Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la médiation des savoirs

 | 
Michel Sot

Rôle historique des sociétés savantes et des savants de terrain

L’érudition normande dans la France du xixe siècle : le rôle d’Arcisse de Caumont

François Guillet

Résumé

La Normandie est marquée pendant la première moitié du xixe siècle par l’essor d’une sociabilité érudite dont le rayonnement intellectuel est exceptionnel. Les antiquaires normands, sous l’égide d’Arcisse de Caumont, inventorient leur région et en étudient les composants naturels et historiques. Ils accomplissent surtout un travail considérable de recensement et de classement des monuments historiques normands, particulièrement des monuments religieux, qui servira longtemps de grille de lecture pour tous ceux qui se penchent sur l’architecture religieuse médiévale en France. Le mouvement qui porte les antiquaires normands vers l’étude de leur région est indissociable d’un mouvement plus large visant à inventorier le territoire national et à se l’approprier. Soucieux de diffuser leur savoir, de faire partager leur amour pour leur patrie régionale et de lutter aussi contre la prééminence parisienne, les antiquaires normands jouent pendant cette période un rôle d’intermédiaires culturels en utilisant des moyens variés : rédaction de guides touristiques, d’ouvrages de vulgarisation (les fameux Abécédaires d’Arcisse de Caumont), de manuels à destination des séminaires, organisation de congrès accompagnés de manifestations festives. Leur influence est considérable auprès de la bourgeoisie et des classes intellectuelles françaises.

Texte intégral

1Dans l’avertissement qui précède son Cours d’antiquités monumentales, publié en 1830, Arcisse de Caumont écrit :

  • 1 A. de Caumont, Cours d’antiquités monumentales, p. 4.

« Il faut l’avouer, la science des antiquités n’est encore le partage que d’un petit nombre de personnes privilégiées ; elle n’est point assez répandue […]. J’ai pensé que je me rendrais utile à mon pays en créant ici un enseignement qui n’existe pas encore1. »

  • 2 F. Guillet, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d'une image régionale en France, (...)

2La Normandie est le berceau de l’archéologie médiévale pendant le xixe siècle. Arcisse de Caumont, archéologue et érudit, en est la figure de proue. Le remarquable réseau de sociétés savantes qui irrigue la région durant cette époque permet le lancement d’une vaste entreprise d’inventaire et d’étude des constituants naturels et humains de la région ; il permet surtout d’en révéler le passé, en procédant à un recensement et à une analyse minutieux des monuments anciens, dont les vestiges et les édifices médiévaux sont les plus emblématiques. Cette entreprise aboutit à un cadre général de classement des monuments médiévaux qui servira de base à tous les travaux ultérieurs et aura une influence profonde sur les modes de perception de la province. La volonté de diffusion et de vulgarisation des connaissances accumulées est constitutive de ce projet, puisqu’il s’agit pour Caumont de fonder ou de refonder une identité provinciale face au centralisme parisien, en favorisant la renaissance et l’épanouissement d’une vie culturelle et même de formes d’administration autonomes. Porte-parole des notabilités provinciales, politiquement conservateur, Caumont entend faire partager sa passion érudite par un public qu’il souhaite le plus large possible et qui ne s’arrête pas d’ailleurs aux limites de la province. Nous nous efforcerons ici de montrer l’originalité de ce projet en explorant les chemins empruntés par les érudits normands pour diffuser et transmettre les connaissances qu’ils ont patiemment réunies2, et évaluer l’influence de cette école dans la France du xixe siècle.

Le rassemblement de la France provinciale savante

  • 3 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France.

3Principal chantre du milieu érudit normand, Arcisse de Caumont est à l’origine de la fondation de nombreuses sociétés savantes, qui sont l’expression d’une sociabilité érudite dont l’essor a commencé dès le xviie siècle. Ce mouvement, dont Jean-Pierre Chaline a retracé la genèse3, touche l’ensemble de la France, mais il prend en Normandie une ampleur particulière. Au réseau ancien, constitué des académies provinciales d’Ancien Régime et des sociétés d’émulation des premières années de la Révolution, s’ajoutent des sociétés nouvelles qui s’éloignent du modèle académique par leur absence de spécialisation et le nombre illimité de leurs membres. Abandonnant l’esprit polymathique des Lumières, ces sociétés nouvelles se spécialisent dans deux domaines principaux, qui correspondent à la formation de Caumont comme à celle de nombreux antiquaires, et qui sont étroitement associés : les sciences naturelles et l’archéologie. Il faut y ajouter l’agronomie, qui constitue un centre d’intérêt de premier ordre pour des érudits souvent propriétaires terriens.

4De la première catégorie relève la Société linéenne du Calvados, fondée en 1823 par Henri de Magneville, président de l’Académie de Caen et créateur du musée d’histoire naturelle de la ville, dont Caumont est nommé secrétaire ; elle étend en 1826 ses activités à l’ensemble de la Normandie. De la seconde relèvent plusieurs sociétés parmi les plus importantes de Normandie, qui s’inscrivent dans un mouvement déjà ancien, marqué sous la Révolution par la création d’institutions destinées à classer et à sauvegarder des monuments. C’est en s’inspirant de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, fondée en 1818 sous l’impulsion du comte de Kergariou, préfet du département, que Caumont met sur pied en 1824 la Société des antiquaires de Normandie, véritable modèle des sociétés savantes provinciales du xixe siècle. De l’intérêt pour l’agronomie relève, en 1832, l’Association normande, dont le nom complet est Association normande et anticentrale pour l’encouragement des études et de l’industrie provinciale.

