Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

Polyvalence de l’élevage au ive millénaire avant notre ère sur l’habitat ceinturé de Wallendorf « Hutberg » (Saxe-Anhalt, Allemagne)

Svenja Höltkemeier

Résumé

Le IVe millénaire av. N. è. est marqué par le passage de l’Atlantique au Subboréal et constitue un tournant majeur du Néolithique européen avec des transformations techniques, économiques, sociales et idéologiques notables. L’analyse de la faune de l’enceinte fossoyée du Néolithique récent de Wallendorf « Hutberg », localisée en région Mittelelbe-Saale (Allemagne), fait apparaître des pratiques nouvelles dans ce contexte de changements. Sur ce site, le sous-système technique de l’exploitation des ressources animales est caractérisé par différentes activités. Le troupeau bovin fournit la majorité des produits du vivant et finaux grâce à l’exploitation laitière et bouchère. L’utilisation de la force motrice bovine est suggérée par l’observation d’anomalies sur les phalanges. Les caprinés semblent aussi être élevés en vue d’une exploitation mixte et les porcs le sont pour l’apport en viande. Les techniques d’élevage sont maîtrisées et adaptées à chaque espèce, pour atteindre un rendement optimal. Enfin, les activités cynégétiques ont un rôle d’apport ponctuel et complémentaire du cheptel domestique.

Texte intégral

Toute ma gratitude s’adresse au Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt qui a mis à ma disposition les ossements animaux de Wallendorf. Je remercie chaleureusement Hans-Jürgen Döhle pour l’accueil et les discussions stimulantes que ce corpus faunique a soulevé. Cette étude a été menée dans le cadre d’un doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et je suis très reconnaissante envers mon directeur Jean-Paul Demoule et ma tutrice Lamys Hachem. Le présent article a bénéficié de nombreuses suggestions et corrections et je remercie vivement les relecteurs pour leur soutien scientifique.

1L’analyse archéozoologique de l’enceinte fossoyée néolithique de Wallendorf « Hutberg » (ca. 3700-2930 cal. BC) est importante à plus d’un titre. Tout d’abord, l’occupation de ce site s’inscrit dans un contexte de changement, à la fois au niveau social avec la cohabitation de différents groupes culturels dans l’aire d’étude, au niveau environnemental avec le changement climatique de l’Atlantique au Subboréal et au niveau économique avec l’apparition de nouvelles activités spécialisées. L’enjeu est donc de voir si ces modifications se reflètent dans la composition de la faune de ce site et comment elles peuvent être identifiées.

2Ainsi, un des objectifs est de caractériser le sous-système technique de l’exploitation des ressources animales de l’habitat ceinturé de Wallendorf (fig. 1). Ceci permet de savoir quelles espèces ont été chassées ou élevées, dans quel but et plus précisément, comment et où les différentes activités se sont déroulées. L’ensemble des données obtenues apporte des connaissances sur les relations qu’entretenaient les hommes avec les animaux, inédites pour le groupe culturel Hutberg.

3Plus largement, cette étude s’inscrit dans la problématique des produits du vivant et des produits finaux animaux utilisés au IVe millénaire av. N. è. en Allemagne centrale. De ce fait, elle permet de combler une lacune sur l’exploitation animale durant ce millénaire dans une région particulièrement propice aux pratiques agropastorales.

Figure 1 : schéma du sous-système technique de l’exploitation des ressources animales (modifié d’après Tresset, 1996, fig. 3 ; Vigne, 1998, fig. 1). Intégration des comportements (Sigaut, 1980), de la notion de l’entretien et du recyclage. DAO : S. Höltkemeier.

Figure 1 : schéma du sous-système technique de l’exploitation des ressources animales (modifié d’après Tresset, 1996, fig. 3 ; Vigne, 1998, fig. 1). Intégration des comportements (Sigaut, 1980), de la notion de l’entretien et du recyclage. DAO : S. Höltkemeier.

Cadre général

Le ive millénaire av. N. è. en Allemagne centrale

4Au ive millénaire, l’Allemagne centrale est entièrement néolithisée, suite au courant danubien (Lichardus et al., 1985). Ce millénaire voit des changements climatiques notables, qui marquent vers 3700 cal. BC la transition de l’Atlantique au Subboréal (Dreibrodt et al., 2012). Certaines fluctuations qui rythment cette période sont des péjorations climatiques, comme les cold events (CE) et les North Atlantic ice-rafting debris events (IRD). Ces évènements ont pu altérer les conditions de vie et l’économie des sociétés, tout en les incitant à des adaptations et restructurations (Gronenborn, 2009, 2010).

5Durant le ive millénaire, des transformations fondamentales d’ordre technique, économique, social et idéologique débouchent sur l’émergence de nouvelles sociétés inégalitaires. La production alimentaire se perfectionne, avec un meilleur rendement et l’extension des réseaux d’échange. Dans la seconde moitié de ce millénaire, le cheval domestique, originaire des steppes pontiques, apparaît (Lichardus et al., 1985). De nouvelles technologies sont introduites et conduisent à l’émergence de nouveaux artisans, dont l’existence se voit dans le mobilier funéraire des défunts (ibidem). Parmi ces inventions figurent celles en lien avec le transport, comme le travois, le double joug et la roue ; ou encore l’araire pour le travail des champs (Lichardus et al., 1985, p. 490-495 ; Pétrequin et al., 2006).

6Ces changements marquent les hommes de la fin du Néolithique et se reflètent dans leur symbolique, où les animaux y jouent un grand rôle. Par exemple, l’importance symbolique attribuée au bélier traduit probablement la production textile à l’aide de cet animal, qui fournit plus de laine que le castrat ou la brebis (Higham, 1969). Le bélier est utilisé comme décor sur les céramiques ou est modelé en terre cuite, comme la figurine issue d’une tombe à Jordanów en Pologne (Behrens, 1973, fig. 29 ; Midgley, 1992, p. 384 ; Müller, 1998, p. 86-87). Quant à l’utilisation de la force bovine, elle se traduit par exemple par les « symboles fourchus », gravés sur les pierres des allées couvertes de Warburg (3370-2925 cal. BC) et de Züschen (32e siècle av. N. è.), en Allemagne centrale (Günther, 1990). Ces symboles sont aussi présents sur des céramiques, comme à Salzmünde « Schiepzig » (Grimm, 1938, fig. 16).

Les usages des animaux par les hommes

7Grâce aux données archéozoologiques, il est possible de caractériser les relations entre l’animal et l’homme. Inspiré de travaux de deux archéozoologues (Tresset, 1996, fig. 3 ; Vigne, 1998, fig. 1), le sous-système technique de l’exploitation des ressources animales est illustré ici en insistant sur la différenciation de l’état de l’animal : vivant ou mort (fig. 1). Y ont été intégrés les comportements des animaux (Sigaut, 1980), la notion d’entretien et de recyclage.

8La transformation d’un élément naturel en un produit fini se fait par une succession d’opérations, en commençant par l’acquisition et l’entretien. Puis, l’homme est face à un choix primordial : laisser l’animal en vie et l’utiliser vivant ou alors le tuer pour tirer profit de son cadavre. C’est un choix économique basé sur le rendement, qui dépend du stock des matières premières et répond aux besoins des hommes. Une fois ce choix effectué, l’homme peut utiliser et transformer ces matières, afin d’obtenir des produits plus sophistiqués, qui sont ensuite distribués et consommés. Les produits destinés à une utilisation sur le long terme peuvent bénéficier d’un entretien régulier. Après consommation, ils sont soit absorbés entièrement, soit produisent des déchets, qui peuvent être jetés ou recyclés. Enfin, les matériaux deviennent des déchets finaux quand ils ne peuvent plus être réutilisés. Un cas particulier existe, il s’agit de la mort d’un animal ayant eu un statut privilégié par rapport aux autres animaux. Cet animal peut être inhumé, dans une sépulture propre ou accompagnant un ou plusieurs défunts, ce qui les distingue des autres animaux « ordinaires » (voir Ghesquière et Hachem, ce volume).

