Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

 | 
Sandrine Costamagno
, 
Lionel Gourichon
, 
Catherine Dupont
, 
et al.

L’utilisation des petits gibiers au Tardiglaciaire : le cas de Rochereil (collection Jude, Dordogne)

Jean-Baptiste Mallye, Véronique Laroulandie, Peggy Bonnet-Jacquement, Myriam Boudadi-Maligne, Mathieu Langlais, Elena Man-Estier, Carole Vercoutère et Patrick Paillet

Résumé

En Europe de l’Ouest, l’exploitation des petits gibiers par les chasseurs-collecteurs du Tardiglaciaire est une pratique connue. S’exerçant sur une variété de petites proies, elle n’est pas systématique, ce qui interroge sur sa place dans les sociétés du passé. Différentes espèces d’oiseaux et de petits mammifères sont concernées, avec des répartitions chrono-géographiques plus ou moins étendues reflétant en partie les paléo-biocénoces. Les études taphonomiques et archéozoologiques qui se développent permettent de préciser l’ampleur de cette pratique et les produits recherchés lors de l’exploitation des petits gibiers. Cet article présente les résultats récemment obtenus pour le site de Rochereil (Grand-Brassac, Dordogne) dans le cadre du PCR (Projet collectif de recherche) « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » dirigé par P. Paillet. Près de 1400 restes de petits vertébrés ont été exhumés des fouilles anciennes conduites par Paul-Émile Jude. Si beaucoup d’entre eux ne possèdent pas d’attribution stratigraphique précise, les vestiges attribués à un niveau archéostratigraphique indiquent une évolution des pratiques entre le Magdalénien et l’Azilien. Au Magdalénien, des espèces plutôt de climat froid (spermophile, glouton, renard, harfang, lagopède) servent de ressource alimentaire et de matière première (os, dent, plume, peau) comme en témoignent de nombreuses traces d’activité sur les ossements. À l’Azilien ces espèces laissent la place au lapin qui est exploité pour sa viande, sa graisse et sa moelle et peut-être pour sa fourrure.

Texte intégral

Les recherches menées sur la grotte de Rochereil ont été rendues possible par le financement du Projet Collectif de Recherche « Peuplement et cultures à la fin de du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire ». Nous tenons à remercier le Ministère de la Culture et de la Communication et le Service Régional d’Archéologie de la région Aquitaine pour leur soutien financier. Nous tenons à remercier également les descendants de la famille Jude qui ont mis à notre disposition une partie des collections de la grotte de Rochereil ainsi que la Mairie de Brantôme et le Musée National de Préhistoire pour nous avoir facilité l’accès à la collection Jude. Nous remercions également les deux rapporteurs de cet article, qui, par leurs conseils avisés, ont permis d’en améliorer le contenu. Les recherches menées au sein du laboratoire PACEA sont facilitées par le projet LABEX LaScArBx, projet bénéficiant d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’avenir portant la référence ANR-10-LABX-52.

1La fin des temps glaciaires est le théâtre d’importants changements climatiques, environnementaux et culturels. Globalement, dans le sud de la France, cette période voit la disparition des espèces continentales de milieu froid et ouvert, et leur remplacement par des communautés animales de milieu tempéré. Malgré de récentes avancées sur le sujet, notamment sur la disparition du renne (e.g. Bridault et al., 2000 ; Costamagno et al., 2016), le rythme de recomposition des biocénoses reste à préciser tant au niveau macro-régional que micro-régional, chaque espèce ayant une résilience qui lui est propre. Ces changements ont affecté la disponibilité des ressources potentiellement exploitables par les chasseurs-collecteurs. Leurs conséquences sur l’occupation du milieu, la subsistance, les dynamiques sociétales constituent un enjeu important des recherches systémiques conduites sur cette période (e.g. Pétillon et al., 2016 ; Laroulandie et al., 2017).

2Dans le sud-ouest de la France, la plupart des sites du Magdalénien supérieur montrent que la chasse est orientée vers les ongulés (e.g. Fontana 1998 ; Fontana 2000 ; Costamagno, 2003 ; Feyfant et al., 2015 ; Kuntz et al., 2016). Une intensification de la capture des petits gibiers à poils et à plumes ainsi que la pêche marque également cette période (Le Gall, 2003 ; Cochard 2004 ; Costamagno et al., 2008 ; Jones, 2009 ; Laroulandie, 2009 ; Langlais et al., 2012 ; Laroulandie, 2016). Notons néanmoins que ce caractère apparaît fortement variable d’un site à l’autre tant au niveau des espèces concernées que de leur importance relative. Dans cette région, l’exploitation du monde animal à l’Azilien comme au Laborien est moins bien connue ; mais les données indiquent encore que les activités cynégétiques sont orientées vers les ongulés – cheval, cerf ou aurochs – et les petits gibiers – lapin, castor notamment – (Cochard, 2004 ; Jones, 2004, 2006, 2016 ; Fat Cheung et al., 2014 ; Langlais et al., 2014a, 2015a ; Chevallier, 2015).

3De nombreux modèles ont été proposés dans différentes régions de l’ancien monde pour expliquer les raisons de l’incorporation de petits gibiers dans l’économie des sociétés préhistoriques. Ces modèles mettent en cause les conditions environnementales, l’augmentation de la pression démographique, une baisse de la mobilité des groupes humains, les innovations techniques ou encore des changements dans l’organisation sociale (e.g. Stiner et al., 1999 ; Stiner, 2001 ; Stiner et Munro, 2002 ; Hockett et Haws, 2003, 2005 ; Cochard, 2004 ; Cochard et Brugal, 2004 ; Costamagno et Laroulandie, 2004 ; Müller, 2004 ; Costamagno et al., 2008 ; Costamagno et al., 2009 ; Langlais et al., 2012 ; Rillardon et Brugal, 2014 ; Jones 2016). Ils ne sont pas exclusifs et force est de constater que le nombre croissant d’études montre que le phénomène est complexe et non linéaire au cours du temps. Dans cet article, nous proposons une documentation inédite qui participe à ce débat. Le cas d’étude présenté concerne la séquence tardiglaciaire de Rochereil, en Dordogne. Ce gisement, fouillé par Jude (1960), livre un abondant matériel qui a fait l’objet d’une récente révision pluridisciplinaire dans le cadre du PCR « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » dirigé par l’un de nous (P. P.).

4À la lumière des données contextuelles régionales, de nouvelles analyses techno-économiques et de datations radiocarbones, cette séquence est à même d’apporter des éléments de réponse participant à la connaissance des changements environnementaux et culturels marquant la fin des temps glaciaires dans cette région du Périgord. L’attention est ici focalisée sur l’exploitation des petits gibiers. Nous adoptons une démarche inductive fondée sur une analyse taphonomique et archéozoologique détaillée du matériel. Cette approche est susceptible de renseigner les chaînes opératoires mises en œuvre et les produits qui étaient recherchés.

