Version classiqueVersion mobile

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

Aux origines des symboles de l'Occident : métamorphoses et hybridations dans les mythes et les religions

Les loups-garous devant la justice (xvie-xviie siècle) : l’hybridité comme mobile du crime « inhumain »

Philippe Nieto

Résumé

On peut considérer les procès de lycanthropes comme des cas particuliers de procès de sorcellerie. La question de la transformation d’un homme en loup rencontre cependant des contradictions, tant sous l’angle théologique que philosophique. De plus, depuis Marcellus de Side, la lycanthropie est plutôt considérée comme un dérèglement des « humeurs » et une manifestation d’un état mélancolique. Si l’on se place du point de vue criminologique, on peut distinguer plusieurs situations : procès en sorcellerie contaminés par la recrudescence parallèle des attaques de loups prédateurs, manifestation de lycanthropie clinique, homicides que l’on attribuerait aujourd’hui à des tueurs en série désorganisés. À crime « inhumain », il faut la figure d’un criminel « inhumain », mi-homme, mi-bête.

Texte intégral

1La question de la lycanthropie peut être étudiée sous de multiples facettes (fig. 1). L’idée qu’il existe des hommes-loups remonte à des temps très anciens, se nourrit de plusieurs mythes, prolifère dans de nombreuses légendes locales, plonge dans les pratiques chamaniques… On peut également l’aborder comme une catégorie de la sorcellerie et convoquer toute la littérature historique sur le sujet, ou encore en faire une pathologie à étudier sous un angle médical. On peut enfin traiter la lycanthropie comme un sujet littéraire ou cinématographique.

2Nous avons choisi d’isoler un point précis du sujet en l’abordant sous l’angle judiciaire, et en nous focalisant, par commodité, sur les cas recensés dans l’aire francophone – royaume de France et Saint-Empire.

Fig. 1. - Homme et loup.

Fig. 1. - Homme et loup.

Liber Chronicarum, Nuremberg, 1493.

Chronologie et contexte intellectuel des procès en lycanthropie

3Les grands procès en lycanthropie se tiennent entre le dernier tiers du xvie et les premières décennies du xviie siècle. Disons que les affaires les plus anciennes, si elles existent, sont rares ou peu documentées, les procès concernant spécifiquement des loups-garous disparaissent dans le courant du xviie siècle, du moins en Europe occidentale. On remarque qu’ils se tiennent tous au cœur de la vague des grands procès en sorcellerie.

  • 1 R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle… p. 121-133 et (...)

4Les zones géographiques sur-représentées sont également celles où se déploient les plus impitoyables chasses aux sorciers – à l’échelle de l’Europe occidentale : Allemagne du sud, Suisse, Franche-Comté, Espagne… De fait, on peut, dans un premier temps, considérer les procès en lycanthropie comme un cas particulier des procès en sorcellerie. Ils suivent à peu près la même courbe, analysée notamment par Robert Mandrou1, les accusés passant progressivement du statut de possédé du diable à celui de malade mental.

5La première vague, qui est plutôt un raz-de-marée, submerge une région bien précise : le Jura et ses marges. En 1521, à Besançon, Pierre Burgot et Michel Verdung, les « loups-garous de Poligny », sont brûlés ; en 1574, Gilles Garnier, « l’ermite de Saint-Bonnot » est exécuté à Dole. En 1584, à Saint-Claude, la famille Gandillon est jugée. En 1598, une véritable « meute » de loups-garous est condamnée dans une lame de fond judiciaire qui emporte également d’autres sorciers plus… ordinaires.

6Pour le royaume de France, on ne relève que deux cas certains de lycanthropie passés devant des juges, le troisième visant en 1598 un certain « tailleur de Chalons », n’ayant livré à la postérité aucun document fiable. La même année 1598, Jacques Roulet est jugé par le tribunal d’Angers, et, en 1603, le tribunal de Bordeaux juge Jean Grenier, un jeune « loup-garou » de quatorze ans.