Matériel et méthodes

Présentation du site

9Wallendorf est le site éponyme d’un groupe culturel local, le Hutberg, qui fait partie de la culture de Michelsberg (Müller, 2001, p. 243 ; Klassen, 2004, p. 276-277). Il est localisé en Allemagne centrale, dans la région de Mittelelbe-Saale, environ 25 km à l’ouest de Leipzig. Le site est implanté sur un éperon situé sur la rive gauche de la rivière Luppe, un des affluents de la Saale (fig. 2). L’éperon domine d’une hauteur de 16 m les plaines alluviales au nord, à l’est et à l’ouest. Au sud, il est protégé par une cuvette marécageuse. Le substrat se compose de différents cailloutis alluviaux, surmontés d’un terrain argileux (Benesch, 1941).

10Les premières fouilles de sauvetage ont eu lieu à la fin des années 1930 sous la direction de F. Benesch. Elles ont livré plusieurs types de structures, dont 76 fosses d’un diamètre de 1 à 2,3 m et d’une profondeur de 0,7 à 1,6 m (Benesch, 1941, planche I et VII). Certains ensembles ont été interprétés comme des maisons rectangulaires en se basant sur des remontages céramiques entre fosses et sur la présence de trous de poteaux, de sablières basses et de torchis. Cinq fosses contenaient des squelettes ou des parties de squelettes humains démunis de tout mobilier funéraire. De plus, l’éperon était bordé de talus qui étaient encore conservés sur une hauteur variant entre 40 cm et 1,5 m. Trois tumulus se trouvaient à l’intérieur de ce système taluté. L’attribution culturelle de l’habitat a été compliquée, en raison de la présence d’éléments Baalberge (29 %), Michelsberg (25 %), Salzmünde (21 %) et Jordansmühl (1 % – Benesch, 1941, p. 20).

Figure 2 : localisation du site étudié (point rouge) et des autres sites mentionnés dans le texte.

Figure 2 : localisation du site étudié (point rouge) et des autres sites mentionnés dans le texte.

1 : Gröna ; 2 : Runstedt ; 3 : Wallendorf « Hutberg » ; 4 : Salzmünde « Schiepzig » ; 5 : Peißen « Mühlberg » ; 6 : Haldensleben ; 7 : Niedergörne ; 8 : Halle Dölauer Heide « Langer Berg » ; 9 : Quenstedt « Schalkenburg » ; 10 : Derenburg « Steinkuhlenberg » ; 11 : Großobringen « Sportplatz » ; 12 : Krautheim « Allstedter Mühlberg » ; 13 : Wandersleben.

11Depuis ces premières analyses, la présence des groupes culturels Michelsberg et Salzmünde a été confirmée (Lüning, 1967, p. 293). La présence d’éléments Jordansmühl et Baalberge a été en revanche rejetée par plusieurs archéologues (dont Mildenberger et Preuß, voir dans Schunke, 1994). Selon H. Behrens, c’est un habitat du Salzmünde (Behrens, 1973, p. 199), alors que J. Beran trouve beaucoup d’éléments Baalberge et Michelsberg, mais pas d’indice Salzmünde (Beran, 1993). Afin de préciser cette attribution culturelle, plusieurs campagnes conduites par le Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie (service régional de l’archéologie du Land) Saxe-Anhalt ont eu lieu sur différents secteurs. Des prospections géomagnétiques ont révélé une enceinte à triple fossé préservée sur 9,2 ha, englobant une surface d’environ 20,5 ha (fig. 3). Le matériel mis au jour lors des sondages a été attribué en grande partie au Néolithique. On y trouve des outils en pierre et en os, une bague en cuivre, des fragments de récipients, des fusaïoles en céramique et des ossements animaux. Les fosses contenaient des tessons attribués soit au groupe culturel Hutberg, soit au groupe culturel Salzmünde, soit aux deux groupes (Schlenker, inédit ; Schlenker et al., 2016). Les datations au 14C font aussi apparaître deux phases d’occupation : une de 3700 à 3500 cal. BC et une autre qui commence vers 3350 cal. BC (Müller, 1999, p. 53, 88 et fig. 6). La présence de trois tumulus attribués à la Culture de la céramique cordée et de plusieurs sépultures datant des âges de métaux indique la réoccupation du site. Dans cet article, l’analyse se base sur le matériel des fouilles anciennes et seules les données fauniques attribuées au groupe culturel Hutberg sont prises en compte, pour écarter tout risque de mélange avec les occupations plus récentes (fig. 4).

Figure 3 : plan des structures archéologiques mises au jour lors des fouilles anciennes et récentes de Wallendorf « Hutberg ».

Figure 3 : plan des structures archéologiques mises au jour lors des fouilles anciennes et récentes de Wallendorf « Hutberg ».

DAO : LDA Saxe-Anhalt, modifié.

Figure 4 : chronologie de 4200 à 2600 cal. BC des groupes culturels et périodisation de I à V du complexe culturel des Gobelets en Entonnoir (TRBK) en région Mittelelbe-Saale (MES).

Figure 4 : chronologie de 4200 à 2600 cal. BC des groupes culturels et périodisation de I à V du complexe culturel des Gobelets en Entonnoir (TRBK) en région Mittelelbe-Saale (MES).

Dates issues de Müller, 2001 ; DAO : S. Höltkemeier.

Méthodes

12Différentes méthodes archéozoologiques sont appliquées pour appréhender le sous-système technique de l’exploitation des ressources animales du site. Les restes animaux sont déterminés selon le principe de l’anatomie comparée avec des collections de comparaison et des référentiels ostéologiques. Les atlas utilisés rassemblent plusieurs espèces (Schmid, 1972 ; Barone, 1976 ; Prummel, 1987 ; Hillson, 2005) ou sont dédiés à une famille, comme les bovins (Boessneck et al., 1963), les caprinés (Boessneck et al., 1964 ; Payne, 1985) et les suinés (Helmer, 1987 ; Payne et Bull, 1988). La nomenclature spécifique usitée se réfère au système universel (Gentry et al., 2004). Les données sont enregistrées dans une base FileMaker Pro, avec latéralisation et pesée au dixième de gramme. Le pourcentage de représentation par partie squelettique (PRi – Dodson et Wexlar, 1979) est calculé pour connaître l’état général du matériel et la part des sélections anthropiques. Les traces de boucherie sont relevées à l’œil nu sous lumière rasante et le code de Binford est noté (Binford, 1981). L’indice pathologique (PI) est calculé pour les phalanges affectées de lésions ostéologiques (Bartosiewicz et al., 1997, p. 20).

13Plusieurs « nombre minimal » d’individus complémentaires sont utilisés : le NMI de fréquence pour le décompte du nombre minimal de parties de squelette (NMPS), le NMI de combinaison (NMIc) pour les séries dentaires et le NMI par individualisation (NMIi) pour la liste d’espèces (Poplin, 1976 ; Tresset, 1996). L’évaluation quantitative de la viande et d’abats potentiellement consommés se base sur la méthode Meat and Offal Weight (Vigne, 1991). Les mesures sont prises avec un pied à coulisse selon un référentiel ostéométrique (Von den Driesch, 1976) et celles des bovins peuvent être consultées en tableau 4. Ces données métriques permettent d’évaluer la hauteur au garrot des animaux grâce aux coefficients établis pour les bovins (Matolcsi, 1970) et les moutons (Teichert, 1975a). L’indice logarithmique de taille (LSI) est calculé, il est adapté aux petits corpus (Simpson et Roe, 1939 ; Höltkemeier, 2016, p. 91-94). Une femelle aurochs est utilisée comme individu standard de référence pour les bovins (Steppan, 2001), un bélier pour les moutons (Steppan, 2003, tabl. 77) et un sanglier mâle pour les porcs (Deschler-Erb et Marti-Grädel, 2004, p. 182). Les âges d’abattage des animaux sont estimés sur les os et les dents. Le moment d’épiphysation des os du squelette postcrânien varie entre le bovin (Barone, 1976, p. 53), les caprinés (Zeder, 2006) et le porc (Bridault et al., 2000). L’estimation des âges dentaires se base sur un référentiel pour le bovin (Jones et Sadler, 2012), les caprinés (Payne, 1973) et le porc (Lemoine et al., 2014). La distinction sexuelle se fait pour les bovidés sur la cheville osseuse et le coxal, celle des suinés sur les canines.

