Version classiqueVersion mobile

L’animal symbole

 | 
Marianne Besseyre
, 
Pierre-Yves Le Pogam
, 
Florian Meunier

Aux origines des symboles de l'Occident : métamorphoses et hybridations dans les mythes et les religions

La femme-génisse et l’homme-oiseau ou l’art de la métamorphose

Cyril Maré

Résumé

L’art de Dédale donne un corps de génisse à Pasiphaé et des ailes à Icare. L’animalité est un moyen librement choisi, grâce à la mètis et la technè, et non une fin subie émanant d’une divinité. Ce mode de création permet à chacun d’entreprendre un projet inaccessible sous sa forme initiale : pour l’une, aimer un taureau, pour l’autre, s’évader du labyrinthe. La condition humaine est élargie, l’interdit brisé. La transformation, momentanée, n’est ni illusoire, ni réelle, mais un entre-deux, transcendant nature et culture, perçu comme condamnable. Pasiphaé, reine rendue à l’état sauvage, engendre le Minotaure, monstre barbare tué par un Thésée civilisateur. Icare, homme augmenté d’un attribut divin, chute par imprudence ou impudence, sans obtenir la même clémence que son cousin Talos, changé en oiseau par Athéna. Les mythes soulignent donc la séparation, verticale, des règnes animal, humain et divin, tout en entrouvrant un passage, risqué, de l’un à l’autre.

Texte intégral

1Des dieux, des animaux et des hommes. La mythologie grecque regroupe différentes catégories d’êtres dont la séparation est fragilisée par le phénomène de métamorphose. Il s’entend généralement comme le passage d’une apparence divine ou humaine vers celle d’un animal. D’une forme à l’autre, le changement survient comme une péripétie essentielle ou une conclusion au sein d’un récit, assumant différentes fonctions métaphoriques. Alors que la transformation est habituellement la conséquence d’un pouvoir divin ou magique, celle qui concerne Pasiphaé et Icare présente la particularité d’être permise par l’ingéniosité d’un homme, Dédale. Leurs mésaventures ont également pour caractéristique de se suivre, mettant en scène les mêmes personnages. La difficulté de leur analyse, comme souvent dans la mythologie grecque, est que les sources littéraires et iconographiques sont multiples et parcellaires : beaucoup d’auteurs, quelques fragments sauvegardés et certaines divergences de version. L’étude de leur récit, qui se métamorphose donc lui aussi et dont l’étrangeté peut déconcerter l’esprit rationnel, permet néanmoins d’interroger symboliquement les liens inter-espèces.

  • 1 Apollodore, La Bibliothèque, III, 1.3 et 1.4. Dans les fables d’Hygin, la (...)

2Pasiphaé est l’épouse de Minos, fils adoptif d’Astérios, roi de Crète. L’homme est ambitieux. À la mort de son père, il cherche à faire valoir ses droits de successions. Pour asseoir sa légitimité, il souhaite montrer au peuple son accointance avec l’Olympe. Il prie l’un de ses plus éminents représentants, Poséidon, de lui envoyer un magnifique taureau, qu’il lui sacrifiera en retour. Le dieu des océans accède à la demande. Ébahi par la majesté et la blancheur éclatante de l’animal sorti des eaux, Minos choisit de le préserver et d’immoler un autre taureau de son troupeau. Il obtient le trône, mais Poséidon découvre la supercherie1. Son courroux est à la mesure de l’imposture. Il inspire à Pasiphaé une passion pour l’animal préservé. La reine se confie alors à Dédale, artisan athénien qui vit exilé à Cnossos et qui se trouve être au service de Minos. Il lui fabrique une vache en bois, creuse et recouverte de cuir, afin qu’elle puisse s’y dissimuler et approcher l’objet de son amour. Il l’emmène ensuite dans le pré où le taureau se trouve, à proximité de Gortyne. De cette union naît Astérion, mi-homme, mi-taureau, plus connu sous le nom de Minotaure.

