Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

Une réflexion épistémologique sur les interprétations des relations Homme-animal dans les sépultures préhistoriques issues de fouilles anciennes : l’exemple de la nécropole mésolithique de Téviec (Saint-Pierre-Quiberon, Morbihan)

Pauline Fontan

Résumé

Les sépultures renfermant des restes d’animaux et des restes humains sont des lieux privilégiés pour comprendre les relations qui unissent l’Homme à l’animal. Cette association a notamment permis, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, d’établir la reconnaissance des pratiques funéraires à la Préhistoire. Dans une perspective épistémologique, nous tenterons de restituer les différentes interprétations qui ont été faites des restes de faune dans les sépultures, en les replaçant dans le contexte intellectuel de leur découverte. La nécropole de Téviec (Morbihan), fouillée entre 1928 et 1930 par Marthe et Saint-Just Péquart, est un exemple parfait pour cette analyse. En effet, animaux et défunts y sont intimement liés, et l’animal a été attribué à différents statuts : déchet alimentaire, élément architectural de la tombe, offrande et élément de parure. Nous interrogerons ainsi le sens donné à ces catégories et, au travers elles, nos systèmes de représentation des Préhistoriques.

Texte intégral

Je tiens particulièrement à remercier Arnaud Hurel et Amélie Vialet pour leurs conseils et leur minutieuse relecture de ce travail. Je remercie également Denis Vialou et l’association Melvan pour la mise à disposition des photographies de Marthe et Saint-Just Péquart. Ce travail a été effectué dans le cadre de mon Master (QP, MNHN) qui a bénéficié du soutien financier du programme de recherche CIMATLANTIC (Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne) dirigé par Grégor Marchand, que je tiens également à remercier.

Introduction

1En contexte archéologique, les sépultures associant des ossements humains et animaux sont des lieux privilégiés pour comprendre les différentes relations qui unissent l’Homme à l’animal, notamment sur le plan symbolique. Or, ces relations, et la place de l’animal dans les sépultures, ont reçu des interprétations différentes au cours de l’histoire des découvertes archéologiques, inhérentes aux grilles de lectures propres à chaque époque. Nous nous sommes intéressée aux toutes premières découvertes de sépultures préhistoriques, entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, afin d’analyser l’évolution des différents statuts conférés aux restes animaux retrouvés en contexte sépulcral, en nous concentrant particulièrement sur l’exemple de la nécropole de Téviec (Saint-Pierre-Quiberon, Morbihan).

2En préalable, travailler sur des collections issues de fouilles anciennes nécessite de prendre en compte que celles-ci sont le fruit d’une histoire, qu’il faut soumettre à une analyse critique, c’est-à-dire en ne considérant pas notre connaissance du site et des collections comme des faits, mais comme des constructions intellectuelles et historiques. Nous sommes donc en présence de plusieurs niveaux d’analyse : tout d’abord tenter de comprendre le site en lui-même (la démarche archéologique), replacer sa découverte dans son contexte et restituer le sens qui lui a été donné à son époque (la démarche historique et épistémologique).

3De plus, en archéologie de la Préhistoire (c’est-à-dire sans sources écrites pouvant renseigner les pratiques sépulcrales), le concept de « sépulture » est extrêmement variable selon les cercles académiques, les problématiques de recherche ou les contextes archéologiques (Duday, 2009). Aujourd’hui, en France, la définition la plus largement admise est la suivante :

« Lieu où ont été déposés les restes d’un ou plusieurs défunts, et où il subsiste suffisamment d’indices pour que l’archéologue puisse déceler dans ce dépôt la volonté d’accomplir un geste funéraire ; de manière plus restrictive, structure constituée à l’occasion de ce geste funéraire. » (Leclerc et Tarrête, 1988)

  • 1 Le colloque organisé à Toulouse : « Anthropologie physique et archéologie – méthodes d’étude des sé (...)

4Actuellement, la reconnaissance d’une sépulture n’est pas complètement laissée à la subjectivité ou à l’expérience de l’archéologue. Elle est encadrée par une discipline qui se construit en 1982, au même moment que cette définition, (Duday et Masset, 1987)1 et qui prend la dénomination d’« archéothanatologie » (Boulestin et Duday, 2005). Elle insiste sur la place centrale du défunt lors de la reconnaissance et de la description d’une sépulture. Les ossements d’animaux, les objets associés ou l’architecture funéraire ne sont plus considérés comme des éléments suffisants pour attester de l’existence d’une sépulture. Ils font partie des informations enregistrées à titre complémentaire qui attestent de la complexité des pratiques funéraires. Reconnaître une sépulture requiert une série d’observations préalables lors de la fouille, dont l’archéothanatologie a contribué à définir une méthodologie spécifique. Ces observations concernent par ordre d’importance (Duday et al., 1990 ; Duday, 2005, 2009) :

  • les restes ostéologiques du ou des individu(s) (position des segments anatomiques, maintien ou non des connexions labiles et chronologie de la dislocation des articulations) ;

  • l’architecture funéraire et son influence sur le processus de décomposition du ou des cadavre(s) (décomposition en espace vide ou en espace colmaté, effets de contraintes, présence d’éléments périssables, etc.) ;

  • le matériel funéraire (pièces d’habillement, éléments de parure ou de mobilier).

5Notre problématique sera de questionner la place des restes animaux dans la reconnaissance des premières sépultures préhistoriques à la fin du xixe et au début du xxe siècle, et la manière dont ils ont été interprétés à cette époque. Nous illustrerons notre propos grâce aux découvertes d’Aurignac, de Solutré et de Menton, qui sont des exemples emblématiques des débats qui ont alimenté la communauté des Préhistoriens au sujet de l’existence des pratiques funéraires chez les Préhistoriques (Hurel, 2016), avant de nous focaliser sur le cas emblématique de la nécropole mésolithique de Téviec. Cette dernière est, en effet, l’un des rares sites funéraires pour la Préhistoire française où différents statuts ont été attribués aux restes d’animaux : culinaire, symbolique, fonctionnel, etc. (Péquart et al., 1937). De surcroît, il s’agit d’un exemple exceptionnel de fouille du début du xxe siècle, menée avec une méthodologie singulière (cf. infra) et possédant une riche documentation au grand potentiel scientifique.

6Nous ne proposerons pas dans le cadre de cet article une nouvelle étude archéozoologique de ces restes d’animaux, car cela n’est pas dans notre domaine de compétence. Nous chercherons plutôt à restituer les différentes interprétations qui ont pu en être faites suite à leur découverte dans une perspective épistémologique, c’est-à-dire en proposant une réflexion sur les concepts. Nous replacerons également ces interprétations dans le contexte intellectuel de l’époque afin de mieux les comprendre aujourd’hui.