Composition et répartition de la faune

14Le corpus est constitué de 890 restes osseux dont 530 ont été déterminés (tabl. 1). Ce sont des rejets détritiques issus de fosses ; aucun reste ne provient des fosses qui ont contenu des ossements humains. Le spectre faunique se compose presque essentiellement d’animaux domestiques. Les bovins sont la première ressource alimentaire, tant en nombre de restes déterminés qu’en nombre minimal d’individus, suivis des caprinés et des porcs. La faune sauvage n’est représentée que par un oiseau aquatique et un rapace. Une autre espèce est indirectement attestée, car 2,5 % des restes déterminés ont été rongés par un carnivore. En effet, certaines extrémités articulaires d’animaux domestiques ont des enfoncements de la surface osseuse, dont la taille et la forme suggèrent qu’il s’agit de marques dentaires de chien (fig. 5a).

Tableau 1 : liste et spectre de faune de Wallendorf.

Tableau 1 : liste et spectre de faune de Wallendorf.

Données en nombre de restes (NR), masse des restes en grammes (PR) et nombre minimal d’individus par individualisation (NMIi).

Figure 5 : particularités des restes animaux de Wallendorf.

Figure 5 : particularités des restes animaux de Wallendorf.

A) Deux omoplates gauches de caprinés (Ovis aries/Capra hircus) de la fosse 103. Les enfoncements ont été provoqués par un carnivore. Vues latérales (1ère et 3e) et vues médiales (2e et 4e). B) Incisive droite de bovin (Bos taurus) de la fosse 141. Un défaut en forme de coin est visible au niveau du collet. De gauche à droite : vue buccale ; vue vestibulaire ; vue linguale ; vue mésiale. C) Vertèbre lombaire de bovin (Bos taurus) de la fosse 155. Elle est affectée par une anomalie de croissance. De gauche à droite : vue ventrale ; vue latérale droite ; vue dorsale. D) Premières et deuxièmes phalanges de bovin (Bos taurus) avec des anomalies (élargissement de la surface articulaire proximale et exostoses). À leur droite ont été placées pour comparaison des phalanges de bovin actuel provenant de l’ostéothèque du LDA Saxe-Anhalt.

15La répartition spatiale est inégale, car seule une partie des fosses contenait des restes animaux, dont presque le tiers est issu de la fosse 49 (fig. 6). Une autre zone de concentration se situe au niveau de la fosse 133. Les ossements ont passé un temps variable à l’air libre, car les stades d’altération 1 à 4 ont été remarqués (Behrensmeyer, 1978). Le stade 1, à savoir une exposition à l’air libre de moins de 3 ans est le plus fréquent, suivi du stade 2. Les os significativement altérés sont rares, ceux du stade 4 proviennent des fosses 49 et 134. Un mélange de stades d’altération différents au sein de la même structure est rare, mais existe pour les fosses 49 (stade 1 à 4), 103 et 133 (stade 1 à 3). Ces structures ont été utilisées plus longtemps que les autres. Le fait que ces deux dernières structures aient livré des os rongés est intéressant, car la fosse 49 en est dépourvue.

Figure 6 : distribution spatiale des restes animaux de Wallendorf.

Figure 6 : distribution spatiale des restes animaux de Wallendorf.

Nombre de restes déterminés et indéterminés (en haut) ; restes rongés par un carnivore, présents dans les structures marquées par une étoile (en bas).

Résultats par espèce

Les bovins (Bos taurus)

16Les bovins sont représentés par toutes les régions anatomiques et la distribution par latéralisation ne montre pas de dominance d’un côté sur l’autre (tabl. 2). Le pourcentage de représentation par partie squelettique fait ressortir la sous-représentation du rachis, peut-être liée à sa forte fragmentation, et une bonne représentation des membres et de leurs extrémités (fig. 7). Les dents, moins fragiles que les ossements, sont également nombreuses. Ces herbivores ont pu fournir 1,3 tonne de viande et d’abats, qui proviennent surtout d’individus âgés de plus de 2 ans.

Tableau 2 : distribution des restes de bovins (Bos taurus), de moutons (Ovis aries), de chèvre (Capra hircus), de caprinés (O/C), de porcs (Sus domesticus), de suiné indéterminé (Sus sp.), de canard/sarcelle (Anas sp.) et de buse variable (Buteo buteo) de Wallendorf.

Tableau 2 : distribution des restes de bovins (Bos taurus), de moutons (Ovis aries), de chèvre (Capra hircus), de caprinés (O/C), de porcs (Sus domesticus), de suiné indéterminé (Sus sp.), de canard/sarcelle (Anas sp.) et de buse variable (Buteo buteo) de Wallendorf.

Abréviation : pdl = pas de latéralisation.

Figure 7 : pourcentage de représentation par partie squelettique (PRi) des bovins (Bos taurus), des caprinés (Ovis aries/Capra hircus) et des porcs (Sus domesticus) de Wallendorf.

Figure 7 : pourcentage de représentation par partie squelettique (PRi) des bovins (Bos taurus), des caprinés (Ovis aries/Capra hircus) et des porcs (Sus domesticus) de Wallendorf.

17Des traces de dépouillage sont présentes sur l’os nasal et le métatarse (fig. 8 ; MTd-2 selon Binford, 1981). Lors de cette activité, les phalanges ont été jetées entières (63,6 %) ou plus rarement à l’état fragmentaire, car peu ont des traces de fracture intentionnelle (9,1 %). Dans plusieurs cas, l’atlas et l’axis ont été fracturés par percussion, indiquant que la tête a pu être séparée du tronc. La tête a été désossée et la mâchoire inférieure désarticulée par le sectionnement du muscle masséter et par la désarticulation du processus condylaire (M-2 et M-5 selon Binford, 1981). Les stries transversales sur l’os hyoïde indiquent que la langue a pu être prélevée à cru. Le crâne a été fracturé, probablement afin d’en extraire la cervelle, car des stries de découpe au silex ont été remarquées sur un fragment de la cavité cérébrale. La levée des filets à cru est suggérée grâce aux stries longues et fines sur les épines des vertèbres thoraciques et par les stries transversales sur les côtes, proche de leur tête articulaire (TV-2 et RS-1 selon Binford, 1981). Le dépeçage des membres antérieurs a été fait au niveau humérus/radius-ulna, et de l’extrémité proximale du métacarpe (Hd-2, Hd-3, RCp-3, RCp-5, MCp-1 selon Binford, 1981). Le désossage de ces morceaux est perceptible sur la scapula, l’humérus et le radius (S-3, S-4 et Hd-6 selon Binford, 1981 ; Rs-a selon Soulier et Costamagno, 2017). La désarticulation des membres postérieurs a été faite entre le coxal et le fémur, et les extrémités ont été démembrées au niveau du tarse (Fp-1 et TA-1 selon Binford, 1981). Des traces de désossage existent sur le coxal, le fémur et le tibia (Fp-4 et Tp-3 selon Binford, 1981). Le prélèvement des tendons est attesté par des stries courtes présentes sur la face caudale des diaphyses de métacarpes (Costamagno, 2012, p. 30 et fig. 13-14 ; Mcs-f selon Soulier et Costamagno, 2017). Les côtes ont été sectionnées par fracturation et décarnisées sur leur face externe. Cet enlèvement du gril costal se voit aussi par des stries fines sur la face interne des côtes, proche de l’articulation (RS-3 selon Binford, 1981). Il est impossible de préciser la façon dont la colonne vertébrale a été débitée, en raison d’une trop forte fragmentation des vertèbres. Presque tous les éléments squelettiques ont été fracturés et particulièrement les os longs, ce qui renvoie à la récupération de la moelle osseuse.

Figure 8 : localisation des traces de dépouillage, de désarticulation, de décarnisation, de fracturation et de cuisson relevées sur les os des bovins, des caprinés et des porcs de Wallendorf.

Figure 8 : localisation des traces de dépouillage, de désarticulation, de décarnisation, de fracturation et de cuisson relevées sur les os des bovins, des caprinés et des porcs de Wallendorf.

Dessins de M. Coutureau, INRAP.

18Les habitudes culinaires semblent être variées. La combustion des os aux endroits peu charnus ou dépourvus de viande après la boucherie suggère le rôtissage. L’ébullition de la viande et la récupération de la moelle peuvent se refléter par la forte récurrence d’os fracturés. Le désossage de parties charnues peut refléter soit la consommation directe de morceaux dépourvus d’os, soit la conservation de la viande (salaison, fumage ou séchage). Nous avons essayé de reconstituer le patron de découpe des bovins de Wallendorf en nous basant sur l’ensemble de ces traces : une exploitation maximale de tous les produits peut être proposée (fig. 9). Les morceaux carnés sont variés, car les pièces charnues tout comme celles moins prisées ont été prélevées (Fleischwertklassen A, B, C selon Uerpmann, 1972).

