Version classiqueVersion mobile

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Rôle historique des sociétés savantes et des savants de terrain

Le rôle d’enseignant du conservateur de musée de province membre de sociétés savantes sous la IIIe République

Géraldine Masson

Résumé

La IIIe République offre au musée, corollaire de l’école, une vocation pédagogique d’édification du citoyen républicain. Le conservateur de musée devient ainsi un acteur de la transmission du patrimoine historique et culturel de la nation. Historiens, archéologues, scientifiques, érudits, les conservateurs des musées de province membres des sociétés savantes sont particulièrement investis dans l’application de cette mission didactique. À la tête de musées aux collections encyclopédiques, ils dispensent une leçon d’histoire de la nation qui bénéficie de leurs réseaux institutionnels riches d’échanges et de conseils entre savants en termes d’acquisitions, d’attribution d’œuvres, de découvertes et d’actualités de leurs travaux et d’expositions. Ils publient des ouvrages de référence et des catalogues de musées et rédigent des articles dans les bulletins des sociétés savantes, autant de sources permettant de mettre en évidence le rôle essentiel de ces acteurs de la transmission des savoirs.

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., Inspection des musées, F21 4514 B, 11e série, 1901-1910, Abbeville-Bougie, dossier Ann (...)

« Vous favoriseriez nos efforts qui tendent à rendre le musée d’Annecy aussi instructif que possible ; l’idée directrice de cet établissement étant de compléter par la présentation de documents soigneusement choisis les leçons des professeurs de tout ordre et d’enseigner au public le goût des belles choses1. »

1Ces mots sont ceux du conservateur du musée d’Annecy, Marc Le Roux, qui sollicite la mise en dépôt de céramiques auprès de l’administration des Beaux-Arts. Ils illustrent parfaitement la mission pédagogique du musée de province sous la IIIe République ainsi que le rôle essentiel de ses conservateurs dans la transmission des savoirs et du patrimoine historique et culturel de la nation.

  • 2 G. Masson, « Préserver et transmettre le patrimoine de la nation : les conservateurs de musées de (...)

2Ce sujet a été étudié dans le cadre d’une thèse intitulée Préserver et transmettre le patrimoine de la nation : les conservateurs de musées de province sous la IIIe République2, sous la direction du professeur Dominique Poulot, dans laquelle il est démontré que c’est le fait de placer le musée en corollaire de l’école qui a amené les conservateurs des musées de province vers de nouvelles pratiques de l’exercice de leurs fonctions et qui les a engagés dans les premières étapes d’un processus de professionnalisation. Cette recherche se situe à la confluence de l’histoire de l’art, de l’histoire du goût, de l’histoire des collections et des institutions culturelles, à un moment important de l’histoire de l’enseignement et de la transmission des savoirs.

3Pour restituer le rôle d’enseignant du conservateur de musée, dans lequel excellent particulièrement les conservateurs membres de sociétés savantes et du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), il est nécessaire, dans un premier temps, de resituer les musées au regard de la transmission des savoirs sous la IIIe République. Les missions d’enseignements qui incombent alors aux conservateurs de musées de province seront ensuite exposées pour enfin présenter plus précisément l’apport personnalisé des conservateurs savants.

Les musées de la IIIe République et la transmission des savoirs

4Au moment de la IIIe République, l’administration des Beaux-Arts dépend du ministère de l’Instruction publique ; aucun ministère spécifiquement dédié n’administre les affaires culturelles et patrimoniales, tout au mieux un sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts, selon les périodes et les budgets accordés. Les musées de province affrontent alors de sérieuses difficultés de bonne conservation de leurs collections, notamment en termes d’inventaire et de conditions d’exposition des œuvres. Des difficultés financières et un statut juridique des collections mal défini en sont les causes. La nécessité d’une législation spécifique se fait nettement ressentir. Le sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts Étienne Dujardin-Beaumetz crée ainsi en 1905 une commission extraparlementaire pour statuer et légiférer sur la question.

Transmettre une mémoire collective, une histoire de la nation

5Ce moment correspond par ailleurs en France à celui d’une nouvelle écriture de l’histoire. Au xixe siècle, une place primordiale est accordée à l’historien dans l’élaboration des fondements de l’identité nationale et de la mémoire collective, devenues nécessités politiques et culturelles. Les historiens de la IIIe République, à la suite du ministre de Louis-Philippe, François Guizot, font du travail historique un acte politique et procèdent à une écriture nouvelle de l’histoire. Animés par la recherche des fondements de l’unité nationale, ils sont, tout comme le ministre de l’Intérieur, convaincus que l’histoire nationale peut y pourvoir tout en constituant un formidable moyen de légitimation historique du régime républicain. Dès lors, il ne s’agit plus de recenser l’histoire des monarques et de leurs règnes, mais plutôt de définir les origines et l’évolution de la nation advenue en 1789.

Le musée corollaire de l’école

  • 3 D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, p. 8.

