Version classiqueVersion mobile

Réseaux religieux et spirituels : du Moyen Âge à nos jours

 | 
Nicole Lemaitre

Réseaux confrériques et mobilité religieuse dans l’Ouest du Sahara algérien

Badreddine Yousfi

Résumé

Marquée par une forte mouvance confrérique, la région saharienne du Sud-ouest algérien se trouve au croisement des mobilités cultuelles. Les confréries religieuses ou les zaouïas dans cet espace ont su garder une partie de leur vocation auprès de la population locale et leurs adeptes et ce, malgré l’intégration de nouvelles références socioculturelles depuis l’indépendance de l’Algérie, à travers l’école. Relayées par de nouvelles instances qui représentent l’État moderne, les anciennes instances maraboutiques qui puisaient leur existence de leur pouvoir religieux, préservent des activités d’éducation et d’apprentissage religieux. Bien plus, une majorité des habitants des zones sahariennes ont conservé certaines mœurs et pratiques sociales, en rapport avec les zaouïas. La mobilité des étudiants religieux talabat témoigne de l’importance culturelle de cette mouvance dans le Sahara algérien où les échelles de mobilité diffèrent d’une zaouïa à une autre et ce, en fonction de son histoire, de sa doctrine tarika, de moyens financiers et du poids spirituel de son cheikh. Quant aux mobilités des habitants commémorant les saints de la région ziarat elles permettent aux petits centres de s’insérer dans le champ des échanges nationaux voire internationaux et d’entretenir des relations avec les grandes villes du Nord algérien et des pays voisins. La question de mobilité religieuse s’inscrit essentiellement autour de certaines continuités historiques et culturelles, mais elle est aussi le produit de stratégies inconnues des zaouïas qui se repositionnent par rapport au nouveau contexte politique, social et culturel.

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’une société stratifiée en classes sociales : les chorfa sont des nobles, descendants de (...)

1Traversé par l’ancienne route du commerce caravanier de l’Ouest saharien, le Sud-ouest algérien (figure 1) a hérité d’un réseau de confréries religieuses zaouïas très dense. Ces derniers contrôlaient les échanges commerciaux, les pratiques religieuses et sociales dans la majorité des ksour. Actuellement, cette région connait des mutations sociales, économiques et culturelles dues à une forte intervention de l’État, mettant en quarantaine les anciennes pratiques des pouvoirs religieux, dominés autrefois par les cheikhs de zaouïas et les nobles1. En effet, les actions menées par l’État dans la modernisation de la justice et l’enseignement viennent soutenir cette vision depuis l’indépendance de l’Algérie. C’est ainsi que les anciennes instances maraboutiques qui puisaient leur existence de leur pouvoir religieux se trouvent relayées par de nouvelles instances qui représentent l’État moderne. De nouvelles références idéologiques et culturelles sont intégrées par le biais de l’administration, de la justice et de l’école, entraînant certaines ruptures dans le fonctionnement des zaouïas et créant peu à peu des clivages dans ses rapports classiques avec la population locale.

2Néanmoins, le Sud-ouest algérien reste marqué par une forte mouvance confrérique qui a su garder une partie de sa vocation auprès des populations dans ce nouveau contexte socioculturel. En effet, tandis que quelques zaouïas gardent des activités d’éducation et d’apprentissage religieux que l’État leur a cédé, d’autres tentent d’élargir leur champ d’influence géographique et d’intégrer de nouveaux adeptes parmi les cadres installés dans la région, appelés à piloter les structures étatiques. Bien plus, une majorité des habitants des zones sahariennes gardent dans leur mémoire collective certaines mœurs et pratiques sociales qui sont en rapport avec les zaouïas. Ainsi, nous nous intéressons aux mobilités religieuses à travers ces deux formes, à savoir : la mobilité des étudiants religieux et les mobilités liées aux faits commémoratifs des saints de la région. Ces mobilités restent parmi les permanences dans les pratiques sociales dans cet espace. Ces mobilités peuvent nous renseigner sur le rôle de la zaouïa et la place de la notabilité locale dans le nouveau contexte organisationnel de l’espace saharien de l’Algérie.

