Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

Une vie de chien auprès des premiers éleveurs agriculteurs du Néolithique ancien en Europe occidentale

Rose-Marie Arbogast

Résumé

L’importante représentation de vestiges osseux de chien au sein du remplissage du fossé interne du site de Herxheim (Allemagne, Rhénanie-Palatinat) daté du Rubané final est l’occasion de revenir sur la question de la place du chien au Néolithique ancien et de son rôle auprès des premiers éleveurs en Europe occidentale. L’objet de cette contribution est de présenter les caractéristiques de cet assemblage qui représente, pour le Néolithique ancien d’Europe occidentale, la série d’ossements la plus importante attribuée à cet animal. L’état de conservation et de fragmentation, les marques liées à la découpe des carcasses, les traces de cuisson par grillade suggèrent qu’il s’agit de restes d’animaux qui ont été préparés pour la consommation et qui ont fait l’objet de diverses préparations (découpe en quartiers, cuisson par rôtissage à la flamme…). Cette consommation du chien est une pratique circonscrite au fossé interne du site et semble étroitement liée à la nature des activités particulières dont il a été le cadre. Les restes de chien y côtoient d’autres vestiges osseux remarquables comme de nombreuses chevilles osseuses de ruminants, un dépôt de mandibules de carnivores, mais surtout d’importantes accumulations d’ossements humains dont l’état de fragmentation, les nombreuses traces de désarticulation et de prélèvement des chairs, les traces de mâchouillage laissent fortement soupçonner des pratiques de cannibalisme.

Texte intégral

Introduction

1Seul animal domestique auprès des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique en Europe, le chien accompagne la diffusion des animaux domestiques en Europe occidentale au cours du VIe millénaire avant Jésus-Christ. Sur les sites de cette période, la découverte régulière de restes osseux attribuables à cette espèce parmi ceux des animaux domestiques de boucherie permet d’établir sa présence dans l’ensemble de l’aire d’extension des premières communautés agropastorales (Arbogast et al., 2005 ; Horard-Herbin et al., 2014). La question n’est donc pas tant de savoir si cet animal joue un rôle auprès des premiers éleveurs, mais bien plutôt de préciser et de comprendre ce rôle. C’est l’objectif de cette contribution qui s’appuie sur les données inédites du site du Néolithique ancien de Herxheim (Rhénanie-Palatinat). Leur étude apporte un éclairage original sur la place qu’occupe cet animal et sur les traitements dont il fait l’objet. Elle permet aussi d’envisager une approche plus détaillée de la relation particulière instaurée entre l’homme et le chien qui demeure généralement hors de portée des reconstitutions archéologiques du fait de la relative discrétion de sa représentation au sein des assemblages archéologiques.

Le chien sur les sites du Néolithique ancien danubien

2Les ensembles de faune associés aux habitats du Néolithique ancien danubien représentent une des documentations les plus importantes pour approcher la question du rôle des animaux au sein des premières communautés agro-pastorales en Europe occidentale. Les nombreuses analyses menées depuis une cinquantaine d’années soulignent la place prééminente des animaux de boucherie et laissent entrevoir une activité bien établie d’élevage, marquée par le développement d’un important pastoralisme bovin et dans une moindre mesure de celui des petits ruminants et de l’élevage du porc (Arbogast, 1994, 2005 ; Tresset et Vigne, 2001 ; Arbogast et Jeunesse, 2013). La représentation du chien au sein de ces assemblages est très discrète et contrairement à celle des animaux de boucherie, elle est loin d’être systématique. Sur l’ensemble des sites répertoriés, soit environ 160 habitats répartis entre la Pologne et le Bassin parisien, seuls 250 restes osseux attribués au chien (soit moins de 2 ossements par site, pour des occupations qui ont pu s’étirer sur plusieurs siècles) peuvent être répertoriés (Arbogast, 2005 ; Arbogast et al., 2005). La rareté des ossements de chien ne semble pas due à un défaut de représentativité statistique des lots de faune, car même les plus riches d’entre eux, comme ceux provenant des sites de Cuiry-les-Chaudardes (Hachem, 2011), de Vaihingen-an-der Enz (Schäfer, 2010a, 2010b) ou encore Eilsleben (Döhle, 1994), ne recèlent généralement qu’un faible nombre de restes épars totalisant le plus souvent moins de 1 % des restes déterminés (Arbogast et al., 2005). Cette faible visibilité du chien semble très directement liée à la nature de la documentation disponible pour cette période, presque exclusivement formée des restes osseux associés aux dépotoirs d’habitat au sein desquels le chien fait figure de grand absent. À l’évidence, la place du chien ne peut être appréhendée dans ces ensembles principalement constitués de déchets issus de l’exploitation bouchère des animaux et de leur consommation. Cette réalité est en soi significative de la position particulière qui lui revient par rapport aux autres animaux domestiques. Il s’en distingue par le fait qu’il n’est pas consommé et que de ce fait la perception de son rôle se situe hors des possibilités de recouvrement des sources les plus abondantes. Il convient dès lors de changer d’angle de visée et de se tourner vers d’autres types de données.

