Version classiqueVersion mobile

Les langues savantes

 | 
Xavier Lafon

Dimensions linguistique et prosodique de l’ironie chez le chroniqueur humoristique radiophonique

Élodie Baklouti et Fabrice Hirsch

Résumé

Mise en parallèle de la réalisation prosodique de l’ironie chez le chroniqueur humoristique et en parole naturelle. Se situant à la fois dans la catégorie des professionnels de l’écrit et dans celle des professionnels de l’oral, le chroniqueur humoristique radiophonique peut être considéré comme l’un des successeurs du poète comique du monde antique. Pour susciter le rire, le chansonnier dispose d’une multitude de procédés comme la caricature, la parodie, le jeu de mot… Dans le cadre de cet article, nous voulons nous interroger sur ce que nous considérons avec Charaudeau (2011) comme un autre de ces procédés : l’ironie. En particulier, nous voulons questionner le lien qui peut exister entre la prosodie et la réalisation linguistique de l’ironie. Pour ce faire, nous comparons des extraits ironiques issus de chroniques humoristiques avec des énoncés ironiques prononcés par des locuteurs en contexte dit « naturel » et tentons de vérifier si l’ironie est marquée prosodiquement et, si oui, si ces manifestations prosodiques sont les mêmes dans les deux contextes.

Texte intégral

État de l’art

La prosodie

1La prosodie se définit généralement comme l’étude du rythme et de l’intonation dans la parole. En d’autres termes, une étude prosodique est susceptible de porter sur tous les éléments suprasegmentaux présents dans un signal de parole. La durée des segments, qui impacte le débit de la parole, la fréquence fondamentale, responsable de la sensation de hauteur, l’intensité, procurant la sensation de puissance vocale, sont les paramètres les plus généralement utilisés en vue de décrire les variations de cadences et de mélodie dans un énoncé (Lacheret, 2011, 28).

  • 1 A. Martinet, 1960, p. 108.

2Plusieurs fonctions sont généralement attribuées à la prosodie (Martinet1, 1960, 108) : celle-ci permet notamment de distinguer une phrase affirmative d’une phrase interrogative, raison pour laquelle il est possible de parler de fonction distinctive. Le rythme et l’intonation peuvent également être utiles en vue de hiérarchiser syntaxiquement un énoncé ; on parlera alors de fonction démarcative. Enfin, la prosodie peut avoir une fonction expressive, dans la mesure où elle permet de laisser transparaître une émotion ou encore de conférer une connotation à un énoncé (Léon, 1993, 38). Par conséquent, il est permis de penser qu’un sens secondaire donné à un énoncé peut être marqué d’un point de vue rythmique et/ou intonatif.

L’ironie

3D’un point de vue rhétorique, l’ironie peut se définir comme un « énoncé par lequel le locuteur dit le contraire de ce qu’il veut faire entendre » (Fontanier, 1977, 145). Dans le cadre de notre article, qui porte en partie sur des corpus médiatiques, on parlera plus spécifiquement d’ironie pour désigner un écho implicite qui est fait à un énoncé dont le locuteur veut marquer le manque de pertinence, voire l’absurdité :

« Le locuteur fait écho à une proposition d’une manière propre à manifester qu’il la désapprouve soit parce qu’elle manque de vérité (et partant de pertinence), soit parce qu’elle manque directement de pertinence. » (Sperber & Wilson, 1978, 409)

4C’est à partir de ces définitions que nous avons pu sélectionner des passages ironiques dans les chroniques humoristiques d’une part et, d’autre part, former des énoncés ironiques pour la constitution du corpus dit « naturel ». De nombreux linguistes partent du principe que l’ironie est marquée prosodiquement (Kebrat-Orecchioni 1980, 110, Eggs 2005, 4). Cette affirmation repose pourtant uniquement sur une appréhension empirique de l’ironie. À l’heure actuelle, aucune étude ne démontre formellement que le locuteur marque son ironie par des signaux prosodiques.