5L’activité de Caumont ne se limite pas à la Normandie. Après les cinq départements normands, ce sont les régions de l’Ouest qu’il cherche à rassembler. Le voyage qu’il accomplit dans cette portion de la France en 1830 le pousse à créer, en 1834, la Société française pour la conservation et la description des monuments historiques, qui prendra le nom de Société française d’archéologie et qui élargit ses activités à la France tout entière, en commençant par la France de l’Ouest. Après un premier congrès à Douai, la société française d’archéologie tient ses congrès suivants à Vire, Caen, Alençon, au Mans et à Tours. L’organisation par Alexandre de Humboldt de congrès scientifiques, parmi lesquels celui de Berlin en 1828 et surtout de Vienne en 1832, réunissant près de 1 100 délégués, inspire à Caumont l’idée de créer des « assises ou congrès scientifiques », dont la première cession se tient à Caen en 1833, et qui rassemblent des délégués des sociétés savantes des provinces, afin de leur permettre d’échanger leurs idées et de faire connaître leurs travaux. La Société des antiquaires de Normandie entretient par ailleurs des liens privilégiés avec les sociétés sœurs et les érudits de l’Ouest, en particulier de la Sarthe, liens renforcés à l’occasion de l’affaire du baptistère de Saint-Jean de Poitiers, sauvé de la destruction en 1832 par une ligue de circonstance entre sociétés savantes de l’Ouest. Sur le modèle de la Société des antiquaires de Normandie naissent la société des antiquaires de la Morinie à Saint-Omer en 1831, la Société des antiquaires de l’Ouest à Poitiers en 1834, la Société des antiquaires de Picardie à Amiens en 1836.

6De l’Ouest, Caumont passe à la province tout entière lorsqu’il crée en 1839 l’Institut des provinces, terme réservé en principe à l’Institut de France. Conçu comme une sorte d’académie centrale chargée de soutenir les associations et de coordonner leurs travaux, son siège est d’abord fixé au Mans, puis migre bientôt à Caen, où la direction est assurée par un directeur et un secrétaire général. Les réunions ont lieu à l’occasion des congrès scientifiques, mais la dispersion des membres de l’institution et l’autoritarisme de Caumont, sans compter les réticences du pouvoir, freinent l’essor de l’institution. À partir de 1850, Caumont met sur pied le Congrès des sociétés savantes des départements, sous la direction de l’Institut des provinces, dont la première réunion a lieu en 1850 à Paris, au palais du Luxembourg, dans l’ancienne chambre des pairs. Les réunions se maintiendront jusqu’en 1869, donnant lieu à la publication jusqu’en 1870 de trois volumes de mémoires et d’un annuaire.

7La démarche de Caumont et des antiquaires normands vise à mettre au jour tous les éléments qui fondent l’identité provinciale et à diffuser les savoirs ainsi constitués. Dans la circulaire qui paraît en 1825 dans le tome II des Mémoires de la Société des antiquaires de la Normandie, le Rouennais Auguste Le Prévost écrit :

  • 4 A. Le Prévost, « Circulaire de M. le directeur de la Société des antiquaires de la Normandie à MM. (...)

« Il ne s’agit plus ici de conserver sur quelques points et pour un petit nombre d’adeptes un dépôt de connaissances acquises, mais d’arracher au néant et à l’oubli, par des efforts prompts et unanimes, tout ce qui n’a pas encore péri des monuments et des souvenirs attachés à notre sol. Il faut que tous les amis du nom normand se lèvent comme un seul homme pour accomplir cette sainte entreprise ; les divisions arbitraires du territoire, les anciennes formes académiques, ne sauraient être prises en considération. Quiconque habite la Normandie et s’intéresse à sa gloire doit venir avec nous prendre part aux travaux, comme il sera admis à profiter de ses résultats4. »

8Au-delà de la Normandie, c’est la France provinciale qu’il s’agit d’éveiller, comme l’écrit Caumont dans le deuxième volume de la Revue normande :

  • 5 A. de Caumont, « Prospectus ».

« [Je veux] ranimer en province l’activité intellectuelle, éveiller l’émulation entre les corps savants qui allaient se multipliant sur tous les points du royaume, produire au grand jour les talents personnels qui trop souvent restent inconnus, et s’ignorent eux-mêmes. […] Il faut qu’on puisse être écrivain, homme politique, savant, artiste, ailleurs que dans la capitale5. »

9La province, aux yeux de l’antiquaire, c’est pour une large part les provinces, au sens où l’Ancien Régime l’entendait. Le projet de Caumont pour l’Institut des provinces prévoit une division du pays en douze ou quinze circonscriptions, dont les limites seraient celles des provinces de l’ancienne France et qui seraient chacune dotées d’une académie située au chef-lieu et exerçant son autorité sur toutes les autres sociétés de sa circonscription.

  • 6 Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. I, 1824.
  • 7 B. Humbaire, « Une académie savante au xixe siècle : la Société d’archéologie d’Avranches (1835-18 (...)