3Pour s’en convaincre, une première découverte, issue du domaine funéraire peut être mobilisée. Il s’agit d’une sépulture d’un homme et d’un chien, découverte dans la nécropole de Mitterndorf (Autriche) (fig. 1) datée du Rubané, dotée d’un riche mobilier funéraire comprenant une herminette, une valve de spondyle, une meule (Blesl, 2005 ; Bickle et Whittle, 2005). Le squelette complet d’un animal adulte (âge estimé à 3-4 ans), était disposé dans la partie inférieure de la fosse sépulcrale, en position étendue sur son flanc droit, au contact direct des pieds du squelette de l’homme. Cette position et le fait que l’animal a probablement été tué pour accompagner le défunt ne laissent guère de doute au sujet de l’intentionnalité de la communauté de traitement funéraire appliqué au chien et à l’homme. Cette découverte n’est pas sans évoquer celles d’inhumations de chiens attestées dans les nécropoles de chasseurs-cueilleurs de Vedbaeck et de Skateholm au Danemark (Larsson, 1990). Elle traduit un statut privilégié que les données de sites d’habitat ne laissent pas soupçonner. Elle est l’un des rares indices directs de l’existence d’une relation symbolique tellement forte entre le chien et les premiers éleveurs, que le besoin de sa perpétuation dans l’au-delà s’est fait ressentir.

Figure 1 : Vue de la sépulture 481 de la nécropole de Mitterndorf (Autriche) datée du Rubané.

Figure 1 : Vue de la sépulture 481 de la nécropole de Mitterndorf (Autriche) datée du Rubané.

Cliché Abteilung für Archäologie Bundesdenkmalamt Österreich.