5Partant du fait que l’ironie s’énonce de manière indirecte, on peut postuler que des éléments non-verbaux, dont la prosodie, participent à sa reconnaissance, raison pour laquelle notre étude vise à analyser la relation entre le rythme et l’intonation d’une part et la réalisation linguistique de l’ironie d’autre part. Anne Karpf évoque justement le fait que trop peu d’études linguistiques prennent en considération cette dimension prosodique ou « vocale » dans l’étude de la production de sens des énoncés, la mise en lien des plans linguistique et prosodique étant pourtant essentielle dans le processus de la communication humaine :

« La plupart des études linguistiques sur la conversation laissent de côté le véhicule qui la rend possible. Voix et discours sont traités à l’identique, et le discours l’est à peine davantage qu’un simple langage parlé. Le langage parlé est considéré comme porteur essentiel du sens, comme si la voix n’était que le véhicule des mots, la force qui gouverne la direction et la vitesse d’une phrase. Nous décortiquons le langage pour en débusquer le sens sémantique, puis nous jetons la voix comme nous nous débarrasserions d’un détritus. » (Karpf, 2008, 245)

Objectif et hypothèse

6Le premier objectif de ce travail sera de vérifier l’existence d’une « prosodie de l’ironie » en parole dite « normale » et en parole radiophonique. En d’autres termes, nous nous demanderons s’il existe une prosodie de l’ironie. Si cette dernière est avérée, nous chercherons à vérifier si elle se manifeste de façon est similaire en parole dite « naturelle » et dans les médias. La première hypothèse que nous souhaitons examiner dans le cadre de cet article est celle selon laquelle les locuteurs pourraient s’aider d’une intonation particulière pour transmettre l’ironie, notamment lorsqu’un énoncé est ambigu. Le rythme et l’intonation aideraient ainsi à véhiculer un sens supplémentaire en direction de l’interlocuteur.

7Le second postulat que nous éprouverons concerne les patterns prosodiques. Il s’agira de vérifier si ces derniers, éventuellement attestés en parole « normale », seraient différents de ceux potentiellement relevés en parole radiophonique, dans la mesure où une mise en scène du discours s’instaure dans ce cadre précis.

Méthodologie

Les corpus

Le corpus en parole dite « normale »

810 locuteurs (5 hommes et 5 femmes) ont été enregistrés dans une chambre insonorisée en train de prononcer 10 phrases sur un ton neutre puis sur un ton ironique. Pour chaque phrase, un contexte était initialement présenté par écrit. Ce contexte est constitué de façon à faire émerger chez un locuteur soit une phrase prononcée sur un ton neutre (en a) soit une phrase prononcée sur un ton ironique (en b), comme il est possible de le constater dans le cas suivant :

(a) Paul et Martin finissent leur café lorsqu’une jolie serveuse vient leur demander s’ils souhaitent prendre autre chose. Ils répondent négativement et Paul en la regardant s’éloigner admiratif dit à Martin.

– Elle est vraiment belle.

(b) Paul et Martin sont venus s’asseoir à la terrasse d’un café dans lequel Paul a croisé une serveuse qu’il a trouvée superbe, ce qu’il n’a pas manqué de dire à Martin. Alors qu’ils se sont rendus dans ce café afin que Martin constate la beauté de celle-ci, une serveuse aux traits disgracieux vient leur demander s’ils souhaitent prendre quelque chose. Ils répondent négativement et Martin en la regardant s’éloigner, s’adresse à Paul ironiquement :

– Elle est vraiment belle !

9Une fois le corpus enregistré, un test de perception, nécessitant l’utilisation du logiciel Perceval, a été réalisé auprès de 10 auditeurs afin de vérifier que les phrases qui devaient être prononcées sur un ton ironique sont catégorisées de la sorte par un jury naïf. Seules les phrases perçues comme étant ironiques ont fait l’objet de notre étude.

Le corpus radiophonique

10Les chroniques radiophoniques de 3 humoristes français (Sophia Aram, François Morel et Stéphane Guillon) ont été reprises d’Internet. 20 extraits qualifiés d’ironiques ont été identifiés et analysés.

Analyse prosodique

11Les phrases du corpus de parole dite « normale » et celles provenant des chroniqueurs ont été analysées à l’aide du logiciel Praat et de Prosogram. Le premier programme cité a permis notamment de relever les éventuels ajouts et de calculer le débit moyen par phrase tandis que Prosogram a été employé en vue d’obtenir un suivi de la fréquence fondamentale (valeurs données en demi-tons).

Principaux Résultats

Résultats en parole dite « normale »

12Les figures 1 et 2 présentent la phrase « Tu es en avance » prononcée par le locuteur Michel, respectivement sur un ton neutre et sur un ton ironique. Comme il est possible de le constater, la phrase de la figure 1 est produite sur un ton relativement plat avec une baisse de la fréquence fondamentale, correspondant à l’accent final du français, sur la dernière syllabe. Aucune proéminence n’est visible ici. Concernant la même phrase produite sur un ton ironique, on observe un pic de F0 sur la première syllabe du nom « avance » qui constitue l’élément rhématique de l’énoncé. S’en suit une baisse de la fréquence fondamentale sur la dernière syllabe du même mot.