6L’histoire des musées français ne se réduit pas à celle d’une collection devenue publique. La nationalisation des chefs-d’œuvre de la nation s’est toujours accompagnée d’une réflexion qui veille à leur accès pour tous les citoyens, en accord avec les idéaux démocratiques de progrès social et d’éducation d’un État républicain. Le patrimoine, science de la mémoire collective à transmettre, se détermine selon un quadruple objectif que Dominique Poulot qualifie de « préoccupation d’efficacité […], tout à la fois moyen de dissiper l’ignorance, de perfectionner les arts, de réveiller l’esprit public et d’entretenir l’amour de la patrie3 ». Les fondements du musée républicain, organe de diffusion du patrimoine, reposent sur ce même objectif.

7Le régime républicain instaure une culture républicaine de l’institution muséale, rendue d’utilité civique, qui dispense une éducation universelle. Le musée constitue, par ailleurs une pierre d’angle de l’édifice scolaire de la IIIe République. La circulaire de 1881 l’institue en lieu d’enseignement, complément nécessaire de l’école, énonçant explicitement :

  • 4 Arch. nat., inspection des Musées, 4500 A, dossier 1, Législation, organisation, liasse C, « Circu (...)

« Si c’est à l’école que l’enfant et l’ouvrier reçoivent l’enseignement, c’est surtout au musée qu’ils trouvent l’exemple. La réorganisation du musée est donc le corollaire obligatoire de celle de l’école4. »

8Les républicains expriment ensuite, par la loi de 1882, le dessein d’une école d’éducation libérale qui diffuse un savoir émancipateur. Ferdinand Buisson, proche collaborateur de Jules Ferry, apporte une contribution décisive du point de vue des méthodes d’enseignement. Il est le maître d’œuvre d’une école dont le rôle éducateur excède les simples dimensions d’instruction et d’accès aux bases du « lire, écrire, compter » et initie une réflexion sur le degré de valeur éducative des enseignements, qui doit envisager des activités à portée ludique et épanouissante dites « enseignements accessoires », auxquelles s’intègre parfaitement le musée.

  • 5 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, p. 986.
  • 6 Ernest Lavisse est l’un des auteurs du dictionnaire de pédagogie qu’a publié Buisson ; E. Lavisse, (...)

9Cet objectif philanthropique avoué ne constitue par ailleurs pas la seule motivation des hommes politiques de la IIIe République. Au-delà de l’instruction publique, ils cherchent à instituer un système éducatif incluant le patriotisme pour nouvelle référence commune qui n’admette aucun dissident. La foi patriotique doit être suscitée par la sollicitation de « l’imagination des élèves charmée par des peintures et des récits [qui] rendra leur raison enfantine plus attentive et plus docile5 », selon les termes de Buisson. Les recours utilisés sont ceux d’une religion laïque de la patrie, dispensée par un catéchisme mettant en scène images et légendes de héros nationaux et patrimoniaux. Les musées, comme les manuels scolaires de l’universitaire Ernest Lavisse, loué par Ferdinand Buisson6, sont ainsi les outils de transmission privilégiés de cette religion civile, de ce patriotisme patrimonial.

Le musée de province au sein de cet édifice

  • 7 Le musée de Versailles, le musée d’Archéologie national, à Saint-Germain-en-Laye et le musée de la (...)

10Désignés sous les vocables de « musées de province » ou « musées des départements », ces établissements se répartissent en trois catégories d’un point de vue administratif : aux trois musées nationaux7 gérés et administrés par l’État, s’ajoutent les musées départementaux, propriétés des départements et des sociétés savantes, et enfin les musées municipaux, les plus nombreux. Avec le régime républicain, l’institution muséale s’amplifie et l’État dote d’un musée les petites et moyennes villes françaises, en procédant à l’envoi d’œuvres d’art en dépôt.

  • 8 P. Nora, « L’Histoire de France de Lavisse : Pietas erga patriam ».

11Le musée de province s’inclut, de plus, dans l’élaboration d’un discours qui recherche la cohésion nationale par le partage d’une connaissance commune de la nation dans son ensemble, jusque dans ses identités et entités les plus humbles. Pourvoyeuse d’une histoire locale, l’institution permet une meilleure connaissance des territoires et de leurs spécificités, dans l’esprit de l’ouvrage Le Tour de la France par deux enfants, publié en 1878 par Augustine Fouillée sous le pseudonyme de G. Bruno. Le musée exalte le sentiment national chez le jeune élève pour l’inciter à défendre son territoire familier8.

  • 9 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, p. 986.

12Si, selon la formule de Ferdinand Buisson, « l’amour de la petite patrie doit mener à la grande9 », l’enseignant doit dispenser une culture générale garante d’ascension sociale comme d’une connaissance de son environnement, qui renforce le lien local et freine l’exode rural, grande inquiétude des pouvoirs publics. L’école doit prôner un humanisme ouvert et trouver un équilibre pour faire accéder les élèves aux valeurs universelles de démocratie et de progrès. Le musée de province doit enseigner l’histoire de l’art universelle et de ses grands chefs-d’œuvre à travers l’illustration par les gloires locales.

Les conservateurs des musées de province et la transmission des savoirs : une noble mission vers la voie de la professionnalisation

  • 10 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation.

