Version classiqueVersion mobile

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

L'animal vivant et mort dans les religions : l'animal de sacrifice

Noms d’animaux et allusions divines dans l’anthroponymie égyptienne de l’époque gréco-romaine

Ana Isabel Blasco Torres

Résumé

Attestés déjà à l’Ancien Empire, les anthroponymes contenant des noms d’animaux sont présents dans les sources égyptiennes à toutes les époques de l’histoire de l’ancienne Égypte. Ces anthroponymes, portés par des hommes et des femmes et écrits dans les différentes écritures égyptiennes, ainsi qu’en transcription grecque, sont composés d’une trentaine de noms de différents animaux. Même si dans quelques cas la présence du nom d’un animal spécifique dans un anthroponyme peut faire allusion au désir de possession des qualités de l’animal, l’utilisation de ce genre de noms révèle souvent la connexion du porteur de l’anthroponyme avec la divinité représentée par l’animal mentionné. Dans le présent travail, nous présentons une analyse de la typologie des différents anthroponymes contenant des noms d’animaux et de leur signification dans le contexte de la vie religieuse à l’époque gréco-romaine.

Texte intégral

Je remercie l’Association de Soutien aux Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques de m’avoir versé une bourse d’aide au déplacement pour assister au congrès.

  • 1 Cf. H. Ranke, « Les noms propres égyptiens ».
  • 2 Cf. H. Ranke, « Les noms propres égyptiens » ; H. Ranke, « Tiernamen als Personennamen bei (...)
  • 3 Les noms de mammifères attestés dans les anthroponymes gréco-égyptiens sont au moi (...)
  • 4 Les noms d’oiseaux présents dans les anthroponymes égyptiens de l’époque gréco-romaine son (...)
  • 5 Il s’agit du nom du crocodile (msḥ(.t)), du serpent (ḥf(.t)) et de la gren (...)
  • 6 Ce travail a été réalisé grâce à la base de données Trismegistos (http://www.trismegistos. (...)

1Parmi les différents types d’anthroponymes attestés dans les sources égyptiennes1, les noms de personnes contenant des noms d’animaux constituent un groupe important à toutes les époques de l’histoire de l’Égypte ancienne2. Présents dans les textes depuis l’Ancien Empire, ces noms, portés par des hommes et des femmes, sont bien attestés à l’époque gréco-romaine, où ils deviennent assez populaires. À cette période, environ une trentaine de noms d’animaux ‒ dont plus de quinze sont des noms de mammifères3, plus de cinq appartiennent à des oiseaux4 et au moins trois sont des dénominations d’amphibiens et de reptiles5 ‒ sont attestés dans de nombreux anthroponymes. Après examen des anthroponymes contenant des noms d’animaux attestés à la période gréco-romaine dans les différentes écritures, et notamment en démotique et en transcription grecque, nous présentons ici une analyse de la typologie de ces noms de personnes et de la fréquence géographique de quelques noms d’animaux contenus dans les anthroponymes égyptiens datés de cette époque6.

La typologie des anthroponymes à noms d’animaux7

Anthroponymes composés du nom d’un animal avec ou sans article

  • 8 Dans cet article, les accents des transcriptions grecques des noms égyptie (...)
  • 9 Les numéros d’identification des différents noms mentionnés sont : 11 + 20 (...)

2Plus d’une quarantaine d’anthroponymes égyptiens datés de la période gréco-romaine sont composés uniquement du nom d’un animal, qui est souvent précédé de l’article défini masculin ou féminin. Parmi les noms personnels formés par le nom d’un animal sans article, et attestés en démotique ainsi qu’en transcription grecque, se trouvent : ʿbq/Ἄβυκις8, « Corbeau » ; ʿlʿl/Ἄλειλις, « Musaraigne » ; Wnš/Οὔωνσις, « Loup » ; Byk/Βῆκις, « Faucon » ; Ms/Ἄμψαις, « Crocodile » ; ou Grr/Κάρουρις, « Grenouille ». D’autres noms sont seulement attestés en transcription grecque, à partir de laquelle il est possible de reconstruire le prototype égyptien reflété. C’est notamment le cas des noms Ἴβις (*Hb), « Ibis », et Κιαμουλ (*Gmwl), « Chameau »9.

  • 10 Les numéros d’identification sont : 800 (Pȝ-ʿlʿl), 1343 (Tȝ-ʿlʿl.t), 942 (Pȝ-wnš), 143 (...)

3Certains des anthroponymes composés du nom d’un animal sans article sont aussi attestés en démotique ou en transcription grecque avec l’article masculin (pȝ) ou féminin (tȝ), selon le sexe du porteur, par exemple : Pȝ-ʿlʿl/Tȝ-ʿlʿl.t (Πέλιλις/Τέληλις), « La musaraigne » ; Pȝ-wnš/Tȝ-wnš.t (Ποῦνσις/Τούανσις), « Le loup/La louve » ; Pȝ-byk/Tȝ-byk.t (Πβῆκις/Τβῆκις), « Le faucon » ; ou Pȝ-grr/Tȝ-grr(.t) (Πόκρουρις/Τκρῶρις), « La grenouille ». D’autres noms de personnes, comme Pȝ-ȝbȝ/Tȝ-ȝbȝ(.t) (Πέβως/Τέβως), « La panthère », sont seulement attestés avec l’article défini. Finalement, quelques anthroponymes ne sont attestés qu’avec l’article défini à un genre spécifique : Pȝ-ʿʿn/Πένις, « Le babouin » ; Pȝ-ʿm/Πάχουμις, « L’aigle »10

  • 11 Ces anthroponymes sont identifiés par les numéros : 475 (Mȝy-ḥs), 10630 (Mȝy-rsy), 359 (...)