3Minos tente immédiatement de le cacher. La honte que représente cet enfant pour un roi est trop importante. Il craint que son image soit dégradée, et avec elle, la force exceptionnelle du Minotaure lui permettant de briser les liens censés le tenir à l’abri des regards, Minos se résout à consulter un oracle pour trouver une solution. La réponse est une invitation à demander à Dédale de construire une demeure à Cnossos où il se cacherait. L’architecte imagine donc un lieu insulaire doté de nombreux couloirs, multipliant les risques de s’égarer, et au centre duquel le Minotaure est placé. L’ensemble est conçu de telle sorte que quiconque y pénètre ne puisse en ressortir. Le labyrinthe, étymologiquement « palais de la double hache », est ainsi érigé.

  • 2 Dans certaines versions, la vengeance de Minos est liée au seul fait qu’il apprend que Déd (...)

4Minos exige alors d’Athènes, l’ennemi défait, un tribut annuel de jeunes gens afin de les envoyer dans l’énigmatique édifice. Un jour, Thésée, prince d’Athènes, fut tiré au sort. Avec l’aide d’une des filles de Minos éprise de lui, Ariane, elle-même conseillée par Dédale qui lui révèle l’astuce du fameux fil, il parvint à s’échapper et à tuer le monstre. Excédé par une telle trahison2, Minos enferme l’architecte avec son fils dans le piège qu’il a construit. Leur fuite est organisée par les airs grâce à la fabrication d’ailes de plumes et de cire. Pendant qu’ils survolent la mer, Icare s’approche des rayons du soleil en dépit des instructions de son père. La cire se liquéfie, Icare tombe et se noie. Dédale, abattu, recueille son corps et l’enterre, avant de gagner la Sicile.

5L’analyse comparée des mythes de Pasiphaé et d’Icare montre que la métamorphose, lorsqu’elle relève de l’art, c’est-à-dire à la fois de l’artistique et de l’artisanal, permet de dompter la nature et, concomitamment, d’éliminer l’intervention du surnaturel. Elle cherche ainsi à réécrire le rapport de l’homme au monde et au vivant. Mais en dérangeant ainsi l’ordre établi, la métamorphose expose à la difformité et à la confusion. Donnant l’illusion de réunir, la métamorphose rompt en réalité ce qui fait lien, ce qui fait corps.

L’art de la métamorphose ou le champ des possibles

6Lorsqu’elle est façonnée par l’homme, la métamorphose repose sur ses propres capacités, notamment deux d’entre elles, la mètis et la technè. Elles lui permettent d’imiter la nature et de tenter de dépasser, un instant, le poids du kairos, la condition humaine. Mais ce projet, porteur d’une hubris, ne se conçoit et ne se réalise pas sans risque ou contrepartie.

L’imitation de la nature par la mètis et la technè

  • 3 Platon, Ménon, 97d et 97e.
  • 4 Aristote, La Politique, p. 34, I, 4, 1253-1254.

7Bien que l’appartenance de Dédale à la maison royale d’Athènes soit majoritairement admise, son ascendance reste confuse. Sa mère ? Alcippé, Mérope ou Iphinoé. Son père ? Métion, Palamaon ou Eupalamos. Certains récits plus tardifs en font un descendant d’Athéna, vraisemblablement pour souligner son importance et justifier ses talents dans les domaines techniques. L’étymologie grecque daïdalos renvoie en effet, selon le contexte, à « artiste », « artistement travaillé » ou encore « astucieux ». Dédale incarne l’artisan par excellence, alliant le sens de l’esthétique à l’ingéniosité technique. Son habileté et son inventivité sont si exceptionnelles qu’elles franchissent la mythologie pour imprégner la philosophie. Dans le Ménon, Platon rapporte que Socrate, désireux d’illustrer le concept d’« opinions vraies », évoque le réalisme des nombreuses statues façonnées par le maître, précisant qu’il était, selon la légende, nécessaire de les attacher pour les empêcher de fuir3. Aristote mentionne ces mêmes statues dans sa Politique, en compagnie des trépieds d’Héphaïstos, également autonomes dans leurs déplacements, dans le but de faire entrevoir un monde où les automates se substitueraient aux ouvriers et aux esclaves4.

  • 5 F. Frontisi-Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, p. 94.
  • 6 « Anthropologie historique et spécificité grecque. Entretien avec Jean-Pierre Vernant  (...)

