société savante, dans laquelle étaient publiés des articles historiques ; il avait paru en effet nécessaire de disposer d’une véritable revue historique à côté des volumes de documents inédits. En dépit de l’intérêt qu’ils représentaient pour les chercheurs scientifiques, ces derniers ne pouvaient retenir l’attention des adhérents habituels. Le bulletin ne se bornait pas à publier des articles historiques ; il laissait une large place aux notes de lecture, aux questions-réponses de lecteurs curieux et surtout à la chronique familiale des notables saintongeais, atout indispensable pour conforter l’audience de la Société des archives historiques dans la société saintongeaise. Les bulletins contiennent ainsi une série extrêmement précieuse de notices nécrologiques, qui ne concernent pas uniquement les adhérents de la société, mais s’étendent à toutes les notabilités du département. Les mariages des membres de cette société étaient fidèlement rapportés et donnaient lieu, pour Audiat et ses collègues, à la réalisation de savantes généalogies familiales, toujours très bien accueillies par les lecteurs.

18Audiat et ses successeurs avaient par ailleurs, comme dans les autres sociétés savantes, organisé des sorties et excursions généralement appréciées, surtout lorsqu’elles permettaient d’avoir accès à des demeures privées ordinairement fermées aux visiteurs. Louis Audiat s’était déjà illustré, par ailleurs, dans des commémorations réussies, comme l’érection d’une statue au Saintais Bernard Palissy, en 1868, ou encore les fêtes de Samuel Champlain, à Saintes, en 1893, qui connurent une audience nationale et même internationale.

La renaissance de la Société des archives historiques

19On conviendra facilement que la société a beaucoup changé depuis un siècle et que les supporters contemporains de la Société des archives historiques, pour reprendre un terme moderne, ne se recrutent plus dans l’aristocratie et la haute bourgeoisie saintongeaise. Il n’en demeure pas moins que la société, après avoir connu une période de long endormissement qui s’est étendue des années trente aux années quatre-vingt-dix du siècle dernier, a retrouvé son dynamisme et le rythme de ses publications depuis une vingtaine d’années. Ce qui avait paru à l’origine une simple boutade du président du conseil général de l’époque : « La secte des érudits relance les Archives historiques », est devenu une réalité, et la qualité des publications réalisées depuis vingt ans témoigne du travail accompli. Bien sûr, la société ne publie plus de bulletin, rôle dévolu désormais à la Revue de la Saintonge et de l’Aunis, organe de la Fédération des sociétés savantes de la Charente-Maritime, qui publie des travaux historiques depuis 1975, mais elle se consacre exclusivement à la publication de documents inédits. Son public, sans atteindre les sommets observés lors de la période faste du début du xxe siècle, reste stable ; sans doute les adhérents n’attendent-ils pas avec impatience l’assemblée générale annuelle pour pouvoir bénéficier de la distribution du volume édité au cours de l’année ; du moins sont-ils heureux de participer aux sorties organisées deux fois par an, à la fin du printemps et au début de l’automne.

20Quelles sont les raisons de ce renouveau ? Il tient en premier lieu à l’existence d’un petit cercle d’érudits et de chercheurs locaux de bonne tenue qui, formés pour certains d’entre eux par Jean Glénisson ou ayant travaillé avec lui, se sont pris au jeu de la publication des documents. Ils ont été rejoints par des universitaires, et la collaboration ainsi mise en place permet la sortie de volumes irréprochables sur le plan scientifique. Des décimes ecclésiastiques aux comptes médiévaux, en passant par les visites pastorales des évêques de La Rochelle – celles de l’évêché de Saintes ayant été malheureusement détruites – de la correspondance des négociants de Cognac au xviiie siècle aux mémoires des médecins des Lumières, le bilan des publications des vingt dernières années est éloquent et, en dépit de la diminution progressive puis de la disparition des subventions des collectivités publiques, la société continue à sortir un volume de 350 pages en moyenne par an.

21La plupart des documents publiés sont conservés désormais dans les collections publiques, mais il s’agit souvent de documents mal connus ou mal identifiés, ou encore difficilement accessibles. Rappelons les torrides négociations rendues nécessaires pour la publication du dénombrement de 1685 portant sur la population, le bétail et les terres de l’île de Ré, malencontreusement conservé dans le fonds patrimonial de la médiathèque de Saintes, fermé depuis de nombreuses années déjà pour une mystérieuse opération de désinfection dont l’achèvement n’est toujours pas programmé. Plusieurs manuscrits récemment publiés sont conservés dans les institutions patrimoniales de la capitale, comme le manuscrit de la topographie médicale de la ville de La Rochelle, rédigée par le médecin Guillaume Martin Destrapières en 1777, conservé à la bibliothèque de l’Académie de médecine à Paris.

