Version classiqueVersion mobile

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

L'animal vivant et mort dans les religions : l'animal de sacrifice

D’une culture à l’autre : l’acclimatation des « animaux sacrés » d’Égypte dans les temples isiaques de Rome

Marie-Christine Budischovsky

Résumé

En Égypte pharaonique, les animaux ne sont pas une espèce inférieure à l’homme ; ils ne sont pas non plus des dieux, mais ils peuvent entretenir avec le monde divin des relations privilégiées. Dès la fin de la République romaine, les cultes d’origine égyptienne se sont intégrés aux pratiques de Rome sous une forme spécifique appelée culte isiaque. Pour savoir si ces communautés pieuses adoraient réellement des « animaux sacrés », comme le pensaient la plupart des Grecs et des Romains, il convient d’étudier, outre les inscriptions, les représentations zoomorphes trouvées dans les principaux temples isiaques fondés sur le sol italien en analysant les transformations morphologiques qu’ils ont subies ainsi que la place qu’ils occupaient dans l’espace sacré et dans le cœur des fidèles.

Texte intégral

  • 1 S. Sauneron, J. Yoyotte, « La naissance du monde selon l’Égypte ancienne », p. 69-70 et (...)

1Contrairement à la Bible et à l’Antiquité classique qui avaient globalement une vision hiérarchique et dépréciative de l’animal, les Égyptiens croyaient à une communauté d’origine de tous les règnes de la création, où l’homme ne tenait pas toujours le premier rôle1. Aussi, quand l’historien Hérodote fit son voyage en Égypte, il a pu constater l’étonnante familiarité que les habitants de la Vallée du Nil entretenaient avec l’espèce animale. Surtout, il nous relate un des faits les plus curieux qu’il ait rencontrés, l’existence d’animaux « sacrés ». À sa suite, Diodore de Sicile (I, 83, 1) déclare, à l’époque d’Auguste, que :

« Les Égyptiens vénèrent extrêmement quelques animaux, non pas seulement quand ils vivent, mais quand ils sont morts aussi, tels les chats, les ichneumons, et les chiens, et encore les faucons et les animaux appelés chez eux ibis, et aussi, les loups, les crocodiles et bien d’autres encore du même genre. »

  • 2 A. Charron, « Les animaux et le sacré dans l’Égypte tardive, fonctions et signific (...)

2En fait, une divinité peut se manifester sous une forme animale et les animaux devenir des intermédiaires avec le monde divin, sans être objet d’un culte ; aussi, l’existence de grandes nécropoles d’animaux momifiés frappait les étrangers sans qu’ils en comprissent bien l’utilisation2.

  • 3 L. Bricault, Les cultes isiaques dans le monde gréco-romain, p. 181-193.

3Depuis la mort d’Alexandre, certaines croyances inspirées de l’Égypte traditionnelle s’étaient diffusées dans toute la Méditerranée, privilégiant quelques dieux dits isiaques : en tête le couple d’Isis et Sérapis, puis leur fils Harpocrate et le fidèle Anubis à tête de chien ; enfin, sur un mode mineur quelques autres dont le taureau Apis, la chatte Bubastis et le faucon Horus. Bien entendu, au contact d’autres cultures, il y a eu modification de l’original égyptien et c’est principalement sous une forme hellénisée que ces dieux apparaissent en Italie à la fin de la République et se conforment aux pratiques cultuelles de Rome3.

4Comment a pu se faire l’adaptation de formes animales divines ? Car quelques déités isiaques n’ont pas abandonné leur apparence première. Or, si le regard d’Hérodote est celui d’un observateur, cette particularité égyptienne n’a pas été sans provoquer de réaction hostile, réaction que l’on remarque tant dans l’Énéide de Virgile (VIII, 698) que dans les satires de Juvénal (XV, 1-8), a fortiori chez les chrétiens (Paul, Rom.1, 22-23). Cependant, nous sommes dans un univers polythéiste où les dieux d’origine égyptienne ont eu leurs adeptes, y compris parmi les empereurs de Rome.

5C’est dans ce contexte isiaque que nous allons étudier la forme des représentations animalières dans la sculpture et la peinture italiennes du début de l’Empire romain – essentiellement les ier-iie siècles de notre ère – et découvrir leur place dans un espace sacré. Pour cela, nous privilégions le temple bien documenté d’Isis à Pompéi dans la province de Campanie, celui de Bénévent fondé par Domitien et celui du Champs de Mars (Iseum Campense), rénové par les Flaviens, principal sanctuaire isiaque de Rome. On s’interrogera, enfin, sur les fidèles qui n’ont pas été rebutés par cet aspect insolite.

Les « métamorphoses »

6Deux divinités thériomorphes se distinguent dans le cortège des isiaques, Apis et Anubis. À Memphis, capitale traditionnelle de l’Égypte, l’ancien culte du taureau Apis est lié aux forces vitales du pharaon et s’était développé à l’époque tardive : les prêtres de Ptah sélectionnaient un taureau, tel une statue divine animée où se serait manifesté ce dieu, et le présentaient à la vue de tous dans une dépendance du temple. Hérodote (III, 28) nous renseigne approximativement sur les critères du choix de l’élu :

« Ce jeune taureau que l’on appelle Apis présente les signes que voici : il est noir, il porte sur le front une marque blanche triangulaire, il a sur le dos l’image d’un aigle [faucon], les poils de la queue fourchus, sous la langue, l’image d’un scarabée. »

  • 4 G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 48, no 395, pl. CXIV.
  • 5 M. Malaise, Inventaire préliminaire des documents égyptiens découverts en Italie, p. 363 (...)
  • 6 Ibid., p. 58, pl. 2.
  • 7 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei e nel museo archeologico nazionale, p. 78-79, (...)
  • 8 G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 24, no 305, pl. (...)
  • 9 M. Malaise, Inventaire, p. 300-301, no 17-19, pl. 59.

