Version classiqueVersion mobile

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

L'animal vivant et mort dans les religions : l'animal de sacrifice

Animaux du désert et moines en Égypte au ivsiècle : une sociabilité ambiguë

Françoise Thelamon

Résumé

Entre danger et familiarité, entre peur et hostilité réciproques mais parfois entre-aide, entre diabolisation et sociabilité réconciliée, les relations entre les animaux et les moines dans les déserts d’Égypte au ive siècle donnent lieu à toute une gamme de comportements. La Vie d’Antoine par Athanase d’Alexandrie, l’Enquête sur les moines d’Égypte, l’Histoire lausiaque de Pallade et le chapitre que leur consacre Rufin d’Aquilée dans l’Histoire ecclésiastique constituent une riche documentation. Suppôts de Satan déchaînés contre Antoine, animaux fantasmés que le moine combat avec succès, mais aussi, voisine confiante, cette hyène qui amène à Macaire ses petits aveugles pour qu’il les guérisse, autant d’exemples où l’on retrouve la tradition égyptienne millénaire de familiarité avec les animaux. La sociabilité réconciliée entre l’animal et le moine figure cette vie angélique (bios aggelikos) à laquelle il aspire accéder par l’ascèse.

Texte intégral

  • 1 A. Guillaumont, « La conception du désert », p. 3-21 montre que le désert est un lieu où i (...)

1Les animaux sauvages sont nombreux dans les déserts d’Égypte où depuis la fin du iiie siècle, voire avant, des hommes qui cherchent dans la vie anachorétique un lieu pour être seuls avec Dieu se retirent en marge des villages, puis dans le désert profond, plus ou moins loin de la vallée du Nil. Animaux et moines se rencontrent dans cet espace de tous les dangers, dans ce lieu fondamentalement ambivalent qu’est le désert1. Entre danger et familiarité, entre peur et hostilité réciproques mais aussi parfois entraide, entre diabolisation et sociabilité réconciliée, les relations entre les animaux et les moines dans les déserts d’Égypte au ive siècle donnent lieu à toute une gamme de comportements dotés de valeurs symboliques.

  • 2 Athanase d’Alexandrie, Vie d’Antoine, passim (citée VA). La paternité athanasienne de l’œu (...)
  • 3 Pour des moines occidentaux de l’avis de G.J.M. Bartelink, VA, introduction p. 46 et A. de (...)
  • 4 VA, Prologue.
  • 5 Elle connut une première traduction anonyme de peu postérieure à l’original, dont (...)

2Nous prendrons en compte quelques textes fondateurs d’une littérature qui a connu ensuite un grand rayonnement. La première biographie d’un moine est la Vie d’Antoine (VA) écrite en grec par Athanase d’Alexandrie2, à la demande, dit-il, de moines « venus d’ailleurs » – occidentaux ou syriaques3– après la mort, peu avant février 356, de celui qui était le modèle par excellence : « Pour des moines en effet la vie d’Antoine suffit comme modèle d’ascèse » écrit Athanase4; elle connut rapidement une diffusion en latin dans la partie occidentale de l’Empire romain5.

  • 6 F. Thelamon, « Modèles de monachisme », p. 323-352. 
  • 7 Rentré en Italie peu après la Pentecôte 397, Rufin qui avait dirigé le monastère latin du (...)
  • 8 Rufin, HE, II, 4, traduction dans F. Thelamon, Païens et chrétiens, p. 480. Arrivé à (...)

3L’Enquête sur les moines d’Égypte (HMg) est le récit, en grec, d’un voyage en Égypte, du Delta à la Thébaïde, à la fin du ive siècle, d’un groupe de sept moines d’un monastère du Mont des Oliviers à Jérusalem, venus visiter les moines les plus renommés pour s’instruire auprès d’eux et découvrir les exploits d’ascèse et les charismes d’hommes qui, au désert, connaissent déjà la « vie angélique » en paix avec les animaux et assistés par les anges6. Le texte, traduit en latin par Rufin d’Aquilée au début du ve siècle, fut largement diffusé en Occident7. Nous prendrons en compte également le chapitre emblématique que Rufin consacre dans l’Histoire ecclésiastique (H.E., écrite en 402-403) au célèbre moine Macaire qu’il a connu8.

  • 9 On la trouve, par exemple, dans les contes, où le magicien-sage peut par ses connaissances (...)
  • 10 Dt 8, 15 ; Nb 21,6 ; 1Co 10, 24.
  • 11 F. Thelamon, « Ascèse et sociabilité », p. 295-321 ; Païens et chrétiens, p. 378-379.

4Il s’agit donc de documents hagiographiques où les animaux sont présentés soit comme des êtres réels, soit comme des êtres diaboliques qui ont pris une forme animale. Ce sont presque toujours des bêtes sauvages : serpents, scorpions, reptiles sont les plus nombreux, mais aussi onagres, chamelles et antilopes plus proches de l’homme, chiens sauvages, lions, hyènes qui sont les plus dangereux ; crocodiles et hippopotames présents dans les zones humides. Tout le bestiaire des déserts d’Égypte est là. Suppôts de Satan déchaînés contre Antoine, animaux fantasmés que le moine combat avec succès, mais aussi voisine confiante – cette hyène qui amène à Macaire ses petits aveugles pour qu’il les guérisse et qui lui manifeste ensuite sa reconnaissance par un cadeau – autant d’exemples où l’on retrouve la tradition égyptienne millénaire de familiarité entre l’animal et l’homme9, mais aussi cette incompatibilité fondamentale entre l’homme et le serpent inscrite dans la Bible. Les serpents sont également agents de la punition divine quand, au peuple qu’il a fait sortir d’Égypte et qui récrimine contre lui, Dieu « dans le désert grand et redoutable, pays des serpents brûlants, des scorpions et de la soif » envoie contre le peuple ces serpents brûlants dont la morsure est mortelle10. La sociabilité réconciliée entre l’animal et le moine, quand elle advient, est alors figure de cette vie angélique (bios aggelikos) à laquelle il accède par l’ascèse11 et qui fait de lui un nouvel Adam auquel il est dit :

  • 12 Jb 5, 23.