Le Sud-ouest algérien cadré par une forte mouvance confrérique depuis le Moyen Âge

3La recherche du savoir a engendré depuis toujours des mobilités donnant un poids particulier aux territoires où s’implantent les institutions éducatives, que ce soit religieuses ou académiques. Dans le Sud-ouest algérien, la dimension culturelle a pris une place importante depuis plusieurs siècles en s’appuyant sur un réseau de zaouïas qui assure une fonction éducative et d’enseignement jusqu’à nos jours. Ainsi, ces zaouïas structurent l’espace et génèrent des mobilités à l’échelle locale, régionale, nationale, mais aussi internationale.

  • 2 Moussaoui A., 2002, p. 207.

« Le thème de mobilité est une récurrence en matière de sainteté. Cette mobilité se présente bien évidemment sous formes diverses. »2

4L’expansion de l’islam vers le soudan via le Sahara a été réalisée selon une démarche pacifique en faisant appel aux réseaux maraboutiques qui se sont développés à partir du xvie siècle et qui ont atteint leur apogée entre le xviiie et le xixe siècle. Concrètement, cette mouvance a multiplié ses adeptes dans le Sud-ouest algérien. Berceau des chorfa et des merabtine, le Touat et le Gourara, autrefois carrefour des caravanes subsahariennes, se remplissaient de zaouïas destinées à recevoir les étrangers qui traversaient ces territoires. L’existence d’une masse de chorfa dans le Touat et de Berbères tournés vers le maraboutisme dans le Gourara, les a placés au cœur de cette mouvance :

  • 3 Marouf N., 1980, p. 74.

« Chorfa et merabtine se prévalent de la même institution légitimante : zaouïa. Elle est fondée une ou l’autre faction pour affirmer un ordre religieux ou confrérique. »3

5Le commerce était une source de richesse importante impliquant des marabouts qui réutilisaient leur légitimité religieuse pour la convertir d’une autorité morale en autorité politique une manœuvre leur permettant d’exercer des influences sur les ksouriens comme sur les nomades.

  • 4 Abtibol M., 1980, p. 7.

« Le marabout est respecté davantage pour sa piété et ses pouvoirs extraordinaires (baraka) que pour son savoir : vivant généralement à la lisière de deux unités antagonistes, il est le pacificateur par excellence, à l’arbitrage duquel on fait appel en cas de conflit et à la protection morale duquel on fait appel pour traverser une région peu sûre. »4

6Une telle influence engageait les zaouïas dans l’arbitrage du trafic saharien. Adhérant à telle ou telle mouvance, les tribus nomades comme les oasiens, s’engageaient à protéger les caravanes commerciales dont le cheikh avait donné au préalable sa baraka (bénédiction). Les caravaniers devaient aux marabouts de cette région désertique la sécurité de leur caravane, mais aussi la prospérité de leur commerce par la baraka du cheikh. La dimension religieuse était donc bien présente dans les échanges commerciaux. Elle s’articulait non seulement sur ses capacités d’influence et de mobilisation des adeptes de zaouïa, mais aussi sur le réseau ethnique. C’est ainsi que les itinéraires commerciaux étaient d’abord dictés par des données géographiques et politiques, mais également par l’autorité religieuse qui mettait sous sa protection telles ou telles caravanes.

  • 5 Miege J.L., 1981, p. 97.

« Les Taibia des chorfa de Ouazzane contrôlèrent en partie la route du Touat, la Senoussia régna sur toute la zone orientale des échanges, la Kadiria pénétra loin dans l’intérieur du centre d’Afrique suivant les itinéraires commerciaux de l’Afrique Orientale. »5

7Structurées autour d’un réseau de zaouïas, les confréries puisent leur vitalité dans la collecte de dons (denrées alimentaires, articles précieux, fonciers…) selon le principe de zakat, une notion de partage des richesses ; toute personne en aisance financière, devrait partager une partie de sa fortune avec la société. Ainsi, les zaouïas qui représentent l’autorité religieuse légitime, se placent comme institutions capables d’assurer la redistribution des richesses. Souvent, ces dons sont réutilisés pour gérer le quotidien de ces zaouïas et pour subvenir aux besoins des personnes en détresse. Une organisation similaire à l’ordre municipal comme la qualifia N. Maârouf (1981) :

  • 6 Marouf N., 1980, p. 76.