7On reconnaît le modèle iconographique égyptien : disque astral (soleil flanqué d’un uræus ou lune) entre les cornes, marque triangulaire sur le front, collier large, décor d’animaux ailés sur le dos encadrant un tapis (fig. 1)4. L’image familière du taureau a pu faciliter un transfert de l’aspect animal en Italie, mais avec des simplifications5 : le taureau debout, ou en marche, est coiffé d’un disque solaire (fig. 7, en haut vers la droite)6. Mais son aspect lunaire est également souligné par un croissant soit dressé entre les cornes : sacrarium de l’Iseum de Pompéi7, petits bronzes de Campanie (fig. 2)8, soit gravé sur le flanc : temple de Bénévent9 ; cette sélénisation est commentée par Plutarque (De Iside, 43) :

« Apis est l’image vivante d’Osiris [dieu lunaire], il est engendré au moment où une lumière génératrice part de la lune et vient toucher la génisse en chaleur. Pour le même motif, ils [certains philosophes] ajoutent encore qu’Apis paraît offrir plusieurs traits de ressemblance avec les phases de la lune. »

  • 10 G. Capriotti Vittozzi, « The Flavians: Pharaonic Kingship between Egypt and Ro (...)
  • 11 M. Malaise, Inventaire, p. 300-301, no 17-19, pl. 59.

8Parfois, la divinité ne porte pas d’attribut, quand son identification est évidente (mosaïque du Serapeum d’Ostie). Il est à noter qu’il n’existe aucune dédicace à Apis en Italie, mais nous savons par Ovide (Amores, II, 13, 11) qu’il pouvait accompagner Isis dans les processions ; sans doute, sa présence renforçait-elle l’égyptianité du sanctuaire. Les empereurs Flaviens lui ont porté une attention particulière qui peut s’expliquer par ses liens avec un pouvoir fort10 : outre la consécration d’un Apis à Memphis par Titus (Suétone, Titus, 5, 4), on remarquera que dans l’Iseum de Bénévent, créé en l’honneur de Domitien, dans un esprit de fidélité au modèle égyptien (y compris dans les hiéroglyphes des obélisques), ont été retrouvées trois images de ce dieu11.

Fig. 1. - Statuette d’Apis égyptien. Bronze. H. 13 cm. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptothek, AE.I.N. 616.

Fig. 1. - Statuette d’Apis égyptien.             Bronze. H. 13 cm. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptothek, AE.I.N.             616.

Source Kater-Sibbes et Vermaseren Martin, Apis, II, p. 49, no 403, pl. 118.

Fig. 2. - Statuette d’Apis romain (Herculanum). Bronze. H. 13 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 4934.

Fig. 2. - Statuette d’Apis romain             (Herculanum). Bronze. H. 13 cm. Naples, Musée archéologique, inv.             4934.

Source Kater-Sibbes et Vermaseren Martin, Apis, II, p. 24, no 305, pl. 65.

Fig. 3. - Hermès d’Osiris-Apis (Canope de la Villa Adriana). Marbre noir. H. 50 cm. Cité du Vatican, musée Grégorien-Egyptien, inv. 22 807.

Fig. 3. - Hermès d’Osiris-Apis (Canope             de la Villa Adriana). Marbre noir. H. 50 cm. Cité du Vatican,             musée Grégorien-Egyptien, inv. 22 807.

Source Kater-Sibbeset Vermaseren Martin, Apis, II, p. 20, no 295, pl. 49.

  • 12 J.-C. Grenier, « La décoration statuaire du ‘Serapeum’ du ‘Canope’ de la Villa Adriana » (...)

9Un autre cas de contexte impérial peut être observé dans le cadre privé du complexe de la Villa Adriana qui commémore Antinoüs, favori d’Hadrien, mort noyé et divinisé en Égypte. Un premier monument est une statue provenant sans doute de Memphis, exemple rare d’importation de la forme hybride de ce dieu à l’égyptienne : tête de taureau coiffée d’une perruque surmontée du disque entre les cornes et torse de forme humaine gravé du sceptre ouas. Le deuxième monument est encore plus intéressant, car il a fait l’objet d’une construction savante sous les directives probables d’un prêtre lettré ; il est l’expression en image de l’étymologie du nom du dieu Osiris-Apis (Wsr-Hp.is), forme funéraire vénérée à Memphis (sa forme hellénisée, Sérapis, fut adoptée avec des fonctions enrichies par les Ptolémées). Deux têtes des entités divines Osiris (humaine) et Apis (animale) sont, donc, greffées sur le même corps (fig. 3) qui devait émerger de la fleur de lotus, symbole de renaissance solaire, trouvée au même endroit12.

  • 13 K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 227, no 18, pl. 36,1.
  • 14 E. M. Ciampini, « The Pamphili Obelisk », p. 399-400.

10À Rome, un relief de la XVIIIe dynastie (daté de Horemheb, Nouvel Empire, fin du xive siècle av. J.-C.) n’a pas été importé sans intention politique13 ; il a été retrouvé dans la zone de l’Iseum Campense somptueusement rénové par les Flaviens : c’est la représentation classique de Pharaon allaité par la vache Hathor, marque d’adoption du roi par les divinités féminines. Le choix de ce monument n’est pas innocent : la forme animale permet un rapprochement avec la louve allaitant le futur roi Romulus et son frère, image familière aux Romains. En revanche, le texte hiéroglyphique de l’obélisque de Domitien dans le même lieu se réfère à l’allaitement par des déesses à forme humaine, comme dans les mammisis égyptiens14 :

  • 15 J.-C. Grenier, « Les inscriptions hiéroglyphiques de l’obélisque Pamphili », p (...)

« Les deux déesses ont mis leur sein dans sa bouche. »15

  • 16 M.-Ch. Budischovsky, « La figure de Pharaon dans la Mensa Isiaca », p. 334-338

11Si l’obélisque apparaît aux yeux du simple promeneur comme un référent égyptien, ce texte est un moyen de légitimer et glorifier l’empereur ainsi que son destin exceptionnel de maître du monde. Aspects humain (texte) et animal (image) alternent dans le même espace à des niveaux de lecture différents. Cela implique, en relation avec les temples, l’existence de prêtres de culture égyptienne plus ou moins spécialisés tant pour la composition des textes que pour l’adaptation des modèles iconographiques et leur insertion dans une architecture mixte ; dans les ateliers, il faut envisager des artisans d’origine égyptienne ou des copistes romains plus ou moins habiles16.