7Il est intéressant de noter que ces deux derniers « lycanthropes », même si ils sont condamnés en première instance, voient leur peine commuée en internement par les parlements de Paris et de Bordeaux. Il est également intéressant de savoir que ces deux derniers « hommes-loups » ont été plutôt considérés comme des simples d’esprit.

8Comme nous allons le voir, la lycanthropie pose un certain nombre de problèmes aux démonologues et il se dégage peu à peu un discours pré-médical qui va transformer les sorciers en « mélancoliques ». Quatre ouvrages majeurs des xvie-xviie siècles jalonnent cette mutation conceptuelle.

  • 2 De praestigiis daemonum et incantationibus ac veneficiis, première édition publiée à Bâl (...)

9D’abord le livre du médecin néerlandais Jean Wier, De praestigiis daemonum2 (Des illusions des démons…), qui est le premier à camper la sorcellerie sur le versant « médical ». Ouvert à l’influence humaniste, ce médecin qui officia à la cour du duc Guillaume de Clèves s’oppose à ceux qui tiennent pour réel le « transport corporel » des affidés de Satan. Il argumente à partir de son expérience médicale pour faire de la sorcellerie le produit d’un dérèglement des « humeurs » et d’un « excès de bile noire ».

  • 3 Publié à Paris en 1574.
  • 4 Publié à Paris en 1580.

10La réponse cinglante, et presque injurieuse à l’ouvrage de Wier est assénée avec verve par un éminent philosophe Jean Bodin, « économiste » avant l’heure, distingué par ailleurs pour ses Six livres de la République3. De la Démonomanie des sorciers4 est un livre brillant, érudit, d’une grande clarté, qui affirme la réalité des sabbats et de la possession, et cherche à ridiculiser les thèses de Wier en leur opposant « l’évidence » des faits rapportés lors des procès de sorcellerie.

  • 5 Jean de Nynauld, De la lycanthropie, transformation et extase des sorciers, publié à Par (...)
  • 6 Anatomy of melancholy. What it is, with all the kinds causes, symptoms, pronostiches & s (...)

11Dans la première décennie du xviie siècle, le savant français Jean de Nynauld vient renforcer les thèses de Jean Wier en publiant le premier ouvrage traitant spécifiquement de la question des « hommes-loups » : De la lycanthropie5, dans lequel il range délibérément sorcellerie et « lycanthropie » parmi les dérèglements mentaux. La synthèse sera faite par le médecin anglais Robert Burton qui livre, six ans plus tard, la première édition de son Anatomy of melancholy6.

La lycanthropie sous les angles théologique et philosophique

12L’idée qu’il puisse exister des « hommes-loups » suppose que certains sorciers aient la faculté de se métamorphoser. Ce qui, pour des esprits cultivés et rompus au raisonnement universitaire, est encore plus difficile à admettre que le simple transport au sabbat sur des balais. La première objection contestant la réalité de cette transformation des sorciers en loups – ou en autres animaux – est d’ordre théologique. Voici comment elle s’exprime sous la plume de Nynauld :

« C’est un blaspheme de dire & de croire que reellement le Diable puisse changer la nature des choses contre l’habilité naturelle que le Createur leur a despartie, que si cela estoit il faudroit establir deux principes, qui est un autre blaspheme : il ne faut doncques pas estimer que Dieu vueille communiquer aux malins esprits […] la puissance de créer, ou changer l’essence des choses, laquelle puissance il s’est reservée à luy seul. »

  • 7 Arrest memorable de la Cour de parlement de Dole, donné à l’encontre de Gilles (...)

