Version classiqueVersion mobile

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

L'animal vivant et mort dans les religions : l'animal de sacrifice

Les manifestations des animaux dans les espaces propres à l’homme comme signe augural dans les collections de présages de Mésopotamie (Ier millénaire av. J.-C.)

Andréa Vilela

Résumé

Les animaux jouent un rôle important dans les textes divinatoires de Mésopotamie, où leurs manifestations fortuites sont interprétées grâce à divers éléments, comme leur morphologie et leur comportement. Le lieu où ils sont observés entre également en considération et nos sources mettent en évidence le statut particulier de l’espace occupé par les hommes. L’irruption d’animaux dans l’espace urbain ou domestique est présentée dans notre corpus comme susceptible d’avoir un impact sur l’avenir de ceux qui y vivent, que ce soit sur le plan collectif ou individuel. Le but de cette étude est de comprendre comment ces manifestations étaient perçues et interprétées par les populations de Mésopotamie au Ier millénaire, notamment par le biais du recueil de présages shumma âlu ina mêlê shakin. Nous nous interrogerons sur leur caractère néfaste ou non et verrons les variations possibles en fonction des lieux et des animaux concernés, que ces derniers soient domestiques, familiers ou sauvages.

Texte intégral

  • 1 « Si une ville est située sur une hauteur ». Il s’agit là du titre de cette collec (...)

1Les animaux, qu’ils soient vivants ou morts, ont souvent été considérés comme un support particulier pour les techniques divinatoires. Les méthodes ne manquent pas pour tenter de déceler les anomalies éventuelles et d’en deviner le sens, tout du moins sur le plan « prophétique ». En Mésopotamie, où le corpus divinatoire est riche et divisé en différentes techniques, les animaux jouent un rôle majeur. Ils sont susceptibles d’apparaître dans diverses collections de présages, répertoriées sur des tablettes d’argile rédigées en langue akkadienne et en caractères cunéiformes. C’est notamment le cas dans la collection shumma âlu ina mêlê shakin1, dont le texte de référence date du Ier millénaire av. J.-C. Bien que cette collection n’ait pas encore été totalement reconstituée, on estime que le nombre total de présages qu’elle contenait devait avoisiner les dix mille, répartis sur plus d’une centaine de tablettes, dont plusieurs étaient consacrées entièrement aux animaux. Chaque espèce ou groupe d’espèces était ainsi présenté sur une ou plusieurs tablettes. Sont mentionnés divers types d’animaux, domestiques ou sauvages. Il peut être question de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’insectes… Aussi bien la morphologie que le comportement aident à définir la valeur augurale, ils sont donc décrits avec minutie. Mais d’autres éléments affectent également la valeur du signe comme le moment et, surtout, le lieu où il est observé.

2Les manifestations animales sont donc souvent situées dans l’espace et c’est sur cet aspect de la question que porte notre étude. L’organisation de l’espace sur le plan symbolique apparaît comme extrêmement complexe en Mésopotamie et certaines de ses subdivisions citées dans les textes étudiés sont clairement considérées comme « propres à l’homme ». Bien évidemment, cela ne signifie pas que les animaux n’y soient pas admis et la présence de certaines espèces dans l’espace urbain ou même domestique est présentée comme normale. Mais chacune a son espace propre, qui peut être situé en dehors de la ville, à l’intérieur, ou même dans les maisons. Qu’un animal fasse irruption dans un lieu où il ne devrait pas être confère à sa manifestation une valeur augurale potentielle. Il en va de même lorsque les animaux se comportent d’une manière qui ne serait pas en adéquation avec le lieu, en faisant preuve d’agressivité par exemple.

3Au cours de notre étude nous avons également pu observer une corrélation entre le lieu où l’animal se manifeste et la portée collective ou individuelle du signe divinatoire. Certes, ce constat peut être nuancé par certains cas particuliers, mais une tendance générale se dégage tout de même. Nous avons donc décidé de traiter des manifestations animales et du lieu où elles se produisent selon la portée collective ou individuelle du signe. Après avoir abordé la question de la structuration de l’espace, nous verrons ainsi dans un premier temps les irruptions animales pouvant concerner la collectivité, puis celles relatives à l’individu.

La structuration de l’espace et ses subdivisions

4Les différentes manières de structurer l’espace dans les sociétés humaines varient en fonction de la culture. Ces disparités sont également observables dans les rapports entretenus avec le monde animal. Néanmoins, certains aspects de ce type de raisonnement sont des manifestations particulières d’un besoin instinctif de défense, qui ont ensuite été mises en forme par le cadre mental de chaque société. Dans la nature, chaque espèce peut être amenée à se défendre contre des prédateurs. Une trop grande proximité avec une autre espèce peut ainsi, selon les cas, déclencher un comportement de fuite ou de défense.