  • 17 Ph. Borgeaud, Aux origines de l’histoire des religions, p. 71-72. L. Bricault, Les (...)
  • 18 M. Malaise, « Anubis et Hermanubis à l’époque gréco-romaine », p. 73-93.
  • 19 E. A. Arslan, Iside, p. 435, V, 58.
  • 20 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 29.
  • 21 S. De Caro, Egittomania, p. 186, III, 55.
  • 22 E. A. Arslan, Iside, p. 386-387, V, 2. K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 245, no  (...)

12Venons-en au procédé le plus habituel, celui de l’interpretatio. Il consiste en un système d’équivalence entre divinités gréco-romaines et étrangères par rapport à des caractéristiques communes17. Nous prendrons l’exemple d’Anubis18 : si le petit bronze (fig. 4) exhumé dans le laraire de la maison de C. Memmius Auctus à Pompéi est de style égyptien (allure hiératique, museau animal allongé, perruque, pagne, main tenant un sceptre disparu)19, les peintures pompéiennes sur le thème de la réception d’Io par Isis (ecclesiasterion de l’Iseum20, maison du duc d’Aumale21) montrent, au contraire, un dieu totalement anthropomorphe (Hermanubis) portant le caducée de Mercure, mais aussi le sistre, « logo ». isiaque par excellence. Examinons maintenant la forme la plus habituelle sur un relief romain d’un autel de l’Iseum Campense dédié à Isis (fig. 5)22 : sur le côté gauche, Anubis debout garde sa tête canine, mais romanisée avec un mufle épais ; il porte palme et caducée (attribut de Mercure) ; il est vêtu à la romaine, vêtement court, manteau, sandales ailées. On trouve l’explication de cette création romaine dans le dernier livre des Métamorphoses (XI, 11) où Apulée, déclare qu’Anubis « sert de messager entre le monde d’en haut et le monde infernal » ; comme Hermès/Mercure, il est un dieu mobile circulant entre les différents espaces du monde.

Fig. 4. - Statuette d’Anubis égyptien de Pompéi (laraire de la maison de M. Memmius Auctus). H. 13, 2 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 110606.

Fig. 4. - Statuette d’Anubis égyptien             de Pompéi (laraire de la maison de M. Memmius Auctus). H. 13,             2 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 110606.

Source De Caro, Iside, p. 435, V. 58.

Fig. 5. - Relief d’Anubis romain (côté droit d’un autel de l’Iseum Campense de Rome). Marbre grec. H. 87 cm. Rome, Musées Capitolins, salle de l’Iseum Campense, inv. 21.

Fig. 5. - Relief d’Anubis romain (côté             droit d’un autel de l’Iseum Campense de Rome). Marbre grec.             H. 87 cm. Rome, Musées Capitolins, salle de l’Iseum Campense, inv. 21.

Source De Caro, Iside, p. 387, V, 2.

  • 23 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 54, no 60 et p. 58.
  • 24 L. Bricault, « Les Anubophores », p. 29-42.

13Une peinture du portique de l’Iseum de Pompéi montre un prêtre ou un fidèle isiaque coiffé du masque d’Anubis23 ; chaussé de sandales de papyrus, il est enveloppé dans un ample manteau rouge dissimulant ses bras repliés. Ces Anubophores jouent un rôle important dans les processions24 et sont évoqués dans le même texte d’Apulée (XI, 8-11), qui nous restitue l’atmosphère de la fête publique du Navigium Isidis, marquant la reprise de la navigation maritime, sous la protection d’Isis, le 5 mars. On y voit d’abord défiler des figures carnavalesques à la romaine ; puis arrive le cortège sacré isiaque au son des sistres ; les prêtres porteurs des sacra sont suivis des dieux liés aux manifestations animales divines : en tête, un prêtre ou un dévot porte le masque d’Anubis, un autre, une statue de la vache divine :

« Bientôt parurent les dieux, daignant, pour avancer, se servir de pieds humains. D’abord le dieu à l’aspect terrifiant qui sert de messager entre le monde d’en haut et le monde infernal, mi-parti noir et doré de visage, la tête haute et dressant son encolure de chien : Anubis qui de la main gauche tenait un caducée, de la droite agitait une palme verdoyante. Puis immédiatement, sur ses pas, une vache tout debout, symbole de fécondité, image de la déesse mère de toutes choses. Elle reposait sur les épaules d’un de ses bienheureux ministres, qui gardait en la soutenant une allure pleine de dignité (XI, 11). »

  • 25 RICIS 515/0101 Anubis augustus.
  • 26 RICIS 501/0102 (dans une dédicace à Isis lydienne de la Regio III).
  • 27 RICIS 503/1115 et 503/1118.

14Anubis occupe le dernier rang du quatuor des grandes divinités isiaques. S’il est attesté assez fréquemment dans les inscriptions du monde grec, son rôle est plus effacé en Italie, mais dans des milieux sociaux variés ; une dédicace à Aquilée par une femme d’origine servile25, une offrande de statue du dieu par un affranchi impérial à Rome26, la mention de citoyens, Anubiaques, à Ostie27. De même, il apparaît peu dans l’iconographie, généralement en compagnie et sous une forme hybride. Pour ces divinités « étranges », le temple est le lieu par excellence qui permet la transmission de leur image aux dévots qui le fréquentent et au-delà.

Localisation des formes animales dans l’espace sacré isiaque

  • 28 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 75-80, no 117, 119-123 et no 135.
  • 29 S. De Caro, « L’Iseo di Pompei », p. 342.
  • 30 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 29 et 70 no 98.
  • 31 Ibid., p. 81, no 135.
  • 32 P. G. P. Meyboom, The Nile Mosaic of Palestrina.