Les restes de chien du site de Herxheim

4D’autres indices du statut particulier du chien auprès des éleveurs agriculteurs du Néolithique ancien sont livrés par l’étude de l’important site de Herxheim (Allemagne, Rhénanie-Palatinat) (fig. 2) qui a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles menées par le Landesdenkmalamt de Speyer et un programme de recherches de la Deutsche Forschungs Gemeinschaft (DFG) auquel étaient associés des chercheurs français (archéologues, archéozoologues et anthropologues). Les travaux sur le terrain se sont échelonnés entre 1996 et 2010. Ils ont révélé une occupation du Néolithique ancien, datée entre 5300 et 4950 avant notre ère, avec un habitat qui se déploie à l’intérieur d’un espace délimité par une structure fossoyée, qui se présente comme une double enceinte reconnue sur plusieurs centaines de mètres et partiellement fouillée (fig. 2) (Zeeb-Lanz, 2009 ; Zeeb-Lanz et al., 2008, 2016). Cette double enceinte correspond en fait à un aménagement d’un type particulier pour lequel l’appellation « enceinte de type Rosheim » s’est généralisée, à la suite des travaux de Ch. Jeunesse (1996). Il s’agit en fait d’un pseudo-fossé constitué de fosses juxtaposées sur un tracé préétabli. Bien séparées les unes des autres au début de l’utilisation du site, les fosses finissent par occuper toute la circonférence de l’enceinte au fur et à mesure de l’utilisation du site et de l’aménagement de nouvelles fosses. Du fait de nombreux chevauchements et recoupements, les espaces entre les fosses finissent par disparaître, donnant l’impression d’une continuité qui n’a en fait jamais existé. L’installation peut se compléter par l’aménagement de plusieurs lignes parallèles de fosses. Il faut donc se représenter un ensemble de fosses alignées, certaines comblées, d’autres fraîchement creusées, se juxtaposant ou se recoupant. La variabilité des dimensions des fosses et de leur morphologie suggère le creusement de fosses par des groupes différents (Jeunesse, 1996). La rareté du mobilier associé à ce type de structures ne permet généralement pas de détailler l’historique des aménagements qui peuvent s’étendre sur une durée assez longue, ce qui permet d’écarter l’hypothèse d’une fonction défensive ou économique au profit d’une vocation cérémonielle. L’enceinte de Herxheim se distingue par un très abondant mobilier associant des vestiges de céramiques, d’outillage lithique, de très nombreux ossements humains ainsi que des restes de faune (Arbogast, 2009). D’après les caractéristiques stylistiques des très nombreux tessons décorés, la formation des assemblages associés aux deux rangées de fosses de l’enceinte peut être datée de l’étape finale du Rubané, aux alentours de 5000 BC. Elle marque la fin de l’occupation du site attestée dès l’étape ancienne et signe l’étape ultime du fonctionnement de l’enceinte (Boulestin et al., 2009, Zeeb-Lanz et al., 2016). C’est à cette période déterminante de l’histoire du site que se rapportent les assemblages de restes de faune les plus importants. Ceux associés aux fossés sont riches de plus d’un millier de restes pour ceux issus du fossé externe tandis que pour le fossé interne près de 4000 restes sont disponibles. Moins importants, ceux provenant de la zone d’habitat datés de la même période mobilisent néanmoins des ensembles assez conséquents (2650 restes) (tab. 1). Les restes de faune des fossés sont associés à de riches ensembles de vestiges mobiliers (céramique, lithique) ainsi qu’à de nombreux restes humains dont l’état de fragmentation et les nombreux stigmates de découpe et de prélèvement des masses musculaires et d’exposition au feu renvoient à des pratiques d’anthropophagie (Boulestin et al., 2009 ; Boulestin et Coupey, 2015).

Figure 2 : Localisation géographique et plan du site de Herxheim (Allemagne, land de Rhénanie-Palatinat).

Figure 2 : Localisation géographique et plan du site de Herxheim (Allemagne, land de Rhénanie-Palatinat).

5La composition des différents lots de faune reflète le rôle prépondérant accordé aux animaux domestiques et plus particulièrement aux bovins (Arbogast, 2009) (tab. 1). L’exploitation de la faune sauvage n’est pas délaissée comme le suggère la chasse privilégiée des grands ongulés sauvages (aurochs, cerf, sanglier) mais sa faible contribution ne permet pas de lui conférer un rôle important comme ressource de l’approvisionnement carné. Le rôle de l’élevage bovin est le plus marqué durant l’étape ancienne. Dès l’étape moyenne sa prépondérance tend à marquer le pas en faveur d’un recours plus équilibré aux animaux domestiques de plus petit gabarit. Plus favorable aux petits ruminants au Rubané moyen et récent, cette réorientation consacre le porc comme principal animal d’élevage au Rubané final qui se constate tant pour les assemblages de faune associés aux structures d’habitat que ceux issus des deux fossés. La différence la plus importante qui distingue les assemblages issus des différents contextes a trait à la représentation des restes de chien qui se retrouvent plus particulièrement dans le fossé interne alors qu’ils ne sont presque pas attestés ailleurs sur le site à l’exception d’un petit nombre d’entre eux (n = 17) issus de structures de la zone d’habitat contemporaines de la dernière phase d’utilisation de l’enceinte (fig. 3). Au total, 279 restes de chien, dont 256 issus du fossé interne, se rapportant à un nombre minimum de 13 individus ont pu être identifiés. Cet assemblage concentre plus de restes de chien que ceux disponibles dans l’ensemble des sites de la culture rubanée et représente la seule série conséquente d’ossements de chien disponibles datée du Néolithique ancien.

Tableau 1 : Décomptes (en nombre de restes) des ossements de faune, par étapes chronologiques et types de structures.

Tableau 1 : Décomptes (en nombre de restes) des ossements de faune, par étapes chronologiques et types de structures.

Figure 3 : Variation de la représentation des restes des animaux domestiques dans les différentes structures du site de Herxheim (en pourcentages sur le nombre de restes).

Figure 3 : Variation de la représentation des restes des animaux domestiques dans les différentes structures du site de Herxheim (en pourcentages sur le nombre de restes).