5Chez l’homme, ces réactions, bien que rationalisées et formatées par des moules culturels, n’ont pas totalement disparu. C’est ainsi que toute proximité avec des animaux pouvant constituer une menace pour les ressources, et surtout pour les individus, provoquera un certain malaise et que, d’une manière générale, la présence rapprochée d’un prédateur sera source d’inquiétude. Dans le cas présent, nous verrons comment se manifestent les interactions d’un groupe humain spécifique, les populations vivant en Babylonie et en Assyrie au Ier millénaire av. J.-C., avec les espèces venant à s’approcher et à pénétrer dans ce qu’ils considèrent être « leur espace ».

  • 2 P. Descola, « Le sauvage et le domestique », p. 29.

6En Mésopotamie, la production scribale se fait dans le cadre urbain, c’est donc la vision des choses d’une population sédentaire et vivant dans les villes qui nous est transmise par les sources écrites dont nous disposons. Dans ces dernières, nous pouvons observer une opposition entre le monde urbain et tout ce qui se trouve à l’extérieur, souvent désigné par les logogrammes sumériens KUR (la montagne) et EDIN (la plaine). Cette opposition n’est pas propre à la civilisation mésopotamienne et se retrouve aussi ailleurs. Ainsi, au Japon actuel, une distinction existe entre sato (le lieu habité) et son opposé désigné par le terme yama (la montagne). Mais si en Mésopotamie KUR et EDIN servent à désigner un environnement hostile, ce n’est pas le cas de yama dans l’imaginaire japonais où ce lieu échappant au contrôle des hommes n’est pas vu comme une source d’inquiétude2. Les habitants des villes de Mésopotamie ne font donc pas seulement la distinction entre la ville et l’environnement extérieur, mais présentent également le lieu non habité comme une menace potentielle.

7Il n’est donc guère étonnant de voir que l’opposition entre sauvage et domestique est aussi très présente, et les textes font souvent la distinction entre les variétés domestiques et sauvages d’animaux. Les sources écrites montrent clairement que la présence d’un animal sauvage dans l’espace urbain est vue comme une intrusion extrêmement grave, constituant une violation de l’espace de la communauté par un élément extérieur, qui peut annoncer sur le plan symbolique la prise de la ville par une armée ennemie ou son abandon. Pour mieux comprendre la gravité de ces intrusions, nous pouvons citer ici un extrait d’un texte mythologique, le Poème d’Erra, où le dieu s’exprime en ces termes :

  • 3 P.-A. Beaulieu, « Les animaux dans la divination en Mésopotamie », p. 360.

« Je fais pénétrer les bêtes sauvages dans les sanctuaires, j’empêche l’accès à toute ville où elles sont apparues. Je fais descendre les bêtes de la montagne. Où qu’elles aillent, elles apportent le silence de la mort dans les places publiques. Je fais quitter la plaine aux bêtes de la plaine, et leur fais traverser les rues de la ville. (Ainsi) je rends les présages défavorables, je change les lieux sacrés en pâtures. »3

8Un cas de figure similaire se retrouve dans un texte rassemblant des signes néfastes, la tablette K2848, sur laquelle nous trouvons parmi les diverses protases à la ligne 19 du verso :

  • 4 A.L. Oppenheim, « A Babylonian Diviner’s Manual », p. 203.

« Si des animaux de la montagne sont vus dans la plaine et des animaux de la plaine sont vus dans la ville… »4

  • 5 Il faut néanmoins être conscient que les prédictions de Mésopotamie annoncent un avenir (...)

9Ces deux exemples décrivent le transfert des espèces d’un milieu à un autre. Elles semblent être poussées hors de leur habitat naturel par une force surnaturelle, ce qui a pour résultat de rendre caduque la division de l’espace. Nous comprenons alors que, dans leurs rapports avec les animaux, les populations de Mésopotamie établissent une division de l’espace fondée à la fois sur une conception mentale inhérente à leur culture et sur l’environnement naturel des espèces concernées. Toute irruption constitue donc une grave infraction à l’ordre du monde, aussi bien naturel que mental, et peut être interprétée comme signe révélateur de la colère divine5.

