Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

Perles discoïdes en coquille marine et en roche de l’âge du Bronze dans le Centre-Ouest de la France : l’exemple du Mas de Champ Redon à Luxé

Caroline Mougne, Catherine Dupont, Querré Guirec, Patricia Semelier et Valérie Audé

Résumé

Un petit ensemble sépulcral de l’âge du Bronze ancien composé de trois tombes individuelles a été découvert sur le site du Mas de Champ Redon à Luxé dans le Centre-Ouest de la France, fouillé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) en 2011 sous la direction de V. Audé. Deux des trois sépultures ont livré quarante perles discoïdes ; trente-neuf en test coquillier marin et une perle en roche. Bien que souvent découvertes dans des sépultures collectives, ces formes de parure sont en revanche rarement associées aux tombes individuelles. Cette caractéristique fait du site de Luxé un cas rare en France et unique dans le Centre-Ouest pour l’âge du Bronze ancien. Parmi les perles fabriquées à partir de coquilles marines, vingt-neuf au moins proviennent du genre Cerastoderma, appelé couramment coque. L’identification n’a pas été possible pour les dix autres, mais la structure du matériau employé assure qu’elles ont été façonnées à partir de coquilles marines. Les éléments de parure, du point de vue des formes, des techniques de façonnage et du degré d’usure, sont différents selon les défunts, et sur un même individu. Les perles étaient positionnées entre le crâne et l’épaule, évoquant plusieurs utilisations possibles. Il est à souligner qu’une différenciation des trois sépultures, du point de vue de l’âge des individus, semble perceptible à partir de l’étude de ces parures. Les perles du Mas de Champ Redon ne semblent pas trouver d’équivalent, tant d’un point de vue morphologique que technique sur le territoire national. Des recherches et des études supplémentaires restent donc à poursuivre pour relier les perles de ce site à un réseau de production et d’échange en provenance de sites atlantiques ou méditerranéens.

Texte intégral

Nous souhaitons remercier José Gomez de Soto et Isabelle Kerouanton pour leurs relectures attentives de ce manuscrit. Nous tenons également à remercier Luc Laporte pour ses précieux conseils lors de l’étude des perles discoïdes.

1Les coquilles de mollusques marins sont utilisées comme matière première pour la confection de parure depuis le Paléolithique. Tout d’abord à l’état brut simplement percées, les coquilles vont, dès le début du Néolithique en France, être façonnées pour obtenir des parures plus élaborées comme des perles discoïdes (Bonnardin, 2009 ; Prost et al., 2012). Les bivalves de la famille des Cardiidés, et plus particulièrement le genre Cerastoderma appelé plus couramment coque, sont souvent utilisés pour la fabrication de perles discoïdes. Ce type de perle a été découvert sur plusieurs sites du Néolithique et de l’âge du Bronze en France (Taborin, 1974 ; Laporte, 1994, Pauc, 1997 ; Bocquenet, 1998 ; Bonnardin, 2009 ; Dupont et Laporte, 2009 ; Gruet et Laporte, 2009 ; Laporte, 2009 ; Pauc, 2011 ; Prost et al. 2012) et du Néolithique récent en Grèce (Miller, 1996). Leur étude a permis de reconstituer certaines chaînes opératoires de fabrication de ces perles. Quelques expérimentations viennent aussi compléter ces observations sur le territoire français (Pauc, 1997 ; Ricou et Esnard, 2000 ; Bonnardin, 2009 ; Ricou et al., 2009 ; Pauc, 2011).

2Trente-neuf perles discoïdes en coquille marine, majoritairement du genre Cerastoderma, ont été découvertes dans deux sépultures individuelles de l’âge du Bronze ancien sur la commune de Luxé, dans le Centre-Ouest de la France. Ce type de perles est attesté majoritairement dans des sépultures collectives, dont la couverture chronologique est assez large, voire incertaine, mais rarement en sépulture individuelle, ce qui constitue un des intérêts majeurs de cette étude. Cette collection est en effet un exemple rare en France, et encore unique en Centre-Ouest pour l’âge du Bronze.

Présentation du site

3Le site archéologique du Mas de Champ Redon est localisé à Luxé, en Charente, dans le Centre-Ouest de la France, à une centaine de kilomètres du littoral actuel (fig. 1). Il a fait l’objet d’une fouille en 2011 par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) sous la direction de V. Audé (Audé, 2013). Cette opération a permis, entre autres, de mettre en évidence un petit ensemble sépulcral d’une superficie d’environ 4 m2, composé de trois sépultures individuelles déposées dans des fosses architecturées en blocs de calcaire non équarris. Les datations radiocarbones effectuées pour chacun des squelettes donnent des résultats relativement homogènes situés vers la seconde moitié de l’âge du Bronze ancien, soit entre 1900 et 1600 av. J.-C. environ, sans que l’on puisse toutefois déterminer l’ordre d’installation des tombes.

Figure 1 : Localisation, plan et illustrations du site du Mas de Champ Redon à Luxé.

Figure 1 : Localisation, plan et illustrations du site du Mas de Champ Redon à Luxé.

a, b, c : Localisation du site, d : Plan des trois sépultures du Mas de Champ Redon (Audé 2013, p. 45).
e : Plan de détail de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon avec emplacement des perles trouvées in situ (n° des perles attribuées pour l’étude) (Audé 2013, p. 53). f : Perles trouvées lors du tamisage en laboratoire dont certaines localisées contre la partie postérieure de la joue droite de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon (Audé 2013, p. 65). g : Perles (dont quatre accolées) trouvées in situ dans la sépulture 1 du Mas de Champ Redon (n° d’étude : 4, 7, 14, 15) (Audé 2013, p. 54).

4Deux des trois sépultures étaient associées à quarante perles discoïdes soit trente-neuf en test coquillier marin étudiées par C. Mougne et C. Dupont et une perle en roche analysée par G. Querré (fig. 2 et 3).

Figure 2 : Perles discoïdes en coquillage marin de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon à Luxé avec le numéro de chaque perle en haut à gauche (pour les mesures des perles se référer au tableau 1) (cl. C. Mougne).

Figure 2 : Perles discoïdes en coquillage marin de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon à Luxé avec le numéro de chaque perle en haut à gauche (pour les mesures des perles se référer au tableau 1) (cl. C. Mougne).

Figure 3 : Perles discoïdes en coquillage marin et en roche (perle n° 40) de la sépulture 2 du Mas de Champ Redon à Luxé avec le numéro de chaque perle en haut à gauche (pour les mesures des perles se référer au tableau 1) (cl. C. Mougne).

Figure 3 : Perles discoïdes en coquillage marin et en roche (perle n° 40) de la sépulture 2 du Mas de Champ Redon à Luxé avec le numéro de chaque perle en haut à gauche (pour les mesures des perles se référer au tableau 1) (cl. C. Mougne).

Matériel et méthode

5Les informations et les résultats présentés ont pu être établis à partir du ramassage à vue et des prélèvements sédimentaires (318 litres) effectués sur le terrain, mais également au cours de la fouille fine réalisée en laboratoire sous la responsabilité de V. Audé (fig. 1). Sur les quarante perles découvertes, trente-deux étaient situées dans la tombe du jeune adulte (sépulture 1, structure n° 70) et huit dans celle de l’enfant âgé de 7 ans environ (sépulture 2, structure n° 71). Aucun élément de parure n’a été découvert dans la tombe du plus jeune enfant âgé d’environ 4 ans. Toutes ces perles, découvertes soit in situ durant la fouille soit au cours du tamisage des sédiments, étaient positionnées entre le crâne et l’épaule des deux individus. Le mobilier funéraire de cet ensemble sépulcral est constitué quasi exclusivement de ces quarante perles discoïdes (Mougne, 2015). Des éclats de silex et nodules de céramique, découverts durant le tamisage, ne semblent pas avoir été déposés volontairement dans les tombes, mais ont plus vraisemblablement été apportés, de façon résiduelle, avec les terres de comblement (Audé, 2013).

