Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

Loups et chiens au Néolithique et au Moyen Âge en France méditerranéenne

Vianney Forest et Isabelle Rodet-Belarbi

Résumé

Une synthèse exploratoire sur les os de grands canins de l’époque romaine a montré qu’ils pouvaient tout aussi bien appartenir à un chien de grande taille qu’à un loup (Canis lupus). Ce travail a été étendu au Néolithique en Languedoc, et au Moyen Âge en France méridionale afin de cerner la variabilité morphologique du chien et d’essayer de retrouver le loup par des raisonnements indirects. La période néolithique nous a paru intéressante car d’après le travail synthétique de R. Harcourt (1974) en Grande-Bretagne et nos observations recueillies au fil des études, la taille seule semblait suffire à séparer les deux espèces. Les données issues des sites archéologiques languedociens permettent de tester cette impression. Au contraire, l’approche appliquée au Moyen Âge confirme les résultats obtenus pour la période romaine, et montre que leur différentiation via l’analyse ostéométrique des os longs est irréalisable à défaut de critères ostéologiques morphoscopiques satisfaisants.

Texte intégral

  • 1 Collection de comparaison de l’UMR 7264, CEPAM, Nice. Le sexe de cet animal n’est malheureusement p (...)
  • 2  D’autres exemples d’os de grands canins dont l’identification spécifique est délicate sont signalé (...)
  • 3  La borne inférieure de l’intervalle de variation de la hauteur au garrot du loup italien dépend de (...)
  • 4 Deux mâles récemment tués à Simplon et à Reckingen (Suisse) avaient 64 cm de hauteur au garrot (Stu (...)

1L’identification archéozoologique du loup à partir des os longs a longtemps reposé sur un principe simple, pour ne pas dire simpliste : « si c’est grand, c’est du loup », à l’instar des couples de formes domestique et sauvage que sont le cochon et le sanglier ou le bœuf et l’aurochs. En effet, à ce jour, aucun travail n’a mis en évidence, sur les os longs, des critères morphoscopiques discriminants satisfaisants entre les deux espèces pour les périodes protohistoriques et historiques, immédiatement utilisables par l’archéozoologue travaillant en archéologie préventive (Pluskowski, 2006). Dans ce cadre, deux problèmes se posent immédiatement lors de la détermination spécifique des os longs de grands canins. D’une part, un certain nombre d’entre eux présentent des proportions intermédiaires entre les individus supposés domestiques ou sauvages, et de ce fait ne peuvent être attribués à l’une des espèces. Pour illustration, un humérus venant du site archéologique de Saint-Contest (Calvados, fin vie-viie siècle ; Rodet-Belarbi, 2013), placé entre deux humérus de chiens et l’humérus d’un loup de lignée italienne provenant du Parc du Mercantour (Alpes-Maritimes)1 (fig. 1), ne peut être rapporté à l’une des deux formes qui elles-mêmes sont très proches, et être attribué avec certitude à l’une ou l’autre des espèces2. D’autre part, le loup est souvent beaucoup moins grand que dans l’imaginaire collectif qui en a fait un animal redoutable, donc puissant, en raison de ses attaques parmi les populations paysannes (Moriceau, 2007, 2014). Ainsi, les plus petites louves de la lignée italienne, qui en France fréquentent actuellement les Alpes, le Sud-Est et le département des Pyrénées-Orientales, sont à peine plus grandes qu’un grand épagneul breton par exemple. Elles ont une hauteur au garrot de 50 cm3 tandis que les plus grands mâles approchent 70 cm4 (Vivianni et al., 2006, p. 34).

Figure 1 : Comparaison entre deux humérus de chien médiévaux (à gauche), un humérus de loup du Parc du Mercantour (Alpes-Maritimes, à droite) et un humérus mis au jour sur le site archéologique de Saint-Contest (Calvados, fin vie siècle – viie siècle, au centre) (Cliché I. Rodet-Belarbi).

Figure 1 : Comparaison entre deux humérus de chien médiévaux (à gauche), un humérus de loup du Parc du Mercantour (Alpes-Maritimes, à droite) et un humérus mis au jour sur le site archéologique de Saint-Contest (Calvados, fin vie siècle – viie siècle, au centre) (Cliché I. Rodet-Belarbi).

2Cette sous-population italienne est une des trois qui vivent en Europe. Le loup eurasien que l’on retrouve aujourd’hui dans le nord et l’est de la France est plus grand. Sa taille varie de 60 à 80 cm, voire 90 cm pour les grands mâles. Le loup ibérique, cantonné dans le quart nord-ouest de la péninsule, est à peine moins grand avec une hauteur au garrot de 60 à 80 cm au maximum. Ces données d’animaux contemporains constituent nos références puisque rien ne nous renseigne sur le format des loups des périodes proto- et historiques, au moins dans le sud de la France.

3Munis de ces deux constats, nous avions mené une première étude sur les os longs dits de loup qui nous avait conduits à conclure que les plus grands os attribués dans un premier temps au loup pouvaient tout aussi bien être ceux de grands chiens (Rodet-Belarbi et Forest, 2014). En conséquence, il nous avait semblé plus juste de parler alors d’os canins, c’est-à-dire appartenant au groupe des os de morphologie proche du chien et du loup, voire du renard pour de plus petits.

4Nous étendons ici notre enquête aux périodes néolithique en Languedoc, médiévale et moderne en France méridionale, à l’aide des données issues des sites de notre zone d’étude usuelle, afin de voir si les modalités de distribution des valeurs mesurées sur les os longs peuvent permettre d’isoler le loup parmi les ossements.