« Les bêtes sauvages seront en paix avec toi. »12

5Ces textes sont empreints de merveilleux, langage qui vise à rendre sensible au lecteur ce que peut une foi hors de pair vécue au désert. C’est un langage concret qui parle aux sens, à l’imagination et au cœur, qui manie le pittoresque, l’exotique, l’insolite voire l’incroyable et le fantastique, où les relations avec les animaux permettent de décliner les situations qu’affrontent ces hommes extraordinaires, ces « hommes de Dieu » que sont les moines exemplaires dont Rufin écrit :

  • 13 Rufin, HE, II, 4 ; Païens et chrétiens, p. 378.

« On les considérait comme des hommes qui partageaient non pas la vie des autres mortels mais des anges d’en haut. »13

Les animaux : des êtres dangereux rusés ou dénués de raison

Les animaux : des êtres sans raison divinisés par les païens

  • 14 VA 74, 5 cf. Rm 1, 23.

6La critique du zoomorphisme des divinités en usage en Égypte est fréquente, ainsi Antoine dit-il qu’il est scandaleux d’« assimiler Dieu à des êtres sans raison (cf. Ac 17, 29) et par suite, de vénérer des quadrupèdes et des reptiles »14. Même critique par le moine Apollô :

  • 15 HMg, 8 (MO IV/1, p. 53).

« Jadis en Égypte, c’est, énorme et dégoûtante que l’idolâtrie a abondé… Ils rendaient un culte en effet à chiens, singes et autres bêtes. »15

7Et de se livrer à une critique de type évhémériste pour expliquer la divinisation « au temps de Pharaon » d’animaux ou de choses utiles à la vie : le bœuf, l’eau du Nil mais aussi des légumes.

Les animaux : figures des hérétiques ariens

8Parce que dénués de raison, les animaux peuvent figurer les hérétiques du moment, c’est-à-dire, au milieu du ive siècle, les ariens. Athanase prête à Antoine une vision à valeur de présage :

  • 16 VA 82, 7 cité par Sozomène, HE, 6, 5.

« J’ai vu la table de la maison du Seigneur et, tout autour, se tenaient des mulets qui donnaient des coups de pied à ceux qui se trouvaient à l’intérieur comme feraient des bêtes bondissant en désordre. »16

9Une vision prémonitoire qui se révèle exacte :

« Nous le reconnûmes tous, les coups de pied de ces mulets annonçaient à Antoine ce que les ariens font actuellement sans raison comme des bêtes. »

10Quant à la doctrine des ariens :

  • 17 Ibid. 82, 10 se référant au Ps 31, 9 ; A. Martin, Athanase, p. 488.

« (elle) est privée de raison et stérile (comme les mulets) et le fruit d’une pensée qui n’est pas droite : comme les mulets ils sont privés de raison. »17

11Mais la perfidia des ariens est stigmatisée de manière pire encore par une autre comparaison animale :

  • 18 VA 68, 3 cf. Athanase, Hist. Ar. 65.

« Des sectateurs d’Arius vinrent à lui (Antoine). Il les interrogea, reconnut que c’étaient des impies et les chassa de la montagne en disant que leurs paroles étaient pires que des serpents. »18

Le Serpent rusé et maudit et les serpents dangereux

  • 19 Gn 3, 1-13 ; cf. Job 8, 44.

12Très fréquents sont les serpents auxquels les moines sont confrontés ; mais bien au-delà du danger réel qu’ils peuvent représenter, c’est la figure emblématique du serpent qui sous-tend tous les textes où il en est question. De la Genèse à l’Apocalypse, la référence au serpent, figure de Satan, figure du mal, est constante. Dans la Genèse il est « le plus rusé de tous les animaux des champs que Dieu avait faits », il est le suborneur par excellence qui séduit la femme, la pousse à la désobéissance en suscitant le désir de s’approprier la connaissance au-delà de ce qui est conforme à la condition humaine, et le désir d’être « comme des dieux »19. Mais la malédiction pèse sur lui désormais :

  • 20 Ibid. 14.

« Maudit sois-tu parce que tu as fait cela, maudit sois-tu entre tous les bestiaux et toutes les bêtes sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre. »20

  • 21 Jn 8, 44.
  • 22 Ap 12, 9-10.

13Telle est la malédiction qui pèse sur le serpent. « Menteur et père du mensonge »21, « le Dragon, l’antique Serpent, le Diable ou le Satan, le séducteur du monde entier » sera vaincu définitivement à la fin des temps comme il est dit dans l’Apocalypse22.

  • 23 Nb 21, 6 ; cf. 1 Co 10, 9.

14Mais en attendant, les serpents sont présents au désert. Les moines, Antoine en particulier, ont à les combattre, comme jadis les Hébreux dans le désert avaient subi leurs morsures et certains en étaient morts23. S’enfonçant dans un désert profond, Antoine arrive à la montagne où il va vivre reclus près de vingt ans :

  • 24 VA 12, 3-4.

« Il trouva, au-delà du fleuve, un fort, désert et, avec le temps, plein de reptiles. Il s’y établit et en fit sa demeure. Les reptiles battirent aussitôt en retraite comme si quelqu’un les poursuivait. »24

15De son côté Macaire, mordu par un aspic – « animal qui peut donner la mort » précise Pallade :

  • 25 Histoire lausiaque (HL), 18, 10.