6Toutes les perles discoïdes ont été observées, puis photographiées, à la loupe binoculaire. Cette méthode est indispensable pour l’observation des stigmates de façonnage et d’usure mais également pour l’identification de la matière première et des processus taphonomiques. Les perles et certains détails de celles-ci ont ensuite été photographiés sous loupe binoculaire (grossissement jusqu’au 80X) afin d’illustrer au mieux les hypothèses avancées. Quatre séries de mesures ont été prises au pied à coulisse digital au centième de millimètre : la longueur correspond à la dimension prise dans le sens des côtes ornant la coquille ; la largeur est la mesure qui lui est perpendiculaire ; seule l’épaisseur maximale de la perle a été retenue, car sujette à variation d’un bout à l’autre de la perle ; enfin le diamètre de la lumière de la perforation correspond au diamètre du percement.

Résultats

Choix des espèces

7Sur les quarante perles, trente-neuf ont été fabriquées à partir de coquillage marin (fig. 4). Vingt-neuf au moins proviennent du genre Cerastoderma, appelé couramment coque ou Cardium. Cette détermination a pu être réalisée grâce au dessin des côtes observables sur la coquille, à leurs dimensions mais également à l’épaisseur des perles ainsi qu’à leur courbure (fig. 5-b et fig. 6) La coque commune Cerastoderma edule, de son ancien nom latin Cardium edule, peut être confondue facilement avec la coque des marais Cerastoderma glaucum, de son ancien nom latin Cardium glaucum, présente à la fois sur les côtes atlantiques et méditerranéennes. La différenciation de ces deux espèces n’a pas été possible pour les perles de Luxé. Pour les dix autres, l’identification n’a pas été possible, mais il est assuré qu’elles ont été façonnées à partir de coquilles marines du fait de la structure du matériau employé (fig. 5-a).

8Une perle en roche a également été identifiée. Les analyses chimiques montrent qu’elle a été réalisée probablement à partir d’un calcaire cristallin particulièrement pur ou bien d’un fragment de marbre.

9Le choix des tests de Cerastoderma sp. pour confectionner des parures n’est pas anodin. En effet, cette coquille est parfaitement adaptée à la confection de perles discoïdes, car sa texture est moins dure que celle d’autres bivalves et coquillages marins (Ricou et Esnard, 2000). De plus, la forme discoïde demande une matière première dont l’épaisseur est suffisante et peu convexe, ce qu’offrent les coques, coquillages les plus communs pour la fabrication de ce type de perles (Taborin, 1974, p. 141).

Figure 4 : Matière première et forme des perles.

Figure 4 : Matière première et forme des perles.

a : matière première des perles. b : forme générale des perles. c : section des perforations.

Figure 5 : Détail de la structure des perles témoignant de l’utilisation de test coquillier au Mas de Champ Redon (cl. C. Mougne).

Figure 5 : Détail de la structure des perles témoignant de l’utilisation de test coquillier au Mas de Champ Redon (cl. C. Mougne).

a : perle n° 6, L = 5,2 mm : structure du coquillage marin, b : perle n° 36, L = 6,15 mm : présence de côtes, ornementations des coquillages marins appartenant à la famille des Cardiidés (L = longueur maximale).

Figure 6 : a : Cerastoderma glaucum (L = 30 mm), b : Cerastoderma edule (L = 26 mm) (L = longueur maximale) (cl. C. Mougne).

Figure 6 : a : Cerastoderma glaucum (L = 30 mm), b : Cerastoderma edule (L = 26 mm) (L = longueur maximale) (cl. C. Mougne).

Taphonomie

10Cette analyse préalable permet d’estimer le niveau de conservation des artefacts. Sur les quarante perles discoïdes, deux sont fragmentées. La première, en test coquillier a été brisée lors de la post-fouille (fig. 2 n° 26). Quant à la deuxième, en roche, sa cassure semble ancienne (fig. 3 n° 40). Globalement, la surface des perles est assez altérée, la surface d’origine a disparu. Cette altération est due à la fois à la nature du terrain, aux racines, mais également aux émanations chimiques qui ont eu lieu lors de la décomposition des corps. Le poli peut partiellement ou totalement avoir disparu (fig. 7-b), faisant parfois apparaître la structure de la coquille. Celle-ci est composée, entre autres, de plusieurs accrétions de carbonate de calcium qui se matérialisent par des lignes parallèles longitudinales dans le sens horizontal et vertical (fig. 5-a, fig. 7-h). Des petits cratères de dissolution, dus aux phénomènes physico-chimiques, sont aussi présents sur plusieurs perles (fig. 7-g). De plus, des petits enlèvements sont parfois situés entre l’extrémité des faces et le contour. Leur forme et leur localisation sur la perle indiquent que ces stigmates ne sont pas dus à l’usure (fig. 7-a, b, c, d). Il est néanmoins difficile de connaître leur origine. Ils peuvent être dus à la phase de façonnage ou refléter le heurt des perles les unes contre les autres. Enfin, des stries irrégulières et sans orientation préférentielle sont observables sur la perle n° 25 (fig. 7-f). Ces dernières pourraient provenir de facteurs naturels, du façonnage ou de l’utilisation. Des traces de l’action de vers marins de la famille des annélides, pouvant faire penser au genre Polydora, sont visibles sur plusieurs perles (fig. 7-e). Ces vers creusent des galeries en forme de virgule, reconnaissables par deux perforations associées au niveau du percement de la surface des coquilles. Certaines de ces galeries ont percé toute l’épaisseur du test. Cette observation indique que ces coquilles ont été ramassées mortes échouées sur la plage ou dans un gisement fossile.

Figure 7 : Modifications taphonomiques sur les perles discoïdes du site du Mas de Champ Redon (cl. C. Mougne).

Figure 7 : Modifications taphonomiques sur les perles discoïdes du site du Mas de Champ Redon (cl. C. Mougne).

- Petits enlèvements situés entre l’extrémité des faces et le contour. a : perle n° 6, L = 5,2 mm, b : perle n° 16, L = 5,24 mm, c : perle n° 30, L = 5,1 mm, d : perle n° 37, L = 5,37 mm,
- Traces de l’action de vers marins de la famille des annélides, potentiellement du genre Polydora
e : perle n° 31, L = 4,66 mm,
- Stries irrégulières et sans orientation préférentielle
f : perle n° 25, L = 5,68 mm,
- Petits cratères de dissolution, dus aux phénomènes physico-chimiques
g : perle n° 10, L = 7,51 mm,
- Accrétions de carbonate de calcium matérialisées par des lignes parallèles longitudinales dans le sens
horizontal et vertical
h : perle n° 35, L = 6,09 mm (L = longueur maximale).

Morphométrie

11La morphologie des perles est majoritairement circulaire pour trente-quatre d’entre elles, tandis que six sont légèrement ovalaires (fig. 4). Cette forme ovalaire pourrait avoir été souhaitée, mais elle peut également être due à un façonnage préparatoire trop trapézoïdal (Ricou et al., 2009, p. 517).

  • 1 Le crochet ou la charnière, où les valves sont jointes, est la partie dorsale de l’animal. La parti (...)
  • 2 L’umbo est l’extrémité saillante des valves d’un mollusque bivalve de forme arrondie.

12La longueur des perles se situe entre 4,68 et 7,25 mm pour une moyenne de 5,52 mm, avec vingt-trois perles entre 5 et 5,5 mm (tabl. 1 et fig. 8). La largeur se situe, quant à elle, entre 4,33 et 7,57 mm pour une moyenne de 5,47 mm avec vingt et une perles entre 5 et 5,5 mm (tabl. 1 et fig. 8). Quant à l’épaisseur maximale, elle mesure entre 1,28 et 2,67 mm pour une moyenne de 1,75 mm avec vingt-quatre perles entre 1,5 et 2 mm (tabl. 1 et fig. 8). L’épaisseur des valves d’un bivalve telle la Cerastoderma est régulière, sauf dans des zones précises comme les bords ventral et dorsal1. L’observation d’épaisseurs non constantes sur tout le profil de la perle pourrait montrer que celles-ci ont été fabriquées à partir de certaines parties de la périphérie ou de l’umbo2 de la valve de la Cerastoderma. Le poids moyen d’une perle discoïde en test coquillier est de 0,06 g.

