Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire

Sandrine Costamagno, Lionel Gourichon, Catherine Dupont, Olivier Dutour et Denis Vialou

1Les dix-neuf textes que comporte ce volume sont issus du colloque organisé dans le cadre du 141ème Congrès du CTHS « L’animal et l’homme » qui s’est déroulé à Rouen du 11 au 16 avril 2016. Proposé par la section préhistoire et protohistoire du CTHS, ce colloque avait pour objectif d’aborder les relations Homme/Animal sous ses multiples facettes, depuis le Paléolithique jusqu’à l’Âge du Fer. La trentaine de communications1 proposée lors de ces journées a porté sur cinq grandes thématiques « L’animal ressource », « Entre chien et loup : de la bête féroce à l’animal familier », « Les animaux vus et perçus par les Paléolithiques », « La vie et la mort partagée », « Pré-histoire des échanges de pathogènes ».

2Peau, viande, moelle, plume, os, coquille, l’animal est pourvoyeur de ressources variées qui ont été largement utilisées par l’Homme au fil du temps. Au-delà de l’alimentaire, l’animal tient une place prépondérante dans la sphère technique et l’univers symbolique des sociétés humaines. D’abord marqueur identitaire puis, plus récemment, source de richesse et sans doute de prestige, l’animal et les restes fauniques qui nous sont parvenus constituent une clé d’entrée essentielle à une meilleure compréhension des modes de vie de ces populations du passé. Pour les périodes les plus anciennes, les animaux terrestres ont souvent été considérés sous un angle strictement alimentaire, mais des découvertes récentes et l’examen de collections anciennes à la lumière de nouvelles approches élargissent désormais la gamme des ressources utilisées tant par l’Homme de Néandertal en Europe que par les premiers hommes modernes en Afrique, témoignant d’une relation à l’Animal plus complexe que celle habituellement envisagée. À l’inverse, les ressources marines ont souvent été exclues des registres alimentaires de l’Homme du Paléolithique, car nettement plus visibles dans la sphère symbolique. Or, plusieurs études récentes montrent que les invertébrés marins ont été sous-estimés dans la sphère économique de ces populations. La chaîne d’exploitation globale de l’animal est une clé d’entrée privilégiée comme le montrent de nombreux articles du volume. Au travers d’une vaste synthèse à l’échelle de l’Europe, la contribution de Dominique Armand s’interroge sur les indices taphonomiques mobilisables pour la mise en évidence d’une chasse à l’ours ou plus modestement d’une utilisation de certaines ressources de ce carnivore au Paléolithique. L’ours des cavernes semble jouer un rôle plus prégnant au Paléolithique moyen qu’au Paléolithique supérieur, témoignant probablement d’un statut particulier pour les populations néandertaliennes. La place du mammouth dans les modes de vie des chasseurs-cueilleurs gravettiens d’Arcy-sur-Cure (Goutas et Lacarrière) et celle du renne pour les groupes magdaléniens de l’abri de Peyrazet (Costamagno et collaborateurs) sont abordées en tenant compte des registres techniques et alimentaires. À Arcy-sur-Cure, l’ivoire de mammouth récupéré sous sa forme sub-fossile constitue un matériau de choix pour les populations gravettiennes, au contraire des ossements. Les preuves d’une exploitation alimentaire de ce mégaherbivore sont en revanche plus ténues et les ossements présents sur le site indiquent plutôt une utilisation de ces éléments à des fins techniques principalement comme billots. À Peyrazet, le renne apparaît comme l’espèce-clé, apportant toutes les ressources – alimentaires, techniques, ornementales et probablement symboliques – nécessaires au groupe magdalénien ayant occupé l’abri. Sur ce site, sans doute dédié à des activités de couture, la faible part prise par les petits gibiers contraste nettement avec ce qui est observé sur le site tardiglaciaire de Rochereil (Mallye et collaborateurs). Si du Magdalénien à l’Azilien, on observe une rupture au sein du cortège des petits gibiers (spermophile, harfang, lagopède d’abord, lapin ensuite), la faible masse de viande fournie par ces animaux aux regards des ressources pourvues par les ongulés, notamment au Magdalénien, interroge réellement sur la finalité de cette consommation. L’élargissement du régime alimentaire est aussi discuté au travers de l’exemple de la grotte d’El Mnasra (Campmas et collaborateurs). Dans les niveaux MSA, à côté des ongulés terrestres, des coquillages marins ainsi que d’autres ressources d’origine marine ont été exploités à des fins alimentaires mais aussi ornementales, témoignant d’une adaptation ancienne au milieu côtier. L’article de Caroline Mougne et collaborateurs sur les perles discoïdes retrouvées en contexte sépulcral à l’Âge du Bronze montre aussi une exploitation de coquilles marines à des fins, cette fois-ci, strictement ornementales, mettant en jeu une différenciation sociale en fonction de l’âge des individus. Pour ces périodes, les ressources animales se diversifient par d’autres biais, notamment grâce à l’élevage. Sur le site de Wallendorf, daté de la fin du Néolithique, les études menées par Svenja Höltkemeier témoignent ainsi de l’importance de l’élevage bovin pour l’alimentation mais également à des fins motrices. Son importance symbolique est aussi perceptible par des symboles fourchus retrouvés sur des céramiques et en contexte architectural monumental. Les ovins et tout particulièrement les béliers jouent aussi une place prépondérante dans l’univers symbolique de ce groupe régional. La mise en place de ce mode de vie néolithique serait à l’origine d’une émergence massive de pathogènes se développant en raison d’une plus grande proximité avec les animaux d’élevage ou de compagnie.