10Ce projet n’est ainsi pas sans rapport avec le projet politique de la monarchie censitaire. Le provincialisme de Caumont semble s’inscrire dans l’ultracisme de la Restauration, mais s’y ajoute une dimension capacitaire qui le rapproche du dessein de Guizot sous la monarchie de Juillet. Le milieu érudit normand en témoigne. Outre des personnalités très actives, comme Caumont et le Rouennais Auguste Le Prévost, ancien sous-préfet durant les Cent-Jours, puis député à partir de 1834, après avoir conquis le siège laissé vacant par la mort de Dupont de L’Eure, ce milieu rassemble de grands notables et des personnalités politiques de premier plan, comme Guizot, député de Lisieux, ou des préfets, tel Antoine Passy, préfet de l’Eure, ainsi que des membres de grandes familles nobles comme le comte de Beaurepaire, dans le Calvados. Mais à ces grands notables s’ajoute un réseau de personnalités implantées localement, dont l’origine est plus modeste et qui exercent souvent des professions intellectuelles ou libérales : enseignants, ingénieurs, fonctionnaires locaux, conservateurs, magistrats, avocats. Parmi les correspondants de Caumont figurent Julien Travers, successivement professeur au collège de Saint-Lô, principal du collège de Falaise, puis professeur à la faculté des lettres de Caen ; Dubourg d’Isigny, président du tribunal de Vire ; Frédéric Galeron, procureur du roi et bibliothécaire de la ville d’Alençon ; Pierre-Amable Floquet, ancien élève de l’École des chartes, avocat, greffier en chef de la cour de Rouen ; Frédéric Pluquet, libraire à Paris, puis pharmacien à Bayeux : une bourgeoisie capacitaire que le régime de Juillet entend favoriser. Parmi les quatre-vingt-cinq membres titulaires et les vingt-cinq membres correspondants de la Société des antiquaires de Normandie figurent des personnalités prestigieuses, dont l’adhésion est honorifique. C’est le cas des cinq préfets normands, membres de droit, de deux sous-préfets et des cinq maires, dont celui de Rouen, le marquis de Martainville et celui de Caen, le comte d’Osseville. La société réunit parmi ses membres titulaires une majorité de propriétaires, mais aussi onze membres de la magistrature, quatre médecins, deux inspecteurs de l’université. Vingt-six sont explicitement nobles et soixante appartiennent à d’autres sociétés savantes6. On retrouve la même sociologie dans les autres provinces ou dans d’autres sociétés fondées en Normandie, comme la Société archéologique d’Avranches, fondée par Édouard Le Héricher, professeur au lycée de la ville7.

  • 8 Selon A. J. Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849).

11L’objectif est d’élargir sans cesse le nombre d’adhérents. Les congrès et les assises qui se tiennent régulièrement, comme les congrès annuels organisés par la Société des antiquaires de France, permettent de susciter de nouvelles adhésions, pour une part temporaires, dans la région choisie. Le monde économique est cependant largement absent, les industriels rouennais ne se retrouvant que dans la Société d’émulation de la Seine-Inférieure8.

12La participation aux travaux des sociétés savantes répond à un désir des classes moyennes et supérieures provinciales et s’inscrit dans une démarche d’émulation. Le principal ouvrage de Caumont, le Cours d’antiquités monumentales, a d’abord été conçu sous la forme de leçons orales. Le journal Le Temps en fait un compte rendu en décembre 1829 :

  • 9 Le Temps, décembre 1829, cité par B. Huchet, « Arcisse de Caumont », p. 94.

« Avant de publier sa méthode analytique d’archéologie, M. de Caumont a été sollicité par tous les habitants instruits de faire un cours d’antiquités monumentales. Ce cours, qui sera gratuit, manque à nos grandes villes, même à Paris. Nos salons, s’ils ne sont pas gothiques, se décorent d’objets qui revêtent des formes antiques ; et pourtant, très peu de personnes sont capables d’analyser la construction de nos édifices du Moyen Âge et des époques de transition9. »

  • 10 Annuaire normand, 1835, p. 1.

13L’orientation historisante du mouvement relève certes d’une culture nobiliaire qui doit se réinventer. Mais le mouvement érudit normand et provincial n’est pas seulement tourné vers le passé. Il porte une volonté de progrès, qui s’exprime notamment au sein de l’Association normande. L’Association normande, dit son programme, a pour but « d’encourager les progrès de la morale publique, de l’enseignement élémentaire, de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale dans les départements de l’ancienne Normandie », en contribuant à « l’amélioration morale, intellectuelle et matérielle de l’homme » afin d’amener en Normandie « un état de choses aussi satisfaisant qu’en Flandres ou en Alsace10 ».

Les activités savantes

  • 11 « Lettre du secrétaire général de l’Association, M. Daniel », Annuaire normand, 1835, p. IV.
  • 12 Ce dont témoigne, par exemple, son Essai sur la topographie géognosique du Calvados.

14Rassembler les savants des provinces, c’est partager et transmettre les savoirs afin de permettre cette élévation morale, intellectuelle et matérielle que Caumont souhaite promouvoir. L’activité scientifique de ces sociétés s’inscrit nettement dans un provincialisme revendiqué. L’œuvre scientifique du mouvement est considérable : un immense travail de recensement s’organise et touche tous les domaines. Le tome I de l’Annuaire de l’Association normande comporte des notes sur l’histoire de la Normandie, une étude géographique de la région, un article sur le mouvement de la population, d’autres sur l’hydrographie, l’administration de la province, l’instruction publique, l’agriculture11. Caumont lui-même s’intéresse aussi bien à la géologie, aux sciences naturelles qu’à l’archéologie12.

15L’apport le plus important de ce mouvement touche à l’archéologie médiévale, dont Caumont définit le classement chronologique et fixe les caractères, en consacrant notamment à la différenciation entre art roman et art gothique plusieurs ouvrages, parmi lesquels le Cours d’antiquités monumentales professé à Caen, dont la publication s’échelonne sur onze années, de 1830 à 1841, et qui résulte d’un travail minutieux d’observations faites sur le terrain, même si Caumont conduit rarement lui-même les fouilles. Consacré aux monuments nationaux de l’ouest de la France, de la période gauloise à la fin du Moyen Âge, l’ouvrage participe de la recherche d’une généalogie du territoire où le monument prend place dans une chaîne temporelle qui débute avec le sous-sol, longuement étudié par Caumont, et dans laquelle s’inscrit l’antiquaire.

16Pour Auguste Le Prévost, en scrutant les monuments, l’observateur célèbre une union imaginaire avec les générations passées et contemple une part de lui-même :

  • 13 A. Le Prévost, prospectus du Cours d’antiquités monumentales d’Arcisse de Caumont, p. 3.

« Chaque jour révèle en nous quelque nouvel attrait, quelque nouveau motif de prédilection dans ces édifices élevés pour nous par la main de nos pères, en rapport avec nos paysages autant qu’avec nos croyances, nos habitudes et les dispositions les plus intimes de nos âmes13. »

  • 14 Statuts de la Société des antiquaires de Normandie, art. II, Mémoires de la Société des antiquaire (...)