  • 5  Il nous était matériellement impossible de constituer ce corpus à partir des collections muséales (...)
  • 6  Notre présentation repose sur le postulat que les formules d’estimation des hauteurs au garrot s’a (...)
  • 7  Cette présentation est critiquable car elle fait figurer deux valeurs liées entre elles. En effet, (...)

5Notre approche, de nature ostéométrique, concerne trois os longs qui sont les plus solides, et donc les mieux conservés sur les sites archéologiques. Deux appartiennent au membre thoracique, l’humérus, support du bras, et le radius, un des rayons de l’avant-bras avec l’ulna/cubitus. Le troisième vient du membre pelvien, le tibia, axe de la jambe. Nous avons choisi de croiser la grande longueur de l’os avec la largeur minimale de la diaphyse. Toutefois comme nous disposons pour les loups actuels essentiellement des hauteurs au garrot limites toisées sur le vivant, et non de corpus de mesures osseuses5, nous avons repris le procédé de comparaison graphique qui croise la hauteur au garrot déduite des mesures d’ossements selon des formules établies par F. Koudelka (1885) et ajustées par R. A. Harcourt (1974)6, et l’indice de robustesse qui est le rapport de la largeur minimale de la diaphyse à la grande longueur7.

Au Moyen Âge

  • 8 Cette estimation du Nombre Minimum d’Individus, calculée à l’échelle du puits, repose sur les atlas

6Vingt-quatre sites répartis entre seize villes de France méridionale ont livré des os de canins entiers mesurables (fig. 2). Mais les données métriques recueillies sont éparses. Aussi, avons-nous ajouté un site qui est une exception géographique à notre entreprise. Il s’agit du village Wy-dit-Joly-Village dans le Val d’Oise où un puits dont le comblement daté du xiiie siècle contenait une très grande quantité d’ossements, notamment de canins. L’étude archéozoologique, réalisée par Laurent Falières (1994), a restitué un minimum de 44 animaux8. La plupart d’entre eux ont été reconnus comme des jeunes chiens de type doligo-mésocéphale et de constitution assez gracile d’après les morphologies crâniennes, et pour quatre autres individus, comme des chiens de type brachymèle (Ibid., p. 260, 268) qui est la forme « basset » à l’exemple des teckels actuels. Ce lot fournit ainsi une première image des diverses morphologies de canins, dans une unité d’espace et de temps étroite.

Figure 2 : Liste des sites en France méridionale ayant livré des os entiers de canins mesurables, classés par période chronologique.

Figure 2 : Liste des sites en France méridionale ayant livré des os entiers de canins mesurables, classés par période chronologique.

En gras, les communes et les sites ayant livré des os de grands canins.

7La série de 22 humérus entiers présente un indice de robustesse d’environ 7 (fig. 3), qui définit des animaux eumétriques. Leurs hauteurs au garrot estimées varient de 40 à 65 cm. Des os courts nettement plus robustes, dont l’indice se situe entre 11 et 12, appartiennent à la forme « basset ». Les mesures des ossements issus des sites méridionaux amplifient un peu la variabilité de la robustesse des formes eumétriques avec la présence d’individus plus petits dont la taille avoisine 32 cm au garrot. D’autres petits canins à pattes robustes apparaissent également.

  • 9 Collection de comparaison de l’UMR 8215, Trajectoires, Nanterre. Tous nos remerciements vont à Lamy (...)
  • 10  Notons que si la limite inférieure du loup italien retenue est celle de 60 cm, cette alternative d (...)

8Nous avons apposé les limites de variation des hauteurs au garrot des loups actuels ainsi que les mesures de deux humérus issus l’un, du squelette de loup italien actuel précédemment cité, et l’autre, d’un loup mâle actuel de Bulgarie9. Les humérus canins médiévaux de la France méridionale empiètent à peine la variabilité du loup eurasien, alors qu’ils recouvrent un peu plus de la moitié de celle du loup italien. Il apparaît ainsi très nettement que les conclusions établies lors de l’identification spécifique des humérus archéologiques vont dépendre du choix de la population lupine de référence10.

Figure 3 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 3 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

9Les tibias canins archéologiques dessinent la même image que les humérus (fig. 4). La robustesse des formes « basset » est un peu plus étendue tandis que la confrontation avec les hauteurs au garrot du loup augmente très légèrement l’amplitude des chevauchements, notamment celle avec le loup italien.

Figure 4 : Tibias de canins provenant de sites médiévaux et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 4 : Tibias de canins provenant de sites médiévaux et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

10Enfin, le radius offre une distribution similaire à celles des deux premiers os longs (fig. 5). Lors de travaux précédents relatifs à la période romaine en Gaule, nous avions réuni les mesures de radius de chiens mis au jour dans le comblement de puits et de fosses à Nîmes (Gard ; Barberan et al., 2014), à Narbonne (Aude ; Forest et Fabre, 2011) et à Barzan (Charente-Maritime ; Rodet-Belarbi et coll., 2011), corpus augmenté par les données métriques regroupées par J. Peters (1998) sur les chiens romains de Germanie. Ces mesures complètent les vides de la répartition constituée à partir de notre échantillon médiéval, sans déplacer pour autant les principales limites établies à partir des distributions méridionales. Dans la zone de confluence avec les loups actuels, ils augmentent de 3 cm la hauteur au garrot maximale de l’échantillon.