3Depuis plus d’une dizaine de milliers d’années qu’il accompagne les groupes humains sur tous les continents, l’histoire du chien est d’une grande complexité et se distingue de celle des autres animaux domestiques par l’extraordinaire diversité des relations qui ont pu se nouer entre l’Homme et ce grand canidé. Ressource alimentaire occasionnelle, courante ou rituelle, auxiliaire du berger ou du chasseur, protecteur de son maître ou gardien du campement, mascotte ou souffre-douleur, pourvoyeur de matières premières (peau, poil, os, dents) pour la confection d’outils ou de parure, animal de salon ou de ferme, de somme ou de trait, simple éboueur ou compagnon de jeu, le rôle tenu par le chien dans les différentes cultures humaines présente des facettes multiples que notre propre expérience et la riche documentation ethnographique et historique disponible permettent en partie d’appréhender. Cependant, pour les périodes anciennes et plus encore quand on remonte aux origines de la domestication du loup, la tâche de l’historien, ou de l’archéologue, s’avère plus compliquée comme le rappelle dans ce volume la contribution de Myriam Boudadi-Maligne et ses collaborateurs à travers une recherche centrée sur le Paléolithique du Sud-Ouest de la France. En effet, malgré son omniprésence, qui peut être attestée sur un site archéologique par des traces indirectes comme des coprolithes ou des ossements d’animaux mâchonnés ou partiellement digérés, le chien reste pourtant l’un des animaux domestiques les plus insaisissables par la rareté de ses restes osseux. On trouvera ceux-ci parfois mêlés à des vestiges alimentaires, ou bien sous la forme de parties animales transformées à des fins artisanales, mais aussi comme squelettes plus ou moins complets que l’Homme aura pris soin d’inhumer à part ou pour accompagner les défunts. Pour le Paléolithique, de telles archives s’avèrent clairsemées et ce n’est qu’à partir de la fin du Magdalénien que l’intensité de la relation entre l’Homme et le Chien se fait vraiment sentir.

4Pour pister les traces de ce chien à partir de ses ossements, si peu abondants soient-ils, il existe plusieurs types d’approches complémentaires (biométrie, taphonomie, paléogénétique, biochimie moléculaire, etc.) qui permettent d’obtenir des informations touchant non seulement à son aspect physique, ses caractéristiques biologiques, mais aussi, grâce à l’analyse des contextes archéologiques, aux activités anthropiques dont il a pu faire l’objet. Dans le premier cas, pour faire suite à l’article de Myriam Boudadi-Maligne et collaborateurs, l’étude de Vianney Forest et Isabelle Rodet-Belarbi sur le gabarit des grands canidés de la France méridionale montre ici toute la difficulté à distinguer le chien du loup sur la base seule de la taille des éléments squelettiques, même pour des périodes récentes, bien loin des tout débuts de la domestication, en raison de l’apparition progressive de morphotypes domestiques de grand format. Pour ce qui concerne l’étude des données contextuelles des découvertes, la contribution de Rose-Marie Arbogast sur la cynophagie dans un site du Sud-Ouest de l’Allemagne datant du Néolithique ancien révèle des pratiques de consommation qui ne peuvent être réduites à celles des animaux d’embouche habituels (porc, bœuf, mouton ou chèvre) mais sont plutôt liées à des évènements exceptionnels comme des contextes de crises sociales ou économiques. Enfin, la diversité de la place du chien dans les sociétés humaines, avec la présence discrète et occasionnelle de son congénère sauvage, le loup, est également illustrée dans ce volume par l’étude de Brina Škvor Jernejčič et Borut Toškan sur les sociétés de l’Âge du Bronze et du Fer en Slovénie, à travers différents témoignages en rapports avec des pratiques rituelles et symboliques associées à la mort (sépulture, offrandes) ainsi qu’à l’espace domestique ou collectif.

