La circulation des chanoines prémontrés à travers les Pyrénées (xiie-xve siècle)

Stéphane Abadie

Résumé

Les chanoines prémontrés ou norbertins ont connu une implantation importante dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, avec une trentaine de monastères et prieurés dès les années 1135. On peut observer les mouvements de ces religieux à partir de sources originales : les nécrologes de trois monastères permettent d’appréhender le va-et-vient des chanoines et de leurs rouleaux des morts aux xiie et xiiie siècles ; la mise en place d’une circonscription religieuse, la circarie de Gascogne, imposa des visites régulières de tous les membres ; enfin une reconstitution de la carrière de quelques ecclésiastiques éclaire également sur les déplacements de ces chanoines.

  • 1 La bibliographie sur Norbert de Xanten est essentiellement écrite en langue allemande et flamande  (...)
  • 2 Les monastères prémontrés ont été étudiés par N. Backmund, Monasticon Praemonstratense, qui consac (...)
  • 3 Sur la circarie de Gascogne, voir S. Abadie, « Un temporel monastique dans l’espace médiéval gasco (...)

1L’ordre de Prémontré, fondé au xiie siècle, est encore mal connu pour son implantation en Gascogne et dans les Pyrénées. Cet ordre de chanoines augustiniens fondé par Norbert de Xanten et développé par Hugues de Fosses à partir des années 11201 a pourtant connu un important essor dans le sud de la France et au nord de l’Espagne2, comme en témoignent la fondation de trente-quatre abbayes, prieurés et prieurés-hôpitaux3 et la conservation actuelle de quelques monastères, comme Arthous, dans les Landes, Lahonce et Sarrance, dans les Pyrénées-Atlantiques ou encore Combelongue, dans l’Ariège, qui attestent par leur architecture la vitalité de cet ordo novus aux xiie et xiiie siècles (fig. 1).

Fig. 1. – Les fondations prémontrées dans la circarie de Gascogne : abbayes, prieurés, hôpitaux (xiie-xive siècle). Toutes ces fondations ne sont pas contemporaines, en particulier les fondations féminines, disparues ou cédées aux cisterciens avant le troisième quart du xiie siècle. Urdax : Urdache ; Bellpuig : Belpech ; La Retuerta : La Retorte.

Fig. 1. – Les fondations prémontrées dans la circarie de Gascogne : abbayes, prieurés, hôpitaux (xiie-xive siècle). Toutes ces fondations ne sont pas contemporaines, en particulier les fondations féminines, disparues ou cédées aux cisterciens avant le troisième quart du xiie siècle. Urdax : Urdache ; Bellpuig : Belpech ; La Retuerta : La Retorte.

© Stéphane Abadie.

  • 4 Voir M. T. López de Guereño Sanz, « Los patios premonstratenses », p. 207 sq.

2Les premières fondations espagnoles (Belpech, La Retorte et Urdache) connaissent également un succès rapide, accéléré par la Reconquista : plusieurs dizaines de monastères prémontrés sont fondés en Espagne et au Portugal dans cette même période, finissant par former une circonscription religieuse ou « circarie » indépendante de la maison mère gasconne4. Après une période de croissance importante, les prémontrés connaissent un relatif déclin à partir du milieu du xiiie siècle, avec l’arrivée des ordres mendiants, qui captent désormais les rentes d’une bourgeoisie en fort développement dans les bastides et villes au sud de la Garonne.

  • 5 Sur les nécrologes, leur origine et leurs usages, voir J.-L. Lemaitre, Répertoire des documents né (...)

3Parmi les nombreuses questions que pose l’étude de cet ordre, celle de la circulation des chanoines augustiniens n’est pas la moindre : du fait même de leur règle, les chanoines prémontrés avaient vocation à sortir de leurs monastères pour évangéliser les laïcs et assurer la cure de paroisses, un siècle avant les franciscains. Par ailleurs, la formation d’un important réseau d’abbayes et prieurés, de Bayonne à Marseille, lui-même constitué localement d’un dense semis de paroisses, de granges et d’autres biens à gérer, impliquait de fréquents déplacements, à différentes échelles. Nous nous interrogerons donc, dans le cadre limité de cet article, sur les indices de circulation des chanoines prémontrés dans leur circarie du xiie au xve siècle. Nous utiliserons tout d’abord les nécrologes, qui fournissent des preuves de contacts directs ou indirects entre les différentes abbayes dès leur fondation5. Nous étudierons ensuite les diverses sources traitant des fondations et visites effectuées dans le cadre ecclésiastique prémontré, la circarie, qui livrent de nombreux indices de circulation des chanoines, à toutes les échelles. Dans un dernier temps, nous tenterons de reconstituer quelques carrières de chanoines attestant aussi les nombreux déplacements et mutations de ces religieux.