4Les anthroponymes formés exclusivement sur le nom d’un animal peuvent contenir, dans quelques cas, des adjectifs qualificatifs, des épithètes ou des appositions, relatifs à certaines caractéristiques de l’animal mentionné. C’est notamment le cas des noms : Mȝy-s/Μιεύς, « Lion féroce » ; Mȝy-rsy/Μιρῆς, « Lion du Sud » ; Πελελίπχημις < *Pȝ-ʿlʿl-pȝ-m, « La petite musaraigne » ; Pȝ-ʿm-(pȝ)-ʿȝ/Παχόμπως, « Le grand aigle »11.

Anthroponymes composés d’un pronom possessif (pa-/ta-) ou démonstratif (pȝy-/tȝy-) plus le nom d’un animal

  • 12 Les anthroponymes mentionnés ont les numéros d’identification suivants : 669 (Pa-(pȝ)- (...)
  • 13 Il s’agit de noms comme : Pȝy-mȝy/Πιμούεις (19413), « Celui du lion » ; Pȝy-my (694), (...)

5Plus de vingt anthroponymes à noms d’animaux datés de l’époque gréco-romaine sont composés du pronom possessif masculin pa, « celui de… », et au moins une autre vingtaine de noms personnels féminins sont formés du pronom ta, « celle de… », suivis du nom d’un animal précédé, ou pas, d’un article défini. Ainsi, parmi les noms d’animaux attestés dans les anthroponymes commençant par pa-/ta- attestés en démotique ainsi qu’en transcription grecque, on trouve le faucon, le lion et l’ibis : Pa-(pȝ)-byk/Πάβηκις, « Celui du faucon » ; Ta-byk/Τάβηκις, « Celle du faucon » ; Pa-mȝy/Πάμοις, « Celui du lion » ; Ta-nȝ-mȝy.w/Τανομγεύς, « Celle des lions » ; Pa-hb/Πάιβις, « Celui de l’ibis » ; Ta-pȝ-hb/Τάφιβις, « Celle de l’ibis »12. En revanche, les anthroponymes commençant par le pronom démonstratif pȝy-/tȝy- sont moins fréquents que ceux composés par le pronom possessif pa-/ta-. En effet, environ dix anthroponymes avec le pronom pȝy et quatre avec tȝy au début du nom, plus le nom d’un animal, sont attestés13.

Anthroponymes à noms d’animaux commençant par Pȝ-šr-n-/Tȝ-šr.t-n-

  • 14 Les numéros d’identification des anthroponymes mentionnés sont : 5718 (Tȝ-šr.t-n-pȝ-ʿl (...)
  • 15 Pour plus d’informations sur le caractère généalogique possible des anthro (...)

6Un nombre assez élevé d’anthroponymes égyptiens (approximativement quarante) commence par Pȝ-šr-n-, « Le fils de… », et plus de vingt par Tȝ-šr.t-n-, « La fille de… ». Ces noms sont généralement suivis ou bien par le nom d’un animal avec ou sans article défini ou bien par les pronoms pa-/ta- ou pȝy-/tȝy- plus le nom d’un animal spécifique. Parmi les noms d’animaux attestés dans les anthroponymes qui commencent par Pȝ-šr-n-/Tȝ-šr.t-n-, on trouve la musaraigne, l’aigle, le faucon, le lion et l’ibis : Tȝ-šr.t-n-pȝ-ʿlʿl/Σενπέλιλις, « La fille de la musaraigne » ; Tȝ-šr.t-n-pȝ-ʿm/Σενπάχουμις, « La fille de l’aigle » ; Pȝ-šr-n-byk/Ψένβηκις, « Le fils du faucon » ; Tȝ-šr.t-n-pȝ-mȝy/Σένφμοις, « La fille du lion » ; Tȝ-šr.t-(n)-pȝ-hb/Σένφιβις, « La fille de l’ibis »14. Avec ce type d’anthroponymes, une relation filiale est probablement établie entre l’animal mentionné et le porteur du nom15.

Anthroponymes à nom d’animaux commençant par Pȝ-d-/Tȝ-d-

  • 16 Cf., par exemple, Pȝ-d-()my (14831), « Celui que le chat a donné » ; Πετ (...)
  • 17 Cf. Tȝ-d-whr (16323), « Celle que le chien a donnée » ; Tȝ-d-pȝ-byk (15754), « Celle (...)
  • 18 Cf. aussi des anthroponymes avec cette structure mais avec le nom d’une divinité : Pȝ- (...)