Le site de Rochereil : contexte et nouveaux travaux

5Le gisement de Rochereil est situé sur la commune de Grand Brassac en bordure de la Dronne à une centaine de mètres du gisement de Pont d’Ambon. La grotte fut découverte au début du xxe siècle par Raoul de Ricard et a connu deux campagnes de fouille. La première a été menée par Maurice Féaux et le Marquis Gérard de Fayolle en 1912 et 1921, la seconde par Paul-Émile Jude de 1935 à 1939. Cette dernière a livré une riche collection de vestiges qui est présentée dans une monographie (Jude, 1960). L’auteur y décrit une stratigraphie formée de quatre couches horizontales. La couche la plus profonde et stérile est composée de sables fluviatiles. La deuxième a livré un ensemble attribué au Magdalénien. La troisième, découpée par endroits en trois sous-ensembles, livre de l’Azilien. Au sommet, la dernière couche contenait quelques vestiges du Néolithique et de périodes historiques (Jude, 1960, p. 10).

6La grotte de Rochereil est connue pour la diversité et l’abondance de son art mobilier sur os et bois de cervidé (Man-Estier et Paillet, 2013 ; Paillet et Man-Estier, 2014 ; Man-Estier et al., sous presse). Ce site a également livré une riche industrie osseuse magdalénienne récemment réévaluée (Rémy, 2013) ainsi que quelques éléments aziliens en cours d’étude. La révision du matériel lithique met en évidence une séquence « classique », où se succèdent le Magdalénien supérieur, l’Azilien ancien, récent et le Laborien (Langlais et Bonnet-Jacquement, 2012). La majorité des morphotypes d’armatures diagnostiques de chaque technocomplexe, définie au niveau macro-régional, se retrouve dans les différentes couches reconnues par Jude. Néanmoins, si l’on se réfère aux données contextuelles régionales (e.g. Fat Cheung et al., 2014 ; Fat Cheung, 2015 ; Langlais et al., 2014 a et b, 2016), des erreurs de lecture lors de la fouille ou des processus post-dépositionnels ont vraisemblablement induit quelques mélanges. En l’absence de coordonnées tridimensionnelles une réévaluation archéostratigraphique s’avère impossible. De fait, lors des interprétations, il faut garder en mémoire qu’un certain degré d’hétérogénéité existe au sein des ensembles archéologiques définis par Jude.

Datations 14C AMS

7Avant la reprise du matériel par l’équipe pluridisciplinaire, seule une date était disponible pour le site de Rochereil (Mafard et al., 2007). Réalisée sur le crâne de l’enfant dit magdalénien, le résultat (OxA-16932 : 11 255±50) indique pourtant un âge connu régionalement pour l’Azilien (Fat Cheung, 2015).

8Dans le cadre du PCR, une série de 17 dates sur ossements identifiés taxinomiquement et de provenance stratigraphique connue (c’est-à-dire marqués selon les subdivisions de Jude) a été réalisée. Ces nouvelles dates (tabl. 1) nous ont permis de tester la stratigraphie de Jude et de documenter la recomposition des faunes de la région à la fin du Tardiglaciaire (Mallye et al., 2014).

Tableau 1 : Rochereil : résumé des datations radiocarbone réalisées sur les différents taxons suivant les attributions stratigraphiques données par Jude.

Tableau 1 : Rochereil : résumé des datations radiocarbone réalisées sur les différents taxons suivant les attributions stratigraphiques données par Jude.

9La plupart des vestiges provenant de l’ensemble magdalénien ont donné des dates situées entre 14 000 et 15 000 cal BP (fig. 1). Mais, deux dates, l’une sur cerf et l’autre sur sanglier, sont postérieures à 13 000 cal BP. Ces deux dates correspondent davantage à ce qui est connu régionalement pour l’Azilien (Fat Cheung et al., 2014 ; Fat Cheung 2015). Pour l’ensemble azilien défini par Jude, l’inverse s’observe : les dates se concentrent entre 14 000 et 11 500 cal BP alors que trois dates dont deux réalisées sur des restes de renne, sont antérieures à 14 000 cal BP. Ces trois dates correspondent à ce qui est connu régionalement pour le Magdalénien supérieur (Langlais, 2010 ; Barshay-Szmidt et al., 2016 ; Langlais et al., 2016).

Figure 1 : Rochereil : ensemble des datations réalisées dans le cadre du PCR.

Figure 1 : Rochereil : ensemble des datations réalisées dans le cadre du PCR.

Les dates ont été ordonnées par ordre décroissant selon les attributions contextuelles portées par chacune des pièces. Le cadrage chronologique des différents technocomplexes est issu des données provenant de Langlais (2010), Langlais et al. (2012, 2014a et b, 2016), Barshay-Szmidt et al. (2016), Fat Cheung et al. (2014) ; Fat Cheung (2015).

10Ainsi, comme pour les éléments lithiques, il est fort probable que ces mélanges soient le résultat d’erreurs de lecture à l’interface des deux ensembles. Cette hypothèse est renforcée par l’analyse des restes de macrofaune ; en effet l’étude de la grande faune menée par l’une d’entre nous (C.V.) a montré que les restes de renne sont essentiellement contenus dans le Magdalénien tandis que le cerf, les Bovinés et le cheval sont essentiellement présents dans l’ensemble azilien. Enfin, les dates sur renne considérées comme fiables par le laboratoire ne dépassent pas le début de l’Allerød. Ce résultat va dans le sens de la récente synthèse sur la disparition régionale de cette espèce (Costamagno et al., 2016).

La mésofaune de Rochereil

Matériel et méthode

11Au cours du PCR, une étude tapho-archéozoologique classique a été entreprise sur les restes de mésofaune. La reprise d’une collection ancienne pose cependant plusieurs difficultés lors de l’interprétation des données. Il reste en effet délicat d’interpréter précisément la représentation anatomique, une récolte partielle des vestiges étant clairement visible lors de l’analyse du matériel : les fragments de diaphyses sont sous-représentés par rapport à ce qui caractérise les ensembles recueillis au tamisage et certains éléments de petite taille sont manquants. Néanmoins, le matériel étant extrêmement bien préservé, l’étude des traces permet, pour certaines espèces, d’aborder globalement les schémas d’exploitation et les produits animaux recherchés. Les traces de boucherie ont été comparées aux référentiels ethnoarchéologiques ainsi qu’aux résultats de différentes expérimentations publiés (Henshilwood, 1997 ; Laroulandie, 2001 ; Lloveras et al., 2009 ; Mallye, 2007, 2011 ; Val et Mallye, 2011 ; Pedergnana et Blasco, 2016 ; Romandini et al., 2016) dans le but d’identifier les produits recherchés.

12La mésofaune de Rochereil est relativement abondante et variée : près de 1400 restes appartiennent à une vingtaine de taxons (Laroulandie, 2012 ; Mallye, 2013 ; Laroulandie, en préparation ; Mallye, en préparation). Des traces anthropogènes variées ont été observées sur plusieurs d’entre elles. Parmi les oiseaux, ce type de marques s’observe sur des ossements de cygne, Cygnus sp., d’anatidés, d’aigle royal, Aquila chrysaetos, de Lagopèdes, Lagopus sp., de chouette harfang, Bubo scandiacus, et divers passériformes dont le grand corbeau, Corvus corax et une espèce de petite taille. Pour les mésomammifères, la liste compte plusieurs carnivores, parmi lesquels figurent le renard, Vulpes sp., le blaireau, Meles meles, le glouton, Gulo gulo, et le chat forestier, Felis silvestris, ainsi que des glires dont le castor, Castor fiber, le spermophile, Spermophilus citellus, les lièvres, Lepus sp. et le lapin de garenne, Oryctolagus cuniculus.