La difficile reconnaissance des premières sépultures préhistoriques

7Nous ne questionnons pas la pertinence des interprétations ou la réalité des sépultures, mais nous essayons plutôt de comprendre le contexte scientifique et philosophique dans lequel se placent ces découvertes, sans prétention à l’exhaustivité. Ce détour par l’histoire nous permet d’identifier la place qu’a occupée l’animal dans la reconnaissance des sépultures préhistoriques et dans l’interprétation des pratiques funéraires. Les découvertes successives des sépultures d’Aurignac, de Solutré et de Menton ont été au cœur des débats de cette reconnaissance. Mais surtout, elles présentent des associations emblématiques de restes humains avec des animaux de nature variée qui ont joué une place centrale pour leur interprétation.

Aurignac & Solutré : des sépultures controversées

8Le premier cas de sépulture, pris en considération par les sciences préhistoriques, a été identifié sur le site d’Aurignac (Haute-Garonne), en 1860 par Édouard Lartet (1801-1871) (Lartet, 1861). En 1852, 17 squelettes ont été découverts fortuitement, dans une cavité scellée par une dalle de gré (Lartet, 1861, p. 180). Lorsqu’il se rend sur place en 1860, É. Lartet met au jour de nouveaux restes humains, des restes de faunes disparues, des industries lithiques et osseuses (Lartet, 1861, p. 185-189). Tout en démontrant l’ancienneté de l’Homme, il affirme d’emblée le caractère sépulcral du site. Il pense que les individus ont été inhumés successivement, la dalle de gré qui fermait l’entrée de la grotte étant déplacée et remise en place après chaque nouvelle inhumation (Lartet, 1861, p. 184). Les Préhistoriques auraient partagé des repas sur le seuil de la grotte lors de chaque inhumation, comme en témoignent les restes de foyers, d’os fracturés et calcinés. Les restes animaux non fragmentés, trouvés à proximité des défunts, ont eux-mêmes été interprétés comme des « provisions alimentaires » qui les accompagnaient dans la mort (Lartet et Christy, 1864, p. 254).

9Si à Aurignac les restes de faunes ont permis à É. Lartet de justifier la présence de « rites funéraires » de type festins ou victuailles d’accompagnement, les restes de chevaux retrouvés en contrebas de la roche de Solutré (Saône-et-Loire), vont revêtir une importance tout autre pour la reconnaissance des pratiques funéraires à la Préhistoire. En 1866, Henri Testot-Ferry (1826-1869) et Adrien Arcelin (1838-1904) découvrent, au pied de la roche de Solutré, des tombeaux de pierre où gisaient des squelettes humains en association avec des silex taillés et des restes de rennes, ainsi qu’une quantité extraordinaire d’ossements de chevaux. Mais l’architecture de pierre si élaborée des tombeaux, alors inconnue pour « l’âge du renne », conduit Gabriel de Mortillet (1821-1898) à rapporter ces sépultures à une période plus récente, postérieure aux restes de rennes et chevaux (Mortillet, 1868, p. 107). Néanmoins, l’inventeur de ce site, argumente en faveur d’une contemporanéité des restes d’animaux avec les ossements humains, affirmant que les hécatombes de chevaux feraient partie intégrante de la cérémonie funéraire (Ferry, 1870, p. 60).

10Au moment même où la Préhistoire se crée, on admet d’emblée que les Préhistoriques aient pu inhumer leurs morts. Mais, quelques années plus tard, une fois le paradigme de la haute antiquité de l’Homme parfaitement acquis, on s’interroge sur sa capacité réelle à inhumer ses morts jusqu’à la nier totalement, notamment en l’absence de contexte stratigraphique rigoureusement démontré (Hurel, 2016). Or, aujourd’hui nous savons que les sépultures d’Aurignac et de Solutré sont postérieures aux temps paléolithiques : il y a bien des restes de faunes anciennes, de silex, etc. avec des restes humains, mais ces derniers appartiennent à des époques plus récentes. Quoi qu’il en soit, ces deux sites ont le mérite d’ouvrir le débat : l’Homme préhistorique inhumait-il ses morts ?

Vers la reconnaissance des sépultures préhistoriques : « l’homme de Menton »

11La sépulture de « l’homme de Menton » est emblématique : c’est sur ce cas que le débat s’est cristallisé, et que la reconnaissance des sépultures préhistoriques a enfin été rendue possible grâce à un contexte stratigraphique suffisamment documenté et des preuves tangibles de l’inhumation. Marthe (1884-1961) et Saint-Just (1881-1944) Péquart y feront de nombreuses fois référence dans leur monographie du site de Téviec (Péquart et al., 1937, p. 57 et 78) et il s’agit, encore au début du xxe siècle, d’un modèle pour les pratiques funéraires au Paléolithique supérieur. La sépulture de l’homme – ou, selon une étude récente (Lumley, 2016), de la dame – de la grotte du Cavillon est découverte par Émile Rivière (1835-1922), le 26 mars 1872, près de la ville de Menton. Il met au jour, dans un contexte stratigraphique bien identifié, un individu en position allongée, les bras croisés sur la poitrine, la tête surélevée par une pierre et ornée d’une résille de tête en coquillages marins et craches de cerfs perforés (Rivière, 1872a, 1872b). L’individu est également accompagné de nombreux fragments de faune plus ou moins calcinés : chat sauvage, ours des cavernes, rhinocéros, chevaux, sangliers et nombreuses espèces de cervidés (Rivière, 1872b, p. 1600 et 1601). À noter également que plusieurs genres de coquilles marines (Nassa, Patella Cardium, Mytilus, etc.) sont retrouvés autour de son crâne (Rivière, 1872a, p. 1205). L’animal revêt à la fois le statut de parure funéraire et de nourriture accompagnant le défunt. La sépulture est prélevée « en bloc » puis transférée à Paris, où elle est exposée dans la galerie d’anthropologie du Jardin des Plantes (fig. 1). Pendant plus d’une vingtaine d’années, la découverte va animer de vives controverses, au sein de la communauté des Préhistoriens.

Figure 1 : L’Homme de Menton exposé dans les galeries d’anatomie comparée et de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle au Jardin des Plantes (carte postale, DR).

Figure 1 : L’Homme de Menton exposé dans les galeries d’anatomie comparée et de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle au Jardin des Plantes (carte postale, DR).

12L’un des premiers arguments en faveur de la reconnaissance des sépultures préhistoriques à la fin du xixe siècle fut donc la présence d’ossements d’animaux associés à des squelettes humains. Au contraire, à partir de la fin du xxe siècle, les ossements d’animaux n’ont plus la primauté de la preuve, l’intérêt se déplace en faveur du défunt avec l’émergence de l’archéothanatologie. Mais, le débat sur la reconnaissance des premières sépultures a moins concerné la validité des preuves que :

« L’image des Préhistoriques que forgent alors les préhistoriens, voire sur les cadres intellectuels, philosophiques et scientifiques dans lesquels ces préhistoriens se meuvent et construisent leur science. » (Hurel, 2016)

13En effet, l’enjeu a été davantage de savoir si ces hommes et femmes de la Préhistoire ont pu posséder les capacités cognitives qui les auraient rendus capables d’enterrer intentionnellement leurs défunts.

