Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

Place et rôle de l’animal dans les pratiques funéraires au Cerny : l’exemple de la nécropole néolithique de Fleury-sur-Orne (Calvados)

Emmanuel Ghesquière et Lamys Hachem

Résumé

La nécropole de Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » a livré 26 monuments de type Passy, un dolmen, un cairn (déjà fouillé) et trois alignements de mégalithes/mégaxyles lors de deux opérations de fouille en 2014 et 2016. Le début de l’occupation du site commence vers 4700 cal BC, au Néolithique moyen I (Cerny-Videlles), continue au Néolithique moyen II et se termine vers 3900 cal BC. Parmi les 20 tombes individuelles fouillées, quatre contenaient des associations incontestables de faune en connexion. L’article concerne plus particulièrement ici les dépôts animaux de deux tombes Cerny, l’une d’entre elle contenant huit moutons, l’autre douze. La plupart des animaux sont complets, à l’exception des bucranes et les sabots, prélevés volontairement. Des os de bovins domestiques ont également été déposés dans ces tombes, en particulier des scapulas isolées non loin de la tête de chaque défunt. La comparaison avec une tombe anciennement fouillée à Fleury-sur-Orne et deux autres à Rots montre des similitudes dans les gestes funéraires et le positionnement des offrandes animales. Les fossés des monuments funéraires ont aussi livré de la faune. Il s’agit d’ossements de bovins, principalement des scapulas et des restes crâniens. L’ensemble de ces résultats montre l’importance de l’animal au sein du système social néolithique.

Texte intégral

Introduction

1La découverte de la nécropole des « Hauts de l’Orne » à Fleury-sur-Orne (Calvados) revient à J. Desloges au début des années 1990. Il y a pratiqué quelques opérations programmées, ainsi que sur la nécropole voisine de Rots « La Haute Bonny » (Calvados), qui ont été publiées pour certaines (Desloges, 1997, Arbogast et al., 2002). D’autres opérations ponctuelles de diagnostic ou de fouille ont concerné également quelques monuments (monument/mon. 10, 11 et 12, cairns, fig. 1, Flotté, 2000a, 2000b). La fouille de l’ensemble de la nécropole de Fleury-sur-Orne s’est quant à elle déroulée de mai à décembre 2014, sur une surface triangulaire de 21 hectares d’un seul tenant, après un diagnostic portant sur une surface de plus de 50 hectares (Flotté, 2013). Elle a été menée par l’Inrap sous la responsabilité d’E. Ghesquière, en association avec le CNRS (P. Chambon, UMR 7041) et une importante équipe universitaire (universités de Besançon, Bordeaux et Marseille). Elle a permis de mettre en évidence 26 monuments de type Passy, un dolmen, un cairn et trois alignements de mégalithes/mégaxyles (fig. 1).

2Les monuments mesurent entre 8 et 372 m de longueur et sont constitués de deux fossés encadrant une sépulture. Ces fossés sont formés par l’accrétion de segments de 2 à 4 m de longueur, respectant une direction générale est-ouest suivant un tracé assez sinueux. Leur profil est parfois étroit sous forme de tranchée (palissadée ?) ou large. Les seuls vestiges retrouvés dans les fossés sont quelques ossements (scapulas de bovidés en particulier) et des pics massifs en grès rouge de provenance locale.

3Trois morphologies de monuments coexistent :

  • les petits monuments (mon. 31, 32, 36, 37), sous forme de cercles isolés ou emboités, sont au nombre de 4 et représentent les monuments les plus courts (entre 5 et 12 m de longueur/diamètre) ;

  • les monuments trapézoïdaux (mon. 20, 22, 29, 33, 34) présentent un évasement très léger de leur surface interne et un élargissement important de leur fossé à leur extrémité orientale, qui leur donnent un aspect nettement évasé. Ils sont au nombre de 5. Ils sont généralement de petite taille (moins de 20 m), mais l’un d’entre eux est monumental avec 150 m de longueur pour 60 m de largeur à l’est (son tertre est préservé sous un chemin antique). Ils ne présentent pas de fossé de fermeture aux extrémités. Ces monuments sont ceux qui bénéficient des datations les plus anciennes. Leur caractère funéraire n’est toutefois pas totalement acquis puisqu’ils n’ont livré aucune sépulture.

  • les monuments constitués de deux fossés parallèles sont les plus nombreux avec 17 ensembles (mon. 1, 2, 3, 4, 5, 7, 8, 10, 11, 12, 15, 18, 19, 21, 24, 25 et 26). Leurs dimensions sont très variables puisque le plus court mesure 13 m, la plupart entre 50 et 100 m, deux entre 150 et 200 m et les deux plus grands respectivement 320 et 370 m. Ils peuvent être fermés ou ouverts à leur extrémité occidentale, ou orientale, ou les deux à la fois.

  • Quatre monuments entrent difficilement dans cette typologie avec des formes intermédiaires ou déviantes (mon. 23, 28, 35 et 38).

Figure 1 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Plan masse de la nécropole néolithique, dans l’emprise de la fouille (trait continu) et à l’extérieur de celle-ci (DAO E. Ghesquière, Inrap).

Figure 1 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Plan masse de la nécropole néolithique, dans l’emprise de la fouille (trait continu) et à l’extérieur de celle-ci (DAO E. Ghesquière, Inrap).

Contexte chrono-culturel

4Trente-six datations par AMS ont été réalisées sur la nécropole de Fleury-sur-Orne (fig. 2), à partir de fragments osseux (humain ou faune). Huit monuments n’ont pas livré d’os et n’ont pas pu faire l’objet de datations. Le début de l’occupation de la nécropole correspond au Néolithique moyen I (Cerny-Videlles), avec les monuments 26 et 29 en particulier, entre 4700 et 4500 cal BC. L’ensemble de l’occupation s’inscrit largement dans la phase ancienne du Néolithique moyen II, entre 4450 et 4350 cal BC, période qui précède la construction des cairns collectifs (Vierville, La Hogue, La Hoguette, mon. 9 de Fleury-sur-Orne…, Chancerel et al., 1992). La surprise vient de la perduration vraisemblable de la nécropole constituée de structures de type Passy (STP) datées entre 4200 et 3900 (mon. 8 et 24), qui poursuivent une tradition funéraire dont on peut penser qu’elle correspondait à une portion particulière de la population, différente de celle enterrée dans les cairns présents au même moment sur la nécropole.

5Les sépultures qui nous intéressent dans le cadre de cet article correspondent aux inhumations les plus anciennes. Trois d’entre elles sont datées entre 4600 et 4400 cal BC (fig. 2). La quatrième n’a pas encore été datée (2-5), tout comme les deux sépultures à caprinés de Rots. Cette nécropole « La Haute Bonny » a été découverte également par prospection aérienne, une douzaine de monuments de type STP y a pour l’instant été identifiée. Elle n’a fait l’objet que de quelques sondages et la fouille a concerné 5 sépultures (Desloges, 1997 ; Arbogast et al., 2002).

Figure 2 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Courbes de calibration des Structures de Type Passy de Fleury ; en rose, les sépultures à dépôts animaux (DAO E. Ghesquière, d’après OxCal v4.2).

Figure 2 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Courbes de calibration des Structures de Type Passy de Fleury ; en rose, les sépultures à dépôts animaux (DAO E. Ghesquière, d’après OxCal v4.2).

6On peut sans réserve intégrer les monuments de Fleury-sur-Orne (et ceux de la nécropole de Rots, Desloges, 1997 et du monument de Cuverville, Fromont, DFS, 2016) au même phénomène que les nécropoles du bassin Seine-Yonne. En effet, la réalisation de longs tertres encadrés de fossés périphériques et surmontant vraisemblablement une unique tombe à l’origine correspond sans conteste à une même manifestation de monumentalisme funéraire. Un argument supplémentaire réside dans la terminaison des monuments, indépendante de la présence ou non d’un fossé de fermeture. La présence d’un poteau ou d’un alignement de poteaux se retrouve en effet aussi bien sur la nécropole de Fleury-sur-Orne que sur celles de Passy « La Sablonnière » et « Richebourg » (Yonne), de Balloy « Les Réaudins » (Seine-et-Marne) et d’Escolives-Sainte-Camille « La Pièce de l’Étang » (Yonne) (Thomas, 2011). Des spécificités régionales viennent toutefois marquer de réelles différences dans la disposition des défunts. Ils sont en extension dans le bassin Seine/Yonne et fléchis en Normandie (à l’exception de la tombe 1-5 du site de Fleury-sur-Orne), mais cela peut avoir une dimension chronologique, les sépultures les plus tardives de Passy étant fléchies (après 4600 cal BC ; Thomas, 2011). Le second élément concerne le mobilier découvert dans les tombes.