7Une dizaine de noms de personnes égyptiens contenant le nom d’un animal commencent par Pȝ-d-, « Celui qui a été donné par… », tandis que moins de dix contiennent le même début au féminin (Tȝ-d-, « Celle qui a été donnée par… »). Les noms d’animaux attestés dans les anthroponymes de ce type au masculin, en démotique ou en transcription grecque, sont ‒ au moins ‒ le chat, le héron, l’aigle, le faucon, le lion, le crocodile, l’ibis et le taureau gem16. Parmi les noms féminins commençant par Tȝ-d-, on trouve des animaux comme le chien, le faucon, le lion et le taureau gem17. L’utilisation de Pȝ-d-/Tȝ-d- ‒ une forme relative de d, « donner », nominalisée ‒, pour la création d’anthroponymes révèle que, pour les anciens Égyptiens, l’animal mentionné, dont une divinité pouvait être l’hypostase, était considéré comme le créateur, le donneur de vie, du porteur du nom18.

Anthroponymes à noms d’animaux commençant par d-r-

  • 19 J. Quaegebeur, « Aspects de l’onomastique démotique : formes abrégées et graphies phon (...)
  • 20 Les numéros d’identification des anthroponymes mentionnés sont, respectivement : 1335, (...)
  • 21 Cf. Ḏd-ḥr-Bs-(w=f/s-ʿnḫ)/Τεεβῆς (1336), « Le visage de Bes dit : (‘Il/elle vivra’) »  (...)

8Moins de dix anthroponymes datés de l’époque gréco-romaine sont composés de d-r-, « Le visage dit… », plus le nom d’un animal. Le commencement de ces noms personnels, d-r-, une expression à caractère magique et oraculaire, est censé être l’abréviation de d-r-X-w=f/s-ʿn, « Le visage de X dit : ‘Il/elle vivra’ »19. Les noms des animaux attestés dans cette sorte d’anthroponymes sont ‒ au moins ‒ le chat, le héron, le lion, l’ibis et le taureau gem : d-r-pȝ-my(-w=f/s-ʿn), « Le visage du chat dit : (‘Il/elle vivra’) » ; Θεάβενις < *d-r-bnw(-w=f/s-ʿn), « Le visage du héron dit : (‘Il/elle vivra’) » ; Τεέφμοις < *d-r-pȝ-mȝy(-w=f/s-ʿn), « Le visage du lion dit : (‘Il/elle vivra’) » ; d-r-pȝ-hb(-w=f/s-ʿn)/Τεέφιβις, « Le visage de l’ibis dit : (‘Il/elle vivra’) » ; et d-r-pȝ-gm(-w=f/s-ʿn), « Le visage du taureau gem dit : (‘Il/elle vivra’) »20. Dans le cas des anthroponymes commençant par d-r- et ne contenant pas le nom d’un animal, le « visage » qui prononce la prophétie appartient à une divinité spécifique, comme le dieu Bes, Ptah ou Néfertoum21.

Anthroponymes contenant le nom d’une divinité et le nom d’un animal

  • 22 Conformément à la pensée égyptienne, un même dieu pouvait se manifester so (...)
  • 23 Cf. par exemple les anthroponymes Ḥr-pȝ-wnš/Ἁρπούωνσις (20200), « Horus le (...)
  • 24 Cf. l’anthroponyme numéro 10508 : Mȝʿ(.t)-Rʿ-pȝ-gm/Μαρέπκεμις, « Marres, le taureau ge (...)
  • 25 Cf. Χέσφμοις < *Ḫnsw-pȝ-mȝy (18139), « Khonsou le lion »; Τιθοέφμοις < *Twtw-pȝ-mȝy (1 (...)
  • 26 Cf. Pȝ-ww-n-Ḥr/Πίνυρις (918), « Le chien d’Horus ».
  • 27 Le numéro d’identification du nom Πουορένουβις est 26630. Cf. aussi d’autres noms pers (...)
  • 28 Numéro d’identification 23002.
  • 29 Numéro d’identification 24130.
  • 30 Numéro d’identification 17401.
  • 31 D’autres anthroponymes contenant le nom de l’aigle sont : Παχομπρῆς < *Pȝ-ʿẖm-pȝ-Rʿ (1 (...)

9Approximativement une trentaine d’anthroponymes sont composés du nom explicite d’une divinité, suivi ou bien du nom d’un animal comme apposition ou bien d’un pronom possessif (pa-/ta-) ou démonstratif (pȝy-/tȝy-) plus le nom de l’animal22. Les divinités le plus souvent mentionnées dans ce type d’anthroponymes sont : Horus, qui est lié à des animaux comme le loup, le taureau, le lion, l’ibis ou le faucon23 ; Marres, associé au taureau gem24 ; et Khonsou, Toutou et Thot, qui sont mis en lien avec le lion25. D’autre part, environ une dizaine d’anthroponymes commencent par le nom d’un animal, généralement avec l’article défini, après lequel se trouve la mention d’une divinité. Même si dans quelques cas le nom du dieu est introduit par la préposition de génitif n26, il est habituellement dépourvu de préposition. Ce manque de préposition entre le nom de l’animal et celui du dieu pose la question de savoir si le nom de la divinité mentionnée est un complément (génitif direct) ou plutôt une apposition du nom de l’animal (cf. Πουορένουβις < *Pȝ-whr-npw, « Le chien Anoubis » ou bien « Le chien d’Anoubis »)27. Cependant, la présence du pronom possessif -pa-/-ta- entre le nom de l’animal et celui de la divinité dans quelques noms (cf. Παχομπαιμούθης < *Pȝ-ʿm-pa-y-m-tp, « L’aigle, celui d’Imhotep »28 ; Παχομπάμων < *Pȝ-ʿm-pa-mn, « L’aigle, celui d’Amon »29 ; ou Παχομπαούσεις < *Pȝ-ʿm-pa-Wȝḏy.t, « L’aigle, celui d’Ouadjet »30) révèle que l’animal cité est considéré comme une possession ou manifestation de la divinité. L’aigle (ʿm) est l’animal le plus fréquent dans ce type d’anthroponymes31.