15À l’inverse de l’Égypte, les statues principales de culte dans la cella ne peuvent pas revêtir une forme animale. Peintures et sculptures de ce type occupent des espaces secondaires. Ainsi, à Pompéi, ces représentations sont concentrées dans une salle annexe du temple d’Isis, appelée sacrarium28. Elle est décorée de fresques avec des sujets thériomorphes : sur la paroi est, un tableau regroupe des animaux égyptiens peints par une main romaine peu habile ; on reconnaît sur deux niveaux, de gauche à droite : taupe (à la place de la musaraigne ?), vautour, mangouste, puis, singe tenant un serpent, bélier, chien ou chacal, sans aucun attribut divin, mais ils sont susceptibles d’interprétations sacrées29. En effet, on note le voisinage dans la même pièce des représentations de divinités : Osiris trônant (paroi ouest), Bès (paroi nord), transfert du coffret osiriaque par Isis (paroi nord), mais aussi des figures isolées d’animaux (paroi nord) : vautour, lion, dont certaines coiffées du lotus, attribut divinisant : cobra, ibis cher à Thot (fig. 6) ; taureau Apis à coiffe lunaire (paroi est). Dans l’ecclesiasterion, un Hermanubis apparaît dans le tableau de la réception d’Io en Égypte30. Dans la cuisine, une grosse chatte blanche à l’affût sur son réchaud veille telle Bastet sur les provisions du temple31. On est loin des animaux exotiques de la mosaïque de Palestrina32.

Fig. 6. - Ibis (fresque du sacrarium de l’Iseum de Pompéi). H. 82 cm. La. 56 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 8562.

Fig. 6. - Ibis (fresque du sacrarium de             l’Iseum de Pompéi). H. 82 cm. La. 56 cm. Naples, Musée             archéologique, inv. 8562.

Source Tran Tam Tinh, Le culte d’Isis à Pompéi, pl. VII. 2, avec modification de l’auteure.

  • 33 L’ouvrage de référence est : K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom. Voir la rec (...)
  • 34 K. Lembke, « Ein relief aus Ariccia und seine Geschichte », p. 97-102.
  • 35 K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 240, no 40 (disparu).
  • 36 Ibid., p. 239-240, no 39, pl. 43,3.
  • 37 Ibid., p. 228-229, no 20-21, pl. 37,2.3 ; p. 238, no 36, pl. 43,1.2.
  • 38 Ibid., p. 221-224, no 10-11, pl. 29-30 ; no 12, pl. 31 ; no 13-14, pl. 32.
  • 39 Ibid., p. 225-227, no 15, pl. 33,1.2 ; no 16, pl. 34,2 ; no 17, pl. 35 ; p. 241-242, no  (...)
  • 40 Les numéros renvoient au catalogue de K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom.
  • 41 Ibid., p. 186-188, no 3, 5, 6, pl. 7.1, 3 et 8.4.
  • 42 Ibid., p. 228, no 19, pl. 37,1.
  • 43 Ibid., p. 245, no 49, pl. 46.

16Passons à l’Iseum Campense. L’emplacement de ce temple principal des dieux égyptiens apparaît dans les sources écrites : Apulée, (Met. XI, 26), Juvénal (VI, 528-529) et sur la Forma Urbis (plan antique de Rome), dans la région à l’ouest du Panthéon entre la Via del Seminario et S. Stefano del Cacco (le macaque)33. Un relief d’Ariccia éclaire notre sujet (fig. 7)34 : un portique, formé de petites chapelles abritant des statues de divinités et de cynocéphales borde une cour cérémonielle ; dans un espace ouvert, une statue d’Apis35. Des sculptures animalières ont été retrouvées dans cette zone : un crocodile à queue repliée, image de Sobek, près d’un canal36, des babouins37, des lions38, le plus souvent en paire (fig. 10, formant aujourd’hui le décor de l’escalier d’accès au Capitole), des sphinx39 ; ces derniers pourraient évoquer l’existence d’un dromos, allée processionnelle égyptienne. L’origine, les matériaux (surtout granit, mais aussi basalte, porphyre, pierre) et la datation de tous ces monuments sont très divers40. On note l’époque pharaonique avec des inscriptions royales : sphinx d’une épouse de Thoutmosis III (n° 15), d’Amasis II (n° 16), lions de Nectanebo I (n° 13-14), singes de Nectanebo II (n° 20-21) ; l’époque ptolémaïque : lions (n° 10-12), sphinx (n° 17). S’y ajoutent quelques monuments : des détails dans l’ensemble des colonnes sculptées où certaines figures de prêtres portent un canope à tête canine, l’enseigne d’un faucon ou d’un bovin couché41, une statue d’Horus à tête de faucon42 ; l’Anubis d’un autel isiaque déjà mentionné43.

Fig. 7. - Relief d’Ariccia. Marbre. L. 1,12 m. H. 50 cm. Rome, Musée National Romain, inv. 77255.

Fig. 7. - Relief d’Ariccia. Marbre.             L. 1,12 m. H. 50 cm. Rome, Musée National Romain, inv.             77255.

Source Kater-Sibbes et Vermaseren Martin, Apis, II, p. 17-18, no 293, pl. 45.

  • 44 G. Capriotti Vittozzi, « The Flavians: Pharaonic Kingship between Egypt and Rome », p. 2 (...)
  • 45 K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 228-229, no 20-21, pl. 37, 2.3.