« Après l’avoir saisi et maîtrisé en le tenant à deux mains par les mâchoires, le mit en pièces en disant : “Comment as-tu osé venir puisque Dieu ne t’a pas envoyé ?” »25

16Les moines visiteurs de l’Historia monachorum (HMg), qui découvrent dans le désert la trace d’un énorme serpent et sont saisis d’une grande frayeur, nous invitent à une autre lecture. Les frères égyptiens qui les guident leur expliquent, non sans prétention :

  • 26 HMg 9 (p. 64).

« Vous allez voir notre foi, car nous allons le tuer. Nombreux déjà sont les serpents, aspics et cérastes que nous avons détruits de nos mains, en sorte que s’est accompli à leur sujet ce qui est écrit : “Je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions, et toute l’armée de l’Ennemi” (Lc 10, 19). »26

17En fait, les étrangers ne surmontent pas leur frayeur et les moines égyptiens, trop présomptueux, sont ramenés à la raison par un Ancien ; mieux vaut ne pas aller affronter ce serpent monstrueux dans son repaire. Pour vaincre les reptiles dangereux, il faut avoir atteint un degré de sainteté qui n’est pas le fait de tous. Poursuivant leur « enquête » chez les moines de Nitrie, les voyageurs racontent :

  • 27 HMg 20, 12 (p. 113)

« Nous avons vu là-bas un homme du nom de Didyme, vieillard quant à l’âge, agréable d’aspect, qui écrasait de ses pieds scorpions, cérastes et aspics, alors que nul autre n’osait le faire ; bien plutôt, beaucoup d’autres qui avaient cru y réussir ont été tués par ces bêtes, pour les avoir seulement frôlées. »27

18Le grand âge et l’aspect même du vieillard sont les signes d’une sanctification qu’atteste son pouvoir sur ces animaux dangereux, des bêtes que l’on foule aux pieds. Mais le combat n’est pas aisé et le pouvoir n’est pas donné à tous, d’où l’exemple d’un moine anonyme qui a une relation particulière avec le/les serpent(s). Alors qu’un serpent énorme ravage leurs terres, les paysans des alentours viennent le chercher pour expulser la bête. C’est par la prière qu’il l’affronte dans un combat singulier : le moine prie à genoux, le serpent monstrueux se jette sur lui :

  • 28 HMg 9, 9-10 (p. 66).

« Émettant un râle terrible, soufflant, sifflant, exhalant une haleine infecte ; lui sans frayeur aucune, tourné vers le serpent lui dit : “Christ va te tuer, le Fils du Dieu vivant, lui qui doit tuer le grand monstre des mers.” À ces mots le serpent creva. »28

19Les animaux dangereux, en particulier les serpents, sont donc toujours dans ce contexte figures du mal et de Satan. La protection divine permet de s’en défendre, de les écraser ou de les battre ; ainsi se réalise la promesse du Ps 90 :

« Dieu donne mission à ses anges de te protéger. Tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le Dragon. »

20Mais il n’y a pas que les serpents !

Quand les démons se présentent sous l’aspect de bêtes sauvages

21Ce sont de multiples bêtes sauvages qui assaillent Antoine avec une extrême violence, manifestations démoniaques qui se déclinent sous l’aspect de toute la faune du désert.

Les attaques de bêtes sauvages : des ruses du Démon

  • 29 VA, 9, 4.

22L’Ennemi convoque ses chiens (kunais) – on y a vu une référence à la divinité à tête de chien ou de chacal : Anubis – ; puis viennent les démons métamorphosés en bêtes sauvages et reptiles (thèrion kai herpretôn) : lions, ours, léopards, taureaux, serpents, vipères, scorpions, loups, cortège en somme du dieu Seth, frère ennemi d’Osiris, dieu du mal qui règne sur le désert. Dans un vacarme épouvantable, ils attaquent Antoine qui vivait alors dans un tombeau et qui, déjà molesté par le démon lors d’un premier combat, priait étendu sur le sol29.

  • 30 VA, 9, 7 et 11.

« Le lion rugissait dans l’intention d’attaquer, le taureau semblait donner de la corne, le serpent rampait mais sans l’atteindre, le loup s’élançait mais son élan était suspendu. Absolument terrible était la fureur de toutes ces apparitions, jointe au hurlement de leurs cris […] Ils grinçaient des dents contre lui, furieux de s’être joués d’eux-mêmes plutôt que de lui. »30

23Mais l’Adversaire peut user d’une autre tactique :

  • 31 VA, 7, 2 cf. I P 5, 8 : « Votre partie adverse, le Diable, comme un lion r (...)

« Il rôdait comme un lion, cherchant une occasion contre lui. »31

24Le moine vit l’épreuve du juste persécuté assailli par les bêtes sauvages :

  • 32 Ps 22, 13-14 ;17.

« Des taureaux nombreux me cernent, de fortes bêtes de Bashân m’encerclent ; contre moi baille leur gueule, lions lacérant et rugissant […] des chiens nombreux me cernent. »32

25Et encore :

  • 33 VA, 39, 3.

« Une autre fois, ils emplirent la maison de chevaux, de fauves et de reptiles. »33

26C’est que la métamorphose sous forme de bêtes sauvages fait partie de la tactique des démons :

  • 34 VA, 23, 3.

« Ils façonnent des apparences trompeuses et tâchent d’effrayer en se métamorphosant (2 Co 11, 13) et en prenant l’allure de femmes, de bêtes sauvages, de serpents, de géants ou d’une grande troupe de soldats. »34

Le combat sans peur du moine

  • 35 VA, 51, 5.