Figure 5 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 5 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

11Mais alors, où est donc le loup médiéval ? Prenons l’exemple du site de Pech de Bonal à Fontanes, habitat rural isolé dans le Lot, occupé de la fin du xiie siècle à la première moitié du xiiie siècle. Nous avions identifié un humérus et un tibia comme provenant d’un loup, en raison des grandes longueurs et largeurs diaphysaires (Boudartchouck et coll., 1997-1998, p. 83). L’humérus a été replacé parmi les exemplaires mis au jour à Wy-dit-Joli-Village et dans les divers sites médiévaux méridionaux (fig. 6). Que nous prenions le loup italien actuel ou le loup eurasien comme référence de la population lupine médiévale, il est impossible de dire si ces grands os sont ceux d’un chien ou d’un loup. Donc nous sommes obligés de parler de « grands canins » pour eux comme pour tout os issu d’un site du Moyen Âge entrant dans cette zone de recouvrement des mesures. Néanmoins, l’hypothèse d’une population médiévale de loup de même taille que le loup eurasien actuel permet d’élaborer un raisonnement plus positif. Si des spécimens de loup figurent parmi les grands os canins, il faudrait conclure qu’ils proviennent uniquement de petites femelles puisque ces grands os canins, dont celui de Fontanes, ne couvrent qu’un modeste tiers inférieur de la variabilité du loup eurasien. Les occupants des sites auraient ainsi procédé à un même tri parmi les loups, malgré la diversité chronologique et géographique des lieux de découverte. Une telle uniformité de comportement humain serait surprenante, bien que non exclue. En conséquence, nous aurions tendance à conclure que, dans le cas où la population locale de loups médiévaux est de taille similaire à celle de loups eurasiens actuels, les grands os canins sont essentiellement ceux de chiens. Les os de grands canins de Fontanes illustrent l’importance du choix des populations référentielles lupines utilisées par l’archéozoologue dans la perception du loup et l’identification des os archéologiques des grands canins. Le résultat peut en effet totalement changer selon le référentiel utilisé.

Figure 6 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux et du site de Fontanes (Lot), et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 6 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux et du site de Fontanes (Lot), et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
  • 11  Le cadavre de l’animal a été inhumé durant le ier siècle après J.-C., sur le site de Jemgumkloster (...)
  • 12  Rappelons ici que des représentants de certaines races canines actuelles atteignent ou dépassent l (...)

12Très récemment, les squelettes de six loups dont un individu italien, conservés dans les collections du Laboratoire d’Anatomie Comparée du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, ont pu être opportunément mesurés. Les données métriques des humérus ont été placées parmi les précédentes et se répartissent autour de la valeur de hauteur au garrot « 60 cm » (fig. 7). La robustesse accentuée de trois d’entre eux, entre 8 et 9, est à souligner. Elle est également mise en évidence par le radius (fig. 8). Nous nous sommes donc demandé si ce caractère pouvait être utilisé comme critère de différentiation avec le chien. Il n’en est rien. Car un grand canin11 d’une hauteur au garrot comprise entre 72 et 77 cm et identifié par Christian Küchelmann (2009) comme « chien » d’après divers indices, notamment crâniens, est aussi robuste que le loup de Bulgarie, notre valeur maximale (fig. 8). En conséquence, l’élargissement de la diaphyse pourrait simplement résulter du poids élevé de l’animal lorsqu’il est grand, qu’il soit chien ou loup. Il est par ailleurs intéressant de noter, à ce jour, qu’aucun des chiens romains dont les restes osseux ont été mis au jour sur divers sites de Germanie ne dépasse la limite des 70 cm au garrot. On ne remarque, en effet, aucune continuité entre ce groupe et le chien de Frise. Ce petit hiatus montre que ce dernier est exceptionnel au sein de cette population canine12.

Figure 7 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels et de loups actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris.

Figure 7 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels et de loups actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris.

Figure 8 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels, de loups actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et d’un chien romain de Frise allemande.

Figure 8 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels, de loups actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et d’un chien romain de Frise allemande.

Au Néolithique

13Les chiens font l’objet d’une grande attention dans le monde des archéologues néolithiciens, du fait de la concomitance spectaculaire de squelettes canins et humains sur certains sites (Carrère et Forest, 2003 ; Forest, 2004a, à paraître). Pourtant le bilan de la consultation de nos études sur la fin du Néolithique ancien, le Néolithique moyen chasséen et le Néolithique final en Languedoc méditerranéen nous a surpris. Les os canins entiers et mesurables sont finalement assez rares, partiellement à cause du mauvais état de conservation des vestiges osseux. Nos études qui ont porté sur une soixantaine de sites fouillés et une trentaine de diagnostics archéologiques, en ont relevé dans cinq sites localisés dans quatre communes, deux d’entre eux étant à Nîmes (Gard). Cette réalité reflète finalement une certaine rareté générale de ce taxon qui tranche avec les découvertes funéraires plus remarquables.

  • 13 Les mesures similaires de plusieurs d’entre eux ne font apparaître que neufs triangles sur la figur (...)
  • 14 Citons par exemple, une mandibule fragmentaire dans le comblement d’une fosse du Néolithique ancien (...)