14La difficile reconnaissance des sépultures préhistoriques doit être rapportée au contexte scientifique et politique de la fin de ce xixe siècle, où le matérialisme est le paradigme dominant de la recherche scientifique, notamment dans le milieu de la Préhistoire naissante, sous l’influence de Gabriel de Mortillet (Mortillet, 1900). Les débats sur la reconnaissance des sépultures et les positions des différents acteurs scientifiques doivent être compris à la lumière des convictions personnelles, mais également à l’aune du caractère incertain des vestiges qui sont alors exhumés, et de l’absence, pour certains, de contexte stratigraphique compréhensible. La découverte de « l’homme de Menton » qui, contrairement aux autres gisements présentés, offre des preuves indiscutables d’un dépôt funéraire (un squelette entier, dans un contexte stratigraphique bien daté, en connexion, accompagné d’offrandes et d’éléments de parure en matière dure d’origine animale et dont la position laisse présager d’un traitement post-mortem) jouera un rôle majeur pour la reconnaissance des sépultures préhistoriques (Hurel, 2016). Néanmoins, certains intellectuels, dont Gabriel de Mortillet, continueront de nier l’existence de ces sépultures préhistoriques, refusant de reconnaître l’existence d’une pensée complexe et spirituelle chez les Préhistoriques (Mortillet, 1900).

La nécropole de Téviec (1928-1930)

Présentation générale

  • 2 Précédemment, des datations radiocarbone sur ossements humains ont également été réalisées proposan (...)

15Situé sur une île au large du Morbihan, dans la presqu’île de Quiberon, le site de Téviec constitue la première nécropole découverte pour la période mésolithique en France (Péquart, 1928b, 1929 ; Péquart et al., 1937). Entre 1928 et 1929, M. et S.-J. Péquart mettent au jour dix sépultures à l’architecture standardisée (fosses creusées dans l’amas coquillier, surmontées d’un foyer funéraire et comblées par un monticule de pierres) renfermant vingt-trois individus (hommes, femmes et enfants) inhumés dans des positions relativement similaires (Péquart et al., 1937). Vingt-quatre foyers culinaires et domestiques sont également découverts au sein même de la nécropole (fig. 2). Les sépultures étaient constituées d’une fosse étroite globalement circulaire creusée dans l’amas coquillier. Le ou les défunt(s), y étai(en)t ensuite installé(s), assis ou allongé(s), les membres inférieurs fortement repliés, et les mains reposant de chaque côté du bassin ou sur le ventre (Péquart et al., 1937). Il(s) étai(en)t « accompagné(s) » d’une centaine d’éléments de parure en coquillages marins perforés, d’industries lithiques comme des lames à troncature retouchée ou osseuses comme des « stylets ». La fosse était ensuite comblée par le sédiment de l’amas coquillier et protégée par des dalles (Péquart et al., 1937). Sur ces dalles, un foyer funéraire était édifié avec des pierres et renfermait parfois des mandibules de cerf ou de sanglier non calcinées. Enfin, ce foyer était comblé par un monticule de pierres qui affleurait au-dessus de l’amas coquillier, et qui devait signaler la présence des sépultures. Grâce à la typologie des industries lithiques (Marchand, 1999) et à une nouvelle datation réalisée en avril 20162 sur un ossement de chevreuil par le laboratoire Beta Analytic Inc. (Floride, Beta-436330) donnant un résultat entre 6075 et 6010 cal B.C., ce site a pu être rattaché à la période du Mésolithique final.

Figure 2 : Situation de l’île de Téviec dans le Morbihan et emplacement de la zone fouillée, au nord-ouest de l’île.

Figure 2 : Situation de l’île de Téviec dans le Morbihan et emplacement de la zone fouillée, au nord-ouest de l’île.

Plan de la zone fouillée avec l’emplacement des sépultures et des foyers. (DAO : J.-M. Large, d’après Péquart et al., 1937, p. 9, 14 et 17)

La collection et les spécificités des méthodes de fouille

  • 3 Téviec demeure encore aujourd’hui l’une des rares nécropoles connues sur le territoire français pou (...)

16Contrairement aux fouilles d’Aurignac, de Solutré et de Menton, pour lesquelles nous n’avons pas ou peu d’informations sur la façon dont elles ont été menées, M. et S.-J. Péquart ont théorisé une méthode de fouille (Péquart, 1928a) qu’ils appliquent pour la première fois sur le site de Téviec. Ils privilégient une approche extensive, où seules les relations entre les objets et les structures sont importantes, rejetant ainsi le simple attrait pour le « bel objet », encore courant à l’époque. La compréhension du site passe dorénavant par l’analyse de l’agencement des structures et des objets archéologiques au sein même de celles-ci. De cette façon, l’essentiel des interprétations des structures archéologiques (sépultures et foyers dans le cas Téviec) s’effectue au moment même de la fouille. Dans le cas des sépultures, les restes squelettiques du défunt ont été positionnés au centre de l’analyse funéraire : l’observation de leur position in situ permettant à M. et S.-J. Péquart de proposer des théories sur les modes d’inhumation (Péquart et al., 1937 ; Fontan 2016, p. 10). Chacune des structures archéologiques a été soigneusement enregistrée par l’intermédiaire de relevés, et surtout de photographies retraçant chaque étape de leur dégagement. Tant pour la qualité des fouilles de M. et S.-J. Péquart, qui ont fait date dans l’histoire de l’archéologie funéraire (Duday, 2005, p. 153), que pour sa nécropole3, le site de Téviec demeure aujourd’hui une référence pour la période mésolithique.

Les restes de faune

  • 4 Directeur de l’Institut de Paléontologie Humaine de Paris de 1911 à 1942 et professeur de paléontol (...)

17Au Mésolithique final, Téviec n’était pas une île, mais se situait sur le continent à plusieurs dizaines de mètres du rivage (Dupont, 2006, fig. 124 p. 229), dans un environnement marécageux à la confluence des biotopes marin et terrestre, avec un florilège d’espèces présentes sur le site. Dans la publication des fouilles (Péquart et al., 1937, première partie, chapitre VI), il n’est pas fait grand cas de la faune découverte. Contrairement aux ossements humains, M. et S.-J. Péquart ne donnent pas de localisation précise de ces restes, hormis pour ceux découverts dans les sépultures. Le paléontologue Marcellin Boule4 (1861-1942) a listé onze espèces de mammifères dont majoritairement des sangliers, des chevreuils et des cerfs avec une absence notable d’équidés et de bovidés, mais également vingt espèces d’oiseaux, principalement des oiseaux marins, ainsi que des restes de poissons (Péquart et al., 1937. p. 101-102). Il ne mentionne pas le nombre total de restes, ni quelles sont les parties squelettiques représentées. Les restes osseux sont aujourd’hui conservés à l’Institut de Paléontologie Humaine, à Paris. La connaissance des espèces présentes sur le site (tabl. 1), leur exploitation et leur consommation provient donc de travaux plus récents (Schulting, 1996 ; Tresset, 2003 ; Schulting et al., 2004 ; Tresset, 2005 ; Dupont, 2006 ; Tresset et Vigne, 2007 ; Dupont et al., 2009 ; Clabeau, 2016) mais avec une même difficulté : l’absence d’informations quant à leur stratigraphie.