« Le but officiel est de doter l’ensemble des ksour (ou le ksar) placés sous la bénédiction de la zaouïa, d’un budget communal : il permettra ainsi de faire fonctionner l’école coranique, de prendre en charge un misérable, et surtout de faire face aux invités de passage (dhiâf). »6

  • 7 Ces différents réseaux véhiculaient non seulement des valeurs et des pratiques de la religion musul (...)

8Dans cette dimension, la mobilité se croise bien avec la mission des zaouïas. Bien qu’il existe plusieurs mouvances confrériques7 telles que la Senoussia, la Drekaouia et la Tidjania dans le Sud-ouest, il est clair que la Kadiria – la Chadilia en particulier – et ses dérivées telles que la Taïbia, la Kerzazia, et la Cheikhia encore moins la Ziania ont eu plus grand nombre d’adeptes à l’échelle des oasis du Gourara, du Touat, du Tidikelt et de la Saoura.

9Les deux concepts de la Kerzazia et de la Ziania ont été développés dans le Sud-ouest algérien. Leurs zaouïas mères sont localisées dans la Saoura, dans le ksar de Kerzaz pour la première et dans le Guir dans le ksar de Kenadsa pour la deuxième. Quant à la Cheikhia et la Taïbia, bien que leurs sièges ne soient pas situés dans cette zone du Sahara, elles ont pu mobiliser une grande partie des adeptes dans le Gourara et dans le Touat. Ces doctrines ou Tarika ont permis le jumelage de petites agglomérations, voire de ksour, perdus dans le Sahara aux grandes cités où se trouvent les zaouïas mères mais aussi à toutes celles où l’ordre était présent :

  • 8 Moussaoui A., 2002, p. 169.

« En terme contemporain, plusieurs petits ksars se trouvent ainsi activement présents dans un vaste réseau urbain dépassant souvent les frontières des pouvoirs politiques. »8

10En contrepartie ces petites agglomérations acquièrent un statut de « cité » en s’inscrivant dans ce réseau.

11Après avoir été exclues du champ politique depuis la colonisation et dans les premières années de l’indépendance, les zaouïas ont recentré leur champ d’action sur la fonction sociale et éducative. Quelques rares zaouïas se focalisent uniquement sur les activités sociales telles que celles d’Ouled-Saïd, de Timokten et de Reggane. Ainsi, chaque localité avait sa zaouïa et sa confrérie d’affiliation.

12De ce fait, cette mouvance entraîne deux formes de mobilité : la ziara, forme de pèlerinage dont le motif est purement spirituel et les voyages d’étude des étudiants Talabat en direction des grandes zaouïas, dont le motif est l’acquisition du savoir. Aujourd’hui, le Sud-ouest a hérité d’un dense réseau de au passé culturel très mouvant, où se croisaient les sciences et la pratique religieuse. L’activité de quelques-unes reste importante auprès la population locale et des adeptes extérieurs.

Les Ziaras : quand les lieux historiques de culte renversent les logiques spatiales

13Le Gourara a formé le berceau des zaouïas historiques qui se sont développées entre le xvie et le xviiie siècle, comptant 21 zaouïas, dans le Touat leur nombre est de 16 et dans la Saoura, elles sont six dont les plus importantes sont celles de Kerzaz et de Kenadsa. Par contre, le Tidikelt-occidental en compte seulement deux, à Akabli et à Timokten (figure 2).

  • 9 Deppont E., Cappolani X., 1897, p. 499.

14Les adeptes de la zaouïa de Kerzaz sont majoritaires dans le Sud-ouest et le Nord-ouest de l’Algérie, en particulier dans la Basse-Saoura, dans le Touat et dans le Gourara, dans les zones steppiques de Naâma et d’El-Bayadh, dans la wilaya de Tlemcen et dans la partie est du Maroc. Quant à la zaouïa Ziania, elle domine la région de Bechar et compte beaucoup d’adeptes de Tlemcen et d’Oujda au Maroc9, mais avec moins d’adhérents dans la Basse-Saoura et dans le Gourara. Ces fidèles se rencontrent une fois par an durant la ziara, période au cours de laquelle se font les collectes de fonds, mais aussi des rituels entraînant une forme de mobilité particulière.