Anthroponymes à noms d’animaux et fréquence géographique

  • 32 C’est notamment le cas des noms ȝbȝ(.t), « panthère » ; ww, « chien » ; my(.t), « cha (...)
  • 33 Il s’agit des noms sw, « mouton » ; ʿʿn, « babouin » ; bny, « hirondelle » ; pyn, « souris » ; rl (...)
  • 34 Cf., par exemple, ʿbq, « corbeau » ; bnw, « héron » ; ou ḥf(.t), « serpent ».
  • 35 Il faut néanmoins considérer que l’analyse de la fréquence géographique de cer (...)

10La plupart des noms d’animaux présents dans les anthroponymes sont attestés à travers toute l’Égypte32. Pour d’autres noms, par contre, les attestations sont peu nombreuses33. Enfin, il y a quelques noms34 pour lesquels les attestations sont concentrées presque exclusivement dans une partie de l’Égypte et, par conséquent, ils peuvent nous fournir des informations sur les lieux précis où avait lieu le culte de ces animaux. Dans le présent travail, nous présentons l’analyse de la fréquence géographique d’une sélection de noms d’animaux présents dans les anthroponymes égyptiens datés de l’époque gréco-romaine35.

Le chat

  • 36 En chiffres, 4 attestations, dont 1 en démotique, proviennent du nome 00 ; 5, (...)
  • 37 Pour des informations sur les endroits où ont été trouvées des nécropoles (...)
  • 38 Cf. A. Zivie, R. Lichtenberg, « The Cats of the Goddess Bastet », p. 106-118.

11Le nom de ()my(.t), « chat/chatte », à caractère onomatopéique semble être attesté dans une dizaine d’anthroponymes datés de la période gréco-romaine (cf. tabl. 1). La majorité des attestations de ces anthroponymes provient de la Haute Égypte en général et, en particulier, de la région de Thèbes (nome IV), ainsi que des zones de Panopolis (nome IX), Pathyris (nome IVa) et Hérakléopolis (nome XX) (cf. fig. 1)36. Le nombre d’attestations en démotique (68) est similaire à celui de noms écrits en transcription grecque (63). La présence d’anthroponymes contenant le nom du chat à travers toute l’Égypte, ainsi que le grand nombre de nécropoles destinées aux chats dans plusieurs régions du pays37, montrent l’importance de cet animal en tant que manifestation de la divinité en général et de la déesse Bastet en particulier, et comme intermédiaire entre celle-ci et l’homme dans la pensée égyptienne38.

Tabl. 1. - Anthroponymes contenant le nom ()my(.t), « chat/chatte ».

Tabl. 1. - Anthroponymes contenant le               nom (ỉ)my(.t), « chat/chatte ».

Fig. 1. - Attestations du nom ()my(.t), « chat/chatte », dans l’anthroponymie égyptienne au Fayoum (00) et en Basse (B) et Haute Égypte (H).

Fig. 1. - Attestations du nom (ỉ)my(.t), « chat/chatte », dans               l’anthroponymie égyptienne au Fayoum (00) et en Basse (B) et               Haute Égypte (H).

Le crocodile

  • 39 En chiffres, 19 attestations, dont 7 en démotique, proviennent du nome 00 ; 48, dont 2 (...)
  • 40 L’établissement du culte du crocodile à Shedet-Crocodilopolis est attribué au roi Ménè (...)
  • 41 Cf. E. Bresciani, « Sobek, Lord of the Land of the Lake », p. 201-202.

12Moins de dix anthroponymes attestés à la période gréco-romaine contiennent le nom ms(.t), « crocodile ». Le nom personnel contenant le nom de cet animal le plus présent dans les documents gréco-égyptiens est Pȝ-ms, « Le crocodile », suivi de Ms, « Crocodile », et *Tȝ-ms.t, « Le crocodile » (femelle) (cf. tabl. 2). Le nombre d’attestations des anthroponymes avec le mot ms(.t) inclus en écriture démotique (29) est clairement inférieur à la quantité d’attestations écrites en caractères grecs (171). L’analyse de la fréquence géographique de ces anthroponymes montre que la région où ces noms personnels étaient les plus populaires était le Fayoum, suivi du nome thébain (cf. fig. 2)39. C’est en fait la zone du Fayoum où le culte au dieu Sobek – dont le crocodile était considéré comme une hypostase – était le plus répandu au moins depuis l’Ancien Empire40, probablement à cause de la présence de cet animal due à la configuration géographique de la région41.

Tabl. 2. - Anthroponymes contenant le nom msḥ(.t), « crocodile ».

Tabl. 2. - Anthroponymes contenant le               nom msḥ(.t), « crocodile ».

Fig. 2. - Attestations du nom msḥ(.t), « crocodile », dans l’anthroponymie égyptienne au Fayoum (00) et en Basse (B) et Haute Égypte (H).