7Si les armatures de flèche restent les objets les plus répandus dans les tombes des deux espaces géographiques, l’absence en Normandie de l’objet emblématique que constitue la pointe à ailerons en os, dite « tour Eiffel », constitue un élément de distinction. Plus significatif, toutefois, est le rôle joué par les animaux domestiques dans quatre tombes de Fleury et deux tombes de Rots, sous forme de dépôts complexes, principal objet du présent article. On conclura à un phénomène funéraire identique mais offrant des expressions légèrement distinctes. Celles-ci résultent soit d’un décalage chronologique (les sépultures de Passy les plus anciennes précèdent de deux siècles les plus anciennes de Fleury) soit de spécificités régionales liées à des pratiques propres à chacun des deux groupes humains, distants de plus de 200 km.

8Nous avons sélectionné plusieurs éléments significatifs pour l’analyse, en attendant qu’elle soit complétée à Fleury-sur-Orne (étude en cours). Il s’agit tout d’abord d’une étude archéozoologique réalisée par nos soins, sur d’une part, des offrandes animales retrouvées dans deux sépultures Cerny fouillées en 2014 à Fleury-sur-Orne (n° 19-5 et n° 26-5), d’autre part sur les os récoltés dans les tranchées de 12 monuments de ce même site. Ensuite, nous avons mené une comparaison bibliographique avec les documents issus des fouilles plus anciennes de J. Desloges, à savoir une sépulture de Fleury-sur-Orne (M1-F1) et deux sépultures de Rots (M1-F1 et M2-F2). Enfin, nous avons élargi les comparaisons avec les sites contemporains qui ont livré de la faune, dans les départements du Calvados, de la Somme, du Pas-de-Calais, du Val-de-Marne, de l’Yonne, de l’Aube et de l’Aisne.

Les sépultures de la nécropole de Fleury-sur-Orne

9Elles sont au nombre de 18. Trois d’entre elles sont des réutilisations Néolithique moyen, final et campaniforme, installées au sein des monuments. Les profondeurs de creusement sont très variables, entre 5 et 80 cm sous le niveau de décapage. Cette différence explique probablement qu’une partie des monuments n’ait pas livré de sépultures, ces dernières pouvant être à l’origine installées hors sol et recouvertes par le tertre. Cependant, l’absence de sépulture sous le tertre pourtant bien conservé du monument 29 nous incite à la prudence et à considérer la possibilité de « mausolées » sans tombes.

10Les fosses sépulcrales conservées se présentent sous la forme de creusements de plan ovalaire à rectangulaire, aux angles arrondis et de dimensions variables : les plus longues atteignent 4 m, les plus courtes se limitent à 1,60 m. La largeur des fosses est comprise entre 0,65 m et 1,90 m. Peu de sépultures ont permis la restitution de leur architecture. L’analyse taphonomique des corps s’est avérée fréquemment impossible, en raison de la médiocre conservation des ossements. C’est davantage l’étude du comblement différentiel des tombes qui offre des indices permettant une reconstitution. Au minimum deux types d’aménagement sépulcral ont pu être reconnus : soit des chambres quadrangulaires construites dans la fosse, soit l’aménagement de parois longitudinales prenant appui contre les bords de la fosse.

Les dépôts animaux dans les sépultures de Fleury-sur-Orne

11Certaines sépultures contenaient des ossements d’animaux. Deux d’entre elles méritent que l’on s’y attarde en raison de l’importance des dépôts et de leurs fortes similarités, les tombes numérotées 19-5 et 26-5, fouillées lors des campagnes de 2013-2014. Les ossements animaux, en apparence bien conservés, se sont avérés très fragiles et de nombreuses extrémités articulaires avaient été endommagées par l’érosion ou se sont effritées au contact de l’air au moment de leur dégagement. De plus, les os étaient originellement entiers, mais montraient parfois des fractures anciennes, ayant été brisés sous le poids des sédiments ou d’éléments organiques maintenant disparus. En raison de ces difficultés, une partie importante du temps d’étude a été consacrée au remontage pour reconstituer l’intégrité des os provenant des deux sépultures. Néanmoins, grâce à ces remontages, plus d’un millier de mesures ont pu être prises, ce qui a permis de récolter des informations importantes et inédites non seulement sur la stature des animaux, mais aussi sur leur sexe. Ainsi la taille au garrot de moutons Cerny a pu être estimée (coefficients de Teichert, 1975 sur tibias) : deux brebis faisaient 56,5 cm et 57,3 cm au garrot et deux béliers 64,2 et 68,5 cm. De plus, la métrique s’est révélée être un moyen efficace de distinguer les mâles des femelles, ce qui, combiné à l’identification et au relevé des parties anatomiques dès la phase de fouille, a permis de restituer a posteriori la position exacte des individus dans les fosses sépulcrales et de rassembler des éléments squelettiques parfois éparpillés. La chose n’était pas aisée sur le terrain, les ossements étant en partie fondus dans la terre ou enchevêtrés. Pour plus de facilité nous avons attribué des lettres (de A à N) aux ensembles de parties anatomiques découvertes sur le terrain, puis nous avons individualisé les animaux en laboratoire.

12Ces deux tombes 19-5 et 26-5 recelaient des squelettes de moutons et des os de bovins domestiques. Une attention particulière a été portée à la distinction entre mouton et chèvre sur des critères morphologiques (Balasse et Ambrose, 2005 ; Boessneck, 1969 ; Fernandez 2001 ; Zeder et Lapham, 2010). Les résultats montrent qu’une seule de ces deux espèces a été choisie pour être déposée près du défunt, le mouton. La même attention a été portée à la différentiation entre bovin domestique et aurochs, qui montre que les os sont issus d’animaux domestiques. L’âge d’abattage des moutons a été effectué sur les tables dentaires, en se fondant principalement sur le référentiel de Jones G. (2006) et en complétant au besoin avec celui de Payne S. (1973). Pour les bovins, nous avons utilisé celui de Jones G. et Sadler P. (2012).

La tombe 19-5

  • 1 Le Nombre Minimal d’Individus a été calculé en employant le NMI de combinaison (NMIc, Poplin, 1976) (...)

13La fosse sépulcrale 19-5, très large, contenait un Nombre Minimal d’Individus1 de huit moutons et quatre os de bovins domestiques, outre le défunt un homme âgé de plus de 50 ans (fig. 3). Parmi les moutons trois béliers ont été répertoriés (tabl. 1, fig. 4). Les individus 1 (ensemble G-H) et 2 (ensemble F-M) ont été abattus au même âge, vers 3,5-4,5 ans (42-52 mois). L’individu 3 (ensembles L-J) est un peu plus vieux : 4,5-8 ans (54-96 mois).

Figure 3 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Vue de la sépulture 19-5. Cliché P. Chambon, CNRS.

Figure 3 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Vue de la sépulture 19-5. Cliché P. Chambon, CNRS.

14L’individu 1 est complet, excepté le haut du crâne et les phalanges (fig. 4), mais pour les deux autres (individu 2 et individu 3) il est difficile de trancher car leurs trains avant sont bien présents de la base du crâne jusqu’aux côtes, mais leur partie arrière n’est représentée que par quelques éléments. Il est fort possible que le reste de leur squelette ait disparu sous l’effet de perturbations dans la fosse sépulcrale (animaux fouisseurs). En effet, des mouvements de matériel en espace non colmaté sont perceptibles : les squelettes sont en connexion anatomique, mais l’individu 3, par exemple, n’est pas exempt de désordres, comme le montre une scapula positionnée à l’écart de l’humérus, ou encore un métatarse au-dessus du radius (ensemble L).

Figure 4 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des béliers dans la sépulture 19-5 (DAO C. Thévenet, Inrap).

Figure 4 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des béliers dans la sépulture 19-5 (DAO C. Thévenet, Inrap).