15En effet, la ziara génère des mobilités ponctuelles sous forme de pèlerinage en direction de quelques agglomérations, parfois des petits ksour, dont la finalité est d’assister à un rituel qui s’organise dans un lieu et en un jour précis pour commémorer les bienfaits d’un marabout.

  • 10 Sources statistiques : Direction des Affaires Religieuses de la wilaya d’Adrar.

16Ce mouvement, très intense dans le Sud-ouest, concerne aussi bien le Gourara que le Touat et la Saoura, dont les zaouïas historiques, ou à défaut la famille descendante du marabout, veillent sur son organisation. Chaque Ksar organise une ziara annuelle, l’occasion d’une fête pour honorer son saint. On compte 203 ziaras dans la wilaya d’Adrar10. Ainsi, les déplacements s’effectuent en direction du ksar où existe le tombeau du saint pour lequel s’organise la commémoration.

17Généralement, ces ziaras entraînent une mobilité à l’échelle de l’ensemble des ksour voisins, mais peuvent aussi concerner les ksour situés à l’intérieur du territoire identitaire (Touat, Gourara, Saoura) voire les territoires voisins. L’échelle de mobilité dépend du poids historique du saint (ses miracles et son savoir), du poids culturel de la zaouïa ou du poids social de la famille qui organise cette manifestation. Ainsi, les échelles de mobilité sont différentes en fonction des rangs spirituels qu’occupaient ces saints, hiérarchisant indirectement les lieux de cultes ou les agglomérations dans lesquelles existent leurs tombeaux. En effet :

  • 11 Moussaoui A., p. 169.

« C’est la manière qu’a choisie l’ordre anthropologique pour se rebeller contre le pouvoir officiel et centralisateur. Timimoun, capitale coloniale et ensuite chef-lieu de Daïra après l’indépendance, monopolise le pouvoir depuis presque un siècle. Elle n’a pas autant réussi à effacer de la mémoire locale, ni l’importance de Tabelkoza, ensuit dans les dunes de Tinerkouk, ni les splendeurs passées des Ouled-Saïd. »11

  • 12 La mobilité à l’échelle des ksour du Gourara a bien été démontrée par A. Moussaoui, dans son étude (...)

18Ainsi, certaines ziara ont une renommée qui dépasse la limite de la région et drainent des pèlerins venant même de l’étranger : ziara de Reggani à Reggane, de Sidi-Abedelkader-el-Djilani (1er septembre, le premier jeudi, à Adrar), de Sidi-Hadj-Belkacem à Timimoun, de Sidi-Sliman à Ouchen, de Sidi-Ben-Bouziane à Kendasa. La fête du Mawlid date de naissance du Prophète de l’islam, est associée généralement à ces rituels12.

Le renouveau des zaouïas éducatives pour faire valoir l’héritage historique

19Les zaouïas éducatives sont très actives dans l’enseignement, elles sont dotées de salles d’accueil et d’enseignement, de dortoirs et de réfectoires. Bénéficiant d’une réputation nationale voire internationale, elles sont fréquentées par des étudiants talabat, pris en charge durant leurs études par l’institution elle-même. Dans le Sud-ouest, 31 zaouïas rassemblent 9 195 élèves. En 2008, la seule wilaya d’Adrar compte 25 zaouïas et 8 475 élèves. Les 2/3 sont externes, ce qui démontre l’importance de la mobilité des talabat dans cet espace. La majorité de ces zaouïas se concentre dans le Touat avec un total de 19 zaouïas, contre 5 pour le Gourara (figure n° 2). La ville d’Adrar est dotée de 4 zaouïas (avec plus de 1 600 élèves), dont celle de cheikh Mohamed-Ben-Lekbir, laquelle bénéficie d’une grande réputation.