10Cette division de l’espace attire ainsi l’attention par une première opposition entre l’espace urbain et l’espace extérieur, sauvage, échappant au contrôle des hommes (tout du moins de ceux qui vivent dans l’environnement urbain). Toutefois, envisager les choses uniquement sous cet angle serait réducteur, car il existe de nombreuses autres nuances et subdivisions de l’espace urbain qui sont répertoriées dans les textes. Ce dernier comprend la ville en général, avec ses rues, ses places, ses carrefours, ainsi que les espaces faisant office de transition avec le monde extérieur comme les murailles et les portes. Il intègre également certains édifices ayant un statut particulier, comme les temples et le palais. Enfin, il inclut aussi les habitations qui, bien que situées à l’intérieur de la ville, sont un cas à part et incarnent une autre subdivision : l’espace domestique.

11Il existe aussi certains cas particuliers, des endroits que l’on peut considérer comme des prolongements temporaires du monde des hommes dans l’espace sauvage. Nous avons donc des « prolongements mentaux », à valeur symbolique, qui se manifestent temporairement de manière physique. Ainsi un campement militaire peut être perçu comme une extension provisoire du monde « urbain » et si, par exemple, des rapaces le survolent, cette observation sera considérée comme néfaste exactement comme elle le serait au-dessus d’une ville. Nous pouvons ainsi comparer certains présages relatifs à ces deux lieux, comme ceux des tablettes MS 1687 et W 22729/10. La première se consacre aux rapaces survolant un camp militaire et à tous les malheurs qu’ils peuvent annoncer. À titre d’exemple, les lignes i 20’-21’ du verso :

  • 6 A.R. George, Babylonian Divinatory Texts Chiefly in the Schoyen Collection, p. (...)

« Si le roi a installé le camp et que des faucons ont crié au-dessus des tentes : l’ennemi s’abattra sur la tente du roi durant la nuit. »6

12La seconde quant à elle compile différents signes relatifs aux oiseaux, dont certains présentent clairement l’apparition de rapaces au-dessus d’une ville comme annonciatrice de troubles pour cette dernière, voire de son abandon. Il peut être question de faucons, comme c’était le cas dans l’exemple précédent, mais d’autres espèces peuvent intervenir. C’est notamment le cas de la chouette à la ligne 19 du verso :

  • 7 E. von Weiher, Spätbabylonische Texte aus Uruk II, p. 143.

« Si une chouette a crié sans arrêt au-dessus d’un lieu, cette ville sera abandonnée. »7

  • 8 H. Hunger, Spätbabylonische Texte aus Uruk I, p. 77.
  • 9 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma a (...)

13Le lieu où les animaux sont observés est donc extrêmement important pour définir la valeur augurale d’un signe. Certes, d’autres éléments entrent également en jeu : l’espèce concernée, son apparence, son comportement, sa position par rapport à l’observateur (à droite ou à gauche par exemple), le moment où a lieu la manifestation… Mais la localisation reste centrale et certaines compilations de présages faites par les scribes se soucient davantage du lieu où est observé le phénomène que de l’animal concerné. Ainsi la tablette W.223108 est consacrée à des irruptions animales dans le temple. Bien qu’étant très endommagée, elle révèle la nécessité de faire des compilations de signes relatives à ce qui serait susceptible de se produire dans le cadre très particulier de l’espace religieux. Cette préoccupation se perçoit aussi dans la tablette no 5 de la collection shumma âlu, mais cette fois-ci avec tout ce qui pouvait être observé dans une maison en construction, y compris les irruptions animales9.

Les irruptions animales à valeur augurale collective

14D’une manière générale, les signes observés dans l’espace public auront une portée collective, par opposition à ce qui se produit dans l’espace domestique, à portée individuelle ou familiale. Néanmoins, certains cas particuliers existent, notamment dans l’espace public. Si plusieurs individus ont assisté à la scène, alors la prédiction concernera bien évidemment la collectivité alors que s’il n’y a qu’un seul témoin, c’est lui et éventuellement son entourage proche qui seront affectés.

15Les lieux concernés par les prédictions relatives à l’avenir d’une communauté en particulier sont ceux occupés par cette dernière. Il s’agit donc dans la plupart des cas de l’espace urbain et de ses subdivisions. La mention « dans la ville » n’apparaîtra que dans le cadre de l’irruption d’animaux sauvages. En effet, que certaines espèces domestiques soient à l’intérieur de l’espace urbain est de toute évidence perçu comme normal. Leur présence en elle-même ne fait pas office de signe et d’autres éléments doivent être observés : le comportement, la morphologie… Parfois, l’endroit de la ville peut être précisé, ce genre de détail étant susceptible d’affecter la prédiction, ce qui est plus rarement le cas pour les animaux sauvages : leur irruption à elle seule suffit. Pour ces derniers, les limites de l’espace urbain, comme les murailles ou les portes de la ville, sont également citées. Le simple fait que les animaux sauvages se manifestent à proximité des portes est source d’inquiétude et il en va de même si certains oiseaux se posent sur les remparts ou survolent le lieu.