17Recherche savante, patriotisme provincial mais aussi philanthropie se conjuguent dans la volonté de diffuser les travaux des sociétés savantes et les idées de leurs principaux représentants. Toutes les sociétés fondées par Caumont fonctionnent peu ou prou selon les mêmes modalités. Les objectifs officiels de la Société des antiquaires de Normandie sont le recensement, la sauvegarde et surtout l’étude de l’architecture, particulièrement de l’architecture médiévale, ainsi que la mise à la disposition du public des connaissances ainsi acquises. Chaque membre est invité à rechercher à proximité de sa résidence les monuments et décorations architectoniques qui existent encore ou ceux que des fouilles auraient mis au jour, d’en faire l’historique, d’en constater l’âge ou l’état de dégradation, de les dessiner s’il le peut et de faire parvenir à la société des observations sur les moyens de les conserver. Les résultats des recherches menées par les membres de la société sont ensuite publiés dans les Mémoires14. La création d’un musée est projetée.

18Les autres sociétés fonctionnent de la même manière. Les statuts de l’association normande prévoient une assemblée générale annuelle dans une ville de Normandie, la publication d’un annuaire et l’esquisse d’un projet de statistique générale de la province. La Société des antiquaires de France organise, on l’a dit, des congrès annuels dans une ville nouvelle et une nouvelle revue, le Bulletin monumental, est créée à partir de 1835 afin d’assurer la liaison entre les antiquaires provinciaux et de rendre compte des congrès, avant que ceux-ci fassent l’objet d’une publication séparée.

19Outre des réunions régulières, la principale activité des sociétés est la publication de leurs travaux. Le nombre de publications est, dans tous les domaines, absolument considérable : outre les Mémoires des diverses sociétés, beaucoup de membres des sociétés font paraître plusieurs ouvrages sur les sujets les plus divers, qui sont presque toujours publiés à compte d’auteur. Les assemblées, congrès et assises scientifiques donnent lieu également à des publications.

20Celles-ci sont assurées à Caen par l’imprimeur-éditeur Chalopin, spécialisé dans la littérature de colportage et les livres pieux. La maison est dirigée par Antoine Chalopin, ancien camarade de collège de Caumont, puis par Hardel après la mort de Chalopin en 1832, puis enfin par Le Blanc, gendre du précédent, à partir de 1864. Chalopin installe en 1830 la première presse lithographique de Normandie, ce qui permet à Caumont de faire imprimer sur place les dessins et les cartes géologiques qu’il devait jusque-là faire imprimer à Paris. À partir de 1840, Caumont a recours à la gravure sur bois, plus économique, car elle permet de conserver les matrices et de les réutiliser.

  • 15 B. Huchet, « Arcisse de Caumont », p. 105.
  • 16 C’est le cas en 1862, où la Société française d’archéologie distribue 1 500 ouvrages : Arch. nat., (...)

21La diffusion des publications s’effectue en partie en circuit fermé, puisque les membres contractent en adhérant l’obligation d’acheter les volumes publiés. Ils contribuent aussi à une diffusion locale en recevant cinq ou six exemplaires et en les vendant de la main à la main, ce qui permet d’économiser les frais d’envoi. Les libraires participent également au travail de diffusion. Outre Hardel à Caen, la maison Frère met en vente les mémoires en payant à la société six exemplaires sur treize, les sept autres, valant six, étant réglés après leur vente moyennant une commission prélevée par le libraire. À Paris, Caumont, comme d’autres membres de sociétés savantes provinciales, laisse en dépôt ses ouvrages et recueils à la librairie Lance, située à côté de la Bibliothèque royale, rue des Petits-Champs, reprise par Derache en 1835. La librairie assure la liaison entre les sociétés et leurs membres résidant à Paris ou dans les régions éloignées. On peut y procéder à des échanges entre publications provinciales15. Caumont n’hésite pas, en outre, à procéder à des distributions gratuites d’ouvrages illustrés d’archéologie16. Aux ouvrages d’érudition s’ajoutent les nombreuses revues éditées par les sociétés : Caumont participe ainsi à la fondation du Journal de Caen, du Journal de Falaise, de la Revue normande enfin, qui a pour ambition d’offrir tous les quatre mois une somme à caractère encyclopédique sur la Normandie, mais qui n’a qu’une brève existence.

La diffusion des connaissances : une ambition pédagogique

  • 17 A. de Caumont, Abécédaire ou rudiments d’archéologie.
  • 18 Ibid., t. I, Introduction, p. IV.

22La diffusion des publications savantes est certes limitée, et plus encore celle des ouvrages publiés par beaucoup d’antiquaires locaux. Mais la démarche des antiquaires est bien de toucher un public aussi large que possible. L’œuvre de Caumont comporte d’emblée une dimension pédagogique dont porte la trace le titre de son principal ouvrage, le Cours d’antiquités monumentales, qui a d’abord été conçu sous la forme de leçons orales. Le libraire Derache prépare le lancement de l’ouvrage en envoyant systématiquement des prospectus annonçant la parution des divers volumes du Cours aux auteurs de publications archéologiques qu’il relève dans le Journal de la librairie. Le nombre d’exemplaires vendus est certes modeste, mais le quatrième tome, consacré au Moyen Âge, est réédité avec le cinquième volume en 1836, 1837, 1838 et 1841 sous le titre Histoire sommaire de l’architecture religieuse, civile et militaire du Moyen Âge. Surtout, l’ensemble du Cours reparaît avec quelques modifications entre 1851 et 1862 sous le titre de Abécédaire ou rudiment d’archéologie, dont le premier volume est consacré à l’architecture religieuse du Moyen Âge, le second à l’architecture civile et militaire et le troisième à la période gallo-romaine17. L’ambition vulgarisatrice de l’ouvrage est soulignée par Caumont en introduction : « Je travaille ici pour ceux qui ne savent rien, pour ceux qui n’ont pas encore épelé dans les grands livres18. » La série est rééditée en 1869-1870. Illustrés de gravures sur bois, ces livres contribuent plus que tout autre publication à la diffusion des idées de Caumont.