« Seul en tel désert, il n’avait pas peur quand les démons l’attaquaient, ni ne redoutait la férocité de tant de bêtes sauvages, quadrupèdes et reptiles (cf. Ac, 10, 12) qui se trouvaient là […] Mais comme il est écrit il avait vraiment confiance dans le Seigneur. »35

27Et pourtant le combat est effrayant et dangereux, notamment quand Antoine doit affronter les bêtes réputées les plus féroces : les hyènes :

  • 36 VA, 52, 2-3.

« Comme il veillait la nuit, le diable lança contre lui des bêtes sauvages (thèria), et presque toutes les hyènes de ce désert sorties de leurs tanières l’entourèrent : il se trouvait au milieu d’elles. Chaque bête ouvrait la gueule et menaçait de le mordre. Lui, comprenant l’artifice de l’Ennemi, leur dit à toutes : “Si vous avez reçu pouvoir contre moi (cf. Mt 10, 1) je suis prêt à me laisser dévorer par vous ; mais si vous avez été subornées par des démons, ne vous attardez pas, retirez-vous, car je suis serviteur du Christ (cf. Rm 1, 1 ; Gal 1,10 ; Phil 1, 1)”. À ces mots d’Antoine, elles prirent la fuite, chassées par sa parole comme par un fouet (Jb 5, 21). »36

28Efficacité donc de la parole de celui qui proclame son appartenance au Christ.

Phantasmes tentateurs et métamorphoses

29Mais il arrive que le démon use de phantasmes d’autant plus pernicieux qu’ils sont moins effrayants. Alors que Macaire est épuisé de fatigue et de privations :

  • 37 HMg, 21, 4 (p. 116).

« Le diable crée pour lui le mirage d’une chamelle de bât errant par le désert avec toutes les provisions nécessaires. Elle voit Macaire et vient s’asseoir devant lui. Mais le saint avait compris que c’était un phantasme, ce qu’elle était bien : il se dressa en prière, et la chamelle aussitôt fut engloutie dans le sol. »37

30Il arrive aussi qu’un être humain soit transformé en animal par les sortilèges d’un magicien. On fait alors appel à un moine réputé pour ses pouvoirs et sa sainteté, tel Macaire. Ainsi :

  • 38 HMg, 21, 17 (p. 119).

« Comme un vaurien avait un jour, par de certains sortilèges, changé en jument une fille vouée à la virginité, et que ses parents l’avaient amenée au saint, lui demandant s’il consentirait par ses prières à la changer de nouveau en femme, il l’avait donc enfermée pendant sept jours à part, ses parents demeurant à côté, tandis que dans une autre cellule il vaquait lui-même à la prière. Le septième jour il entra dans la cellule avec les parents, lui frotta d’huile tout le corps et, ayant fléchi les genoux, pria avec les parents : quand ils se furent relevés, ils la trouvèrent changée en fille. »38

La victoire sur la bête hybride

  • 39 On ne peut pas manquer de faire le rapprochement avec les divinités égyptiennes souven (...)

31Ayant épuisé en vain contre Antoine toutes les formes d’animaux les plus féroces possibles, le Diable lui-même se manifeste sous une forme hybride, mi-homme mi-bête, Athanase commente alors39 :

  • 40 VA, 53, 1-3.

« Il vit une bête (thérion) d’apparence humaine jusqu’aux cuisses mais ayant des jambes et des pieds comme ceux d’un âne. Antoine se contenta de se signer et dit : “Je suis serviteur du Christ (Rm 1,1). Si tu as été envoyé contre moi, me voici.” La bête (thérion) avec ses démons s’enfuit, si rapidement qu’elle tomba et mourut. La mort de la bête était la chute des démons. Ils s’efforçaient par tous les moyens possibles de lui faire quitter le désert, mais ils n’y réussirent pas. »40

  • 41 Lc 4, 1-13.
  • 42 Gn2, 18-20 ; cf. Jb 5, 21-23.

32De même que, au désert, le diable avait épuisé différentes tentations face à Jésus avant de reconnaître sa défaite41, face à Antoine il a eu recours à tout le bestiaire du désert pour tenter de le faire renoncer à sa vocation : sévices, apparitions terrifiantes n’ont pas eu raison du serviteur du Christ qui, en finissant par chasser les hyènes furieuses puis l’onocentaure immonde, manifeste un triomphe continu sur le diable par le nécessaire discernement des esprits auquel il accède, par l’oraison et l’ascèse. Il acquiert ainsi – et d’autres moines également – le pouvoir que Dieu avait donné à Adam avant la faute42, créant au désert une sociabilité réconciliée entre les animaux et les hommes, en une sorte de retour au Paradis perdu.

« Les bêtes sauvages seront en paix avec toi » (Jb 5, 23) : une sociabilité réconciliée

33C’est Jésus lui-même qui en est le modèle : vainqueur de Satan « il était avec les bêtes sauvages et les anges le servaient » (Mc 1,13). Et cette bonne entente peut prendre diverses formes.

Des animaux obéissants

34C’est souvent le cas des crocodiles et même d’un hippopotame. Ainsi Abba Bès « qui dépassait tout le monde par sa douceur », dont on reconnaît la « profonde sérénité, les manières affables et le maintien tout angélique », en use pour délivrer la région de certains animaux dangereux :

  • 43 HMg IV, 3 (p. 36-37).

« Il se trouva un jour qu’un hippopotame dévastait la région voisine. Sur l’invite des paysans, il se rendit auprès du lieu et, ayant aperçu la bête, qui était énorme, il lui commanda d’une voix douce : “Au nom de Jésus-Christ, je t’ordonne de ne plus dévaster le pays.” L’autre, comme chassé par un ange, disparut entièrement du lieu. C’est de la même manière qu’il expulsa une autre fois un crocodile. »43

35En effet, les crocodiles suscitent la frayeur ; c’est ce qui arrive aux moines de l’Enquête dans leur inexpérience, tant de la crue du Nil que de la faune locale :

  • 44 HMg, Épilogue, 14 (p. 132).