17L’Iseum de Pompéi est un bon exemple d’un temple provincial italien : son portique présente un dévot portant un masque animal d’Anubis dans une procession, mais le dieu peut être parfaitement intégré dans le tableau de la réception d’Io en Égypte dont on trouve copie dans une riche demeure ; c’est dans les salles annexes que sont regroupés les animaux égyptiens dans tous leurs états. Au contraire, l’Iseum Campense est une véritable vitrine visible par tous de la forme d’origine, un musée sacré enraciné dans la tradition : la forme animale égyptienne y est privilégiée et peut devenir l’objet d’une dévotion personnelle. Emblématique nous semble le cas des cynocéphales assis, une forme rare du dieu Thot en Italie44, dont nous avons vu la représentation statuaire soulignée sur le relief d’Ariccia. Nous nous intéresserons à deux documents : un monument au passé prestigieux (fig. 8), où une paire de babouins de type hermopolitain porte une double inscription avec la titulature du pharaon Nectanebo II (-359 -341), « aimé de Thot »45. L’idéogramme du nom divin est un babouin, à la fois image et texte de la statue ; les Égyptiens lettrés peuvent le lire dans leur langue Djéhouty, selon une tradition ancienne, les habitants cultivés de Rome liront Thot. D’autre part, une copie romaine retrouvée dans la zone de l’exèdre du Serapeum du même temple est le témoignage de piété d’un fidèle hellénisé (peut-être égyptien ?) et présente à la base une inscription bilingue (fig. 9) : à l’avant, on lit en grec Ph…, le début du nom très lacunaire du dédicant ; sur le côté droit, on lit en grec le nom des artisans : Phidias et Ammonios, tous deux fils de Phidias ; sur le côté gauche, on lit en latin la permission du magistrat romain :

  • 46 Ibid., p. 238, no 36, pl. 43,1.2. RICIS, 501/0123.

« (Ph a dédié ce monument) sur un emplacement assigné par Caelius […] illianus Maximus, administrateur des bâtiments sacrés et des ouvrages publics, […] Septimius Quintillus et Priscus étant consuls. » (159 apr. J.-C.)46

  • 47 S. De Caro, Egittomania, p. 137, II, 88 et p. 143.
  • 48 Ibid., p. 108, I, 68 ; p. 112, I, 77.
  • 49 Ibid., p. 120 et 124.
  • 50 Ibid., p. 192, III, 65. M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici. M. J. V (...)

18Pour d’autres exemples de singes en milieu sacré, on a celui du tableau du sacrarium de Pompéi brandissant un serpent et les deux sculptures du temple de Bénévent47. En fait, c’est l’ibis, autre forme du dieu, qui apparaît le plus, tant dans le décor des temples (relief d’Ariccia, Iseum de Pompéi48, scènes de culte d’Herculanum49) que dans celui à tendance égyptomane des riches maisons de Rome et de Campanie50. C’est dans cette dernière mouvance que ces animaux ont connu un réel succès.

Fig. 8. - Statue égyptienne de Thot en babouin. Granit gris. H. 1, 51 m. Rome, Musées Capitolins, salle de l’Iseum Campense, inv. 26.

Fig. 8. - Statue égyptienne de Thot en             babouin. Granit gris. H. 1, 51 m. Rome, Musées Capitolins, salle             de l’Iseum Campense,             inv. 26.

Source Roullet, Egyptian and Egyptianizing monuments, pl. 173, figure 249.

Fig. 9. - Statue romaine de Thot en babouin acéphale. Basalte bleu-gris, H. 1, 10 m. Vatican, Musée Grégorien-Égyptien, inv. 34.S.

Fig. 9. - Statue romaine de Thot en             babouin acéphale. Basalte bleu-gris, H. 1, 10 m. Vatican, Musée             Grégorien-Égyptien, inv. 34.S.

Source Roullet, Egyptian and Egyptianizing monuments, pl174, figure 252 = Codex Pighianus (1550-1555).

Divinités à forme animale et dévotion à Pompéi

  • 51 V. Tran Tam Tinh, Le culte d’Isis à Pompéi, p. 31-32.
  • 52 Ibid., p. 41-49.

19Nous savons que la remise en état de l’Iseum de Pompéi est due aux libéralités du père de N. Popidius Celsinus, un fils d’affranchi d’une riche famille samnite reçu au sein du sénat de la cité51, un exemple parmi d’autres des liens de l’élite locale avec notre culte52. Nous reprendrons plus précisément les exemples représentatifs d’Apis (forme animale) et d’Anubis (interpretatio) dont l’image se retrouve dans les riches maisons de la sphère supérieure de la cité. Il est intéressant de croiser nos données avec celles des laraires.

  • 53 M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici, p. 15-21. I. Bragantini, « Il culto di Isi (...)
  • 54 G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 22, no 300, pl. LXI.
  • 55 M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici, p. 15-21, no 9, pl. XV.
  • 56 M. Mastroroberto, « Le sfingi nel giardino dipinto della Casa del Bracciale d’oro a Pompe (...)
  • 57 M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici, p. 35-51.
  • 58 L. Beaurin, « Les divinités isiaques dans les cultes domestiques », no 23.
  • 59 Ibid. no 25. G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 24-25, no 306 (...)
  • 60 V. Tran Tam Tinh, Le culte d’Isis à Pompéi, p. 173, no 138. E. A. Arslan, Iside, p. 132, V 52 et (...)

20Pour Apis, il convient d’essayer d’analyser le contexte. Les scènes sans référence précise isiaque peuvent relever d’une simple égyptomanie53 : peintures de la « masseria » d’Idrace54, de la maison « del Frutteto »55, de la maison du « Bracciale d’Oro »56. À l’inverse, les figures égyptisantes en procession de la maison du Centenaire (celle d’A. Rustius Verus, duumvir de la cité ?), dont l’une porte un Apis et où figure un babouin accroupi57, sont dans une maison où une statuette d’Harpocrate a été retrouvée avec celle de Jupiter (laraire ?)58. De même, dans la villa de Cn. Domitius Auctus à Scafati, le petit bronze accompagné d’un croissant lunaire en argent se rattache à un probable laraire avec une statuette d’Isis Panthée, une Vénus anadyomène, un serpent59. Sur un gobelet en argent avec des scènes du culte isiaque, on voit, à côté d’un autel, une statue du dieu taurin à croissant lunaire sur un piédestal. L’objet a été trouvé dans la Grande Palestre, près du squelette d’un jeune homme en fuite lors de l’éruption du Vésuve. Il pourrait provenir de deux maisonnées de dévots, à proximité : celle de Loreius Tiburtinus ou des Praedia Julia Felix60.