14Ainsi, seuls quatre humérus entiers peuvent être pris en compte (fig. 9). Ils sont eumétriques et correspondent à des animaux de 37 à 50 cm de hauteur au garrot. Ils n’entrent donc pas dans l’intervalle des tailles au garrot des loups actuels. Les neuf tibias s’inscrivent dans un intervalle un peu plus large, avec deux individus dont les hauteurs au garrot estimées sont de 51 cm (fig. 10). Enfin, les onze radius13 confirment l’homogénéité des os canins néolithiques – la valeur maximale étant de 52 cm au garrot – et, en conséquence, celle de la morphologie des animaux originels (fig. 11). Ces résultats concordent avec ceux issus de la synthèse réalisée par Ralph A. Harcourt sur les chiens néolithiques de Grande-Bretagne où l’intervalle de variation des hauteurs au garrot déduites des 25 humérus, radius et tibias s’étend de 37 à 47 cm, à l’exception de deux os qui illustrent la présence de deux canins de 61 et 62 cm (Harcourt, 1974, p. 157). Le recouvrement entre les canins néolithiques languedociens et le loup italien est minime, et il est nul vis-à-vis du loup eurasien. Nous pouvons donc conclure qu’aucun os de loup n’a été rapporté sur les sites néolithiques du Languedoc. Pourtant, il serait étonnant que ce dernier n’eût pas rôdé autour des troupeaux dans cette région. Force est de constater qu’il n’est pas, à ce jour, restitué par l’archéologie, contrairement au lynx pardelle (Lynx pardinus) dont quelques ossements ont été mis au jour dans des contextes néolithiques14. Ces derniers prouvent bien qu’un contact existait avec les grands carnivores prédateurs d’animaux domestiques (Rodet-Belarbi et Forest, 2014, p. 21).

Figure 9 : Humérus de canins provenant de sites néolithiques et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 9 : Humérus de canins provenant de sites néolithiques et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 10 : Tibias de canins provenant de sites néolithiques et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 10 : Tibias de canins provenant de sites néolithiques et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 11 : Radius de canins provenant de sites néolithiques, romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.

Figure 11 : Radius de canins provenant de sites néolithiques, romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
  • 15  Nous avons appliqué les formules d’estimation de la hauteur au garrot des chiens à des os de renar (...)
  • 16  Cependant, contrairement au loup, la tête du renard est assez nettement différente de celle du chi (...)

15Accessoirement, notre recherche sur la distinction entre chien et loup nous a incités à regarder du côté du renard (Vulpes vulpes), autre canidé qui côtoie le chien. Ici aussi, nous ne connaissons pas de travaux qui mettent à notre disposition des critères morphoscopiques distinctifs à partir des os longs. De plus, nos propres observations récentes qui rejoignent une première expérience ancienne (Forest, 1994) nous conduisent à une grande prudence dans l’identification. L’approche ostéométrique montre que la question des grands canins se pose de la même manière pour des canins de taille moyenne, entre environ 30 et 40 cm de hauteur au garrot (fig. 12)15. Les chiens néolithiques languedociens, ne sont pas des loups, certes, mais les plus petits pourraient être des renards au vu de la dimension de leurs os16 !

Figure 12 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels, de loups et de renards actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et d’un chien romain de Frise allemande.

Figure 12 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels, de loups et de renards actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et d’un chien romain de Frise allemande.
  • 17 Pour mémoire, la morphologie des chiens se diversifie et leur taille augmente dès la fin de l’âge d (...)

16En France méridionale, nous sommes dépourvus en archéozoologie classique face aux os longs de canins dont la grande longueur donne une hauteur estimée au garrot égale ou supérieure à 50 cm, c’est-à-dire concrètement ceux issus des niveaux archéologiques datés des périodes romaines et médiévales17. Ils peuvent être de chien ou de loup. Au contraire, ceux des canins néolithiques appartiendraient tous au chien à défaut d’être suffisamment grands pour se placer nettement dans l’intervalle de variation du loup, sans écarter pour certains l’hypothèse du renard. Les programmes de recherches en cours en morphométrie géométrique ou une systématisation des analyses ADN viendront peut-être suppléer notre carence pour les animaux des périodes historiques, voire de l’âge du Fer. Il faut par ailleurs remarquer que les tailles des plus grands chiens romains et médiévaux ne dépassent pas 70 cm au garrot, à l’exception d’un chien romain de Frise, et ne couvrent donc pas la distribution totale du loup eurasien. Il faut attendre les acquis zootechniques et l’établissement des races telles que le dogue allemand ou le Saint-Bernard pour trouver des chiens actuels possédant des hauteurs au garrot similaires à celle des plus grands loups (Rodet-Belarbi et Forest, 2014, p. 28).

  • 18  Il a été retrouvé les métacarpes II, III et IV ainsi que deux phalanges proximales et une phalange (...)
  • 19 R. Delort a relevé dans Le Traité de chasse de G. Phœbus la mention de moufles ou de pelisses confe (...)

17L’association des os longs isolés à un crâne complet permettrait de reconnaître éventuellement le loup, mais nous n’avons jamais été confrontés à ce cas de figure. Pourtant, afin de toucher les primes récompensant l’abattage d’un loup (Moriceau, 2010, p. 55), il fallait rapporter le cadavre « entier et couvert de sa peau » (Maccagnan, 2014, p. 103), ou seulement montrer la tête de l’animal à laquelle on coupait les oreilles pour qu’elle ne soit pas présentée plusieurs fois, ou la patte droite dans le cas des mâles (Beck et Fabre, 2014, p. 35). Ces pratiques auraient pu être un facteur favorisant la présence de ces restes dans les lieux habités et leur exhumation lors de fouilles archéologiques. Est-ce ainsi qu’il faut interpréter les os18, tous de grand format, d’une main droite d’adulte, découverts dans l’abbaye de La Celle (Var, fin xie-xiie siècle ; Rodet-Belarbi, 2014 ; fig. 13) ? À moins qu’ils ne soient les derniers témoins de la présence d’une peau même si aucune trace de découpe n’a été observée sur les diaphyses des métacarpes19. En effet, certains indices, plus anthropologiques, suggèrent parfois l’identification du loup. Ainsi la découverte de cinq phalanges d’un grand canin dans le château de Cabaret à Lastours (Aude ; forge ; fig. 14), associée à une extrémité distale de métapode isolée par section avec une lame lourde et tranchante (fig. 15), nous a permis d’émettre l’hypothèse de pendants d’une peau préparée en fourrure (Forest et Rodet-Belarbi, 2001). L’exceptionnalité de ce type d’observation et les grandes dimensions des os nous ont conduits à parler d’une peau de loup. La responsable du chantier, Marie-Élise Gardel (1999), a été ravie : une célèbre châtelaine de Cabaret fut surnommée « la Louve », loba en occitan.