« Comme nous allions vers la Nitrie, nous passâmes par un certain lieu où il y avait un creux plein d’eau ; beaucoup de crocodiles s’y tenaient à demeure, car l’eau s’était retirée de la campagne voisine. Trois grands crocodiles étaient donc étendus là sur le bord de la fosse, et nous nous approchâmes pour regarder ces bêtes, les croyant mortes. Mais elles, aussitôt, se jetèrent sur nous, et nous voilà invoquant le Christ à voix forte, clamant : “Christ, au secours !” Les bêtes alors, comme chassées en arrière par un ange, piquèrent vers l’eau. »44

36Tandis que les moines s’enfuient à toutes jambes. Antoine aussi échappe, indemne, aux crocodiles :

  • 45 VA, 15, 1.

« Il dut un jour franchir le canal d’Arsinoë – c’était pour aller visiter des frères. Ce canal était rempli de crocodiles. Il se contenta de dire une prière, entra dans l’eau, lui et tous ceux qui l’accompagnaient, et ils traversèrent indemnes. »45

Animaux serviables et animaux coupables

37Mieux encore, un crocodile peut rendre service à un moine. Ainsi abba Hellê, allant visiter des moines un dimanche, leur demanda pourquoi la synaxe n’a pas été célébrée ; on lui expliqua que le prêtre n’avait pas pu venir de l’autre rive à cause d’un crocodile dangereux qui semait la terreur dans la région pour avoir dévoré des hommes. Hellê, sans hésiter, se lève et va au passage.

« Aussitôt la bête le reçut sur son dos et le remit à terre sur l’autre rive. »

38Hellê va chercher le prêtre et, faute de barque :

« Poussant un grand cri, appela le crocodile. Celui-ci obéit aussitôt et se montra, lui faisant un lit de son dos. Le père invita le prêtre à y monter avec lui. »

39À nouveau, il traverse le passage sur le dos de la bête et aborde à la terre ferme :

  • 46 HMg 12, 6-9 (p. 82-83).

« Il y tira aussi la bête : mieux valait qu’elle mourût, lui dit-il, et récoltât sa punition pour les gens qu’elle avait tués. Sur-le-champ le crocodile s’affaissa et rendit l’âme. »46

40La convivialité avec les animaux sauvages et dangereux n’est pas possible pour tous, comme le montre la terreur sacrée qui s’empare des assistants. Seul le moine qui a atteint un haut degré de sainteté peut communiquer avec l’animal jusqu’à lui faire comprendre le sens de sa mort : l’animal coupable n’est pas sauvé. Abba Hellê pouvait avoir une relation moins tragique avec des bêtes moins dangereuses. Rentrant à sa grotte, chargé de quelques provisions :

« Il vit des ânesses sauvages qui paissaient et leur dit : “Au nom du Christ, qu’une de vous vienne à moi, elle portera mon fardeau”. Aussitôt l’ânesse vint à lui. Il lui mit dessus son bagage, s’assit sur elle et, en un seul jour, arriva à la grotte. »

41Cependant à nouveau l’ambiguïté des relations se manifeste :

  • 47 Ibid. 12, 5 (p. 82).

« Comme il avait exposé au soleil les pains et les fruits, les bêtes qui selon leur habitude allaient à l’eau, s’en rapprochèrent ; mais à peine eurent-elles touché au pain qu’elles expirèrent. »47

42Cette fois encore pour les animaux coupables, il n’est point de salut. Même les serpents peuvent être obéissants et serviables. Ammoûn avait déjà été victime de voleurs :

« Or un jour qu’il était sorti dans le désert, il attira à lui deux grands serpents et leur commanda de rester sur la place et de garder sa porte. »

43De retour les brigands sont saisis d’effroi ; le moine les réprimande :

  • 48 HMg, 9, 7 (p. 65).

« Voyez combien vous êtes plus sauvages que les bêtes. Elles, à cause de Dieu, obéissent à nos volontés. Mais vous, vous n’avez même pas eu peur de Dieu. »48

44Ce qui laisse entendre que les serpents éprouvent, fut-ce à travers le moine, une certaine crainte de Dieu et que des animaux – même des plus pernicieux – peuvent être meilleurs que certains humains.

Des animaux dotés de discernement, agents de la justice divine

45Ils peuvent même avoir un rôle de justiciers. Ainsi trouvons-nous dans l’Enquête un conflit armé entre villageois païens et chrétiens pour une affaire de bornage. Abba Apollô intervient pour rétablir la paix.

  • 49 Ibid. 8, 36 (p. 56) : menace terrible quand on sait ce que la privation de sépulture, (...)
  • 50 Ibid. 8, 37 (p. 56-57).

« Mais le champion des païens, homme redoutable et féroce, lui résistait, affirmant avec force qu’il refuserait la paix jusqu’à la mort. Apollô lui dit : « Eh bien qu’il en soit comme tu l’as choisi. Nul autre ne périra que toi. Et, une fois mort, ta tombe ne sera pas la terre, mais les ventres des bêtes sauvages et des vautours se rempliront de ta chair. »49 Et c’est bien ce qui arrive : « Aussitôt dit, aussitôt fait : nul autre ne périt que le champion. Ils l’enterrèrent dans le sable, mais le lendemain ils le trouvèrent déchiqueté par les vautours et les hyènes. Quand ils eurent vu ce prodige et l’accomplissement de l’oracle, tous crurent dans le Sauveur et ils proclamaient Apollô un prophète. »50

46Ici, l’homme se conduit comme une bête féroce rejetant la paix ; il prononce lui-même l’omen déterminant qui, explicité par le moine, s’accomplit par l’action des charognards sans merci que sont les hyènes et les vautours, agents de la justice divine pour la pire des punitions : la privation de sépulture.