Les nécrologes prémontrés, indice d’une intense circulation régionale

  • 6 A. Degert (éd.), « Le nécrologe de Saint-Jean de La Castelle ».
  • 7 A. Degert (éd.), « Le nécrologe d’Arthous ». Ce nécrologe comporte des mentions d’abbés jusqu’au x (...)
  • 8 Bib. mun. Tarbes, J.-B. Larcher, Glanage ou preuves, t. V, p. 16 sq. (publication en cours sous la (...)
  • 9 Arch. dép. Haute-Garonne, série B, copie du xviie siècle inédite.

4La documentation la plus ancienne est fournie par les nécrologes que rédigeaient les prémontrés pour garder le souvenir des disparus de la communauté et des donateurs. Ces listes se présentent comme des calendriers reprenant, jour par jour, la liste des morts à célébrer. Quatre nécrologes sont actuellement connus pour la circarie de Gascogne, sous la forme de copies d’époque moderne : les nécrologes de Saint-Jean de La Castelle6, d’Arthous7, de La Casedieu8 et de La Capelle9. Il n’est pas question d’entreprendre ici l’étude de ces importants documents encore peu connus. J’ai utilisé ici seulement la liste des abbés d’abbayes prémontrées liées par des prières réciproques : ces listes révèlent la circulation, depuis le xiie siècle et jusqu’à l’époque moderne, d’informateurs entre ces abbayes, qui donnaient les noms de ces morts à rappeler à la mémoire des communautés. C’est ainsi par exemple que l’abbaye de La Casedieu, abbaye mère, était en relation avec une dizaine d’abbayes prémontrées ; elle priait pour leurs abbés défunts au milieu d’une foule d’autres noms. Il faut noter que les trois monastères gascons étudiés reprennent les noms d’abbés des trois monastères prémontrés espagnols, preuve d’une circulation transpyrénéenne régulière (fig. 2).

Fig. 2. – Les mentions d’abbés de monastères prémontrés de la circarie de Gascogne dans trois nécrologes (xiie-xive siècle).

Fig. 2. – Les mentions d’abbés de monastères prémontrés de la circarie de Gascogne dans trois nécrologes (xiie-xive siècle).

© Stéphane Abadie.

La circarie de Gascogne, un espace transpyrénéen : fondations et visites

5Les chanoines de La Casedieu ont directement participé à la fondation de la majorité des abbayes de la circarie, en envoyant des frères assurer les premières constructions et la direction de ces nouveaux monastères prémontrés. Si l'on en croit différents auteurs, c’est le cas à La Capelle, Arthous, Divielle, La Castelle, Lahonce et peut-être à Combelongue et dans les premiers monastères de la péninsule Ibérique (Belpech, La Retorte et Urdax).

  • 10 Arch. dép. Gers, H5, fol. 495.
  • 11 J.-M. Cazauran (éd.), Cartulaire de Berdoue : l'abbé de La Casedieu, Bernard, est témoin de donati (...)
  • 12 BNF, ms. Doat, vol. 152, fol. 184 vo-185 ro : « [donatio facta] in manu Petri Geraldi abbatis de C (...)

6Le premier abbé de La Casedieu, Bernard, venu de Saint-Martin de Laon jusqu’en Gascogne, est par exemple physiquement présent en 1138 à la fondation de l’abbaye de Combelongue, en Ariège (à 160 kilomètres de La Casedieu) ; en 1143 à la fondation de La Capelle, près de Toulouse (à 125 kilomètres de La Casedieu) ; en 1148 à celle de La Retorte, près de Palencia, en Espagne10 (à 600 kilomètres de La Casedieu). Inversement, on trouve aussi des abbés prémontrés dans des monastères d’autres ordres : le même abbé Bernard est fréquemment invité chez les cisterciens de l’abbaye de Berdoues11 (à 35 kilomètres de La Casedieu). On remarque de même, vers 1200-1210, un abbé Pierre Géraud, abbé de Combelongue, présent à la donation d’une vigne au monastère bénédictin de Madiran12, à 25 kilomètres de l’abbaye de La Casedieu et à plus de 160 kilomètres du monastère dont il avait la charge.