Figure 13 : Métacarpes II, III, et IV, et phalanges d’un grand canin mis au jour à l’abbaye de La Celle (Var, fin xiexiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).

Figure 13 : Métacarpes II, III, et IV, et phalanges d’un grand canin mis au jour à l’abbaye de La Celle (Var, fin xie – xiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).

Figure 14 : Comparaison entre des phalanges de chien et celles d’un grand canin découvert sur le site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude, 1ère moitié xiiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).

Figure 14 : Comparaison entre des phalanges de chien et celles d’un grand canin découvert sur le site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude, 1ère moitié xiiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).

Figure 15 : Découpe sur un métapode de grand canin découvert sur le site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude, 1ère moitié xiiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).

Figure 15 : Découpe sur un métapode de grand canin découvert sur le site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude, 1ère moitié xiiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).

18Quand la légende des hommes rejoint l’énigme archéozoologique du loup en France méridionale…

Bibliographie

Barberan Sébastien, Convertini Fabien, Delage Richard, Gafà Raffaella, Maufras Odile, Pellé Richard, Raux Stéphanie et Rodet-Belarbi Isabelle, « Un dépotoir des années soixante-dix-110 de n.è. aux portes de Nemausus et au bord de la voie Domitia », Revue Archéologique de la Narbonnaise, 47, 2014, p. 155-239.

Beck Corinne et Fabre Éric, « La destruction du loup en Bourgogne au Moyen Âge (1350-1440). Approche quantitative » dans Moriceau Jean-Marc (dir.), Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflit, éd. Tallandier, 2014, p. 34-44.

Boudartchouck Jean-Luc et coll. Salgues Thierry, Veyssière Frédéric, Rodet-Belarbi Isabelle, Garotin Barnard, Dieulafait Francis, Barrère Michel, « L’habitat rural et le souterrain médiéval de Pech de Bonal (Fontanes, Lot) », Archéologie du Midi Médiéval, tome XV et XVI, 1997-1998, p. 67- 105.

Carrère Isabelle, « Étude des chiens » dans Vignaud Alain (dir.), Les jardins de Vert parc, à Castelnau-le-Lez, 34. Un habitat néolithique moyen de culture chasséenne. Document Final de Synthèse, fouille de sauvetage, AFAN Méditerranée, SRA Languedoc-Roussillon, 1999, 95 P., 43 fig.

Carrère Isabelle et Forest Vianney, « Archéozoologie du Néolithique final au Bronze ancien en Languedoc oriental », dans Guilaine Jean, Escallon Gilles (dir.), Les Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault) et la fin du Néolithique final en Languedoc oriental, Archives d’Écologie Préhistorique (Eds), Toulouse, 2003, p. 307-333.

Convertini Fabien, Furestier Robin, Astruc Laurence, Forest Vianney, Jallot Luc, « Le Mas de Vignoles IV à Nîmes (Gard) : résultats préliminaires des fouilles d’un fossé à occupation campaniforme » dans Dartevelle Hélène (dir.), Auvergne, Midi – Actualités de la recherche : actes de la 5e session, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 8 et 9 nov. 2002, Préhistoire du Sud-Ouest, Cressensac, 2004, p. 493-507.

Delort Robert, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge (vers 1300-vers 1450). Rome, École française de Rome, 1978, 2 vol. (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 236).

Falières Laurent, Étude archéozoologique du puits à chiens médiéval de Wy-dit-Joly-Village (Val d’oise), Thèse de doctorat vétérinaire, École nationale Vétérinaire de Toulouse, 94-TOU3 – 4041, 1994.

Forest Vianney, « Archéozoologie des sites de Lastours, Durfort et Villeneuve-la-Comptal », dans Formes et fonctions de l’habitat castral en France méridionale. Les apports de la bordure méridionale du Massif Central. Rapport triennal de synthèse, Projet collectif 01 du programme H18 du CSRA « Villages et terroirs médiévaux et post-médiévaux », 1992, p. 128-150.

Forest Vianney, « Approche du chien médiéval par l’archéozoologie », dans Histoire et évolution du chien, séminaire 25 et 26 mars 1994, Société française de cynotechnie, 1994, 14 p.

Forest Vianney, « Étude ostéologique », dans Arlaud Catherine et al., Place des Terreaux. Lyon 1991-1994, Document final de synthèse, Service Régional de l’Archéologie Rhône-Alpes, 1995, p. 423-447.

Forest Vianney, « Étude de la faune », dans Martin Lucas (dir.), Moulines. Lansargues (Hérault). Habitat et cimetière du Moyen Âge (viiie/xive), Document Final de Synthèse, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1996.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique », dans Alfonso Guy (dir.), Aigueperse (Puy-de-Dôme). Les Cérais. Habitat rural du Haut Moyen Âge. Nécropole de l’Âge du Fer, Document Final de Synthèse, AFAN, Service Régional de l’Archéologie Auvergne, 1998, 3 vol. 