20L’existence ou non d’une zaouïa au sein d’une agglomération est déterminée par l’histoire et la structure ethnique de celle-ci. Outre le support idéologique et historique, la dimension financière n’est pas à écarter : la zaouïa est appelée à s’autofinancer en mobilisant son réseau d’adeptes pour collecter des fonds et recruter de nouveaux élèves. Beaucoup de zaouïas possèdent aussi des jardins en forme de habous (biens fonciers appartenant aux institutions religieuses), lui permettant de diversifier leurs ressources. C’est pour cela que les merabtine et les chorfa sont mieux placés pour en profiter. Ainsi, les grandes zaouïas éducatives se trouvent dans les agglomérations les plus peuplées telles qu’à Adrar, Timimoun, Zaouiet-Kounta, Tamentit, Sali ou même Bordj-Badji-Mokhtar récemment.

21Implantées dans les agglomérations les plus importantes de la zone d’étude et ayant un support idéologique, historique et une renommée qui dépasse le seuil local : trois zaouïas nous intéressent pour examiner leurs échelles de recrutement afin de pouvoir reconstituer les réseaux de mobilité : les Zaouïas d’Adrar, de Timimoun et de Reggane.

La zaouïa d’Adrar

  • 13 Depuis le décès de son fondateur en 1998, la zaouïa d’Adrar a connu une légère régression du nombre (...)

22Ayant pour doctrine Tarika la Moussaouia Kerzazia, la grande zaouïa d’Adrar n'a cessé d’évoluer depuis sa fondation à Adrar par son maître spirituel cheikh Mohammed-Ben-Lekbir en 1950. Le nombre d’étudiants talabat formés jusqu'aujourd'hui est estimé à plus de 20 000, soit une moyenne de 1 000 étudiants par an dans les deux dernières décennies13. Une nouvelle infrastructure comportant des salles de prière, d’enseignement et de conférence, des dortoirs, une cantine et une bibliothèque, et dont le financement est assuré par les dons de ses fidèles, a été construite ces dernières années (photos 3 & 4).

23Sur le plan spatial, on constate que la mobilité des étudiants de la zaouïa ne concerne pas uniquement le Touat mais aussi le Gourara, le Sud algérien, le Nord du pays et quelques pays voisins (figure 3). Ce rayonnement touche toute la partie Nord-ouest du pays dont 25 % des étudiants de la zaouïa sont originaires.

  • 14 Durant ces voyages, Cheikh Mohammed Ben Lekbir a tissé des relations d’amitié avec plusieurs cheikh (...)

24Tlemcen, réputée par ses écoles religieuses prestigieuses, est en première position des départs vers Adrar. Elle tisse avec la Zaouïa d’Adrar de fortes relations, du fait que le cheikh Mohammed-Ben-Lekbir y a fait ses études. Mascara, où l’enseignement religieux occupe toujours une place prépondérante dans la société locale, entretient des relations importantes avec le Sud algérien où les confréries sont actives, d’autant plus que Mascara compte un nombre considérable des tribus chorfa qui préservent des relations sociales avec les habitants de Tlemcen, de Mostaganem et du Touat par le biais de ces confréries. Oran et Mostaganem constituent à leur tour des pôles religieux par la présence de certaines confréries et par leur ouverture sur les autres villes et douars de la région Nord-ouest14.

  • 15 Cette zone compte un nombre important de zaouïas.

25Excepté le Nord-est algérien, toutes les régions des Hautes Plaines Steppiques et du Sahara sont reliées à la zaouïa d’Adrar, même si le nombre d'étudiants est moins important, du fait qu'il existe une forte mouvance par rapport aux zaouïas locales dans ces zones15. Sur le plan local, Timimoun et Charouine dans le Gourara représentent les premières communes de la wilaya d’Adrar, fournissant nombre d’étudiants à cette zaouïa.

  • 16 Le Cheikh quitta Timimoun en 1948 suite à la fermeture de son école sous prétexte qu’un des enseign (...)
  • 17 La présence de la grande zaouïa de Reggani au sud du Touat semble avoir limité les relations avec l (...)