7Au milieu du xiiie siècle, à l’exception de Sarrance, toutes les abbayes prémontrées identifiées sont en place entre Bayonne et Marseille : elles forment l’armature d’une circonscription prémontrée, la circarie de Gascogne, dont la tête est l’abbaye mère de La Casedieu, première fondée dans la région. Cette structure impose de visiter régulièrement l’ensemble des abbayes et d’en régler les problèmes de discipline. Cela impose aussi, tous les ans, de « monter » à Prémontré pour participer au chapitre général de l’ordre.

  • 13 Arch. dép. Gers, H5, p. 49, n1.
  • 14 Ibid., n2. Dans le n4 cependant, daté de 1516, le chapitre général se plaint du manque de régu (...)

8Un règlement fut écrit en 1354 pour organiser la participation « par roulement » au chapitre général. La première année, les abbés de La Casedieu, La Castelle, Belpech et Urdache se déplaçaient à Prémontré ; la seconde année, c’étaient les abbés de Divielle, Arthous et Lahonce ; la troisième, les abbés de Combelongue, La Capelle, Fontcaude et Pleneselve13. Ce mode de fonctionnement semble avoir été pratiqué assez régulièrement, car le texte le réglementant fut encore collationné en 163014.

  • 15 Arch. dép. Gers, H5, p. 57, n7 : « Extrait de la lettre de commission de 1615 donnée au prieur d (...)
  • 16 Arch. dép. Gers, H5, p. 55.
  • 17 Arch. dép. Gers, H5, « Catalogue des abbés » : par exemple, en 1185, l’abbé de La Casedieu, Ponce  (...)
  • 18 Arch. dép. Gers, H5, p. 12, n3.

9Les abbés de La Casedieu étaient chargés de visiter les abbayes de la circarie pour « réformer, ordonner, corriger, confirmer les abbés, donner les bénéfices15 ». En 140116, la visite annuelle concerne par exemple sept abbayes de la circarie, dont trois abbayes espagnoles (fig. 3). Le déplacement était réalisé à partir d'une lettre de commission ou de visite qui était envoyée par l'abbé de Prémontré à la suite d'un chapitre général. L'inventaire des archives de La Casedieu conserve la trace de commissions de visite à partir de 1490, mais il est probable que ces commissions existaient au moins depuis le siècle précédent et que les visites étaient déjà organisées sous forme embryonnaire précédemment17. Des abbés d'autres abbayes de la circarie pouvaient être chargés des visites, comme en 1465 Bernard, abbé de La Capelle18.

Fig. 3. – La visite de la circarie de Gascogne en 1401.

Fig. 3. – La visite de la circarie de Gascogne en 1401.

© Stéphane Abadie.

  • 19 Ibid., p. 53, n6.
  • 20 Arch. dép. Hautes-Pyrénées, J.‑B. Larcher, Dictionnaire, p. 171, art. « Dangais » : « Gaillard, ab (...)
  • 21 Ibid., p. 53, n8.

10L'analyse d'une lettre de 1403 concernant l'abbé de La Retorte prouve que l'abbé de La Casedieu était chargé de la résolution de certains conflits internes dans sa circarie. Dans ce cas précis, l'abbé défend aux autres abbés de se prononcer sur l'abbé de La Retorte pour ses méfaits supposés, le cas lui étant réservé19. On sait par d'autres exemples que l'abbé de La Casedieu validait les désignations d'abbés effectuées par élection dans certains monastères, comme à Belpech en 134820 ou à Urdache en 1386. En 1440, par exemple, Jean de Bahalon est élu abbé de La Retorte. Son élection est confirmée par l'abbé de La Casedieu21.

11Comment s’effectuaient les déplacements ? Les sources consultées sont totalement muettes sur ce point. En Gascogne, les granges monastiques et les couvents amis, notamment cisterciens, pouvaient servir de relais d’hébergement. Pour passer en Espagne, les prémontrés de La Casedieu possédaient au col des Ares un petit prieuré de montagne nommé Sainte-Anne-des-Arres, près de Saint-Bertrand-de-Comminges, sur la route du val d’Aran et de la Catalogne, ce qui leur permettait d’accéder ensuite au monastère de Belpech, au nord de Lérida. Les chanoines de Saint-Jean de La Castelle possédaient aussi (repris dans les années 1340) le petit monastère de Sarrance, dans la vallée d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques), vallée qui permettait de passer, via le Somport, au monastère de La Retorte, près de Palencia, à trois semaines de marche. Les prémontrés disposaient également d’un ensemble de petits hôpitaux au Pays basque, sur les chemins de Saint-Jacques, qui permettaient de circuler sur les voies jacquaires, par exemple vers l’abbaye d’Urdache (fig. 1 et 3).