8Le penseur réunit à cette occasion les deux plus célèbres démiurges que compte la mythologie grecque : Héphaïstos, le dieu du feu et de la métallurgie, et Dédale, le père de l’architecture et de la sculpture. La proximité de leur art est telle que certains Anciens en déduisent un lien de filiation et considèrent le mortel comme un « doublet fonctionnel »5 de l’olympien. Les deux personnages possèdent la mètis, cette intelligence rusée permettant de s’adapter dont fait également preuve Ulysse, ainsi que la technè qui « désigne à la fois le savoir et le savoir-faire mais pas le travail »6. Ces facultés les poussent à innover, à créer et à bâtir. Ils recourent dans ce but, non pas à des sorts qu’ils énonceraient sans effort, mais à des matériaux qu’ils assemblent à l’aide d’outils. Les thérianthropies de Pasiphaé et d’Icare sont ainsi fabriquées à partir d’éléments disponibles dans la nature, dont certains proviennent directement des animaux censés être imités, le cuir de la vache et le plumage de l’oiseau. Elles possèdent les propriétés physiques de leurs composants. Les roues de la génisse permettent de la déplacer, la cire de maintenir les plumes des ailes, tant que la chaleur ne la fait pas fondre. C’est une conception mécanique et physique du vivant.

  • 7 Homère, L’Odyssée, X, 234-236.
  • 8 Voir à ce sujet : A. Marcinkowski et J. Wilgaux, « Automates et créatures (...)

9L’art de Dédale se distingue ainsi du pouvoir surnaturel que possèdent les dieux de modifier leurs propres apparences ou celle d’un autre être vivant, et de la magie qu’emploie la sorcière Circé7. Aucune force extérieure n’est impliquée dans le travail de l’artisan. Son œuvre s’inscrit dans un mouvement de rationalisation et de sécularisation. Toutefois, en tant que simple mortel, Dédale ne peut rivaliser avec le forgeron divin, qui jouit non seulement d’une ingéniosité et d’une habileté exceptionnelles, mais aussi de la capacité d’insuffler la vie d’une manière merveilleuse. En effet, Héphaïstos a le don d’animer ce qui est inerte. Suivant la description homérique, en donnant une voix humaine, une force et un visage de déesse à de la glaise et de l’eau pétries, il crée Pandore, la première femme. Il lui est donc possible de reproduire le vivant8, là où Dédale doit se contenter de l’imiter.

  • 9 Le mythe d’Iphis montre cette limite : jeune crétoise qui voudrait être un (...)

10Dédale conçoit des automates en bois ou en métal, qui usent de mécanismes secrets pour donner l’illusion du vivant. C’est un travail qui nécessite des efforts : alors que la magie opère de façon statique, la technè introduit la cinétique. Le temps devient une composante de la transformation puisque l’action humaine, contrairement à la parole divine, y est soumise. Il encadre sa conception, son usage et sa fin. Un terme peut en effet lui être mis, volontairement telle Pasiphaé se dégageant de la génisse factice, ou involontairement tel Icare subissant les contraintes matérielles de ses ailes. Il est possible d’interrompre la transformation et de la renouveler à sa guise, conformément à sa fin utilitariste. Cette particularité confirme l’idée de subterfuge qui en émane, une modification de l’apparence, et non de l’essence9. Le préfixe grec meta signifie « au-delà » ou « ce qui vient après » et renvoie donc à la succession des formes pour un même individu, qui reste cependant identique à lui-même.

  • 10 Ovide, L’art d’aimer, VIII, 210.
  • 11 Ovide, Les Métamorphoses, VIII, 210.

11Le corps change, qu’il soit dissimulé sous une seconde peau pour Pasiphaé ou équipé d’ailes pour Icare, mais la personne demeure, malgré une influence sur le comportement. En effet, mélangeant ce qui relève de l’animalité et de la nature humaine, Ovide raconte comment Pasiphaé perçoit les autres génisses comme des rivales et les tue par jalousie10 ou comment Dédale s’inquiète pour son fils avant son envol « comme un oiseau qui emmène sa jeune couvée dans les airs »11. Dans ces moments-là, homme et animal ne semblent faire qu’un. Ce rapprochement fait écho à la lycanthropie clinique, trouble de la personnalité à travers lequel le sujet se croit transformé en animal, mais surtout à l’étymologie voisine des mots natura, « ce qui donne naissance » en latin, et technè (d’où technica en latin) dont la racine indo-européenne tik signifie « engendrer ». Technique et vivant ne s’opposent donc pas et obéissent aux mêmes principes qui régissent le kosmos. Ils forment, avec le pouvoir divin, les différentes facettes d’un même monde.