13Pour ce premier bilan archéozoologique, l’attention s’est focalisée sur le harfang, le lagopède, le spermophile et le lapin qui représentent à eux seuls 80 % des petits animaux de Rochereil, toutes couches confondues (Tabl. 2). Le marquage des indications stratigraphiques sur les pièces concerne près de la moitié de ces vestiges. Pour le spermophile, le harfang et les lagopèdes, les pièces marquées sont toutes ou majoritairement attribuées au Magdalénien supérieur (fig. 2). Pour le lapin de garenne, l’essentiel des pièces est marqué « Azilien ». Compte tenu de l’identification de pollution des ensembles archéologiques (voir supra) et des données contextuelles régionales, nous postulons, dans cette étude, que les restes de spermophile, harfang et lagopèdes non marqués appartiennent plus probablement au niveau magdalénien. Quant au lapin, il est plus vraisemblablement azilien. Bien sûr, d’autres dates directes permettraient de valider cette hypothèse de travail.

Tableau 2 : Rochereil : Nombre de restes de harfang, lagopède, spermophile et lapin selon les attributions stratigraphiques notées par Jude.

Tableau 2 : Rochereil : Nombre de restes de harfang, lagopède, spermophile et lapin selon les attributions stratigraphiques notées par Jude.

Figure 2 : Rochereil : Abondance des espèces considérées selon leur attribution culturelle.

Figure 2 : Rochereil : Abondance des espèces considérées selon leur attribution culturelle.

Le lapin des niveaux « aziliens »

14Pour l’Azilien, près de 350 restes de lapins ont été identifiés. Ils renvoient à un minimum de 60 individus adultes. Près de 20 % des os portent des stries, ce qui est élevé par rapport à ce qui est connu pour les ensembles osseux de lapins du même faciès culturel (e.g. Cochard, 2004). Ces chiffres doivent toutefois être pris avec précaution au regard des méthodes de récolte sélective des ossements lors des fouilles.

15Les traces sur les os documentent diverses étapes de la chaîne opératoire de boucherie depuis le dépouillement des carcasses en passant par leur tronçonnement, le décharnement des os et la récupération de la moelle (fig. 3). Des traces de brûlures distales (sensu Vigne et al., 1981 ; Vigne et Marinval-Vigne 1983) ont pu être identifiées sur les extrémités proximales et distales des membres ainsi que l’extrémité du museau attestant de la cuisson de quartiers de carcasses au contact de la flamme. Enfin, si la peau a été retirée préalablement à la consommation de la chair, nous ne pouvons savoir si elle a été conservée par les chasseurs-collecteurs de l’Azilien. Ces observations sont assez similaires à celles qui ont été faites pour d’autres ensembles de la même période (Cochard, 2004).

Figure 3 : Rochereil : Localisation et dénombrement des traces de boucherie et de cuisson sur les restes de lapin « azilien ».

Figure 3 : Rochereil : Localisation et dénombrement des traces de boucherie et de cuisson sur les restes de lapin « azilien ».

Modifié d’après le dessin de M. Coutureau et V. Forest © 1996 ArcheoZoo.org.

Le spermophile du Magdalénien

  • 1 « Il s’agit d’une faune de steppe classique, assez pauvre en espèces. Elle comprend, par ordre d’im (...)

16Dans le niveau magdalénien, l’abondance des restes osseux de spermophile est à noter. Ce petit écureuil terrestre avait déjà intrigué Jude qui rapporte en avoir trouvé en plus grande quantité que le renne dans la couche magdalénienne (Jude, 1960, p. 251).

17Ce rongeur de la même famille que la marmotte vit actuellement dans les régions de steppes à graminées d’Europe centrale. Mesurant une vingtaine de centimètres pour une masse de 200 à 400 grammes, il vit en colonie d’une dizaine d’individus, hiberne d’octobre à mars dans des terriers. La femelle met au monde chaque année de 5 à 8 petits (Macdonald et Barrett, 1993). Le décompte des restes récoltés permet d’individualiser 31 individus. Le fait remarquable de cette série réside dans l’observation de nombreuses traces anthropogéniques sur l’ensemble du squelette (fig. 4). Des manques évidents en ossements sont notés notamment au niveau des bas de pattes, des côtes et des vertèbres. Ils concernent des éléments de petite dimension et/ou fragiles et sont plus probablement le résultat de la conservation et du ramassage différentiel que d’un transport sélectif par les chasseurs du Magdalénien supérieur. En dépit de ce constat, nous pouvons quand même établir une chaîne opératoire de préparation et de consommation des carcasses allant du dépouillement à la cuisson et au décharnement.

Figure 4. Rochereil : Localisation et dénombrement des traces de boucherie sur les restes de spermophile.

Figure 4. Rochereil : Localisation et dénombrement des traces de boucherie sur les restes de spermophile.

Squelette de Marmotte utilisé pour l’occasion modifié d’après le dessin de C. Beauval et C. Tomé Carpentier © 2015 ArcheoZoo.org.

18Les traces de découpe localisées au sommet du crâne sur les pariétaux (fig. 5a) ainsi que celle situées sur le diastème de la mandibule (fig. 5b) ou encore sur les métapodes (fig. 5c) peuvent être interprétées comme relevant du dépouillement des carcasses. La minutie et donc le temps consacré à cette étape de préparation des carcasses peuvent constituer un indice fort quant à la récupération de la peau de ces rongeurs. Les témoignages ethnographiques ne manquent pas ; de nombreuses populations d’Amérique du Nord confectionnent des manteaux en peau de spermophile (Honigmann, 1954 ; Mandelbaum, 1979 ; Gillespie, 1981 ; Burch, 1984 ; Wein et Freeman, 1995 ; Brunton, 1998 ; Ignace, 1998). À Rochereil, sachant qu’un minimum de 31 individus a été capturé et connaissant la surface de peau disponible sur chaque individu nous pouvons estimer à ½ mètre carré environ la surface de fourrure potentiellement obtenue.

19Le décharnement est assez bien marqué sur les os longs par la présence de stries transverses sur le corps des diaphyses tel que sur les fémurs, les humérus, les tibias (fig. 5d-i). Ces traces sont moins fréquentes sur les ulnas ou les radius. D’autres stries sont visibles au niveau de la fosse massétérique de la mandibule, les pariétaux, sur les apophyses zygomatiques, sur les vertèbres ou encore sur l’os coxal. Ici encore elle dénote une attention particulière à détacher la chair des ossements.