Des chanoines voyageurs : éléments de prosopographie

  • 22 De nombreux exemples sont recensés dans l’inventaire des titres de l’abbaye aux Arch. dép. Gers, H (...)

12À l’échelle locale, les chanoines d’une abbaye prémontrée circulaient en permanence entre les granges monastiques et les églises dont ils avaient la charge. Par exemple, le prieuré de Vic-Fezensac, dépendance de l’abbaye de La Casedieu, avait en charge vers 1460 cinq églises paroissiales et quatre granges dans un rayon d’une dizaine de kilomètres, obligations que se partageaient les douze chanoines résidant dans ce prieuré alors récemment rebâti. Des chanoines portaient le titre de frères grangers, d’autres prenaient en charge une paroisse pour une ou plusieurs années22 (fig. 4).

Fig. 4. – Granges et églises dépendant du prieuré prémontré de Vic-Fezensac (Gers) vers 1460. Les chanoines prémontrés devaient assurer quotidiennement le service divin dans les paroisses dont ils avaient la charge.

Fig. 4. – Granges et églises dépendant du prieuré prémontré de Vic-Fezensac (Gers) vers 1460. Les chanoines prémontrés devaient assurer quotidiennement le service divin dans les paroisses dont ils avaient la charge.

© Stéphane Abadie.

  • 23 A. Clergeac, Chronologie des archevêques, évêques et abbés…, p. 70.
  • 24 Arch. dép. Hautes-Pyrénées, J.-B. Larcher, Dictionnaire, p. 496, art. « Beyries ».
  • 25 Ibid., p. 577, art. « Divielle ».
  • 26 Arch. dép. Gers, H5, p. 497.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

13À l’échelle de la circarie, certains visiteurs pouvaient, à l'occasion, être particulièrement appréciés lors de leur passage et devenir par la suite abbés dans une des abbayes visitées. C'est par exemple le cas d'un Jacques, abbé de La Capelle, qui devint abbé de Combelongue en 132223. Une note de Larcher24 fait également entrevoir des échanges fréquents, épistolaires et physiques, des visites entre monastères proches, des prises d'habit... L'abbé de Lahonce, Pierre Beyries, donna par exemple l'habit au futur abbé d'Urdache, Pierre de Saint-Martin, en 1474, et organisa le procès d'un chanoine d'Arthous avec ce même abbé d'Urdache en 1480. Arnaud de Saint-Loubouey fut successivement abbé de Divielle, abbé de La Capelle puis abbé de La Casedieu vers 126525. L’abbé Jean II de Cers, abbé de La Casedieu vers 1366, qui fonde une chapelle abbatiale et une chapellenie dans cette abbaye, est d’abord abbé de Fontcaude, près de Béziers26. Un siècle plus tard, l’abbé Arnaud de Melhon est successivement abbé de La Capelle, de Belpech puis de La Casedieu. Il termine visiteur général de l’ordre à Avignon après 141327 (fig. 5). Pierre II de Montus, docteur en droit canon, fut élu abbé de La Casedieu le 17 août 1459. Il prêta serment de fidélité au roi le 6 novembre 1459. Il partit ensuite pour Rome, où il obtint pour lui et ses successeurs en 1462 l'usage de la mitre et des ornements pontificaux28.

Fig. 5. – Représentation graphique de carrières de chanoines prémontrés (xiiie-xve siècle).

Fig. 5. – Représentation graphique de carrières de chanoines prémontrés (xiiie-xve siècle).

© Stéphane Abadie.

  • 29 Les prémontrés fondent par exemple en 1488 un collège universitaire à Toulouse, pour y former des (...)
  • 30 Navarre d'Acqs ou de Dax, abbé de Combelongue, évêque de Couserans (1208-1211), fonde l'abbaye pré (...)
  • 31 Arch. dép. Gers, H5, p. 496.
  • 32 J.-B. Larcher, Glanage ou preuves, t. XXI, p. 372-373.