15L’absence de chevilles osseuses dans la tombe nous intriguant, un examen minutieux des parties crâniennes a été effectué, livrant des informations intéressantes. Les os pétreux, le basi-occipital, les mandibules, les maxillaires, les vertèbres cervicales sont présentes, ce qui n’est pas le cas du haut de la boîte crânienne et du frontal. Ceci témoigne d’un prélèvement des bucranes alors que les têtes des béliers étaient encore attachées au corps, avec la volonté de garder ensemble les cornes et le frontal. Les deuxième et troisième phalanges manquent également, ce qui laisse envisager un prélèvement des peaux.
Le positionnement des animaux ne semble pas aléatoire et tient compte de l’emplacement du défunt. Ils l’entourent, les corps tournés face à lui, même s’il est probable qu’un contact direct n’ait pas eu lieu. En effet, l’étude de la répartition des pierres de comblement permet d’envisager l’existence de cloisons à l’intérieur de la sépulture et la dynamique d’effondrement du squelette montre que le défunt avait la partie supérieure de son corps en appui contre un élément rigide.

16Le bélier 1 a été déposé en premier au sud du défunt, la tête à l’est, en position un peu surélevée par rapport au fond de la fosse. En partie posé sur celui-ci (vertèbres lombaires posées sur les radius), le bélier 2 a été disposé symétriquement au défunt, sa tête face à son visage, ses pattes avant et arrière passant en dessous des bras et des jambes de l’homme, qui lui, a donc été déposé en dernier. Le bélier 3 gît aux pieds du défunt, en partie recouvert par ses tibias, la tête regardant vers le nord-est.

17Quatre brebis ont été décomptées (tabl. 1, fig. 5). Les squelettes ont été fortement perturbés, ce qui a rendu délicate l’attribution des parties anatomiques à chaque individu. Cependant, une analyse croisée des données anatomiques et métriques permet de mettre en avant l’hypothèse de trois squelettes de brebis complets et d’un tibia isolé (individu 7). L’individu 4 est composé des ensembles C et E, l’individu 5 des ensembles D et F, l’individu 6 des ensembles K et probablement I. Une deuxième phalange non épiphysée d’un très jeune capriné (moins de 6 mois), l’individu n° 8, a été recueillie parmi les ossements dispersés de la brebis n° 6 plus âgée. L’âge d’abattage établi sur les tables dentaires donne les résultats suivants : la brebis n° 4 est âgée de 3,5-4 ans (42-54 mois) ; la brebis n° 5 est âgée de 4,5-5 ans (54-96 mois) et la brebis n° 6 de 1,5-2 ans (18-24 mois).

Tableau 1 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados). Liste des parties anatomiques de moutons de la sépulture 19-5.

Tableau 1 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados). Liste des parties anatomiques de moutons de la sépulture 19-5.

Figure 5 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des brebis dans la sépulture 19-5 (DAO C. Thévenet, Inrap).

Figure 5 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des brebis dans la sépulture 19-5 (DAO C. Thévenet, Inrap).

18À l’instar des béliers, les bucranes des brebis ont été prélevés. Les chevilles osseuses sont inexistantes, mais on retrouve des mandibules et des maxillaires, ainsi que des éléments de crâne comme un os pétreux. D’autres éléments osseux comme les phalanges 3 (sabots) manquent et paraissent avoir fait l’objet d’un prélèvement. En effet, autant pour les béliers que pour les brebis, aucune phalange 3 n’est répertoriée, alors que les phalanges 1 sont présentes. Les phalanges 2 sont également absentes, excepté pour un exemplaire, mais il s’agit de la phalange du très jeune individu.

19Le dépôt des brebis obéit à certaines règles. La brebis n° 4 est déposée au-delà de la tête du défunt dans l’axe du corps, tête à l’ouest et pattes vers le nord. La brebis n° 5 a également la tête placée vers l’ouest, mais pattes vers le sud. Il n’est pas possible de décrire la position précise de la brebis n° 6, mais si l’on se fonde sur la connexion tibia-métatarse (ensemble K, fig. 5), l’axe du corps serait est-ouest et les pattes arrière seraient tournées vers le nord. La synthèse de ces informations amène à penser que les brebis, à l’inverse des béliers, ne sont pas tournées vers le défunt, mais dans la direction opposée.

20Outre ces dépôts de moutons et de mobilier lithique (fig. 6), des os de bovins domestiques ont été placés dans la tombe. Une scapula fragmentaire de taureau, a été déposée au nord-ouest de la fosse sépulcrale du côté de la tête du défunt (fig. 6). Cette omoplate présente une fracture ancienne qui l’a éclatée en deux grands morceaux (ensemble A et B). Un fragment de base de cheville osseuse a par ailleurs été trouvé à côté de la brebis n° 4, l’amas d’os C, à l’ouest de la fosse. Un fragment de dent (prémolaire) a été recueilli sans indication spatiale (os bougé). Enfin, un morceau de diaphyse distale de métacarpe a été retrouvé sur le tibia droit du défunt. Il est impossible de savoir si ces quatre os appartiennent au même individu.

Figure 6 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des os de bovins dans la sépulture 19-5 et dépôts de moutons complets (DAO C. Thévenet, Inrap).

Figure 6 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des os de bovins dans la sépulture 19-5 et dépôts de moutons complets (DAO C. Thévenet, Inrap).

La tombe 26-5

  • 2 Le NMI employé est celui de combinaison (NMIc, Poplin, 1976), qui prend en compte les âges, les tai (...)
  • 3 Pour preuve, les observations faites sur le terrain : les os situés en hauteur étaient cassés, une (...)

21La sépulture 26.5 contient un nombre d’ossements de caprinés très important, 592 auxquels il faut ajouter 200 restes encore à enregistrer car l’étude n’est pas tout à fait achevée (fig. 7). Le nombre minimal2 de moutons abattus est de 12, sur les os longs, et ne devrait pas évoluer d’ici l’étude complète de la tombe, car nous avons fait en sorte d’enregistrer en premier lieu les ensembles contenant des os longs et des mandibules. Les parties anatomiques répertoriées par individu montrent la présence de squelettes complets, sauf dans le niveau supérieur du remplissage, où les os ont été moins bien protégés de l’érosion qu’en profondeur3.

Tableau 2 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados). Taxons et parties anatomiques présents dans les monuments.

Tableau 2 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados). Taxons et parties anatomiques présents dans les monuments.

Figure 7 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Vue d’ensemble des squelettes de caprinés de la sépulture 26-5. Cliché E. Ghesquière, Inrap.

Figure 7 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Vue d’ensemble des squelettes de caprinés de la sépulture 26-5. Cliché E. Ghesquière, Inrap.

22Six moutons ont été tués dans une fourchette d’âge qui va de 1,5 an à 3 ans, avec la forte probabilité qu’ils aient été plutôt abattus vers 18-20 mois. Deux autres ont été abattus à un plus jeune âge, il s’agit d’un agneau de 1 à 3 mois et un autre de 8-12 mois (plus proche des 8 mois). Enfin, un mouton est plus âgé, environ 3,5 à 4,5 ans. Toutes les mandibules droites et gauches de ces individus étaient présentes, ainsi que souvent le maxillaire, mais leurs branches mandibulaires étaient absentes et sectionnées volontairement. Quelques exemplaires de ces branches ont été retrouvés séparément. Il est possible que le sectionnement du haut des mandibules ait un lien avec la préparation des bucranes qui, comme dans la tombe 19.5, ont été prélevés. Des crânes, il subsiste la partie inférieure, à savoir le maxillaire, le bas des orbites, l’os pariétal, l’occipital, les condyles occipitaux et les bulles tympaniques. En revanche, le frontal d’où partent les chevilles osseuses (cornes) est absent (fig. 8). Alors que dans la tombe 19.5 aucune troisième phalange n’a été découverte, on en répertorie une dizaine dans la tombe 26.5. Cependant ce chiffre ne correspond pas avec le nombre qui serait nécessaire pour les pattes complètes de 12 individus, soit 96 phalanges. Cet élément ajouté à celui de la rareté des vertèbres de la queue (N = 4) milite pour l’hypothèse, déjà évoquée, d’un prélèvement des peaux.

Figure 8 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Crâne de mouton dont il manque la partie frontale, sépulture 26-5. Cliché L. Hachem, Inrap.

Figure 8 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Crâne de mouton dont il manque la partie frontale, sépulture 26-5. Cliché L. Hachem, Inrap.