13La commission extraparlementaire des musées de province de 1905, réunie par Dujardin-Beaumetz, a fait l’objet d’un rapport publié qui s’accompagne d’un rapport d’inspection des conservateurs des établissements. Le rapport Lapauze10 permet d’aller à la rencontre de ceux qui ont en charge les collections de l’État ; ils ont été désignés en raison d’un solide parcours préalable. L’obligation, pour le maire, de soumettre une liste de candidats sérieux et aptes à la décision du préfet, a porté aux fonctions de conservateur des personnes bénéficiant de l’assurance d’acquis en termes de protection et de transmission du patrimoine.

Des acteurs de la transmission des savoirs

14Qu’il soit patrimonial, artistique ou politique, leur engagement intellectuel les implique dans des problématiques d’édification du citoyen, de diffusion des connaissances de l’histoire et du patrimoine de la nation. Un tiers des conservateurs dont on a identifié l’origine professionnelle est fonctionnaire et occupe des métiers dont la problématique rejoint celle des musées de la IIIe République : ils sont enseignants, bibliothécaires ou archivistes.

15Les enseignants représentent les fonctionnaires les plus nombreux du corps des conservateurs de musées de province du rapport Lapauze. On dénombre 19 professeurs de dessin et 11 professeurs dans les collèges ou les lycées. Alcius Ledieu, conservateur des musées d’Abbeville, et Léon Coulon, du musée d’Elbeuf, sont instituteurs ; Auguste Audollent, conservateur du musée de Clermont-Ferrand, est maître de conférences à l’université de la ville. Si la majorité d’entre eux enseignent des matières littéraires, Auguste Thiriet de Sedan et David Martin de Gap sont professeurs de sciences naturelles. Tous ont le même souci de la transmission des savoirs chère au musée républicain ; deux d’entre eux sont fondateurs de leur musée et promeuvent ainsi leur vision pédagogique de l’institution. En outre, Étienne Port a créé la bibliothèque puis le musée de Saint-Nazaire.

16Les mêmes motivations pédagogiques sont, par ailleurs, présentes chez les 32 conservateurs bibliothécaires.

Une conception didactique des missions de conservateur

17Proposer une visite instructive et pédagogique à l’élève, l’ouvrier et l’artiste constitue le leitmotiv des conservateurs des musées de province. Pour y parvenir, ils mobilisent leurs efforts à tous les niveaux de leurs prérogatives. Ainsi l’enrichissement des collections, bénéficiant de budgets restreints et crispant les volontés hégémoniques du pouvoir local comme national, offre-t-il l’occasion au conservateur des musées de province de mobiliser ses relations, entretenues dans les lieux de sociabilité et au sein des sociétés savantes, parmi les collectionneurs, les artistes et les députés, afin de développer l’ancrage local de collections tournées vers l’histoire et le patrimoine de la région.

18De même, la présentation des œuvres et le discours d’accompagnement qu’elle suppose à destination d’un public toujours plus large décrit-elle les heureuses initiatives de conservateurs des musées de province palliant les mauvaises conditions de conservation en proposant un musée aussi didactique que possible. Le catalogue de musée devient ainsi le double emblème du métier de conservateur et de la vocation du musée lieu d’enseignement. Les conservateurs des musées de province, pénétrés de leur mission de pédagogue, excellent dans l’élaboration de tels ouvrages.

19L’étude du métier de conservateur de musée de province à partir du rapport Lapauze présente ainsi l’implication et l’engagement d’un conservateur des musées de province républicain, qui s’adapte à une organisation nouvelle de son métier, accepte de nouvelles responsabilités et acquiert la reconnaissance de ses pairs.

Les conservateurs de musées membres des sociétés savantes très impliqués dans la transmission des savoirs

Les musées des sociétés savantes sous la IIIe République

  • 11 A. Babeau, Catalogue des sculptures du musée de Troyes fondé et dirigé par la Société académique d (...)

20Les sociétés savantes gèrent les musées départementaux : soit qu’elles les aient fondés, soit qu’un de leurs membres soit désigné aux fonctions de conservateur, soit que les conseils municipaux des villes qui ont la charge de ces établissements les associent de droit à la gestion du musée. Ainsi, à Troyes, le nom du musée est « Musée municipal, départemental et académique fondé en 1831 ». De même, le titre du catalogue de 1909 précise : « musée de Troyes, fondé et dirigé par la Société académique de l’Aube11 ».

  • 12 Ibid., p. 127.

21Les sociétés savantes entretiennent une vie artistique locale potentiellement très bénéfique au musée. Elles peuvent notamment apporter leur concours pour la réalisation de salons. Et par exemple, à Nantes, la Société des amis des arts est subventionnée par la ville : « Elle organise un dynamique salon annuel où le musée fait parfois des acquisitions12 ».

  • 13 F. Bourzat, « Ernest Rupin, érudit corrézien et conservateur du musée de Brive » (mémoire non publ (...)

22Les dons et legs des membres des sociétés savantes, qui conditionnent parfois leur adhésion, comme à Abbeville, représentent un apport financier conséquent contribuant à un enrichissement diversifié des collections. Ainsi, à Brive, « la plupart des donations sont le fruit d’amitiés qu’entret[ient] Ernest Rupin avec des savants, artistes et riches érudits de la région13 ».