Fig. 2. - Attestations du nom               msḥ(.t), « crocodile », dans l’anthroponymie égyptienne au               Fayoum (00) et en Basse (B) et Haute Égypte (H).

Le héron ou oiseau bénou

  • 42 En chiffres, une attestation provient du nome 00 ; 126 du nome 00a ; 2 du nome (...)
  • 43 Cf. L. Kákosy, Lexicon der Ägyptologie IV, p. 1030-1039; G. Hart, A Diction (...)

13Le nom du héron (bnw), attesté seulement dans deux anthroponymes préservés uniquement en transcription grecque et dérivés des prototypes égyptiens *Pȝ-d-bnw, « Celui que le héron a donné » et *d-r-bnw-(w=f/s-ʿn), « Le visage du héron dit : (‘Il/elle vivra’) » (cf. tabl. 3), était, conformément aux attestations conservées, utilisé notamment dans la région de Karanis au Fayoum à l’époque gréco-romaine. Environ 94 % des attestations des anthroponymes contenant le mot bnw sont, en effet, originaires de cette zone géographique (cf. fig. 3)42. Le héron, considéré comme la manifestation – le ba – du dieu Rê, est, dans la pensée égyptienne, étroitement lié à la ville d’Héliopolis étant donné son caractère solaire43. Le fait que la plupart des anthroponymes contenant le nom de cet animal proviennent de Karanis, une région proche d’Héliopolis, est, par conséquent, significatif.

Tabl. 3. - Anthroponymes contenant le nom bnw, « héron ».

Tabl. 3. - Anthroponymes contenant le               nom bnw,               « héron ».

Fig. 3. - Attestations du nom bnw, « héron », dans l’anthroponymie égyptienne au Fayoum (00) et en Basse (B) et Haute Égypte (H).

Fig. 3. - Attestations du nom bnw,               « héron », dans l’anthroponymie égyptienne au Fayoum (00) et en               Basse (B) et Haute Égypte (H).

 

  • 44 H. Ranke, « Les noms propres égyptiens », p. 297-298.
  • 45 H. Ranke, « Les noms propres égyptiens », p. 298.

14Les anthroponymes contenant des noms d’animaux, présents dans les sources égyptiennes depuis l’Ancien Empire, sont largement attestés à l’époque gréco-romaine en écriture démotique et, notamment, en transcription grecque. Comme H. Ranke l’a indiqué44, la présence de quelques noms d’animaux dans les anthroponymes peut être due au désir de possession de certaines caractéristiques de l’animal, comme la vitesse de la panthère ou la force du lion. Dans d’autres cas, le choix d’un animal spécifique dans un anthroponyme, comme la grenouille ou la souris, peut être dû à la comparaison des singularités de l’enfant avec les attributs de quelques animaux ou à d’autres raisons humoristiques ; dans un premier temps, ces noms ont pu être, en réalité, des surnoms qui sont devenus après de véritables anthroponymes45. Cependant, l’analyse de la typologie de ces noms personnels montre qu’un bon nombre d’anthroponymes à noms d’animaux fait allusion à la divinité dont l’animal était censé être l’hypostase dans la pensée égyptienne. Quelques anthroponymes, et spécialement ceux commençant par Pa-/Ta-, Pȝy-/Tȝy-, Pȝ-šr-n-/Tȝ-šr.t-n- ou Pȝ-d-/Tȝ-d-, ainsi que ceux contenant explicitement le nom d’un dieu ou d’une déesse, révèlent le lien établi entre l’individu porteur du nom et la divinité à laquelle l’animal se rapportait. Ce lien semble être confirmé par l’étude de la fréquence géographique des noms personnels contenant la mention d’un certain animal : dans les cas analysés ici, les régions géographiques où se trouvent la plupart des anthroponymes avec le nom d’un animal spécifique sont les mêmes que celles où était le plus répandu le culte à la divinité dont l’animal était considéré comme la manifestation. Ces faits montrent, encore une fois, que les anthroponymes des anciens Égyptiens constituent un reflet fidèle, non seulement de leur histoire, mais aussi de leurs croyances et de leur conception ontologique.

Bibliographie

Bresciani Edda, « Sobek, Lord of the Land of the Lake », dans Ikram Salima (éd.), Divine Creatures. Animal Mummies in Ancient Egypt, Cairo, The American University in Cairo Press, 2005, p. 199-206.

Clarysse Willy, « Greek Accents on Egyptian Names », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, no 119, 1997, p. 177-184.

De Wit Constant, Le rôle et le sens du lion dans l’Égypte ancienne, Leiden, Brill, 1951.

Ikram Salima (éd.), Divine Creatures. Animal Mummies in Ancient Egypt, Cairo, The American University in Cairo Press, 2005.

Frankfort Henri, Ancient Egyptian Religion, New York, Harper & Row, 1948.

Hart George, A Dictionary of Egyptian Gods and Goddesses, New York, Routledge & Kegan Paul, 1986.

Hornung Erik, El uno y los múltiples. Concepciones egipcias de la divinidad, Valladolid, Trotta, 1999.

Jennes Gwen, « Pȝ-šr-n + Personal Name: An Expression of Genealogical Relations? », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde, n140, 2013, p. 132-141.

Kákosy Lászlo, « Phönix », dans Helck Wolfgang, Otto Eberhard (éds.), Lexicon der Ägyptologie, vol. IV, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1982, p. 1030-1039.