23Le positionnement des animaux dans la tombe, qui dépend de la discrimination des individus, est en cours d’étude. Les carcasses de caprinés sont bien plus nombreuses du côté nord que du côté sud, elles ont glissé le long du bord nord de la fosse, ce qui induit un effondrement en espace non colmaté, mais ont été freinées avant leur chute sur le défunt par un obstacle dorénavant disparu, comme en témoigne un net effet de paroi (fig. 9). Du côté sud, les restes existent mais sont beaucoup plus rares et plus érodés, très perturbés par un petit fossé postérieur.

Figure 9 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Effet de paroi visible sur la droite, scapula de bovin isolée sur la gauche, sépulture 26-5. Cliché E. Ghesquière, Inrap.

Figure 9 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Effet de paroi visible sur la droite, scapula de bovin isolée sur la gauche, sépulture 26-5. Cliché E. Ghesquière, Inrap.

24Trois os de bovins domestiques ont été répertoriés. Il s’agit d’une scapula, d’une épine de vertèbre cervicale et d’un fragment de cheville osseuse. L’omoplate est entière (fig. 10), mais son épine a été fracturée anciennement et l’articulation distale est érodée ce qui rend les mesures sont difficiles à prendre. Il semble cependant que cela puisse appartenir à une vache. Cette omoplate a été déposée à la tête du défunt, en position isolée, du côté inverse au plus grand nombre de moutons (fig. 9). Les morceaux de cheville osseuse et de vertèbre ne sont sans doute pas en place, mais la première est placée vers le côté nord, vers la tête du défunt, alors que la seconde est au nord-est de la sépulture.

Figure 10 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Scapula de bovin dans la sépulture 26.5. Cliché L. Hachem, Inrap.

Figure 10 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Scapula de bovin dans la sépulture 26.5. Cliché L. Hachem, Inrap.

Les monuments de Fleury-sur-Orne

25Les tranchées des monuments ont été entièrement fouillées, ce qui est un grand avantage, les autres nécropoles Cerny n’ayant fait l’objet que de sondages ponctuels. Ce travail fastidieux a porté ses fruits, permettant l’acquisition d’ossements qui s’avèrent être particuliers. Quatre monuments contiennent un peu plus de restes que les autres : n° 4, 25, 28 et 38, tous situés dans la même fourchette de datation que la majorité des monuments (4500-4350 cal BC, fig. 2) (tabl. 2). Nous donnerons le détail de leur composition ci-dessous. Le monument 29, à l’histoire plus complexe et qui a également livré des dépôts d’ossements, n’a pas encore été étudié.

Monument 4

26Bien que leur nombre total soit faible (NR = 14), les restes recueillis dans le monument 4 sont pourtant, avec ceux du monument 25, les plus nombreux. Tous les ossements sont dans la partie sud du monument, hormis un exemplaire au nord. Une seule espèce est représentée, celle des bovins domestiques, et les os sont issus d’une sélection qui n’est pas de nature alimentaire, puisqu’il s’agit presque uniquement de parties crâniennes, en l’occurrence des maxillaires. On dénombre un minimum de six individus sur la base des M2 supérieures gauches. Il n’existe pas de référentiel pour estimer l’âge d’abattage des individus sur les dents supérieures, mais on peut dans ce cas précis déterminer la présence de deux adultes avec une usure dentaire identique (donc probablement abattus au même âge), de trois individus plus jeunes (également abattus à un âge similaire) et d’un dernier animal beaucoup plus jeune. Deux appariements seraient possibles, entre les maxillaires droit et gauche de deux jeunes individus.

27En dehors des parties crâniennes, un humérus, un radius et une vertèbre thoracique ont été dénombrés. Les ossements n’étant pas entiers et leur surface étant très érodée, aucune mesure n’a pu être prise. Cependant leur gabarit imposant, de même que l’aspect massif des maxillaires laissent penser qu’il s’agit de sujets mâles. La répartition des os n’est pas aléatoire, on remarque une concentration des ossements sur une surface de 4 m2 de fossé.

Monument 25

  • 4 Le NMI de fréquence (NMIf) se base sur l’élément anatomique le plus fréquent situé sur un même côté (...)

28Les restes trouvés dans le monument n˚25 sont au nombre de 20. Il s’agit d’ossements de bovins domestiques relativement variés puisque l’on décompte des os longs, des ceintures (dont deux scapulas très éloignées l’une de l’autre, l’une quasiment entière, l’autre sous forme d’un fragment) et des vertèbres. L’aspect général de ces ossements fait pencher pour un ou plusieurs bovins mâles (le NMIf ne donne qu’un seul individu4). Les os se répartissent équitablement entre les fossés nord et sud.

29Les deux fragments de bois de cerf sont un fragment d’empaumure et un autre de merrain ; aucun autre bois n’a été découvert dans les autres monuments, à l’exclusion du fossé du monument 29, non encore étudié.

Monument 28

30Les restes recueillis dans le monument 28 s’élèvent à 7. Ce sont des parties anatomiques variées de bovins domestiques (dont un grand morceau de scapula) ; le NMI est de 1 individu. Un fragment de scapula de capriné a été identifié, c’est le seul fragment d’os (0,5 gr.) de cette espèce au sein de tous les monuments.

Monument 38

31Six restes représentent des parties anatomiques variées de bovins domestiques (dont un fragment de scapula) ; mais le NMI s’élève à un seul individu.

Les autres monuments

32La faune recueillie dans les monuments 5, 8, 13, 14, 15, 19, 24, 33 présente de grandes similarités (tabl. 2). On dénombre de 1 à 3 os par ensemble et, fait notoire, il ne s’agit que de scapulas de bovins domestiques exceptés pour les structures 8, 13et 33, qui sont d’ailleurs des types de structures différents. Rappelons que les scapulas sont aussi systématiquement présentes dans trois des quatre monuments dont le détail a été donné précédemment.

Synthèse sur les dépôts animaux de Fleury-sur-Orne et mise en perspective culturelle

33Les sites du Néolithique moyen I qui ont livré de la faune sont très rares et l’hétérogénéité des contextes est importante (couches, fosses d’habitat, fossés d’enceintes, sépultures, monuments funéraires, fours, fosses particulières). Une comparaison a néanmoins été tentée afin de proposer des hypothèses sur la place que joue l’animal dans cette société.

34On dénombre ainsi, en dehors du domaine funéraire :

  • six enceintes : Balloy, Barbuise et Châtenay en Seine-et-Marne et dans l’Aube (Tresset, 1997) ; Maisons-Alfort dans le Val-de-Marne (Hachem, 2002) ; Gurgy en Bourgogne (Bedault, 2007) ; La Saulsotte dans l’Aube (Hachem, 2015a) ;

  • un habitat avec des bâtiments : Conty « Zac Dunand » dans la Somme (Bostyn et al., 2016),

  • une couche à proximité d’un bâtiment monumental : Beaurieux « la Plaine » dans l’Aisne (Hachem, 2010) ;

  • un four à Cuverville « le Clos du Houx » dans le Calvados (Hachem, 2016 ; Fromont, DFS, 2016) ;

  • des fosses isolées : Escalles « le Mont d’Hubert » dans le Pas-de-Calais (Hachem et Chombart, 2014) ; Cuiry-lès-Chaudardes « le Champ Tortu » dans l’Aisne (Colas et al., 2012) ; Vitry-sur-Seine « Rue du Génie » dans le Val-de-Marne (Hachem, 2015b).

35On recense en contexte sépulcral :

  • deux nécropoles, celles de Rots et de Fleury-sur-Orne dans le Calvados (Desloges, 1997) ;

  • trois monuments funéraires, l’un à Buchères « Parc Logistique de l’Aube » dans l’Aube (Hachem, 2013 ; Riquier et al., 2015), l’autre à Beaurieux « la Plaine » dans l’Aisne (Colas et al., 2008), le troisième à Cuverville « le Clos du Houx » dans le Calvados (Hachem, 2016).