Tableau 1 : Liste des principales espèces présentes sur le site de Téviec (d’après Dupont et al., 2009)

Tableau 1 : Liste des principales espèces présentes sur le site de Téviec (d’après Dupont et al., 2009)

18Si l’on ne possède pas d’informations précises sur la localisation de la faune au sein du site archéologique, M. et S.-J. Péquart ont néanmoins décrit les structures où ils l’ont découverte. Ils ont également interprété ces restes et leur ont attribué différents statuts que nous allons à présent discuter.

Place et statut de l’animal dans la nécropole de Téviec

Déchets de consommation

19Grâce aux isotopes prélevés dans les ossements humains du site de Téviec, nous savons aujourd’hui que l’alimentation était constituée à 50 % par des apports en protéines marines (Schulting et Richards, 2001). La nécropole de Téviec se situe, en effet, dans un amas coquillier (Péquart et al., 1937, p. 18), c’est-à-dire dans une accumulation de rejets alimentaires constituée, en grande partie, de coquilles de mollusques et d’esquilles osseuses dont certaines sont calcinées (Péquart et al., 1937.). Les défunts étaient donc inhumés à même ces déchets de consommation, ce qui a permis la préservation de leurs ossements de l’acidité des sols bretons grâce aux carbonates présents dans les coquilles (Péquart et al. 1937, p. 5). Lors de la fouille, M. et S.-J. Péquart ont récupéré un échantillonnage de 1,5 kg de coquilles qui est aujourd’hui conservé au Musée de Préhistoire de Carnac. Il a notamment été étudié en 2006 par Catherine Dupont (Dupont, 2006) qui a identifié quatorze espèces de mollusques en ce qui concerne l’alimentation (Dupont, 2006, p. 223), dont deux prédominent : la patelle (60 % de l’échantillon) et l’huître plate (27 %) (Dupont, 2006, p. 222). Sur le site de Téviec, les mollusques ont donc plusieurs fonctions : alimentation, parure (cf. infra), et – indirectement – substrat pour l’inhumation des défunts.

Foyers domestiques & culinaires

20En dehors des sépultures, M. et S.-J. Péquart reconnaissent sur le site trois types de foyers, selon leur édification et leur utilisation supposée : domestiques, culinaires et rituels. Le premier type, « domestique » (fig. 3), comprend les structures dont :

« L’aménagement hâtif et peu soigné semble correspondre à l’usage qui en fut fait pour les besoins normaux, immédiats et quotidiens, de nos Mésolithiques. » (Péquart et al., 1937, p. 19)

Figure 3 : Foyer domestique n° 1.

Figure 3 : Foyer domestique n° 1.

À gauche : Marthe Péquart à côté du pavement en pierres formant le foyer (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN). À droite : vue du foyer en coupe (Péquart et al., 1937, p. 20).

21Certains sont aménagés avec des pierres (de chant ou à plats, ces derniers étant dénommés « foyers-bûchers ») et d’autres ont été installés dans des dépressions naturelles. Certains encore ont des aires de combustion séparées de quelques dizaines de centimètres, laissant suggérer une utilisation répétée (Péquart et al., 1937, p. 20). Ces foyers auraient fait l’objet de feux intenses comme en témoignent les pierres de parement, rougies par le feu et qui se désagrègent (Péquart et al., 1937, p. 20). Quant aux restes culinaires identifiés au sein de ceux-ci, les informations sont très lacunaires. M. et S.-J. Sans citer les espèces, Péquart précisent seulement qu’ils ont trouvé :

« Des amas considérables de cendres, de coquilles entièrement pulvérisées et de fragments d’os calcinés […] » (Péquart et al., 1937, p. 20)

22Les foyers « culinaires » (fig. 4) se distinguent du premier type par leur architecture élaborée et leur localisation. Leur édification aurait fait l’objet d’une standardisation : une fosse régulière creusée dans le sol naturel, dans laquelle des pierres rectangulaires ont été placées pour constituer un parement régulier (Péquart et al., 1937, p. 21). Certains de ces foyers sont accolés aux sépultures, « Ce qui nous porte à croire que ces foyers furent aménagés à l’occasion des funérailles […] » (Péquart et al., 1937, p. 20). Ils auraient été assez volumineux pour accueillir de « volumineux morceaux, quartiers de venaison ou autres victuailles » (Péquart et al., 1937, p. 20-21), car M. et S.-J. Péquart ont retrouvé davantage d’ossements calcinés. Leur localisation près des sépultures, ainsi que l’importante quantité d’ossements calcinés retrouvée, laissent supposer aux époux Péquart que ces foyers étaient destinés à des festins en lien avec la cérémonie funéraire (Péquart et al., 1937).

Figure 4 : Foyer culinaire n° 6.

Figure 4 : Foyer culinaire n° 6.

À gauche : Claude Péquart à côté des pierres formant le foyer (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN). À droite : vue du foyer en coupe (Péquart et al. 1937, p. 23)

23Le statut de l’animal dans la nécropole de Téviec est donc avant tout lié à l’alimentation, qu’il soit présent sous la forme de rejets composant l’amas coquillier ou d’ossements calcinés retrouvés dans les foyers. Nous ne pouvons que regretter l’absence d’informations sur les espèces animales préparées dans ces foyers. Elles nous auraient permis, en complément de l’analyse de l’architecture, d’avoir davantage d’indices quant à la fonction effective de ces foyers, et peut-être de discuter les catégorisations de M. et S.-J. Péquart. L’animal est avant tout perçu comme une composante principale de l’alimentation, qu’elle soit quotidienne, ou exceptionnelle à l’occasion des funérailles. Les interprétations de type « festin funéraire » étaient également prépondérantes lors de la reconnaissance des premières sépultures que nous avons présentées et semblent se perpétuer au début du xxe siècle. De plus, M. et S.-J. Péquart élaborent un statut du défunt en se fondant sur la présence ou l’absence de ces grands foyers funéraires ou culinaires à proximité des sépultures. Par exemple, la sépulture D, déjà exceptionnelle pour ses bois de cerf surplombant les sujets inhumés (fig. 5), devient alors d’autant plus importante qu’ils constatent :

« La présence, autour de cette sépulture, de plusieurs grands foyers, l’intensité des brasiers qui y ont été allumés, la quantité considérable de charbon, d’os calcinés et de vestiges alimentaires dont ils sont encombrés, témoignent déjà très éloquemment du degré d’importance du sujet inhumé. » (Péquart et al., p. 36).

Figure 5 : Sépulture D renfermant un individu adulte et un individu enfant.