6La représentation de cet animal au sein de rejets de consommation est une caractéristique très originale qui ne se retrouve dans aucune autre structure du site ni sur aucun autre site contemporain sur lesquels les chiens ne font généralement pas partie des animaux consommés (Arbogast, 2005). Elle renvoie à une pratique particulière qui semble aussi se traduire par des modalités de traitement des carcasses singulières manifestes tant au niveau de la fragmentation, de la mise en portion des carcasses, de la sélection des parties que du mode de préparation.

7Ces ossements de chien sont assez bien conservés, souvent complets et indemnes de fracturation, contrairement aux ossements des ongulés sauvages et domestiques avec lesquels ils ont été rejetés et dont l’état de fragmentation systématique (fig. 4), traduit une exploitation détaillée et intensive des carcasses des animaux dont tous les éléments sont systématiquement désarticulés, isolés et fracturés. Les carcasses de chien ne semblent pas non plus avoir fait l’objet d’une découpe très détaillée dans la mesure où la plupart de ces ossements proviennent de petites concentrations de pièces anatomiquement proches. Ces éléments ne sont plus en connexion anatomique mais n’ont pour autant pas été dispersés dans le fossé, comme si chacun de ces petits ensembles de restes de chien résultait de rejets de quartiers d’animaux. Dans le détail, certaines de ces concentrations au sein du fossé interne, semblent correspondre à des segments anatomiques et permettent de reconstituer des parties de carcasses plus ou moins conséquentes : rachis, tronçons de colonne vertébrale, membres antérieurs et postérieurs, grills costaux… (fig. 5). Les traces de découpe observées ne sont pas très abondantes malgré un examen soigneux de l’ensemble des restes osseux sous binoculaire. Les plus nombreuses concernent les vertèbres et la zone sacrum, coxal et fémur (fig. 6, fig. 7A et fig. 7B). Par leur localisation, ces traces semblent plus relever de l’écorchement et de la désarticulation et témoignent plutôt de la préparation et du partage des carcasses que du prélèvement de la viande.

8Des marques de l’action du feu sous forme de larges zones brunies et desquamées ont été observées sur les mandibules ainsi que sur les maxillaires (fig. 7C), tandis que bon nombre de dents, à l’émail noirci et fissuré, arborent les stigmates d’une exposition directe aux flammes qui peuvent être mises en relation avec un mode de cuisson par rôtissage.

Figure 4 : Variation du taux de préservation, qui représente la part conservée, des ossements animaux dans les différentes structures du site de Herxheim.

Figure 4 : Variation du taux de préservation, qui représente la part conservée, des ossements animaux dans les différentes structures du site de Herxheim.

Figure 5 : Origine anatomique des restes de chien de différents lots issus du fossé interne du site de Herxheim.

Figure 5 : Origine anatomique des restes de chien de différents lots issus du fossé interne du site de Herxheim.

Figure 6 : Localisation des traces de découpe (traits noirs) et de brûlures (zones grisées) relevées sur les restes de chien du site de Herxheim (représentation de toutes les traces compilées sur une seule face).

Figure 6 : Localisation des traces de découpe (traits noirs) et de brûlures (zones grisées) relevées sur les restes de chien du site de Herxheim (représentation de toutes les traces compilées sur une seule face).

Figure 7 (A) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de désarticulation sur la branche montante de mandibules.

Figure 7 (A) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de désarticulation sur la branche montante de mandibules.

Clichés R.-M. Arbogast.

Figure 7 (B) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de désarticulation sur les condyles articulaires de l’atlas.

Figure 7 (B) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de désarticulation sur les condyles articulaires de l’atlas.

Clichés R.-M. Arbogast.

Figure 7 (C) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de brûlures sur les dents et l’os maxillaire.

Figure 7 (C) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de brûlures sur les dents et l’os maxillaire.

Clichés R.-M. Arbogast.