16Certains édifices dans l’espace urbain peuvent également avoir un statut particulier. C’est le cas notamment des temples, où la colère aussi bien que la satisfaction de divinités peuvent se manifester. Quant au palais, il est sans surprise un lieu hautement symbolique. Car le roi est lié de très près à l’avenir des territoires sous sa domination : son décès, une défaite ou une victoire militaire peuvent affecter le quotidien de toute une population, que ce soit en bien ou en mal. De même, l’espèce à laquelle appartiennent les animaux intervenant dans l’espace lié à la communauté compte énormément. Ils peuvent être classés en trois catégories. Nous avons déjà mentionné les animaux sauvages et domestiques, mais il est aussi bien souvent question de certaines espèces qui, bien que non domestiquées, se sont installées dans l’espace urbain et partagent cet environnement avec les hommes.

17Pour les animaux domestiques, nous pouvons rencontrer les équidés, les porcs, les bovins et bien sûr les chiens. Si leur présence en soi est tout à fait anodine, certains types de comportements observés dans l’espace urbain peuvent se voir attribuer un caractère néfaste. C’est notamment le cas des marques d’agitation ou d’agressivité, comme dans CT 38,46.

  • 10 P. Abrahami, « Le cochon dans les collections d’oracles de la Mésopotamie », p (...)

« Si des porcs sautent sans arrêt sur la place, malheur sur la ville. »10

18Sont parfois citées des espèces non-domestiquées, mais vivant à proximité des hommes. Il s’agit dans la plupart des cas d’animaux de taille relativement réduite. Aucune de ces espèces n’est utile à l’homme, elles vivent près de lui soit parce qu’elles profitent des ressources présentes telles que les déchets (corbeaux et autres charognards) ou les réserves de nourriture (rongeurs), soit parce que leurs proies naturelles se sont adaptées à l’environnement urbain (serpents et chouettes). La cohabitation est donc endurée par l’homme, mais d’une certaine manière acceptée. Leur présence peut certes être parfois présentée comme une gêne, mais ne provoquera pas un malaise comparable à celui lié à l’irruption des espèces sauvages.

  • 11 S. M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma (...)

19Nous pouvons le voir dans la tablette VAT 10116 et 10145 (KAR 384-385)11, associée à la collection shumma âlu, où l’on distingue le serpent de la ville du serpent de la campagne. Il est probablement ici question de deux espèces différentes, dont l’une est associée au milieu urbain. Sur le plan symbolique le serpent de la ville représente la population de cette dernière, tandis que celui de la campagne, venant de l’extérieur, annonce l’arrivée d’une armée ennemie. Ainsi :

  • 12 Ibid.

« Si un serpent de la ville est sorti dans la campagne, cette ville sera abandonnée. »12

  • 13 Ibid.

« Si un serpent de la campagne est entré dans la ville, cette ville sera brûlée par l’ennemi. »13

20Cette tendance générale néfaste se retrouve avec toutes les espèces sauvages pouvant s’approcher de la ville ou y pénétrer et ce, même s’il ne s’agit pas de prédateurs ou d’animaux menaçants. Ainsi, dans CT 40,41f à la ligne 6 du verso :

  • 14 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », p. 34.

« Si une gazelle est entrée à l’intérieur, cette ville sera abandonnée. »14

21Et dans CT 40,41, si un aurochs se trouve devant la porte de la ville :

  • 15 Ibid., p. 29-30.

« L’ennemi détruira cette porte. »15

22Cette thématique de la chute de la ville se retrouve avec diverses espèces sauvages faisant irruption à proximité ou à l’intérieur de cette dernière. Bien que la plupart des présages à portée collective soient néfastes, on peut observer des variations en fonction du comportement de l’animal, de son espèce et du lieu où il a été observé. Certains types de comportements sont par exemple mauvais signe et ce, où qu’ils soient observés : c’est ainsi que, dans les espaces publics, agitation, marques d’agressivité et affrontements annoncent troubles et malheurs. Il en va de même si un oiseau fait son nid ou qu’un autre animal a ses petits dans un édifice à forte valeur symbolique, comme les murailles, les temples, les palais… Ainsi dans la première ligne de la tablette 34 de la collection shumma âlu :

  • 16 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêl (...)

« Si une mangouste a mis bas dans les fondations de la porte de la ville : dispersion de la ville. »16

23Dans la tablette MS 1687 au recto colonne II ligne 30’ nous avons aussi :

  • 17 A.R. George, Babylonian Divinatory Texts Chiefly in the Schoyen Collection, p. 266.