20Enfin, des traces de brûlures distales ont été observées à l’extrémité de la couronne des incisives (fig. 5j et k) et des extrémités distales de certains os longs (fig. 5l). La récurrence dans la localisation de ces traces indique que les chasseurs du Magdalénien supérieur ont fait griller les carcasses à proximité d’une source de chaleur. Ici encore le registre ethnographique mentionne cette pratique chez les populations d’Indiens d’Amérique du Nord (Hungry Wolf, 1974, 1975 ; MacClellan, 1975, 1987 ; Albright, 1984).

21Si le spermophile est reconnu dans de nombreux sites de Paléolithique moyen et supérieur son exploitation par l’Homme est beaucoup moins bien documentée. Elle est décrite dans les gisements de Verberie (Enloe, 2000, 2010), à Monruz (Müller, 2013), au Bois Ragot (couches 6 à 4, Marquet, 2005) et à l’abri du Morin (Langlais et al., 2012). Son exploitation est présumée dans les sites du Rond du Barry (Marquet, 1993) et du Roc-aux-Sorciers (Marquet, 2010). Présents en nombre variable dans les sites du Magdalénien inférieur et moyen, les restes de spermophile ne portent pas de traces anthropogéniques et semblent avoir été apportés par des prédateurs non-humains (Castel, 1999 ; Kuntz et al., 2015 ; Langlais et al., 2015b). Ainsi l’exploitation par l’Homme de ce rongeur n’est actuellement documentée que pour le Magdalénien supérieur. Le cas de Rochereil est tout à fait exceptionnel, car il permet une restitution relativement fine de la chaîne opératoire.

Figure 5 : Rochereil : traces de boucherie et de cuisson sur les restes de spermophile.

Figure 5 : Rochereil : traces de boucherie et de cuisson sur les restes de spermophile.

Dépouillement : a sur fragments de pariétaux, b sur mandibule et e sur métapode. Décharnement : d et e sur fémur, f et g sur humérus, h sur ulna, i sur radius. Cuisson : j sur les incisives supérieures, k sur l’incisive portée par la mandibule, l et M. sur des incisives inférieures, n sur l’extrémité distale d’un radius. Sauf mention contraire le trait représente 1 cm.

Les lagopèdes et le harfang du Magdalénien

22Une soixantaine d’ossements de lagopèdes appartenant à 7 individus adultes a été identifiée. Un tiers d’entre eux porte des stries de boucherie indiquant des gestes de désarticulation au niveau de l’aile et de décarnisation au niveau des parties les plus charnues des carcasses (fig. 6). Les produits recherchés semblent, a minima, être la viande. Aucun indice direct ne permet d’argumenter en faveur de l’utilisation des os ou des plumes de ce gallinacé.

Figure 6 : Rochereil : Localisation et décompte des traces de boucherie sur les os de lagopède.

Figure 6 : Rochereil : Localisation et décompte des traces de boucherie sur les os de lagopède.

Modifié d’après le dessin de M. Coutureau et V. Laroulandie © 2007 ArcheoZoo.org.

23La situation apparaît très différente pour la chouette harfang. Ce rapace de grande taille est représenté par plus de 200 restes osseux provenant de 17 individus adultes. Plus de la moitié présente des stries (au sens large) résultant de l’activité des chasseurs magdaléniens (fig. 7, Laroulandie 2016). Certaines correspondent au prélèvement des masses carnées, comme celles qui s’observent sur le coracoïde, l’extrémité proximale de l’humérus, le fémur ou le tibiotarse.

Figure 7 : Rochereil : Localisation et décompte des traces de boucherie sur les os de chouette harfang.

Figure 7 : Rochereil : Localisation et décompte des traces de boucherie sur les os de chouette harfang.

Modifié d’après le dessin de M. Coutureau et V. Laroulandie © 2007 ArcheoZoo.org.

24Des traces longitudinales sur les os des extrémités des ailes, ulna et carpométacarpe pourraient, comme le suggèrent quelques référentiels expérimentaux (Pedergnana et Blasco, 2016 ; Romandini et al. 2016), indiquer la recherche des rémiges. Ces longues plumes s’insèrent sur les ossements par l’intermédiaire de tendons. Leur sectionnement au plus près de l’os permet de prélever les plumes tout en les maintenant unies par la peau.

25Tout ou une partie des carcasses a été segmentée en quartiers au niveau de l’épaule, du coude et en diverses articulations des phalanges du pied. Cette pratique signalée depuis les travaux de C. Mourer-Chauviré (Chauviré, 1965 ; Mourer-Chauviré, 1975) est bien connue dans d’autres sites contemporains du Bassin aquitain (e.g. synthèse Laroulandie 2016). Elle indique l’intérêt que les Hommes portaient à ces éléments, vraisemblablement recherchés pour leur valeur symbolique.

26À Rochereil, les ulnas de harfang ont par ailleurs été utilisées comme matière première. On observe la présence de plusieurs traces techniques : préparation des surfaces par raclage intense, début de débitage par rainurage longitudinal (Laroulandie 2016, fig. 17, et 18). Des ulnas et des phalanges du pied ont également été décorées (Laroulandie 2016, fig. 13 et 15). Au terme de cette énumération, il apparaît que les chasseurs-collecteurs qui ont fréquenté Rochereil ont recherché une large variété de produits provenant de la grande chouette des neiges.

Conclusion

27Les données issues de la collection de Rochereil témoignent, entre le Magdalénien et l’Azilien, d’un changement dans les espèces de petits gibiers qui sont exploitées. Une évolution de la disponibilité des espèces liée aux changements environnementaux lors du passage du Bølling à l’Allerød vers 14 000 cal BP en est sans doute la cause. Ce changement participe à d’autres modifications techno-économiques et artistiques.

28À l’Azilien, le lapin est un classique des tableaux de chasse de la région. Cette exploitation est par ailleurs documentée dans les sites de Pont d’Ambon (Jones, 2004, 2006), de la Faurélie (Cochard, 2004), de l’abri Murat (Mallye, en préparation) ou de Pégourié (Séronie-Vivien, 1994, 1995), qui sont tous situés au Nord de la Garonne.

29Au niveau régional pour le Magdalénien supérieur, la consommation du harfang et des lagopèdes est relativement bien connue (Laroulandie, 2009, 2016). L’exploitation alimentaire et technique du harfang et l’importance de ce rapace dans les systèmes de représentation des sociétés ont été soulignées dans une quinzaine de sites péné-contemporains du Bassin aquitain et de ses proches marges (voir synthèse Laroulandie, 2016).

30L’exploitation du spermophile est plus originale et semble être propre aux groupes du Magdalénien supérieur qui l’ont chassé (ou piégé) pour sa fourrure et sa chair. La consommation de la viande est attestée au Morin (Langlais et al., 2012) et à Verberie (Enloe, 2000). À Monruz (Müller, 2013) le spermophile semble avoir été acquis à des fins esthétiques, les mandibules pouvant avoir servi d’éléments de parure ou de décors. La révision des autres séries ayant livré de nombreux restes de spermophile permettra de mieux connaître les modalités de sa consommation par les Hommes.