9Ces restes de chien se répartissent sur l’ensemble du squelette avec néanmoins une sur-représentation marquée des parties crâniennes par rapport au rachis et aux membres. Les mandibules qui correspondent à la partie squelettique la plus représentée attestent la présence d’au moins 13 d’individus alors que les autres régions du squelette se rapportent à un nombre minimal qui ne dépasse pas 6 individus. Les ossements de chien se rapportent principalement à de jeunes animaux d’après l’état d’épiphysation des os longs. La plupart des mandibules et restes crâniens sont marqués par la présence de la dentition définitive qui est acquise à partir de 6 mois (Schmid, 1972). Des mandibules avec des dentitions lactéales sont également observées et attestent la présence de trois chiots. La majorité des premières molaires (7/13) sont non usées et se rapportent à de jeunes adultes (Horard-Herbin et al., 2014) tandis qu’un état d’usure plus marqué correspondant à un animal plus avancé en âge ne s’observe que sur une seule mandibule. Les os du squelette appendiculaire présentent en grande majorité des épiphyses soudées et indiquent également la prédominance d’individus matures. Quelques restes de jeunes chiots sont attestés par des vertèbres et une épiphyse distale de radius non soudées. Cette distribution des âges ne laisse pas transparaître une sélection très active. Mêlés aux autres catégories de vestiges, pour lesquels une durée d’accumulation assez brève, de moins d’un demi-siècle peut être avancée (Denaire, 2009 ; Boulestin et Coupey, 2015) rien ne permet d’exclure que ces reliefs de la consommation de chien ne reflètent, de la même manière que celle des humains, des pratiques très circonscrites dans le temps et correspondent à des épisodes ponctuels, et s’inscrivent dans des évènements qui ont marqué l’histoire de ce site.

10L’ensemble de ces caractéristiques apparaissent très cohérentes avec des pratiques de boucherie, d’une découpe par quartiers et de la préparation de pièces de viande destinées à la consommation. Exceptionnelle dans le contexte des sociétés du Néolithique ancien, la consommation de cet animal apparaît aussi hors normes dans la mesure où elle procède d’un modus operandi distinct de celui des animaux qui font traditionnellement l’objet d’une exploitation bouchère. La faible fragmentation de même que la rareté des traces de prélèvement de la viande suggèrent un partage des carcasses moins détaillé, sous forme de pièces de viande préparées entières et pour la préparation desquelles la cuisson par rôtissage semble privilégiée. La moindre dispersion de ces restes de quartiers de chien dans le fossé peut par ailleurs refléter des épisodes de rejets très ponctuels principalement circonscrits au fossé interne. Exceptionnelle et hors normes, la consommation du chien sur ce site apparaît directement liée à la fonction de cette structure et à la nature des activités particulières auxquelles elle a servi de cadre. Les restes de chien y côtoient d’autres vestiges osseux remarquables comme de nombreuses chevilles osseuses de ruminants, un dépôt de mandibules de carnivores mais surtout d’importantes accumulations d’ossements humains dont l’état de fragmentation, les nombreuses traces de désarticulation et de prélèvement des chairs, les traces de mâchonnement renvoient à des pratiques de cannibalisme (Boulestin et Coupey, 2015). L’hypothèse privilégiée dans l’état actuel des recherches est celle d’un cannibalisme guerrier, mené à une échelle assez importante, et la survenue d’une profonde crise de la société rubanée qui se traduirait par un ébranlement des valeurs avec une destruction méthodique et systématique des corps humains et des mobiliers (Boulestin et Coupey, 2015 ; Zeeb-Lanz et al., 2016).

Conclusion

11Tant les modalités que le contexte dans lequel s’inscrit le traitement du chien sur le site de Herxheim participent à souligner le statut particulier de cet animal ainsi que l’étroitesse de ses relations avec l’homme. Comme le suggère sa discrétion sur les sites d’habitat où ses ossements ne se mêlent pas aux reliefs culinaires qui font l’ordinaire de la documentation accessible, sa consommation ne s’inscrit pas dans l’ordre des choses qui structure la vie quotidienne et la vie entre les hommes et les chiens sur les sites du Néolithique ancien. Concomitante avec celle de la chair humaine, la consommation du chien apparaît ainsi tout aussi transgressive et révélatrice de la déstabilisation des règles qui encadraient la relation entre l’homme et le chien, augurant probablement un nouveau chapitre de l’histoire de l’interaction entre l’homme et cet animal.

Bibliographie

Arbogast R.-M. 1994, Premiers élevages néolithiques du Nord-Est de la France. Liège, ERAUL 67.