19Les bovins de ce site sont tous de taille inférieure à la femelle de référence (fig. 10). La hauteur au garrot d’une vache, estimée sur un métatarse (tabl. 3), est de 105,8 cm. Les valeurs LSI sont distribuées de manière assez étalée, allant de -0,34 à -0,01. Néanmoins, deux pics (autour de -0,11 et -0,06) reflètent vraisemblablement le dimorphisme sexuel de cette population. Les valeurs très basses se basent sur des mesures prises sur des os qui s’épiphysent assez tôt (métatarse et tibia distaux). Toutefois, le moment de soudure des os n’est peut-être pas l’unique cause de ces valeurs basses, car d’autres éléments du squelette qui s’épiphysent aussi relativement tôt (radius proximal, phalanges) ont des valeurs plus élevées. De ce fait, il pourrait s’agir d’un changement proportionnel du bovin, changement potentiellement causé par sa domestication et par les pratiques agropastorales subies. En se basant sur les critères morphologiques, on décompte un mâle pour trois femelles. Il est difficile de dire si des individus castrés sont présents, mais cela pourrait être le cas pour le plus grand bovin (valeur LSI de -0,01).

Tableau 3 : Phalanges bovines (Bos taurus) de Wallendorf avec anomalies liées à l’usure et à la surcharge du squelette.

Tableau 3 : Phalanges bovines (Bos taurus) de Wallendorf avec anomalies liées à l’usure et à la surcharge du squelette.

Abréviations : PI = indice pathologique, ant. = antérieur, post. = postérieur, sin. = gauche, dext. = droit.

Figure 9 : essai de reconstitution du patron de découpe des bovins (Bos taurus) de Wallendorf en se basant sur les traces observées à la surface des os.

Figure 9 : essai de reconstitution du patron de découpe des bovins (Bos taurus) de Wallendorf en se basant sur les traces observées à la surface des os.

Découpe primaire (flèches noires) et secondaire (flèches grises).

Estampe de la vache issue d’Ellenberger et al., 1956, fig. 2.

Figure 10 : indices logarithmiques de taille (LSI) des bovins (Bos taurus) de Wallendorf.

Figure 10 : indices logarithmiques de taille (LSI) des bovins (Bos taurus) de Wallendorf.

A) Variabilité de la taille avec indication de la moyenne (flèche noire) et de la médiane (flèche grise). B) Distribution par tranche d’âge. C) Distribution par élément de squelette. Les données sont basées sur la médiane (rectangle rouge) et représentées en déciles.

20Les bovins ont été abattus à des âges variables (fig. 11). Le profil basé sur les dents fait ressortir un premier pic d’abattage pour les veaux âgés de 0 à 6 mois. Entre 20 et 30 % (en Nd et NMI) du troupeau bovin a été abattu avant d’atteindre l’âge de maturité sexuelle des vaches, vers 2 ans. Les classes d’âge EF et G sont les mieux représentées et cet abattage d’individus âgés entre 2 et 6,5 ans se reflète dans la courbe de survie du troupeau (fig. 11). Les vieux bovins sont peu représentés et tous sont abattus avant que les vaches ne deviennent stériles, vers 10 ans. Ce profil suggère une exploitation mixte. L’abattage de veaux et d’adultes âgés entre 4 et 6,5 ans plaide en faveur d’une exploitation laitière (Vigne et Helmer, 2007), dont l’abattage post-lactation, c’est-à-dire l’abattage des veaux au moment de leur sevrage, est une caractéristique (Tresset, 1996, 1997 ; Balasse et al., 1997, 2000). Cette hypothèse est renforcée d’une part par la dominance de femelles adultes au sein du troupeau et d’autre part par le faible taux de nouveau-nés abattus (classe A), car les éleveurs ont besoin d’eux pour obtenir du lait lors de la traite (Balasse et al., 2000 ; Balasse, 2003).

21La mise à mort de veaux sevrés témoigne également d’une recherche de viande tendre et celle des individus âgés entre 4 et 6 ans indique l’élimination de vaches dont la production laitière diminue, on parle aussi de vaches de réforme (Helmer, 1992 ; Tresset, 1996, 1997 ; Balasse et al., 2000 ; Bréhard et al., 2010). L’exploitation bouchère est visible par le fort abattage des bovins âgés entre 2 et 4 ans, moment de leur meilleur rendement en qualité et en quantité de viande. D’après des données recueillies sur des sites de la France méditerranéenne, cette pratique semble apparaître au IVe millénaire (Blaise et al., 2010). La présence de quelques bovins plus âgés soulève la question de l’utilisation de leur force. L’estimation des âges d’abattage basée sur l’état d’épiphysation des os fournit les mêmes tendances et soutient l’hypothèse d’une exploitation mixte (fig. 11).

Figure 11 : abattage des bovins (Bos taurus) de Wallendorf.

Figure 11 : abattage des bovins (Bos taurus) de Wallendorf.

A) Profil basé sur les dents. B) Courbe de survie. C) Profil basé sur les os longs. Abréviations : Nd = nombre de restes dentaires, NMIc = nombre minimal d’individus de combinaison, NRd = nombre de restes déterminés, NMIf = nombre minimal d’individus de fréquence.

22Peu d’anomalies ont été remarquées. Une incisive a un défaut en forme de coin au niveau du collet (fig. 5b), conséquence de l’abrasion dentaire lors de l’ingestion alimentaire (Müller, 1990). Une vertèbre lombaire a une anomalie de croissance, se traduisant par un foramen vasculaire surdimensionné (fig. 5c). Quatre phalanges présentent des déformations à différents stades, ce qui représente 17,4 % de ces éléments squelettiques (fig. 5d). Elles ont toutes un élargissement de la surface articulaire proximale, mais leur indice pathologique est plutôt faible (tabl. 4). Il pourrait s’agir de pathologies résultant d’une utilisation de ces individus pour leur force. Toutefois, le pâturage des bovins dans une zone marécageuse peut aussi produire ce type de déformations osseuses (Chaix, com. pers.). La détermination du sexe de ces individus est délicate, notamment en raison de la déformation des os et de leur épiphysation relativement précoce.

Tableau 4 : Données ostéométriques en mm du bovin (Bos taurus) de Wallendorf.

Tableau 4 : Données ostéométriques en mm du bovin (Bos taurus) de Wallendorf.

Précisions : () mesure estimée, * reste affecté d’une anomalie.

Les caprinés (Ovis aries/Capra hircus)

23Bien que toutes les régions anatomiques des caprinés soient représentées (tabl. 2), de nombreux éléments du squelette sont absents et le rachis est fortement sous-représenté (fig. 7). Cette composition peut indiquer un import de viande, un lieu de boucherie primaire localisé hors de la zone de fouille ou alors un biais taphonomique. Au moins 43 kg de viande et d’abats ont pu être acquis, provenant surtout d’individus âgés de plus de 2 ans.

24La décarnisation du squelette se voit au niveau du cou (fig. 8). Comme pour le bovin, les côtes ont été sectionnées par fracturation en dessous de la tubérosité du muscle ilio-costal et la fracturation d’os longs illustre la récupération de la moelle et vraisemblablement le dépeçage. Des traces relevant de la cuisson à la flamme ont été constatées au niveau de l’épaule et du gigot. Ces données sont trop limitées pour proposer un patron de découpe.

25Très peu de valeurs LSI existent pour les caprinés. Elles sont toutes inférieures à celles de l’individu utilisé comme référence standard. Seuls deux talus permettent de calculer la hauteur au garrot des moutons, elle est en moyenne de 62,6 cm. Ceci est à considérer avec précaution, car cet os se prête mal à l’approche. Le sex-ratio, obtenu sur les chevilles osseuses, est de 1/1.

26Peu de données sont disponibles pour déterminer les modes de gestion et d’exploitation du troupeau ovin. Les âges obtenus sur les os longs permettent dans le meilleur des cas d’indiquer les tendances (n = 12 ; NMIf = 3). On note l’abattage continu d’individus dès leur première année. L’abattage d’un agneau de 6 à 12 mois est attesté par les dents.