Quaegebeur Jan, « Aspects de l’onomastique démotique : formes abrégées et graphies phonétiques », dans Vleeming S. P. (éd), Aspects of Demotic Lexicography, Leuven, Peeters, 1987, p. 75-84.

Ranke Hermann, « Tiernamen als Personennamen bei den Ägyptern », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde, n60, 1925, p. 76-83.

Ranke Hermann, « Les noms propres égyptiens », Chronique d’Égypte, no 11, 1936, p. 293-323.

Vergote Jozef, Les noms propres du P. Bruxelles Inv. E. 7616. Essai d’interprétation, Leiden, Brill, 1954.

Yoyotte Jean, « Une étude sur l’anthroponymie gréco-égyptienne du nome prosôpite », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, no 55, 1955, p. 125-140.

Zivie Alain, Lichtenberg Roger, « The Cats of the Goddess Bastet », dans Ikram Salima (éd.), Divine Creatures. Animal Mummies in Ancient Egypt, Cairo, The American University in Cairo Press, 2005, p. 106-119.

Notes

1 Cf. H. Ranke, « Les noms propres égyptiens ».

2 Cf. H. Ranke, « Les noms propres égyptiens » ; H. Ranke, « Tiernamen als Personennamen bei den Ägyptern ».

3 Les noms de mammifères attestés dans les anthroponymes gréco-égyptiens sont au moins : la panthère (ȝbȝ(.t)), le chien (ww/whr(.t)), le chat (my(.t)), la vache (ḥ.t), le mouton (sw), le babouin (ʿʿn), la musaraigne (ʿlʿl(.t)), le loup (wnš(.t)), la souris (pyn), le lion (mȝy(.t)/rlw), le porc (ll), le cheval (ḥtr), le taureau (kȝ), le taureau gem (gm) et le chameau (gmwl).

4 Les noms d’oiseaux présents dans les anthroponymes égyptiens de l’époque gréco-romaine sont au moins : le canard (ȝpd), le corbeau (ʿbq), l’aigle (ʿẖm), le faucon (byk(.t)), l’hirondelle (bny), le héron (bnw), l’ibis (hb) et la colombe (gr-n-p.t, littéralement « oiseau du ciel »).

5 Il s’agit du nom du crocodile (msḥ(.t)), du serpent (ḥf(.t)) et de la grenouille (grr(.t)).

6 Ce travail a été réalisé grâce à la base de données Trismegistos (http://www.trismegistos.org/), développée à l’Université de Louvain (KU Leuven). Les numéros d’identification des noms personnels, cités dans cet article pour chaque anthroponyme ou bien d’une manière explicite ou bien entre parenthèses à côté des noms, correspondent tous à ceux de Trismegistos.

7 Dans ce travail, les différents types d’anthroponymes à noms d’animaux ont été décrits seulement d’une façon générale. Il y a, d’autre part, des noms personnels qui pourraient être considérés comme appartenant à plus d’un type.

8 Dans cet article, les accents des transcriptions grecques des noms égyptiens ont été placés conformément aux critères signalés par W. Clarysse, « Greek Accents on Egyptian Names ».

9 Les numéros d’identification des différents noms mentionnés sont : 11 + 20970 (ʿbq), 70 (ʿlʿl), 8095 (Wnš), 9003 + 9018 (Byk), 35765 (Msḥ), 207 (Grr), 13333 + 3395 + 3396 + 18502 + 29760 + 32957 (*Hb), 7031 (*Gmwl).

10 Les numéros d’identification sont : 800 (Pȝ-ʿlʿl), 1343 (Tȝ-ʿlʿl.t), 942 (Pȝ-wnš), 1439 (Tȝ-wnš.t), 787 (Pȝ-byk), 1314 (Tȝ-byk.t), 796 (Pȝ-grr), 12596 (Tȝ-grr(.t)), 794 (Pȝ-ȝbȝ), 6003 (Tȝ-ȝbȝ(.t)), 804 (Pȝ-ʿʿn), 679 + 23010 (Pȝ-ʿẖm).

11 Ces anthroponymes sont identifiés par les numéros : 475 (Mȝy-ḥs), 10630 (Mȝy-rsy), 35973 (*Pȝ-ʿlʿl-pȝ-ḫm), 24484 (Pȝ-ʿẖm-(pȝ)-ʿȝ).

12 Les anthroponymes mentionnés ont les numéros d’identification suivants : 669 (Pa-(pȝ)-byk), 1228 (Ta-byk), 718 (Pa-mȝy); 6054 (Ta-nȝ-mȝy.w) 689 (Pa-hb) et 12464 (Ta-pȝ-hb).

13 Il s’agit de noms comme : Pȝy-mȝy/Πιμούεις (19413), « Celui du lion » ; Pȝy-my (694), « Celui du chat » ; Pȝy-hb (20545), « Celui de l’ibis » ; Pȝy-kȝ/Πίκως (916), « Celui du taureau » ; Tȝy-whr (39202), « Celle du chien » ; Tȝy-hb.t/Τίιβις (13922), « Celle de l’ibis » ; Tȝy-kȝ/Τίκως (12553), « Celle du taureau ».