14Il faut noter également la relative porosité sociale entre les abbés, souvent bien formés intellectuellement et titulaires de grades universitaires29, et le milieu épiscopal local. Par exemple Martin, abbé de La Castelle, est nommé évêque d’Aire en 1194. Navarre d’Acqs, abbé de Combelongue, devient évêque de Couserans (1208-1211) et participe également à la fondation de l’abbaye de Divielle, dans les Landes30. Jean Ier, abbé de La Casedieu, devient évêque d’Aire en 121531. En 1410, l’abbé de La Castelle, Pierre III de Castelnau, devient évêque de Dax32, etc.

 

15Les chanoines prémontrés de la circarie de Gascogne, on le voit, étaient particulièrement mobiles, dès la fondation de l’abbaye de La Casedieu et de ses premières abbayes filles dans les années 1130. Du fait de leur fonctionnement interne et d’une règle libérale n’imposant pas la clôture stricte, tous les chanoines étaient amenés à circuler entre les granges monastiques, les hôpitaux et les églises dont ils avaient la charge ; à l’échelle de la circarie, les abbés et prieurs voyageaient presque chaque année pour visiter les membres de l’ordre en France et en Espagne. L’implantation de prieurés et d’hôpitaux dans les vallées permettait de circuler à travers les Pyrénées sans faire appel à de trop nombreuses étapes hors de l’ordre : pour les prémontrés, les Pyrénées ne furent manifestement jamais une barrière. Ces fréquents déplacements expliquent en partie les carrières parfois spectaculaires d’abbés prémontrés, qui passent de la tête d’une abbaye à une autre et parfois d’une abbaye à un siège épiscopal, voire à la curie.

16Ces multiples contacts avec le monde appellent d’autres réflexions : quels sont, par exemple, les auteurs des bâtiments et des sculptures très variées présentes dans les abbayes prémontrées pendant tout le Moyen Âge ? C’est un champ qui commence à peine à être exploré pour cette région.

17In fine, il serait souhaitable que des études comparables soient menées pour d’autres ordres, dont les cisterciens, proches « cousins » des prémontrés, pour vérifier si ce caractère voyageur des abbés et prieurs se retrouve également, malgré le caractère apparemment plus contraignant de leurs règles monastiques.

Bibliographie

Abadie Stéphane, « Un temporel monastique dans l’espace médiéval gascon : l’abbaye prémontrée de La Casedieu (xiie-xvie s.) », thèse de doctorat, Toulouse, université de Toulouse – Jean-Jaurès, 2016.

Ardura Bernard, Prémontrés, histoire et spiritualité, Saint-Étienne, CERCOR, 1995.

Backmund Norbert, Monasticon Praemonstratense : id est, historia circarium atque canoniarum candidi et canonici Ordinis Praemonstatensis, Staubing, 1949-1956.

Cazauran Jean-Marie, Cartulaire de Berdoues, La Haye, Nijhoff, 1905.

Clergeac Adrien, Chronologie des archevêques, évêques et abbés de l’ancienne province ecclésiastique d’Auch, et des diocèses de Condom et de Lombez, 1300-1801, Paris / Auch, Société historique de Gascogne, 1912.

Dauzet Dominique-Marie, Petite vie de saint Norbert : 1080-1134, Paris, Desclée de Brouwer, 1995.

Degert Antoine, « Le nécrologe d’Arthous », Bulletin de la Société de Borda, 1924, p. 175-187.

Degert Antoine, « Le nécrologe de Saint-Jean de La Castelle », Bulletin de la Société de Borda, 1925, p. 36-46.

Grauwen Wilfried-Marcel (éd.), Het leven van Heer Norbert Artbisschop van Maagdenburg : Vita Norberti A, Avebode, Bibliotheca analectorum præmonstratensium, 1984.

Lemaitre Jean-Loup, Répertoire des documents nécrologiques français, Paris, De Boccard, 1980.

López de Guereño Sanz Maria Teresa, « Los patios premonstratenses », dans Yarza Luaces J. et Boto Varela G. (dir.), Claustros románicos hispanos, Madrid, Edilesa, 2003.

Notes

1 La bibliographie sur Norbert de Xanten est essentiellement écrite en langue allemande et flamande ; par exemple, pour l'édition latine de la vita norbertine : W.‑M. Grauwen (éd.), Het leven van Heer Norbert Artbisschop van Maagdenburg. En langue française : D.‑M. Dauzet, Petite vie de saint Norbert ; B. Ardura, Prémontrés, histoire et spiritualité. Un panel bibliographique important est disponible à la bibliothèque du CERCOR, à l'université de Saint-Étienne.

2 Les monastères prémontrés ont été étudiés par N. Backmund, Monasticon Praemonstratense, qui consacre une notice en latin à chaque abbaye.