« Si un faucon a fait son nid dans le palais : le roi mourra et le palais sera déserté. »17

24Comme mentionné plus haut, le palais est un lieu particulier, où la plupart des irruptions animales sont néfastes. Si un faucon y pénètre, la prédiction sera bien souvent relative à des soucis sur le plan militaire, comme cela se voit aux lignes 33’–34’ du même texte :

  • 18 Ibid.

« Si un faucon est entré dans le palais du roi et en est ressorti par une fenêtre, un ennemi puissant se répandra sur le pays et le détruira. »18

25Quant au chien, certaines prédictions vont même jusqu’à l’associer à l’annonce d’un futur incendie :

  • 19 P. Abrahami, « Le cochon dans les collections d’oracles de la Mésopotamie », p (...)

« Si un chien entre dans le palais, le feu frappera ce palais. »19

  • 20 C’est-à-dire du personnel, des biens, voire même des divinités du temple.

26Le temple est un autre lieu à forte valeur symbolique. Certaines espèces comme les scorpions ou les faucons y annoncent divers malheurs, pouvant aller de la dispersion du temple20 à l’arrivée d’un ennemi. D’autres présages peuvent être fastes, même avec des animaux à connotation globalement négative. Ainsi, la ligne 23 du texte K17+K4046 stipule que :

  • 21 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », p. 68.

« Si un chien blanc est entré dans le temple, ses fondations seront stables. »21

27Bien sûr, la tendance s’inverse si le comportement est agressif ou si les animaux sont présents en trop grand nombre. Notons dans SU51/49+, un texte associé à la collection shumma âlu le cas d’un serpent se redressant près de la statue du dieu (ce qui, pour ces reptiles, peut être un comportement menaçant, précédant une réaction violente de défense) :

  • 22 À comprendre ici : devant sa statue.
  • 23 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêl (...)

« Si un serpent dans un temple s’est redressé plusieurs fois devant le dieu22, le pays du roi se révoltera. »23

Les irruptions animales à valeur augurale individuelle ou familiale

28Bien qu’en certains cas elles puissent être observées dans un lieu public par un individu isolé, nous nous concentrerons ici sur les prédictions à portée individuelle relatives aux irruptions animales dans l’espace domestique, par opposition à la ville et ses autres subdivisions que nous venons d’étudier. Cet espace intime, de sécurité, est nettement séparé du reste de l’espace propre aux hommes et doté d’une forte valeur symbolique. Nous pouvons d’emblée remarquer que le lieu sera ici toujours précisé : on aura toujours la mention « dans la maison d’un homme », même s’il est question d’un animal domestique ou familier. Nous voyons bien la différence avec l’espace « public », où, même si ses subdivisions étaient citées, on ne retrouvait la mention « dans la ville » que dans certains cas bien particuliers. Ici, au contraire, même si le phénomène est observé dans une partie spécifique de l’espace domestique, la « maison » sera toujours citée dans le présage. Tout comme pour l’espace urbain, nous pouvons relever de nombreuses subdivisions de l’espace domestique. Divers éléments sont mentionnés par les textes tels que le toit, la cour, la porte d’entrée, la fenêtre, la chambre et même du mobilier, comme le lit ou les chaises.

29Tout signe observé à l’intérieur d’une maison affecte en priorité le propriétaire de cette dernière. Mais les prédictions peuvent aussi concerner la maîtresse de maison, l’avenir du couple, leurs enfants, et parfois même tous les habitants de la maisonnée. Elles sont particulièrement variées et, tandis que la plupart des manifestations animales dans la ville étaient néfastes, nous pouvons trouver ici bon nombre d’éléments favorables. Dans ce qui est positif, nous avons donc la richesse, la santé, la longévité, la naissance d’un héritier ou de nombreux enfants, le succès (notamment dans des affaires juridiques)… Mais les mauvais signes sont bien sûr eux aussi présents : nous retrouvons la mort du propriétaire ou d’un des membres de la famille, des pertes économiques, la maladie, l’abandon de la maison…

30Divers détails servent à évaluer la valeur du signe comme la localisation des animaux dans l’habitation. Dans la plupart des cas, les espèces citées sont celles dont la présence est normale, ou tout du moins attendue dans une habitation. Cela peut concerner les animaux domestiques ou apprivoisés (chiens, chats, mangoustes) mais aussi ceux dont la présence est inévitable (rongeurs, lézards, insectes). Certaines espèces, comme la mangouste et le chat, sont admises dans la maison car ce sont les prédateurs naturels des rongeurs et des serpents. Ces derniers pouvant représenter une menace réelle pour les habitants de la maison, ils ne sont bien évidemment pas les bienvenus, tout comme d’autres animaux venimeux, notamment le scorpion. Ces deux espèces se voient d’ailleurs consacrer plusieurs tablettes de la collection shumma âlu, sans doute à cause du danger qu’elles peuvent représenter. Quant aux rongeurs, bien que souvent associés à des prédictions néfastes, ils n’attirent de toute évidence pas autant l’attention. Les oiseaux sont peu cités, mais on constate tout de même qu’il n’est guère souhaitable qu’ils fassent leur nid sur le toit d’une maison.