12Pour autant, la métamorphose artistique reste un processus dual qui permet la continuité de l'être tout en lui faisant subir une mutation. Elle diffère du changement total d'état qu’entraîne généralement la métamorphose des humains lorsqu'elle est provoquée par les dieux. Si la personnalité demeure, c’est davantage une sanction. Les cas comme celui de Io qui, par l’action de Zeus, a vécu plusieurs années en génisse, avant de retrouver son apparence initiale, sont rares. Le sort d’Actéon est plus représentatif. Transformé en cerf par Artémis pour l’avoir vu nue, il est conscient d’être dévoré par les chiens qu’il avait dressés pour l’aider à chasser. De même, Callisto, la femme changée en ours par Héra, jalouse de sa relation avec Zeus, est condamnée à se cacher dans les montagnes avant de succomber à une flèche de la même Artémis. Les métamorphoses divines sont ainsi largement les condamnations d’une hubris, d’une démesure, quand celles de Dédale sont des entreprises.

Le dépassement de la condition humaine par le kairos et l’hubris

  • 12 Dans Les Crétois d’Euripide, Pasiphaé juge d’ailleurs Minos responsable de son mal.
  • 13 M. T. Camilloni, « Su la leggenda di Pasifae », p. 60.

13Envoûtée, Pasiphaé cherche à assouvir son désir. Enfermé, Icare cherche à retrouver la liberté. Tous les deux connaissent un châtiment, alors qu’ils ne sont pas initialement fautifs. La reine est l’objet de la vengeance de Poséidon à l’encontre de son mari12, le fils est condamné par Minos car son père a aidé Thésée. La métamorphose que Dédale leur propose représente le moyen de mettre un terme à la situation dans laquelle ils se trouvent. En devenant génisse, Pasiphaé peut s’accoupler avec le taureau blanc (symbole de fécondation en Égypte13) et voir disparaître la folie qui s’était emparée d’elle. En devenant oiseau, Icare peut s’évader du labyrinthe et fuir la Crète où il risquerait d’être repris.

  • 14 Voir sur le sujet : F. Dingremont, « Jeu et enjeux de la charis dans la po (...)

14Pour chacun, l’opportunité de la métamorphose désigne le temps du kairos, la saisie d’une occasion permettant d’inverser pour le meilleur ou pour le pire le cours des événements et, littéralement ici, des apparences. Faire appel à la mètis et la technè de Dédale, c’est atteindre une ambition a priori inatteignable. La métamorphose, comme le soulignent les récits d’Ovide, rend possible ce que la forme initiale ne permet pas. Ces limites, posées par la nature, renvoient plus largement à celles de la condition humaine. Pour Homère et Hésiode, cette dernière était empreinte d’une relative noirceur, de nombreuses épreuves, souvent douloureuses, parsemant le chemin de la vie. Pour compenser ce quotidien difficile, la charis, terme communément traduit par « grâce », se manifestait parfois pour embellir les apparences, rehaussant les corps de façon éclatante, et assouvir les désirs. Habituellement procurée par les dieux pourvus de mètis, la charis peut également rayonner depuis des fabrications humaines, dont celles de Dédale. Comme Pandore, la première femme, fabriquée de toutes pièces par les dieux et qui possédait une boîte contenant tous les maux de l’humanité, la femme-génisse et l’homme-oiseau cachent en leur sein un danger. Le passage de la charis constitue un moment aussi exceptionnel qu’éphémère, et se trouve à la fois réjouissant et trompeur14.

15La génisse de Dédale est un piège, au même titre que le cheval de Troie d’Ulysse. Deux coquilles trompeuses, qui renferment la secrète intention de conquérir l’autre, qu’il s’agisse d’un simple taureau ou d’une ville entière. Pasiphaé est la reine qui abdique son souverain statut et rejette la cité, pour se livrer au désir le plus brut et le plus primaire que seul l’artifice peut lui offrir. Le drame d’une âme qui désire un autre corps, renonçant au destin, la moïra, qui lui était naturellement tracé. Elle n’est plus debout, mais à quatre pattes. Elle commet une faute fondamentale : Thanatos écarte Éros, l’interdit est transgressé, la limite franchie.

