Desktop versionMobile version

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

Imitations et appropriations symboliques : l'animal comique et l'animal-signe

La revanche des animaux couards. Lièvres, lapins et escargots dans l’art médiéval : aspects moraux et comiques

Florian Meunier

Abstract

À travers les exemples des reliefs romans du chevet de l’abbatiale impériale (Kaiserdom) de Königslutter près de Brunswick (Basse-Saxe), des reliefs des cathédrales gothiques de Chartres, Paris et Amiens ainsi que de manuscrits enluminés, on peut s’interroger sur le thème de l’inversion des valeurs chevaleresques lorsque lièvres et escargots capturent le chasseur ou mettent en déroute le guerrier. Parmi les explications possibles, celle des vices et des vertus semble primer, et l’on peut penser que la vis comica sert l’exemplum moral à partir d’un substrat remontant à l’époque de la loi salique.

Full text

L’auteur tient à remercier M. Pierre-Yves Le Pogam pour l’aide précieuse et les exemples qu’il lui a fournis.

  • 1 Cf. M. Pastoureau, L’ours, histoire d’un roi déchu.

1Face aux animaux puissants qui forment la matière principale des études d’histoire, d’histoire de l’art, de l’onomastique et de l’héraldique du Moyen Âge1, les animaux couards et peureux, en particulier le lapin, le lièvre et l’escargot ont été peu représentés et peu cités. Ils apparaissent d’autant plus fortement dans les scènes de monde inversé et l’on peut mieux saisir à cette occasion le caractère symbolique de la couardise, selon un mode qui apparaît aujourd’hui tantôt inquiétant, tantôt comique.

  • 2 Pour le lièvre, le mot viendrait de l’ibère avant de passer en latin en lepus, leporis ; p (...)

2Est-il utile de rappeler que le lapin sauvage et le lièvre sont difficilement reconnaissables dans les représentations médiévales, mais ont de tout temps symbolisé la peur et la fuite sous deux formes très proches ? Le lapin de garenne vit dans des terriers où il se hâte de se réfugier par bonds successifs. Le lièvre incarne davantage encore la fuite devant l’ennemi, car son gîte est un simple renfoncement naturel du terrain, d’où il est contraint de partir lorsque l’homme ou le prédateur arrive, et semble courir sans but devant son ennemi. On peut ajouter que les racines des mots français « lièvre » et « lapin » seraient liées2 et que l’un des rares titres de gloire du lièvre est d’avoir donné son nom français à un chien de course spécialisé dans sa chasse, le lévrier, avec la levrette sa femelle.

  • 3 Cf. V. H. Debidour, Le bestiaire sculpté du Moyen Âge en France, exemples gothiques de Lyo (...)
  • 4 Léon de Laborde a relevé vingt-cinq occurrences de lapins (connins) décoratifs dans (...)
  • 5 Musée du Louvre, département des Objets d’art, coupe ou hanap à ombilic, Paris, vers 1350, (...)
  • 6 Pour l’Antiquité : Bec de fontaine en bronze représentant un lapin, musée archéologique de (...)

3Peu de représentations sont centrées sur le lapin ou le lièvre et leur présence même au sein de groupes d’animaux est rare dans l’art roman3 : on en trouve un rare exemple au sommet du portail de Saint-Ours de Loches. On peut avoir l’impression qu’à la fin du Moyen Âge, ces animaux sont un peu plus souvent pris pour thème dans les émaux translucides de l’orfèvrerie princière disparue4, les rinceaux des portails flamboyants, les tapisseries millefleurs dont la célèbre tenture de la Dame à la Licorne du musée de Cluny et exceptionnellement sur les clefs de voûtes (dont un exemple à l’hôtel de Cluny) et dans les fenestrages avec le motif giratoire des trois lièvres aux deux oreilles chacun (Dreihasenfenster du cloître de la cathédrale de Paderborn). Dans la plupart des cas cependant, ces animaux semblent représentés d’un point de vue purement décoratif au même titre que la flore, comme en témoigne aussi le plat du Louvre du xive siècle dont le centre représente un lapin poursuivi par un chien au sein d’une scène dans les bois dont l’émail vert a disparu5. Il est difficile de suivre le thème du lapin et du lièvre avant les xiiie et xive siècles où le thème de la nature est particulièrement bien illustré, sans parler de l’Antiquité où les représentations en sont rares6.