31La motivation de ces acquisitions apparaît variée : matière carnée, matière première osseuse, griffes, fourrure, plumes. Elle ne répond donc pas à un besoin strictement alimentaire. À titre de discussion, à Rochereil, pour le Magdalénien, le poids de viande obtenu de l’exploitation de la cinquantaine d’individus équivaut à la moitié d’un renne. On peut donc se poser la question de la finalité d’une telle consommation. Était-elle réservée à une certaine catégorie de personne ? Était-elle consommée à une période particulière de la vie ? Avait-elle un usage prophylactique ?

32Les données de Rochereil, bien que provenant de fouilles anciennes apportent ainsi de nouvelles informations sur l’exploitation des petits gibiers. Elles confirment certains traits vus dans d’autres séries contemporaines et parallèlement ajoute son lot d’originalité aux connaissances précédemment acquises.

Bibliographie

Albright S.L. 1984, Tahltan Ethnoarchaeology, Burnaby, B.C., Simon Fraser University, Departement of Archaeology.

Barshay-Szmidt C., Costamagno S., Henry-Gambier D., Laroulandie V., Pétillon J.-M., Boudadi-Maligne M., Kuntz D., Langlais M. et Mallye J.-B. 2016, « New extensive focused AMS14C dating of the Middle and Upper Magdalenian of the western Aquitaine/Pyrenean region of France (ca. 19-14 kA cal BP): Proposing a new model for its chronological phases and for the timing of occupation », Quaternary International, vol. 414, p. 62-91.

Bridault A., Chaix L., Pion G., Oberlin C., Thiébault S. et Argant J. 2000, « Position chronologique du Renne (Rangifer tarandus L.) à la fin du Tardiglaciaire dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional », dans Pion G. (dir.), Le Paléolithique supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement. Actes de la table ronde de Chambéry, 12 au 13 mars 1999, Paris, Société préhistorique française, p. 47-57.

Brunton B.B. 1998, « Kootenai », dans Walker D.E. et Sturtevant W.-C. (dir.), Handbook of North American Indians, Washington D.C., Smithsonian Institution, p. 223-228.

Burch E.S., Jr 1984, « Kotzebue Sound Eskimo », dans Walker D.E. et Sturtevant W.-C. (dir.), Handbook of North American Indians, Washington D.C., Smithonian Institution, p. 303-311.

Castel J.-C. 1999, « Comportements de subsistance au Solutréen et au Badégoulien d’après les faunes de Combe Saunière (Dordogne) et du Cuzoul de Vers (Lot) », Thèse de doctorat, Talence, Université Bordeaux 1.

Chauviré C. 1965, « Les oiseaux du gisement magdalénien du Morin (Gironde) », dans Actes du 89e congrès des Sociétés Savantes, Lyon, p. 255-266.

Chevallier A. 2015, « Chasse et traitement des mammifères durant le Magdalénien et l’Azilien dans le sud-ouest de la France. La place particulière du Cerf », Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris 1.

Cochard D. 2004, « Les léporidés dans la subsistance paléolithique du sud de la France », Thèse de doctorat, Talence, Université Bordeaux 1.

Cochard D. et Brugal J.-P. 2004, « Importance des fonctions des sites dans les accumulations paléolithiques de léporidés », dans Brugal J.-P. et Desse J. (dir.), Petits animaux et sociétés humaines. Du complément alimentaire aux ressources utilitaires. XXIVème rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, p. 283-296.

Costamagno S. 2003, « Exploitation de la grande faune au Magdalénien dans le sud de la France », dans Costamagno S. et Laroulandie V. (dir.), Mode de vie au Magdalénien : les apports de l’archéozoologie. XIVème Congrès UISPP, 2 au 8 septembre 2001, Liège, Oxford, Archaeopress, p. 73-88 (BAR International Series).

Costamagno S., Barshay-Szmidt C., Kuntz D., Laroulandie V., Pétillon J.-M., Boudadi-Maligne M., Langlais M., Mallye J.-B. et Chevallier A. 2016, « Reexamining the timing of reindeer disappearance in southwestern France in the larger context of late glacial faunal turnover », Quaternary International, vol. 414, p. 34-61.

Costamagno S., Cochard D., Laroulandie V., Cazals N., Langlais M., Valdeyron N., Dachary M., Barbaza M., Galop D., Martin H. et Philibert S. 2008, « Nouveaux milieux, nouveaux gibiers, nouveaux chasseurs ? Évolution des pratiques cynégétiques dans les Pyrénées du Tardiglaciaire au début du Postglaciaire », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 105, p. 17-27.

Costamagno S. et Laroulandie V. 2004, « L’exploitation des petits vertébrés dans les Pyrénées françaises du Paléolithique au Mésolithique : un inventaire taphonomique et archéozoologique », dans Brugal J.-P. et Desse J. (dir.), Petits animaux et sociétés humaines. Du complément alimentaire aux ressources utilitaires. XXIVème rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, Éditions APDCA, p. 403-416.

Costamagno S., Laroulandie V., Langlais M. et Cochard D. 2009, « Exploitation du monde animal sur le versant nord des Pyrénées durant le Tardiglaciaire », dans Fullola J.-M., Valdeyron N. et Langlais M. (dir.), Els Pirineus i les àrees circumdants durant el Tardiglacial. Mutacions i filiacions tecnoculturals evolucion paleoambiental. Actes du XIVe Colloque international d’Archéologie de Puigcerdà, Hommage à G. Laplace, novembre 2006, Institut d’Estudis Ceretans, p. 185-209.

Enloe J.-G. 2000, « Le Magdalénien du Bassin parisien au Tardiglaciaire : la chasse aux rennes comparée à celle d’autres espèces », dans Pion G. (dir.), Le Paléolithique supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement. Table ronde de Chambéry 12 au 13 mars 1999, Paris, Société Préhistorique française, p. 39-45.

Enloe J.-G. 2010, « Faunal and Site Structure at Verberie », dans Zubrow E., Audouze F. et Enloe J.-G. (dir.), The Magdalenian Household, Unraveling Domesticity, Albany, State University of New York, p. 22-50.

Fat Cheung C. 2015, « L’Azilien pyrénéen parmi les sociétés du tardiglaciaire ouest-européen : apport de l’étude des industries lithiques », Thèse de doctorat, Université Toulouse 2 le Mirail.

Fat Cheung C., Bonnet-Jacquement P., Chevalier A., Ferrié J.-G., Langlais M., Costamagno S., Kuntz D., Laroulandie V., Mallye J.-B., Valdeyron N. et Ballista S., 2014 « L’azilien récent du sud-ouest français : mise en commun de données et premiers résultats, Les sociétés de l’Allerød et du Dryas récent entre Atlantique et Méditerranée ». Séance de la société Préhistorique Française 24 au 25 mai 2012, Bordeaux.

Feyfant L., Cochard D., Mallye J.-B. 2015, « Exploitation du cheval au Magdalénien supérieur dans le Sud-Ouest de la France. Le cas de l’abri Faustin (Cessac, Gironde) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 112, p. 693-716.

Fontana L. 1998, « Subsistance et territoire au Magdalénien supérieur dans les Pyrénées : l’apport des données archéozoologiques de la grotte de Belvis (Aude) », Bulletin Préhistoire du Sud-Ouest, Nouvelles Études, vol. 5, p. 131-146.