47Un animal peut aussi discerner la doctrine. Ce que fit le cheval d’un officier de haut grade, le dux Balacios qui, acquis aux ariens, persécute les chrétiens nicéens, en particuliers les moines et les vierges consacrées. Antoine lui écrit :

« Cesse de persécuter les chrétiens si tu ne veux pas que la colère divine te saisisse. »

48Balacios s’en moque et menace Antoine :

« C’est à toi maintenant que je m’en prendrai. »

49Il se met en route avec le préfet d’Égypte Nestorios ; tous deux montaient des chevaux de Balacios :

  • 51 VA, 86, 1-7 ; A. Martin, Athanase, p. 488-489.

« Les plus doux de ses écuries. Pourtant avant d’arriver à l’étape, les chevaux se mirent à jouer entre eux, comme à l’habitude. Soudain, le plus doux, celui que montait Nestorios, mordit Balacios, le désarçonna et se jeta sur lui. De ses dents, il lui déchira si bien la cuisse, qu’il fallut le transporter à la ville où, en trois jours, il mourut. Tous admiraient que la prédiction d’Antoine se fût réalisée. »51

50Pour qu’il n’y ait pas de doute sur le sens surnaturel de l’événement, Athanase insiste sur la douceur de ce cheval justicier qui ne reconnaît plus son maître.

Des bêtes apprivoisées : une sociabilité réussie

51Au début de son séjour dans la montagne intérieure, les bêtes sauvages endommageaient les cultures d’Antoine.

  • 52 VA, 50, 8-9 et n. 2 (p. 273).

« Il captura alors tout doucement une de ces bêtes et dit à toutes : “Pourquoi me faites-vous du tort, puisque moi je ne vous en fais pas ? Allez-vous-en et au nom du Seigneur n’approchez plus d’ici.” Dès lors, comme par crainte de la défense, elles n’approchèrent plus de l’endroit. »52

52Le pouvoir sur les animaux est toujours exercé au nom du Seigneur et ceux-ci font preuve d’obéissance et de crainte envers Dieu. C’est en somme une certaine spiritualisation des animaux qui transparaît.

53Théon, lui, est un véritable ami des bêtes et jouit de leur compagnie, alors même qu’il se nourrit comme elles puisqu’il ne mange que des légumes crus :

  • 53 HMg 6, 4 (p. 43) ; sur l’anachorète ami des bêtes, v. A.-J. Festugière, Moines d’Orient(...)

« Il sortait la nuit de sa cellule, se mêlait aux troupeaux et les abreuvait de ce qu’il avait d’eau. De fait on pouvait voir près de son ermitage des traces de boubales, d’onagres, de gazelles et d’autres bandes d’animaux dont il faisait ses délices. »53

54Enfin à l’époque où Rufin lui-même a vécu en Égypte et partagé un temps la vie des moines les plus réputés par leur haut degré de sainteté :

  • 54 Rufin, Histoire ecclésiastique, II, 4 ; Païens et chrétiens, p. 378.

« On les considérait comme des hommes qui partageaient les activités non d’autres mortels mais des anges d’en-haut. »54

  • 55 Il s’agit chez Rufin de Macaire l’Égyptien, encore appelé l’Ancien ou le Grand qui viva (...)

55Il a connu le célèbre Macaire qui, entre autres exploits, eut des rapports harmonieux avec des animaux eux-mêmes humanisés55. Alors qu’il allait mourir d’épuisement dans le désert :

  • 56 Pallade, HL, 18, 9.

« Apparut un troupeau d’antilopes qui sont nombreuses dans ces contrées. Une femelle accompagnée de son petit s’arrêta. De sa mamelle le lait ruisselait. Macaire se mit sous elle, la téta et ses forces furent reconstituées. L’animal l’accompagna jusqu’à sa cellule, l’allaitant lui et son petit. »56

  • 57 Sur les animaux femelles nourrices de dieux et de héros, voir la communication (...)
  • 58 Voir supra les hyènes lancées contre Antoine VA, 52, 2-3.

56Grâce à cette antilope nourrice qui lui sauve la vie en l’allaitant57 et l’accompagne telle une bonne mère jusqu’à ce qu’il soit en sécurité, Macaire paraît parvenu à cette vie paradisiaque dont le lait ruisselant est le signe. Or il est une autre bête, pourtant réputée des plus féroces, qui entretient avec lui des rapports de bon voisinage : une hyène58. Rufin raconte :

  • 59 Rufin, HE, II, 4 ; Païens et chrétiens, p. 380 ; cf. à quelques détails prè (...)

« Macaire avait la caverne d’une hyène proche de sa cellule. Un jour, la bête lui apporta ses petits aveugles et les déposa à ses pieds. Et comme il avait compris que la bête le suppliait à cause de la cécité de ses petits, il demanda au Seigneur de leur rendre la vue. L’ayant recouvrée, ils rentrent à la caverne en suivant leur mère. Peu de temps après, celle-ci revenant avec ses petits, apporte en présent à l’Ancien, pour le bienfait reçu, nombre de toisons de mouton laineuses qu’elle tient dans sa gueule et, après les avoir déposées devant la porte, s’en va. »59

57Cette hyène est une bonne mère qui veut sauver ses petits de leur infirmité. Pleine d’une véritable clairvoyance spirituelle, elle reconnaît le charisme thaumaturgique du moine et lui amène ses petits pour qu’ils soient guéris, posant ainsi un acte de foi sinon en Dieu du moins en son serviteur. Humanisée, l’hyène ne peut cependant pas prier Dieu, mais sa démarche est une supplication et elle s’en remet à la médiation du saint homme qui comprend et se tourne vers Dieu pour obtenir le miracle. Exaucée, elle exprime sa gratitude par un cadeau en associant ses petits à sa démarche. Une authentique communication s’établit entre l’animal et le moine. Dans la version de l’Enquête, on peut lire :

  • 60 HMg, 21, 16 (p. 119).