36Ces analyses archéozoologiques ont permis de couvrir différents types de contextes dans des régions éloignées et de cerner ainsi différentes facettes de l’économie de ce groupe culturel et de sa gestuelle funéraire. Les enceintes du Bassin parisien révèlent une proportion d’animaux domestiques importante, avec une part dominante réservée aux bovins, des porcs comme seconde ressource carnée et un taux de caprinés insignifiant. Le taux d’animaux chassés est faible et le cerf est le principal gibier. La couche liée au bâtiment monumental de Beaurieux présente les mêmes caractéristiques que les enceintes. Néanmoins, il existe une variabilité dans la proportion ou la composition du gibier, puisque dans l’enceinte de la Saulsotte la proportion d’animaux sauvages est assez importante, ou bien encore dans l’habitat de Conty, la part du cerf est réduite, concurrencée par le sanglier.

37Des fosses avec des ensembles particuliers sont par ailleurs recensées. Il s’agit de dépôts d’animaux en connexion, mais dont il manque certaines parties. Ainsi, l’une d’entre elle, située à Vitry-sur-Seine, recelait des os sélectionnés : une dizaine de côtes de cerf entières, avec la partie supérieure d’une ramure de cerf et trois os de caprinés. Une autre fosse a été découverte à Cuiry-lès-Chaudardes ; très profonde (1,70 m), elle contenait un squelette de chevreuil. À Escalles ce sont deux fosses profondes qui ont été découvertes. La première contenait, au fond de la fosse, le squelette d’un jeune chevreuil mâle dont il manquait le train arrière et, dans le remplissage supérieur, deux empaumures de bois de cerf. La seconde contenait, au fond de la structure, un veau presque complet, mais sans connexion anatomique stricte.

38En contexte de monuments funéraires, trois sites ont livré de la faune. D’abord celui de Beaurieux dans l’Aisne, une fosse sud du monument I a livré un squelette de renard en connexion anatomique stricte. Ensuite celui de Buchères dans l’Aube, une des deux fosses allongées d’un monument de type Passy (D39) a également livré des dépôts. Il s’agit d’une quarantaine d’ossements sélectionnés, essentiellement des mandibules et des maxillaires de bovins, à l’exception de deux métatarses. Six bovins domestiques sont dénombrés, ainsi que trois porcs et un capriné. À Cuverville dans le Calvados, sept os de bovins domestiques ont été trouvés au fond des fossés, composés de deux mandibules (dont une entière), deux scapulas et deux os de tarses ; un os de cerf a également été répertorié.

39Concernant les sépultures, une comparaison des tombes 19-5 et 26-5 peut être effectuée avec trois autres tombes qui contenaient des offrandes animales, fouillées par J. Desloges dans les nécropoles de Fleury-sur-Orne et de Rots (fig. 11). Aucune étude archéozoologique n’avait été menée sur ces trois tombes, mais des éléments descriptifs ont été rapportés (Desloges, 1997 ; Arbogast et al., 2002). La conservation des ossements est décrite comme mauvaise ; il est mentionné qu’il s’agit de squelettes complets de caprinés adultes et que les extrémités des membres (phalanges 3) n’ont pas été retrouvées. Nous sommes retournée au document source pour un examen attentif du relevé des tombes (Desloges, 1997, fig. 4, 5, fig. 6 et fig. 17). Le relevé de terrain montre des mandibules, des maxillaires et des phalanges premières, mais pas de phalanges 3, ni de cheville osseuse (fig. 11). Il nous paraît donc vraisemblable que les sabots, comme les bucranes, ont été prélevés, ce qui rejoint les observations faites sur les tombes que nous avons analysées.

Figure 11 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - A- Nécropole de Rots, sépulture M1-F1, inhumé ; B- même sépulture (Rots M1-F1) avec la répartition de la faune ; C- Rots, sépulture M2F2 ; D- Fleury-sur-Orne sépulture du Monument 1, d’après Desloges 1997.

Figure 11 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - A- Nécropole de Rots, sépulture M1-F1, inhumé ; B- même sépulture (Rots M1-F1) avec la répartition de la faune ; C- Rots, sépulture M2F2 ; D- Fleury-sur-Orne sépulture du Monument 1, d’après Desloges 1997.

40D’autres éléments nous sont apparus intéressants à relever, c’est par exemple la mention que la tombe du monument 1 (M1-F1) de Fleury-sur-Orne contenait cinq caprinés entassés du côté gauche du squelette humain dont ils étaient séparés par une ligne rectiligne qui évoque un effet de paroi, sauf dans la partie haute du squelette qui recouvrait en partie l’avant-train d’un animal (fig. 11). On retrouve là les mêmes éléments que dans la tombe 26-5, avec une accumulation des animaux sur un bord de la fosse et un aménagement autour du défunt.

41À Rots, dans la tombe du monument 1 (M1-F1), des os longs de caprinés laissent supposer la présence d’au moins deux individus disposés du côté sud, vers la partie supérieure du corps de l’inhumé, ainsi que vers l’extrémité est de la fosse, c’est-à-dire à ses pieds (fig. 11). De plus, il est fait mention d’une présence de « fragments d’omoplate de grand ruminant » au sud-ouest, proche de la tête du défunt, qui rappelle le dépôt de scapulas de bovins dans les tombes 19-5 et 26-5 de Fleury-sur-Orne. Toujours à Rots, la tombe du monument 2 (M2-F2), contenait deux caprinés qui ont été découverts dans le fond de la fosse, aux pieds du défunt, côté sud-est. Le positionnement des offrandes dans les tombes M1-F1 et M2-F2 de Rots est donc similaire à celui de la tombe 19-5 de Fleury-sur-Orne que nous avons étudiée. Enfin, une information concernant de la faune trouvée dans un monument nous paraît importante. Ainsi, une mandibule de bovin a été retrouvée dans le remplissage du fossé du monument 2 de Rots (Desloges, 1997).

42Bien que ces comparaisons soient limitées par le fait que l’on doive travailler à partir de documents publiés sans qu’il n’y ait eu d’étude archéozoologique, toutes ces ressemblances nous paraissent assez pertinentes pour envisager l’existence de pratiques funéraires identiques. La seule différence que nous avons relevée en l’état actuel de la documentation est l’absence à Fleury-sur-Orne de parure en défenses de suiné et de poinçons en os, mobilier retrouvé dans les deux sépultures de Rots (fig. 11).

43Ces informations sur les aspects économiques et cultuels permettent de dégager des tendances structurelles. Ainsi, en ce qui concerne l’alimentation, on notera, malgré une variabilité certaine, des points communs aux sites livrant des rejets de consommation domestique tels que le site d’habitat et, dans une certaine mesure, les enceintes ainsi que la couche attenante au bâtiment monumental. On notera la prédominance de l’élevage sur la chasse, la proportion de bovins supérieure à celle des autres animaux, l’absence des caprinés comme des chevreuils et l’importance du porc. La place qu’occupe ce dernier s’inscrit d’ailleurs dans une tendance amorcée dès la phase moyenne du Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain (Bedault, 2012 ; Bedault et Hachem, 2008) qui perdure durant tout le Néolithique moyen (Hachem, 2011).

44Pour ce qui est des fosses contenant des ensembles particuliers, les espèces représentées sont peu nombreuses, il s’agit du chevreuil, du cerf et du bovin domestique. On peut poser l’hypothèse que le chevreuil, absent des rejets de consomation courante, a un statut particulier puisqu’il est à l’inverse présent dans ces structures. De même, le cerf, peut représenter dans les rejets est mis en avant par la présence de bois ou d’os en partie supérieure des fosses.

45Concernant les sépultures, les espèces représentées sont aussi sélectionnées, en premier lieu les moutons, qui participent peu à l’alimentation courante, mais aussi les bovins domestiques. À Fleury-sur-Orne, les caprinés et les bovins sont traités différemment selon qu’ils soient à l’intérieur des tombes ou entre les sépultures et les fossés des monuments. Il nous paraît évident au vu des éléments précédemment relevés que la même chose se produit à Rots. Dans les tombes, les moutons sont les animaux primordiaux, qui accompagnent le défunt ; on les dépose entiers, sans les consommer, en considérant leurs cornes et leurs toisons comme des trophées à conserver hors de la tombe. Les bovins sont au contraire mangés et seulement représentés au travers de supports qui nous paraissent devoir être reconnus pour leur portée symbolique comme les chevilles osseuses, les métapodes ou les scapulas.