Fontana L. 2000, « La Chasse au renne au Paléolithique supérieur dans le Sud-Ouest de la France : nouvelles hypothèses de travail », Paleo, vol. 12, p. 141-164.

Gillespie B.C. 1981, « Mountain Indians », dans Helm J. et Sturtevant W.-C. (dir.), Handbook of North American Indians, Washington D.C., Smithonian Institution, p. 326-337.

Henshilwood C.S. 1997, « Identifying the collector: evidence for human processing of the Cape Dune Mole-Rat, Bathyergus suillus, from Blombos Cave, Southern Cape, South Africa », Journal of Archaeological Science, vol. 24, p. 659-662.

Hockett B. et Haws J.A. 2003, « Nutrional Ecology and Diachronic Trends in Palaeolithic Diet and Health », Evolutionary Anthropology, vol. 12, p. 211-216.

Hockett B. et Haws J.A. 2005, « Nutrional ecology and the human demography of Neandertal extinction », Quaternary International, vol. 137, p. 21-34.

Honigmann J.-J. 1954, The Kaska Indians : An ethnographic reconstruction, New Haven, Yale University Press.

Hungry Wolf A. 1974, Charlo’s People Say : The Flathead Tribe of Montana, Invermere, B.C., Good Medicine Books.

Hungry Wolf A. 1975, Blackfoot People, Invermere, B.C., Good Medicine Books.

Ignace M.B. 1998, « Shuswap », dans Walker D.E. et Sturtevant W.-C. (dir.), Handbook of North American Indians, Washington D.C., Smithsonian Institution, p. 203-208.

Jones E.L. 2004, « Broad spectrum diets and the european rabbit (Oryctolagus cuniculus) : Dietary change during the Pleistocene-Holocene transition in the Dordogne, Southwestern France », Ph. D Thesis, University of Washington.

Jones E.L. 2006, « Prey choice, mass collecting, and the wild European rabbit (Oryctolagus cuniculus) », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 25, p. 275-289.

Jones E.L. 2009, « Climate change, patch choice, and intensification at Pont d’Ambon (Dordogne, France) during the Younger Dryas », Quaternary Research, vol. 72, p. 371-376.

Jones E.L. 2016, In search of the Broad Spectrum Revolution in Paleolithic Southwest Europe, New-York, Springer (Springer briefs in Archaeology).

Jude P.-E. 1960, La grotte de Rochereil. Station magdalénienne et azilienne, Paris, Masson et Cie (Mémoire 30).

Kuntz D., Costamagno S., Feyfant L. et Martin F. 2016, « The exploitation of ungulates in the Magdalenian in the Entre-Deux-Mers (Gironde, France) », Quaternary International, vol. 414, p. 135-138.

Kuntz D., Sécher A., Costamagno S., Mallye J.-B., Pétillon J.-M., Peschaux C., Pubert É., Rendu W., Boudadi-Maligne M., Laroulandie V., Barshay-Szmidt C. et Langlais M. 2015, « Le Roc de Marcamps 2 (Prignac-et-Marcamps, Gironde) Nouvelles données sur la subsistance et les traditions techniques au début du Magdalénien moyen », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 112, p. 475-516.

Langlais M. 2010, Les sociétés magdaléniennes de l’isthme pyrénéen, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques (Documents préhistoriques 26).

Langlais M. et Bonnet-Jacquement P. 2012, « Rochereil, une séquence tardiglaciaire revisitée. Bilan sur les armatures lithiques (Collection Jude, Abbaye de Brantôme) », dans Paillet P. (dir.), Rapport intermédiaire d’opération archéologique, PCR Peuplement et culture à la fin du Tardiglaciaire dans le Nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire, Bordeaux, DRAC-SRA Aquitaine, p. 77-88.

Langlais M., Bonnet-Jacquement P., Detrain L. et Valdeyron N. 2014a, « Le Laborien : ultime sursaut technique du cycle évolutif paléolithique du sud-ouest de la France », dans Jaubert J., Fourment N. et Depaepe P. (dir.), Transitions, ruptures et continuités durant la Préhistoire, 2. Paléolithique et Mésolithique. Actes du XXVIIe Congrès préhistorique de France (Bordeaux – Les Eyzies, juin 2010), Paris, Société préhistorique française, p. 567-582.

Langlais M., Costamagno S., Laroulandie V., Pétillon J.-M., Discamps E., Mallye J.-B., Cochard D. et Kuntz D. 2012, « The evolution of Magdalenian societies in South-West France between 18,000 and 14,000 calBP : Changing environments, changing tool kits », Quaternary International, vol. 272/273, p. 138-149.

Langlais M., Detrain L., Ferrié J.-G., Mallye J.-B., Marquebielle B., Rigaud S., Turq A., Bonnet-Jacquement P., Boudadi-Maligne M., Caux S., Fat Cheung C., Naudinot N., Morala A., Valdeyron N. et Chauvière F.-X. 2014b, « Réévaluation des gisements de La Borie del Rey et de Port-de-Penne : nouvelles perspectives pour la transition Pléistocène-Holocène dans le Sud-Ouest de la France », dans Langlais M., Naudinot N. et Peresani M. (dir.), Les groupes culturels de la transition Pléistocène-Holocène entre Atlantique et Adriatique. Actes de la séance de la société préhistorique française de Bordeaux, 24 au 25 mai 2012, Paris, Séances de la Société préhistorique française, p. 83-128.

Langlais M., Laroulandie V., Costamagno S., Pétillon J.-M., Mallye J.-B., Lacrampe-Cuyaubère F., Boudadi-Maligne M., Barshay-Szmidt C., Masset C., Pubert É., Rendu W. et Lenoir M. 2015a, « Premiers temps du Magdalénien en Gironde. Réévaluation des fouilles Trécolle à Saint-Germain-la-Rivière (France) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 112, p. 5-58.

Langlais M., Laroulandie V., Jacquier J., Costamagno S., Chalard P., Mallye J.-B., Pétillon J.-M., Rigaud S., Royer A., Sitzia L., Cochard D., Dayet L., Fat Cheung C., Le Gall O., Queffelec A. et Lacrampe-Cuyaubère F. 2015b, « Le Laborien récent de la grotte-abri de Peyrazet (Creysse, Lot, France). Nouvelles données pour la fin du Tardiglaciaire en Quercy », Paleo, vol. 26, p. 79-116.

Langlais M., Sécher A., Caux S., Delvigne V., Gourc L., Normand C. et Sánchez de la Torre M. 2016, « Lithic tool kits : A Metronome of the evolution of the Magdalenian in southwest France (19,000-14,000 cal BP) », Quaternary International, vol. 414, p. 92-107.

Laroulandie V. 2001, « Les traces liées à la boucherie, à la cuisson et la consommation d’oiseaux. Apport de l’expérimentation », dans Bourguignon L., Ortega I. et Frère-Sautot M.-C. (dir.), Préhistoire et approche expérimentale, Monignac, Monique Mergoil, p. 97-108.