Le chasseur ligoté par deux lièvres à Königslutter am Elm

  • 7 Sur maître Niccolò : J.-R. Gaborit, « Niccolo, maître (première moitié xiie siècle) », E (...)

4L’abbatiale impériale ou Kaiserdom de Königslutter am Elm, située dans la partie orientale du Land de Basse-Saxe, présente une frise sculptée romane relativement méconnue en France. Son sens n’a pu véritablement être précisé avec certitude. En revanche, le contexte du commanditaire et de l’artiste est bien défini : il s’agit d’une construction royale et impériale de Lothaire III, mort en 1137, poursuivie sous le duc de Saxe Henri le Lion, qui fit de Brunswick, principale ville de la région, sa capitale avant d’être déchu par Frédéric Barberousse. L’architecture est exceptionnelle par sa qualité et ses dimensions qui sont celles d’une grande abbaye ou d’une cathédrale ; l’équilibre parfait des masses, la perfection géométrique renforcée par la mise en œuvre des pierres sont remarquables dans l’art roman germanique ; ce sont des qualités que Königslutter partage avec le Neuwerk de la ville impériale voisine de Goslar. Quant au style des reliefs de la chasse de Königslutter, ils ont été rapprochés à juste titre de ceux du tympan de Saint-Zénon de Vérone, signé par maître Niccolò (Nicholaus) en 1138 : les mêmes reliefs d’animaux qu’à Königslutter s’y trouvent sculptés, mais indépendamment les uns des autres et sans ordre discernable7.

5La scène de chasse du chevet de Königslutter (fig. 1) apparaît remarquablement hiérarchisée et organisée en deux moitiés symétriques, les personnages et animaux courant des extrémités de l’abside vers le centre de la composition, associant de chaque côté quatre reliefs d’une scène de chasse normale à l’unique scène de chasse à l’homme, au centre. Placés sous les arcatures, les reliefs sont séparés entre eux par des rosaces décoratives.

Fig. 1. - Königslutter (Basse-Saxe), chevet de l’abbatiale, vue d’ensemble.

Fig. 1. - Königslutter (Basse-Saxe),             chevet de l’abbatiale, vue d’ensemble.

© Cliché F. Meunier.

6En partant de la gauche (ou de dextre) vers le centre, on trouve : un chasseur sonnant de la trompe, un chien mordant un sanglier au col, un chien de chasse seul, un cerf. De l’autre côté, de la droite vers le centre, sont représentés : un autre chasseur sonnant de la trompe, un chien seul, un chien saisissant un lièvre au col, un chasseur tenant un bâton auquel est suspendu un lièvre (fig. 2).

Fig. 2. - Königslutter, détail de la scène de chasse.

Fig. 2. - Königslutter, détail de la             scène de chasse.

© Cliché F. Meunier.

  • 8 Ces sculptures, malgré l’érosion qui semble leur conférer une ancienneté, auraient (...)
  • 9 Sur la chasse inversée dans l’enluminure au xive siècle, voir J. Wirth, « Problèmes de m (...)

7Au centre (fig. 3), un homme est allongé, pieds liés, et ligoté par deux lièvres qui enroulent des liens autour de ses poignets en les serrant entre leurs dents. Cette scène est le pendant inversé de celle qui la précède à droite (fig. 2). La position centrale et axiale au chevet de l’église impériale de cette représentation d’un homme capturé par des lièvres incite à y voir bien davantage qu’une drôlerie de marge comme on en trouve ensuite dans les manuscrits de la fin du Moyen Âge. Parmi les interprétations avancées, un sens moral pu être interprété : l’homme représenterait l’âme humaine prisonnière de ses vices représentés par les lièvres. Loin d’être univoque, cette scène de captivité, qui clôt de façon inversée et donc tragique l’ensemble de la scène de chasse, doit être rapprochée des lions qui supportent les colonnes du porche nord (le Löwenportal)8 : l’un d’eux tient sous ses pattes antérieures un homme barbu qui tente en vain de s’en extraire. Ce thème, remontant sans aucun doute à une lointaine tradition antique, se retrouve ailleurs en Europe ; il est spécialement bien illustré sous les colonnes du portail de l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard, sans que l’on puisse se prononcer sur la répartition symbolique entre le bien et le mal : si le mal est du côté animal à Königslutter, l’écart serait grand avec les représentations du lion emblématique du duc de Saxe Henri à la même époque. Pour rester dans le domaine germanique médiéval, les sculptures et les reliefs de l’abbaye d’Andlau (Bas-Rhin) présentent au xie siècle un thème proche, où monstres et animaux sauvages luttent avec des hommes. Quant aux reliefs en grande partie disparus de l’église de Marienhafe, dans la région allemande de la Frise, elles mettent en scène des animaux qui se substituent aux hommes dans une scène d’enterrement ou de veillée mortuaire, incitant là encore le fidèle à craindre l’idée d’un monde inversé9.