13Le fragment de perle en roche mesure 5,2 mm maximum de longueur et pèse 0,06 g. Il s’agit du quart d’une perle circulaire à percement central. Les dimensions d’origine de la perle sont un diamètre reconstitué de 7,8 mm et une épaisseur de 2,3 mm.

Tableau 1 : Mesures des perles discoïdes du Mas de Champ Redon.

Tableau 1 : Mesures des perles discoïdes du Mas de Champ Redon.

Figure 8 : Distribution des longueurs, largeurs, épaisseurs et dimensions des perforations des perles en coquille marine.

Figure 8 : Distribution des longueurs, largeurs, épaisseurs et dimensions des perforations des perles en coquille marine.

Techniques de façonnage

14Au moins vingt-neuf perles du Mas de Champ Redon ont été fabriquées à partir de coquilles de Cerastoderma sp. Aucune ébauche n’a été trouvée sur le site, ce qui est logique du fait de la nature du dépôt, en contexte funéraire. Il est ainsi difficile d’émettre des hypothèses sur leur technique de façonnage. Néanmoins, parmi les perles discoïdes en coquillage marin, celles réalisées en cardiidés, et plus particulièrement en Cerastoderma, sont les plus étudiées (Laporte, 1994 ; Miller, 1996 ; Pauc, 1997 ; Bocquenet, 1998 ; Ricou et Esnard, 2000 ; Bonnardin, 2009 ; Laporte, 2009 ; Ricou et al., 2009 ; Pauc, 2011 ; Prost et al., 2012) Les différentes méthodes utilisées seront décrites au fur et à mesure de l’étude technique.

15Quatre phases interviennent systématiquement lors de la fabrication d’une perle discoïde :

  • l’extraction d’une partie de la matière première correspondant au débitage d’une préforme ;

  • la mise en forme de l’objet par le façonnage ;

  • l’obtention d’une lumière au centre de la rondelle par la perforation ;

  • et enfin le polissage d’une partie au moins de la pièce. L’ordre dans lequel ces différentes phases interviennent, les outils et les savoir-faire sont culturels et difficiles à déterminer à partir uniquement de produits finis.

Débitage

16Le débitage est la première étape dans la confection d’une parure discoïde. Il consiste à extraire une ébauche de l’objet désiré à partir d’un bloc de matière première par sciage ou percussion. Deux méthodes de débitage pour la confection de perles discoïdes en Cerastoderma ont été mises en évidence. La première consiste à débiter la valve par percussion directe de la face externe du test avec un galet ouvragé (Ricou et Esnard, 2000 ; Gruet et Laporte, 2009 ; Ricou et al., 2009), méthode qui permet d’obtenir plusieurs préformes. La seconde est la percussion indirecte sur la face interne du test à l’aide d’un poinçon en matière dure végétale ou animale (Pauc, 1997), méthode qui ne fournit qu’une seule préforme (Bonnardin, 2009, p. 92).

17Nous ne possédons évidemment aucune information sur les techniques employées lors de cette étape initiale pour les perles du Mas de Champ Redon.

Façonnage

18Cette seconde étape consiste à donner au fragment débité sa forme générale. D’après plusieurs études et expérimentations, le façonnage commence par une sélection des préformes. Ensuite, un dégrossissage par percussion directe avec un petit galet est réalisé sur tout le contour afin que la pièce ait une forme polygonale (Bonnardin, 2009, p. 92-93). Enfin, une égalisation des faces par abrasion est effectuée pour aplanir particulièrement la face externe, toujours convexe et ornée de côtes (Ricou et Esnard, 2000 ; Ricou et al., 2009).

19Ce travail occasionne des stigmates particuliers du genre stries, ébréchures ou facettes, mini-rayures, aplats et arrondis. La strie visible sur la perle n° 28 pourrait ainsi avoir été causée par le façonnage (fig. 9). Différents degrés d’abrasion peuvent être aussi reconnus sur les perles nos 5, 17, 20, 36 et 37 grâce à l’effacement plus ou moins marqué du relief des côtes sur la face externe. De plus certaines perles du Mas de Champ Redon comportent, entre le contour et l’extrémité des faces, plusieurs petits enlèvements résultant possiblement du façonnage par percussion (fig. 7-a, c, d).

Figure 9 : Strie de façonnage visible sur la perle n° 28 du site du Mas de Champ Redon (Longueur = 5,18 mm) (cl. C. Mougne).

Figure 9 : Strie de façonnage visible sur la perle n° 28 du site du Mas de Champ Redon (Longueur = 5,18 mm) (cl. C. Mougne).

Perforation

20La perforation est généralement effectuée lorsque la pièce est à l’état d’ébauche, afin sans doute de prévenir une potentielle cassure sur un objet fini et de centrer plus facilement l’orifice par un polissage final (Barge-Mahieu et Taborin, 1991). Les expérimentations ont montré que l’incision ou le grattage au centre étaient préférentiellement réalisés sur la face interne de la valve qui est parfois légèrement concave. Une minute suffirait à percer entièrement la face interne de la préforme avec un foret (Ricou et Esnard, 2000). L’ajout d’eau est essentiel, car il accroît l’adhérence de l’objet au support, active le forage, et empêche la mèche de chauffer. Quant à la face externe, elle peut être perforée dans un second temps, si la perle est épaisse (Bonnardin, 2009, p. 94).

21Cinq techniques de perforation peuvent être utilisées et se combiner entre elles : l’abrasion d’une zone convexe, le sciage, la percussion directe, la pression et la rotation circulaire (Taborin, 1974, p. 124-127 ; Barge-Mahieu et Taborin, 1991).

22Parmi ces techniques de perforation, celle réalisée par rotation circulaire à l’aide d’un foret est la plus probable pour les perles du Mas de Champ Redon. En effet, des stries transversales et concentriques, régulièrement espacées et laissées sur les parois des orifices sont visibles sur quinze perles en test coquillier (fig. 10-a et -b). Il est à noter que les accrétions de carbonate de calcium du coquillage sont parfois représentées par de fines lignes. Il faut être vigilant afin de ne pas les confondre.

Figure 10 : Techniques de percement et formes des parois des perforations des perles discoïdes du site du Mas de Champ Redon.

Figure 10 : Techniques de percement et formes des parois des perforations des perles discoïdes du site du Mas de Champ Redon.

a : perle n° 10, L = 7,25 mm, b : perle n° 11, L = 5,21 mm, c : perle n° 25, L = 5,73 mm, d : perle n° 40, L = 5,58 mm, e : perle n° 13, L = 6,30 mm, f : perle n° 31, L = 5,42 mm, g : perle n° 20, L = 5,07 mm (L = longueur) (cl. C. Mougne).

23Les perforations ont été réalisées par rotation circulaire avec un foret à mèche large le plus souvent (fig. 10-b) et avec un outil plus étroit plus rarement (fig. 10-c). La perle en roche possède une perforation en entonnoir « pallier », indice probable d’un changement de foret ou de la cassure d’un perçoir.

24Trente-six perles en test coquillier présentent une perforation de profil biconique (fig. 4-c ; fig. 10-e). Le travail a commencé sur une face jusqu’à la moitié, ou plus, de l’épaisseur, puis sur la face opposée dans le même axe jusqu’à la jonction des deux amorces. Sur les perforations biconiques, les deux cônes ne sont ni de même profondeur ni de même diamètre. L’un des deux cônes est souvent nettement plus large, plus profond et l’inclinaison de ses parois est plus accentuée. Deux perles du Mas de Champ Redon portent des perforations coniques, amorcées à partir d’une seule face (fig. 4-c). Enfin, une dernière perle en test coquillier possède un percement cylindrique (fig. 4-c). Quant à la perle en roche, elle a une section conique.