Figure 5 : Sépulture D renfermant un individu adulte et un individu enfant.

L’adulte a le haut du corps recouvert de bois de cervidés (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).

24Au sein des collections de faune de l’Institut de Paléontologie Humaine, la présence d’ossements calcinés permet aujourd’hui d’identifier certaines des espèces qui ont pu être découvertes au sein de ces différents foyers (Fontan, 2015, p. 13 ; Clabeau, 2016). On retrouve, en très grand nombre, des restes de mandibules, de maxillaires et de métapodes de grands mammifères terrestres, tels que le cerf, le chevreuil et le sanglier. Ces restes ne correspondent pas aux parties consommées mais nous permettent d’appréhender les pratiques de prédation, les différentes utilisations des matières animales et la saisonnalité d’occupation du site (Dupont et al., 2009 ; Clabeau, 2016). Quant à l’avifaune, des études ont montré que la plupart des os étaient fracturés et brûlés, signifiant qu’ils ont été consommés rôtis, peut-être au sein de ces mêmes foyers (Tresset, 2005, p. 86 et 88).

Foyers funéraires au-dessus des sépultures

25Ce dernier type de foyer se distingue des deux précédents par sa position au-dessus de chacune des sépultures (fig. 6). Ces foyers sont édifiés juste au-dessus de la fosse renfermant le défunt et sont comblés par des débris de cuisine et le sédiment de l’amas coquillier avant d’être recouverts de massifs de pierres (Péquart et al., 1937, p. 21-24). Selon M. et S.-J. Péquart, il n’y a pas de traces évidentes de combustion prolongée (Ibid., p. 23). Ils suggèrent que ces foyers peuvent n’avoir été que des « foyers rituels », allumés « le temps de la cérémonie funèbre » et autour desquels « les gens de la tribu » se réunissaient (Péquart et al., 1937). Néanmoins, l’absence de marques de combustions prolongées leur fait supposer que ces foyers ne faisaient pas partie du « festin consécutif aux funérailles » (Péquart et al., 1937, p. 24), mais qu’ils étaient réservés à l’usage du « culte funéraire ». À l’intérieur de certains de ces foyers, une ou deux hémi-mandibules de cerf et de sanglier ont été mises au jour, ne présentant pas de traces de « détérioration produite par la chaleur » et qui auraient donc été déposées « […] après l’extinction des feux rituels. » (Péquart et al., 1937). Ces dépôts de mandibules sont alors interprétés comme des « offrandes funéraires » (Péquart et al., 1937, p. 30, 34, 44, 46, 48, 52, 58, 64, 68, 69, 76, 77 et 101) chargées d’accompagner les « mânes du défunt » (Péquart et al., 1937, p. 61). Leur présence est considérée comme « habituelle » ou « coutumière » par les époux Péquart. Or, si l’on se fie à leurs descriptions (Péquart et al., 1937, chapitre III, p. 25-59), seules cinq sépultures sur dix ont ce type de dépôt et les sépultures d’enfants en sont dépourvues. Cela nous amène à interroger la place de ces dépôts, et leur importance, dans l’appareil symbolique des pratiques funéraires.

Figure 6 : Foyer funéraire n° 4 surmontant la sépulture A.

Figure 6 : Foyer funéraire n° 4 surmontant la sépulture A.

Au premier plan, un os de cétacé en forme l’une des parois. Au second plan, on peut voir Hélène Péquart dégageant une hémi-mandibule de cervidé (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).

Bois de cerfs dans les sépultures

26Le cerf est d’autant plus un animal particulier au sein des sépultures qu’il est présent à même l’architecture funéraire. En effet, des bois de cerfs surplombent les défunts : dans la sépulture A renfermant deux adultes (fig. 7) et dans la sépulture D, renfermant un adulte et un enfant (fig. 5). Cette modalité architecturale est cependant rare et exceptionnelle dans la nécropole de Téviec – deux sépultures sur dix – et, selon M. et S.-J. Péquart reflète un statut social particulier du défunt (Péquart et al., 1937, p. 62). Dans le cas de la sépulture A, si le squelette du premier individu mis au jour est totalement recouvert de bois de cerf (Péquart et al., 1937, p. 30), le deuxième individu, à côté du premier, ne bénéficie pas de ce type d’arrangement. Pour la sépulture D, le crâne de l’adulte se trouve « couronné » de trois bois de cerfs (Péquart et al., 1937. p. 37-38). Ils constituent une véritable « clef de voûte » ou une « construction à claire-voie » dans laquelle est prise la défunte (Péquart et al., 1937. p. 37).

Figure 7 : Sépulture A renfermant deux individus adultes, dont un a le haut du corps recouvert de bois de cervidés (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).

Figure 7 : Sépulture A renfermant deux individus adultes, dont un a le haut du corps recouvert de bois de cervidés (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).
  • 5 Archéologue, conservateur-directeur du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

27Le fait que ces bois soient tombés naturellement discréditerait leur statut de « trophées de chasse » (Péquart et al., 1937, p. 63). Une autre hypothèse leur paraît alors séduisante, celle du « sorcier » que l’on aurait « inhumé avec les attributs de sa profession » (Péquart et al., 1937). M. et S.-J. Péquart font ici référence à la représentation du « Sorcier » dans la grotte magdalénienne des Trois-Frères (Ariège). Cette représentation a été découverte, décrite et interprétée par Henri Bégouën (1863-1956) et l’abbé Henri Breuil (1877-1961), comme un sorcier, par comparaison ethnographique avec des peuples qui revêtent des têtes animales à l’occasion de rituel, soit pour honorer les divinités, soit pour favoriser la chasse (Bégouën, 1920, p. 309-310). Cette représentation était très connue au moment où M. et S.-J. Péquart évoquent un rapprochement avec leurs sépultures « sous bois de cerfs » et il n’est donc pas étonnant qu’ils fassent intervenir cet élément de comparaison dans leur interprétation. Dans un autre registre, ils associent également la présence du cerf à une « survivance du totémisme ancestral » (Péquart et al. 1937, p. 65). C’est-à-dire que celui-ci revêt la forme d’un « cerf-totem », d’un animal divin (Péquart et al., 1937p. 64). La présence de ramures de cerf serait alors une tentative de « déification » du défunt (Péquart et al., 1937), idée que M. et S.-J. Péquart reprennent de l’ouvrage de Salomon Reinach5 (1858-1932), Cultes, Mythes et Religions (Reinach, 1905). Le cerf, en tant que divinité, est en effet présent à l’époque gauloise au titre d’un culte anthropomorphique du « dieu-cornu » (Reinach, 1905). Les époux Péquart considèrent ainsi la présence des bois de cerfs dans les sépultures comme un « palier intermédiaire » (Péquart et al., 1937, p. 64), une étape entre la représentation paléolithique du « Sorcier » de la grotte des Trois-Frères et les « dieux-cornus » gaulois. L’emploi du vocabulaire lié au totémisme et la référence directe à la publication de S. Reinach sont à replacer dans un cadre de pensée où le totémisme occupe alors une place prépondérante de la recherche en ethnologie (Frazer, 1887 ; Durkheim, 1912).