23Les musées dirigés par des conservateurs savants se situent dans la continuité des cabinets de curiosités des Lumières, aux collections encyclopédiques riches d’enseignement. Le rapport d’inspection de 1885 du musée des Beaux-Arts de Troyes mentionne ainsi :

  • 14 Arch. nat., inspection des Musées, F21 4514 A, dossier Troyes, pièce 1.

« Le musée de Troyes est de premier ordre. Les deux salles de sculpture peuvent compter parmi les mieux aménagées, les mieux présentées et les plus riches du département. On y remarque les belles œuvres de Simart, Paul Dubois, Boucher. Les deux salles de peinture, quoique relativement moins riches, sont aussi bien aménagées et présentent un grand intérêt. Un classement méthodique est à désirer. La nouvelle salle des arts décoratifs, le musée archéologique, les collections des émaux peints, de sigillographie, de carrelages incrustés font de cet établissement un musée de premier ordre14. »

  • 15 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation, p. 174.

24En contrepartie, l’ampleur des collections conduit parfois à une juxtaposition des œuvres proche de l’entassement et certains conservateurs se laissent submerger, notamment pour les sections qui ne relèvent pas de leur domaine de compétences. Pour ne citer qu’un exemple, Deschamps de Pas, du musée de Saint-Omer, est à l’origine de sa collection archéologique. Or l’inspection Lapauze en 1907 conclut que « si le musée lapidaire est très bien installé dans onze salles, […] les collections artistiques sont négligées au-delà de toute idée ; les tableaux sont posés par terre, les uns contre les autres. Impossible de les accrocher faute de place15 ».

Représentativité dans le corpus

25Le conservateur retenu pour exercer dans un musée de province est celui dont on apprécie, outre les connaissances en art ou la pratique artistique, l’engagement dans la sauvegarde du patrimoine et donc, de fait, l’appartenance à une société savante. Des 233 conservateurs du rapport Lapauze identifiés, 160 adhèrent à au moins une société savante patrimoniale, historique ou scientifique.

26Simples membres, membres fondateurs ou présidents, les conservateurs appartiennent dans leur grande majorité à des sociétés savantes à obédience scientifique, historique, de défense du patrimoine ou philomathique, c’est-à-dire pluridisciplinaire. Certains sont, parfois, membres de plusieurs sociétés représentant l’ensemble de ces domaines d’activité et cumulent ainsi jusqu’à une dizaine d’adhésions. Le record est détenu par le marquis Gérard de Fayolle, conservateur du musée de Périgueux, qui fait partie de seize sociétés savantes nationales ou du Périgord.

27En outre, 27 conservateurs inspectés en 1905-1907 sont membres du CTHS en tant que « membre correspondant » ou « membre non résidant ». Le CTHS a été créé en 1834 par le ministre François Guizot, qui a la tutelle des sociétés savantes. Il a, dès son origine, publié les documents inédits de l’histoire de France. Il ne se charge toutefois pas uniquement de recevoir et d’éditer les travaux : il guide et regroupe également les recherches et organise à partir de 1861 le Congrès national des sociétés savantes. Il dispose d’un organe de diffusion pour ses membres, la Revue des sociétés savantes.

Philanthropes, philologues, collectionneurs, polygraphes : des figures de la transmission des savoirs

  • 16 « Registre de délibérations du comité de surveillance du musée des Augustins », cité dans H. Thoma (...)

28Pour légitimer et mener à bien leur combat, les conservateurs de musées de province rejoignent ou créent des sociétés savantes ou des associations de protection du patrimoine d’importance diverse, qui véhiculent le même discours que le musée, tant par la défense d’une histoire commune que par l’utilité de sa diffusion. Ainsi, Henri Rachou, du musée des Augustins de Toulouse, est membre de la Commission du vieux Carcassonne, puis à partir de 1901 de la Commission du vieux Toulouse, dont l’objectif est de « rechercher et faire connaître les œuvres du passé toulousain à caractère historique, artistique, archéologique dignes d’être conservées et de perpétuer les souvenirs de notre histoire locale16 ».

  • 17 É. Creuzet « Dufour (Marc Adolphe) (1827-1914) », p. 65.

29Comme lui, le Dr Francillon, conservateur du musée de Chinon, est président de l’Association des amis du vieux Chinon ; Jules Momméja, archéologue et critique d’art, conservateur du musée d’Agen, est membre du Comité des sites et monuments pittoresques auprès du Touring club de France. D’autres appartiennent au Comité des monuments historiques, tels le marquis Gérard de Fayolle, conservateur du musée de Périgueux, désigné pour le mobilier de la Dordogne, ou Adolphe Dufour, bibliothécaire, archiviste, historien et fondateur du musée de Corbeil et qui fait campagne dans le Petit Journal pour la conservation de la tour dite Louis le Gros, à Corbeil17.

  • 18 G. Diocque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, p. 50.