13Notons que ce schéma, consistant à observer une proéminence sur l’élément rhématique d’un énoncé produit sur le ton ironique, est celui qui est revenu le plus régulièrement dans notre corpus.

14Par ailleurs, lorsque l’élément rhématique est accompagné d’un adverbe modalisateur, on remarque un déplacement de l’accent sur ce même adverbe. C’est le cas pour les figures 3 et 4 qui représentent la phrase « Elle est vraiment belle » produite par le même locuteur à nouveau sur un ton neutre, puis sur un ton ironique. Si, dans le premier cas, on relève à nouveau une intonation plate se terminant par une baisse de F0 sur la dernière syllabe, la phrase produite ironiquement se caractérise par une montée de la fréquence fondamentale sur l’adverbe « vraiment » avant qu’une diminution de la fréquence fondamentale ne soit réalisée sur la dernière syllabe de l’énoncé.

15D’autres particularités ont également été notées concernant le ton ironique. C’est le cas notamment pour la phrase « Elle est vraiment belle » prononcée par la locutrice Christel (figure 5). En effet, s’il est possible de relever une courbe intonative relativement plate tout au long de la production de cette phrase, celle-ci est accompagnée d’une voix rieuse, en témoigne le bruit de friction présent sur certains segments (voir flèches blanches sur la figure 5).

16De même, l’ironie peut également être exprimée à l’aide d’un rythme saccadé. C’est le cas pour la phrase « Ton bureau est super bien rangé » produite par la locutrice Maud. En effet, si aucune proéminence n’est observable sur cet énoncé (figure 6), on remarque un allongement de la durée de l’ensemble des voyelles présentes dans ce même énoncé (tableau 1).

17Enfin, signalons également que, dans 36 % des cas, nos locuteurs ont ajouté le marqueur « hein » à la phrase à prononcer sur un ton ironique. C’est le cas par exemple pour l’énoncé « Tu es en avance » produit par la locutrice Nada (voir figure 7) prononcée avec une montée de F0 sur la dernière syllabe du mot « avance », montée qui se prolonge sur le mot « hein » situé en fin de phrase.

18Les travaux menés dans la littérature sur le sujet révèlent d’ailleurs qu’il s’agit d’un marqueur discursif indiquant la relation phatique, la recherche de la connexion avec l’autre (Malandain, 1983, 83 ; Traverso 1996, 66). En d’autres termes, le locuteur appelle à la perception de l’autre sur l’énoncé qu’il vient de produire, perception que le locuteur veut co-orienter à la sienne.

Résultats en parole radiophonique

19Le procédé consistant à accentuer l’adjectif sur lequel repose l’ironie est également employé en parole radiophonique. C’est le cas par exemple pour Stéphane Guillon dans l’énoncé « Elle est classe la couverture de Paris Match ». L’ironie est repérable à la discordance qui existe entre l’adjectif « classe » subjectif axiologique positif se rapportant ici, en tant qu’attribut, au sujet « elle », renvoyant à la couverture du magazine représentant l’ancienne prostituée Zaïa. La suite du discours de l’humoriste dans lequel il décrit l’ancienne prostituée comme adoptant une position lascive qui met en valeur sa « croupe » et sa poitrine généreuse, les connaissances partagées autour de la catégorisation en tant que prostituée qu’il utilise, nous invitent à comprendre qu’il ne pense pas que cette couverture est effectivement « classe » mais vulgaire. Une discordance de l’ordre de l’inversion s’instaure donc entre le pensé et le dit de l’humoriste.

20C’est le même type de discordance qui se réalise dans l’énoncé de Sophia Aram lorsqu’elle évoque l’« idée lumineuse de la bien nommée Christine Maso ». En effet, l’adjectif subjectif axiologique positif « lumineuse » entre en discordance avec le terme « maso » qui sert à la fois à dénommer et à décrire la personne qui a émise cette idée. L’humoriste suggère en effet un lien motivé et non arbitraire entre le sens de dénomination de la personne « Maso » et le caractère de cette dernière, femme politique dont l’humoriste ne partage pas les opinions, en utilisant la boucle méta énonciative « bien nommée » signalant l’adéquation du nom « maso » au référent réellement perçu. Dans ces deux énoncés antiphrastiques, on observe une proéminence respectivement sur les adjectifs « classe » (figure 8) et « lumineuse », appartenant aux adjectifs subjectifs axiologiques positifs dans le contexte (figure 9).