Laroulandie V., 2009, « De la plume à l’œuf : exploitation des ressources aviaires au Magdalénien dans le Sud de la France », dans Fontana L., Chauvière F.-X. et Bridault A. (dir.), In search of Total Animal exploitation. Cases studies in Upper Palaeolithic and Mesolithic, actes du XVème Congrès de l’IUSPP, Lisbonne 4 au 9 septembre 2006, Oxford, Archaeopress, pp. 71-89. (BAR International Series 2040).

Laroulandie V. 2011, « Les restes aviaires de Rochereil (Dordogne) : bilan des travaux 2011 », dans Paillet P. (dir.), Rapport de prospection thématique annuelle Peuplement et cultures de la fin du Tardiglaciaire dans le Nord du Périgord, DRAC-SRA Aquitaine, Bordeaux, p. 36-42.

Laroulandie V. 2016, « Hunting Fast-Moving, Low-Turnover Small Game : the Status of the Snowy Owl (Bubo scandiacus) in the Magdalenian », Quaternary International, vol. 414, p. 174-197.

Laroulandie V., Costamagno S., Langlais M. et Pétillon J.-M., 2017. L’œuf ou la poule ? Retour sur le projet Magdatis, « Le Magdalénien de la façade atlantique face aux changements environnementaux » in Landais A., Sanchez-Goñi M.-F. (coord.), un panorama de la recherche actuelle sur le quaternaire, Actes du colloque Q10, Paléoclimats et environnements quaternaires, Quoi de neuf sous le soleil ? Bordeaux, février 2016, Quaternaire 28(2)., pp. 277-283. https://quaternaire-revue.org/8162

Le Gall O. 2003, « Des Magdaléniens et… des poissons », dans Costamagno S. et Laroulandie V. (dir.), Mode de vie au Magdalénien : les apports de l’archéozoologie, actes du XIVème Congrès UISPP, 2 au 8 septembre 2001, Liège, Oxford, Archaeopress, p. 119-128 (BAR International Series1144).

Lloveras L., Moreno García M. et Nadal J. 2009, « Butchery, Cooking and Human Consumption Marks on Rabbit (Oryctolagus cuniculus) Bones : An experimental Study », Journal of Taphonomy, vol. 7, p. 179-201.

MacClellan C. 1975, My Old People Say : An Ethnographic Survey of Southern Yukon Territory - Part 1, Ottawa, Canadian Museum of Civilization.

MacClellan C. 1987, A history of the Yukon Indians ; Part of the Land, Part of the Water, Vancouver, Douglas & McIntyre.

Macdonald D.W., Barett P. 1993, Guide complet des Mammifères de France et d’Europe, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Mafart B., Guipert G., Alliez-Philip C. et Brau J.-J. 2007, « Virtual reconstruction and new palaeopathological study of the Magdalenian child’s skull of Rochereil », Palevol, vol. 6, p. 569-579.

Mallye J.-B. 2007, « Les restes de Blaireau en contexte archéologique : Taphonomie, Archéozoologie et éléments de discussion des séquences préhistoriques », Thèse de doctorat, Talence, Université Bordeaux 1.

Mallye J.-B. 2011, « Réflexion sur le dépouillement des petits carnivores en contexte archéologique : Apport de l’expérimentation », Archaeofauna, vol. 20, p. 7-25.

Mallye J.-B. 2013, « La mésofaune de Rochereil : suite et fin d’un inventaire », dans Paillet P. (dir.), DRAC-SRA Aquitaine, Bordeaux, (Rapport Rapport intermédiaire d’opération archéologique, Projet Collectif de Recherche, Programme P11 N° 2012-63 Peuplement et cultures de la fin du Tardiglaciaire dans le Nord du Périgord entre Dronne et Tardoire, DRAC-SRA Aquitaine, Bordeaux, p. 49-51.

Mallye J.-B., Boudadi-Maligne M., Langlais M. et Laroulandie V. 2014, « Rochereil et son cadre radiochronologique, synthèse des datations radiocarbones obtenues », dans Paillet P. (dir.), Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire, Rapport PCR, DRAC-SRA Aquitaine, Bordeaux, p. 33-36.

Man Estier E., Paillet P., Rémy D., Vercoutère C., Bonnet-Jacquement P., Boudadi-Maligne M., Langlais M., Laroulandie V., Mallye J.-B., Rigaud S. sous presse, « Supports et représentations dans l’art mobilier magdalénien de Rochereil (Grand-Brassac, Dordogne, France) », dans Cleyet-Merle J.-J., Geneste J.-M. et Man-Estier E. (dir.), L’art au quotidien- objets ornés du Paléolithique supérieur, actes du colloque, Les Eyzies-de-Tayac, 16 au 20 juin 2014, Paleo.

Man-Estier E., Paillet P. 2013, « Rochereil et l’art magdalénien de la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord (Dordogne, France) », dans Groenen M. (dir.), Expressions esthétiques et comportements techniques au Paléolithique, Oxford, Archaeopress, p. 7-36 (BAR International Series 2493).

Mandelbaum D.G. 1979, The plains Cree : An ethnographic, Historical, and comparative Study, Regina, University of Regina Press.

Marquet J.-C. 1993, Paléoenvironnement et chronologie des sites du domaine atlantique français d’âge pléistocène moyen et supérieur d’après l’étude des rongeurs, Tours, Les Cahiers de la Claise (Suppl. n° 2).

Marquet J.-C. 2005, « Reconstruction du climat et de l’environnement du site du Bois-Ragot à Gouex d’après l’étude des rongeurs », dans Chollet A. et Dujardin V. (dir.), La grotte du bois-Ragot à Gouex (Vienne). Magdalénien et Azilien. Essais sur les hommes et leur environnement, Paris, Société préhistorique française, p. 373-384 (Mémoire 38).

Marquet J.-C. 2010, « La microfaune : les rongeurs », http://www.catalogue-roc-aux-sorciers.fr/html/12/collection/add_8.html

Mourer-Chauviré C. 1975, Les oiseaux du Pléistocène moyen et supérieur de France, Villeurbanne, Document des laboratoires de Géologie de la Faculté de Lyon 64.

Müller W. 2004, « One horse or a hundred hares ? Small game exploitation in an Upper Palaeolithic context », dans Brugal J.-P. et Desse J. (dir.), Petits animaux et sociétés humaines. Du complément alimentaire aux ressources utilitaires, actes des XXIVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, p. 489-498.

Müller W. 2013, Le site magdalenien de Monruz, 3 Acquisition, traitement et consommation des ressources animales, Neuchâtel, Archéologie neuchâteloise 49.

Paillet P. et Man Estier E. 2014, « De nouvelles découvertes d’art mobilier laborien dans le nord du Périgord », dans Langlais M., Naudinot N. et Peresani M. (dir.), Les groupes culturels de la transition Pléistocène-Holocène entre Atlantique et Adriatique, actes de la séance de la Société préhistorique française de Bordeaux, 24 au 25 mai 2012, Paris, Société préhistorique française, p. 129-154.

Pedergnana A. et Blasco R. 2016, « Characterising the exploitation of avian resources : An experimental combination of lithic use-wear, residue and taphonomic analyses », Quaternary International, vol. 421, p. 255-269.