13Le même argument est déjà employé dans un commentaire7 sur l’arrêt du parlement de Dole qui condamne Gilles Garnier :

« Les diables ne creent pas les natures. »

14Autre problème, relié à celui-ci, citons encore Nynauld :

« Si ainsi estoit que la forme du corps humain perit, l’ame se separoit du corps, & ne rertourneroit plus. Or l’ame ne peut se separer du corps que premierement il ne soit privé de toutes les trois facultez naturelles, assavoir Vitale, Animale, & Naturelle, car elles perissantes, la mort s’ensuit, & par consequent la separation de l’ame d’avec icelles, laquelle demeurant libre s’en retournerait à sa source premiere, d’où elle retournera pour prendre corps, jusques à la resurrection des morts, comme tous vrays Chrestien le croyent. »

15Contre toute attente, même certains parmi les chauds partisans des procès en sorcellerie partagent cet argument. Ainsi, Pierre de Rostéguy de Lancres, dont le nom est indissociablement lié à l’impitoyable chasse aux sorciers qu’il dirige dans le Labourd, en terre basque, au cours de l’année 1609, pour « purger le pays de tous les sorciers et sorcières sous l’emprise des demons » :

  • 8 Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons, ou il est amplement trai (...)

« Car le Demon n’a pas le pouvoir de separer l’ame du corps, sinon lors que Dieu lui permet de tuer. »8

16Viennent ensuite les linéaments d’une argumentation, disons, « philosophique ». Nous rangerons sous ce vocable ce que nous qualifierions aujourd’hui de « scientifique » ou « rationnel ». C’est Nynauld lui-même qui emploie l’adjectif dans ce sens :

« Comme ceste transformation pretenduë par les Sorciers, repugne aux maximes Theologiques, Aussi repugne elle aux maximes Philosophiques, entant que les Philosophes croyent & tiennent d’un commun accord qu’une espece ne peut estre transformée en une autre espece. »

17Le même Jean de Nynauld combat en ces termes l’idée d’une génération spontanée d’un loup, ou de tout autre animal :

« Cela repugne à tout ordre de la nature, puisque nature ne peut engendrer ou former un tel corps animé d’une matiere non animée par la puissance, comme disent les Philosophes, Car tout ce qui prend estre, ou naissance, naist de quelque semence… »

18Et il ajoute :

« Quant aux Animaux, où ils sont parfaits, ou imparfaits ; Les parfaits ne se peuvent engendrer que par la propre semence du masle & de la femelle meslées par la copulation d’une mesme espece. »

19Dans le commentaire de Pierre de Lancres, nous retrouvons le même argument :

« Mais les parfaicts naissent de la generation de deux sexes : & de leur charogne & corruption ne reviennent jamais des animaux de mesmes especes. »

20Pierre de Lancres précise, à ce propos, ce qu’il faut entendre par animaux « imparfaicts », ce qui sonne bizarrement à nos oreilles du xxie siècle. Ce terme désigne, pour lui :

« … les petits animaux, comme rats, grenouilles, mouches à miel, anguilles, lézards… »

21Même un farouche inquisiteur, comme Henry Boguet, qui écume la terre de Saint-Claude, dans le Jura, en qualité de grand juge de sorciers, à la fois théoricien et praticien, à l’instar d’un Pierre de Lancres, doute de la réalité des transformations… Ne se demande-t-il pas si ce n’est pas directement le diable qui dévore les victimes à la façon d’un loup, après avoir endormi et caché l’infortuné sorcier qualifié de lycanthrope… « derrière un buisson » ?

22Si les théoriciens s’accordent donc sur l’idée que le diable ne peut transformer la nature, on lui accorde cependant de redoutables pouvoirs. Selon Pierre de Lancres :

« Les Demons ayans cognoissance des secrets de nature & des causes secondes, sont capables de faire telles transformations non d’eux mesmes, mais par la force & operations de la mesme nature & moyens employez d’icelle. »

23En d’autres termes, les démons ayant une connaissance exhaustive du fonctionnement de la nature, et d’interactions non connues des simples humains, ils savent utiliser toutes ses ressources, sans avoir besoin d’en bouleverser les lois. Ce qu’ils peuvent faire aisément, car, ainsi que le dit Pierre de Lancres :

« [plus encore que les] hommes les plus versez aux choses naturelles [qui ne sont qu’]apprentis auprès d’eux, [ils] ont une merveilleuse intelligence de toutes choses de ce monde elementaire. »