26Timimoun fut la première destination du cheikh Mohammed-Ben-Lekbir, le fondateur de la zaouïa à son retour de Tlemcen en 1943, suite à l’appel des notables pour la mise en place d’une grande école coranique16. Dans le Touat, excepté Reggane17, la zaouïa réunit des étudiants de l’ensemble des localités. Par effet de proximité, trois communes ressortent : Bouda, le lieu natal du cheikh, Timmi, une commune du groupement actuel de la ville d’Adrar et la commune d’Adrar, le siège de la zaouïa (la grande mosquée). Zaouiet-Kounta, autrefois pôle religieux et lieu de concentration de plusieurs s, voit ses relations se renverser en faveur de la zaouïa d’Adrar dont le poids du cheikh est indiscutable.

27Les voyages de cheikh, et ses « miracles », ont contribué à mobiliser un capital relationnel qui pérennise l’action de la zaouïa après le décès du fondateur. Si elle recrute tant d’étudiants aux différentes origines, c’est parce qu’elle a su valoriser ses réseaux, mais aussi parce qu’elle tient un discours conçu autour du cheik Mohammed-Ben-Lekbir, faiseur de karamat (miracles). Ces « miracles » étaient attendus par les différentes catégories sociales de la population locale et extérieure, voire même par des politiques et les entrepreneurs.

La zaouïa de Reggane

28Fondée au xviie siècle à Reggane, la Zaouïa de Moulay Reggani adopte une doctrine de la mouvance de la kadiria, dont le poids est déterminant dans l’histoire de la région. Le rituel célébrant le Maoussim (1er mai), date du décès du cheikh Moulay-Abdlah-Reggani, draine des milliers d’adeptes depuis l’Algérie tout entière et des pays voisins, du Sahel, en particulier le Mali et le Niger.

29Quant à la place de la zaouïa dans le mouvement d’enseignement, elle est active plutôt dans le Touat où Zaouiet-Kounta et Tamentit sont les principales stations des départs des talabat vers cette zaouïa et ce, malgré l’existence de grandes zaouïas dans ces localités. La zaouïa de Reggani exerce une attractivité au niveau des localités de Bordj-Badji-Mokhtar dans le Tanezrouft et de Zaouiet-Debagh dans le Gourara. Si pour Bordj-Badji-Mokhtar, cette influence s’explique par la présence de ce courant sur l’axe Zaouiet-Kounta-Gao, à Zaouiet-Debagh, la mouvance est plutôt due à l’existence de quelques adeptes de la même doctrine, à savoir la Kadiria (figure 3). Au niveau national, la mobilité des étudiants vers cette zaouïa est faible et ne concerne que les wilayas de Tindouf et de Tamanrasset au Sahara, de Blida, Tipaza et Boumerdès au Nord-centre et de Mascara, Tiaret et El-Bayadh à l’Ouest.

La zaouïa de Timimoun

30À Timimoun, la zaouïa de Sidi-M’hamed-Boughrara exerce une influence dépassant l’échelle locale, dont la mobilité extra-wilaya est marquante, notamment en provenance des wilayas sahariennes et des wilayas du Nord (figure 3). La wilaya de Ghardaïa constitue 20,8 % des lieux de résidences des étudiants de la zaouïa. Ceci s’explique par la proximité, mais aussi par les relations sociales véhiculées depuis longtemps par le passage des nomades Chaânba.

31Metlili et Berriane, deux lieux de stationnement de cette tribu, représentent les seules résidences des étudiants provenant de Ghardaïa. Avec une part moins importante, s’affichent les mobilités en provenance de Tamanrasset, Ouargla et Bechar dont la faiblesse s’explique par les limites des liens sociaux qui relient ces zones avec Timimoun. Par ailleurs Tlemcen, Mascara, Naâma et El-Taref constituent des wilayas de résidence de la majorité des étudiants externes avec 10 % chacune. Ces relations s’inscrivent dans la continuité des liens historiques qui ont caractérisé les échanges économiques et les migrations entre Timimoun et ces espaces, à l’exception d’El-Taref, à l’extrême Nord-est, où les relations sont véhiculées par la doctrine de la kadiria qui a beaucoup d’adeptes dans l’Est algérien et en Tunisie.

Les zaouïas face aux pouvoirs publiques : stratégie et jeux d’acteurs

  • 18 Actuellement, l’Université d’Africaine d’Adrar est constituée de trois facultés (F. des sciences so (...)