16De son côté, Icare est symbole de l’aspiration à voler, à toucher le ciel. Les ailes sont l’attribut de l’élévation vers le sublime, de l’affranchissement de la contrainte terrestre, du passage entre les mondes. Hermès, messager des dieux et gardien des voyageurs, est représenté dans l’iconographie grecque avec de petites ailes aux talons ou à la tête pour signifier sa capacité à se mouvoir partout et souligner sa fonction psychopompe. C’est pourquoi, Platon écrit dans Phèdre que :

  • 15 Platon, Phèdre, 246d, p. 49.

« La vertu des ailes est de porter ce qui est pesant vers les régions supérieures habitées par les dieux, et elles participent plus que toutes les choses corporelles à ce qui est divin. »15

17Cela fait du mythe d’Icare un avertissement contre l’orgueil humain. L’hubris, d’ailleurs considérée comme un défaut caractéristique de la jeunesse, trouve sa nemesis, rappelant à l’être humain sa place dans le monde.

L’art de la métamorphose comme rappel à l’ordre naturel

18Tentant de déjouer les lois de la nature, la métamorphose est rapidement rappelée par la réalité d’un monde ordonné, au sein duquel chaque espèce possède une place bien définie, et qui ne goûte guère le chaos. Dans ce contexte, l’hybridité est trop subversive pour être tolérée.

La séparation verticale des règnes animal, humain et divin

  • 16 Ovide, Les Métamorphoses, II, 836-875.

19Les mythes de Pasiphaé et d’Icare interrogent les rapports entre la science et le vivant, entre l’artifice et la nature. L’art de Dédale y puise son inspiration pour proposer la solution de la métamorphose. La femme-génisse et l’homme-oiseau demeurent des humains et leur animalité un simulacre. Cette dernière n’est qu’un moyen, non une fin en soi ni un changement identitaire. De la même façon, Zeus ne devient pas mortel en se changeant en taureau pour approcher Europe, fille du roi de Tyr, sur laquelle il a jeté son dévolu. La transformation vise à éveiller l’ardeur de la jeune femme, à travers des attributs de puissance et de pureté que décrit Ovide dans les Métamorphoses16. Les thérianthropies humaines semblent singer celles des dieux.

20Elles sont moins efficaces, comme en atteste un petit oiseau qui assiste à la chute d’Icare. Il n’est pas là par hasard, il est lui aussi le fruit d’une métamorphose. Celle de Talos, le neveu de Dédale et cousin d’Icare. Comme son oncle, c’est un inventeur de génie. Comme son cousin, il a chuté ; littéralement, mais pour une autre raison. Apprenti confié à Dédale, Talos fait rapidement ses preuves. Il invente la scie, le compas et le tour de potier. Jaloux de ce talent et d’une potentielle concurrence qu’elle représentera à terme, le maître pousse son élève du haut de l’Acropole. Athéna, émue par son sort, le change en perdrix avant qu’il ne touche terre et le sauve de son cruel destin. Dédale est banni de l’Aréopage et se réfugie en Crète, chez Minos. Puis Icare est puni, quand Talos a été sauvé. La métamorphose est funeste pour le premier, salvatrice pour le second. Récompense du génie et de l’innocence contre sanction de l’artifice fragile et de l’impudence.

21Mais c’est aussi l’indication que l’humain ne peut changer de statut sans aval divin. La technè a des limites que la puissance divine, et derrière elle la nature, ne connaît pas. L’humain n’est pas né pour voler. Dédale n’y parvient qu’en se soumettant à des règles de prudence qui obéissent elles-mêmes aux lois de la nature. Au contraire, l’oiseau est conçu pour vivre dans les airs. Pour que Talos soit sauvé de la mort, il devient animal et perd son humanité. Athéna ne lui a pas donné des ailes, ne l’a pas augmenté d’un attribut psychopompe. Elle l’a réduit à l’état de perdrix, oiseau de proie. Le génie de Talos ne suffit pas à lui ouvrir les portes de l’Olympe. Sa transformation n’est pas une apothéose, mais un moyen de poursuivre son séjour sur terre autrement et d’assister à ce qui s’apparente à une vengeance. La perdrix, terme vernaculaire désignant plusieurs espèces de petits oiseaux aux caractéristiques similaires, s’oppose à la puissance et la fierté, qualités liées aux grands rapaces, en particulier à l’aigle de Zeus. C’est une métamorphose ordinaire, qui n’a pas de continuité dans le récit mythique.