31Mais, quelles que soient les espèces concernées, il existe des règles générales à l’intérieur d’une maison. Ainsi, on n’apprécie guère que les animaux s’approchent de lieux intimes, comme le lit et c’est encore plus vrai s’ils y font preuve d’un comportement inconvenant, comme c’est le cas dans K17+K4046 ligne 13 :

  • 24 P. Abrahami, « Le cochon dans les collections d’oracles de la Mésopotamie », p. 280.

« Si un chien urine sur le lit d’un homme, cet homme sera atteint d’une maladie grave. »24

32Dans d’autres présages, si le chien urine en d’autres endroits de la maison cela peut aussi annoncer la mort d’un des enfants qui y vivent. Néanmoins, pour certaines espèces, on peut noter des variables selon les situations. Dans le présage 110 de la tablette 23 de shumma âlu, Si un serpent tombe sur le lit d’un couple, ce sera mauvais, mais sur le lit d’un homme seul, cela sera bon pour lui :

  • 25 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê (...)

« Si un serpent s’étend sur le lit d’un homme, le dieu de cet homme sera reconnu. »25

33Tandis que dans le présage 111 :

  • 26 Ibid.

« Si un serpent tombe sur le lit d’un homme et d’une femme, une terrible insurrection aura lieu ; sa maison sera dispersée. »26

  • 27 Notons ici le parallèle avec les animaux dans la ville. Il existe en effet certaines cons (...)

34D’autres éléments peuvent contribuer au caractère néfaste de certains signes. C’est le cas si les animaux sont trop nombreux et ce, quelle que soit l’espèce27. Ainsi dans la ligne 20 de la tablette 22 de la collection shumma âlu :

  • 28 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê (...)

« Si entre le 1er et le 30e jour du mois de Nisan, des serpents se sont enroulés les uns sur les autres dans la maison d’un homme, cet homme mourra. »28 (fig. 1 ; transcription n° 18)

35Dans ce cas précis la localisation ne se fait pas uniquement dans l’espace mais aussi dans le temps. Le facteur temporel entre également en considération dans certains présages, même s’il est moins souvent attesté que la position de l’animal dans l’espace. Ce caractère résolument néfaste d’un comportement quel que soit le lieu concerné se retrouve aussi avec les sons produits : l’animal doit toujours rester silencieux, sinon ce sera très mauvais signe. Ainsi, le chat est globalement assez favorable dans la maison, pouvant être un signe de protection divine et de succès, lorsque seule sa présence est citée, ce qui est indiqué dans la ligne 6 de BM64295 :

  • 29 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin I », p. 192.

« Si un chat a été aperçu dans la maison d’un homme, cette maison aura une bonne réputation. »29

36Mais s’il miaule ce sera au contraire néfaste, comme dans les présages suivants :

  • 30 Ibid.

« Si un chat a crié dans la maison d’un homme, cette maison connaîtra le malheur. »30

  • 31 Ibid.

« Si un chat est entré dans la maison d’un homme et a pleuré, cette maison sera abandonnée. »31

37Cette tendance se retrouve avec des espèces bien différentes les unes des autres, y compris lorsque le son produit n’est pas une marque d’agressivité de la part de l’animal. Nous pouvons ici citer le cas de la colombe dans la tablette 21 de shumma âlu, ligne 100 :

  • 32 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê (...)

« Si une colombe a pleuré dans la maison d’un homme, main de Damkianna, les enfants mourront. »32

  • 33 H. Hunger, Spätbabylonische Texte aus Uruk I, p. 76-77.

38D’une manière générale, les animaux cités dans l’espace domestique sont souvent de petite ou moyenne taille, mais certaines espèces plus grandes, évoluant plus ou moins librement dans l’enceinte de l’espace urbain peuvent y faire leur apparition de temps à autre. C’est le cas par exemple de la tablette W.22308b où il est question des bovins domestiques pénétrant dans la maison33. Malheureusement, la tablette est endommagée et il nous manque les prédictions. Mais l’étude du corpus dans son ensemble révèle que les irruptions d’animaux de grande taille sont généralement mal perçues. À titre d’exemple nous pouvons citer le cas de l’apparition d’un cheval dans la ligne 17 du verso de CT4033f :

  • 34 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », p. 16-17.