22C’est ce bilan qui permet à la Société des archives historiques de retrouver aujourd’hui dans le domaine de la recherche historique relative aux deux anciennes provinces d’Aunis et de Saintonge la place qui a été autrefois la sienne au moment de sa fondation. En effet, elle participe directement à la constitution d’un corpus de textes qui, rendus désormais accessibles, deviennent, aujourd’hui plus que jamais, des textes de référence alimentant les recherches non seulement des érudits locaux mais également des chercheurs universitaires.

  • 14 Actuellement sont disponibles sur Gallica les 50 volumes d’archives de la Société des Archives hist (...)

23En dépit de leur diffusion limitée, les volumes des Archives historiques de la première période, qu’il s’agisse des volumes d’archives ou des bulletins, étaient déjà devenus des ouvrages de référence, et l’on peut affirmer sans exagérer qu’aucune étude historique sérieuse sur le département ne peut être effectuée sans avoir recours, à un moment ou à un autre, aux volumes de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis. Il en est aujourd’hui de même pour les volumes publiés depuis 1997. La numérisation par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de la campagne de numérisation des publications des sociétés savantes, à la fois des volumes d’archives de la Société des archives historiques et de son bulletin, contribue évidemment à rendre plus accessibles encore les publications de la société, mais aussi à les faire connaître en France et à l’étranger14.

24Chaque année, de nouveaux textes sont ainsi mis à la disposition de la communauté scientifique, et il n’y a aucune raison de penser qu’ils seront moins exploités que les précédents par les chercheurs universitaires. C’est un vœu que l’on peut formuler, mais nullement une certitude. En effet, si une université de plein droit a été créée à La Rochelle en 1993 par la volonté de Michel Crépeau, alors son maire et son député, les réformes successives introduites dans les enseignements ont sensiblement réduit le public universitaire qui s’adresse aux archives, c’est-à-dire aux matériaux de l’histoire. Il est loin le temps où l’on demandait aux étudiants en maîtrise de dépouiller une série de dossiers d’archives pour les « apprivoiser » à l’utilisation des sources manuscrites. Seuls les doctorants ont désormais un réel contact avec les documents, et le nombre des chercheurs en histoire médiévale et en histoire moderne a aujourd’hui considérablement diminué. Cette évolution n’est évidemment pas propre à l’université de La Rochelle ; force est de constater que la recherche historique dans notre pays tend aujourd’hui à se concentrer et à se limiter à quelques grands pôles qui disposent des ressources humaines et des compétences pour animer cette recherche.

25De la même façon, l’enseignement de la paléographie a été tout aussi considérablement réduit, lorsqu’il n’a pas été purement et simplement supprimé, dans beaucoup d’universités petites et moyennes. Par conséquent, les étudiants éprouvent beaucoup de difficultés à lire les documents conservés dans les fonds patrimoniaux, et bien souvent les jeunes professeurs se trouvent tout autant démunis devant des manuscrits à l’écriture difficilement déchiffrable. Au-delà de ce constat peu optimiste, on peut s’interroger désormais sur l’utilisation à des fins universitaires des fonds anciens conservés dans les services d’archives ou des manuscrits des bibliothèques dans une grande partie du territoire, en particulier en dehors des métropoles régionales. On peut certes regretter une telle évolution, mais il paraît peu probable que de nouvelles orientations soient définies et adoptées dans ce domaine.

26De fait, pour les chercheurs universitaires aussi bien que pour les érudits qui s’aventurent encore aujourd’hui dans des recherches sur l’histoire locale, l’existence d’un corpustel que celui que s’efforcent de constituer les sociétés de publication de documents présente un intérêt renouvelé. Ils disposent ainsi de sources qu’ils auraient bien de la peine à identifier dans les institutions patrimoniales et à utiliser.