Forest Vianney, « Étude archéozoologique », dans Bergeret Agnès et al., Rue Maguelone. Montpellier – Hérault (34). Archéologie et tramway, Document Final de Synthèse, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Afan, Montpellier, 1999a, p. 102-117

Forest Vianney, « Les données archéozoologiques », dans Ginouvez Olivier (dir.), Montpellier. La Faculté de Droit. Regard sur un îlot urbain d’origine médiévale (xiiie-xviiie siècles), Document Final de Synthèse, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1999b, p. 57-75.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique », dans Loison Gilles, Fabre Véronique, Villemeur Isabelle (dir.), Rocade Nord de Béziers (34). Le Crès. Habitats préhistoriques en bordure de l’Orb. Structures domestiques et sépultures du Chasséen ancien, Document Final de Synthèse - fouille archéologique, INRAP, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2004a, p. 55-63.

Forest Vianney, « Premiers éléments sur la faune néolithique », dans Jallot Luc (dir.), Mas de Vignoles IV à Nîmes (Gard). Volume I - Le Néolithique : synthèses et bilan scientifiques, Document Final de Synthèse - Fouille archéologique, INRAP, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2004b, p. 126-130

Forest Vianney, « Étude archéozoologique partielle », dans Hasler Anne (dir.), Fossé aval du Cadereau d’Alès à Nîmes (Gard). Du Paléolithique supérieur à l’Antiquité sur le tracé du Cadereau d’Alès à Nîmes (Gard) : occupation paléolithique, habitats et sépultures néolithiques, traces agraires antiques, Document Final de Synthèse, INRAP, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2005a, p. 201-213.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique (période médiévale et moderne) », dans Bergeret Agnès (dir.), L’Église Saint-Martin-de-Castries (Hérault, 34). D’un habitat rural carolingien à un prieuré cure dépendant de l’abbaye Saint-Guilhem-le-Désert, Rapport final d’opération, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2005b, p. 94-115.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique : Ostéologie, conchyliologie », dans Ginouvez Olivier, Collège Clémence Royer - Montpellier (Hérault) (à partir du xiiie siècle), Rapport final d’opération de fouille archéologique en cours, Inrap, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2008.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique : ostéologie et conchyliologie des ensembles d’époque romaine », dans Manniez Yves (dir.), Nouvelles données sur les abords de l’amphithéâtre de Nîmes (Gard). Fouille et surveillance de travaux préalables au projet Arènes-Esplanade-Feuchères (AEF). Trottoirs nord et ouest et place des Arènes, Rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2010, tome II, p. 109-149.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique », dans Vignaud Alain, Raux André (dir.), Pyrénées-Orientales, Trouillas, mas Domenech 464, passage de la ligne LGV. Un habitat du Néolithique ancien et du Néolithique moyen, Rapport Final d’Opération, Inrap, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2011, p. 70-90.

Forest Vianney, « Étude archéozoologique diagnostique. Ortaffa – Pujals (Pyrénées-Orientales) », dans Kotarba Jérome, Dominguez Cécile (dir.), Pyrénées-Orientales, Ortaffa, projets de parcs photovoltaïques « Colomina del Prat 1, 2 et 3 ». Approche diachronique d’un terroir en bordure de la dépression de Bages, Rapport final d’opération-Diagnostic archéologique, Inrap, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2012, vol. 2, p. 154-155

Forest Vianney, « Étude archéozoologique : ostéologie », dans Raux André (dir.), ZAC de la Farigoule 2 - Aubord (Gard) (Néolithique final), Rapport final d’opération, Fouille archéologique en cours, Inrap, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2015.

Forest Vianney et Fabre Véronique, « Les vestiges anthropologiques et archéozoologiques », dans Sabrié Maryse et Sabrié Raymond (dir.), La maison au grand triclinium du clos de la Lombarde à Narbonne, Archéologie et Histoire romaine, 19, éd. Monique Mergoil, 2011, p. 295-310.

Forest Vianney et Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude archéozoologique », dans Ginouvez Olivier (dir.), A75/Ermitage - Paulhan (Hérault). (ve-xiiie siècles), Document Final de Synthèse en cours, Afan, Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2000.

Forest Vianney et Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude archéozoologique. Présentation des zones 14 et 16 de Cabaret, Lastours (Aude) », dans Gardel Marie-Élise (dir.), Cabaret, Lastours (Aude), Document Final de Synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2001.

Forest Vianney (à paraître), « Ostéologie et Conchyliologie des Néolithique moyen/Chasséen et final/Vérazien en Languedoc méditerranéen », dans Convertini Fabien (dir.), Le site du Champ du Poste (Carcassonne, Aude) : occupations et sépultures néolithiques.

Gardel Marie-Élise (dir.), Cabaret. Histoire et archéologie d’un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude), C.V.P.M., Maison des Mémoires, Carcassonne, 1999, 965 p.

Harcourt Ralph A., « The dog in prehistoric and early historic Britain », Journal of Archaeological Science, 1, 1974, p. 151-175.

Herbin-Horard Marie-Pierre, « La viande de chien à l’âge du Fer : quels individus pour quelles consommations ? », Gallia, 71-2, 2014, p. 69-87.

Koudelka F., « Das Verhältnis der Ossa longa zur Skeletthöhe bei den Säugetieren », Verhandl. Den Naturforsch. Ver. Brünn, 1885, 24, p. 127-153.