« Macaire lui sourit comme à une personne pleine de gentillesse et de sensibilité. »60

58Cette histoire symbolique prête à l’animal des sentiments et des conduites humaines alors que l’hyène est emblématique de la sauvagerie. Au-delà du motif fréquent de l’animal reconnaissant, on voit abolie la distance entre l’animal le plus sauvage et l’homme qui, parvenu à un haut degré de sainteté, atteint le bios aggelikos, qui mène dès cette terre la uita caelestis.

 

59De la violence féroce des uns au comportement plein de douceur des autres, des dommages causés aux humains aux aides et services rendus, de l’effroi à la confiance, c’est tout un éventail de comportements des animaux que l’on peut découvrir dans cette littérature hagiographique qui fonctionne, d’une certaine manière, comme les contes ; en humanisant les animaux, elle en fait des interlocuteurs, voire des amis. Attaques, relations d’hostilité, comportements féroces poussés à l’extrême sont aussi présentés comme manifestations des démons ; mais le Démon n’a pas le dernier mot. Il manipule les animaux sur lesquels il a prise ou simplement suscite des phantasmes, mais il est vaincu.

  • 61 Sur le parallélisme et la complémentarité entre sociabilité amicale du moine avec les (...)

60À terme, au désert d’Égypte, animaux et moines peuvent vivre en paix. Sans parler des traditions populaires égyptiennes de familiarité entre les animaux du désert et les humains, cette littérature montre que peut se réaliser la promesse : « Je conclurai avec eux une alliance de paix, je ferai disparaître du pays les bêtes féroces. Ils habiteront en sécurité dans le désert » (Ez 34, 25)61, restauration du Paradis perdu, avant-goût du Royaume à venir.

Bibliographie

Athanase d’Alexandrie, Vie d’Antoine, introduction, texte critique, traduction, notes et index par G. J. M. Bartelink, Paris, Les Éditions du Cerf (Sources chrétiennes 400), 2004 (citée VA).

Festugière André-Jean, Les moines d’Orient, I, Culture et sainteté, Paris, Les Éditions du Cerf, 1961.

Guillaumont Antoine, « La conception du désert chez les moines d’Égypte », Revue d’Histoire des Religions, 188, 1, juillet 1975, p. 3-21.

Historia monachorum in Ægypto, traduction d’après le texte grec par A.-J. Festugière, Les moines d’Orient, IV/1, Enquête sur les moines d’Égypte, Paris, Les Éditions du Cerf, 1964 (citée HMg).

Martin Annick, Athanase d’Alexandrie et l’Église d’Égypte au ive siècle (328-373), École française de Rome, Palais Farnèse (Collection de l’École française de Rome 216), 1996.

Lefebvre Georges, Romans et contes égyptiens de l’époque pharaonique, Paris, 1949.

Pallade d’Héllénopolis, Histoire Lausiaque, introduction, traduction et notes par N. Molinier, Abbaye de Bellefontaine (Spiritualité orientale 75), 1999 (citée Pallade, HL).

Rufin d’Aquilée, Histoire ecclésiastique, éd. Th. Mommsen, GCS 9, 2, Leipzig, 1909, p. 951-1040, traduction partielle dans F. Thelamon, Païens et chrétiens au ive siècle (v. infra) (citée Rufin, HE).

Thelamon Françoise, « Modèles de monachisme oriental selon Rufin d’Aquilée », Antichità Alto Adriatiche, 12, 1977, p. 323-352.

Thelamon Françoise, Païens et chrétiens au ive siècle. L’apport de l’« Histoire ecclésiastique » de Rufin d’Aquilée, Paris, Institut d’Études Augustiniennes (collection des Études Augustiniennes – Série Antiquité 86), 1981.

Thelamon Françoise, « Ascèse et sociabilité : les conduites alimentaires des moines d’Égypte au ive siècle », Revue des Études Augustiniennes, 38, 2, 1992, p. 295-321.

Thelamon Françoise, « Présence du monachisme dans l’Histoire ecclésiastique de Rufin d’Aquilée », Adamantius, 17, 2011, p. 23-38.

Vogüé Adalbert (de), Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’Antiquité, Paris, Les Éditions du Cerf (Patrimoines – christianisme), 1991, t. I.

Notes

1 A. Guillaumont, « La conception du désert », p. 3-21 montre que le désert est un lieu où il est dangereux de s’aventurer et difficile de cheminer mais aussi un lieu où l’on peut rencontrer Dieu aussi bien que des animaux sauvages.

2 Athanase d’Alexandrie, Vie d’Antoine, passim (citée VA). La paternité athanasienne de l’œuvre, déjà affirmée par Grégoire de Nazianze en 380, n’est plus discutée de nos jours, A. Martin, Athanase, p. 481, n. 113.

3 Pour des moines occidentaux de l’avis de G.J.M. Bartelink, VA, introduction p. 46 et A. de Vogüé, Histoire littéraire, p. 17, mais plutôt pour des moines de Syrie ou de Palestine où les monastères étaient nombreux à cette date pour A. Martin, Athanase, p. 481-484.