Les porcs (Sus domesticus)

27Les porcs sont représentés majoritairement par des fragments de crâne et de membres (fig. 7). Aucun côté n’est surreprésenté par rapport à l’autre (tabl. 2). Ces animaux ont pu fournir au moins 256 kg de viande et d’abats, à condition qu’ils aient été abattus et consommés sur place.

28Le coxal et le fémur ont été décharnés (fig. 8). Les os longs ont été fracturés pour leur moelle et certaines parties ont été probablement débitées au percuteur. Les côtelettes et l’épaule ont été cuites au-dessus d’un feu.

29Les deux valeurs LSI obtenues sur la scapula et sur l’ulna sont négatives et ces porcs étaient donc de plus petite taille que l’individu standard.

30Les porcs ont été abattus à des âges variables, mais aucun animal n’a atteint sa quatrième année, ce qui renvoie à un rendement maximal (fig. 12). Le troupeau a été réduit de 40 % avant que les femelles n’atteignent la maturité sexuelle vers 9 mois, ce qui indique une recherche de viande tendre. Cette hypothèse est soutenue par un sex-ratio de deux mâles pour une femelle, décompté sur les mâchoires.

Figure 12 : abattage des porcs (Sus domesticus) de Wallendorf.

Figure 12 : abattage des porcs (Sus domesticus) de Wallendorf.

A) Profil basé sur les dents. B) Courbe de survie. Abréviations : Nd = nombre de restes dentaires, NMIc = nombre minimal d’individus de combinaison.

Discussion

31L’analyse archéozoologique de Wallendorf a été effectuée dans le cadre d’un doctorat et s’intègre dans une recherche régionale (Höltkemeier, 2016). À la suite d’une première synthèse (Döhle, 1997), de nouvelles données ont permis de mener une étude approfondie de certaines problématiques et d’apporter des résultats documentés. Il s’agit d’abord du type d’approvisionnement carné, car le taux des animaux chassés et élevés varie d’un site et d’un groupe culturel à l’autre. À Wallendorf, l’élevage apporte la majorité des produits d’origine animale et les bovins sont la première ressource de ces matières. C’est aussi le cas pour la majorité des sites localisés en région Mittelelbe-Saale qui datent entre 4200 et 2800 av. N. è. (Höltkemeier, 2016, p. 260-266). Néanmoins, certains sites se démarquent de ce schéma, comme une fosse d’habitat à Gröna (Lengyel tardif ; Teichert, 1975b) et d’autres fosses à Niedergörne (Céramique aux impressions profondes ; Stolle et al., 1988). Sur ces deux sites, la chasse, la collecte de bivalves et la pêche sont des activités importantes.

32Le sous-système technique de l’exploitation des ressources animales (fig. 1) de Wallendorf est marqué par une exploitation mixte des bovins, alors que d’autres sites régionaux peuvent être plus dédiés à un produit en particulier. C’est par exemple le cas de l’enceinte fossoyée de Quenstedt « Schalkenburg » (Bernburg ; Müller, 1985) où l’exploitation bouchère de la triade domestique est importante, ou encore de l’habitat fossoyé de Krautheim « Allstedter Mühlberg » (Bernburg ; Benecke, inédit) où l’exploitation laitière des bovidés est prépondérante. Ainsi, la gestion des troupeaux et les pratiques pastorales ne sont pas toujours les mêmes. Pour les enceintes fossoyées de Wallendorf et Salzmünde « Schiepzig » (Salzmünde), on note un sex-ratio des bovins de 1/3, alors qu’il est de 1/1 à Quenstedt et de 1/10 à Krautheim. La castration des bovins est probable à Wallendorf et elle est même sûre pour les autres sites.

33La question de l’usage des bovins pour leur force motrice a été soulevée pour Wallendorf. À Salzmünde, elle est confirmée par un profil d’abattage caractéristique de cette pratique et par la présence de nombreux os portant des déformations pathologiques (Höltkemeier, 2016). Ces altérations du squelette liées à sa surcharge existent pour les bovins de différents sites de l’aire chronoculturelle considérée, mais il semble bien que ceux de Wallendorf soient les plus anciens (ibidem). Une datation au 14C de ces os et l’acquisition de données semblables lors des fouilles récentes pourraient confirmer cette hypothèse et contribuer à dater l’apparition de l’usage de la force bovine dans l’aire d’étude.

34Les caprinés, principalement représentés par des moutons sur l’ensemble des sites, et les porcs sont une autre ressource de produits du vivant et finaux, mais leur importance relative fluctue d’un site à l’autre. En règle générale, les caprinés sont en termes de nombre de restes plus abondants que les porcs. Seul quatre cas contraires sont connus : dans la fosse d’habitat de Runstedt (Baalberge ? ; Enderle, 1977) aucun reste de capriné n’a été recensé, dans l’habitat fortifié de Derenburg « Steinkuhlenberg » (Müller, 1964) les porcs sont légèrement plus abondants, dans les fosses d’habitat de Haldensleben (Céramique aux impressions profondes ; Prilloff, 1982) les caprinés et les porcs sont représentés de manière équivalente et dans la maison mortuaire de Wandersleben (Culture des Amphores globulaires ; Barthel, 1983) les porcs sont beaucoup plus représentés que les caprinés. Les moutons ont été élevés pour différents besoins. À Salzmünde par exemple, l’exploitation bouchère et laitière sont couplées, et celle du textile est également bien représentée (Höltkemeier, 2016, p. 270). Sur l’enceinte de Großobringen « Sportplatz » (Bernburg ; Barthel, 1985), l’élevage ovin semble être orienté vers une exploitation mixte de toison et de viande. La castration des béliers n’a pas pu être démontrée à Wallendorf, mais elle est une pratique courante à Krautheim, Quenstedt et Großobringen. Le sex-ratio des caprinés de Wallendorf est de 1/1, comme à Quenstedt. Sur les autres sites, ce sont soit les mâles qui dominent, comme à Salzmünde (3/1), soit les femelles, comme à Krautheim (1/2) et Großobringen (1/5). À Wallendorf, les porcs ont été abattus pour leur viande tendre, et c’est aussi le cas sur les autres sites. Le sex-ratio du troupeau porcin est de 2/1 à Wallendorf, de 1/1 à Salzmünde et Quenstedt et de 1/2 à Krautheim.

35Les ossements animaux mis au jour lors des fouilles anciennes à Wallendorf proviennent essentiellement de fosses. Plusieurs zones de concentration existent (fig. 6) et ces restes ont passé un temps variable à l’air libre. À Salzmünde, presque toutes les structures ont livré des ossements animaux, mais en quantité très variable (Höltkemeier, 2016, p. 248-255). Souvent, ce sont des rejets détritiques, mais certains dépôts animaux existent également (ibidem, p. 241-246). L’analyse spatiale détaillée des ossements animaux d’autres sites régionaux de la période chronoculturelle considérée n’a pas été effectuée. On sait juste qu’à Wandersleben, les ossements animaux brûlés se concentrent plus à l’entrée qu’au fond de la maison mortuaire (Barthel, 1983).

36La gestion des animaux abattus et la préparation de la viande par les hommes néolithiques sont rarement abordées dans les études. Sur l’enceinte de Peißen « Mühlberg », attribuée au groupe culturel Salzmünde, il semble que la découpe a eu lieu à proximité ou sur les zones fouillées. Les parties riches en viande sont transformées et certains morceaux semblent avoir été rôtis, d’autres ont été bouillis et la moelle osseuse a été récupérée (Becker, 1999). Les traces de découpe au silex ont été détaillées pour les ossements animaux issus de l’enceinte fossoyée du groupe culturel Bernburg de Halle Dölauer Heide « Langer Berg ». Leur analyse révèle que la découpe bouchère a été faite sur place (Müller, 1978). En se basant sur la représentation des parties anatomiques, H.-J. Barthel propose que la viande d’animaux domestiques consommée dans l’enceinte de Großobringen a été découpée ailleurs, alors que les cervidés ont été apportés entiers et débités sur le site (Barthel, 1985). Le traitement des carcasses et les pratiques culinaires carnées sont détaillés pour Salzmünde (Höltkemeier, 2016, p. 227-231). Leur analyse montre que la chaîne opératoire de découpe bouchère est assez classique, mais qu’elle peut varier d’une espèce à l’autre. Les pratiques culinaires semblent être variées, mais le rôtissage est toujours bien représenté. Ceci concorde avec les résultats obtenus pour Wallendorf (cf. supra).