25Le diamètre de la lumière pour toutes les perles en test coquillier se situe entre 1,48 et 3,7 mm pour une moyenne de 2,03 mm et pour trente-trois de ces perles entre 1,5 et 2,5 mm (tabl. 1 et fig. 8). La dimension d’origine de la perle en roche est, quant à elle, de 2,6 mm.

Polissage

26Le polissage constitue en général la phase finale de la fabrication. Il consiste à achever la forme de l’objet et à éliminer les traces de façonnage à l’aide de surfaces abrasives à grains fins comme le schiste ou le grès. Il unifie l’aspect de l’objet et lui donne souvent aussi sa brillance. Le polissage peut être caractérisé par des stries longitudinales et transversales de va-et-vient générateur des arrondis et de la brillance. Malheureusement, les perles de Luxé ont subi des modifications taphonomiques qui ont généralement entraîné la disparition d’une partie de leur surface externe d’origine et de leur poli (fig. 7-b).

27Un poli est présent sur la face externe de trente-cinq perles. Il est absent sur deux perles et n’a pas pu être observé sur les deux derniers exemplaires en raison de leur trop forte altération. Le poli a provoqué la quasi voire la totale disparition du relief des côtes sur certaines des parures (fig. 11-g). Les faces internes sont, quant à elles, également polies sur trente perles mais avec un degré moins prononcé et sur une surface plus réduite. Il est à noter qu’aucun poli recouvrant 100 % de la surface n’a été observé sur les perles de la sépulture 2 contrairement à onze perles de la sépulture 1. Ceci est-il dû à une conservation différentielle ou à une finition différente des pièces ?

Figure 11 : Usure de surface et de volume, et échancrures, sur les perles du site du Mas de Champ Redon.

Figure 11 : Usure de surface et de volume, et échancrures, sur les perles du site du Mas de Champ Redon.

a : perle n° 25, L = 5,73 mm, b : perle n° 15, L = 5,55 mm, c : perle n° 31, L = 5,42 mm, d : perle n° 14, L = 5,45 mm, e : perle n° 34, L = 5,25 mm, f et g : perle n° 4, L = 6,97 mm, h : perle n° 13, L = 6,30 mm, i : perle n° 12, L = 5,25 mm, j : perle n° 15, L = 5,55 mm (L = longueur) (cl. C. Mougne).

28Le lustrage, dernière étape de la finition, n’est pas toujours effectué. Il se réalise en frottant l’objet sur une peau sèche ou mouillée enduite le plus souvent de sable. Cette étape reste cependant difficile à distinguer car elle peut être confondue avec l’usure.

Stigmates d’usure

29Certains stigmates se distinguent des traces techniques et pourraient correspondre à des indices d’usures. Les parures ont pu être déposées dans les tombes après leur utilisation par les vivants ou être seulement destinées aux morts. Si ces perles ont été portées par les vivants des traces d’usure pourraient être observées. Selon S. Bonnardin, les facteurs de l’usure sont la durée et la fréquence du port, la méthode d’assujettissement des objets sur un support, les systèmes d’attache, l’agencement des objets dans une parure et le ou les effleurements avec le ou les supports en contact avec la parure (Bonnardin, 2009, p. 116). Néanmoins, il est difficile de distinguer les stigmates d’usure des traces liées à l’altération naturelle de la coquille antérieurement à la fabrication de l’objet de celles dues à la fabrication. Un objet peut de surcroît cumuler plusieurs traces d’origines différentes. Tout d’abord, les coquilles utilisées pour la fabrication des parures peuvent avoir été ramassées à l’état d’épaves puis utilisées comme matière première. L’érosion marine, altération naturelle, laisse des stigmates parfois assez proches des traces d’usage, mais possède des formes particulières donnant un aspect roulé et uniforme à l’ensemble de la coquille (Taborin, 1993, p. 171). Il ne semble pas y avoir ce type d’usure sur les perles du Mas de Champ Redon. De plus, il est ardu de distinguer certaines traces de façonnage, dues à la finition, des stigmates d’usure (fig. 11-e, -f et -g). En effet, un lustrage analogue à celui produit par la dernière phase du façonnage a pu être également effectué durant le port par le frottement des perles sur la peau, sur un vêtement ou sur une autre perle. Cette question peut également être posée pour des pièces très polies (fig. 11-g). Le seul moyen de différencier l’origine du poli est de réaliser une étude microscopique et d’effectuer une comparaison entre pièces archéologique et expérimentale comme cela a été réalisé par F. d’Errico et ses collaborateurs (d’Errico et al., 1993, p. 186). Ces chercheurs ont en effet pu différencier l’origine de certains polis par l’étude de leur forme, de leur disposition, de leur orientation et de leur largeur. Cette étude n’a pu être réalisée dans le cadre de cet article.

30Les traces d’usures ont été renseignées par plusieurs auteurs. Y. Taborin (1993) a décrit plusieurs types de stigmates et déformations qui pourraient correspondre à des traces d’usure : les lustrages, les émoussés, les échancrures des perforations ou les agrandissements du forage. I. Sidéra (1993) a également identifié et décrit deux types d’usure pour l’industrie osseuse différenciant l’usure des volumes de l’usure de surface. Ces données ont ensuite été reprises par S. Bonnardin (2009).

31L’usure des volumes correspond aux émoussés qui transforment la forme originelle de l’objet, particulièrement visible sur la perle 25 (fig. 11-a). Les stades de déformation avancés de l’usure se caractérisent par des émoussés, définis comme un adoucissement des volumes, plus ou moins déformant (Bonnardin, 2009, p. 112). Il aboutit à des transformations locales d’une ou plusieurs parties de la perle. Cet émoussé est visible sur plusieurs perles du Mas de Champ Redon : disparition petit à petit des côtes naturelles de la coquille (fig. 11-b) et des traces de fabrication (fig. 11-g), déformation de la perforation (fig. 11-c), adoucissement ou arrondissement des arêtes et des bords des contours (fig. 11-d), et disparition des stries de forage (Bonnardin, 2009, p. 112-115).

32L’usure de surface est, quant à elle, définie par des polis lisses, brillants et visibles à l’œil nu (Sidéra, 1993, p. 202) et par des stries. Ces usures de surface peuvent être dues à plusieurs facteurs d’origine naturelle ou anthropique.

33Quant aux échancrures et aux cassures, elles peuvent être associées à des émoussés et des polis et peuvent refléter le heurt des objets les uns contre les autres ou correspondre à des traces de façonnage (fig. 11-h, -i et -j).

34Enfin, S. Bonnardin a observé sur les perles réalisées en Cardiidés, des zones plus émoussées et/ou plus polies colorées en jaune souvent localisées sur le relief des côtes du coquillage et sur la ligne d’attache du lien (Bonnardin, 2009, p. 109). Ce type de traces est perceptible sur la perle n° 15 (fig. 11-b). Aucune répétition de traces d’usure ni de liens n’a pu être décelée au niveau du contour, des faces internes et externes, et de la perforation, sur le matériel de Luxé. Néanmoins certaines perles paraissent fortement usées alors que d’autres semblent correspondre à des produits finis non utilisés.