L’animal en tant que matière première

28De nombreux objets façonnés à partir de matières dures d’origine animale sont également retrouvés dans les sépultures. Le propos ici ne sera pas d’en proposer une liste exhaustive, nous soulignerons seulement ceux retrouvés systématiquement. Par exemple, chaque individu a été associé à un ou plusieurs « stylets », façonnés dans des os longs de cerfs et de sangliers (fig. 8). Selon M. et S.-J. Péquart, ces « stylets » seraient soit des « répliques miniatures d’armes » (Péquart et al., 1937, p. 92-93), soit des « épingles » destinées à maintenir un vêtement (Péquart et al., 1937. p. 93).

Figure 8 : Stylet façonné dans un métatarsien ou un métacarpien de ruminant, retrouvé dans la sépulture M, d’une longueur de 14 cm (Péquart et al., 1937, planche XII).

Figure 8 : Stylet façonné dans un métatarsien ou un métacarpien de ruminant, retrouvé dans la sépulture M, d’une longueur de 14 cm (Péquart et al., 1937, planche XII).

29Tel est le dernier statut de l’animal que nous aborderons ici : l’animal en tant qu’élément destiné à habiller ou à parer le corps. Chaque squelette était recouvert de nombreuses petites coquilles perforées, considérées par M. et S.-J. Péquart, comme des éléments de parure. Il apparaît que ces coquilles appartiennent à des espèces de mollusques différentes de celles consommées et auraient été ramassées à l’état vide sur la plage (Dupont, 2006, p. 227 ; Fontan, 2016, p. 71). Comme pour l’alimentation, deux espèces dominent : les Trivia sp. et les Littorina obtusata (Péquart et al., 1937 ; Taborin, 1974, p. 158 ; Dupont, 2006, p. 221). On observe donc un choix préférentiel de deux espèces, qui peut être expliqué par la forme, la couleur, etc. (Taborin, 2004, p. 73) ou par la dualité homme-femme (Taborin, 1974, p. 165-169). Lors de la fouille, les époux Péquart prennent soin de relever la position exacte des coquilles sur les corps des défunts, les interprétant ainsi comme des colliers, des bracelets, des pagnes ou des résilles, faisant office de « parures funéraires » (Péquart et al., 1937, p. 77). La parure revêt alors le statut d’un « geste pieux qui honore la dépouille » et qui s’intègre au « rituel funéraire » (Péquart et al., 1937. p. 67). Néanmoins, contrairement aux bois de cerfs, M. et S.-J. Péquart ne proposent pas d’interprétations symboliques de ces éléments. Cela se traduit notamment par la façon dont les coquilles sont traitées une fois la fouille terminée : M. Péquart les remonte en colliers (fig. 9), faisant fi de toute rigueur scientifique (Fontan, 2016, p. 60).

Figure 9 : Collier probablement remonté par Marthe Péquart et composé de 305 Trivia sp., onze Nucella lapillus, une Patella, un Dentalium, une Littorina obtusa, ainsi que d’une coquille indéterminée. Celui-ci est aujourd’hui conservé à l’Institut de Paléontologie Humaine (Cliché : P. Fontan).

Figure 9 : Collier probablement remonté par Marthe Péquart et composé de 305 Trivia sp., onze Nucella lapillus, une Patella, un Dentalium, une Littorina obtusa, ainsi que d’une coquille indéterminée. Celui-ci est aujourd’hui conservé à l’Institut de Paléontologie Humaine (Cliché : P. Fontan).

30L’animal revêt ici le statut d’une matière première, que ce soit pour la fabrication d’outils (manches fabriqués à partir d’andouillers de cerfs (Péquart et al., 1937, p. 88), allènes en canines de sangliers (Péquart et al., 1937, p. 89), etc. ou d’éléments de parure (« stylets » et coquilles perforées). Cette matière première ne possède ici qu’une fonction utilitaire (l’ornementation ou l’habillement du défunt) qui contraste fortement avec les interprétations symboliques des « mandibules-offrandes » et du « cerf-totem ».

Conclusion

31Si à Aurignac, Solutré ou encore à Menton, les ossements d’animaux associés à des restes humains ont été considérés comme de simples preuves servant à démontrer l’existence de sépultures, pour la première fois, à Téviec, l’animal atteste davantage de la complexité des pratiques funéraires et des multiples relations qui unissent l’Homme à son environnement. Au sein de la nécropole, M. et S.-J. Péquart ont attribué les restes d’animaux à différents statuts en fonction du contexte de découverte – à l’extérieur, à côté ou à l’intérieur des sépultures – : source alimentaire (cerf, sanglier, patelle, huître plate, oiseaux, poissons…), offrandes (mandibules de cerf et sanglier), totem (bois de cerfs), objets façonnés (cerf, sanglier) et parures (Trivia, Littorina) (Péquart et al., 1937). Il y a donc un choix d’espèces provenant de la mer et de la terre, pour des destinations aussi fonctionnelles que symboliques, révélant le lien particulier que cette population mésolithique entretenait à la fois avec les deux biotopes et avec ses morts. Ce dernier point, nous amène à nous demander s’il existe une véritable différenciation, dans les usages des populations mésolithiques de Téviec, entre l’animal-consommé et l’animal-symbolique. Certaines espèces de mollusques sont strictement utilisées pour l’alimentation (la Patella et l’Ostrea edulis) et d’autres pour l’ornementation (la Trivia ou la Littorina). Au contraire, on observe une interpénétration de différentes sphères alimentaire, utilitaire et symbolique avec le cerf et le sanglier.

32Il est nécessaire, à présent, d’affiner ces grilles de lecture, mises en place par M. et S.-J. Péquart, en appliquant nos propres problématiques et méthodes. Par exemple, la taphonomie nous permet aujourd’hui d’appréhender la façon dont les carcasses animales ont pu être traitées et découpées. De la même manière, les traces de chauffe nous renseignent sur les différents degrés de chaleur qu’ont pu subir les ossements, nous aidant ainsi à identifier leur provenance. Du point de vue des éléments de parure, l’étude techno-fonctionnelle des coquilles nous permet de discriminer les perforations intentionnelles et non-intentionnelles (Álvarez Fernández 2006 ; Rigaud 2011 ; Dupont et al. 2014 ; Fontan 2016). Cela permet ainsi de questionner la notion même de « parure » souvent reprise sans discussion concernant le site de Téviec (Taborin, 1974). Pourtant, cette question des parures est suffisamment problématique à bien des plans (archéologie, épistémologie, etc.) pour imposer un usage prudent. Ainsi, le remontage des patelles en collier, notamment celles où la partie amicale était absente, allait de soi pour M. Péquart. Il s’imposait comme une évidence. Or, les recherches montrent que le manque de la partie amicale est souvent le signe d’une usure naturelle, liée au ressac des vagues (Lozouet et Vigne, 1994). Il ne s’agirait donc pas d’éléments perforés intentionnellement en vue d’orner le corps, même si les Mésolithiques ont pu les utiliser comme tels. Cet exemple démontre l’obligation de questionner sans cesse nos définitions et leurs évolutions – dans ce cas, celle de la « parure » – et notre système de représentations des Préhistoriques et de leurs comportements (Moro Abadía et Nowell, 2015).