La lycanthropie sous l’angle médical

24L’arme principale de ces démons, c’est l’illusionnisme : ils agissent de l’intérieur, en créant des illusions, des hallucinations. Car ils sont experts en drogues, potions et onguents. L’onguent est un grand classique, et une grande obsession des procès de sorcellerie : le diable donne à ses fidèles, ses « esclaves » selon les termes de Nynauld, des onguents et breuvages, lesquels, selon les interprétations, soit leur donnent des pouvoirs surnaturels, soit les plongent dans une torpeur maléfique. Ces onguents sont un point important, on y insiste particulièrement, au cours des interrogatoires, dans les perquisitions à domicile chez les sorciers et dans les traités de démonologie. Nynauld lui-même y consacre les deux tiers de son petit opuscule sur la lycanthropie, avec force détails.

25L’usage d’un onguent permet de rationaliser en partie des processus contraires au sens commun, comme la transformation en animal, aux yeux d’hommes contemporains de la gestation de la science moderne, même si certains se réfugient encore dans des actes de foi. Le point sur lequel s’opposent les pourfendeurs de sorciers et les médecins, c’est la réalité des pouvoirs donnés ainsi aux sorciers. Pour Pierre de Lancres ou Boguet, ces breuvages et pommades ont des pouvoirs réels, en termes de transport aérien des sorciers ou de métamorphose. Pour Wier ou Nynauld, onguents et potions font plutôt entrer le sorcier dans un état de sommeil profond, de catalepsie dirait-on aujourd’hui, et tout le détail du sabbat provient de son imagination, comme une sorte de rêve dont il resterait des traces au réveil. C’est en amont que le diable intervient, en produisant des images fausses, selon les termes de Nynauld :

« En se glissant à cachette dedans la fantasie des hommes […] pour esmouvoir les humeurs & troubler les sens. »

26Cela nous porte sur le terrain médical, car ce n’est pas un hasard si les contempteurs des chasseurs de sorciers sont plutôt des médecins. Le lien entre la lycanthropie et les maladies mentales est admis depuis l’Antiquité. Dès le iie siècle, le médecin grec Marcellus de Side classe la lycanthropie comme une forme clinique de mélancolie. Cette idée sera reprise par Avicenne. Il n’est donc pas étonnant que Jean Wier considère cette lycanthropie comme un phénomène imaginatif morbide, qu’il nomme : insania lupa (folie louvière). Ce concept sera repris encore par Robert Burton, en 1621, dans son Anatomy of melancholy.

27C’est ainsi que les deux derniers loups-garous français de notre chronologie — Jacques Roulet à Angers, Jean Grenier à Bordeaux — échappent à la mort, leur état étant considéré plus comme une folie que comme un crime satanique. Jean Grenier est envoyé dans un monastère, parce que les « Iuges doyvent suppleer le defaut du tuteur & du curateur », selon les termes de Pierre de Lancres ; Jacques Roulet finit sa vie à l’hôpital de Saint-Germain-des-Prés, où l’on avait coutume de placer les fous.

28Voici comment Pierre de Lancres, pourtant féroce pourfendeur de sorciers, décrit le jeune Jean Grenier, quatorze ans au moment des faits :

« C’est un enfant rustique, mal instruit, ou à vray dire, non instruit en la coignoissance & crainte de Dieu : & moins encore aux moyens de se defendre des subtilitez de Satan. »

29Selon les termes du jugement de Bordeaux qui condamne le même Jean Grenier :

« Les furieux et les maniacles ne doivent pas être punis, pas plus que les cynanthropes et vrais lycanthropes dont le mal constitue une espèce de folie et que, d’après la loi, leur affliction les punit assez. »

  • 9 Arrestop. cit.

30Une victime, en somme… Comme on le voit, la lycanthropie n’est pas une forme de possession comme une autre. Même quand ils sont traités pleinement comme des sorciers, même quand ils sont brûlés comme des sorciers, on concède qu’ils sont frappés d’un certain degré de folie. Déjà en 1574, Benoist Rigaud, qui rapporte et commente les termes de l’arrêt du parlement de Dole9 condamnant Gilles Garnier au bûcher, le présente plutôt comme un pauvre bougre et parle à son sujet de « mélancolie », en citant précisément Marcellus de Side.