Discussion

Position sur le corps et utilisation potentielle

35La parure déposée dans les deux sépultures est composée d’éléments assez homogènes du point de vue des matières premières, mais variés par les formes, les dimensions, les techniques de façonnage, de finition, ou les stigmates d’usure identifiés. Dans la sépulture de l’adulte, la présence de pièces neuves est probable, contrairement à celle de l’enfant. Les caractéristiques des perles discoïdes de Luxé ne respectent pas un standard particulier mais constituent des groupes divers. Cette diversité d’objet de parure a déjà été observée dans des sépultures plus anciennes (Taborin, 1993 ; Sidéra, 2002 ; Bonnardin, 2006, 2009, p. 188 ; Rigaud, 2011) et plusieurs hypothèses peuvent être émises. S. Bonnardin suppose que la parure constituée de perles en coquillage neuves et anciennes, et de formes diverses, pourrait avoir été composée au moment du décès de l’individu (Bonnardin, 2006, 2009, p. 188). Cette parure serait donc dédiée au monde des morts et non à celui des vivants. Nous n’aurions donc plus affaire à une parure auparavant portée par les vivants, mais à une parure mortuaire, faite à l’intention exclusive du défunt. I. Sidéra, quant à elle, estime d’après son étude sur les craches de cerf, que ce mélange d’objets neufs, ou presque neufs, et d’objets fortement usés, pourrait indiquer que les parures étaient complétées au fur et à mesure de leur usure (Sidéra, 2002). Ainsi, lorsqu’une perle se brise ou se perd, elle serait remplacée par une neuve ou une ancienne. S. Rigaud reprend cette dernière hypothèse en envisageant que l’intensité des traces de port signifierait que ces objets sont portés sur de nombreuses années, voire par plusieurs générations (Rigaud, 2011). Selon, l’hypothèse émise par I. Sidéra (2002), les parures du Mas de Champ Redon, composées d’éléments anciens et récents, pas ou peu usées, auraient pu être réassorties peu avant le décès.

36Pour les treize perles trouvées in situ dans la sépulture de l’adulte plusieurs associations sont possibles. Quatre perles ont été découvertes accolées et reposant sur leur tranche (perles nos 4, 7, 14 et 15) (fig. 1-e et – g). Elles mesurent 5,29 à 6,97 mm de longueur, présentent un diamètre de lumière de 1,48 à 3,05 mm, et sont de finition plus ou moins identique (tabl. 1). Leur position dans la sépulture suggère qu’elles étaient enfilées sur un lien. Les perles n° 10 et n° 12 se trouvaient également l’une à côté de l’autre, face contre face (fig. 1-e), et de même orientation. Mais leurs longueurs diffèrent, mesurant 5,25 mm pour l’une et 7,25 mm pour l’autre. Il en est de même pour les diamètres de leurs lumières, de 2,06 et 3,7 mm (tabl. 1). Enfin, les perles nos 5 et 6, contigües, et quasi identiques par leurs dimensions et leur façonnage, possèdent une perforation plus étroite, et leur technique de percement fut différente de celle de la perle n° 17 trouvée à côté (tabl. 1). Ces quelques associations viennent confirmer la diversité des gabarits de perles au sein de la même parure.

37Au Mas de Champ Redon, les perles discoïdes trouvées dans les tombes de l’adulte et de l’enfant étaient situées entre le crâne et l’épaule, et certaines étaient positionnées derrière la tête. La partie supérieure des inhumations était peu perturbée, mais il ne peut être exclu que des animaux fouisseurs aient pu les déplacer ; plus petit que des ossements, les perles peuvent facilement rouler. Quoi qu’il en soit, ces perles pourraient donc correspondre à une parure de tête ou à une parure de cheveux, vu leur localisation. Cinq perles ont également été trouvées sous la joue droite de l’adulte, ce qui laisse également envisageable une ornementation des oreilles. Enfin, la présence d’un collier, plus ou moins disloqué, est tout autant possible. Dans la littérature archéologique française, les parures de tête sont rarement signalées. Lorsqu’elles le sont, elles se situent sur le devant du crâne, comme si elles avaient constitué un bandeau ou avaient été cousues sur une pièce de vêtement de type capuche (Rolland et Hu, 1935 ; Bonnardin, 2009), ce qui ne semble pas être le cas au Mas de Champ Redon. Une étude ethnographique des peuples des îles Salomon a néanmoins montré que des peignes et des pendants d’oreille en matières périssables (bois, végétaux, etc.) étaient ornés avec de petites perles discoïdes en coquillage marin (Burt, 2009). Si de telles parures avaient été déposées dans les tombes du Mas de Champ Redon, il n’en resterait donc plus que les perles en coquillage, les matières végétales ayant disparu.

38Certaines perles discoïdes sont façonnées dans le but d’être suspendues par enfilage sur un lien, le long duquel elles peuvent pendre librement. Elles peuvent aussi être fixées par des nœuds ou des entrelacs et avoir un mouvement plus limité, ou être totalement immobilisées sur un lien. Notons que quelques perles du Mas de Champ Redon paraissent avoir été enfilées sur un lien (perles nos 4, 7, 14 et 15) (fig. 1-g).

Indication du statut social ?

39Des différences de traitement sont-elles visibles en fonction de l’âge, du sexe, et du statut social des défunts ?

40Au Mas de Champ Redon, des disparités en termes de nombre, de composition et de finition des perles sont perceptibles selon les différences d’âge des défunts des sépultures du Mas de Champ Redon. Tout d’abord, la quantité de perles découvertes se distingue d’une sépulture à l’autre. L’adulte a été trouvé avec un assemblage de trente-deux perles, alors que l’enfant âgé d’environ 7-8 ans n’en possédait que huit. Quant à la sépulture du plus juvénile, aucune perle n’y a été trouvée. Cette absence pourrait être justement due à son jeune âge. Néanmoins, les biais taphonomiques pourraient également expliquer ce manque, les variations des facteurs pouvant parfois être fortes au sein d’un même ensemble. Quoi qu’il en soit, une différence numérique importante existe entre ces trois sépultures et pourrait être liée à l’âge des défunts. Les matières premières utilisées pour la confection des perles diffèrent également entre la sépulture (n° 1) de l’adulte et celle de l’enfant (n° 2) (fig. 4). L’intégralité de la parure de l’adulte a été façonnée à partir de coquillages marins. La parure de l’enfant est, quant à elle, composée de sept perles en coquillages marins et d’une perle en roche. Enfin, la finition des objets semble également différer. En effet, le degré du poli des perles est beaucoup moins accentué et moins étendu pour la sépulture de l’enfant que pour celle de l’adulte, caractérisée par un façonnage plus soigné (fig. 2 et 3). Cette dernière différence pourrait être liée au degré et à la durée du port des parures, sans doute plus importantes chez l’adulte que chez l’enfant. En effet, un port prolongé peut atténuer les irrégularités avec un poli d’usure plus intense.

41Pour ce qui est d’un traitement différent selon les sexes des inhumés, les références font encore défaut sur la façade atlantique française. Au Mas de Champ Redon, les ossements sont très mal conservés pour que la diagnose sexuelle puisse être effectuée. Néanmoins, il pourrait être intéressant d’effectuer une étude ADN sur ces ossements dans l’optique de préciser le sexe des sujets et observer leur éventuelle parenté. La parure en perles discoïdes en coquillage n’est pas réservée au sexe féminin. De nombreux exemples ethnographiques montrent le contraire ; aussi leur présence dans une tombe d’adulte ne peut, à elle seule, être un argument suffisant pour caractériser le sexe féminin de l’individu (Burt, 2009).

42Il est toutefois difficile d’aller plus avant dans l’examen du caractère « social » des perles en coquillage marin, en raison du nombre limité d’individus étudiés.

Réflexion générale sur les perles discoïdes en Cerastoderma sur le territoire national

43L’amorce d’une comparaison régionale et nationale a paru appropriée afin de replacer les perles discoïdes du Mas de Champ Redon dans un contexte plus large et de discerner de possibles aires d’influence ou de circulation. Cette mise en perspective étendue au territoire national n’est, à ce jour, qu’une amorce, qui devra dans le futur être largement complétée. Au cours de l’inventaire, des limites sont rapidement survenues. Tout d’abord, les ensembles clos sont rares en contexte de sépultures collectives, celles-ci placées dans des dolmens réutilisés et des grottes, étant souvent attribuées, mais sans certitude, à la période Campaniforme/Bronze ancien. De plus, dans la littérature, la description des pièces reste souvent sommaire, ne précisant pas toujours la matière première utilisée ni les dimensions exactes, ce qui peut, par exemple, rendre difficile la discrimination entre certaines perles en calcaire et perles en test coquillier, qui se ressemblent fortement à l’œil nu. Malgré ces inconvénients, une première approche comparative a pu être réalisée à l’échelle du territoire français. Seules les perles discoïdes en test coquillier trouvées dans des contextes Campaniforme/âge du Bronze ont été inventoriées.