Küchelmann, Hans Christian, « Ein Canidenskelett (5. - 8. Jh.) aus der Wurt Jemgumkloster (Gemarkung Holtgaste, Gde. Jemgum, Ldkr. Leer/Ostfriesland) », Nachrichten aus Niedersachsens Urgeschichte, 78, 2009, p. 57-78.

Maccagnan Stéphanie, « La gestion de la présence des loups dans les Alpes-Maritimes au xixe siècle », dans Moriceau Jean-Marc (dir.), Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflit, éd. Tallandier, 2014, p. 89-104.

Moriceau Jean-Marc, Histoire du méchant loup. 3000 attaques sur l’homme en France, xve-xxe siècle, Paris, Fayard, 2007, 627 p. ; 2e éd. augmentée, 2008, VI-634 p.

Moriceau Jean-Marc, « La dangerosité du loup sur l’homme. Une enquête à l’échelle de la France (xvie-xxe siècle) », dans Moriceau Jean-Marc et Madeline Philippe (dir.), Repenser le sauvage grâce au retour du loup, Bibliothèque du pôle rural, n° 2, Presses Universitaires de Caen, 2010, p. 41-74.

Moriceau Jean-Marc (dir.), Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflit, éd. Tallandier, 2014, 619 p.

Personnaz Benoit, Les ossements animaux du site de la place Saint-Etienne à Toulouse, le puits public (xvi-xviie siècles), Thèse de doctorat vétérinaire, École nationale vétérinaire de Toulouse, 92-TOU3 – 4093, 1992.

Peters Joris, Römische Tierhaltung und Tierzucht. Eine Synthese aus archäozoologischer Unterschung und scriftlich-bildicher Uberlieferung. Passauer Universitätsschriften zur Archäologie, Band 5, Verlag Marie Leidorf GmbH & Co. Rahden, 1998, 444 p.

Pluskowski Aleksander, Where are the wolves? Investigating the scarcity of European grey wolf (Canis lupus lupus) remains in medieval archaeological contexts and its implications, International Journal of Osteoarchaeology, 16, 2006, p. 279-295.

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Catalo Jean (dir.), Extension-Préfecture, Toulouse. Document Final de Synthèse. Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées, Toulouse, 1995.

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Arramond Jean-Charles (dir.), Site du Lycée Ozenne à Toulouse (Haute-Garonne). Document Final de Synthèse. Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées, Toulouse, 1997, 2 vol. 

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Requi Christophe (dir.), Site de l’Ourmède, Castelnau d’Estretefonds (Haute-Garonne). Document Final de Synthèse. Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées, Toulouse, 1999.

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Chopin et al. (dir.), Salies-du Salat, site des trois vallées (Haute-Garonne). Document Final de Synthèse. Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées, Toulouse, 2000a.

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Pons (dir.), Toulouse, îlot Valade (Haute-Garonne). Document Final de Synthèse. Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Service Régional de l’Archéologie Midi-Pyrénées, Toulouse, 2000b.

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Catalo Jean (dir.), Toulouse « Cité Judiciaire » (Haute-Garonne, Midi-Pyrénées), Rapport final d’opération, INRAP, 2007, 3 vol. 

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Bouiron Marc, Monteil Karine, Vacassy Grégory (dir.), Alpes-Maritimes, Nice. Fortifier la ville médiévale et moderne : les fouilles du tramway. Rapport de fouille, Inrap, 2010, 5 tomes.

Rodet-Belarbi Isabelle, « Étude des ossements animaux », dans Le Gaillard Ludovic (dir.), Saint-Contest, Espace d’Entreprises II : enclos laténo-augustéen, carrières antiques et hameau médiéval au Clos de Bitot. Basse Normandie, Calvados, Rapport Final d’opération, 2013.

Rodet-Belarbi Isabelle, La Celle, Var, Étude archéozoologique. Rapport d’étude sous la direction de Marc Boréani, Service département d’archéologie, Var, 2014.

Rodet-Belarbi Isabelle et Forest Vianney, « Le loup dans le « paysage » archéozoologique de France, du Néolithique aux Temps Modernes », dans Moriceau Jean-Marc (dir.), Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflit, éd. Tallandier, 2014, p. 19-33.

Rodet-Belarbi Isabelle, coll. Massendari Julie et Forest Vianney, « Les mammifères et les oiseaux », dans Bouet Alain (dir.), Barzan III : un secteur d’habitat dans le quartier du sanctuaire du moulin du Fâ à Barzan, Ausionus, Mémoires 26/supplément 27, vol. 2, 2011, p. 763-843.

Studer Jacqueline, « Études ostéologiques en relation avec la présence du loup en Valais », Bulletin de la Murithienne, 118, 2000, p. 25-26.

Viviani Alessia, Gazzola Andrea et Scandura Massimo, « Il Lupo : Un predatore sociale ed adattabile », dans Apollonio Marco et Mattioli Luca (dir.), Il Lupo in provincia di Arezzo, Editrice Le Balze, Montepulciano, 2006, p. 29-43.

Notes

1 Collection de comparaison de l’UMR 7264, CEPAM, Nice. Le sexe de cet animal n’est malheureusement pas connu.

2  D’autres exemples d’os de grands canins dont l’identification spécifique est délicate sont signalés dans la figure 2.

3  La borne inférieure de l’intervalle de variation de la hauteur au garrot du loup italien dépend des sources de vulgarisation consultées. Certaines indiquent qu’elle se situe à 60 cm mais sans mentionner l’origine de cette valeur. Aussi, nous nous référons à l’article publié par A. Vivianni et al. (2006).