Fig. 3. - Königslutter, détail de la scène du chasseur et des deux lièvres, dans l’axe du chevet.

Fig. 3. - Königslutter, détail de la             scène du chasseur et des deux lièvres, dans l’axe du             chevet.

© Cliché F. Meunier.

  • 10 J. B. Kuck, Nikolaus, Lothar und der Teufel. Der Jagdfries am Dom zu Königslut (...)

8Pour compliquer encore la situation, le maître d’ouvrage, l’architecte ou le sculpteur – identifiable à un proche collaborateur de l’artiste italien Niccolò ou au maître lui-même – s’est targué de l’audacieuse singularité de cette réalisation dans une grande inscription, visible au-dessus des scènes en caractères latins inversés en miroir et à lire lettre à lettre de droite à gauche. Il y indique Hoc opus eximium vario celamine mirum sc(ulpsi) [ou] sc(ulptum est), ce qui peut se traduire par : « J’ai admirablement sculpté cette œuvre extraordinaire d’une ciselure variée ». Cette écriture spéculaire, qui précède celle de Léonard de Vinci, insiste sans doute encore sur le caractère inversé de la représentation de la chasse ; elle a aussi été interprétée comme une énigme dont la représentation de l’homme ligoté serait la solution (le prénom Nicolaus codé)10. Il reste que le sens théologique ou moral en reste obscur, mais ne semble pas dénué d’une gravité et d’une menace qu’on ne retrouve plus dans les scènes similaires des siècles suivants.

Les reliefs des cathédrales, du lapin à l’escargot

  • 11 Relief reproduit et commenté par M. Camille, Images dans les marges, p. 51, fi (...)
  • 12 Sur l’histoire de l’escargot en rapport avec les vices et la couardise, cf. l’analyse tr (...)

9Vices et vertus sont, depuis l’Antiquité, une source riche de représentations allégoriques, dont certaines mettent en scène des animaux. Aux médaillons des soubassements de portails occidentaux des cathédrales de Notre-Dame de Paris (fig. 4) et de Notre-Dame d’Amiens (fig. 5), vers 1210 et 1200, se retrouvent deux scènes très proches issues d’un même modèle, qui montrent un chevalier fuyant des animaux inoffensifs (lapin ou lièvre et oiseau) en abandonnant son épée, soit qu’il l’ait lâchée de frayeur, soit qu’il veuille courir plus rapidement. À la même époque, un fragment du jubé de Chartres propose, dans un écoinçon du signe zodiacal du Lion, symbole de force et de la terre, un autre chevalier abandonnant son bouclier, sa lance et son épée pour fuir, avec tous les autres animaux de la création, et même un dragon volant, devant un escargot11, animal davantage apprécié encore par les enlumineurs que par les sculpteurs12.

Fig. 4. - Notre-Dame de Paris, médaillon du soubassement du portail central de la façade.

Fig. 4. - Notre-Dame de Paris,             médaillon du soubassement du portail central de la façade.

© Cliché F. Meunier.

Fig. 5. - Cathédrale d’Amiens, médaillon du soubassement du portail Saint-Firmin.

Fig. 5. - Cathédrale d’Amiens,             médaillon du soubassement du portail Saint-Firmin.

© Cliché F. Meunier.

  • 13 J. Wirth, « Problèmes de méthode », dans J. Wirth, Les marges à drôleries des manuscrits (...)

10Les médaillons des portails de Paris et d’Amiens semblent tirés d’un même modèle dessiné ; le même type de composition se retrouve dans un médaillon de Rouen où le chevalier est remplacé par un bûcheron en fuite et les animaux par un arbre qui a retenu la cognée que l’homme y avait enfoncée. Dans les manuscrits, plusieurs scènes montrent le même schéma d’un homme lâchant ses armes devant un lièvre13.

  • 14 M. Camille, Images dans les marges.
  • 15 Somme de droit canon d’Innocent IV, Troyes, Médiathèque de l’agglomération troyenne, ms. (...)