14 Les numéros d’identification des anthroponymes mentionnés sont : 5718 (Tȝ-šr.t-n-pȝ-ʿlʿl), 12069 (Tȝ-šr.t-n-pȝ-ʿẖm), 12998 (Pȝ-šr-n-byk), 1084 (Tȝ-šr.t-n-pȝ-mȝy) et 13641 (Tȝ-šr.t-(n)-pȝ-hb).

15 Pour plus d’informations sur le caractère généalogique possible des anthroponymes commençant par Pȝ-šr-n-, cf. G. Jennes, « Pȝ-šr-n + Personal Name: An Expression of Genealogical Relations? ».

16 Cf., par exemple, Pȝ-d-()my (14831), « Celui que le chat a donné » ; Πετέβηνις < *Pȝ-d-bnw (33418), « Celui que le héron a donné » ; Pȝ-d-pȝ-ʿẖm/Πετεπάχουμις (7922), « Celui que l’aigle a donné » ; Pȝ-d-byk/Πετέβηκις (7920), « Celui que le faucon a donné » ; Pȝ-d-mȝy/Πατέφμοις (867), « Celui que le lion a donné » ; Πετεπέμσαις < *Pȝ-d-pȝ-msḥ (24355), « Celui que le crocodile a donné » ; Pȝ-d-pȝ-hb/Πατεφιβ (7927), « Celui que l’ibis a donné » ; Pȝ-d-km (824), « Celui que le taureau gem a donné ».

17 Cf. Tȝ-d-whr (16323), « Celle que le chien a donnée » ; Tȝ-d-pȝ-byk (15754), « Celle que le faucon a donnée » ; Tȝ-d-mȝy-ḥs/Τετέμιυς (1365), « Celle que le lion féroce a donnée » ; Τιτινμουει < *Tȝ-d-nȝ-mȝy.w (38821), « Celle que les lions ont donnée » ; Tȝ-d-pȝ-km (1357), « Celle que le taureau gem a donnée ».

18 Cf. aussi des anthroponymes avec cette structure mais avec le nom d’une divinité : Pȝ-d-mn/Πετέμουνις (834), « Celui qu’Amon a donné » ; Pȝ-d-Bȝst.t/Πετόβαστις (891) ; « Celui que Bastet a donné » ; Pȝ-d-pȝ-Rʿ/Πετεπρῆς (881), « Celui que Rê a donné ».

19 J. Quaegebeur, « Aspects de l’onomastique démotique : formes abrégées et graphies phonétiques », p. 78.

20 Les numéros d’identification des anthroponymes mentionnés sont, respectivement : 1335, 5434, 25776, 1338 et 36901.

21 Cf. Ḏd-ḥr-Bs-(w=f/s-ʿnḫ)/Τεεβῆς (1336), « Le visage de Bes dit : (‘Il/elle vivra’) » ; Ḏd-ḥr-Ptḥ-w=f-ʿnḫ/Τεεφθαφώνυχος (1339), « Le visage de Ptah dit : ‘Il vivra’ » ; Τεενέφθιμις < *Ḏd-ḥr-Nfr-Tm-(w=f/s-ʿnḫ) (1337), « Le visage de Néfertoum dit : (‘Il/elle vivra’) ».

22 Conformément à la pensée égyptienne, un même dieu pouvait se manifester sous la forme de différents animaux et vice-versa. Ainsi, par exemple, des dieux et des déesses comme Atoum, Shou, Heka, Amon, Onouris, Bes, Ptah, Horos, Thot, Khonsou, Bastet, Mout ou Rénénoutet étaient en rapport avec le lion. Cf. C. de Wit, Le rôle et le sens du lion dans l’Égypte ancienne, p. 191-368. Pour plus d’informations sur le rapport entre les animaux sacrés et la divinité, cf. H. Frankfort, Ancient Egyptian Religion, p. 8-14. Cf. aussi E. Hornung, El uno y los múltiples. Concepciones egipcias de la divinidad, p. 95-124.

23 Cf. par exemple les anthroponymes Ḥr-pȝ-wnš/Ἁρπούωνσις (20200), « Horus le loup » ; Ḥr-pȝy-kȝ/Ἁρπίκως (13787), « Horus, celui du taureau » ; Ḥr-pȝ-mȝy/Ἅρφμοις (7906) « Horus le lion » ; Ἅρφιβις < *Ḥr-pȝ-hb (8811), « Horus l’ibis » ; Ḥr-(pȝ)-byk/Ἅρβηχις (286), « Horus le faucon ».

24 Cf. l’anthroponyme numéro 10508 : Mȝʿ(.t)-Rʿ-pȝ-gm/Μαρέπκεμις, « Marres, le taureau gem ».

25 Cf. Χέσφμοις < *Ḫnsw-pȝ-mȝy (18139), « Khonsou le lion »; Τιθοέφμοις < *Twtw-pȝ-mȝy (12550), « Toutou le lion » ; Θότμουις < *Ḏḥwty-mȝy (1391), « Thot le lion ».

26 Cf. Pȝ-ww-n-Ḥr/Πίνυρις (918), « Le chien d’Horus ».

27 Le numéro d’identification du nom Πουορένουβις est 26630. Cf. aussi d’autres noms personnels, comme : Pȝ-ʿẖm-pȝ-d-s.t/Παχομπετέησις (17404), « L’aigle, celui qu’Isis a donné », plutôt que « L’aigle de celui qu’Isis a donné ».