Centre-Ouest

44Les perles discoïdes en Cerastoderma du Mas de Champ Redon s’intègrent dans une tradition perceptible en Charente (fig. 12) (Laporte, 2009, p. 535), où deux sites funéraires à sépultures collectives ont livré des perles discoïdes en coquille marine : l’abri des Renardières aux Pins (Gomez de Soto et Boulestin, 2003), et la grotte des Perrats à Agris (Gomez de Soto et Boulestin, 1996, p. 50, 2007). L’analyse des perles de ces deux sites par L. Laporte est en cours. La première collection est composée de quatre perles dont l’espèce n’est pas connue ; et la seconde de cinq éléments discoïdes en Cerastoderma. Dans ce dernier site, quatre perles présentent des dimensions comprises entre 4 et 6 mm de diamètre pour une épaisseur allant de 0,5 à 1,5 mm et un diamètre de lumière de 1,5 mm. La cinquième, quant à elle, se distingue du lot par un diamètre de 12 mm, une épaisseur de 3 mm et un diamètre de lumière de 3 mm (Laporte, 2009, p. 526). Les quatre premières perles sont assez proches morphologiquement de celles de Luxé, même si le diamètre de la lumière (de 2,09 mm) est légèrement plus élevé chez ces dernières.

Figure 12 : Sites archéologiques datés de l’âge du Bronze ancien et moyen en France ayant livré des perles discoïdes en test coquillier marin, et plus particulièrement en Cardiidés (DAO C. Mougne ; fond de carte L. Quesnel).

Figure 12 : Sites archéologiques datés de l’âge du Bronze ancien et moyen en France ayant livré des perles discoïdes en test coquillier marin, et plus particulièrement en Cardiidés (DAO C. Mougne ; fond de carte L. Quesnel).

Façade méditerranéenne

45En dehors du Centre-Ouest, au niveau national, les perles discoïdes en coquillage marin ne sont connues, au Campaniforme et à l’âge du Bronze ancien, que sur la façade méditerranéenne, dans les régions des Grands Causses et du Quercy, du Languedoc et de la Provence (fig. 12).

Quercy et Grands Causses

46Dans les Grands Causses et le Quercy, les perles discoïdales sont très présentes au Chalcolithique-Bronze ancien, et il est rare qu’un site archéologique n’en fournisse pas au moins quelques-unes (Taborin, 1974, p. 378-382 ; Barge, 1982 ; Thauvin-Boulestin, 1998, p. 60 ; Laporte, 2009). La matière première la plus fréquemment utilisée pour la confection de parure est la coquille marine, le plus souvent du genre Cerastoderma (Thauvin-Boulestin, 1998, p. 60).

47Pour exemple dans les Grands Causses, le dolmen des Quartoux à Montricoux (Tarn-et-Garonne) abritait plusieurs inhumés superposés, dont un paré d’un collier de perles formé de 221 perles en test de coques Cerastoderma sp. et accompagné d’un vase attribué à l’âge du Bronze ancien (Pajot, 1983 ; Laporte, 2009, p. 531). Le diamètre moyen de ces perles est de 10 mm, la plus grosse mesurant 11 mm et la plus petite 9 mm, avec une épaisseur variant de 1,5 à 3 mm (valeur moyenne de 2,3 mm) et un diamètre moyen de la lumière de 2,9 mm. Dix perles discoïdes en Cerastoderma identiques à celles du site de Quartoux ont été découvertes dans la chambre secondaire du tumulus du Pech, à Saint-Antonin-Noble-Val, dans le Tarn-et-Garonne (Laporte, 2009, p. 531).

48Les perles discoïdes en test coquillier sont également connues dans les dolmens du Quercy, aux mobiliers datés du Campaniforme ou de l’âge du Bronze ancien. Pour exemple, le dolmen de la Devèze à Marcilhac (Lot) renfermait dix-huit perles discoïdes en coquillage marin d’un diamètre de 10 à 12 mm, d’une épaisseur de 2 mm et d’un diamètre de lumière de 3 à 4 mm (Clottes, 1964). La chambre principale du dolmen du Pech de Grammont à Gramat (Lot) présentait 600 perles discoïdes en Cardiidés d’un diamètre moyen de 11,6 mm, d’une épaisseur moyenne de 2,9 mm et d’un diamètre de lumière de 2,6 mm (Clottes et Carrière, 1969). Les techniques de façonnage étaient semblables à celles des perles de Quartoux. Néanmoins, dans la chambre secondaire de ce même dolmen, de nombreuses perles en test ont été découvertes, de taille bien différente de celles de la chambre principale, mesurant entre 7 et 8 mm de diamètre (Clottes, 1977 ; Laporte, 2009, p. 533). Cent une perles en test coquillier ont également été trouvées dans le dolmen du Pech n° 1 à Alvignac (Lot). Trente-deux avaient un diamètre de 8 à 10 mm et 69 un de 3 à 6 mm (Carrière et Clottes, 1970 ; Laporte, 2009, p. 531).

Languedoc et Roussillon

49En Languedoc-Roussillon, H. Barge fait référence à la découverte de perles discoïdes en test coquillier mais l’identification de l’espèce, les mesures et les techniques de façonnage ne sont pas indiquées (Barge, 1982, p. 197-198). D’après Y. Taborin, (Taborin, 1974, p. 375) :

« Les disques en test sont très répandus dans la région Aude-Roussillon. Presque tous les sites de cette région en ont fourni à cette époque […] Les disques sont en test de Cardium, rarement en Pectunculus. »

50Dans le département de l’Aude, le dolmen de Saint-Eugène à Laure a donné plus de 1800 perles discoïdes et celui de Jappeloup à Trausse plus de 500 (Sicard, 1930 ; Taborin, 1974, p. 375). L’atelier de perles du Moulin à Durban-Corbières (Aude), attribué à l’âge du Bronze ancien, a été identifié comme un site de production de perles discoïdes en coque Cerastoderma (Bocquenet, 1998) (fig. 12). Il semblerait donc que les fabricants de perles discoïdes en Cerastoderma étaient itinérants. Ils fabriquaient leurs perles à l’intérieur du massif des Corbières et diffusaient les perles finies à l’ensemble du massif et dans les régions avoisinantes, participant ainsi à une économie à longue distance (Bocquenet, 1998). Ces perles possèdent une forme régulière dont les deux faces sont abrasées, et une perforation biconique dont le premier percement a été réalisé à partir de la face interne. La publication de la série de Durban-Corbières n’indique pas les mesures des perles, rendant impossible la comparaison avec celles du Mas de Champ Redon sans retour aux collections.

Provence

51En Provence, vingt sites datés du Chalcolithique et de l’âge du Bronze, possédant des perles discoïdes en test coquillier, ont été inventoriés pour la Provence par Y. Taborin (1974, p. 375). Cet inventaire n’est pas exhaustif, mais il donne une idée de l’importance de ce type d’élément de parure dans la région. Il existe des perles discoïdes taillées en test de Cardiidés dans de nombreux gisements, et en particulier dans les dolmens où elles sont parfois découvertes en nombre élevé (Taborin, 1974). Ainsi, le dolmen de Duffends III à Saint-Vallier (Drôme) en a livré 200 (Taborin, 1974). Il est à préciser que pour cette région, le nombre de disques en coquillage reste bien inférieur à celui des disques en pierre, dont le nombre dépasse parfois plusieurs milliers sur le même site.

52Les perles discoïdes en Cerastoderma de Champ Redon s’intègrent, comme nous l’avons vu, dans une tradition perceptible en Centre-Ouest, au Campaniforme/âge du Bronze. Sur la façade méditerranéenne, 23 937 perles discoïdes en test ont été répertoriées par H. Barge-Mahieu et Y. Taborin (1991), dont 521 ont été mesurées. Elles possèdent un diamètre compris entre 3 et 23 mm pour une valeur moyenne de 8,2 mm. Les perles du Mas de Champ Redon, avec un diamètre moyen de 5,54 mm, ne s’inscrivent pas dans cette moyenne. Enfin, les perles du site de l’âge du Bronze ancien des Moulins, dans les Corbières, ressemblent à celles du Mas de Champ Redon par les techniques de fabrication mises en œuvre, mais leurs dimensions ne sont pas connues.