46La scapula de bovin joue un rôle important dans les pratiques funéraires Cerny, puisqu’on la retrouve, avec un positionnement près de la tête du défunt dans les tombes 19-5 et 26-5 de Fleury-sur-Orne, comme dans la tombe M1-F1 de la nécropole de Rots. Ce caractère symbolique est renforcé par le fait que les scapulas se retrouvent systématiquement déposées dans les fossés des monuments funéraires de Fleury-sur-Orne, ainsi que dans le monument de Cuverville. Dans ces derniers, ce sont les bovins qui sont les animaux fondamentaux et non pas les moutons. Les scapulas (en particulier de taureau) y sont déposées, souvent en tant qu’unique élément osseux, c’est un élément qui a une forte résonance symbolique, tout comme les mandibules et les côtes dès le début du Néolithique anatolien (Marciniak, 2008).

47D’autres parties anatomiques de bovins ont aussi leur importance. Ainsi, l’extrémité occidentale du monument n° 4 présente un assemblage particulier sous la forme de plusieurs maxillaires de bovins. On peut se demander pourquoi le reste du crâne (occipitaux, frontaux), les chevilles osseuses et les mandibules sont absents. Peut-être s’agit-il de témoins d’une préparation de bucranes ? Les comparaisons avec d’autres sites sont rares, probablement en raison du biais induit par la fouille très partielle des fossés des monuments Cerny qui limite la découverte de restes osseux éventuels. Néanmoins, elles existent si l’on prend en considération les éléments crâniens au sens large. Ainsi, dans le Calvados, il est mentionné qu’une mandibule de bovin a été retrouvée dans le remplissage du fossé d’un des monuments de Rots (Desloges, 1997). À Cuverville, deux mandibules, dont une entière, ont été recueillies dans le fossé du monument (Hachem, 2016). De nombreux éléments crâniens sont également mentionnés dans les sites d’Ernes, d’Orville et de Saint-Sylvain (Fromont et al., 2009). En Seine-et-Marne, dans le site de Balloy (Seine-et-Marne), un fragment de crâne de bovin a été découvert à l’extrémité nord-orientale du monument V (Mordant, 1997). Enfin, en Champagne, sur le site de Buchères, les mandibules et maxillaires de six bovins ont été déposés au fond de la fosse d’un monument (Hachem, 2013). Tous ces restes crâniens devaient avoir une portée symbolique comme en témoigne, dans l’enceinte Cerny de Balloy, le dépôt de trois hémi-mandibules de bovins (deux d’un adulte et une-demi d’un veau) assemblées de manière à dessiner des cornes, le tout couvrant plusieurs ossements de bovins et quatre vases entiers (Mordant, 1992 ; Tresset, 1996, fig. 26). La présence de trois hémi-mandibules de bovins à peu de distance les unes des autres au pied du parement oriental du monument 29 de Fleury-sur-Orne évoque des pratiques similaires (Hachem étude en cours).

Conclusion

48Les tombes 19-5 et 26-5 de Fleury-sur-Orne sont spectaculaires par les offrandes animales qu’elles contiennent et l’aménagement de ces dépôts en relation avec le défunt. Huit moutons, dont 3 béliers et 4 brebis, ont été déposés en offrande dans la tombe 19-5, sur le côté gauche et au pied du défunt, les mâles lui faisant face, les femelles lui étant opposées. Dans la tombe 26-5, ce sont douze moutons qui ont été déposés, en majorité du côté nord. Le mauvais état de conservation des os ne permet pas de dire si tous les squelettes étaient complets, mais de fortes présomptions le laissent supposer. Néanmoins, deux types de parties anatomiques sont manquants car volontairement prélevées : les bucranes avec les cornes et les phalanges.

49On soulignera la portée des informations jusque-là inconnues sur les pratiques funéraires telles que les permettent les analyses archéozoologiques sur des tombes et des monuments Cerny. Ainsi, deux animaux domestiques apparaissent centraux dans le rituel funéraire : le mouton et le bovin, qui ne sont pas intégrés de la même manière au rituel puisqu’ils sont mis en opposition.

50S’ils sont absents des fossés des monuments funéraires, les moutons sont à l’inverse déposés dans les tombes de manière ostentatoire (doublé d’une certaine mise en scène interne). Brebis et béliers sont nombreux à avoir été sacrifiés, accumulés les uns sur les autres sur un des côtés de la fosse sépulcrale, ou encore posés aux pieds du défunt ou face à lui. Ils n’ont pas été consommés alors que la masse de viande qu’ils représentaient est importante ; enfin on a prélevé leurs cornes ainsi que leur peau et l’on peut envisager que cette pratique a été faite dans le but d’exposer leur toison à l’extérieur de la tombe.

51Inversement, les bovins sont présents dans les fossés des monuments comme dans les tombes, mais de façon discrète, ce qui n’enlève rien à leur statut symbolique. Ils ne sont visibles qu’au travers des os sélectionnés, par exemple des scapulas, des mâchoires ou des chevilles osseuses de taureau ou de vache. Ces ossements sont la plupart du temps isolés, placés dans les tombes de préférence à la tête du défunt, symétriquement aux dépôts de moutons ; ou encore déposés de manière relativement espacée, dans les fossés des monuments funéraires. Leur déconnexion du reste de la carcasse laisse envisager indirectement la consommation des viandes.

52Les sacrifices que ces rituels néolithiques induisent sont fréquents dans les sociétés à tradition orale et sont un moyen de communiquer avec le sacré par l’intermédiaire d’une victime (Huber et Mauss, 1899). Cependant, il est rare d’en trouver des preuves archéologiques, et la nécropole de Fleury-sur-Orne, dans laquelle de nombreux moutons ont été déposés, nous offre la possibilité d’étudier cette situation. L’intégration des caprinés et des bovins à une cérémonie funéraire rappelle celle que l’on observe dans un site contemporain de Trebur en Allemagne, où des quartiers de viande ont été déposés dans les tombes Hinkelstein et Grossgartach (Spatz, 1997 ; Spatz et Driesch, 2001). On pourra trouver un élément de comparaison également avec la sépulture de Buthiers-Boulancourt, attribuée à une phase récente du Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain, où un homme a été inhumé avec un jeune capriné entier à ses pieds et d’autres mobiliers dont une imitation de hache polie, très valorisée socialement (Samzun et al., 2012).

53Cela rappelle également un site néolithique plus ancien, l’enceinte cérémonielle de Menneville dans l’Aisne, datée du Rubané, où des défunts (en particulier des enfants) et des animaux domestiques ont été associés (Farruggia et al., 1996 ; Thevenet, 2015). Comme à Fleury-sur-Orne, les moutons sont entiers ou en connexion partielle, alors que les bovins sont représentés par des os isolés : bucranes commémoratifs au-dessus d’inhumations multiples, chevilles osseuses ou autres éléments particuliers du squelette placés près des corps des défunts ou isolément. L’interprétation que nous avions alors proposée, pour cette opposition entre mouton et bœuf, était de considérer les quartiers de moutons comme des offrandes et les os de bovins comme des reliefs de repas funéraire, déposés lors des inhumations des défunts (Hachem in Farruggia et al., 1996, p. 166). Cette hypothèse nous paraît également pouvoir s’appliquer au cas des nécropoles de Fleury-sur-Orne et de Rots, en intégrant la dimension symbolique du support osseux, comme l’incarnent la scapula ou les éléments crâniens de bovins.

54L’étude de ces restes animaux dans le rituel funéraire et la façon dont ils ont été assemblés laisse deviner leur statut et le rôle important qu’ils jouaient dans les sociétés néolithiques.

« Toute société élabore des représentations mentales : un ensemble d’idées et de valeurs propres à elle-même. Ces faits culturels ne sont pas seulement juxtaposés, ils forment des systèmes, des représentations collectives. Les classifications des espèces naturelles et des groupes sociaux, l’organisation symbolique de l’espace et les représentations du corps sont conçues comme des éléments interdépendants d’une représentation culturelle du monde. » (Boyer, 1991)

55Grâce à ces offrandes animales, il est donc possible d’accéder un tant soit peu aux représentations mentales de la société du Cerny où l’on perçoit que l’animal est un élément à part entière du système social.

Bibliographie

Arbogast R-M., Desloges J. et Chancerel A. 2002, « Sauvages et domestiques : les restes animaux dans les sépultures monumentales normandes du Néolithique » Anthropozoologica, vol. 35, p. 17-27.

Balasse M. et Ambrose S. 2005, « Distinguishing sheep and goats using dental morphology and stable carbon isotopes in C14 grassland environments », Journal of Archaeological Science, vol. 32, p. 691-702.