« Si un cheval est entré dans la maison d’un homme et qu’il a frappé ou mordu (quelqu’un), cet homme mourra et sa maison sera dispersée. »34

  • 35 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê (...)

39La maison se révèle donc un lieu où des prédictions extrêmement variées peuvent voir le jour, et chaque élément de l’espèce animale, à l’emplacement précis dans l’habitation où elle a été observée, compte. Mais il existe encore certains cas particuliers : celui des espaces domestiques en puissance, pour ainsi dire. Il s’agit des maisons abandonnées ou en construction. Bien qu’inoccupées, elles sont potentiellement habitables. Tout ce qui s’y produit peut donc donner des indications sur une future occupation. Cela explique l’intérêt que ces espaces au statut bien particulier peuvent susciter et pourquoi la cinquième tablette du recueil de présages shumma âlu est consacrée à tout ce qui peut avoir lieu dans une maison en construction35. Dans ce cas, presque toutes les mentions d’animaux sont néfastes, annonçant divers malheurs pour les futurs occupants : difficultés d’ordre économique, décès, abandon de la maison… C’est le cas notamment dans la ligne 32 de cette tablette :

  • 36 Ibid., p. 91.

« Si un chat ou un renard a été aperçu dans les fondations, abandon de la maison. »36

40La situation est en revanche bien différente dans les maisons qui ont déjà été abandonnées : la présence d’animaux y est au contraire bon signe. En effet, sur le plan symbolique, ils représentent alors de futurs habitants. Si des animaux y font irruption, on considère que ces lieux seront alors réoccupés. Ainsi, si le serpent dans l’espace domestique occupé est souvent néfaste, ce sera exactement le contraire s’il apparaît dans un lieu abandonné. Citons à titre d’exemple la tablette 23 de la collection shumma âlu à la ligne 92 :

  • 37 S. M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêl (...)

« Si un serpent donne naissance dans la maison abandonnée d’un homme, cette maison sera habitée. »37

41La future occupation de cet endroit est aussi annoncée aux lignes suivantes, il suffit que le reptile y pénètre ou y soit aperçu. Nous voyons bien là à quel point les irruptions animales dans les divers espaces propres aux hommes peuvent être interprétées de manières variées.

 

42La divination mésopotamienne se fonde sur une observation minutieuse de divers phénomènes et nous avons pu voir que chaque élément joue un rôle dans la définition de leur valeur divinatoire. L’endroit où le signe est observé est alors non seulement étroitement lié à la prédiction elle-même, mais aussi au destinataire de cette dernière : ce sont les occupants du lieu cité qui seront les premiers concernés. Ainsi, pour les prédictions qui sont relatives à la collectivité dans son ensemble, la plupart des observations auront lieu dans l’espace urbain. Diverses sortes d’animaux peuvent être citées, et la connotation néfaste des irruptions d’animaux sauvages montre clairement que, sur le plan de l’organisation spatiale, leur place est située à l’extérieur. Quant aux animaux domestiques, s’ils sont tolérés dans la ville, tous ne sont pas admis dans l’espace domestique et la présence de certaines espèces y est même très mal perçue. Mais, même lorsqu’un animal est accepté dans les diverses subdivisions de l’espace « propre aux hommes », son comportement ne doit en aucun cas constituer une menace ou une gêne pour les individus et leurs activités. Si cela venait à se produire, s’ajoute alors à l’inconvénient concret et immédiat une interprétation symbolique, à portée divinatoire, affectant l’avenir des occupants du lieu (habitants de la ville ou, dans le cas de l’espace domestique, de la maison). Ainsi, par l’interprétation divinatoire qu’elles donnent des manifestations animales, les populations de Mésopotamie laissent transparaître dans ces textes non seulement leur perception de l’espace, mais aussi, à travers elle, la manière dont étaient régulés les rapports de proximité ou de distance avec les différentes espèces animales.

Bibliographie

Abrahami Philippe, « Le cochon dans les collections d'oracles de la Mésopotamie », dans Michel Cécile et Lion Brigitte (dir.), De la domestication au tabou. Le cas des suidés dans le Proche-Orient ancien, Paris, Éd. De Boccard (Travaux de la Maison René Ginouvès, 1), 2006, p. 237-282.

Beaulieu Paul-Alain, « Les animaux dans la divination en Mésopotamie », dans Parayre Dominique, Les animaux et les Hommes dans le monde syro-mésopotamien aux époques historiques, Actes du colloque de Lille, décembre 1998, Lyon, Éd. Marie-Françoise Boussac (Topoï Supplément 2), 2000, p. 351-365.