53Sur le site du Mas de Champ Redon à Luxé, trois sépultures individuelles de l’âge du Bronze ancien ont été découvertes. Deux des inhumations possédaient un total de trente-neuf perles discoïdes en test coquillier marin en grande majorité du Cerastoderma, appelé plus couramment coque ou Cardium. Trente-deux étaient situées dans la tombe de l’adulte et sept dans celle de l’enfant de 7-8 ans. Dans cette dernière, une perle discoïde, probablement en calcaire cristallin particulièrement pur, ou en marbre, a également été découverte. Toutes ces perles mesurent en moyenne 5,52 mm de longueur, 5,47 de largeur, 1,75 mm d’épaisseur et 2,03 mm de diamètre de la lumière. Leur forme est majoritairement circulaire et les deux faces sont polies. La perforation est généralement biconique avec une face d’attaque interne. Ce percement a été réalisé par rotation circulaire avec un foret à mèche large et conique, ou mais plus rarement avec un outil plus étroit. Les perles possèdent des usures plus ou moins importantes attribuables à leur port. Plusieurs groupes de perles, du point de vue des formes, des techniques de façonnage et de l’usage, sont perceptibles au sein de cette collection. Cette diversité pourrait démontrer soit que les parures étaient remplacées au fur et à mesure de leur usure (Sidéra, 2002 ; Rigaud, 2011), soit qu’une partie des perles était confectionnée au dernier moment pour le défunt (Bonnardin, 2009). Ces perles pourraient également provenir soit de plusieurs ateliers, soit avoir été confectionnées par différents artisans, ou voire produits par des « amateurs ».

54Les perles étaient positionnées entre le crâne et l’épaule des deux défunts. Elles pourraient donc s’apparenter à des parures de cheveux et d’oreille et leur association avec des matières périssables n’est pas à écarter. Quatre perles dans la tombe de l’adulte semblent, par leur position, avoir été enfilées sur un lien. L’éventualité de la présence d’un collier disloqué ou encore de perles cousues sur un support est aussi possible. L’hypothèse d’attribuer ces perles à des monnaies peut également être évoquée.

55Enfin, la parure permet d’observer des différenciations entre les trois sépultures du Mas de Champ Redon. En effet, la tombe du plus jeune ne détient aucune perle, quant à celle de l’enfant de 7-8 ans, elle possède huit perles, dont une en roche, et de finition grossière comparée aux trente-deux perles découvertes dans la tombe de l’adulte.

56Les perles discoïdes en Cerastoderma du Mas de Champ Redon s’intègrent dans une tradition perceptible en Centre-Ouest et sur la façade méditerranéenne. Des études supplémentaires seront nécessaires afin de relier les perles du Mas de Champ Redon à un réseau de production et d’échange venant de sites atlantiques ou/et méditerranéens.

Bibliographie

Audé V. (dir.) 2013, Le Mas de Champ Redon à Luxé. Un ensemble sépulcral de l’âge du Bronze ancien et un habitat rural du premier âge du Fer, rapport de fouille préventive, Inrap, LGV-SEA L’Isle d’Espagnac, Inrap Poitou-Charentes, Poitiers, Service régional de l’archéologie, 270 p.

Barge H. 1982, Les parures du Néolithique ancien au début des Âges des métaux en Languedoc, Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 396 p.

Barge-Mahieu H., Taborin Y. 1991, « Fiche générale des objets de parure » dans H. Camps-Fabrer (dir.), Objets de parure (Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier IV), Aix-en-Provence, Université de Provence, p. 1-19.

Bocquenet J.-P. 1998, « Les ateliers de perles en coquillages marins des Pyrénées méditerranéennes. L’exemple de l’atelier de perles du « moulin » à Durban-Corbières (Aude) », dans G. Camps (dir.), L’homme préhistorique et la mer, Actes du 120e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 1995, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 259-272.

Bonnardin S. 2006, « Production pour les vivants, production pour les morts », dans L. Astruc, F. Bon, V. Lea, P.-Y. Milcent, S. Philibert (dir.), Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, XXVIe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, 2005, Antibes, Association pour la Promotion et la Diffusion des Connaissances archéologiques, p. 207-212.

Bonnardin S. 2009, « La parure funéraire au Néolithique ancien dans les Bassins parisien et rhénan. Rubané, Hinkelstsein et Villeneuve-Saint-Germain », Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française 49), 322 p.

Burt B. 2009, Body Ornaments of Malaita, Solomon Islands, London, The British Museum press, 168 p.

Carrière M., Clottes J. 1970, « Le dolmen du Pech n° 1, à Alvignac (Lot) », Gallia Préhistoire, vol 13, p. 109-149.

Clottes J. 1964, « Le dolmen de la Devèze (Marcilhac - Lot) », Bulletin de la Société préhistorique française, Études et travaux, vol 61, hors série, p. 323-336.

Clottes J. 1977, Inventaires des mégalithes de la France, 5, Lot, Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 552 p.

Clottes J., Carrière M. 1969, « Le dolmen double du Pech-de-Grammont (Gramat, Lot) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol 66, p. 432-447.

d’Errico F., Jardón-Giner P., Soler-Mayor B. 1993, « Identification des traces de manipulation, suspension, polissage sur l’art, mobilier en bois, bois de cervidés, Ivoire », dans P.-C. Anderson, S. Beyries, M. Otte, Plisson H. (dir.), Traces et fonctions : les gestes retrouvés, actes du colloque international de Liège, Liège, 1990, Liège, Université de Liège (Études et Recherches archéologiques de l’Université de Liège 50), p. 177-188.

Dupont C., Laporte L. 2009, « Objets de parure recueillis sur le site artenacien de La Perroche », dans L. Laporte (dir.), Des premiers paysans aux premiers sur la façade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (Mémoire XXXIII), p. 505.

Gomez de Soto J. avec la collaboration de Boulestin B. 1996, Grotte des Perrats à Agris (Charente). 1981-1994. Étude préliminaire, Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, 139 p.

Gomez de Soto J., Boulestin B. 2003, Le complexe funéraire des Renardières (Les Pins, Charente) : regards sur la mort et la société au Bronze ancien, Bulletin de la Société préhistorique française, vol 100, n° 4, p. 757-790.

Gruet Y., Laporte L. 2009, Objets de parure recueillis sur le site artenacien de Ponthezières, dans L. Laporte (dir.), Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur la façade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (Mémoire XXXIII), p. 470-504.

Laporte L. 1994, « Parures et centres de production dans le Centre Ouest de la France au Néolithique final », thèse de doctorat, Université de Paris I, 231 p.

Laporte L. 2009, « La parure néolithique dans le Centre-Ouest de la France » dans Laporte L., Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur la façade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (Mémoire XXXIII), pp. 455-469.

Miller M.A. 1996, « The manufacture of cockle shell beads at Early Neolithic Franchti Cave, Greece: a case of craft specialization? », Journal of mediterranean Archaeology, vol 9, n° 1, p. 7-37.

Mougne C. 2015, « Exploitation et utilisation des invertébrés marins durant la Protohistoire sur le territoire continental et littoral Manche-Atlantique français », thèse de doctorat Archéologie-Archéométrie, Université de Rennes 1, 707 p.

Pajot B. 1983, « Fouilles de sauvetage des Quartous, à Montricoux », Travaux de l’institut d’art et de Préhistoire de l’Université de Toulouse-Mirail, vol 25, p. 219-234

Pauc P. 1997, « Reproduction de perles circulaires réalisées en test de Cerastoderma edule », dans C. Chevillot (dir.), Journées d’archéologie expérimentale, bilan des années 1996-1997, Parc archéologique de Beynac (Dordogne, France), Beynac-et-Cazenac, Association des Musées du Sarladais, pp. 9-66.