11Popularisées par Michael Camille14, les scènes drolatiques des « marges » des cathédrales, au sens figuré, et celles des manuscrits, au sens propre, couvrent un vaste domaine aux xiiie et xive siècles. Propices aux représentations animales et au monde inversé, les marges sont riches en illustrations de chasses. Ce monde plaisant et subversif en même temps n’a sans doute pas nécessairement de portée morale ni religieuse et semble éloigné de la théologie que l’on devine sous-jacente au chevet roman de Königslutter. La forme des chasses, en revanche, reste stable avec les représentations de profil d’un lapin sautant sur l’échine d’un lévrier dans une Somme de droit canon attribuable au Midi et provenant de Clairvaux15.

  • 16 Pontifical de G. Durand, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 143, fol. 165, publié (...)

12Lièvre et escargot se trouvent réunis pour renforcer le caractère comique du monde inversé dans la marge d’un manuscrit. Dans le Pontifical avignonnais du xive siècle, publié à l’occasion de l’exposition de Troyes de 2004, le lièvre est devenu chasseur tandis que son chasseur habituel, le lévrier, lui sert de monture. Il tient sur son poing ganté, en guise de redoutable faucon, un escargot dressé sur sa coquille et qui sort ses antennes16.

Loi salique et exempla

13La loi salique et un exemplum illustrent, à deux époques éloignées, la force symbolique des animaux couards. La loi salique, en usage sous Clovis puis mise en forme sous Charlemagne, recensait les amendes infligées en cas d’insulte qui sont au nombre de sept, en un latin calqué sur la langue franque : la première insulte est l’insulte de cinitum ou cenitum interprétée comme Keinnutz, homme de rien, suivie de concatum ou conchagatum, la merde, puis de meretrix, la putain, vulpes ou vulpicula le renard, puis arrive lepus, le lièvre, parfois transcrit sous sa forme lebus, leboris :

Si quis alterum leporem clamaverit, CCXL denariis qui faciunt solidos VI culpabilis judicetur (si quelqu’un a traité autrui de lièvre, il sera condamné à verser deux cent quarante deniers qui font six sous).

14Suit une autre insulte de couardise :

  • 17 K. A. Eckhardt (éd.), Lex Salica, p. 228, (titre LXX, de convitiis).

Si quis alteri imputaverit quod scutum suum projecisset in hoste vel fugiendo prae timore, CXX denariis qui faciunt solidos III, culpabilis judicetur (si quelqu’un a dit d’autrui qu’il a jeté son bouclier devant l’ennemi ou en s’enfuyant à cause de la peur, il sera condamné à verser cent vingt deniers qui font trois sous).17

15La dernière insulte concerne les fausses accusations de dilator et falsator (délateur et faussaire). Les médaillons des cathédrales de Paris et d’Amiens semblent donc suivre au mot deux des insultes de cette liste. En ce qui concerne l’escargot qui fait fuir l’ensemble des autres créatures, un exemplum ou prêche espagnol indique la raison de l’association de l’escargot à la couardise :

  • 18 Odo de Ceritona (nom latin d’Eudes de Cheriton), Fabulae et parabolae, cité par F. (...)

« De même qu’au contact d’une paille ou d’une épine, les cornes de l’escargot se rétractent, de même un évêque s’enfuit et se cache au moindre danger. » (Fables d’Eudes de Cheriton, clerc anglais du xiiie siècle)18

16Cette importance des antennes dans le symbole du caractère craintif de l’escargot permet de comprendre pourquoi le jubé de Chartres met ce détail en valeur et, dans le même ordre d’esprit, pourquoi les lapins ou lièvres ont les oreilles si dressées lorsqu’ils font peur aux chevaliers de Paris et d’Amiens : les oreilles que les lapins et lièvres tiennent couchées lorsqu’ils ont peur ou courent se trouvent être comme les seules parties menaçantes de l’animal employé de façon comique.

 

17L’inversion des rôles entre l’animal et l’homme dans les scènes de chasse ou de représentation de la nature peut avoir dans l’art roman, à Königslutter, une portée symbolique menaçante dont la portée morale reste sujette à plusieurs interprétations. Aux portails et jubés de cathédrales gothiques au contraire, la position en marge de la composition principale permet d’instruire par le rire, en utilisant l’animal et en mettant en image des types de défauts humains de portée plus universelle que les proverbes, les fables et les fabliaux.

