Introduction

Michel Sot

1Des nombreuses contributions au 143e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques tenu à Paris en 2018 et consacré à la transmission des savoirs, on a retenu pour ce volume, organisé en quatre parties, un certain nombre d’articles consacrés aux pratiques de la médiation des savoirs. On s’intéresse d’abord à l’acte social de transmission, chez l’artisan, dans la grande entreprise européenne et dans la coopérative en Afrique. Puis on en vient au rôle des savants de terrain et des sociétés savantes, dont nous sommes les héritiers, dans la recherche et dans la diffusion des connaissances qu’ils ont élaborées aux xixe et xxe siècles en France. Notre attention est ensuite attirée sur la mémoire orale, jusqu’à aujourd’hui, pour recueillir et fixer des savoirs avant qu’ils s’effacent, tandis que les écrits deviennent archives, méthodiquement classés et analysés. Enfin il a paru opportun de rappeler que la transmission des savoirs ne s’opère pas seulement à l’intérieur d’une même culture, mais aussi d’une culture à l’autre, que ce soit dans le temps long du passage de l’Antiquité au Moyen Âge ou dans l’espace large des contacts entre l’Europe et la Chine au xviie ou au xxe siècle, ou entre la France et la Russie de 1911 à 1918.

2On peut donc voir ici comment à Lyon, au xviie siècle, l’apprentissage est soigneusement régi par des textes précis et comment les nombreuses difficultés d’applications sont portées en justice ou réglées à l’amiable. Dans les grandes entreprises d’aujourd’hui, on a préféré parler de professionnalisation plutôt que d’apprentissage, cultivant une relation de transmission entre un professionnel expérimenté et son successeur. Au Gabon, les coopératives apportent aux paysans des savoir-faire techniques et organisationnels qui sont reçus en partie de l’intérieur et en partie de l’extérieur, et qui contribuent au développement.

3Avec l’archéologue Arcisse de Caumont, on pénètre ensuite dans l’érudition normande et dans la France savante du xixe siècle, qui entend bien n’être pas seulement parisienne et fait ce qu’il faut pour cela, publiant des guides et des ouvrages de vulgarisation, organisant des manifestations culturelles à l’influence considérable sur la bourgeoisie et les intellectuels. Parmi les animateurs de ce grand mouvement, les conservateurs de musées de province, très souvent membres de sociétés savantes, jouent un rôle capital, parallèle à celui de l’école sous la Troisième République. Dès la monarchie de Juillet, l’excursion archéologique était devenue la déclinaison scientifique du « voyage pittoresque et romantique », avec des comptes rendus qui constituent un véritable genre littéraire, alliant la description archéologique à l’émotion poétique. Les pratiques des sociétés savantes des xxe et xxie siècles s’inscrivent dans cette filiation, tandis que les normes scientifiques officielles évoluent, ce qui peut amener des difficultés comme dans le cas des grottes préhistoriques de Montmaurin, mais aussi une renaissance, comme pour les publications de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis.

4Il est trop souvent admis que la transmission de la littérature populaire, ici alsacienne, a été orale. De fait, elle est tout autant écrite, dès le xive siècle en partie, et systématiquement avec les folkloristes du xixe. Mais on assiste aujourd’hui au renouveau d’une oralité populaire, par la télévision en particulier. Il n’est pas sans intérêt de constater l’acuité de la transmission orale en Égypte contemporaine des souvenirs de l’inauguration du canal de Suez. La mémoire est souvent liée à des lieux. L’expérience de la visite commentée « Marie Curie, le Panthéon et le quartier », à laquelle un nombreux public curieux de science a pris part, est, à cet égard, significative. Mais pour cultiver la mémoire et passer à l’histoire, il faut des archives, et les archives posent des problèmes de gestion : c’est ce qu’on peut observer avec les familles nobles sous l’Ancien régime au Portugal, quand la diplomatique et la paléographie deviennent des disciplines universitaires, à la fin du xviiie siècle. Une réflexion méthodique sur la double médiation des archives conclut cette troisième partie.

5La grammaire latine a été codifiée à Rome au ive siècle par un Africain, dont l’œuvre est reprise par les savants carolingiens au ixe siècle. Elle leur a été transmise via l’Italie et l’Espagne, mais surtout via l’Angleterre et l’Irlande, où le latin était une « langue étrangère ». La transmission des savoirs pose donc des questions internationales et interculturelles. Les savants astronomes du xviie siècle, Cassini en particulier, s’impliquent dans de nombreuses expéditions lointaines, et des jésuites mathématiciens et astronomes sont envoyés par Louis XIV en Chine : le but est d’établir la carte du monde. De façon plus prosaïque, on retrouve des Chinois en France entre 1917 et 1919 : 140 000 d’entre eux travaillent au service de l’armée française et de l’armée anglaise, ce qui pose la question des interprètes pour la transmission des ordres et donc pour l’efficacité, mais aussi celle d’une rencontre possible des cultures. C’est pour promouvoir une coopération scientifique franco-russe qu’un Institut français avait été fondé à Pétrograd en 1911. Pendant la Première Guerre mondiale, sous l’impulsion de Jean Patouillet, son directeur, il devient un organe de propagande politique, forme évidemment particulière de transmission du savoir.

Auteur

Michel Sot

Professeur émérite à Sorbonne Université, membre de la section Histoire et philologie des civilisations médiévales du CTHS