Bibliographie

Álvarez Fernández E. 2006, « Los objetos de adorno-colgantes del Paleolitico superior y del Mesolitico en la Cornisa Cantabrica y en el Valle del Ebro : una vision europea », Thèse de doctorat, Université de Salamanca.

Bégouën H. 1920, « Un dessin relevé dans la caverne des Trois-Frères à Montesquieu-Avantès (Ariège) », Comptes rendus de lAcadémie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 303-310

Boulestin B. et Duday H. 2005, « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », dans Mordant C. et Depierre G. (dir.), Les pratiques funéraires à lÂge du Bronze en France, actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (Yonne), Paris, CTHS, p. 17-30

Clabeau Q. 2016, « Contribution à la connaissance de l’exploitation des animaux dans le Mésolithique breton. Nouvelles données archéozoologiques sur le site de Téviec (Morbihan) », Mémoire de Master « Quaternaire et Préhistoire », Muséum national d’histoire naturelle.

Courtaud P. et Duday H. 2012, « Les sépultures plurielles au Mésolithique : l’exemple de la nécropole de La Vergne (Charente-Maritime) », dans Castex D., Courtaud P., Duday H., Le Mort F. et Tillier A-M. (dir.), Le regroupement des morts. Genèse et diversité archéologique, Bordeaux, Ausonius, p. 71 -81

Duday H. 2005, « L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », dans Vandermeersh B., Dutour O. et Hublin J.-J. (dir.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, CTHS, p. 153-205

Duday H. 2009, Archaeology of the Dead: Lectures in Archaeothanatology, Oxford, Oxbow Books.

Duday H., Courtaud P., Crubézy E., Sellier P. et Tillier A.-M. 1990, « L’anthropologie de “terrain” : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et mémoires de la Société dAnthropologie de Paris, T. 2, fasc. 3-4, p. 29-49

Duday H. et Masset C. (dir.) 1987, Anthropologie physique et archéologie – méthodes détude des sépultures, actes des Colloques de Toulouse, 4 au 6 novembre 1982, Paris, CNRS.

Dupont C. 2006, La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France : Contribution à léconomie et à lidentité culturelle des groupes concernés, Oxford, Archeopress (BAR International Series 1571).

Dupont C., Tresset A., Desse-Berset N., Gruet Y., Marchand G., Schulting R. 2009, « Harvesting the seashores in the Late Mesolithic of north-western Europe. A view from Brittany», Journal of World Prehistory, T. 22, fasc. 2, p. 93-111.

Dupont C., Laporte L., Courtaud P., Duday H., Gruet Y. 2014, « Perforated shells from an Early Mesolithic cemetery at La Vergne (Charente-Maritime, France): from acquisition to use and (sometimes) to wear » dans Szabó K., Dupont C., Dimitrijević V., Gastélum L. G., et Serrand N., Archaeomalacology: Shells in the Archaeological Record, Oxford, Archeopress (BAR International Series 2666), p. 43-52.

Durkheim E. 1912, Les formes élémentaires de la vie religieuse : le système totémique en Australie, Paris, F. Alcan.

Ferry H. de 1870, Le Mâconnais préhistorique : mémoire sur les âges primitifs de la pierre, du bronze et du fer, en Mâconnais et dans quelques contrées limitrophes, Ouvrage posthume avec notes et additions et appendice par A. Arcelin, Mâcon, Durand, Paris, C. Reinwald.

Fontan P. 2015, « Reconstituer l’histoire d’une collection ancienne : le site mésolithique de Téviec (Morbihan) », rapport de stage de Master 1, Muséum national d’histoire naturelle.

Fontan P. 2016, « Une nouvelle étude des pratiques funéraires à la nécropole mésolithique de Téviec (Morbihan). Anthropologie, archéothanatologie et technologie des coquilles d’origine marine associées aux sépultures », Mémoire de Master « Quaternaire et Préhistoire », Muséum national d’histoire naturelle.

Frazer J.-G. 1887, Totemism, Édimbourg, A. & C. Black.

Hurel A. 2016, « Les Préhistoriques et leurs morts au regard des préhistoriens de la fin du xixe siècle », dans Lumley H. de (dir.) La grotte du Cavillon sous la falaise des Baousse Rousse Grimaldi, Vintimille, Italie, Paris, CNRS.

Lartet É. 1861, « Nouvelles recherches sur la coexistence de l’homme et des grands mammifères fossiles réputés caractéristiques de la dernière période géologique », Annales des sciences naturelles, 4e série, Zoologie, T. 15, p. 177-253

Lartet É. et Christy H. 1864, « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées et autres produits d’art et d’industrie rapportables aux temps primordiaux de la période humaine », Revue archéologique, T. 9, p. 233-267

Leclerc J. et Tarrête J. 1988, « Sépulture » dans Leroi-Gourhan A. (dir.), Dictionnaire de la préhistoire, Paris, Presses universitaires de France, p. 963-964

Lozouet P. et Vigne J.-D. 1994, « Les Invertébrés », dans Vigne J.-D. (dir.), Lîle Lavezzi, hommes, animaux, archéologie et marginalité (xiiie - xxe siècles, Bonifacio, Corse), Paris, CNRS (Monographies du CRA 13), p. 155-164.

Lumley H. de 2016, La grotte du Cavillon sous la falaise des Baousse Rousse Grimaldi, Vintimille, Italie, 3 tomes, Paris, CNRS.

Marchand G. 1999, La néolithisation de louest de la France : caractérisation des industries lithiques, Oxford, Archeopress (BAR International Series 748).

Moro Abadía O. et Nowell A. 2015, « Palaeolithic Personal Ornaments : Historical Development and Epistemological Challenge », Journal of Archaeological Method and Theory, T. 22, p. 952-979

Mortillet G. de 1868, « Sépultures de Solutré, Saône-et-Loire », Matériaux pour lhistoire positive et philosophique de lhomme, T. 4, p. 102-107

Mortillet G. de 1900, Le Préhistorique. LAntiquité de lhomme, 3e éd., Paris, Librairie C. Reinwald.

Péquart M. et S.-J. 1928a, « Technique de fouilles préhistoriques », Revue des musées et Collections archéologiques, T. III, fasc. 14, p. 1-19

Péquart M. et S.-J. 1928b, « Un gisement mésolithique en Bretagne », LAnthropologie, T. 38, Paris, p. 479-493

Péquart M. et S.-J. 1929, « La nécropole mésolithique de Téviec (Morbihan) », LAnthropologie, T. 39, Paris, p. 373-400

Péquart, M. et S.-J. 1954, Hoedic, deuxième station-nécropole du Mésolithique côtier armoricain, Anvers, De Sikkel.