3 Sur la circarie de Gascogne, voir S. Abadie, « Un temporel monastique dans l’espace médiéval gascon : l’abbaye prémontrée de La Casedieu », t. III (volume consacré aux abbayes filles sous la forme de courtes notices).

4 Voir M. T. López de Guereño Sanz, « Los patios premonstratenses », p. 207 sq.

5 Sur les nécrologes, leur origine et leurs usages, voir J.-L. Lemaitre, Répertoire des documents nécrologiques français, en particulier l’introduction.

6 A. Degert (éd.), « Le nécrologe de Saint-Jean de La Castelle ».

7 A. Degert (éd.), « Le nécrologe d’Arthous ». Ce nécrologe comporte des mentions d’abbés jusqu’au xviie siècle. La majorité des mentions de ces nécrologes remonte cependant aux xiie-xive siècles.

8 Bib. mun. Tarbes, J.-B. Larcher, Glanage ou preuves, t. V, p. 16 sq. (publication en cours sous la direction de Xavier Ravier).

9 Arch. dép. Haute-Garonne, série B, copie du xviie siècle inédite.

10 Arch. dép. Gers, H5, fol. 495.

11 J.-M. Cazauran (éd.), Cartulaire de Berdoue : l'abbé de La Casedieu, Bernard, est témoin de donations aux cisterciens dans les actes 94, 96, 266, 268, 388, 447, 765.

12 BNF, ms. Doat, vol. 152, fol. 184 vo-185 ro : « [donatio facta] in manu Petri Geraldi abbatis de Comalonche […] ».

13 Arch. dép. Gers, H5, p. 49, n1.

14 Ibid., n2. Dans le n4 cependant, daté de 1516, le chapitre général se plaint du manque de régularité de la participation des abbés de la circarie de Gascogne aux réunions à Prémontré.

15 Arch. dép. Gers, H5, p. 57, n7 : « Extrait de la lettre de commission de 1615 donnée au prieur de La Casedieu ».

16 Arch. dép. Gers, H5, p. 55.

17 Arch. dép. Gers, H5, « Catalogue des abbés » : par exemple, en 1185, l’abbé de La Casedieu, Ponce II, confirme la soumission de La Vid à La Retorte.

18 Arch. dép. Gers, H5, p. 12, n3.

19 Ibid., p. 53, n6.

20 Arch. dép. Hautes-Pyrénées, J.‑B. Larcher, Dictionnaire, p. 171, art. « Dangais » : « Gaillard, abbé de Belpech, mourut le 29e d'aout 1348. Quelques religieux elirent Berenger Alegir de Corta, d'autres Jean d'Andrest, sous-prieur de La Casedieu. Dangais confirma comme pere abbé l'election d'Alegir ».

21 Ibid., p. 53, n8.

22 De nombreux exemples sont recensés dans l’inventaire des titres de l’abbaye aux Arch. dép. Gers, H5 ; transcription intégrale du volume dans S. Abadie, « Un temporel monastique dans l’espace médiéval gascon », t. II. À l’époque moderne, des chanoines de Vic-Fezensac obtinrent la construction de presbytères près des églises paroissiales dont ils avaient la charge, pour éviter les déplacements quotidiens depuis le prieuré.

23 A. Clergeac, Chronologie des archevêques, évêques et abbés…, p. 70.

24 Arch. dép. Hautes-Pyrénées, J.-B. Larcher, Dictionnaire, p. 496, art. « Beyries ».

25 Ibid., p. 577, art. « Divielle ».

26 Arch. dép. Gers, H5, p. 497.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Les prémontrés fondent par exemple en 1488 un collège universitaire à Toulouse, pour y former des chanoines en droit canon. Voir S. Abadie, « Un temporel monastique dans l’espace médiéval gascon », t. VI, p. 175-176, fiche n84.

30 Navarre d'Acqs ou de Dax, abbé de Combelongue, évêque de Couserans (1208-1211), fonde l'abbaye prémontrée de Divielle en 1209. Il a été légat du pape Innocent III lors des querelles religieuses entre catholiques et cathares à Montréal et au colloque de Pamiers (1207). Voir A. Clergeac, Chronologie des archevêques, évêques et abbés…

31 Arch. dép. Gers, H5, p. 496.

32 J.-B. Larcher, Glanage ou preuves, t. XXI, p. 372-373.

Auteur

Stéphane Abadie

Docteur en histoire médiévale, enseignant au lycée Marie-Curie (Tarbes)