  • 19 Selon une lettre de Caumont à Moreau, directeur de La Quotidienne, 15 janvier 1836, Bib. mun. Rouen
  • 20 Bulletin monumental, t. III, p. 343-368.
  • 21 A. de Caumont, Histoire de l’architecture religieuse au Moyen Âge : ouvrage destiné à l’enseignemen (...)
  • 22 J. Brune, Résumé du cours d’archéologie professé au séminaire de Rennes, suivi de notices historiqu (...)
  • 23 J. Bourassé, Archéologie chrétienne, p. 121-122.
  • 24 A. de Caumont, Archéologie des écoles primaires.

23Caumont s’efforce d’élargir également le public concerné par ses publications en s’efforçant de toucher un public particulier, le public ecclésiastique. Les édifices cultuels étant placés sous la tutelle artistique et financière du ministère des cultes, les services diocésains d’architecture ont dans leurs attributions les travaux exécutés dans les églises paroissiales. Caumont envoie personnellement à tous les séminaires de Normandie et des régions voisines des exemplaires de son Cours, en espérant que son enseignement y serait diffusé. Il rencontre un succès relatif. L’évêque de Bayeux, Dancel Du Tot, incite dans ses mandements les séminaires de son diocèse à donner un supplément de formation dans ce domaine ; en 1836, selon Caumont, quatre abbés professent ses théories en Normandie et dans la Sarthe19. En 1837, l’abbé Chevreau, enseignant au grand séminaire du Mans, explique dans un rapport que le prêtre, gardien de l’église, doit savoir la décrire et en apprécier la valeur artistique et historique20. Caumont fait réimprimer spécialement à l’intention des séminaires le quatrième volume de son cours en 184121, tandis que de nombreux manuels et compilations de ses écrits sont publiés à Paris ou dans les provinces en aggravant, selon les spécialistes, les erreurs de l’auteur. En Bretagne, le chanoine Brune publie un manuel d’archéologie religieuse, qu’il professe au séminaire de Rennes pendant neuf ans22. À Tours, l’abbé Bourassé, membre de la société française d’archéologie, de la société archéologique de Touraine et professeur d’archéologie au petit séminaire de Tours, publie en 1841 une Archéologie chrétienne23. Caumont se soucie enfin de faire connaître ses idées auprès des élèves adultes de l’école élémentaire en publiant en 1868 dans un format in-dix-huit une Archéologie des écoles primaires24.

24Les activités des sociétés savantes ne se limitent pas au travail de publication des travaux entrepris par leurs membres. Caumont développe un enseignement oral sous forme de conférences, de leçons, de visites sur le terrain. Dès l’époque de sa jeunesse, en 1820-1821, il forme une sorte de cercle d’enseignement mutuel qui réunit ses compagnons d’étude, la Société d’émulation des sciences et des belles-lettres.

  • 25 Lettre à Frédéric Galeron, 17 mars 1829, Arch. dép. Calvados, F 6020.

25En 1829, il met sur pied des conférences littéraires et scientifiques, qu’il aurait voulues, à l’instar de celles organisées par la société d’émulation de Rouen, ouvertes à tous, se chargeant lui-même des leçons d’archéologie. Il veut, explique-t-il, attirer les jeunes gens, leur donner les éléments qui leur manquent, faire de ces réunions une école préparatoire où l’on fait ses preuves avant d’être admis dans l’une des sociétés littéraires25. Mais il est décidé par les instances dirigeantes que seuls les membres titulaires pourraient s’abonner au cercle. Caumont parvient tout de même à attirer une soixantaine d’auditeurs au cours d’antiquités qu’il professe à Caen selon des méthodes bien spécifiques. Les leçons orales s’appuient sur des dessins, comme il l’écrit à son ami Frédéric Galeron :

  • 26 Arch. dép. Calvados, F 6020, 15 octobre 1829.

« Je chercherai toujours à parler aux yeux en même temps qu’à l’esprit, et je fais une suite de dessins forts grands, où les formes caractéristiques de chaque groupe seront exprimées26. »

26Ces leçons sont en outre complétées par des visites faites aux églises et aux monuments de la région. Le cours prend fin en décembre 1830, après une dernière séance consacrée à la visite de Saint-Pierre de Caen.

  • 27 A. de Caumont, « Rapport verbal d’une excursion faite dans l’Orléanais en 1857 », Mémoires de la So (...)

27Caumont instaure ainsi la tradition des visites sur le terrain, qui sera poursuivie par lui-même et par ses successeurs. En 1857, il organise une excursion dans l’Orléanais, où il visite en compagnie de ses confrères les cryptes de Saint-Avit et de Saint-Aignan et s’efforce d’en préciser la datation en s’appuyant sur la forme des chapiteaux, qu’il fait dessiner, et sur les légendes locales. L’excursion s’achève sur la visite du musée d’Orléans27. Les méthodes de Caumont, fondées sur la visite in situ et le dessin, sont du reste reprises par les religieux professant dans les séminaires.

  • 28 C. Gervais, Musée de la Société des antiquaires de Normandie : catalogue et description des objets (...)

28Ces activités sont naturellement prolongées par la naissance du musée de la société des antiquaires de Normandie, créé lorsque les objets accumulés dans le pavillon où avaient lieu les séances, rue Daniel Huet à Caen, sont transposés dans l’ancien collège du Mont et montrés au public en 1860. C’est à cette occasion qu’est réalisé le seul catalogue imprimé du musée, comprenant 762 numéros classés par grandes périodes chronologiques : colonnes, sarcophages, moulages de sculptures, collections lapidaires, objets divers, et même la façade d’une maison du xvie siècle, remontée dans la cour. Une bibliothèque y est associée28.