La lycanthropie du point de vue criminologique

31Examiner ces affaires de lycanthropie sous un angle strictement criminel se révèle plutôt difficile, les traces de la procédure étant soit inexistantes, soit lacunaires, soit non retranscrites dans les attendus du procès. L’essentiel porte sur la démonstration de la possession diabolique, non sur la matérialité des faits. Par recoupement, il est quand même possible d’extraire quelques éléments.

Arrestation

32Il y a ceux qui s’accusent, et accusent des complices, spontanément, ou sous la sollicitation expresse d’un inquisiteur ou d’un juge, tels Pierre Burgot et Michel Verdung, ou la bande des sorciers de Saint-Claude – Paget, Prost, Guillaume, Boquet… Il y a ceux qui sont pris en flagrant délit : Gilles Garnier, Pernette Gandillon, Jean Grenier… ou sur le lieu du délit – Jacques Roulet, qui s’accuse immédiatement.

Fondement de l’accusation

33Elle repose principalement sur les déclarations des accusés. Car le loup-garou, même quand il est pris sur le fait, n’est jamais vu sous sa forme de loup par les témoins (fig. 2 et 3). Ainsi pour Gilles Garnier, pris en flagrant délit, il est dit dans l’arrêt :

« Estant lors le dict deffendeur en forme d’homme et non de loups ».

Fig. 2. - Le loup-garou vu comme un fou à forme humaine.

Fig. 2. - Le loup-garou vu comme un               fou à forme humaine.

Gravure de Lucas Cranach, circa 1510-1515.

Fig. 3. - Le loup-garou vu comme un loup, jusqu’à la potence.

Fig. 3. - Le loup-garou vu comme un               loup, jusqu’à la potence.

Gravure représentant le lycanthrope d’Ansbach (Bavière), 1685.

34Jacques Roulet est découvert à proximité du cadavre d’un enfant, en « homme couché sur le ventre, de son long, la face contre terre ». Ce même Jacques Roulet est ainsi décrit par Pierre de l’Estoile, dans son journal :

« Il portait les cheveux pendants jusqu’aux talons, la barbe de même, et les ongles aussi grands et longs que les mains. »

35En revanche, les accusés se montrent prolixes dans les détails qu’ils fournissent, souvent, semble-t-il, plus spontanément que les sorciers ordinaires. Pierre de l’Estoile ne dit-il pas, toujours à propos de Jacques Roulet :

« Monsieur Lecoigneux conseiller en la Cour était son rapporteur qui m’a dit que par ses interrogatoires, il en confessait plus qu’on ne lui en demandait. »

36Parfois, le juge lui-même doute des aveux, comme Boguet qui demande à la vieille Clauda-Jean Prost, presque impotente :

« Comment elle pouvoit suivre les autres si dispotement […] attendu qu’elle était boiteuse et de haut âge. »

37À quoi elle répondit qu’elle était portée par Satan. L’accusation ne repose donc ni sur des témoignages visuels, ni sur un flagrant délit, uniquement sur des aveux. Et c’est à partir de ces aveux que se dessine le portrait du lycanthrope. L’apparition d’un « homme noir », dans la forêt la plupart du temps, est souvent évoquée. En revanche, la participation au sabbat est quasi inexistante. Seule exception, le procès des loups-garous de saint-Claude, où se mêlent lycanthropes chroniques ou occasionnels, et sorciers ordinaires. Mais cette affaire est la plus confuse. Les accusés fournissent très peu de précisions sur leur métamorphose, disant juste qu’ils étaient sous forme de loup. Ce qui contraste avec le détail des sabbats sur lesquels ils sont plus prolixes. La plupart des aveux font mention d’un onguent, souvent fourni tel quel par l’homme noir, ou le diable, sans qu’il soit très clair sur les propriétés de cette pommade, ni sur les modalités de la métamorphose. Ainsi, l’enquêteur interroge Jacques Roulet, le loup-garou angevin :

« En vous frottant de cet onguent, deveniez-vous un loup ?