Pétillon J.-M., Laroulandie V., Costamagno S. et Langlais M. 2016, « Testing environmental determinants in the cultural evolution of hunter-gatherers : A three-year multidisciplinary project on the occupation of the western Aquitaine basin during the Middle and Upper Magdalenian (19-14 kyr cal BP) », Quaternary International, vol. 414, p. 1-8.

Reimer P.J., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Blackwell P.G., Bronk Ramsey C., Buck C.E., Cheng H., Edwards R.L., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Haflidason H., Hajdas I., Hatté C., Heaton T.J., Hoffmann D.L., Hogg A.G., Hughen K.A., Kaiser K.F., Kromer B., Manning S.W., Niu M., Reimer R.W., Richards D.A., Scott E.M., Southon J.-R., Staff R.A., Turney C.S.M. et van der Plicht J. 2013, « IntCal13 and Marine13 radiocarbon age calibration curves 0–50,000 years cal BP », Radiocarbon, vol. 55, p. 1869-1887.

Rémy D. 2013, « Caractérisation techno-économique d’industries en bois de cervidés du Badegoulien et du Magdalénien : le cas du Rond-du-Barry (Haute-Loire) et de Rochereil (Dordogne) », Thèse de doctorat, Université de Montpellier 3.

Rillardon M. et Brugal J.-P. 2014, « What about the Broad Spectrum Revolution ? Subsistence strategy of hunter–gatherers in Southeast France… », Quaternary International, vol. 337, p. 129-153.

Romandini M., Fiore I., Gala M., Cestari M., Guida G., Tagliacozzo A. et Peresani M. 2016, « Neanderthal scraping and manual handling of raptors wing bones : Evidence from Fumane Cave. Experimental activities and comparison », Quaternary International, vol. 421, p. 154-172.

Séronie-Vivien M.-R. 1994, « Données sur le Lapin azilien. Le matériel du gisement de Pégourié, Caniac-du-Causse (Lot) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 91, p. 378-384.

Séronie-Vivien M.-R. 1995, La grotte de Pégourié, Caniac-du-Causse (Lot), Préhistoire Quercynoise 2.

Stiner M.C. 2001, « Thirty years on the « Broad Spectrum Revolution » and paleolithic demography », PNAS, vol. 98, p. 6993-6996.

Stiner M.C. et Munro N.D. 2002, « Approaches to prehistoric diet breath, demography, and prey ranking systems in time and space », Journal of Archaeological Method and Theory, vol. 9, p. 181-214.

Stiner M.C., Munro N.D., Surovell T. A., Tchernov E. et Bar-Yosev O. 1999, « Paleolithic population growth pulses evidenced by small animal exploitation », Science, vol. 283, p. 190-194.

Val A. et Mallye J.-B. 2011, « Small carnivore skinning by professionals : Skeletal modifications and implications for the European Upper Palaeolithic », Journal of Taphonomy, vol. 9, p. 221-243.

Vigne J.-D. et Marinval-Vigne M.-C. 1983, « Méthode pour la mise en évidence de la consommation du petit gibier », dans Clutton-Brock J. et Grigson C. (dir.), Animals and Archaeology. 1 : Hunters and their prey, Oxford, Archaeopress, p. 239-242 (BAR International Series 163).

Vigne J.-D., Marinval-Vigne M.-C., de Lanfranchi F. et Weiss M.-C. 1981, « Consommation du « Lapin-rat » (Prolagus sardus Wagner) au Néolithique ancien méditerranéen Abri d’Araguina-Sennola (Bonifacio, Corse) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 78, p. 222-224.

Wein E.E. et Freeman M.M.R. 1995, « Frequency of traditional food use by three Yukon First Nation living in Four communities », Arctic, vol. 48, p. 161-171.

Notes

1 « Il s’agit d’une faune de steppe classique, assez pauvre en espèces. Elle comprend, par ordre d’importance : le Spermophile, le Renne, le Cheval, le Bœuf, de nombreux Rapaces et Poissons. »

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Rochereil : résumé des datations radiocarbone réalisées sur les différents taxons suivant les attributions stratigraphiques données par Jude.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-1.jpg
Fichier image/, 316k
Titre Figure 1 : Rochereil : ensemble des datations réalisées dans le cadre du PCR.
Légende Les dates ont été ordonnées par ordre décroissant selon les attributions contextuelles portées par chacune des pièces. Le cadrage chronologique des différents technocomplexes est issu des données provenant de Langlais (2010), Langlais et al. (2012, 2014a et b, 2016), Barshay-Szmidt et al. (2016), Fat Cheung et al. (2014) ; Fat Cheung (2015).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-2.jpg
Fichier image/, 148k
Titre Tableau 2 : Rochereil : Nombre de restes de harfang, lagopède, spermophile et lapin selon les attributions stratigraphiques notées par Jude.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-3.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Figure 2 : Rochereil : Abondance des espèces considérées selon leur attribution culturelle.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-4.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Figure 3 : Rochereil : Localisation et dénombrement des traces de boucherie et de cuisson sur les restes de lapin « azilien ».
Crédits Modifié d’après le dessin de M. Coutureau et V. Forest © 1996 ArcheoZoo.org.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-5.jpg
Fichier image/, 140k
Titre Figure 4. Rochereil : Localisation et dénombrement des traces de boucherie sur les restes de spermophile.
Crédits Squelette de Marmotte utilisé pour l’occasion modifié d’après le dessin de C. Beauval et C. Tomé Carpentier © 2015 ArcheoZoo.org.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-6.jpg
Fichier image/, 160k
Titre Figure 5 : Rochereil : traces de boucherie et de cuisson sur les restes de spermophile.
Légende Dépouillement : a sur fragments de pariétaux, b sur mandibule et e sur métapode. Décharnement : d et e sur fémur, f et g sur humérus, h sur ulna, i sur radius. Cuisson : j sur les incisives supérieures, k sur l’incisive portée par la mandibule, l et M. sur des incisives inférieures, n sur l’extrémité distale d’un radius. Sauf mention contraire le trait représente 1 cm.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-7.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Figure 6 : Rochereil : Localisation et décompte des traces de boucherie sur les os de lagopède.
Crédits Modifié d’après le dessin de M. Coutureau et V. Laroulandie © 2007 ArcheoZoo.org.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-8.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Figure 7 : Rochereil : Localisation et décompte des traces de boucherie sur les os de chouette harfang.
Crédits Modifié d’après le dessin de M. Coutureau et V. Laroulandie © 2007 ArcheoZoo.org.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/4559/img-9.jpg
Fichier image/, 115k

Auteurs

PACEA UMR 5199 CNRS,
Université de Bordeaux

PACEA UMR 5199 CNRS,
Université de Bordeaux

Musée National de Préhistoire,
PACEA UMR 5199 CNRS,
Université de Bordeaux

PACEA UMR 5199 CNRS,
Université de Bordeaux

PACEA UMR 5199 CNRS,
Université de Bordeaux

Ministère de la Culture et la Communication,
SRA Bretagne

HNHP, UMR7194, MNHN,
Musée de l’Homme

HNHP, UMR7194, MNHN,
Musée de l’Homme

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access