30Les conservateurs de musées de province membres du CTHS sont, en outre, des enseignants, distingués pour quatre d’entre eux par les palmes académiques et correspondants permanents du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts. Ils sont par ailleurs fondateurs de leur propre institution, qu’ils dotent de leur collection personnelle, comme Adolphe Dufour à Corbeil ou Joseph Déchelette à Roanne. David Martin a utilisé les collections de la Société d’études scientifiques et littéraire de Gap comme fonds du nouveau musée d’histoire naturelle et des beaux-arts en 1903. Géologue, archéologue et érudit, il a voulu doter la ville de Gap « d’un établissement d’une véritable utilité et qui rendrait de grands services soit à l’industrie locale soit à l’instruction publique18 ». S’ils ne sont pas fondateurs, ils initient du moins des sections de collections qui présentent un intérêt didactique, notamment pour les collections d’art local en lien avec leurs travaux et leurs spécialités. Paul Dissard, à Lyon, est ainsi à l’origine d’une collection de médailles et de sceaux. Enfin, selon un article anonyme dans la revue de la société du Saintonge :

  • 19 É. M. di Rienzi, Panthéon des lettres, des sciences et des arts. Première série : profils contempo (...)

« [Charles Dangibaud,] conservateur du musée de peinture et de numismatique, [de Saintes] exerce ses fonctions gratis pour le simple bonheur de mettre de l’ordre dans les collections de la ville de Saintes, de les enrichir de quelques joyaux autant, du moins, que le modeste budget dont le musée dispose le lui permet19. »

31Dans un rôle souvent précurseur, ces conservateurs ont pour métier de produire l’histoire. Archivistes et bibliothécaires, ils mettent à disposition les sources et documents nécessaires à son écriture. Leur méthode est novatrice en termes de sources et de thèmes de recherches. Les archivistes s’efforcent de présenter des documents jamais étudiés, qu’ils mettent à disposition. Ils sont ainsi instigateurs d’un renouveau de l’histoire locale, abordée à travers l’étude de groupes sociaux. On peut retenir, parmi de nombreux exemples, Camille de Saint-Marc, conservateur du musée de Niort, sur la noblesse poitevine, distingué pour ses écrits par de prestigieuses institutions en tant que lauréat des concours qu’elles organisent. De même le quatrième ouvrage d’Ernest Rupin sur Rocamadour lui permet-il de remporter, en 1904, la deuxième médaille du concours des Antiquités nationales de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

32Par ailleurs, ce commentaire sur la bibliographie du conservateur du musée de Quimper, Henri Bourde de La Rogerie, pourrait s’appliquer à la plupart des conservateurs de musée auteurs et qualifie avec pertinence leurs publications :

  • 20 M. Prevost et J.-C. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. VI, p. 1432.

« Ses nombreux travaux, presque tous sur l’histoire de la Bretagne, excellent par l’étendue et la solidité de l’érudition ainsi que par l’originalité des vues20. »

  • 21 C. Porée, Documents sur la révolution française. Département de l’Yonne. Procès-verbaux de l’admin (...)
  • 22 M.-H. Bardy, Les ateliers révolutionnaires de salpêtre et de charbon à Saint-Dié et : Les événemen (...)
  • 23 H. Bourde de La Rogerie, La vie économique à Saint-Marc-Le-Blanc, Ille-et-Vilaine, pendant la Révo (...)

33Le CTHS relaye ces parutions en tant que productions historiques qui relèvent de l’histoire érudite et scientifique. En 1903, à l’instigation de Jean Jaurès, est créée une commission de publication des documents d’archives relatifs à la vie économique de la Révolution française. Les travaux de Charles Porée21, archiviste historien de l’Yonne et conservateur du musée d’Auch, de Mathieu-Henri Bardy22, historien des Vosges et conservateur du musée de Saint-Dié, ainsi que de Henri Bourde de La Rogerie23, archiviste, historien de la Bretagne, se sont orientés selon cet axe de recherche.

Une diffusion des savoirs spécifique aux conservateurs de musée savants

34Très concernés par leur mission d’enseignement et de transmission des savoirs, les conservateurs de musées de province membres des sociétés savantes le manifestent par un investissement renouvelé, échangeant des méthodes de travail, développant leur propres moyens de diffusion de l’actualité de leurs recherches, publiant des ouvrages de référence et participant à des expositions. Ils procèdent ainsi à un enrichissement des connaissances des collections muséales et à une transmission des savoirs de qualité.

35L’entraide des conservateurs des musées de province dans l’exercice de leurs fonctions est motivée par une recherche d’efficacité. Ils entreprennent certaines activités de concert et coordonnent leurs efforts pour publier catalogues et historiques des collections ou pour organiser des expositions.

  • 24 E. Rupin a beaucoup œuvré pour l’organisation d’une session du Congrès archéologique de France à Br (...)
  • 25 En 1907, J. Déchelette organise le congrès d’archéologie préhistorique d’Autun, où il propose sa pr (...)

36Au sein des conservateurs de musées se détache un petit groupe, celui des archéologues, qui développent leurs propres réseaux de confraternité. Ernest Rupin à Brive24, Jacques Laurent à Châlons-sur-Marne, Léon-Honoré Labande à Avignon, Léon Le Clert à Troyes, Joseph Déchelette à Autun25 et Gérard de Fayolle à Périgueux organisent ainsi le Congrès archéologique de France dans leur ville.

  • 26 Voir notice de H. Jadart dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr (...)
  • 27 F. Henriet, « Exposition rétrospective de Reims ».
  • 28 F. Henriet, « Le musée de Reims ».
  • 29 H. Jadart, « La famille Balhan ».