– Non, cependant j’ai tué et mangé l’enfant Gornier, j’étais loup lorsque je l’ai dévoré.

– Étiez-vous loup lorsqu’on vous arrêta ?

– J’étais loup [Nous avons vu que c’était faux]

– Étiez-vous habillé en loup ?

– J’étais habillé comme à présent. »

38La plupart des accusés mentionnent également une « peau de loup » dont ils se revêtaient, qui était, dans certains cas, fournie directement par le diable. Comme nous l’avons vu, Jacques Roulet se dit s’être « habillé en loup ». Gilles Garnier prétendait commettre ses crimes « par le moïen d’une peau de loup dont il se vêtait ». Notons que les arrêts ne mentionnent jamais qu’une peau d’animal ait été retrouvée.

Modus operandi

39C’est sur le mode opératoire que les doutes les plus certains auraient dû apparaître pour contredire une transformation réelle en loup. Si l’usage des dents est parfois évoqué, la plupart du temps l’homicide, quand il est avéré, se commet avec les mains. Gilles Garnier dit avoir étranglé ses victimes, précisant toutefois qu’il s’agissait de « mains semblant pattes ». Tout est dans le « semblant ». Lorsqu’on possède des témoignages concernant ces homicides, ou tentatives d’homicide, il est toujours mentionné l’usage des mains, « et non de pattes armées de griffes », selon les termes des enfants Bidel lorsqu’ils sont intervenus contre Pernette Gandillon au moment où elle commettait son forfait.

40Que dire des armes par destination, occasionnellement utilisées par ces « loups-garous » visiblement bien démunis de crocs et de griffes… (voir le couteau manipulé par Pernette Gandillon ou encore l’interrogatoire de Pierre Burgot qui dit avoir tué une chèvre en se servant d’un instrument tranchant).

Examen des corps

  • 10 Pour Jean-Marc Moriceau, le « loup prédateur » est celui qui s’attaque à l’homme.

41Dans les aveux mêmes de ces lycanthropes, la description des plaies occasionnées (et des morceaux de corps dévorés) correspond tout à fait à celles qu’auraient pu occasionner de véritables loups prédateurs10 : les accusés disent avoir mangé les cuisses, le ventre, les bras… Mais cela ne prouve pas la véracité des faits ; les pratiques alimentaires des loups devaient être connues de tous à cette époque. Il est tout à fait normal que des hommes se prétendant des loups s’en soient souvenus au moment des aveux.

42Pour faire bonne mesure, certains des loups-garous de Saint-Claude disent avoir épargné le côté droit des victimes, parce que c’est le côté de la main qui fait le signe de croix… c’est, à l’évidence, un indice qui confirme que nous sommes en présence de sorciers ordinaires, s’accusant de lycanthropie.

43Mais l’examen des corps est rendu difficile, voire impossible, par l’absence, le plus souvent, du corps du délit. Il n’est pas fait mention que l’on ait trouvé la moindre trace des cinq infortunés que Burgot et Verdung disent avoir tués et dévorés en partie. Il en est de même pour les victimes introuvables des loups-garous de Saint-Claude.

44Il est permis de penser que certains des corps parfois retrouvés dont la mort est attribuée à certains lycanthropes en procès ont été tout simplement ceux de victimes de véritables loups. Il est plus que probable, par exemple, que les cadavres trouvés à proximité de Jean Roulet lors de son arrestation aient été tués et déchiquetés par des loups. Dans l’affaire Pierre Grenier, on n’est pas vraiment sûr qu’il soit l’auteur des meurtres qui lui ont été attribués, même si c’est probable. Les seules victimes certaines sont celles de Gilles Garnier et de Pernette Gandillon, pris tous deux en flagrant délit.