Pauc P. 2011, « Complément d’expérimentation de fabrication d’éléments de parure en coquillages marins d’après les sites-ateliers et les sources de matières premières dans l’Aude, sud de la France », dans A. Morgado A., J. Baena Preysler, D. García González (dir.), La investigacíon experimental aplicada a la arqueología, Granada, Universidad de Granada, p. 255-262.

Prost D., Bedault L., Biard M., Dupont C., Fromont N., Hamon C., Lepinay D., Le Maho S. 2012, « Le site du Néolithique ancien de Saint-Pierre-d’Autils (Haute-Normandie - Eure) : présentation liminaire », Internéo 9, Actes de la Journée d’information du 17 novembre 2012, Paris, p. 49-60.

Ricou C., Esnard T. 2000, « Étude expérimentale concernant la fabrication de perles en coquillage de deux sites artenaciens oléronais », Bulletin de la Société préhistorique française, vol 97, n° 1, p. 83-93.

Ricou C., Esnard T., Laporte L. 2009, « Archéologie expérimentale. Éléments de comparaison ethnographiques et archéologiques », dans Laporte L., Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur la façade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (Mémoire XXXIII), p. 506-520.

Rigaud S. 2011, « La parure : traceur de la géographie culturelle et des dynamiques de peuplement au passage Mésolithique - Néolithique en Europe », thèse de doctorat, université de Bordeaux, 476 p.

Rolland H., Hu P. 1935, « Fouilles d’une grotte néolithique effondrée à Villevenard », Bulletin de la Société archéologique champenoise, vol 3-4, p. 81-85.

Sicard G. 1930, « Ossuaire de l’allée couverte de Saint-Eugène (Aude) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol 27, p. 536-544.

Sidéra I. 1993 « Les assemblages osseux en Bassin parisien et rhénan au VIe au IVe millénaires BC. Histoire, techno-économie et culture », thèse de doctorat, Université de Paris I, 636 p.

Sidéra I. 2002, « D’après l’exemple du Val-de-Reuil : outils, armes et parures en os à la fin du Néolithique dans le Bassin parisien, représentations individuelles et pratiques collectives », Gallia Préhistoire, vol 44, p. 215-230.

Taborin Y. 1974, La parure en coquillage de l’Épipaléolithique au Bronze ancien en France, Gallia Préhistoire, vol 17, n° 1, p. 101-179 ; vol 17, n° 2, p. 307-417.

Taborin Y. 1993, Traces de façonnage et d’usage sur les coquilles perforées, dans P.C. Anderson, S. Beyries, M. Otte, H. Plisson (dir.), Traces et fonctions : gestes retrouvés, actes du colloque international de Liège, Liège, 1990, Liège, Université de Liège (Études et Recherches archéologiques de l’Université de Liège 50), p. 255-267.

Thauvin-Boulestin E. 1998 « Le Bronze ancien et moyen des Grands Causses et des causses du Quercy », Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques (Documents préhistoriques 11), 506 p.

Notes

1 Le crochet ou la charnière, où les valves sont jointes, est la partie dorsale de l’animal. La partie opposée est dite ventrale.

2 L’umbo est l’extrémité saillante des valves d’un mollusque bivalve de forme arrondie.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation, plan et illustrations du site du Mas de Champ Redon à Luxé.
Légende a, b, c : Localisation du site, d : Plan des trois sépultures du Mas de Champ Redon (Audé 2013, p. 45). e : Plan de détail de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon avec emplacement des perles trouvées in situ (n° des perles attribuées pour l’étude) (Audé 2013, p. 53). f : Perles trouvées lors du tamisage en laboratoire dont certaines localisées contre la partie postérieure de la joue droite de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon (Audé 2013, p. 65). g : Perles (dont quatre accolées) trouvées in situ dans la sépulture 1 du Mas de Champ Redon (n° d’étude : 4, 7, 14, 15) (Audé 2013, p. 54).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2 : Perles discoïdes en coquillage marin de la sépulture 1 du Mas de Champ Redon à Luxé avec le numéro de chaque perle en haut à gauche (pour les mesures des perles se référer au tableau 1) (cl. C. Mougne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3 : Perles discoïdes en coquillage marin et en roche (perle n° 40) de la sépulture 2 du Mas de Champ Redon à Luxé avec le numéro de chaque perle en haut à gauche (pour les mesures des perles se référer au tableau 1) (cl. C. Mougne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 4 : Matière première et forme des perles.
Légende a : matière première des perles. b : forme générale des perles. c : section des perforations.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 : Détail de la structure des perles témoignant de l’utilisation de test coquillier au Mas de Champ Redon (cl. C. Mougne).
Légende a : perle n° 6, L = 5,2 mm : structure du coquillage marin, b : perle n° 36, L = 6,15 mm : présence de côtes, ornementations des coquillages marins appartenant à la famille des Cardiidés (L = longueur maximale).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 6 : a : Cerastoderma glaucum (L = 30 mm), b : Cerastoderma edule (L = 26 mm) (L = longueur maximale) (cl. C. Mougne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 7 : Modifications taphonomiques sur les perles discoïdes du site du Mas de Champ Redon (cl. C. Mougne).
Légende - Petits enlèvements situés entre l’extrémité des faces et le contour. a : perle n° 6, L = 5,2 mm, b : perle n° 16, L = 5,24 mm, c : perle n° 30, L = 5,1 mm, d : perle n° 37, L = 5,37 mm, - Traces de l’action de vers marins de la famille des annélides, potentiellement du genre Polydorae : perle n° 31, L = 4,66 mm,- Stries irrégulières et sans orientation préférentiellef : perle n° 25, L = 5,68 mm, - Petits cratères de dissolution, dus aux phénomènes physico-chimiques g : perle n° 10, L = 7,51 mm, - Accrétions de carbonate de calcium matérialisées par des lignes parallèles longitudinales dans le sens horizontal et verticalh : perle n° 35, L = 6,09 mm (L = longueur maximale).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 1 : Mesures des perles discoïdes du Mas de Champ Redon.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 8 : Distribution des longueurs, largeurs, épaisseurs et dimensions des perforations des perles en coquille marine.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 9 : Strie de façonnage visible sur la perle n° 28 du site du Mas de Champ Redon (Longueur = 5,18 mm) (cl. C. Mougne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 10 : Techniques de percement et formes des parois des perforations des perles discoïdes du site du Mas de Champ Redon.
Légende a : perle n° 10, L = 7,25 mm, b : perle n° 11, L = 5,21 mm, c : perle n° 25, L = 5,73 mm, d : perle n° 40, L = 5,58 mm, e : perle n° 13, L = 6,30 mm, f : perle n° 31, L = 5,42 mm, g : perle n° 20, L = 5,07 mm (L = longueur) (cl. C. Mougne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 11 : Usure de surface et de volume, et échancrures, sur les perles du site du Mas de Champ Redon.
Légende a : perle n° 25, L = 5,73 mm, b : perle n° 15, L = 5,55 mm, c : perle n° 31, L = 5,42 mm, d : perle n° 14, L = 5,45 mm, e : perle n° 34, L = 5,25 mm, f et g : perle n° 4, L = 6,97 mm, h : perle n° 13, L = 6,30 mm, i : perle n° 12, L = 5,25 mm, j : perle n° 15, L = 5,55 mm (L = longueur) (cl. C. Mougne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 12 : Sites archéologiques datés de l’âge du Bronze ancien et moyen en France ayant livré des perles discoïdes en test coquillier marin, et plus particulièrement en Cardiidés (DAO C. Mougne ; fond de carte L. Quesnel).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4592/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteurs

Ingénieur de recherche contractuel,
UMR 6566 CReAAH

Chargée de recherche au CNRS,
UMR 6566 CReAAH

Ingénieur de recherche au ministère de la Culture,
UMR 6566 CReAAH

Anthropologue

Responsable d’opération, Inrap

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access