5Car si l’animal fait partie intégrante de la vie de l’Homme à la fois pour la source de nourriture qu’il produit, parfois sa compagnie mais aussi pour sa force ou quantité de produits secondaires qu’il fournit, il partage également de façon récurrente sa mort. Ainsi, les associations hommes et animaux découvertes en contextes archéologiques sépulcraux sont fréquentes. Elles se présentent sous des formes parfois bien difficiles à interpréter, car se cachent derrière elles une multitude de scénarios et de rapports entre l’Homme et l’Animal. L’exemple de la nécropole mésolithique de Téviec proposé par Pauline Fontan témoigne d’une diversité de rapport à l’animal. Les sépultures sont creusées dans un dépotoir composé de déchets d’animaux (coquillages marins, poissons, oiseaux, mammifères marins et terrestres, crustacés). D’autres restes animaux composent les sépultures. Ils ont été interprétés par les archéologues qui les ont fouillés dans la première moitié du xxe siècle comme des offrandes, des totems, des objets façonnés et des parures. Ces interprétations sont dépendantes des systèmes de représentation des archéologues qui décrivent ces populations préhistoriques et sont amenées à évoluer en fonction des courants de pensée et des méthodes de fouille. Ainsi, les études de cas proposées par Emmanuel Ghesquière et Lamys Hachem, Valérie Delâtre et Ginette Auxiette ainsi que Patrice Méniel et qui s’étendent du Néolithique à l’Âge du Fer placent l’animal au cœur de l’analyse. Dès la fouille, la position des pièces squelettiques des animaux et des humains est prise en compte ainsi que les structures dans lesquelles ces vestiges osseux sont découverts. Ces observations de terrain révèlent la diversité des mises en scène réalisées. Si des restes d’animaux ont pu être associés au cadavre humain, un os isolé humain peut aussi accompagner un animal entier. Selon les études de cas proposées des restes de moutons, de bovins ou de chevaux sont déposés dans les tombes. Ils le sont soit sous la forme de pièces de viande, d’animaux complets ou quasi complets (exemple de prélèvements de bucrane ou de phalanges), voire d’os ou de fragments osseux. Si certains d’entre eux évoquent des offrandes alimentaires, ou l’exposition de trophées, d’autres gestes décrits par l’analyse archéozoologique s’avèrent plus complexes à interpréter. Ainsi, les dépôts animaux présents dans la nécropole Cerny de Fleury-sur-Orne mettent en exergue un traitement différentiel des bovins et des ovins – reliefs de repas pour les premiers, offrandes pour les seconds – témoignant sans nul doute d’un statut différent dans la symbolique de ces groupes (Ghesquière et Hachem). Au second Âge du Fer, les dépôts conjoints de restes animaux et humains à l’intérieur de silos révèlent une même intention cultuelle. Pour Valérie Delattre et Ginette Auxiette, ces offrandes, loin de s’inscrire dans une logique guerrière, seraient le reflet d’un échange saisonnier entre l’Homme et l’invisible, visant à invoquer les forces de fertilité et renouveau. L’association des restes humains et animaux dans les fosses du Mormont datées de la fin de l’Âge du Fer est au cœur des réflexions menées par Patrice Méniel. Ce site tout à fait exceptionnel par son ampleur témoigne d’une diversité de pratiques cultuelles qu’il est encore très difficile de décrypter. Au Paléolithique, à l’exception des os fichés dans les parois des grottes, les dépôts d’ossements sont rares et l’abri de Duruthy constitue à ce titre une réelle singularité. Clément Birouste et collaborateurs, grâce à une reprise du matériel osseux et des archives de fouilles, ont démontré le caractère intentionnel de l’accumulation de mandibules et de statuettes de chevaux signalée par R. Arambourou qui a fouillé le site dans la seconde moitié du xxe siècle. Cette association vient conforter l’importance du cheval dans le Magdalénien pyrénéen. Discutant sur cette base, du régime ontologique de ces sociétés, les auteurs proposent de s’extraire de l’opposition « Nature »/» Culture » pour poser un regard renouvelé sur ces sociétés.