Arbogast R.-M. 2005, « Aspects de la relation au monde animal dans les sociétés du Néolithique ancien danubien », dans J. Lüning., C. Frirdich. et A. Zimmermann (dir.), Die Bandkeramik im 21. Jahrhundert. Symposium in der Abtei Brauweiler bei Köln (16.9-19.9 2002). Internationale Archäologie, Arbeitsgemeinschaft, Symposium, Tagung, Kongress. Bd 7, Rahden/Westf. Verlag Maria Leidorf, p. 247-258.

Arbogast R.-M. 2009, « Les vestiges de faune associés au site et structures d’enceinte du site rubané de Herxheim (Bade-Wurtemberg, Allemagne) », dans A. Zeeb-Lanz (ed.), Krisen – Kulturwandel – Kontinuitäten. Zum Ende der Bandkeramik in Mitteleuropa. Actes de table ronde de Herxheim bei Landau (Palatinat). 14 au 17 juin 2007. Rahden/Westf. Verlag Marie Leidorf, p. 53-60. 

Arbogast R.-M., Deschler-Erb S., Marti-Grädel E., Plüss P., Hüster-Plogmann H. et Schibler J. 2005, « Du loup au chien des tourbières. Les restes de canidés sur les sites lacustres entre Alpes et Jura », Revue de Paléobiologie, vol spéc. 10, p. 171-183.

Arbogast R.-M. et Jeunesse C. 2013, « Early Neolithic pastoral traditions and cultural groups in northern France », dans S. Colledge, J. Conolly, K. Dobney, K. Manning, S. Shennan (dir.), The Origins and Spread of Domestic Animals in Southwest Asia and Europe. Walnut Creek (CA), Left Coast Press, p. 271-282.

Bickle P. et Whittle A. 2013, The First Farmers of Central Europe : Diversity in LBK Lifeways. Oxford, Oxbow Books, Cardiff Studies in Archaeology.

Blesl C. 2005, « Das Altneolithikum – Linearbandkeramik », dans Zeitschienen : Archäologische Funde aus 20 000 Jahren, Vom Tullnerfeld ins Traisental, Fundberichte aus Österreich, Materialhefte Riehe A, Sonderheft 2, Wien, Herausgeber Bundesdenkmalamt, p. 64-68.

Boulestin B. et Coupey A.-S. 2015, Cannibalism in the Linear Pottery Culture : The Human Remains from Herxheim, Oxford, Oxuniprint, Archaeopress Archaeology.

Boulestin B., Zeeb-Lanz A., Jeunesse C., Haack F., Arbogast R.-M. et Denaire A. 2009, « Mass cannibalism in the Linear Pottery Culture at Herxheim (Palatinate, Germany) », Antiquity, vol. 83, p. 968-982.

Denaire A. 2009, « Zusammensetzungen von Keramik in den Grubenringen », dans Zeeb-Lanz A. (dir.), Krisen-Kulturwandel-Kontiniuitäten – Zum Ende der Bandkeramik in Mitteleuropa, Actes de la table ronde de Herxheim bei Landau (Palatinat), 14 au 16 juin 2007, Rahden/Westf., Verlag Marie Leidorf, p. 70-76. (Internationale Archäologie 120)

Döhle H.-J. 1994. Die Linienbandkeramischen Tierknochen von Eilsleben, Börderkreis. Ein Beitag zur neolithischen Haustierhaltung und Jagd in Mitteleuropa. Halle, Veröffentlichungen des Landesamtes für archäologische Denkmalpflege Sachsen-Anhalt 47.

Hachem L. 2011, Le site néolithique de Cuiry-lès-Chaudardes – I. De l’analyse de la faune à la structuration sociale. Rahden/Westf. Verlag Marie Leidorf, Internationale Archäologie 120.

Horard-Herbin M.-P., Tresset A. et Vigne J.-D. 2014, « Domestication and uses of the dog in western Europe from the Paleolithic to the Iron Age ». Animal Frontiers, vol. 4, p. 23-31. doi : 10.2527/af.2014-0018.

Jeunesse C. 1996, « Les enceintes à fossés interrompus du Néolithique danubien ancien et moyen et leurs relations avec le Néolithique récent », Archäologisches Korrespondenzblatt, vol. 26, p. 251-261.

Larsson G. 1990, « Dogs in fraction-Symbols in action », dans P.-M. Vermeersch et P. van Peers (dir.), Contributions to the Mesolithic in Europe. Leuwen, Leuwen University Press, p. 153-160.