Bibliography

Besseyre Marianne, « L’alphabet de la Création : l’animal dans la Bible », Bestiaire du Moyen Âge. Les animaux dans les manuscrits, Paris, Somogy, 2004.

Camille Michael, Images dans les marges, Paris, Gallimard, 1997.

Debidour Victor-Henry, Le bestiaire sculpté du Moyen Âge en France, Paris, Arthaud, 1961.

Eckhardt Karl August (éd.), Lex Salica (Monumenta Germaniae Historica, Leges nationum Germanicarum, T. 4, partie II), Hanovre, Hahnschen Buchhandlung, 1969.

Ernout Alfred et Meillet Alfred, Dictionnaire étymologique de la langue latine, histoire des mots, Paris, Klincksieck, 2001.

Gaborit Jean-René, « Niccolo, maître (première moitié xiie siècle) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 4 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/niccolo-maitre/

Gosebruch Martin et Grote Hans-Henning, Königslutter und Oberitalien, Kunst des 12. Jahrhunderts in Sachsen, Brunswick, éd. Limbach, 1980.

Kuck Jürgen Bernhard, Nikolaus, Lothar und der Teufel. Der Jagdfries am Dom zu Königslutter als kosmisches Rätsel, Königslutter, 2007.

Laborde Léon de, Glossaire français du Moyen Âge à l’usage de l’archéologue et de l’amateur des arts précédé de l’inventaire des bijoux de Louis, duc d’Anjou, dressé vers 1360, p. 222, renvoyant à l’inventaire publié p. 1 à 114.

Lüders Adolf, Der Kaiserdom zu Stift Königslutter, 1904.

Moore Hunt Elizabeth, Illuminating the Borders of Northern French and Flemish Manuscripts, 1270-1310, New York, Routledge, 2006.

Pastoureau Michel, L’ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil (La Librairie du xxie siècle), 2007.

Rey Alain, Tomi Marianne, Hordé Tristan, Tanet Chantal, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998.

Ritz-Guilbert Anne, Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello, le Bréviaire de Marie de Savoie, CTHS/INHA (L’art et l’essai, t. 8), 2010.

Tesnière Marie-Hélène et Delcourt Thierry (dir.), Bestiaire du Moyen Âge, les animaux dans les manuscrits, Paris, Somogy, 2004.

Tubach Frederic C., Index exemplorum, a handbook of medieval religious tales, Helsinki, Academia scientiarum Fennica, 1981.

Wirth Jean (dir.), Les marges à drôleries des manuscrits gothiques, 1250-1350, Genève, Droz, 2008.

Notes

1 Cf. M. Pastoureau, L’ours, histoire d’un roi déchu.

2 Pour le lièvre, le mot viendrait de l’ibère avant de passer en latin en lepus, leporis ; pour le lapin, il tirerait son origine de l’espagnol, après abandon de l’ancien français « connil » ou « connin » (lui-même issu du latin coniculus qui est devenu coniglio en italien et correspond aussi à l’allemand Kanninchen et au néerlandais konijn). Le mot lapin serait d’abord venu de l’espagnol lapereau, peut-être dérivé de levraut (de leporellus, jeune ou petit lièvre) puis aurait été transformé en lapin par attraction de l’ancien vocable « connin » qu’il a finalement supplanté, cf. A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, histoire des mots ; A. Rey, M. Tomi, T. Hordé, Ch. Tanet, Dictionnaire historique de la langue française, t. 2, p. 1976 et 2022.

3 Cf. V. H. Debidour, Le bestiaire sculpté du Moyen Âge en France, exemples gothiques de Lyon p. 41, Amiens p. 266 (commenté ici, à la fig. 5), et notice p. 392.

4 Léon de Laborde a relevé vingt-cinq occurrences de lapins (connins) décoratifs dans l’inventaire du duc d’Anjou de 1360 (L. de Laborde, Glossaire français du Moyen Âge, p. 222, renvoyant à l’inventaire publié p. 1 à 114).

5 Musée du Louvre, département des Objets d’art, coupe ou hanap à ombilic, Paris, vers 1350, inv. OA 11380.

6 Pour l’Antiquité : Bec de fontaine en bronze représentant un lapin, musée archéologique de Naples, provenance indéterminée, inv. 124912. Sur les représentations de lapins dans les manuscrits à la fin du Moyen Âge et en particulier en Italie du Nord, voir A. Ritz-Guilbert, Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello, le Bréviaire de Marie de Savoie, p. 190, 232-233, 250, 258-260, et pl. XXII, XXIV, XXV, XXVI.