 

27Les sociétés de publication peuvent-elles, de ce fait, retrouver le rôle qui a été le leur au xixe siècle et leur audience passée ? S’agit-il au contraire d’une illusion, d’un excès d’optimisme ? Il est vrai que parler de recherche historique et de campagnes de publication de documents inédits par les sociétés savantes de province peut paraître en 2019 terriblement suranné. Maintenir de telles publications à l’ère du numérique paraît quelque peu démodé, voire obsolète, et constitue un véritable défi renouvelé chaque année. Il n’en demeure pas moins qu’en poursuivant son travail d’édition de textes inédits – et dans ce domaine les sources ne manquent pas – la Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, comme ses homologues, participe à l’élaboration de l’histoire locale et contribue, à la hauteur de ses moyens, à une meilleure connaissance du passé des deux anciennes provinces qui forment le département de la Charente-Maritime.

Bibliographie

Duchêne Hervé, « La comtesse dreyfusarde : à propos de la correspondance de Charlotte de La Redorte avec Salomon Reinach », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXXVII, 2011, p. 143-164.

Flouret Jean, « Érudits rochelais contemporains de Louis Audiat », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXXIII, 2007, p. 227-234.

Julien-Labruyère François, L’alambic des Charentes, Paris, Le Croît vif, 1989.

Julien-Labruyère François « Audiat, homme de caractère », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXXIII : « Actes du colloque Audiat », p. 183-192.

Notes

1 Il serait souhaitable que le CTHS réactualise et rende publics les résultats de l’enquête qu’il avait lancée il y a quelques années sur les activités des sociétés de publication de documents inédits.

2 Sur le plan local, le lecteur pourra consulter les ouvrages suivants : F. Julien-Labruyère, L’alambic des Charentes ; Dictionnaire biographique des Charentais, notes sur les érudits.

3 F. Julien-Labruyère, L’alambic des Charentes, p. 66.

4 La Société des archives historiques du Limousin, créée en 1891, continue les deux collections lancées auparavant sous le titre d’« Archives historiques de la Marche et du Limousin » (1887) et des « Archives révolutionnaires de la Haute-Vienne » (1889).

5 La société publie 14 volumes à Poitiers, sur les presses de l’imprimeur Oudin, entre 1881 et 1958.

6 J. Flouret, « Érudits rochelais contemporains de Louis Audiat », p. 227-234.

7 La Société d’archéologie de Saintes, ancêtre de l’actuelle Société d’archéologie et d’histoire de la Charente-Maritime, avait été fondée en 1839 par plusieurs érudits saintais. La Société d’archéologie et d’histoire de la Charente-Maritime a été reconnue d’utilité publique en 1976.

8 La Commission des arts et monuments historiques du département de la Charente-Inférieure a été créée à Saintes par arrêté préfectoral du 1er mars 1860, conformément au vœu du conseil général du 25 avril 1859. Elle se composait de 30 membres titulaires et d’un nombre illimité de membres correspondants élus par la commission. Elle œuvrait pour la préservation des monuments du département et publiait dans son Recueil de nombreux travaux historiques. Ses statuts furent révisés en 1880.

9 L’Académie de La Rochelle a été créée en 1732. Après avoir été supprimée comme toutes les autres académies pendant la Révolution, elle se reconstitue sous le Premier Empire, mais ses activités restent limitées jusqu’au Second Empire, époque à laquelle la société littéraire, héritière de l’académie, fédère les différentes sociétés savantes locales, comme les sociétés d’agriculture, des sciences, des amis des arts, de la médecine… Après la Première Guerre mondiale, les différentes sociétés retrouvent leur indépendance.

10 La Société de littérature, sciences et arts de Rochefort avait été fondée en 1806 ; elle devint en 1834 la Société d’agriculture, littérature, sciences et arts de Rochefort. La Société de géographie, fondée pour sa part en 1879, resta active jusque dans les années 1930, avant de trouver un nouveau départ en 1967.

11 Assez curieusement, un dernier volume, le no 50, consacré au censif du prieuré de Saint-Vivien-les-Saintes et édité par le docteur L. H. Hude, paraît en 1967 sur les presses de l’imprimerie Taffard, à Bordeaux.

12 F. Julien-Labruyère, « Audiat, homme de caractère ».

13 H. Duchêne, « La comtesse dreyfusarde : à propos de la correspondance de Charlotte de La Redorte avec Salomon Reinach ».

14 Actuellement sont disponibles sur Gallica les 50 volumes d’archives de la Société des Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis de 1874 à 1935 ainsi que les 24 numéros du bulletin, de 1876 à 1914.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access