Péquart M. et S.-J., Boule M. et Vallois H.-V. 1937, Téviec : station nécropole mésolithique du Morbihan, Paris, Masson (Archives de l’Institut de Paléontologie humaine, mémoire 18).

Reinach S. 1905, « Survivances du totémisme chez les anciens Celtes », dans Reinach S., Cultes, Mythes et Religions, T. I, Paris, Ernest Leroux, p. 30-78

Rigaud S. 2011, « La parure : traceur de la géographie culturelle et des dynamiques de peuplement au passage Mésolithique – Néolithique en Europe », Thèse de doctorat, Université de Bordeaux.

Rivière É. 1872a, « Sur le squelette humain trouvé dans les cavernes des Baoussé-Roussé (Italie), dites grottes de Menton, le 26 mars 1872 », Comptes rendus hebdomadaires des séances de lAcadémie des sciences, T. 74, p. 1204-1207

Rivière É. 1872b, « Sur l’homme fossile des cavernes des Baoussé-Roussé (Italie), dites grottes de Menton », Comptes rendus hebdomadaires des séances de lAcadémie des sciences, T. 74, p. 1597- 1601.

Schulting R. 1996, « Antlers, bone pins and flint blades : the Mesolithic cemeteries of Téviec and Hoëdic, Brittany », Antiquity, T. 70, fasc. 268, p. 335-350

Schulting R. 1999, « Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan) [Rapport préliminaire] », Bulletin de la Société Préhistorique Française, T. 96, fasc. 2, p. 203-207

Schulting R. et Richards M. 2001, « Dating women and becoming farmers : new palaeodietary and AMS dating evidence from the Breton Mesolithic cemeteries of Téviec and Hoedic », Journal of Anthropological Archaeology, T. 20, p. 314-344

Schulting R., Tresset A., Dupont C. 2004, « From Harvesting the Sea to Stock Rearing Along the Atlantic Façade of North-West Europe », Environmental Archaeology, T. 9, p. 131-142

Taborin Y. 1974, « La parure en coquillages de l’Épipaléolithique au Bronze Ancien en France », Gallia Préhistoire, T. 17, p. 307-417

Taborin Y. 2004, Langage sans parole, la parure aux temps paléolithiques, Paris, La maison des roches, 211 p.

Tresset A. 2003, « De la mer au bétail en domaine atlantique : unité et diversité des processus d’apparition de l’élevage à la marge nord-ouest de l’Europe », Anthropozoologica, T. 36, p. 13-35.

Tresset A. 2005, « L’avifaune des sites mésolithiques et néolithiques de Bretagne (5500 à 2500 av. J.-C.) : implications ethnologiques et biogéographiques », Revue de Paléobiologie, T. 10, p. 83-94

Tresset A. et Vigne J.-D. 2007, « Substitution of species, techniques and symbols at the Mesolithic-Neolithic transition in Western Europe », dans Whittle A. et Cummings V. (dir.), Going over : the Mesolithic/Neolithic transition in NW Europe, Proceedings of the British Academy, T. 144, p. 189-210

Valentin B. 2015, « Paléolithique final et Mésolithique dans le Bassin parisien et ses marges. Habitats, sociétés et environnements : cinq ans de fonctionnement d’un projet collectif de recherche du ministère de la Culture », Les nouvelles de larchéologie, T. 139, p. 51-55.

Notes

1 Le colloque organisé à Toulouse : « Anthropologie physique et archéologie – méthodes d’étude des sépultures » à l’initiative de Henri Duday et Claude Masset en 1982 va contribuer à définir l’objet de la discipline mais également à poser ses bases méthodologiques.

2 Précédemment, des datations radiocarbone sur ossements humains ont également été réalisées proposant une date autour de 5200 cal B.C. (Schulting et Richards, 2001) mais celle-ci se trouve aujourd’hui invalidée suite à des problèmes techniques décelés a posteriori (Schulting, com. pers.).

3 Téviec demeure encore aujourd’hui l’une des rares nécropoles connues sur le territoire français pour la période mésolithique avec celles de Hoedic (Péquart, 1954), La Vergne (Charente-Maritime) (Courtaud et Duday, 2012) et Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) (Valentin, 2015). Au sein de ces quatre autres nécropoles, elle est la plus vaste et la mieux conservée.

4 Directeur de l’Institut de Paléontologie Humaine de Paris de 1911 à 1942 et professeur de paléontologie au Muséum national d’Histoire naturelle.

5 Archéologue, conservateur-directeur du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’Homme de Menton exposé dans les galeries d’anatomie comparée et de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle au Jardin des Plantes (carte postale, DR).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 2 : Situation de l’île de Téviec dans le Morbihan et emplacement de la zone fouillée, au nord-ouest de l’île.
Légende Plan de la zone fouillée avec l’emplacement des sépultures et des foyers. (DAO : J.-M. Large, d’après Péquart et al., 1937, p. 9, 14 et 17)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 1 : Liste des principales espèces présentes sur le site de Téviec (d’après Dupont et al., 2009)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3 : Foyer domestique n° 1.
Légende À gauche : Marthe Péquart à côté du pavement en pierres formant le foyer (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN). À droite : vue du foyer en coupe (Péquart et al., 1937, p. 20).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 4 : Foyer culinaire n° 6.
Légende À gauche : Claude Péquart à côté des pierres formant le foyer (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN). À droite : vue du foyer en coupe (Péquart et al. 1937, p. 23)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5 : Sépulture D renfermant un individu adulte et un individu enfant.
Légende L’adulte a le haut du corps recouvert de bois de cervidés (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 : Foyer funéraire n° 4 surmontant la sépulture A.
Légende Au premier plan, un os de cétacé en forme l’une des parois. Au second plan, on peut voir Hélène Péquart dégageant une hémi-mandibule de cervidé (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 7 : Sépulture A renfermant deux individus adultes, dont un a le haut du corps recouvert de bois de cervidés (Photographie de M. et S.-J. Péquart, 1928, Archives MNHN).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 8 : Stylet façonné dans un métatarsien ou un métacarpien de ruminant, retrouvé dans la sépulture M, d’une longueur de 14 cm (Péquart et al., 1937, planche XII).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 9 : Collier probablement remonté par Marthe Péquart et composé de 305 Trivia sp., onze Nucella lapillus, une Patella, un Dentalium, une Littorina obtusa, ainsi que d’une coquille indéterminée. Celui-ci est aujourd’hui conservé à l’Institut de Paléontologie Humaine (Cliché : P. Fontan).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4679/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Chercheure rattachée au Muséum national d’histoire naturelle,
UMR 7194

Histoire naturelle de l’Homme préhistorique
(CNRS - MNHN - UPVD)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access