37Après ce tour d’horizon des sites chronoculturellement comparables à Wallendorf « Hutberg », ce dernier présente les caractéristiques du sous-système technique régional de l’exploitation animale. Les sites considérés montrent différents cas de figure, certains étant spécialisés, comme Krautheim. Dans ce contexte, Wallendorf apparaît polyvalent, mettant à profit le maximum du potentiel des animaux. Ce site pourrait donc être plus autonome que d’autres qui se complètent par leur spécialisation. Ces derniers étant plus récents, il pourrait s’agir là d’une conséquence des changements majeurs qui s’opèrent lors du passage du Néolithique moyen II au Néolithique récent (pour plus de précision, voir Höltkemeier, 2016).

Bibliographie

Balasse M. 2003, « Keeping the young alive to stimulate milk production ? Differences between cattle and small stock », Anthropozoologica, vol. 37, p. 3-10.

Balasse M., Bocherens H., Tresset A., Mariotti A. et Vigne J.-D. 1997, « Émergence de la production laitière au Nonlithium ? Contribution de l’analyse isotopique d’ossements de bovins archéologiques », Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Séries IIA, Sciences de la terre et des planètes, vol. 325, p. 1005-1010.

Balasse M., Tresset A., Bocherens H., Mariotti A. et Vigne J.-D. 2000, « Un abattage « post-lactation » sur des bovins domestiques néolithiques. Étude isotopique des restes osseux du site de Bercy (Paris, France) », Ibex, vol. 5/ Anthropozoologica, vol. 31, p. 39-48.

Barone R. 1976, Anatomie comparée des mammifères domestiques. Tome I. Ostéologie, Paris, Vigot Frères.

Barthel H.-J. 1983, « Tierknochen », dans W. Gall, A. Bach, H.-J. Bartel et P. Lang (dir.), Neolithische Totenhütte bei Wandersleben, Alt-Thüringen, vol. 18, p. 18-27.

Barthel H.-J. 1985, « Die Tierreste aus einer “Grabenanlage“der neolithischen Bernburger Kultur », dans H.-J. Barthel et M. Teichert (dir.), Beiträge zur Archäozoologie 3, Weimar, Museum für Ur- und Frühgeschichte Thüringens, p. 59-101 (Weimarer Monographien zur Ur- und Frühgeschichte, 13).

Bartosiewicz L., Van Neer W. et Lentacker A. 1997, Draught cattle : their osteological identification and history, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale (Annales sciences zoologiques, 281).

Becker C. 1999, « Neue Tierknochenanalysen zum Spätneolithikum des Mittelelbe-Saale-Gebietes », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, vol. 80, p. 91-121.

Behrens H. 1973, Die Jungsteinzeit im Mittelelbe-Saale-Gebiet, Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften (Veröffentlichungen des Landesmuseums für Vorgeschichte in Halle, 27).

Behrensmeyer A. K. 1978, « Taphonomic and ecologic information from bone weathering », Paleobiology, vol. 4, p. 150-162.

Benecke N. inédit, « Tabellen mit Daten zur Auswertung des Krautheimer Fundkomplexes, unpublizierte Daten », Berlin, DAI.

Benesch F. 1941, Die Festung Hutberg : eine jungnordische Mischsiedlung bei Wallendorf, Kr. Merseburg, Halle a. d. Saale, Gebauer-Schwetschke (Veröffentlichungen der Landesanstalt für Volksheilkunde zu Halle, 12).

Beran J. 1993, Untersuchungen zur Stellung der Salzmünder Kultur im Jungneolithikum des Saalegebietes, Wilkau-Haßlau, Beier & Beran (Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte Mitteleuropas, 2).

Binford L. R. 1981, Bones : Ancient men and modern myths, New York, London, Toronto, Academic press (Studies in archaeology).

Blaise E., Bréhard S., Carrère I., Favrie T., Gourichon L., Helmer D., Rivière J., Tresset A. et Vigne J.-D. 2010, « L’élevage du Néolithique moyen 2 au Néolithique final dans le Midi méditerranéen de la France : État des données archéozoologiques », dans O. Lemercier, R. Furestier et E. Blaise (dir.), IVe millénaire. La transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le sud-est de la France et les régions voisines, Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 261-284 (Monographies d’archéologie méditerranéenne, 27).

Boessneck J., Jéquier J.-P. et Stampfli H. R. 1963, Seeberg Bürgäschisee-Süd – Die Tierreste, Bern, Stampfli Verlag (Acta Bernensia, 2, 3).

Boessneck J., Müller H.-H. et Teichert M. 1964, « Osteologische Unterscheidungsmerkmale zwischen Schaf (Ovis aries Linné) und Ziege (Capra hircus Linné) », Kühn-Archiv, vol. 78, p. 1-129.

Bridault A., Horard-Herbin M.-P., Pellé E., Fiquet P., Mashkour M. et Vigne J.-D. 2000, « Wild boar-age at death estimates : the relevance of new modern data for archaeological skeletal material. 1. Presentation on the corpus. Dental and epiphyseal fusion ages », Anthropozoologica, vol. 31, p. 11-18.

Bréhard S., Beeching A. et Vigne J.-D. 2010, « Shepherds, cowherds and site function on middle Neolithic sites of the Rhône valley : An archaeozoological approach to the organization of territories and societies », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 29, p. 179-188.

Costamagno S. 2012, « Des stries de boucherie aux sous-systèmes techniques de transformation et de consommation des ressources animales : apport de l’approche expérimentale », thèse d’habilitation à diriger des recherches, Bordeaux, Université de Bordeaux I – Sciences et Technologies.

Deschler-Erb S. et Marti-Grädel E. 2004, « Viehhaltung und Jagd. Ergebnisse der Untersuchungen der handaufgelesenen Tierknochen », dans S. Jacomet, U. Leuzinger et J. Schibler (dir.), Die jungsteinzeitliche Seeufersiedlung Arbon – Bleiche 3 : Umwelt und Wirtschaft, Frauenfeld, Kanton Thurgau, p. 158-252 (Archäologie im Thurgau, 12).

Dodson P. et Wexlar D. 1979, « Taphonomic investigations of owl pellets », Paleobiology, vol. 5, 3, p. 275-284.

Döhle H.-J. 1997, « Zum Stand der Untersuchungen an neolithischen Tierknochen aus Mitteldeutschland », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, vol. 79, p. 111-147.

Dreibrodt S., Zahrer J., Bork H.-R. et Brauer A. 2012, « Witterungs- und Umweltgeschichte während der norddeutschen Trichterbecherkultur – rekonstruiert auf Basis mikrofazieller Untersuchungen an jahresgeschichteten Seesedimenten ». dans M. Hinz et J. Müller (dir.), Siedlung Grabenwerk Großsteingrab. Studien zu Gesellschaft, Wirtschaft und Umwelt der Trichterbechergruppen im nördlichen Mitteleuropa, Bonn, Habelt, p. 145-158 (Frühe Monumentalität und soziale Differenzierung, 2).

Ellenberger W., Baum H. et Dittrich H. 1956, An atlas of animal anatomy for artists, New York, Dover Publications.

Enderle K. 1977, « Die Tierknochen der neolithischen Siedlung der Trichterbecherkultur Runstedt bei Helmstedt », Neue Ausgrabungen und Forschungen in Niedersachsen, vol. 11, p. 161-165.

Gentry A., Clutton-Brock J. et Groves C. P. 2004, « The naming of wild animal species and their domestic derivatives », Journal of Archaeological Science, vol. 31, p. 645-651.

Grimm P. 1938, « Die Salzmünder Kultur in Mitteldeutschland », Jahresschrift für die Vorgeschichte der sächsisch-thüringischen Länder, vol. 29, p. 1-104.

Gronenborn D. 2009, « Climate fluctuations and trajectories to complexity in the Neolithic : towards a theory », Documenta Praehistoria, vol. 36, p. 97-110.