21On notera cependant que, contrairement à la parole dite « normale », très peu d’ajouts dans les chroniques humoristiques ont été relevés. Aucun marqueur de type « hein » n’a par exemple été répertorié. Les seules adjonctions présentes dans les énoncés radiophoniques ironiques sont davantage réalisées dans le but de produire un effet d’oralité et de mettre en scène le discours radiophonique.

Synthèse, limites et perspectives

Synthèse

22En résumé, il est possible de constater la présence d’un accent d’insistance sur les éléments axiologiques lorsqu’un énoncé est ironique. Dans le cas où un énoncé contiendrait un adverbe intensif (comme « vraiment », « super », etc.) modifiant un adjectif subjectif axiologique, la proéminence porte sur cet adverbe. D’autres particularités ont été observées pour mettre en évidence l’ironie, comme l’utilisation d’une voix rieuse, d’un rythme saccadé ou d’un marqueur discursif de demande d’approbation de type « hein », « n’est-ce pas » ou « dis donc ».

23Dans le cadre du discours radiophonique, on remarque également la présence d’un accent soit sur les éléments axiologiques eux-mêmes, soit sur les adverbes intensifs les accompagnant. En revanche, la demande d’approbation est moins équivoque puisque l’on retrouve moins d’ajouts. Cela peut sans doute s’expliquer par le fait, d’une part, que le discours radiophonique est davantage formaté et, d’autre part, que son intonation dépend en grande partie de la mise en scène humoristique.

Limites

24La principale limite à ce travail porte sur le caractère « naturel » de la parole dite « normale ». En effet, le fait de faire lire une phrase à nos locuteurs en imposant plus ou moins un ton neutre puis un ton ironique rend l’exercice quelque peu artificiel. Par ailleurs, « imposer » une intonation ironique suppose que le locuteur produise un énoncé qui sera tout sauf neutre. Par conséquent, cela écarte la possibilité de trouver des énoncés ironiques produits sur un ton neutre alors même que ceux-ci doivent bel et bien exister. En outre, notre étude ne tient pas compte des éléments extra-linguistiques comme les gestes, le regard, etc. qui peuvent accompagner l’ironie.

Perspectives

25Il serait intéressant de reprendre cette étude avec davantage de locuteurs et de phrases à prononcer sur un ton ironique. En outre, il serait également important d’augmenter le nombre d’occurrences ironiques prononcées par des chroniqueurs humoristiques pour compléter notre analyse. Enfin, le lien entre la manière de marquer l’ironie d’un point de vue prosodique et le type d’ironie mériterait également d’être étudié. En effet, selon les théories énonciativistes (Benveniste, 1966, 156 ; Kebrat, 1980, 114), un locuteur peut s’impliquer plus ou moins dans son discours par l’usage de termes objectifs n’impliquant pas la notion d’appréciation ou de termes subjectifs qui, au contraire, comportent l’idée d’une évaluation. Un locuteur pouvant utiliser ces diverses catégories d’unités dans l’ironie, on peut supposer l’existence d’énoncés ironiques de différentes natures.

26Pour exemple, si un énonciateur, regardant la pluie tomber, prononce la phrase « le soleil brille ce matin », nous aurons à faire à un énoncé ironique objectif. Dans le cas où une locutrice dirait « cet enseignant est mignon » tout en pensant le contraire, il s’agirait d’un énoncé ironique subjectif. Partant de là ainsi que du postulat selon lequel la prosodie rend plus évidente la reconnaissance de l’ironie, nous voudrions vérifier ou infirmer notre hypothèse selon laquelle plus un énoncé est subjectif, plus l’ironie sera marquée prosodiquement et inversement, dans la mesure où la perception du caractère ironique sera plus aisée pour l’interlocuteur dans le cas où le fait énoncé porte sur une réalité unanimement vérifiable.