22Les personnages ne sont pas les seuls éléments indiquant, dans les deux mythes étudiés, la distinction entre les espèces. Les lieux aussi, notamment le labyrinthe. La littérature grecque ancienne, qui s’embarrassait peu de détailler le décor des événements mythologiques, ne livre aucune information concernant son agencement. L’architecture du lieu se déduit donc de l’action qui s’y déroule et des protagonistes. En l’occurrence, le labyrinthe peut s’apparenter à une forêt, dense. Ses couloirs sont tels les chemins que l’on croit déceler à travers les arbres : alambiqués, trompeurs et sans assurance d’atteindre l’endroit voulu. Dans la cité, l’homme ne connaît pas de prédateur. Dans la forêt, il est une proie. Son intelligence demeure, mais elle ne compense pas ses faiblesses physiques. Il n’est plus protégé par la loi sociale, il est soumis à la loi naturelle. La loi du Minotaure. Mieux adapté à ce milieu de vie, le monstre y règne en maître, malgré lui. Au contraire, l’homme, qui est sorti de son état de nature en tant qu’animal social, n’y est plus habitué. L’être humain se distingue ainsi des animaux, comme être et comme habitant.

La transgression stérile de l’hybride

  • 17 Il convient de noter que la part humaine est le plus souvent féminine, soulignant le da (...)
  • 18 F. Frontisi-Ducroux, L’homme-cerf et la femme-araignée. Figures grecques de la métamorp (...)

23Les hybrides sont nombreux dans la mythologie grecque. Ils forment des peuples, comme les sirènes et les centaures, ou sont des êtres uniques, tels le Sphinx ou Echidna17. Comme le souligne Françoise Frontisi-Ducroux, l’hybridation dans le mythe grec permet de « penser la différence et le contact, la séparation et le mélange »18. Les frontières qu’elle trace ne sont pas des murs infranchissables. Le fait que Dédale et Icare s’envolent par-dessus ceux du labyrinthe souligne la présence inévitable de passages, même lorsque cela semble impossible. Il existe toujours une issue, qu’elle soit prévue ou à créer. Mais cette issue semble être un leurre, car elle conduit au tragique et s’avère souvent fatale. L’une des rares exceptions est Pégase, le cheval ailé. Or, il est moins présenté comme un assemblage que comme une entité à part entière. Fils de Poséidon, il est l’instrument de Zeus, qu’il finit par rejoindre sur le Mont Olympe. Changé ensuite en constellation, il devient immortel. Il est même celui qui, avec Bellérophon, vainc la Chimère (représentation à la fois la plus aboutie et la plus invraisemblable de l’hybridité), avant de réussir son ascension, laissant son cavalier chuter du ciel, parodiant Icare.

24À cause de son caractère monstrueux, l’hybride paraît condamné à un sort funeste dès sa naissance, surtout Astérion en tant que fils d’un amour improbable et illusoire. Le taureau blanc n’a pas d’attrait naturel pour l’humaine qu’est Pasiphaé. Le déguisement est nécessaire pour faire naître chez lui le désir. Parallèlement, l’amour de l’infortunée reine n’est pas de son fait, mais provoqué par un sort divin. Pour chacun, un élément externe, trompeur, prend le pas sur le comportement normal. Leur accouplement est un viol réciproque et l’enfant qui en résulte constitue une aberration, une terrifiante transgression de toutes les frontières. Par la technè, la nature a été forcée, inversant l’humain et l’animal, Éros et Thanatos. Pasiphaé l’anticipe, lorsqu’en quête du taureau à la fin du Chant de Silène, elle implore l’aide des Nymphes :

  • 19 Virgile, Les Bucoliques, VI, 55-56.