6Depuis la découverte des représentations pariétales et mobilières d’animaux du temps des mammouths, s’est en effet imposée une approche naturaliste, exprimée en termes de réalisme figuratif, voire comportemental. Nous prêtons aux chasseurs-artistes paléolithiques nos regards de savants : le monde animal est considéré comme homogène, se prêtant à des classifications de plus en plus précises. Nous ne voyons plus la gent animale selon nos sensations poétiques ou enfantines, mais selon les caractères anatomiques et les liens phylétiques des animaux observés par les zoologues, paléontologues, généticiens… Et si les Paléolithiques n’avaient ni expérimenté, ni exprimé la savante objectivité visuelle des hommes et des caméras de notre temps ? Pourquoi toutes ces figures animales indéterminées et indéterminables qui abondent souvent sur les parois de grottes ? Et quels sont donc ces bisons magdaléniens démesurément bossus de la grotte périgourdine de Font‐de-Gaume ou ces mammouths aurignaciens au corps déformé en arc de vastes viaducs ? Et si toute cette faune représentée n’était qu’illusion comme le seraient, comme le sont, des panneaux assemblant sans ordre ni vraisemblance naturelle des chevaux, rennes, bouquetins, bisons, aurochs ou rhinocéros laineux, des silhouettes incomplètes et indicibles ? Il est urgent d’engager un débat de fond sur les conceptions figuratives et les modes d’expression des Préhistoriques, un débat sur l’approche générale ou habituelle du bestiaire paléolithique se proclamant naturaliste, lointain relent d’un positivisme scientifique dépassé. Comme le montrent les contributions de Thiphaine Guiguon et Romain Pigeaud d’une part et d’Élisa Legrand d’autre part, les faunes représentées dans la grotte Margot ou celle de l’abri Dalmeri témoignent largement d’une liberté figurative, d’une indépendance du réel vu ou vécu. Les artistes paléolithiques donnèrent à l’animal une dimension le projetant dans l’imaginaire, le méta-physique. La contribution de Clément Birouste et collaborateurs nous incite à nous extraire de notre perception moderne occidentale, permettant d’interpréter sous un jour nouveau l’art paléolithique. Nos conceptions matérialistes qui nous incitent à voir dans l’animal « une simple ressource à l’humanité, en tant que réservoir à calories et/ou à symboles » (Birouste et collaborateurs) doit être désormais dépassée afin d’envisager le rapport des sociétés préhistoriques au monde animal dans d’autres perspectives ontologiques.

*

7Pour conclure, nous tenons à remercier les membres de la Section de Préhistoire et Protohistoire ainsi que l’ensemble des organisateurs du 141ème Congrès du CTHS. Nous associons l’ensemble des intervenants à ces remerciements car ils ont permis la tenue de journées très enrichissantes grâce à la qualité scientifique de leurs présentations et aux échanges conduits tout au long des séances. La publication des actes de ce colloque n’aurait pu être menée à terme sans l’investissement et l’aide de Francine Fournaux, chargée de la coordination opérationnelle du Congrès, David Simon, responsable de l’édition numérique des actes du congrès et William Foix, en charge de l’édition. Nous remercions Rose-Marie Arbogast, Myriam Boudadi-Maligne, Noël Coye, Allowen Evin, Oscar Fuentes, Marie-Pierre Horard-Herbin, Véronique Laroulandie, Catherine Louboutin, Liliane Meignen, Claude Mordant, György Pálfi, Jean-François Piningre, Éric Robert, Catherine Theves pour leur relecture des différentes contributions.

Notes

1 Cf. liste des communications et résumés des communications : http://www.cths.fr/co/congres.php?id=163#

Auteurs

Sandrine Costamagno

Archéozoologue
Directrice de recherche au CNRS
CNRS – TRACES – UMR 5608, Université Toulouse 2 Jean Jaurès
Secrétaire de la Section de Pré-Protohistoire du CTHS

Lionel Gourichon

Archéozoologue
Chargé de recherche au CNRS
Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM (UMR 7264), Nice

Catherine Dupont

Archéozoologue – Archéomalacologue
Chargé de recherche au CNRS
CNRS – CReAAH – UMR 6566, Université de Rennes
Membre de la Section de Pré-Protohistoire du CTHS

Olivier Dutour

Paléopathogiste – Bioanthropologue
Directeur d’Etudes EPHE, Université PSL
Chaire d’anthropologie biologique Paul Broca
PACEA-UMR 5199, CNRS-Université de Bordeaux
Président de la Section de Pré-Protohistoire du CTHS

Denis Vialou

Préhistorien, spécialiste de l’art
Professeur émérite au département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle
Membre émérite de la Section de Pré-Protohistoire du CTHS