  • 61 L. Beaurin, « Les divinités isiaques dans les cultes domestiques », no 6.
  • 62 Ibid., no13 ter et quater. I. Bragantini, « Il culto di Iside e l’egittomania », p. 159-1 (...)
  • 63 S. De Caro, Egittomania, p. 186, III, 55.
  • 64 S. De Caro, Egittomania, p. 174, III, 23. L. Beaurin, « Les divinités isiaques dans les c (...)

21Les représentations d’Anubis se trouvent dans des maisons abritant des laraires, en compagnie d’autres divinités isiaques ou classiques. Dans le grand domaine dit Praedia Julia Felix, un édicule du portique abrite une peinture où Anubis vêtu de noir avec une palme côtoie Isis et Sérapis61. Au sud-est du péristyle de la belle maison des Amours Dorés, dans un sacellum isiaque, on voit le dieu au museau noir, vêtu d’une toge rouge et portant un caducée, accompagné d’Isis, Sérapis et Harpocrate ; à côté, une lampe au disque orné des figures d’Isis, Harpocrate et d’Anubis avec caducée et palme, sans compter une statuette en albâtre d’Horus hiéracocéphale62. Passons à une pièce de la maison dite du duc d’Aumale. Nous y avons une copie (de moins bonne qualité) de la peinture de la réception d’Io par Isis de l’Iseum de Pompéi, avec un Hermanubis portant le caducée et le sistre63. Enfin, dans le laraire de la maison de C. Memmius Auctus, une statuette du dieu au type égyptien (fig. 4) en voisine d’autres d’Isis égyptisante et des Lares dans un coffre en bois64.

 

  • 65 Mercure de France, décembre 1721, p. 127.

22Les formes animales sacrées introduites dans le cortège isiaque n’ont pas toutes connu un franc succès, face une certaine réticence romaine. L’adaptation suit des processus différents : forme animale dynamisée et fortement sélénisée pour Apis, interpretatio romaine pour la forme hybride dominante d’Anubis, interprétation savante sous protection impériale avec intervention de spécialistes pour des œuvres isolées. Peintures et sculptures occupent une situation auxiliaire dans les espaces sacrés, mais témoignent d’une égyptianité revendiquée : Anubis est présent dans le monde du temple et sa visibilité est certaine dans les processions ; quant à Apis, il garde une forme taurine dans la statuaire et dans les décors égyptisants. L’archéologie pompéienne nous permet de remarquer un relatif succès d’Anubis en accompagnateur de la triade familiale divine dans les riches maisons où cohabite une dévotion aux divinités classiques et isiaques, alors que la figure d’Apis, à l’instar de la plupart des représentations thériomorphes, est davantage liée à l’égyptomanie. Quant à l’Iseum Campense, phare de l’isiacisme, il apparaît comme un véritable laboratoire avec des formes divines rares à caractère spectaculaire qui ne seront pas forcément diffusées largement dans le culte, tel le cynocéphale. Deux figures animalières égyptisantes ont perduré dans le paysage urbain romain influençant le décor architectural européen : le double sphinx et le double lion : une paire de lions en granite gris venant de l’Iseum Campense garde l’accès monumental à la colline capitoline. Lors des fêtes papales du xviie siècle, ils fonctionnaient comme des fontaines à vin65, maintenant ils accueillent tout visiteur gravissant la montée du Capitole (fig. 10).

Fig. 10. - Lions ptolémaïques de l’Iseum Campense.

Fig. 10. - Lions ptolémaïques de l’Iseum Campense.

Gravure de G. B. Piranese, Vue du Capitole romain avec escalier allant à l’église de l’Araceli.

Source Vues de Rome (1775).

Bibliographie

Arslan Ermanno A. (éd.), Iside. Il mito. Il mistero. La magia, Milan, Electa, 1997.

Beaurin Ludivine, « Les divinités isiaques dans les cultes domestiques : l’exemple de Pompei et d’Herculanum ». [URL : docslide.fr/documents/article-55c611d686252.html.]

Bricault Laurent, « Les Anubophores », Bulletin de la société égyptologique de Genève, édition numérique, 24, 2001, p. 29-42. [URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00562518]

Bricault Laurent, Les cultes isiaques dans le monde gréco-romain, Paris, Les Belles Lettres, La Roue aux livres, 2013.

Borgeaud Philippe, Aux origines de l’histoire des religions, Paris, Seuil, 2004.

Bragantini Irena, « Il culto di Iside e l’egittomania antica in Campania », dans De Caro Stefano (éd.), Egittomania. Iside e il mistero, Milan, Electa, 2006, p. 163-167.

Budischovsky Marie-Christine, « La figure de Pharaon dans la Mensa Isiaca et ses avatars italiens. Du temple pharaonique au temple isiaque », dans Richard Veymiers (éd.), Individuals and Materials in the Greco-Roman Cults of Isis, Liège, Colloque international, 23 au 24 septembre 2013, Leyde-Boston, Brill, RGRW 187, I, 2018, p. 332-339.

Capriotti Vittozzi Giuseppina, « The Flavians: Pharaonic Kingship between Egypt and Rome », dans Bricault Laurent, Versluys Miguel John (éds), Power, Politics and the Cults of Isis, Proceedings of the Vth International Conference of Isis Studies, Boulogne-sur-mer, Oct. 13-15 2011, Leyde-Boston, Brill, RGRW 180, p. 237-259.

Charron Alain, « Les animaux et le sacré dans l’Égypte tardive, fonctions et signification », École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Annuaire, t. 105, 1996-1997, p. 517-519.

Ciampini Emanuele Marcello, « The Pamphili Obelisk: Two Notes on Pharaonic Elements in Domitian Ideology », dans M. Sanader and A. R. Miočevič (éds), Religion and Myth as an impetus for the Roman Provincial Culture. The Proceeding of the 8-th International Colloquium on Problems of Roman Provincial Art, Zagreb, 2005, p. 399-402.