7 Sur maître Niccolò : J.-R. Gaborit, « Niccolo, maître (première moitié xiie siècle) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 4 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/niccolo-maitre/. Sur les liens stylistiques entre Königslutter et l’Italie du Nord et l’analyse précise des sculptures : M. Gosebruch et H.-H. Grote, Königslutter und Oberitalien, Kunst des 12. Jahrhunderts in Sachsen, en particulier p. 36 sur la chasse inversée et p. 56-63 pour la contribution de Hans Gerhard Meyer intitulée « Der Jagdfries von Königslutter ».

8 Ces sculptures, malgré l’érosion qui semble leur conférer une ancienneté, auraient été refaites à l’identique en 1880 d’après A. Lüders, Der Kaiserdom zu Stift Königslutter, 1904. Les lions qui se trouvent à l’intérieur de l’église seraient les originaux de ces copies sensiblement différentes.

9 Sur la chasse inversée dans l’enluminure au xive siècle, voir J. Wirth, « Problèmes de méthode » et A. Fisch Hartley, « La chasse », dans J. Wirth, Les marges à drôleries des manuscrits gothiques, p. 11-43 et 201-206, en particulier la fig. 4.1.9 (British Library, ms Y.T 8, « lièvre et chien se battant à l’épée », fol. 181).

10 J. B. Kuck, Nikolaus, Lothar und der Teufel. Der Jagdfries am Dom zu Königslutter als kosmisches Rätsel.

11 Relief reproduit et commenté par M. Camille, Images dans les marges, p. 51, fig. 15 et par V. H. Debidour, Le bestiaire sculpté du Moyen Âge en France, p. 289.

12 Sur l’histoire de l’escargot en rapport avec les vices et la couardise, cf. l’analyse très complète d’E. Moore Hunt, Illuminating the Borders, p. 139-143, en particulier fig. 37, p. 140 (Bruxelles, BRB, ms 9543, fol. 117).

13 J. Wirth, « Problèmes de méthode », dans J. Wirth, Les marges à drôleries des manuscrits gothiques, p. 11-43, en particulier p. 14 (manuscrit Latin 14284 de la BNF, vers 1280, en marge inférieure : un chevalier lâche épée et bouclier devant un lapin blanc qui bondit vers lui, fol. 1v).

14 M. Camille, Images dans les marges.

15 Somme de droit canon d’Innocent IV, Troyes, Médiathèque de l’agglomération troyenne, ms. 89, fol. 216, enluminure publiée dans M.-H. Tesnière et T. Delcourt (dir.), Bestiaire du Moyen Âge, les animaux dans les manuscrits, fig. 68.

16 Pontifical de G. Durand, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 143, fol. 165, publié par M.-H. Tesnière et T. Delcourt (dir.), Bestiaire du Moyen Âge, les animaux dans les manuscrits, fig. 67.

17 K. A. Eckhardt (éd.), Lex Salica, p. 228, (titre LXX, de convitiis).

18 Odo de Ceritona (nom latin d’Eudes de Cheriton), Fabulae et parabolae, cité par F. C. Tubach, Index exemplorum, n° 4923.

List of illustrations

Title Fig. 1. - Königslutter (Basse-Saxe), chevet de l’abbatiale, vue d’ensemble.
Credits © Cliché F. Meunier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5179/img-1.jpg
File image/jpeg, 3,6M
Title Fig. 2. - Königslutter, détail de la scène de chasse.
Credits © Cliché F. Meunier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5179/img-2.jpg
File image/jpeg, 603k
Title Fig. 3. - Königslutter, détail de la scène du chasseur et des deux lièvres, dans l’axe du chevet.
Credits © Cliché F. Meunier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5179/img-3.jpg
File image/jpeg, 668k
Title Fig. 4. - Notre-Dame de Paris, médaillon du soubassement du portail central de la façade.
Credits © Cliché F. Meunier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5179/img-4.jpg
File image/jpeg, 921k
Title Fig. 5. - Cathédrale d’Amiens, médaillon du soubassement du portail Saint-Firmin.
Credits © Cliché F. Meunier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5179/img-5.jpg
File image/jpeg, 949k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search