  • 29 A. de Caumont, « Création de bibliothèques dans les communes rurales », cité par V. Juhel, « Arciss (...)

29En outre, Caumont conçoit dès 1824 un plan prévoyant la création de quatre-vingt-cinq bibliothèques rurales dans le seul département du Calvados, chaque bibliothèque étant installée au chef-lieu de canton et disposant d’un choix de vingt-cinq ouvrages portant sur l’agriculture, la morale, mais aussi l’histoire, mis gratuitement à la disposition des lecteurs29. Le projet n’aboutira pas, mais l’Association normande soutiendra la création de bibliothèques rurales.

30Si le nombre de membres réellement actifs des sociétés que Caumont a fondées est limité, les divers congrès qu’il organise rencontrent un succès populaire incontestable, même si les adhésions qu’ils suscitent sont pour une part temporaires. À Strasbourg, en 1842, 1 008 membres sont présents au congrès scientifique, qui s’étend sur dix jours ; quatre-vingt-neuf séances de sections et vingt-deux séances générales ont lieu, tandis que cent dix-sept mémoires sont présentés. Le congrès de Reims, en 1845, réunit quant à lui 1 078 membres. Ces réunions sont aussi de véritables fêtes populaires. Tous les témoins ont souligné leur succès et l’étonnant déploiement de fastes qui les accompagnent : entrées triomphales dans les villes, rosettes multicolores, drapeaux, fanfares, lanternes vénitiennes, décharges d’artillerie, promenades aux flambeaux, banquets et toasts, qui déconcertent parfois certains participants. À Lyon, en 1841, raconte Caumont, le congrès descend le Rhône jusqu’à Vienne sur deux bateaux à vapeur, richement pavoisés d’écussons et de pavillons aux armes de toutes les nations européennes :

  • 30 F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », p. 1554-1555.

« Ils avaient à peine levé l’ancre, au bruit du canon, qu’une musique militaire et des chœurs, qui devaient chanter toute la traversée des hymnes composés pour la fête, faisait retentir les coteaux voisins30. »

  • 31 Ibid.

31Sur les rives du fleuve, les congressistes sont salués à maintes reprises par les décharges de mousqueterie de la Garde nationale et acclamés par les populations, en la présence desquelles Caumont voit « la preuve de la sympathie qui anime la province pour ceux qui, comme les membres du Congrès scientifique, travaillent à élargir le cercle étroit de la centralisation scientifique et littéraire31 ». Au-delà des formes de sociabilité propres à ce type de manifestations, ces fastes révèlent une part de la France provinciale fière de participer ainsi aux progrès du genre humain.

32Caumont et les antiquaires normands s’emparent enfin d’un moyen particulier de diffusion de leurs idées, les guides et descriptions touristiques. Avant que soient éditées, au milieu du siècle, des séries comme le guide Joanne, les éditeurs-libraires situés dans les villes provinciales ou à Paris font paraître, avant même l’apparition du chemin de fer, de nombreux guides destinés aux voyageurs. Ces guides comportent des indications pratiques, mais aussi indiquent les curiosités locales, les points de vue, les promenades qu’on peut y faire. La Normandie se distingue, dans cette perspective, par la précocité des pratiques touristiques qu’on y accomplit, en particulier les bains de mer, et des publications qui les accompagnent. Certains de ces guides sont consacrés, suivant une tradition ancienne, à la description d’un itinéraire, d’autres à la description des villes et des localités, d’autres, avec plus d’ampleur, se consacrent à la région tout entière. Pour les rédiger, les éditeurs font naturellement appel aux membres des sociétés savantes locales, comme du reste l’avaient fait les préfets pour réaliser pendant la période napoléonienne la Statistique de la France. Arcisse de Caumont est prompt à s’emparer de ce mode de diffusion. Dans l’introduction de sa Statistique routière de Normandie, publiée en 1842, il écrit :

  • 32 A. de Caumont, Statistique routière de Normandie, p. 3-4.

« J’avais, il y a quinze ans, réuni mes notes de façon à former un corps d’ouvrage que j’intitulais “Guide du voyageur en Normandie”. J’annonçai en 1827 la publication prochaine de cet opuscule, et l’empressement que l’on mit à accueillir mon projet me confirma dans la persuasion où j’étais qu’un guide du voyageur, tel que je l’avais conçu, serait une chose utile32. »

  • 33 T. de Jolimont, Monuments les plus remarquables de la ville de Rouen.

33Outre cet ouvrage, Caumont rédige une Statistique routière de Caen à Rouen, ainsi que deux guides destinés aux baigneurs de la côte du Calvados, dont un Guide du baigneur aux environs de Trouville en 1850 et de nombreuses descriptions de promenades ou excursions. À côté de remarques qui relèvent d’une curiosité encyclopédique et qui amènent les auteurs à exposer les méthodes agricoles utilisées ou à faire une visite de la prison locale, ces ouvrages se penchent longuement sur les vestiges et les paysages, qui sont d’ailleurs étroitement associés. Caumont ne manque pas dans ces publications d’expliquer au voyageur les caractéristiques des édifices rencontrés et ses théories sur le passage du roman au gothique. À ces guides, souvent ornés d’illustrations, s’ajoutent de grands ouvrages illustrés de gravures ou de lithographies publiés à Paris, comme les Monuments les plus remarquables de la ville de Rouen de Théodore de Jolimont en 182233.

 

  • 34 C. Nodier et al., Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France : ancienne Normandie.
  • 35 V. Hugo, « Guerre aux démolisseurs ».