 

  • 11 J.-M. Moriceau, Histoire du méchant loup. 10 000 attaques sur l’homme en France…, rééd. (...)

45Le tableau dressé par les affaires de lycanthropie est contrasté. Ces procès, à l’exception de celui de Burgot et Verdung – 1521 – sont tous situés dans une période allant de 1574 à 1603. Si l’on exclut l’affaire Garnier – 1574 –, ils s’échelonnent dans une période allant de 1584 à 1603. Or, c’est très précisément au cours de cette période que Jean-Marc Moriceau a noté un pic dans les attaques de loups prédateurs11. C’est comme si les procès en lycanthropie obéissaient à une double chronologie : celle de l’acmé des procès en sorcellerie, celle du pic des attaques des loups prédateurs.

46Faut-il y voir une sorte de court-circuit entre deux périodes ? Si l’on se réfère au cas précis des procès menés à Saint Claude par Henri Boguet à Saint-Claude, en particulier celui de l’année 1598, il est fort probable qu’il y ait eu contamination de la peur du loup sur celle des sorciers.

47Dans les autres affaires, nous pensons immédiatement à des manifestations d’une maladie mentale connue aujourd’hui sous le vocable de lycanthropie clinique, dans laquelle les patients sont persuadés d’être transformés en loup, ou en un autre animal. Le cas de Jacques Roulet, qui vit comme un sauvageon et s’accuse lui-même spontanément, semble relever à l’évidence de cette affection.

48Le même diagnostic pourrait sans doute s’appliquer au jeune Pierre Grenier, et, peut-être aussi à Pernette Gandillon et à Gilles Garnier. Mais des homicides à répétition ayant été attestés, il se pourrait que l’on soit en présence de ce qu’on appelle aujourd’hui des tueurs en série désorganisés.

49Les cas de crimes suivis de consommation de chair humaine sont pointés dès le xixe siècle. On citera pour mémoire, Vincent Verzeni en Italie, l’espagnol Garrayo, le Français Joseph Vacher… Tous étranglent leurs victimes avant d’en manger des morceaux. Avouons que le modus operandi ressemble beaucoup à celui de nos « loups-garous » des xvie et xviie siècles. Si le doute peut planer sur Gandillon et Grenier, Gilles Garnier répond à tous les critères permettant de le classer parmi les tueurs en série.

50Un dernier point. Pourquoi le loup ? Pourquoi une identification au loup plutôt qu’à tout autre prédateur ? D’abord pour ses qualités symboliques. Comme le remarque l’ethnologue Sophie Bobbé dans son ouvrage L’Ours et le loup, la figure du loup est celle d’une bête anthropophage – c’est important –, d’un animal qui dévore sans retenue, une bouche dévoreuse, et, notons ce détail, un animal auquel on attribue la pratique de l’endo-cannibalisme. N’oublions pas qu’un loup-garou est, au départ, un homme. Sa transformation symbolique se doit de rester cohérente.

51Pourquoi un loup ? La question a été posée à Gilles Garnier lui-même, voici sa réponse, retranscrite à partir des interrogatoires :

« Un jour où poussé par la misère il errait dans les bois, il avait rencontré un fantôme en figure d’homme, qui lui avait promis monts et merveilles s’il voulait se donner à lui et le pouvoir de se déguiser, à son choix, en figure de lion, de loup ou de léopard. Il avait choisi le loup, disait-il, parce que cet animal lui avait paru plus mondanisé que le lion ou le léopard. »

52Que voulait dire exactement Gilles Garnier sous ce terme curieux de « mondanisé » ? Vraisemblablement que le loup était pour lui la forme même du prédateur le plus commun à l’époque sous nos contrées. En définitive, n’est-ce pas une façon de se nommer soi-même, et de nommer une forme de crime incompréhensible, même aujourd’hui, mais plus encore, peut-être, du temps de Gilles Garnier, le crime sans mobile, le crime gratuit. Nous entendons par ce terme l’homicide qui ne provient pas d’une cause sociale acceptable, même si elle est moralement inacceptable, comme l’assassinat crapuleux, le meurtre passionnel ou le crime d’honneur. À crime « inhumain », il faut la figure d’un criminel « inhumain », ou plutôt mi-homme, mi-bête, l’homme-loup, le Wer-wolf, devenu le loup-garou.