37Les bulletins des sociétés savantes, dans lesquels ils publient, bien que n’étant pas leur objectif premier, jouent le rôle de presse spécialisée sinon « professionnelle » et annoncent le Bulletin des musées de France, la revue de l’Association des conservateurs des collections publiques de France créée en 1923. La parution des articles donne l’occasion d’établir des relations, de se conseiller, de se congratuler. Frédéric Henriet et Henri Jadart26, des musées de Château-Thierry et de Reims, entretiennent ainsi une correspondance par articles interposés. Frédéric Henriet est membre de l’Académie de Reims et parfois chroniqueur de la vie culturelle de la ville dans les Annales de la société historique et archéologique de Château-Thierry. Il se fait l’écho de la grande exposition rétrospective de Reims en 189527 et écrit un article sur le musée des Beaux-Arts en 190028. Dans les deux cas, il ne tarit pas d’éloges sur son confrère Jadart. Or Jadart lit les Annales de la société historique et archéologique de Château-Thierry,et il adresse une lettre à Henriet pour lui présenter son travail sur une œuvre du musée de Reims figurant la famille Balhan, qui pourrait avoir des origines castelthéodoriciennes. Le conservateur en profite pour soumettre un article sur le sujet, publié dans le numéro suivant des Annales29.

  • 30 F. Bourzat, « Ernest Rupin, érudit corrézien et conservateur du musée de Brive », École du Louvre, (...)
  • 31 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation,p. 223.
  • 32 L.-H. Labande « Notes sur deux médailles du bienheureux Pierre de Luxembourg et sur son portrait co (...)

38Les conservateurs des musées de province savants s’ingénient, en outre, à produire des outils pédagogiques diversifiés pour accompagner la visite de leur musée et la rendre la plus instructive et pédagogique possible. À Brive, Rupin sollicite une nouvelle subvention de la mairie dans une lettre datée du 21 août. Il expose ses objectifs en justification de la somme : « J’ai l’intention de présenter chaque objet sur un support, avec étiquette explicative de façon à intéresser et à instruire les visiteurs30 ». Au musée de Saint-Dié : « Deux plaquettes de M. Bardy, donnent des renseignements sur la fondation du musée et ses collections31 ». Enfin, les notices d’œuvres et les historiques des collections de Léon-Honoré Labande au musée Calvet d’Avignon rencontrent un certain succès d’édition, dont le conservateur a l’exclusivité. Il rédige des études et analyses d’œuvres emblématiques du musée Calvet, représentatives de l’histoire régionale, comme sa Description d’un pied de croix du xive siècle ayant appartenu à l’ancien monastère de Saint-Véran, près Avignon ou bien encore ses articles relatifs aux œuvres d’art conservées au musée Calvet à l’effigie du bienheureux Pierre de Luxembourg32.

  • 33 Arch. nat., inspection des Musées, F21 4910 A, dossier l, pièce 28, « Rapport d’inspection » ; en 1 (...)
  • 34 A. Serret, Catalogue du musée archéologique et du musée des anciens costumes bretons de la ville de (...)
  • 35 C. Marteaux et M. Le Roux, Musée de la ville d’Annecy. Catalogue descriptif du musée gallo-romain, (...)
  • 36 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation, p. 93.
  • 37 Ibid., p. 66.
  • 38 Ibid.,p. 214.
  • 39 Ibid., p. 71.

39Cependant, Labande excelle particulièrement dans la rédaction des catalogues généraux de musées ou des sections thématiques des collections, comme l’ensemble des conservateurs des musées de province savants, pour lesquels le catalogue de musée est une priorité. Au musée de Saintes, où exerce Charles Dangibaud, la publication a même précédé l’ouverture du musée, ainsi que le mentionne le rapport d’inspection33. Les ouvrages sont parfois publiés par les sociétés savantes pour faire face aux importantes dépenses que suppose la publication. Ce sont de beaux ouvrages pédagogiques illustrés, comme celui du musée départemental d’archéologie de Quimper34, dirigé par Henri Bourde de La Rogerie. Des ouvrages de référence et des catalogues spécialisés sont publiés au musée des Beaux-Arts d’Annecy par Marc Le Roux, associé pour l’occasion au spécialiste d’histoire gallo-romaine et agrégé de lettres classiques Charles Marteaux35. Le catalogue est parfois mis à disposition le temps de la visite, comme au musée d’Elbeuf, dirigé par l’instituteur Coulon. De nombreux exemplaires sont vendus annuellement : 50 au musée d’archéologie de Quimper36 ainsi qu’au musée des Beaux-Arts de la Rochelle37 (50 centimes) et au musée Calvet d’Avignon, où il coûte 2 F38. Au musée Fesch, à Ajaccio, le record est de 100 exemplaires vendus par an39, preuve de la très forte fréquentation de ces musées riches d’enseignements, dirigés par des conservateurs de musées savants membres du CTHS.