De Caro Stefano, « L’Iseo di Pompei », dans Arslan Ermanno A. (éd.), Iside. Il mito. Il mistero. La magia, Milan, Electa, 1997, p. 338-343.

De Caro Stefano, Il santuario di Iside a Pompei e nel museo archeologico, Naples, Electa, 2006.

De Caro Stefano (éd.), Egittomania. Iside e il mistero, Milan, Electa, 2006.

De Vos Mariette, L’egittomania in pitture e mosaici romani-campani della prima età imperiale, Leyde, Brill, EPRO 84, 1980.

Grenier Jean-Claude, « Les inscriptions hiéroglyphiques de l’obélisque Pamphili », Mélanges de l'École française de Rome, Antiquité, 1987, vol. 2, p. 937-961.

Grenier Jean-Claude, « La décoration statuaire du “Serapeum” du “Canope” de la Villa Adriana », Mélanges de l'École française de Rome, Antiquité, 101, 1989, vol. 2, p. 925-1019.

Kater-Sibbes G. J. F., Vermaseren Martin J., Apis, II. Monuments from outside Egypt, Leyde, Brill, EPRO 48, 1975.

Lembke Katia, Das Iseum Campense. Studie über den Isiskult unter Domitian, Archäologie und Geschichte 3, Heidelberg, 1994.

Lembke Katia, « Ein relief aus Ariccia und seine Geschichte », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Römische Abteilung, 101, 1994, p. 97-102.

Malaise Michel, Inventaire préliminaire des documents égyptiens découverts en Italie, Leyde, Brill, EPRO 21, 1972.

Malaise Michel, « Anubis et Hermanubis à l’époque gréco-romaine. Who’s who », dans Bricault Laurent et Veymiers Richard (dir.), Bibliotheca Isiaca, III, Bordeaux, Ausonius, 2014, p. 73-93.

Mastroroberto Marisa, « Le sfingi nel giardino dipinto della Casa del Bracciale d’oro a Pompei », dans De Caro Stefano (éd.), Egittomania. Iside e il mistero, Milan, Electa, 2006, p. 188-190.

Meyboom Paul G.P., The Nile Mosaic of Palestrina. Early Evidence of Egyptian Religion in Italy, Leyde, Brill, RGRW 121, 1995.

RICISBricault Laurent, Recueil des Inscriptions concernant les Cultes Isiaques, 1 et 2, MAIB, 31, Paris, De Boccard, 2005.

Roullet Anne, The Egyptian and Egyptianizing monuments of imperial Rome, Leyde, Brill, EPRO 20, 1972.

Sauneron Serge, Yoyotte Jean, « La naissance du monde selon l’Égypte ancienne », dans La naissance du monde, Paris, Seuil, 1959, p. 18-91.

Versluys Miguel John, « The sanctuary of Isis on the Campus Martius in Rom », Bulletin Antieke Beschaving, 72, 1997, p. 159-169.

Versluys Miguel John, Aegyptiaca Romana. Nilotic Scenes and the Roman Views of Egypt, Leyde-Boston, Brill, RGRW 144, 2002.

Tran Tam Tinh Vincent, Essai sur le culte d’Isis à Pompéi, Paris, De Boccard, 1964.

Notes

1 S. Sauneron, J. Yoyotte, « La naissance du monde selon l’Égypte ancienne », p. 69-70 et 74-76.

2 A. Charron, « Les animaux et le sacré dans l’Égypte tardive, fonctions et signification », p. 517-519.

3 L. Bricault, Les cultes isiaques dans le monde gréco-romain, p. 181-193.

4 G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 48, no 395, pl. CXIV.

5 M. Malaise, Inventaire préliminaire des documents égyptiens découverts en Italie, p. 363, s.v. APIS.

6 Ibid., p. 58, pl. 2.

7 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei e nel museo archeologico nazionale, p. 78-79, no 123.

8 G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 24, no 305, pl. LXV.

9 M. Malaise, Inventaire, p. 300-301, no 17-19, pl. 59.

10 G. Capriotti Vittozzi, « The Flavians: Pharaonic Kingship between Egypt and Rome », p. 237-259.

11 M. Malaise, Inventaire, p. 300-301, no 17-19, pl. 59.

12 J.-C. Grenier, « La décoration statuaire du ‘Serapeum’ du ‘Canope’ de la Villa Adriana », p. 938 et 977-979, pl. XVII.

13 K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 227, no 18, pl. 36,1.

14 E. M. Ciampini, « The Pamphili Obelisk », p. 399-400.

15 J.-C. Grenier, « Les inscriptions hiéroglyphiques de l’obélisque Pamphili », p. 945.

16 M.-Ch. Budischovsky, « La figure de Pharaon dans la Mensa Isiaca », p. 334-338.

17 Ph. Borgeaud, Aux origines de l’histoire des religions, p. 71-72. L. Bricault, Les cultes isiaques, p. 473-491.

18 M. Malaise, « Anubis et Hermanubis à l’époque gréco-romaine », p. 73-93.

19 E. A. Arslan, Iside, p. 435, V, 58.

20 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 29.

21 S. De Caro, Egittomania, p. 186, III, 55.

22 E. A. Arslan, Iside, p. 386-387, V, 2. K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 245, no 49, pl. 46.3.

23 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 54, no 60 et p. 58.

24 L. Bricault, « Les Anubophores », p. 29-42.

25 RICIS 515/0101 Anubis augustus.

26 RICIS 501/0102 (dans une dédicace à Isis lydienne de la Regio III).

27 RICIS 503/1115 et 503/1118.

28 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 75-80, no 117, 119-123 et no 135.

29 S. De Caro, « L’Iseo di Pompei », p. 342.

30 S. De Caro, Il santuario di Iside a Pompei, p. 29 et 70 no 98.

31 Ibid., p. 81, no 135.

32 P. G. P. Meyboom, The Nile Mosaic of Palestrina.

33 L’ouvrage de référence est : K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom. Voir la reconstitution, p. 25. Voir aussi M. J. Versluys, « The sanctuary of Isis on the Campus Martius in Rom », p. 159-169.