4 Deux mâles récemment tués à Simplon et à Reckingen (Suisse) avaient 64 cm de hauteur au garrot (Studer, 2000). L’auteur ne précise pas l’origine des loups mais d’après notre enquête (voir par exemple, http://www.pronatura.ch/grands-predateurs), il est fort probable que ces loups soient italiens. Cette valeur indique donc qu’une petite femelle peut avoir moins de 60 cm de haut, puisque l’on compte environ 10 % de différence entre les deux sexes. Nous remercions Magali Fabre de nous avoir signalé cet article.

5  Il nous était matériellement impossible de constituer ce corpus à partir des collections muséales dispersées.

6  Notre présentation repose sur le postulat que les formules d’estimation des hauteurs au garrot s’appliquent indifféremment au chien domestique et au loup.

7  Cette présentation est critiquable car elle fait figurer deux valeurs liées entre elles. En effet, la hauteur au garrot (HG) est estimée chez les canins archéologiques à partir de la longueur (GL) à l’aide d’une formule de type HG = a*GL+b. Outre la possibilité d’intégrer les bornes de variations des populations actuelles de loups, elle a l’avantage de simplifier la perception visuelle d’un lecteur peu familiarisé avec les nuages de points.

8 Cette estimation du Nombre Minimum d’Individus, calculée à l’échelle du puits, repose sur les atlas.

9 Collection de comparaison de l’UMR 8215, Trajectoires, Nanterre. Tous nos remerciements vont à Lamys Hachem (Inrap, UMR 8215) pour la communication des mesures de cet individu.

10  Notons que si la limite inférieure du loup italien retenue est celle de 60 cm, cette alternative disparaît pour les plus petits individus litigieux.

11  Le cadavre de l’animal a été inhumé durant le ier siècle après J.-C., sur le site de Jemgumkloster en Frise allemande. Nous remercions Christian Küchelmann de ces informations, en particulier de la mise à jour de la datation par rapport à la publication originale (ve-viiie siècle ap. J.-C.).

12  Rappelons ici que des représentants de certaines races canines actuelles atteignent ou dépassent le mètre au garrot.

13 Les mesures similaires de plusieurs d’entre eux ne font apparaître que neufs triangles sur la figure.

14 Citons par exemple, une mandibule fragmentaire dans le comblement d’une fosse du Néolithique ancien final à Trouillas/Mas Domenech (Pyrénées-Orientales ; Forest, 2011), deux métatarses dans le comblement d’un fossé du Néolithique campaniforme à Nîmes/Mas de Vignoles XI (Gard ; Convertini et al., 2004).

15  Nous avons appliqué les formules d’estimation de la hauteur au garrot des chiens à des os de renards de la collection du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) comme s’ils avaient été attribués au chien lors d’une étude archéozoologique. Mais il est très probable que ces formules ne soient pas valables pour le renard.

16  Cependant, contrairement au loup, la tête du renard est assez nettement différente de celle du chien. La difficulté d’identification ne concerne donc que les os longs isolés.

17 Pour mémoire, la morphologie des chiens se diversifie et leur taille augmente dès la fin de l’âge du Fer (Herbin-Horard, 2014). Néanmoins, des restes identifiés comme ceux de chiens de grande taille ont été découverts sur des sites plus anciens comme par exemple, à Hauterive-Champréveyres (Suisse), daté de l’âge du Bronze, où les plus grands individus atteignent 63 cm au garrot (moyenne = 58 cm, minimum = 53 cm, maximum = 63 cm, voire 70 cm d’après un fémur ; Studer, 2000).

18  Il a été retrouvé les métacarpes II, III et IV ainsi que deux phalanges proximales et une phalange intermédiaire.

19 R. Delort a relevé dans Le Traité de chasse de G. Phœbus la mention de moufles ou de pelisses confectionnées dans des peaux de loup (Delort 1978, p. 181).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Comparaison entre deux humérus de chien médiévaux (à gauche), un humérus de loup du Parc du Mercantour (Alpes-Maritimes, à droite) et un humérus mis au jour sur le site archéologique de Saint-Contest (Calvados, fin vie siècle – viie siècle, au centre) (Cliché I. Rodet-Belarbi).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 2 : Liste des sites en France méridionale ayant livré des os entiers de canins mesurables, classés par période chronologique.
Légende En gras, les communes et les sites ayant livré des os de grands canins.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 3 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 4 : Tibias de canins provenant de sites médiévaux et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 6 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux et du site de Fontanes (Lot), et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 7 : Humérus de canins provenant de sites médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels et de loups actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 8 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels, de loups actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et d’un chien romain de Frise allemande.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 9 : Humérus de canins provenant de sites néolithiques et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 10 : Tibias de canins provenant de sites néolithiques et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 11 : Radius de canins provenant de sites néolithiques, romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 12 : Radius de canins provenant de sites romains et médiévaux, et hauteurs au garrot de divers loups actuels, de loups et de renards actuels du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et d’un chien romain de Frise allemande.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 13 : Métacarpes II, III, et IV, et phalanges d’un grand canin mis au jour à l’abbaye de La Celle (Var, fin xie – xiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 14 : Comparaison entre des phalanges de chien et celles d’un grand canin découvert sur le site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude, 1ère moitié xiiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 15 : Découpe sur un métapode de grand canin découvert sur le site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude, 1ère moitié xiiie siècle) (cliché I. Rodet-Belarbi).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4649/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

Auteurs

Docteur vétérinaire biologiste, archéozoologue Inrap,
Traces UMR 5608, Toulouse

Archéozoologue Inrap, Université Nice Sophia Antipolis,
CNRS, CEPAM, UMR 7264, Nice

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access