Bibliographie

Arrest memorable de la Cour de parlement de Dole, donné à l’encontre de Gilles Garnier, Lyonnois, pour avoir en forme de loup-garou dévoré plusieurs enfans, & commis autres crimes : enrichy d’aucuns points recueillis de divers autheurs pour esclaircir la matiere de telle transformation. Lyon : Benoist Rigaud, 1574.

Baratta Alexandre, Weiner Luisa, « La lycanthropie : du mythe à la pathologie psychiatrique », L’information psychiatrique, éd. numérique, 2009 - 7 Volume 85.[http://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-7-page-675.htm]

Bobbe Sophie, L'ours et le loup. Essai d'anthropologie symbolique, Paris, Éd. de la MSH/INRA, 2002.

Bulletin de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Poligny (Jura), 17e année, 1876, p. 203.

Gibson Dirk C., Legends, monsters or serial murderers? The real story behind an ancient crime. Westport (CT) : Praeger, 2012, 201 p.

Lévy-Bruhl Henri, « Un loup-garou devant le parlement de Bordeaux en 1603 », Revue du Folklore français, n° 4, juillet-août 1930.

Mandrou Robert, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie historique historique, Paris, Éditions du Seuil (coll. L’Univers historique), 1980, 576 p.

Moriceau Jean-Marc, Histoire du méchant loup. 10 000 attaques sur l’homme en France (xve-xxie siècle), Paris, Fayard/Pluriel, 2016, 640 p. (réédition revue et augmentée, 1ère édition, chez Fayard en 2007).

Nynauld Jean (de), De la lycanthropie, transformation, et extase des Sorciers. Où les astuces du Diable sont mises tellement en evidence, qu’il est presque impossible, voire aux plus ignorants, de se laisser doresnavant séduire. Avec la refutation des argumens contraires, que Bodin allegue au 6. chap. du second livre de sa Demonomanie, pour soustenir la realité de cette pretenduë transformation d’hommes en bestes, Paris : chez Nicolas Rousset, 1615.

Summers Montague, The werewolf. Londres: Kegan Paul, Trench, Trubner & Co, 1933, 307 p.

Notes

1 R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle… p. 121-133 et p. 369-478.

2 De praestigiis daemonum et incantationibus ac veneficiis, première édition publiée à Bâle, en 1563.

3 Publié à Paris en 1574.

4 Publié à Paris en 1580.

5 Jean de Nynauld, De la lycanthropie, transformation et extase des sorciers, publié à Paris en 1615.

6 Anatomy of melancholy. What it is, with all the kinds causes, symptoms, pronostiches & severall cures of it, publié à Oxford en 1638.

7 Arrest memorable de la Cour de parlement de Dole, donné à l’encontre de Gilles Garnier, Lyonnois, pour avoir en forme de loup garou dévoré plusieurs enfans, & commis autres crimes : enrichy d’aucuns points recueillis de divers autheurs pour esclaircir la matiere de telle transformation, publié à Lyon, en 1574.

8 Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons, ou il est amplement traicté des Sorciers & de la Sorcellerie, publié à Paris, en 1612.

9 Arrestop. cit.

10 Pour Jean-Marc Moriceau, le « loup prédateur » est celui qui s’attaque à l’homme.

11 J.-M. Moriceau, Histoire du méchant loup. 10 000 attaques sur l’homme en France…, rééd. augm. 2016.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Homme et loup.
Crédits Liber Chronicarum, Nuremberg, 1493.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 2. - Le loup-garou vu comme un fou à forme humaine.
Crédits Gravure de Lucas Cranach, circa 1510-1515.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 3. - Le loup-garou vu comme un loup, jusqu’à la potence.
Crédits Gravure représentant le lycanthrope d’Ansbach (Bavière), 1685.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search