34 K. Lembke, « Ein relief aus Ariccia und seine Geschichte », p. 97-102.

35 K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 240, no 40 (disparu).

36 Ibid., p. 239-240, no 39, pl. 43,3.

37 Ibid., p. 228-229, no 20-21, pl. 37,2.3 ; p. 238, no 36, pl. 43,1.2.

38 Ibid., p. 221-224, no 10-11, pl. 29-30 ; no 12, pl. 31 ; no 13-14, pl. 32.

39 Ibid., p. 225-227, no 15, pl. 33,1.2 ; no 16, pl. 34,2 ; no 17, pl. 35 ; p. 241-242, no 44, pl. 45,1; no 45, pl. 34,1.

40 Les numéros renvoient au catalogue de K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom.

41 Ibid., p. 186-188, no 3, 5, 6, pl. 7.1, 3 et 8.4.

42 Ibid., p. 228, no 19, pl. 37,1.

43 Ibid., p. 245, no 49, pl. 46.

44 G. Capriotti Vittozzi, « The Flavians: Pharaonic Kingship between Egypt and Rome », p. 254-257.

45 K. Lembke, Das Iseum Campense in Rom, p. 228-229, no 20-21, pl. 37, 2.3.

46 Ibid., p. 238, no 36, pl. 43,1.2. RICIS, 501/0123.

47 S. De Caro, Egittomania, p. 137, II, 88 et p. 143.

48 Ibid., p. 108, I, 68 ; p. 112, I, 77.

49 Ibid., p. 120 et 124.

50 Ibid., p. 192, III, 65. M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici. M. J. Versluys, Aegyptiaca Romana.

51 V. Tran Tam Tinh, Le culte d’Isis à Pompéi, p. 31-32.

52 Ibid., p. 41-49.

53 M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici, p. 15-21. I. Bragantini, « Il culto di Iside e l’egittomania antica in Campania », p. 163-167.

54 G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 22, no 300, pl. LXI.

55 M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici, p. 15-21, no 9, pl. XV.

56 M. Mastroroberto, « Le sfingi nel giardino dipinto della Casa del Bracciale d’oro a Pompei », p. 188-190.

57 M. De Vos, L’egittomania in pitture e mosaici, p. 35-51.

58 L. Beaurin, « Les divinités isiaques dans les cultes domestiques », no 23.

59 Ibid. no 25. G. J. F. Kater-Sibbes, M. J. Vermaseren, Apis II, p. 24-25, no 306, pl. LXVI.

60 V. Tran Tam Tinh, Le culte d’Isis à Pompéi, p. 173, no 138. E. A. Arslan, Iside, p. 132, V 52 et 53.

61 L. Beaurin, « Les divinités isiaques dans les cultes domestiques », no 6.

62 Ibid., no13 ter et quater. I. Bragantini, « Il culto di Iside e l’egittomania », p. 159-160, fig. 2.

63 S. De Caro, Egittomania, p. 186, III, 55.

64 S. De Caro, Egittomania, p. 174, III, 23. L. Beaurin, « Les divinités isiaques dans les cultes domestiques », no 12 et 12 ter.

65 Mercure de France, décembre 1721, p. 127.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Statuette d’Apis égyptien. Bronze. H. 13 cm. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptothek, AE.I.N. 616.
Crédits Source Kater-Sibbes et Vermaseren Martin, Apis, II, p. 49, no 403, pl. 118.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 2. - Statuette d’Apis romain (Herculanum). Bronze. H. 13 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 4934.
Crédits Source Kater-Sibbes et Vermaseren Martin, Apis, II, p. 24, no 305, pl. 65.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 3. - Hermès d’Osiris-Apis (Canope de la Villa Adriana). Marbre noir. H. 50 cm. Cité du Vatican, musée Grégorien-Egyptien, inv. 22 807.
Crédits Source Kater-Sibbeset Vermaseren Martin, Apis, II, p. 20, no 295, pl. 49.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 4. - Statuette d’Anubis égyptien de Pompéi (laraire de la maison de M. Memmius Auctus). H. 13, 2 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 110606.
Crédits Source De Caro, Iside, p. 435, V. 58.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 861k
Titre Fig. 5. - Relief d’Anubis romain (côté droit d’un autel de l’Iseum Campense de Rome). Marbre grec. H. 87 cm. Rome, Musées Capitolins, salle de l’Iseum Campense, inv. 21.
Crédits Source De Caro, Iside, p. 387, V, 2.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6. - Ibis (fresque du sacrarium de l’Iseum de Pompéi). H. 82 cm. La. 56 cm. Naples, Musée archéologique, inv. 8562.
Crédits Source Tran Tam Tinh, Le culte d’Isis à Pompéi, pl. VII. 2, avec modification de l’auteure.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7. - Relief d’Ariccia. Marbre. L. 1,12 m. H. 50 cm. Rome, Musée National Romain, inv. 77255.
Crédits Source Kater-Sibbes et Vermaseren Martin, Apis, II, p. 17-18, no 293, pl. 45.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8. - Statue égyptienne de Thot en babouin. Granit gris. H. 1, 51 m. Rome, Musées Capitolins, salle de l’Iseum Campense, inv. 26.
Crédits Source Roullet, Egyptian and Egyptianizing monuments, pl. 173, figure 249.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 9. - Statue romaine de Thot en babouin acéphale. Basalte bleu-gris, H. 1, 10 m. Vatican, Musée Grégorien-Égyptien, inv. 34.S.
Crédits Source Roullet, Egyptian and Egyptianizing monuments, pl174, figure 252 = Codex Pighianus (1550-1555).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 10. - Lions ptolémaïques de l’Iseum Campense.
Légende Gravure de G. B. Piranese, Vue du Capitole romain avec escalier allant à l’église de l’Araceli.
Crédits Source Vues de Rome (1775).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search