28 Numéro d’identification 23002.

29 Numéro d’identification 24130.

30 Numéro d’identification 17401.

31 D’autres anthroponymes contenant le nom de l’aigle sont : Παχομπρῆς < *Pȝ-ʿẖm-pȝ-Rʿ (11407), « L’aigle de Rê », ou Pȝ-ʿẖm-pȝȝy/Παχόμψαις (8147), « L’aigle de Shai ».

32 C’est notamment le cas des noms ȝbȝ(.t), « panthère » ; ww, « chien » ; my(.t), « chat » ; ḥ.t, « vache » ; ʿlʿl(.t), « musaraigne » ; ʿẖm, « aigle » ; wnš(.t), « loup » ; whr(.t), « chien » ; byk(.t), « faucon » ; mȝy, « lion » ; hb, « ibis » ; kȝ, « taureau » ; gm, « taureau gem » ; gmwl, « chameau » ; et grr(.t), « grenouille ».

33 Il s’agit des noms sw, « mouton » ; ʿʿn, « babouin » ; bny, « hirondelle » ; pyn, « souris » ; rlw, « lion » ; ll, « porc » ; ḥtr, « cheval » ; ou gr-n-p.t, « colombe ».

34 Cf., par exemple, ʿbq, « corbeau » ; bnw, « héron » ; ou ḥf(.t), « serpent ».

35 Il faut néanmoins considérer que l’analyse de la fréquence géographique de certaines données, même si elle offre en effet des indices significatifs de quelques faits, n’est pas complètement fiable à cause de l’inégalité des documents préservés d’un point de vue géographique. Cf. J. Vergote, Les noms propres du P. Bruxelles Inv. E. 7616. Essai d’interprétation, p. 1-2 ; J. Yoyotte, « Une étude sur l’anthroponymie gréco-égyptienne du nome prosôpite », p. 125 : « Pour une vaste partie du pays, ces matériaux [onomastiques] se révèlent assez rares : le delta du Nil est en effet beaucoup moins propice à la conservation des papyrus que la Haute Égypte et le Fayoum ».

36 En chiffres, 4 attestations, dont 1 en démotique, proviennent du nome 00 ; 5, dont 2 en démotique, du nome 00a ; une en transcription grecque du nome 00b ; 2, dont une en démotique, du nome 00c ; 5 en démotique du nome I de Basse Égypte (B) ; 5, dont 3 en démotique, du nome I de Haute Égypte (H) ; une en transcription grecque du nome II (H) ; 13, dont 5 en démotique, du nome IVa (H) ; 58, dont 30 en démotique, du nome IVb (H) ; 15, dont 3 en démotique, du nome IX (H) ; une en transcription grecque du nome Xa (H) ; une en transcription grecque du nome XIII (H) ; 2 en transcription grecque du nome XIX (H) ; et 14 en démotique du nome XX (H).

37 Pour des informations sur les endroits où ont été trouvées des nécropoles destinées aux chats, cf. S. Ikram (éd.), Divine creatures, p. XVIII-XX.

38 Cf. A. Zivie, R. Lichtenberg, « The Cats of the Goddess Bastet », p. 106-118.

39 En chiffres, 19 attestations, dont 7 en démotique, proviennent du nome 00 ; 48, dont 2 en démotique, du nome 00a ; 50 en transcription grecque du nome 00b ; 24, dont une en démotique, du nome 00c ; 2 en transcription grecque du nome 00d ; une en transcription grecque du nome I (B) ; 2 en démotique du nome III (B) ; 3 en transcription grecque du nome I (H) ; 8, dont 2 en démotique, du nome IVa (H) ; 31, dont 9 en démotique, du nome IVb (H) ; une en démotique du nome IX (H) ; 7, dont 5 en démotique, du nome XV (H) ; une en transcription grecque du nome XIX (H) ; et 3 en transcription grecque du nome XX (H).

40 L’établissement du culte du crocodile à Shedet-Crocodilopolis est attribué au roi Ménès par Diodore de Sicile (I 89, 3). Même si le culte du crocodile était spécialement répandu au Fayoum, il avait lieu également dans d’autres régions de l’Égypte : Crocodilopolis, une ville située en Haute Égypte, est mentionnée par Strabon (XVII 1, 47). Des nécropoles de crocodiles ont été, en fait, trouvées non seulement dans le Fayoum et dans différents lieux de la Basse Égypte, mais aussi dans quelques zones de la Haute Égypte. Cf. S. Ikram (éd.), Divine creatures, p. XVIII-XX.

41 Cf. E. Bresciani, « Sobek, Lord of the Land of the Lake », p. 201-202.

42 En chiffres, une attestation provient du nome 00 ; 126 du nome 00a ; 2 du nome 00b ; 3 du nome 00c ; une du nome IVb (H) ; et une du nome XX (H).

43 Cf. L. Kákosy, Lexicon der Ägyptologie IV, p. 1030-1039; G. Hart, A Dictionary of Egyptian Gods and Goddesses, p. 57-58.

44 H. Ranke, « Les noms propres égyptiens », p. 297-298.

45 H. Ranke, « Les noms propres égyptiens », p. 298.

Auteur

Doctorante, université catholique de Louvain et université de Salamanque

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search