Bedault L. 2007, « La faune Cerny de l’enceinte de Gurgy « le Nauzeau » dans le site de Gurgy », dans Meunier K., Croutsch C., Bellini C., Bonnardin S., Cary S., Chambond Ph., Chaussée Ch., Convertini F., Coubray S., Humbert L., Hamon C., Labeaune R., Legros V., Pariat J-G., Putelat O., Ravoire F. et Salanova L., rapport final de synthèse, SRA dÎle-de-France.

Bedault L. 2012, « L’exploitation des ressources animales dans la société du Néolithique ancien du Villeneuve-Saint-Germain (4950 - 4650 BC.) en Bassin Parisien : synthèse et approche structurelle des données archéozoologiques », Doctorat de l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, Préhistoire-Ethnologie-Anthropologie, 2 vol. Archives HAL.

Bedault L. et Hachem L. 2008, « Recherches sur les sociétés du Néolithique danubien à partir du Bassin parisien : approche structurelle des données archéozoologiques », dans Burnez-Lanotte L., Ilett M. et P. Allard (dir.), Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 BC.), Namur, 24 au 25 novembre 2006, Mémoire XLIV de la Société préhistorique française, Paris, p. 222-243.

Boessneck J. 1969, « Osteological differences between sheep (Ovis arie Linné) and goat (Capra hircus Linné) », dans Brothwell D. et Higgs H.-S., (dir.), Science in Archaeology, 2e edition, London, p. 331-358.

Bostyn F., Hachem L., Joseph F., Hamon C. et Maigrot Y. 2016, « L’apport du site d’habitat de Conty « Zac Dunant » (Somme) à la connaissance de la culture Cerny », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 113, n° 2, p. 291-332.

Boyer P. 1991, « Système de représentation », dans Bonte P. et Izard M. (dir.) Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, p. 626-627

Chancerel A., Kinnes I., Lagnel E. et Kirk T. 1992, « Le tumulus néolithique de la Commune Sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados), Paysans et Bâtisseurs : l’émergence du Néolithique atlantique et les origines du mégalithisme », actes du 17ème colloque Interrégional sur le Néolithique, Vannes, 29 au 31 octobre 1990, p. 17-29 (Revue Archéologique de l’Ouest, supplément 5).

Colas C. (dir.), Thevenet C., Manolakakis L., Maigrot Y., Auxiette G., Chartier M., 2008, « Beaurieux-Cuiry-lès-Chaudardes « la Plaine », Rapport de fouilles, Inrap Nord-Picardie, 2 vol. 

Colas C. (dir.), Le Guen P., Manolakakis L., Naze Y., Thevenet C., 2012, « Cuiry-lès-Chaudardes « le Champ Tortu », Rapport de fouilles, Inrap Nord-Picardie, 2 vol. 

Desloges J. 1997, « Les premières architectures funéraires de Basse-Normandie », dans Constantin C., Mordant D. et Simonin D. (dir.), La Culture de Cerny, nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, actes du colloque international de Nemours, 1994, Nemours, APRAIF p. 515-539 (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France 6).

Farruggia J.-P., Guichard Y. et Hachem L. 1996, « Les ensembles funéraires rubanés de Menneville “Derrière le Village” (Aisne) », dans Duhamel P. (dir), La Bourgogne entre les Bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, actes du 18ème colloque Interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, p. 119-174 (Revue Archéologique de l’Ouest, supplément 14).

Fernandez H. 2001, « Ostéologie comparée des petits ruminants eurasiatiques sauvages et domestiques (genres Rubicapra, Ovis, Capra et Capreolus) : diagnose différentielle du squelette appendiculaire », thèse de doctorat, Université de Genève, Département de zoologie et de biologie animale, 2 vol. 

Flotté D. 2000a, « Ifs Zac du Hoguet 14 341 027 AP et 14 341 051 », DFS de diagnostic archéologique, Caen, SRA de Basse-Normandie.

Flotté D. 2000b, « Ifs Zac du Hoguet 14 341 027 AP ». DFS de sauvetage urgent, Caen, SRA de Basse-Normandie.

Flotté D. 2013, « Fleury-sur-Orne, Calvados “Les Hauts de l’Orne” », rapport final d’opération de diagnostic Inrap.

Fromont N. (dir.), Germain-Vallée C., Charraud F., Arbogast R-M., Maigrot Y., Bonhomme F., Thiron D., Oeil de Saley S., Séhier E., Hugot C., Koch N., Coutard S. et Besnard M., 2009, « Saint-Sylvain “Rue Vilaine/Chemin rural d’Argences” (Calvados) », rapport final d’opération, Inrap, 2 vol. 

Greenfield H.-J. et Arnold E., 2007, « Absolute age and tooth eruption and wear sequences in immature sheep and goat: determining age-at-death in zooarchaeology using a modern control sample », Journal of Archaeological Science, vol. 35, p. 836-849.

Hachem L. 2002, « La faune du site Néolithique moyen de Maisons-Alfort « Zac d’Alfort » (Val-de-Marne) », dans Cottiaux R. (dir.), Maisons-alfort ZAC d’Alfort (Val-de-Marne), sauvetages urgents 1998-2001, Document Final de Synthèse, Inrap Saint-Denis.

Hachem L. 2010, « La faune », dans Colas C. (dir), Un bâtiment monumental exceptionnel, Beaurieux « la Plaine », Aisne, rapport final d’opération, Inrap, Nord-picardie, p. 75-78.

Hachem L. 2011, « Les faunes du Néolithique moyen dans le nord de la France : bilan et pistes de recherches », dans Bostyn F., Martial E., Praud I. (dir.) Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie au ivème et IIIème millénaire avant notre ère, actes du 29ème colloque Interrégional sur le Néolithique, 2 au 3 octobre 2009, Villeneuve-d’Ascq (France), p. 313-328 (Revue Archéologique de Picardie, supplément 28).

Hachem L. 2013, « La faune Rubanée et Cerny de Buchères “Parc Logistique de l’Aube” », dans Paresys C. (dir.), Rapport final d’opération, responsable d’opération, Inrap. Champagne-Ardenne.

Hachem 2015a, « La faune Cerny de La Saulsotte », dans Peake R. (dir.) Rapport final d’opération, Inrap Centre-Ile-de-France.

Hachem L. 2015b, « La faune et l’industrie osseuse », dans Durand S. (dir.), Vitry-sur-Seine, Côteau Malassis, lot n° 1, Côteau Malassis 93 et 108 rue du Génie, site du Côteau Malassis, lots n° 3 et 7, Rapport de diagnostic, Inrap Ile-de-France, p. 55-58.

Hachem L. 2016, « La faune », dans Fromont N. (dir), « Le Clos du Houx » : un monument funéraire pré-mégalithique du Néolithique moyen dans la Plaine de Caen, Cuverville, Normandie, Calvados, Rapport de fouille préventive, Inrap Grand-Ouest, p. 174-175.

Hachem L., Guichard Y., Farruggia J.-P., Dubouloz J. et Ilett M. 1998, « Enclosure and Burial in the earliest Neolithic of the Aisne Valley » dans Edmonds M. et Richards (dir.), Social Life and Social Change: the Neolithic Western Europe, Glasgow, Cruithne Press, p. 127-140.

Hachem L. et Chombart J., avec la collab. Leduc C., 2014, « Étude de la faune sauvage et domestique du Néolithique », dans Praud I. (dir.), Une enceinte du Néolithique moyen II, des fosses du Néolithique moyen I et du Bronze final sur le littoral de la Mer du Nord. Escalles « Mont d’Hubert », Nord-pas-de-Calais, Rapport de fouille préventive, Inrap, p. 163-214.

Hachem L., Bedault L. et Leduc C. 2016, « L’élevage et la chasse au Chasséen septentrional : renouvellement des connaissances d’après l’étude des enceintes de Villers-Carbonnel (Somme) et de Passel (Oise) », dans Perrin T., Chambon P., Guibaja J. et Goude G. (dir.), Le Chasséen, des Chasséens. Retour sur une culture nationale et ses parallèles, Sepulcres de fossa, Cortaillod, Lagozza, actes du colloque International, Paris 18-20 nov. 2014, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 241-258.

Hubert H. et Mauss M. 1899, Essai sur la nature et la fonction du sacrifice, repris dans Mauss M., Œuvres, Paris, éditions de Minuit 1968.