Descola Philippe, « Le sauvage et le domestique » dans Communication, 76, 2004, p. 17-31.

Freedman Sally M., If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin, Philadelphia, University Museum of Archaeology and Anthropology, University of Pennsylvania (Occasional Publications of the Samuel Noah Kramer Fund, 17 et 19), 1998 et 2006, 2 vol.

George Andrew R., Babylonian Divinatory Texts Chiefly in the Schoyen Collection, Bethesda, CDL Press (CUSAS [Cornell University Studies in Assyriology and Sumerology], 18), 2013.

Hunger Hermann, Spätbabylonische Texte aus Uruk I, Berlin, Gebr. Mann Verlag (Ausgrabungen der deutschen Forschungsgemeinschaft in Uruk-Warka, 9), 1976.

Nötscher Friedrich, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin I », Orientalia, vol. 39-42, 1929.

Nötscher Friedrich, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », Orientalia, vol. 51-54, 1930.

Oppenheim Adolf Leo, « A Babylonian Diviner’s Manual », Journal of Near Eastern Studies, 33, 1974, p. 197-220.

Von Weiher Egbert, Spätbabylonische Texte aus Uruk II, Berlin, Gebr. Mann Verlag (Ausgrabungen der deutschen Forschungsgemeinschaft in Uruk-Warka, 12), 1988.

Notes

1 « Si une ville est située sur une hauteur ». Il s’agit là du titre de cette collection établi d’après son incipit, que l’on trouve référencé dans les catalogues d’œuvres compilés par les lettrés mésopotamiens. Notons qu’en Mésopotamie les textes, qu’il s’agisse de mythes, d’épopées ou de recueils de présages n’ont pas de véritable titre au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Les différents textes sont ainsi désignés par le début de la première ligne.

2 P. Descola, « Le sauvage et le domestique », p. 29.

3 P.-A. Beaulieu, « Les animaux dans la divination en Mésopotamie », p. 360.

4 A.L. Oppenheim, « A Babylonian Diviner’s Manual », p. 203.

5 Il faut néanmoins être conscient que les prédictions de Mésopotamie annoncent un avenir possible, mais non inéluctable. Dans cette optique, un mauvais présage doit être interprété comme un avertissement envoyé par les divinités, lesquelles peuvent, via des rituels, être apaisées, ce qui a pour effet d’annuler la valeur néfaste du signe.

6 A.R. George, Babylonian Divinatory Texts Chiefly in the Schoyen Collection, p. 264.

7 E. von Weiher, Spätbabylonische Texte aus Uruk II, p. 143.

8 H. Hunger, Spätbabylonische Texte aus Uruk I, p. 77.

9 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin I, p. 88-108.

10 P. Abrahami, « Le cochon dans les collections d’oracles de la Mésopotamie », p. 272.

11 S. M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin, II, p. 120-121.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », p. 34.

15 Ibid., p. 29-30.

16 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin II, p. 224-225.

17 A.R. George, Babylonian Divinatory Texts Chiefly in the Schoyen Collection, p. 266.

18 Ibid.

19 P. Abrahami, « Le cochon dans les collections d’oracles de la Mésopotamie », p. 279.

20 C’est-à-dire du personnel, des biens, voire même des divinités du temple.

21 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », p. 68.

22 À comprendre ici : devant sa statue.

23 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin II, p. 114-115.

24 P. Abrahami, « Le cochon dans les collections d’oracles de la Mésopotamie », p. 280.

25 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin II, p. 48-49.

26 Ibid.

27 Notons ici le parallèle avec les animaux dans la ville. Il existe en effet certaines constantes dans le caractère faste ou néfaste d’un signe, quel que soit le lieu où il est observé. La localisation n’est que l’un des éléments permettant de définir la valeur d’un signe, et parfois d’autres aspects sont prioritaires.

28 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin II, p. 11.

29 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin I », p. 192.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin I, p. 314-315.

33 H. Hunger, Spätbabylonische Texte aus Uruk I, p. 76-77.

34 F. Nötscher, « Die Omen Serie Shumma Alu ina Mele Shakin II », p. 16-17.

35 S.M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin I, p. 88-108.

36 Ibid., p. 91.

37 S. M. Freedman, If a City is Set on a Height: the Akkadian Omen Series shumma alu ina mêlê shakin II, p. 47.

Auteur

Doctorante en histoire ancienne au laboratoire Archéorient, maison de l’Orient et de la Méditerranée, université Lumière – Lyon II

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search