« Fermez, Nymphes, Nymphes du Dictè, fermez maintenant les clairières des bois. »19

25Mais, paradoxalement, le Minotaure est aussi celui qui rétablit la limite, en tant qu’erreur, non seulement à ne pas reproduire, mais à supprimer. Ce rôle éminent revient à Thésée, qui, sous l’œil complice d’Athéna, parvient à s’échapper du labyrinthe après avoir terrassé son gardien. Le geste a un double sens : psychique d’une part, c’est l’accomplissement initiatique d’un humain face à la part sombre et tortueuse de son inconscient, politique d’autre part, c’est un acte civilisateur face à un état de nature. Le héros tranche de son glaive le lien symbolique que représente le Minotaure entre l’humain et l’animal, entre le citoyen et le barbare, entre Athènes et les autres cités. C’est aussi grâce au fil d’Ariane, donné par Dédale, qu’il réussit à s’enfuir. La technè déjoue l’hybridité qu’elle avait contribué à créer. Elle est un outil de domestication et une démonstration de la supériorité de l’intelligence, caractéristique humaine, sur la force brute, attribut plutôt animal.

26Le Minotaure est largement étudié dans son rapport à l’humanité, moins dans son rapport à l’animalité. Souvent considéré comme une forme monstrueuse de l’être, comme une part sombre des pulsions de mort, le Minotaure est aussi une aberration du point de vue animal. Dans son hybridité certes, mais aussi dans son mode de vie. Il est présenté comme un carnivore, alors que sa mâchoire de taureau, puisqu’il est majoritairement représenté comme un homme à tête de bovidé et non le contraire, devrait en faire un herbivore. Superprédateur au sommet de la chaîne alimentaire, puisque l’humain figure à son menu, et la proie d’aucune autre espèce, le Minotaure s’oppose, par son positionnement et son comportement, à son père, qui broute tranquillement l’herbe des prés. Violence contre pacifisme, voracité contre frugalité, difformité contre pureté.

  • 20 Europe enfanta Minos avant d’être donnée en épouse au roi de Crète Astérion, le grand-p (...)

27Astérion est de surcroît l’exacerbation de la territorialité du taureau, qui n’autorise aucun empiétement dans son enclos, le labyrinthe. Sa nature le place ainsi en dehors de l’humanité et de l’animalité. Être à part, dans un monde à part. Animal et humain à la fois, homme à tête de taureau ou taureau à corps d’homme, il n’est ni l’un ni l’autre. C’est un entre-deux inadapté à ce monde, qui ne peut engendrer une descendance. Désordonnant le kosmos, il est la manifestation d’un interdit, la zoophilie, qui fonde la notion d’humanité en la détachant du reste du règne animal. Zeus, en comparaison, avait choisi de reprendre son apparence normale pour s’accoupler avec Europe, délaissant la forme du séduisant taureau20. Autrement dit, l’homme s’est permis de commettre une transgression, ce que le maître de l’Olympe s’était lui-même refusé.

 

28La mythologie illustre l’anthropocentrisme et le spécisme de la culture grecque antique. Les dieux ont l’apparence et le comportement des humains, seuls leur pouvoir et leur immortalité les distinguent. Les animaux, quant à eux, sont réduits à des êtres accessoires, dont la présence dans les récits sert de faire-valoir aux héros. Le bestiaire, qu’il soit réaliste ou fantastique, n’a pas d’existence propre et sert de projection des qualités et défauts des personnages qui peuplent les récits.

29En évoquant cependant le mélange des règnes, par la métamorphose et par l’hybridité, les parcours de Pasiphaé et d’Icare sont porteurs de sens, tant pour les Anciens que pour les Modernes. Contrairement à ceux à qui il fait don de son art, Dédale emploie ce dernier dans des limites raisonnables, cherchant la juste proportion platonicienne. Il soutient l’harmonie avec la nature tandis que la passion monstrueuse le fragilise. Son comportement et sa prudence interrogent le risque d’une science sans conscience, alors que les biotechnologies se développent et que les perspectives de transhumanisme ne relèvent plus ni du mythe, ni de la science-fiction.

Bibliographie

Apollodore, La Bibliothèque, traduction sous la direction de Paul Schubert, Paris, L’Aire (Le chant du monde), 2014.

Aristote, La Politique, traduction de Jules Tricot, Paris, Vrin, 1995.

Camilloni Maria Teresa, « Su la leggenda di Pasifae », RCCM, no 28, 1986, p. 53-66.