34Peut-on ainsi mesurer l’influence de l’érudition normande dans et hors de la province ? L’école normande est une source de connaissance et d’inspiration pour toute la génération romantique, nombreuse à faire le voyage de Normandie et à en tirer les fruits dans leurs propres publications. Nodier est le premier, en consacrant à la Normandie le premier tome de ses Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France en 182034, suivi par beaucoup d’autres : Hugo, avec Notre-Dame de Paris, Sainte-Beuve, Michelet, Viollet-Le-Duc. Caumont parvient à sensibiliser les élites à la sauvegarde des monuments, comme en témoigne le célèbre article de Hugo publié en 1832 par la Revue des deux mondes, « Guerre aux démolisseurs35 ».

  • 36 J. Hubert, « Leçon d’ouverture du cours d’archéologie du Moyen Âge à l’École des chartes ».
  • 37 B. Huchet, « Arcisse de Caumont », p. 105.

35Les théories de l’école normande concernant l’architecture religieuse médiévale demeurent la base des classements entrepris ultérieurement par les spécialistes. Les recherches de Caumont inspirent le travail de Jules Quicherat, le fondateur de l’archéologie critique, chargé en 1847 par le ministre Salvandy d’enseigner l’archéologie à l’École des chartes et qui reprend, outre la classification qui distingue le style roman du style gothique, la méthode d’observation sur le terrain36. Le Cours d’antiquités monumentales et les Abécédaires seront les seuls guides des archéologues français jusqu’à la parution du Manuel d’archéologie française de Camille Enlart en 1902. Si le Cours connaît des ventes modestes, les Abécédaires ont un succès certain : en 1870, 15 000 exemplaires auront été vendus37.

  • 38 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, p. 107-127.
  • 39 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chap. IV, p. 125-165.
  • 40 J.-M. Levesque, « Le mythe normand ».
  • 41 J.-P. Chaline, « Les fêtes du millénaire normand, Rouen 1911 » ; R. Dalisson, « La fabrique culture (...)

36Au-delà de ces cercles, Caumont est-il parvenu à insuffler le goût de l’histoire, le respect des monuments et du patrimoine, l’amour des paysages locaux à ses compatriotes provinciaux ? Le succès du mouvement érudit normand se mesure à sa pérennité : les effectifs cumulés des sociétés savantes provinciales et parisiennes, mesurés par Jean-Pierre Chaline, ne cessent d’augmenter au long du xixe siècle, pour connaître un apogée au début du xxe siècle avec près de 200 000 membres, dont plus de 8 000 pour la seule Seine-Inférieure. Cette montée en puissance s’accompagne d’une lente démocratisation de leur recrutement, où figurent désormais des salariés de la fonction publique ou parfois même du commerce38. Le succès des Assises scientifiques témoigne du goût d’un public qui relève sans doute des classes moyennes, au sens large, pour ce type de manifestation, ce dont Flaubert ne manque pas d’ailleurs de se moquer dans Bouvard et Pécuchet39. L’influence de l’érudition normande auprès de la population provinciale peut aussi se mesurer à l’hommage rendu par la ville de Falaise à Guillaume le Conquérant, qui y naquit. Une statue conçue par le sculpteur Louis Rochet et financée grâce à une souscription à laquelle participent beaucoup de Falaisiens, mais aussi le comte de Chambord et le prince Louis-Napoléon Bonaparte, est inaugurée le 26 octobre 1851 par Guizot, qui prononce son discours devant une foule réunissant près de 30 000 personnes40. Ce succès semble préfigurer celui des fêtes du millénaire normand, organisées à Rouen en 1911, marquées par un grand cortège historique où mille personnes costumées et quinze chars allégoriques défilent le 11 juin devant une foule comptant plusieurs centaines de milliers de personnes41.

37La Normandie offre ainsi l’exemple d’un foyer érudit provincial dont l’influence fut grande sur la capitale. La Normandie apparaît ainsi, dans une certaine mesure, comme l’exemple d’un renversement du rapport habituel entre Paris et la province : c’est ici la province qui entend nourrir Paris, grâce au dynamisme du mouvement érudit, mais aussi à la richesse exceptionnelle du patrimoine provincial. Caumont est représentatif d’une période, la première moitié du xixe siècle, et d’un milieu, les notables érudits provinciaux, qui demeurent des amateurs éclairés. La volonté de toucher le grand public n’est pas une spécificité dans la France provinciale, où des réseaux érudits semblables se développent, que ce soit dans le Nord ou en Lorraine, mais le Normand se distingue par son activisme vulgarisateur. Il révèle ainsi la place éminente de ces réseaux provinciaux dans la sensibilisation et l’éducation d’une fraction de la population dont l’importance ne peut être négligée.

Bibliographie

Bercé Françoise, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, vol. 1, Paris, Gallimard (Quarto), 1997, p. 1552-1553.

Bourassé Jean-Jacques (abbé), Archéologie chrétienne, ou précis de l’histoire des monuments religieux du Moyen Âge, Tours, Mame, 1867.

Brune Joseph (chanoine), Résumé du cours d’archéologie professé au séminaire de Rennes, suivi de notices historiques et descriptives sur les principaux monuments religieux du diocèse, Rennes, Vatar et Jausions, 1846.

Caumont Arcisse de, Cours d’antiquités monumentales : histoire de l’art dans l’ouest de la France depuis les temps les plus reculés jusqu’au xvie siècle, Caen, Chalopin, 1830-1841, 10 vol.

Caumont Arcisse de, Histoire religieuse de l’architecture au Moyen Âge : ouvrage destiné à l’enseignement de l’archéologie dans les séminaires et les écoles ecclésiastiques, Caen, Hardel, 1841.

Caumont Arcisse de, Statistique routière de Normandie : routes de Caen à Cherbourg et de Caen à Rouen, Paris, impr. Le Roy, 1842, 59 p.

Caumont Arcisse de, Abécédaire ou rudiments d’archéologie, Caen, Hardel, 1850-1862, 3 vol.

Caumont Arcisse de, Archéologie des écoles primaires, Caen, Le Blanc-Hardel, 1853.

Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, Paris, Éditions du CTHS, 1995.

Gervais Charles, Musée de la Société des antiquaires de Normandie : catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes exposés au musée, Caen, Le Blanc-Hardel, 1864.

Guillet François, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Études normandes, 2000.

Hubert Jean, « Leçon d’ouverture du cours d’archéologie du Moyen Âge à l’École des chartes », Bibliothèque de l’École des chartes, 1955, no 113, p. 171-184.

Huchet Bernard, « Arcisse de Caumont », thèse, Paris, École nationale des chartes, 1984.

Humbaire Bernard, « Une académie savante au xixe siècle : la Société d’archéologie d’Avranches (1835-1891) », thèse, Paris, université Paris VI, 1986.

Hugo Victor, « Guerre aux démolisseurs », Revue des deux mondes, t. V, 1832.

Jolimont Théodore Basset de, Monuments les plus remarquables de la ville de Rouen, Paris, Leblanc, 1822.

Juhel Vincent (dir.), Arcisse de Caumont (1801-1873), érudit normand et fondateur de l’archéologie française, actes du colloque international organisé à Caen du 14 au 16 juin 2001, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 2004.

Juhel Vincent, « Arcisse de Caumont, un communicateur-né ? », dans Juhel V. (dir.), Arcisse de Caumont (1801-1873), érudit normand et fondateur de l’archéologie française, actes du colloque international organisé à Caen du 14 au 16 juin 2001, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 2004, p. 219-251.

Levesque Jean-Marie, « Le mythe normand », dans D’Onofrio Mario, Les Normands, peuple d’Europe, 1030-1200, recueil d’études et catalogue de l’exposition tenue à Rome et Venise en 1994, Paris, Flammarion, 1994, p. 75-81.

Nodier Charles, Taylor Isidore, Cailleux Alphonse de, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France : ancienne Normandie, Paris, Gide fils, 1820.

Parsis Odile, La province antiquaire : l’invention de l’histoire locale en France (1800-1870), Paris, Éditions du CTHS, 2011.

Tudesq André-Jean, Les grands notables en France (1840-1849), Presses universitaires de France, 1964.

Notes

1 A. de Caumont, Cours d’antiquités monumentales, p. 4.

2 F. Guillet, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d'une image régionale en France, 1750-1850 ; O. Parsis, La province antiquaire : l'invention de l'histoire locale en France, 1800-1870.

3 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France.

4 A. Le Prévost, « Circulaire de M. le directeur de la Société des antiquaires de la Normandie à MM. les membres titulaires de cette société », p. 1.

5 A. de Caumont, « Prospectus ».

6 Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. I, 1824.

7 B. Humbaire, « Une académie savante au xixe siècle : la Société d’archéologie d’Avranches (1835-1891) ».

8 Selon A. J. Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849).

9 Le Temps, décembre 1829, cité par B. Huchet, « Arcisse de Caumont », p. 94.

10 Annuaire normand, 1835, p. 1.

11 « Lettre du secrétaire général de l’Association, M. Daniel », Annuaire normand, 1835, p. IV.

12 Ce dont témoigne, par exemple, son Essai sur la topographie géognosique du Calvados.

13 A. Le Prévost, prospectus du Cours d’antiquités monumentales d’Arcisse de Caumont, p. 3.

14 Statuts de la Société des antiquaires de Normandie, art. II, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. I, 1824.

15 B. Huchet, « Arcisse de Caumont », p. 105.

16 C’est le cas en 1862, où la Société française d’archéologie distribue 1 500 ouvrages : Arch. nat., F17 17181.

17 A. de Caumont, Abécédaire ou rudiments d’archéologie.

18 Ibid., t. I, Introduction, p. IV.

19 Selon une lettre de Caumont à Moreau, directeur de La Quotidienne, 15 janvier 1836, Bib. mun. Rouen.

20 Bulletin monumental, t. III, p. 343-368.

21 A. de Caumont, Histoire de l’architecture religieuse au Moyen Âge : ouvrage destiné à l’enseignement de l’archéologie dans les séminaires et les écoles ecclésiastiques.

22 J. Brune, Résumé du cours d’archéologie professé au séminaire de Rennes, suivi de notices historiques et descriptives sur les principaux monuments religieux du diocèse.

23 J. Bourassé, Archéologie chrétienne, p. 121-122.

24 A. de Caumont, Archéologie des écoles primaires.

25 Lettre à Frédéric Galeron, 17 mars 1829, Arch. dép. Calvados, F 6020.

26 Arch. dép. Calvados, F 6020, 15 octobre 1829.

27 A. de Caumont, « Rapport verbal d’une excursion faite dans l’Orléanais en 1857 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, cité par F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes ».

28 C. Gervais, Musée de la Société des antiquaires de Normandie : catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes exposés au musée.

29 A. de Caumont, « Création de bibliothèques dans les communes rurales », cité par V. Juhel, « Arcisse de Caumont, un communicateur-né ? », p. 243.

30 F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », p. 1554-1555.

31 Ibid.

32 A. de Caumont, Statistique routière de Normandie, p. 3-4.

33 T. de Jolimont, Monuments les plus remarquables de la ville de Rouen.

34 C. Nodier et al., Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France : ancienne Normandie.

35 V. Hugo, « Guerre aux démolisseurs ».

36 J. Hubert, « Leçon d’ouverture du cours d’archéologie du Moyen Âge à l’École des chartes ».

37 B. Huchet, « Arcisse de Caumont », p. 105.

38 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, p. 107-127.

39 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chap. IV, p. 125-165.

40 J.-M. Levesque, « Le mythe normand ».

41 J.-P. Chaline, « Les fêtes du millénaire normand, Rouen 1911 » ; R. Dalisson, « La fabrique culturelle d’une petite patrie sous la IIIe République : le cas du millénaire normand de 1911 ».

Auteur

Professeur d’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Lakanal (Sceaux)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access