Gronenborn D. 2010, « Climate, crises, and the “neolithisation” of central Europe between IRD-events 6 and 4 », dans D. Gronenborn et J. Petrasch (dir.), Die Neolithisierung Mitteleuropas. The spread of the Neolithic to central Europe, Mainz, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, p. 61-80 (RGZM-Tagungen, 4).

Günther K. 1990, « Neolithische Bildzeichen an einem ehemaligen Megalithgrab bei Warburg, Kreis Höxter (Westfalen) », Germania, vol. 68, p. 39-65.

Helmer D. 1987, « Les Suidés du Cardial : sangliers ou cochons ? », dans J. Guilaine, J. Courtin, J.-L. Roudil et J.-L. Vernet (dir.), Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale, Paris, CNRS, p. 215-220.

Helmer D. 1992, La domestication des animaux par les hommes préhistoriques, Paris, Masson.

Higham C. F. W. 1969, « The economic basis of the Danish Funnel-Necked Beaker (TRB) culture », Acta Archaeologica, vol. 40, p. 200-209.

Hillson S. 2005, Teeth, Cambridge, University Press.

Höltkemeier S. 2016, « L’exploitation animale au IVe millénaire avant notre ère en Allemagne centrale : les sites de Wallendorf et Salzmünde dans leur contexte régional », thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2 vol. 

Jones G. G. et Sadler P. 2012, « Age at death in cattle : methods, older cattle and known-age reference material », Environmental Archaeology, vol. 17, 1, p. 11-28.

Klassen L. 2004, Jade und Kupfer. Untersuchungen zum Neolithisierungsprozess im westlichen Ostseeraum unter besonderer Berücksichtigung der Kulturentwicklung Europas 5500-3500 BC, Aarhus, University Press (Jutland Archaeological Society Publications, 47).

Lemoine X., Zeder M. A., Bishop K. J. et Rufolo S. J. 2014, « A new system for computing dentition-based age profiles in Sus scrofa », Journal of Archaeological Science, vol. 47, p. 179-193.

Lichardus J., Lichardus-Itten M. avec la collaboration de Bailloud G. et Cauvin C. 1985, La Protohistoire de l’Europe : Le Néolithique et le Chalcolithique entre la Méditerranée et la mer Baltique, Paris, Presses universitaires de France (Nouvelle Clio, 1 bis).

Lüning J. 1967, « Die Michelsberger Kultur. Ihre Funde in zeitlicher und räumlicher Gliederung », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, vol. 48, p. 1-350.

Matolcsi J. 1970, « Historische Erforschung der Körpergröße des Rindes auf Grund von ungarischem Knochenmaterial », Zeitschrift für Tierzüchtung und Züchtungsbiologie, vol. 87, p. 89-137.

Midgley M. S. 1992, TRB Culture. The First Farmers of the North European Plain, Edinburgh, University Press.

Müller H.-H. 1964, « Vorläufiger Bericht über die Untersuchung des Knochenmaterials von Derenburg-Steinkuhlenberg, unpubliziertes Manuskript », Halle (Saale), LDA Sachsen-Anhalt.

Müller H.-H. 1978, « Tierreste aus einer Siedlung der Bernburger Gruppe bei Halle (Saale) », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, vol. 62, p. 203-220.

Müller H.-H. 1985, « Tierreste aus Siedlungsgruben der Bernburger Kultur von der Schalkenburg bei Quenstedt, Kr. Hettstedt », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, vol. 68, p. 179-220.

Müller H.-H. 1990, « Keilförmige Defekte an fossilen und subfossilen Tierzähnen und ihre Bedeutung für die archäologische Forschung », dans J. Schibler, J. Sedlmeier et H. Spycher (dir.), Festschrift für Hans R. Stampfli. Beiträge zur Archäozoologie, Archäologie, Anthropologie, Geologie und Paläontologie, Basel, Helbing & Lichtenhahn, p. 147-152.

Müller H.-H. 1998, « Haustierhaltung, Jagd und Fischfang », dans J. Preuß (dir.), Das Neolithikum in Mitteleuropa. Kulturen-Wirtschaft- Umwelt vom 6. bis 3. Jahrtausend v.u.Z. : Übersichten zum Stand der Forschung, Band 1/1, Teil A : Das Neolithikum in Mitteleuropa, Weissbach, Beier & Beran, p. 79-90 (Archäologische Fachliteratur).

Müller J. 1999, « Radiokarbonchronologie-Keramiktechnologie-Osteologie-Anthropologie-Raumanalysen. Beiträge zum Neolithikum und zur Frühbronzezeit im Mittelelbe-Saale-Gebiet », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, vol. 80, p. 25-211.

Müller J. 2001, Soziochronologische Studien zum Jung- und Spätneolithikum im Mittelelbe-Saale-Gebiet (4100-2700 v. Chr.). Eine sozialhistorische Interpretation prähistorischer Quellen, Rahden, Marie Leidorf (Vorgeschichtliche Forschungen, 21).

Payne S. 1973, « Kill-off patterns in sheep and goats : the mandibles from Aşvan Kale », Anatolian Studies, vol. 23, p. 281-303.

Payne S. 1985, « Morphological distinctions between the mandibular teeth of young sheep, Ovis, and goats, Capra », Journal of Archaeological Science, vol. 12, p. 139-147.

Payne S. et Bull G. 1988, « Components of variation in measurements of pig bones and teeth, and the use of measurements to distinguish wild from domestic pig remains », Archaeozoologia, vol. 2, p. 27-66.

Pétrequin P., Arbogast R.-M., Pétrequin A.-M., Van Willigen S. et Bailly M. 2006, Premiers chariots, premiers araires : La diffusion de la traction animale en Europe pendant les IVe et IIIe millénaires avant notre ère, Paris, CNRS (CRA Monographies, 29).

Poplin F. 1976, « À propos du nombre de restes et du nombre d’individus dans les échantillons d’ossements », Cahiers du Centre de Recherches Préhistoriques de l’Université Paris 1, vol. 5, p. 61-74.

Prilloff R.-J. 1982, « Tierreste aus einer tiefstichkeramischen Siedlung von Haldensleben, Kr. Haldensleben », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, vol. 65, p. 73-82.

Prummel W. 1987, « Atlas for identification of foetal skeletal elements of cattle, horse, sheep and pig. Part 2 », Archaeozoologia, vol. 1, 2, p. 11-41.

Schlenker B. inédit, « Durchsicht Altmaterial Hutberg Wallendorf (Grabung Benesch) durch B. Schlenker 14-16. Mai 2014. Keramiktypologische Datierung der Befunde, unpubliziertes Manuskript », Halle (Saale), LDA Sachsen-Anhalt.

Schlenker B., Wollenweber R., Schroeter-Behrens J. et Friederich S. 2016, « Die Michelsberger Kultur-Westeinflüsse in der älteren Trichterbecherkultur Mitteldeutschlands », Archäologie in Sachsen-Anhalt, vol. 8, p. 11-18.

Schmid E. 1972, Atlas of animal bones : For prehistorians, archaeologists and Quaternary geologists, Amsterdam, Elsevier.

Schunke T. 1994, « Michelsberger Kultur (MK) », dans H.-J. Beier et R. Einicke (dir.), Das Neolithikum im Mittelelbe-Saale-Gebiet und in der Altmark. Eine Übersicht und ein Abriss zum Stand der Forschung, Wilkau-Haßlau, Beier & Beran, p. 129-143 (Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte Mitteleuropas, 4).

Simpson G. G. et Roe A. 1939, Quantitative zoology : Numerical concepts and methods in the study of recent and fossil animals, New York, London, McGraw-Hill Book Company (McGraw-Hill publications in the zoological sciences).

Sigaut F. 1980, « Un tableau des produits animaux et deux hypothèses qui en découlent », Production pastorale et société, vol. 7, p. 20-36.

Soulier M.-C. et Costamagno S. 2017, « Let the cutmarks speak ! Experimental butchery to reconstruct carcass processing », Journal of Archaeological Science : Reports, vol. 11, p. 782-802.

Steppan K. 2001, « Ur oder Hausrind ? Die Variabilität der Wildtieranteile in linearbandkeramischen Tierknochenkomplexen », dans R.-M. Arbogast, C. Jeunesse et J. Schibler (dir.), Rôle et statut de la chasse dans le Néolithique ancien danubien (5500-4900 av. J.-C.), Rahden, Marie Leidorf, p. 171-186 (Internationale Archäologie, 1).