27Mise en parallèle de la réalisation prosodique de l’ironie chez le chroniqueur humoristique et en parole naturelle. Se situant à la fois dans la catégorie des professionnels de l’écrit et dans celle des professionnels de l’oral, le chroniqueur humoristique radiophonique peut être considéré comme l’un des successeurs du poète comique du monde antique. Pour susciter le rire, le chansonnier dispose d’une multitude de procédés comme la caricature, la parodie, le jeu de mot… Dans le cadre de cet article, nous voulons nous interroger sur ce que nous considérons avec Charaudeau (2011) comme un autre de ces procédés : l’ironie. En particulier, nous voulons questionner le lien qui peut exister entre la prosodie et la réalisation linguistique de l’ironie. Pour ce faire, nous comparons des extraits ironiques issus de chroniques humoristiques avec des énoncés ironiques prononcés par des locuteurs en contexte dit « naturel » et tentons de vérifier si l’ironie est marquée prosodiquement et, si oui, si ces manifestations prosodiques sont les mêmes dans les deux contextes.

Bibliographie

Benveniste Emile. 1966, Problèmes de linguistique générale tome 1, Paris, Gallimard.

Eggs Ekkehard. 2009, Rhétorique et argumentation : de l’ironie. Argumentation et analyse de discours 2, 1-15.

Fontanier Pierre. 1977, Les figures du discours Paris, Flammarion.

Kerbrat-Orecchioni Catherine. 1980, L’ironie comme trope Poétique 41, 108-127.

Kerbrat-Orecchioni Catherine. 1980, L’énonciation de la subjective dans le langage Paris, Armand Colin.

Karpf Anne. 2008, La voix : un univers invisible traduit de l’anglais par Geneviève Brzustowski, Paris, Éditions Autrement.

Lacheret Anne 2011, Le corps en voix ou l’expression prosodique des émotions Évolutions psychomotrices, 23, 90, 25-37.

Léon Pierre. 1993, Précis de phonostylistique, parole et expressivité Paris, Nathan.

Malandain, Jean-Louis. 1983, Il faut bien faire avec des bribes hein ! Français dans le monde 176, 84-86

Martinet André. 1960, Éléments de linguistique générale Paris, Armand Colin.

Sperber Dan & Wilson Deirdre. 1978, Les ironies comme mention. Poétique 36, 399-412.

Traverso Véronique, 1996, La conversation familière : analyse pragmatique des interactions Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. Linguistique et sémiologie.

Annexes

Figure 1 : « Tu es en avance » prononcé sur un ton neutre.

Figure 2 : « Tu es en avance » prononcé sur un ton ironique (?).

Figure 3 : « Elle est vraiment belle » prononcé sur un ton neutre.

Figure 4 : « Elle est vraiment belle » prononcé sur un ton ironique (?).

Figure 5 : Suivi de F0, signal acoustique et spectrogramme de la phrase « Elle est vraiment belle » produite sur un ton ironique par Christel. Les flèches indiquent la présence d’un bruit de friction.

Voyelles

Normal

Ironie

o~

110

140

y

90

60

o

130

240

e

159

149

y

90

100

E

80

110

E~

70

150

a~

130

120

e

140

230

Moyenne

111

144

E-T

30

58

Tableau 1 : durée moyenne des voyelles dans la phrase « Ton bureau est super bien rangé » prononcée par la locutrice M sur un ton ironique

Figure 7 : courbe intonative de la phrase « Tu es en avance » prononcée par la locutrice Nada sur un ton ironique.

Figure 8 : Contour intonatif de l’énoncé « elle est classe la couverture de Paris Match cette semaine » prononcé par Stéphane Guillon.

Figure 9 : Contour intonatif du syntagme prépositionnel « à l’idée lumineuse de la bien nommé Christine Mazo » prononcé par Sophia Aram.

Notes

1 A. Martinet, 1960, p. 108.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : « Tu es en avance » prononcé sur un ton neutre.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2 : « Tu es en avance » prononcé sur un ton ironique (?).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 3 : « Elle est vraiment belle » prononcé sur un ton neutre.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 4 : « Elle est vraiment belle » prononcé sur un ton ironique (?).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 5 : Suivi de F0, signal acoustique et spectrogramme de la phrase « Elle est vraiment belle » produite sur un ton ironique par Christel. Les flèches indiquent la présence d’un bruit de friction.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 7 : courbe intonative de la phrase « Tu es en avance » prononcée par la locutrice Nada sur un ton ironique.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 8 : Contour intonatif de l’énoncé « elle est classe la couverture de Paris Match cette semaine » prononcé par Stéphane Guillon.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 9 : Contour intonatif du syntagme prépositionnel « à l’idée lumineuse de la bien nommé Christine Mazo » prononcé par Sophia Aram.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/471/img-8.png
Fichier image/png, 224k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search