4 VA, Prologue.

5 Elle connut une première traduction anonyme de peu postérieure à l’original, dont l’auteur serait un familier d’Antoine, puis une seconde par Évagre d’Antioche rédigée sans doute en Italie, avant son retour en Orient fin 372. Écrivant à Aquilée en 402, Rufin fait état de « ce petit livre écrit par Athanase et même publié en latin » (Histoire ecclésiastique, citée HE, I, 8) qui semble largement diffusé, et y renvoie ses auditeurs-lecteurs, préférant traiter de faits moins connus des Occidentaux.

6 F. Thelamon, « Modèles de monachisme », p. 323-352. 

7 Rentré en Italie peu après la Pentecôte 397, Rufin qui avait dirigé le monastère latin du Mont des Oliviers adapta en latin, peu après 403, ce récit désormais connu sous le titre d’Historia monachorum in Ægypto.

8 Rufin, HE, II, 4, traduction dans F. Thelamon, Païens et chrétiens, p. 480. Arrivé à Alexandrie au printemps 373, Rufin avait vécu huit ans en Égypte au cours de deux séjours ; il avait visité les moines les plus célèbres, v. F. Thelamon, « Présence du monachisme », p. 23-38.

9 On la trouve, par exemple, dans les contes, où le magicien-sage peut par ses connaissances magiques communiquer avec les animaux, ainsi Bata, dans le Conte des deux frères, comprend le langage des animaux, v. G. Lefebvre, Romans et contes, p. 137-158 ; Païens et chrétiens, p. 389, n. 49 et 50.

10 Dt 8, 15 ; Nb 21,6 ; 1Co 10, 24.

11 F. Thelamon, « Ascèse et sociabilité », p. 295-321 ; Païens et chrétiens, p. 378-379.

12 Jb 5, 23.

13 Rufin, HE, II, 4 ; Païens et chrétiens, p. 378.

14 VA 74, 5 cf. Rm 1, 23.

15 HMg, 8 (MO IV/1, p. 53).

16 VA 82, 7 cité par Sozomène, HE, 6, 5.

17 Ibid. 82, 10 se référant au Ps 31, 9 ; A. Martin, Athanase, p. 488.

18 VA 68, 3 cf. Athanase, Hist. Ar. 65.

19 Gn 3, 1-13 ; cf. Job 8, 44.

20 Ibid. 14.

21 Jn 8, 44.

22 Ap 12, 9-10.

23 Nb 21, 6 ; cf. 1 Co 10, 9.

24 VA 12, 3-4.

25 Histoire lausiaque (HL), 18, 10.

26 HMg 9 (p. 64).

27 HMg 20, 12 (p. 113)

28 HMg 9, 9-10 (p. 66).

29 VA, 9, 4.

30 VA, 9, 7 et 11.

31 VA, 7, 2 cf. I P 5, 8 : « Votre partie adverse, le Diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. Résistez- lui, fermes dans la foi ».

32 Ps 22, 13-14 ;17.

33 VA, 39, 3.

34 VA, 23, 3.

35 VA, 51, 5.

36 VA, 52, 2-3.

37 HMg, 21, 4 (p. 116).

38 HMg, 21, 17 (p. 119).

39 On ne peut pas manquer de faire le rapprochement avec les divinités égyptiennes souvent représentées sous des formes hybrides mi humaines mi animales.

40 VA, 53, 1-3.

41 Lc 4, 1-13.

42 Gn2, 18-20 ; cf. Jb 5, 21-23.

43 HMg IV, 3 (p. 36-37).

44 HMg, Épilogue, 14 (p. 132).

45 VA, 15, 1.

46 HMg 12, 6-9 (p. 82-83).

47 Ibid. 12, 5 (p. 82).

48 HMg, 9, 7 (p. 65).

49 Ibid. 8, 36 (p. 56) : menace terrible quand on sait ce que la privation de sépulture, en Égypte plus qu’ailleurs, représente ; le corps livré aux chiens et aux vautours subit la pire ignominie qui prive le mort de toute survie dans l’au-delà.

50 Ibid. 8, 37 (p. 56-57).

51 VA, 86, 1-7 ; A. Martin, Athanase, p. 488-489.

52 VA, 50, 8-9 et n. 2 (p. 273).

53 HMg 6, 4 (p. 43) ; sur l’anachorète ami des bêtes, v. A.-J. Festugière, Moines d’Orient, I, p. 53-57.

54 Rufin, Histoire ecclésiastique, II, 4 ; Païens et chrétiens, p. 378.

55 Il s’agit chez Rufin de Macaire l’Égyptien, encore appelé l’Ancien ou le Grand qui vivait surtout à Scété, mais il règne une certaine confusion avec Macaire d’Alexandrie qui vivait aux Cellules. Rufin a connu les deux Macaire.

56 Pallade, HL, 18, 9.

57 Sur les animaux femelles nourrices de dieux et de héros, voir la communication dans le présent volume de Liliane Régent-Romy : L’animal nourricier d’enfants dans la mythologie grecque.

58 Voir supra les hyènes lancées contre Antoine VA, 52, 2-3.

59 Rufin, HE, II, 4 ; Païens et chrétiens, p. 380 ; cf. à quelques détails près, on trouve le même récit dans HMg, 21, (p. 118-119) et dans Pallade, HL, 18, 27-28 qui dit tenir l’anecdote d’un disciple de Macaire, Paphnuce.

60 HMg, 21, 16 (p. 119).

61 Sur le parallélisme et la complémentarité entre sociabilité amicale du moine avec les animaux et commerce des anges, Païens et Chrétiens, p. 389-390 ; F. Thelamon, « Ascèse et sociabilité », p. 295-321.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search