Dingremont François, « Jeu et enjeux de la charis dans la poésie d’Homère et d’Hésiode », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, vol. 122, 2015, p. 43-48.

Euripide, Les Crétois in Tragédies, tome VIII, 2e partie, traduction de Jouan François et Van Looy Herman, Paris, Les Belles Lettres (Collection des Universités de France), 1998, p. 329-332.

Frontisi-Ducroux Françoise, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, nouv. éd., Paris, La Découverte (Sciences humaines et sociales, 95), 2000.

Frontisi-Ducroux Françoise, L’homme-cerf et la femme-araignée. Figures grecques de la métamorphose, Paris, Gallimard (Le Temps des images), 2003.

Hygin, Fables, traduction de Véronique Merlier-Espénel, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre (Fictions), 2016.

Homère, L’Odyssée, traduction de Philippe Jaccottet, Paris, La Découverte (Poche/Littérature et voyages, 87), 2004.

Marcinkowski Alexandre et Wilgaux Jérôme, « Automates et créatures artificielles d’Héphaïstos : entre science et fiction » dans Techniques & Culture, no 43-44, 2004, p. 163-190. [URL : http://tc.revues.org/1164]

Ovide, L’art d’aimer, traduction de Henri Bornecque, Paris, Librio (Librio Philosophie), 2018.

Ovide, Les Métamorphoses, traduction nouvelle de Joseph Chamonard, Paris, Garnier frère, 1936, 2 vol.

Platon, Ménon, traduction de Monique Canto-Sperber, Paris, Flammarion, (Garnier Flammarion/Philosophie), 1999.

Platon, Phèdre, Œuvres, tome VI, traduction de Victor Cousin, Paris, Rey et Belhatte, 1849, p. 1-134 ; [URL : http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/phedre.htm]

Virgile, Les Bucoliques, Œuvres, traduction de Sainte-Beuve, nouvelle éd., Paris, Garnier frères, 1859, p. 61-112.

Notes

1 Apollodore, La Bibliothèque, III, 1.3 et 1.4. Dans les fables d’Hygin, la divinité offensée n’est pas Poséidon mais Aphrodite.

2 Dans certaines versions, la vengeance de Minos est liée au seul fait qu’il apprend que Dédale a aidé non pas Ariane mais Pasiphaé.

3 Platon, Ménon, 97d et 97e.

4 Aristote, La Politique, p. 34, I, 4, 1253-1254.

5 F. Frontisi-Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, p. 94.

6 « Anthropologie historique et spécificité grecque. Entretien avec Jean-Pierre Vernant », L’Âne, vol. 29, 1987, p. 25-28.

7 Homère, L’Odyssée, X, 234-236.

8 Voir à ce sujet : A. Marcinkowski et J. Wilgaux, « Automates et créatures artificielles d’Héphaïstos : entre science et fiction », p. 170-171.

9 Le mythe d’Iphis montre cette limite : jeune crétoise qui voudrait être un homme, elle estime que c’est hors de portée de l’art de Dédale et est finalement exaucée par la déesse Isis (Ovide, Les Métamorphoses, IX,674-797).

10 Ovide, L’art d’aimer, VIII, 210.

11 Ovide, Les Métamorphoses, VIII, 210.

12 Dans Les Crétois d’Euripide, Pasiphaé juge d’ailleurs Minos responsable de son mal.

13 M. T. Camilloni, « Su la leggenda di Pasifae », p. 60.

14 Voir sur le sujet : F. Dingremont, « Jeu et enjeux de la charis dans la poésie d’Homère et d’Hésiode », p. 43-48.

15 Platon, Phèdre, 246d, p. 49.

16 Ovide, Les Métamorphoses, II, 836-875.

17 Il convient de noter que la part humaine est le plus souvent féminine, soulignant le danger que représente la femme dans la mythologie et sa position dans la cité.

18 F. Frontisi-Ducroux, L’homme-cerf et la femme-araignée. Figures grecques de la métamorphose, p. 53.

19 Virgile, Les Bucoliques, VI, 55-56.

20 Europe enfanta Minos avant d’être donnée en épouse au roi de Crète Astérion, le grand-père du Minotaure, auquel il donna son nom, sans qu’il n’y ait de lien de sang entre les deux. Cette famille est donc placée sous le signe du taureau qui intervient jusque dans sa généalogie.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search