40La principale difficulté des musées de province de la IIIe République est d’ordre financier. Les sociétés savantes apportent une précieuse contribution et un budget de fonctionnement appréciable aux musées qui relèvent de leur responsabilité. Ainsi exemptés de tout souci matériel, ces derniers peuvent se consacrer entièrement à la mise en œuvre de la politique du musée républicain, lieu d’enseignement, et figurent parmi les meilleurs établissements présentant d’excellentes conditions de conservation et de présentation des collections. Par ailleurs, les conservateurs de musées membres de sociétés savantes et du CTHS honorent la fonction par l’envergure de leurs travaux et la conviction de leur engagement dans la transmission des savoirs. Cette citation de Claude Roger-Marx, inspecteur général des musées de province, dans le rapport d’inspection de 1903, laisse penser que l’administration des Beaux-Arts a trouvé son meilleur élément en la personne de Jules Moméja, conservateur du musée des Beaux-Arts d’Agen :

  • 40 Arch. nat., inspection des Musées, F21 4514 B, dossier Agen, pièce 4.

« On souhaiterait, dans l’intérêt de nos musées départementaux, qu’ils fussent souvent administrés par des conservateurs tels que M. Momméja, à ce point compétents, actifs et pourvus d’une connaissance générale de l’histoire des arts. C’est un érudit chez qui l’amour de la science n’a nullement aboli le sentiment instinctif de l’art, la sûreté spontanée du goût. Il convenait de rendre tout d’abord hommage à de pareils mérites, si rares et si aptes à faciliter la tâche que vous m’aviez bien voulu confier40. »

Bibliographie

Babeau Albert, Catalogue des sculptures du musée de Troyes fondé et dirigé par la Société académique de l’Aube, 5e éd., Troyes, édité au musée, 1905.

Bardy Mathieu-Henri, Les événements militaires dans le pays de Saint-Dié pendant la Révolution : discours prononcé à la réunion générale de la Société philomatique vosgienne le 23 février 1896, Saint-Dié, impr. Humbert, 1896.

Bardy Mathieu-Henri, Les ateliers révolutionnaires de salpêtre et de charbon à Saint-Dié, Saint-Dié, impr. Cuny, 1900.

Bourde de la Rogerie Henri, La vie économique à Saint-Marc-Le-Blanc, Ille-et-Vilaine, pendant la Révolution : extraits des registres des délibérations municipales, Rennes, impr. Oberthur, 1913.

Bruno G. [i. e. Fouillée Augustine], Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante avec 212 gravures instructives pour leçons de choses 19 cartes géographiques, Paris, Belin, 1877.

Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1878-1887.

Creuzet Émile, « Dufour (Marc Adolphe) (1827-1914) », Bulletin de la Commission des antiquités et des arts du département de la Seine-et-Oise, 34, 1914, p. 63-67.

Diocque Georges, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Gap, impr. Louis Jean, 1996.

Henriet Frédéric, « Exposition rétrospective de Reims », Annales de la société historique et archéologique de Château-Thierry, 1895, p. 138-144.

Henriet Frédéric, « Le musée de Reims », Annales de la société historique et archéologique de Château-Thierry, 1900, p. 43-48.

Jadart Henri, « La famille Balhan », Annales de la Société historique et artistique de Château-Thierry, 1900, p. 40-42.

Labande Léon-Honoré, « Notes sur deux médailles du bienheureux Pierre de Luxembourg et sur son portrait conservé au musée Calvet », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 18, 1899, p. 409-413.

Labande Léon-Honoré, Description d’un pied de croix du xive siècle ayant appartenu à l’ancien monastère de Saint-Véran, près Avignon, Paris, Imprimerie nationale, 1901.

Lavisse Ernest, « Histoire », dans Buisson Ferdinand (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1878, partie 1, t. I, p. 1264-1272.

Lapauze Henri, Les musées de province : rapport, enquête, législation. Rapport de la commission chargée d’étudier toutes les questions relatives à l’organisation des musées de province et à la conservation de leurs richesses artistiques, Paris, typographie Plon-Nourrit, 1908.

Le Roux Marc, Catalogue sommaire du musée d’Annecy : collections artistiques, industrielles, archéologiques, numismatique, céramique, armures, collections régionales, histoire naturelle de la Savoie et de la chaîne du Mont-Blanc, Annecy, Abry, 1900.

Marteaux Charles et Le Roux Marc, Musée de la ville d’Annecy : catalogue descriptif du musée gallo-romain, marques de fabrique, estampilles, poinçons, graffiti, etc., Annecy, Abry, 1895.

Masson Géraldine, « Préserver et transmettre le patrimoine de la nation : les conservateurs de musées de province sous la IIIe République », thèse en histoire de l’art, Paris, université Paris I – Panthéon Sorbonne, 2016, 2 vol.

Nora Pierre, « L’Histoire de France de Lavisse. Pietas erga patriam », dans Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, t. II, La nation, Paris, Gallimard, vol. 2, p. 851-902.

Porée Charles, Documents sur la révolution française. Département de l’Yonne : procès-verbaux de l’administration départementale de 1790 à 1800, publiés sous les auspices du conseil général, Auxerre, Gallot, 1889-1903.

Poulot Dominique, Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997.

Prevost Michel et Roman d’Amat Jean-Charles (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. VI, Paris, Letouzey et Ané, 1954.

Rienzi Émile Michelis di et France Anatole, Panthéon des lettres, des sciences et des arts, première série : Profils contemporains, Paris, Administration du panthéon des lettres, des sciences et des arts, 1893.