Schaefer M. 2010a, « Archäozoologische Untersuchungen der Tierknochen aus der linearbandkeramischen Siedlung Vaihingen/Enz (Kreis Ludwigsburg D) und ihre Interpretation », Inauguraldissertation zur Erlangung des Grades eines Doktors der Philosophie vorglegt der Philosophisch-Naturwissenschaftlichen Fakultät der Universität Basel. 4 volumes.

Schäfer M. 2010b, « Viehzucht- und Jagdstrategien der ersten Bauern in Süddeutschland ». dans Classen E., Doppler T. et Ramminger B. (dir.), Familie - Verwandtschaft - Sozialstrukturen : Sozialarchäologische Forschungen zu Neolithischen Befunden. Fokus Jungsteinzeit, Kerpen-Loogh, Berichte der AG Neolithikum, Band 1, p. 107-118.

Schmid E. 1972, Knochenatlas für Prähistoriker, Archäologen und Quartärgeologen. Amsterdam-London- New York. Elsevier Publishing Company 159 S., 39 Abb., XXXVII Taf.

Tresset A. et Vigne J.-D. 2001, « La chasse, principal élément structurant la diversité des faunes archéologiques du Néolithique ancien, en Europe tempérée comme en Méditerranée », dans R.-M. Arbogast, C. Jeunesse et J. Schibler (dir.), Rôle et Statut de la Chasse dans le Néolithique ancien danubien (5500-4900 av. J.-C.), Rahden/Westf., Marie Leidorf, p. 129-152. (Internationale Archäologie 1)

Zeeb-Lanz A. 2009, « Gewaltszenarien oder Sinnkrise ? Die Grubenanlage von Herxheim und das Ende der Bandkeramik », dans A. Zeeb-Lanz (dir.), Krisen Kulturwandel – Kontinuitäten. Zum Ende der Bandkeramik in Mitteleuropa, Actes de la table ronde de Herxheim bei Landau (Palatinat), 14 au 16 juin 2007, Rahden/Westf Marie Leidorf, p. 87-102.

Zeeb-Lanz A., Arbogast R.-M., Haack F., Haidle M.-N., Jeunesse Ch., Orschiedt J., Schimmelpfennig D. et Van Willigen S. 2008, « The LBK settlement with pit enclosure at Herxheim near Landau (Palatinate). First results », dans D. Hofmann et P. Bickle (dir.), Creating communities. New advances in central european Neolithic research, Oxford, Oxbow books, p. 199-215.

Zeeb-Lanz A., Arbogast R.-M., Bauer S., Boulestin B., Coupey A.-S., Denaire A., Haack F., Jeunesse C., Schimmelpfennig D. et Turck R. 2016, « Human Sacrifices as “Crisis Management” ? », dans C. A. Murray (dir.), Diversity of Sacrifice. Albany, State University of New York Press, p. 171-189.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vue de la sépulture 481 de la nécropole de Mitterndorf (Autriche) datée du Rubané.
Crédits Cliché Abteilung für Archäologie Bundesdenkmalamt Österreich.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2 : Localisation géographique et plan du site de Herxheim (Allemagne, land de Rhénanie-Palatinat).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 1 : Décomptes (en nombre de restes) des ossements de faune, par étapes chronologiques et types de structures.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 3 : Variation de la représentation des restes des animaux domestiques dans les différentes structures du site de Herxheim (en pourcentages sur le nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4 : Variation du taux de préservation, qui représente la part conservée, des ossements animaux dans les différentes structures du site de Herxheim.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 5 : Origine anatomique des restes de chien de différents lots issus du fossé interne du site de Herxheim.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 : Localisation des traces de découpe (traits noirs) et de brûlures (zones grisées) relevées sur les restes de chien du site de Herxheim (représentation de toutes les traces compilées sur une seule face).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 7 (A) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de désarticulation sur la branche montante de mandibules.
Crédits Clichés R.-M. Arbogast.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 7 (B) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de désarticulation sur les condyles articulaires de l’atlas.
Crédits Clichés R.-M. Arbogast.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 7 (C) : Vues de différents types de marques relevées sur les restes osseux de chien du site de Herxheim. Traces de brûlures sur les dents et l’os maxillaire.
Crédits Clichés R.-M. Arbogast.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4659/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

Auteur

CNRS-UMR 7044 ARCHIMèDE

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access