Steppan K. 2003, Taphonomie, Zoologie, Technologie, Ökonomie : die Säugetierreste aus den jungsteinzeitlichen Grabenwerken in Bruchsal, Landkreis Karlsruhe, Stuttgart, Theiss (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 66).

Stolle T., Benecke N. et Beran J. 1988, « Zwei Siedlungsgruben der altmärkischen Gruppe der Tiefstichkeramik mit zahlreichen Tierresten von Niedergörne, Kr. Stendal », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, vol. 71, p. 37-55.

Teichert M. 1975a, « Osteometrische Untersuchungen zur Berechnung der Widerristhöhe bei Schafen », dans Clason A. T. (dir.), Archaeozoological studies, Amsterdam, Oxford, North Holland, Elsevier, p. 51-69.

Teichert M. 1975b, « Tierreste aus einer neolithischen Siedlungsgrube bei Gröna, Kreis Bernburg », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, vol. 59, p. 21-23.

Tresset A. 1996, « Le rôle des relations homme/animal dans l’évolution économique et culturelle des sociétés des Ve et IVe millénaires en Bassin parisien : approche ethno-zootechnique fondée sur les ossements animaux », thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 3 vol. 

Tresset A. 1997, « L’approvisionnement carné Cerny dans le contexte néolithique du Bassin Parisien », dans C. Constantin, D. Mordant et D. Simonin (dir.), La culture de Cerny : Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Nemours, Association pour la promotion de la recherche archéologique en Île-de-France, p. 299-314 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 6).

Uerpmann H.-P. 1972, « Tierknochenfunde und Wirtschaftsarchäologie. Eine kritische Studie der Methoden der Osteo-Archäologie », Archäologische Informationen, vol. 1, p. 9-27.

Vigne J.-D. 1991, « The meat and offal weight (MOW) method and the relative proportion of ovicaprines in some ancient meat diets of the north-western Mediterranean », Rivista di Studi Liguri, vol. 57, 2, p. 21-47.

Vigne J.-D. 1998, « Faciès culturels et sous-systèmes techniques de l’acquisition des ressources animales. Application au Néolithique ancien méditerranéen », dans A. D’Anna et D. Binder (dir.), Production et identité culturelle : actualité de la recherche, Antibes, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, p. 27-45.

Vigne J.-D. et Helmer D. 2007, « Was milk a “secondary product” in the Old World Neolithisation process ? Its role in the domestication of cattle, sheep and goats », Anthropozoologica, vol. 42, 2, p. 9-40.

Von den Driesch A. 1976, A guide to the measurement of animal bones from archaeological sites, Cambridge, Harvard University (Peabody Museum Bulletin, 1).

Zeder M. A. 2006, « Reconciling rates of long bone fusion and tooth eruption and wear in sheep (Ovis) and goat (Capra) », dans D. Ruscillo (dir.), Recent advances in ageing and sexing animal bones, Oxford, Oxbow Books, p. 87-118.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : schéma du sous-système technique de l’exploitation des ressources animales (modifié d’après Tresset, 1996, fig. 3 ; Vigne, 1998, fig. 1). Intégration des comportements (Sigaut, 1980), de la notion de l’entretien et du recyclage. DAO : S. Höltkemeier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 2 : localisation du site étudié (point rouge) et des autres sites mentionnés dans le texte.
Légende 1 : Gröna ; 2 : Runstedt ; 3 : Wallendorf « Hutberg » ; 4 : Salzmünde « Schiepzig » ; 5 : Peißen « Mühlberg » ; 6 : Haldensleben ; 7 : Niedergörne ; 8 : Halle Dölauer Heide « Langer Berg » ; 9 : Quenstedt « Schalkenburg » ; 10 : Derenburg « Steinkuhlenberg » ; 11 : Großobringen « Sportplatz » ; 12 : Krautheim « Allstedter Mühlberg » ; 13 : Wandersleben.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 3 : plan des structures archéologiques mises au jour lors des fouilles anciennes et récentes de Wallendorf « Hutberg ».
Crédits DAO : LDA Saxe-Anhalt, modifié.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 : chronologie de 4200 à 2600 cal. BC des groupes culturels et périodisation de I à V du complexe culturel des Gobelets en Entonnoir (TRBK) en région Mittelelbe-Saale (MES).
Crédits Dates issues de Müller, 2001 ; DAO : S. Höltkemeier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 1 : liste et spectre de faune de Wallendorf.
Légende Données en nombre de restes (NR), masse des restes en grammes (PR) et nombre minimal d’individus par individualisation (NMIi).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5 : particularités des restes animaux de Wallendorf.
Légende A) Deux omoplates gauches de caprinés (Ovis aries/Capra hircus) de la fosse 103. Les enfoncements ont été provoqués par un carnivore. Vues latérales (1ère et 3e) et vues médiales (2e et 4e). B) Incisive droite de bovin (Bos taurus) de la fosse 141. Un défaut en forme de coin est visible au niveau du collet. De gauche à droite : vue buccale ; vue vestibulaire ; vue linguale ; vue mésiale. C) Vertèbre lombaire de bovin (Bos taurus) de la fosse 155. Elle est affectée par une anomalie de croissance. De gauche à droite : vue ventrale ; vue latérale droite ; vue dorsale. D) Premières et deuxièmes phalanges de bovin (Bos taurus) avec des anomalies (élargissement de la surface articulaire proximale et exostoses). À leur droite ont été placées pour comparaison des phalanges de bovin actuel provenant de l’ostéothèque du LDA Saxe-Anhalt.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6 : distribution spatiale des restes animaux de Wallendorf.
Légende Nombre de restes déterminés et indéterminés (en haut) ; restes rongés par un carnivore, présents dans les structures marquées par une étoile (en bas).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 2 : distribution des restes de bovins (Bos taurus), de moutons (Ovis aries), de chèvre (Capra hircus), de caprinés (O/C), de porcs (Sus domesticus), de suiné indéterminé (Sus sp.), de canard/sarcelle (Anas sp.) et de buse variable (Buteo buteo) de Wallendorf.
Légende Abréviation : pdl = pas de latéralisation.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 7 : pourcentage de représentation par partie squelettique (PRi) des bovins (Bos taurus), des caprinés (Ovis aries/Capra hircus) et des porcs (Sus domesticus) de Wallendorf.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 8 : localisation des traces de dépouillage, de désarticulation, de décarnisation, de fracturation et de cuisson relevées sur les os des bovins, des caprinés et des porcs de Wallendorf.
Crédits Dessins de M. Coutureau, INRAP.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 3 : Phalanges bovines (Bos taurus) de Wallendorf avec anomalies liées à l’usure et à la surcharge du squelette.
Légende Abréviations : PI = indice pathologique, ant. = antérieur, post. = postérieur, sin. = gauche, dext. = droit.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 9 : essai de reconstitution du patron de découpe des bovins (Bos taurus) de Wallendorf en se basant sur les traces observées à la surface des os.
Légende Découpe primaire (flèches noires) et secondaire (flèches grises).
Crédits Estampe de la vache issue d’Ellenberger et al., 1956, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 10 : indices logarithmiques de taille (LSI) des bovins (Bos taurus) de Wallendorf.
Légende A) Variabilité de la taille avec indication de la moyenne (flèche noire) et de la médiane (flèche grise). B) Distribution par tranche d’âge. C) Distribution par élément de squelette. Les données sont basées sur la médiane (rectangle rouge) et représentées en déciles.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 11 : abattage des bovins (Bos taurus) de Wallendorf.
Légende A) Profil basé sur les dents. B) Courbe de survie. C) Profil basé sur les os longs. Abréviations : Nd = nombre de restes dentaires, NMIc = nombre minimal d’individus de combinaison, NRd = nombre de restes déterminés, NMIf = nombre minimal d’individus de fréquence.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 4 : Données ostéométriques en mm du bovin (Bos taurus) de Wallendorf.
Légende Précisions : () mesure estimée, * reste affecté d’une anomalie.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 12 : abattage des porcs (Sus domesticus) de Wallendorf.
Légende A) Profil basé sur les dents. B) Courbe de survie. Abréviations : Nd = nombre de restes dentaires, NMIc = nombre minimal d’individus de combinaison.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4608/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8215 Trajectoires
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access