Serret André, Catalogue du musée archéologique et du musée des anciens costumes bretons de la ville de Quimper, Quimper, impr. Cotonnec, 1901.

Thomas Hélène, « Henri Rachou, 1855-1944, un Toulousain oublié », Archistra, numéro spécial « Henri Rachou », 138, août 1995, p. 99-114.

Notes

1 Arch. nat., Inspection des musées, F21 4514 B, 11e série, 1901-1910, Abbeville-Bougie, dossier Annecy, pièce 1, « Lettre de Marc Le Roux au ministre de l’Instruction publique, 7 décembre 1910 ».

2 G. Masson, « Préserver et transmettre le patrimoine de la nation : les conservateurs de musées de province sous la IIIe République ».

3 D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, p. 8.

4 Arch. nat., inspection des Musées, 4500 A, dossier 1, Législation, organisation, liasse C, « Circulaire de 1881 ».

5 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, p. 986.

6 Ernest Lavisse est l’un des auteurs du dictionnaire de pédagogie qu’a publié Buisson ; E. Lavisse, « Histoire ».

7 Le musée de Versailles, le musée d’Archéologie national, à Saint-Germain-en-Laye et le musée de la Céramique de Sèvres, en vertu des décrets des 23 août et 9 septembre 1878.

8 P. Nora, « L’Histoire de France de Lavisse : Pietas erga patriam ».

9 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, p. 986.

10 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation.

11 A. Babeau, Catalogue des sculptures du musée de Troyes fondé et dirigé par la Société académique de l’Aube.

12 Ibid., p. 127.

13 F. Bourzat, « Ernest Rupin, érudit corrézien et conservateur du musée de Brive » (mémoire non publié), Br 4° 8878 et Br 4° 8879.1997, 2 vol. p. 69.

14 Arch. nat., inspection des Musées, F21 4514 A, dossier Troyes, pièce 1.

15 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation, p. 174.

16 « Registre de délibérations du comité de surveillance du musée des Augustins », cité dans H. Thomas, « Henri Rachou, 1855-1944 : un Toulousain oublié », p. 110.

17 É. Creuzet « Dufour (Marc Adolphe) (1827-1914) », p. 65.

18 G. Diocque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, p. 50.

19 É. M. di Rienzi, Panthéon des lettres, des sciences et des arts. Première série : profils contemporains.

20 M. Prevost et J.-C. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. VI, p. 1432.

21 C. Porée, Documents sur la révolution française. Département de l’Yonne. Procès-verbaux de l’administration départementale de 1790 à 1800.

22 M.-H. Bardy, Les ateliers révolutionnaires de salpêtre et de charbon à Saint-Dié et : Les événements militaires dans le pays de Saint-Dié pendant la Révolution : discours prononcé à la réunion générale de la Société philomatique vosgienne le 23 février 1896.

23 H. Bourde de La Rogerie, La vie économique à Saint-Marc-Le-Blanc, Ille-et-Vilaine, pendant la Révolution : extraits des registres des délibérations municipales.

24 E. Rupin a beaucoup œuvré pour l’organisation d’une session du Congrès archéologique de France à Brive ; son ambition s’est réalisée en 1890.

25 En 1907, J. Déchelette organise le congrès d’archéologie préhistorique d’Autun, où il propose sa propre définition des oppida.

26 Voir notice de H. Jadart dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr/an/prosopo.php?id=105414#

27 F. Henriet, « Exposition rétrospective de Reims ».

28 F. Henriet, « Le musée de Reims ».

29 H. Jadart, « La famille Balhan ».

30 F. Bourzat, « Ernest Rupin, érudit corrézien et conservateur du musée de Brive », École du Louvre, Br 4° 8878 et Br 4° 8879.1997, p. 77.

31 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation,p. 223.

32 L.-H. Labande « Notes sur deux médailles du bienheureux Pierre de Luxembourg et sur son portrait conservé au musée Calvet ».

33 Arch. nat., inspection des Musées, F21 4910 A, dossier l, pièce 28, « Rapport d’inspection » ; en 1908, le rapport Lapauze mentionne « Catalogue : oui (Ier édition : 1864, date de fondation ; dernière édition 1893) ». H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation, p. 68.

34 A. Serret, Catalogue du musée archéologique et du musée des anciens costumes bretons de la ville de Quimper.

35 C. Marteaux et M. Le Roux, Musée de la ville d’Annecy. Catalogue descriptif du musée gallo-romain, marques de fabrique, estampilles, poinçons, graffiti, etc. ; M. Le Roux, Catalogue sommaire du musée d’Annecy : collections artistiques, industrielles, archéologiques, numismatique, céramique, armures, collections régionales, histoire naturelle de la Savoie et de la chaîne du Mont-Blanc.

36 H. Lapauze, Les musées de province : rapport, enquête, législation, p. 93.

37 Ibid., p. 66.

38 Ibid.,p. 214.

39 Ibid., p. 71.

40 Arch. nat., inspection des Musées, F21 4514 B, dossier Agen, pièce 4.

Auteur

Collaboratrice scientifique arts graphiques au musée d’Orsay

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search