Jones G.-G. 2006, « Tooth eruption and wear observed in live sheep from Buster Hill, the Cotswold Farm Park an five farms in the Pentland Hills, UK », dans Ruscillo D. (dir.), Recent Advances in Ageing and sexing Animal Bones, 9th ICAZ Conference, Durham 2002, Oxford, Oxbow Books, p. 155-178.

Jones G.-G. et Sadler P., 2012, « Age at death in cattle: methods, older cattle and known-age reference material », Environmental Archaeology, vol. 17, p. 11-28.

Marciniak A. 2008, « Communities, households and animals. Convergent developments in Central Anatolian and Central European Neolithic », Documenta Praehistorica, vol 35, p. 93-109.

Mordant D. (dir.) 1992, La Bassée avant l’histoire : archéologie et gravières en petite-Seine, Nemours, Association pour la promotion de la Recherche archéologique en Ile-de-France.

Mordant D. 1997, « Le complexe des Réaudins à Balloy enceinte et nécropole monumentale », dans C. Constantin, D. Mordant et Simonin D. (dir.), La Culture de Cerny, nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, actes du colloque international de Nemours, 1994, Nemours, APRAIF, p. 449-479 (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France 6).

Payne S. 1973, « Kill-off Patterns in Sheep and Goats: the Mandibles from Asvian Kale », Anatolian Studies, vol. 23, p 281-303.

Poplin F. 1976, « À propos du nombre de restes et du nombre d’individus dans les échantillons d’ossements », Cahiers du Centre de Recherches Préhistoriques, vol. 5, p. 61-74.

Riquier V. Paresys C. et Meunier K. 2015, « Buchères, Parc Logistique de l’Aube : nouvelles données sur l’occupation du sol du Néolithique ancien au Néolithique final », dans Occupations et exploitations néolithiques : et si l’on parlait des plateaux ? Actes du 31ème colloque Internéo, 17-19 oct. 2013, Châlons-en-Champagne, Internéo et Société Préhistorique Française, p. 169-188.

Samzun A., Pétrequin P. et Gauthier I. 2012, « Une imitation de hache alpine type Bégude à Buthiers-Boulancourt (Seine-et-Marne) au début du Vmillénaire », dans de Labriffe P.A. et Thirault E., Produire des haches au Néolithique : de la matière première à l’abandon, actes de la table ronde de Saint-Germain-en-Laye, 7 au 16 mars 2007, musée d’Archéologie Nationale, Paris, Société Préhistorique Française, p. 219-234.

Spatz H. 1997, « La nécropole du Néolithique moyen (Hinkelstein, Grossgartach) de trebur (Gross-Gerau, Hesse) », dans Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, actes du 22e colloque Interégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27 au 29 octobre 1996, p. 157-170 (Supplément aux Cahiers pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace).

Spatz H. et Driesch A. von den 2001, « Zu den tierischenBeigaben aus dem Hinkelsteiner aund Grossgartacher Gräberfeld von Trebur, Kr. Gross-Gerau (Hesse) » in Arbogast R.-M., Jeunesse C. et Schliber J. (dir.), Rôle et statut de la chasse dans le Néolithique ancien danubien (5500-4900 av. J.C.), Premières rencontres danubiennes, actes de la table ronde de Strasbourg, 20 au 21 novembre 1996, International Archäologie, Arbeitsgemeimschaft Symposium Tagung Kongress 1, Verlag Marie Leidorf GmbH, Rahden/Westf., p. 113-128.

Teichert, M., 1975, « Osteometrische Untersuchungen zur Berechnung der Widerristhöhe bei Schafen », dans Clason A. T. (dir.), Archaeozoological studies, North-Holland/American Elsevier, Amsterdam, p. 51-69.

Thevenet C. 2015, « The final Linear Pottery Culture Enclosure at Menneville, Dep. Aisne, France : a complex ceremonial site », dans Salzmünde. Regel oder Ausnahme ?, International Tagung in Halle (Saale), 18 au 20 octobre 2012, Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte Halle, Band 13.

Thomas A. 2011, « Identités funéraires, variants biologiques et facteurs chronologiques : une nouvelle perception du contexte culturel et social du Cerny (Bassin parisien, 4700-4300 avant J.-C. », thèse de doctorat, université Bordeaux 1.

Tresset A. 1996, « Le rôle des relations homme/animal dans l’évolution économique et culturelle des sociétés des Véme et VIe millénaires en Bassin Parisien : Approche éthno-zootechnique fondée sur les ossements animaux », thèse de doctorat, Anthropologie-Ethnologie-Préhistoire, Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne.

Tresset A. 1997, « L’approvisionnement carné Cerny dans le contexte du Néolithique du Bassin Parisien », dans Constantin C., Mordant D. et Simonin D. (dir.), La culture de Cerny : Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, actes du colloque international de

Nemours, 9 au 11 mai 1994, Paris, Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Ile-de-France, p. 299-314.

Zeder M.-A. et Lapham H.-A. 2010, « Assessing the reliability of criteria used to identify postcranial bones in sheep, Ovis, and goats, Capra », Journal of Archaeological Science, vol. 37, p. 2887-2905.

Notes

1 Le Nombre Minimal d’Individus a été calculé en employant le NMI de combinaison (NMIc, Poplin, 1976), qui prend en compte les âges, les tailles et les sexes des animaux.

2 Le NMI employé est celui de combinaison (NMIc, Poplin, 1976), qui prend en compte les âges, les tailles et les sexes des animaux.

3 Pour preuve, les observations faites sur le terrain : les os situés en hauteur étaient cassés, une partie de leur diaphyse avait disparu. A l’inverse, une quarantaine de centimètres plus bas, les os étaient bien mieux conservés et les connexions bien visibles.

4 Le NMI de fréquence (NMIf) se base sur l’élément anatomique le plus fréquent situé sur un même côté du squelette (droit ou gauche).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Plan masse de la nécropole néolithique, dans l’emprise de la fouille (trait continu) et à l’extérieur de celle-ci (DAO E. Ghesquière, Inrap).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 2 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Courbes de calibration des Structures de Type Passy de Fleury ; en rose, les sépultures à dépôts animaux (DAO E. Ghesquière, d’après OxCal v4.2).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Vue de la sépulture 19-5. Cliché P. Chambon, CNRS.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-3.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Figure 4 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des béliers dans la sépulture 19-5 (DAO C. Thévenet, Inrap).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-4.jpg
Fichier image/, 32k
Titre Tableau 1 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados). Liste des parties anatomiques de moutons de la sépulture 19-5.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-5.jpg
Fichier image/, 140k
Titre Figure 5 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des brebis dans la sépulture 19-5 (DAO C. Thévenet, Inrap).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-6.jpg
Fichier image/, 32k
Titre Figure 6 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Positionnement des os de bovins dans la sépulture 19-5 et dépôts de moutons complets (DAO C. Thévenet, Inrap).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-7.jpg
Fichier image/, 36k
Titre Tableau 2 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados). Taxons et parties anatomiques présents dans les monuments.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-8.jpg
Fichier image/, 300k
Titre Figure 7 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Vue d’ensemble des squelettes de caprinés de la sépulture 26-5. Cliché E. Ghesquière, Inrap.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-9.jpg
Fichier image/, 312k
Titre Figure 8 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Crâne de mouton dont il manque la partie frontale, sépulture 26-5. Cliché L. Hachem, Inrap.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-10.jpg
Fichier image/, 420k
Titre Figure 9 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Effet de paroi visible sur la droite, scapula de bovin isolée sur la gauche, sépulture 26-5. Cliché E. Ghesquière, Inrap.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-11.jpg
Fichier image/, 252k
Titre Figure 10 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - Scapula de bovin dans la sépulture 26.5. Cliché L. Hachem, Inrap.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-12.jpg
Fichier image/, 556k
Titre Figure 11 : Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » (Calvados) - A- Nécropole de Rots, sépulture M1-F1, inhumé ; B- même sépulture (Rots M1-F1) avec la répartition de la faune ; C- Rots, sépulture M2F2 ; D- Fleury-sur-Orne sépulture du Monument 1, d’après Desloges 1997.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4686/img-13.jpg
Fichier image/, 98k

Auteurs

Inrap, UMR 6566 CReAAH

Inrap, UMR 8215 « Trajectoires »

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access