32Il est difficile de vérifier les interférences entre le pouvoir maraboutique via les zaouïas et le pouvoir institutionnel, car les stratégies de positionnement des pouvoirs publiques face aux zaouïas semblent moins claires, par rapport aux pays où ces mouvances sont très présentes dans la sphère politique et économique, comme au Sénégal par exemple. L’implication de la Zaouïa d’Adrar dans la création de l’Université Africaine18 illustre bien ce qui a été souligné. En effet, l’Université d’Adrar doit en vérité son existence à l’institut des sciences islamiques que la Zaouïa de Cheikh-Mohammed-Ben-Lekbir voulait s’approprier, dans une tentative de repositionnement pour garder le statut d’une grande école prestigieuse, reconnue au même titre d’égalité que les écoles supérieures de l’État.

33Son cheikh monta ainsi un grand projet pour la création d’un institut des hautes études islamiques à Adrar, inspiré du modèle d’Al-Azhar en Égypte. Maintes tentatives ont été entreprises auprès des pouvoirs centraux pour concrétiser ce projet, mais sans y aboutir. Il fallait attendre la remontée d’un islam politique radical voire djihadiste et la domination du mouvement salafiste sur la scène sociétale et culturelle pendant les années quatre-vingt, pour que ce projet voie le jour. Les politiques étaient contraints de se tourner vers les confréries pour faire face aux islamistes. Le projet a vu le jour mais ne dépassait pas le stade d’un petit institut pour la formation des imams, sans pour autant donner les prérogatives de la gestion à la zaouïa ou à son cheikh.

34L’administration désigne son représentant direct pour cette mission, tandis que le cheikh n’est qu’un membre du conseil scientifique. Il quitta cette institution suite à de nombreux litiges avec son directeur pour se consacrer à sa zaouïa. Mais pour se repositionner face à cet enseignement académique, les zaouïas ont pu renégocier ces dernières années des passerelles qui permettent à leurs étudiants d’intégrer l’enseignement supérieur par le biais de l’université, pour s’insérer par la suite dans la fonction publique en tant qu’imams. L’intégration des jeunes imams issus des confréries arrangeait bien l’État qui voulait écarter les salafistes dominant les lieux de cultes. Cette alliance stratégique avec les zaouïas a instauré l’institutionnalisation de la fonction des imams et leur formation. Ceci procure aux zaouïas une nouvelle porte qui leur donne plus de chance d’avoir une d’influence sur les institutions publiques.

35Malgré la modernisation de l’enseignement dans le Sahara algérien, le rôle éducatif des zaouïas reste ancré dans les traditions de ces espaces, notamment dans le Touat, le Gourara, moins dans la Saoura. La mobilité des talabat témoigne de l’importance culturelle de cette mouvance dans les espaces les moins urbanisés. Les échelles de recrutement des talabat diffèrent ainsi d’une zaouïa à une autre et ce, en fonction de son histoire, de sa doctrine tarika de ces moyens financiers et du poids spirituel de son cheikh. La mobilité des talabat dépasse souvent les limites géographiques de la région Sud-ouest pour concerner les régions sahariennes, la région du Nord-ouest en particulier et les pays du Sahel. Ceci témoigne de la continuité des influences pratiquées par certaines zaouïas sur ces espaces même si leurs marges de manœuvre se sont rétrécies et se révèlent limitées par rapport à l’image de puissance que leur a attribuée l’opinion publique et ce, malgré le parrainage que leur assurent les politiques et l’État pour contrecarrer le mouvement salafiste ces dernières années.

36Si la dynamique urbaine actuelle renverse le fonctionnement classique des ksour, les accumulations historiques, au contraire, leur procurent des résistances. L’insertion de ces centres dans le réseau urbain national est soutenue par des fonctions cultuelles traditionnelles des réseaux confrériques. En instrumentalisant l’héritage historique et la mémoire collective et en s’appuyant sur la présence d’un marabout ou d’une zaouïa, les petits centres s’inscrivent dans une logique de mobilités et d’échanges qui leur attribue du poids social et religieux par le biais des ziaras ou des mobilités des talabat (étudiants religieux).

Bibliographie

Abitbol M., 1980, « Le Maroc et le commerce transsaharien du xviie au début du xixe siècle », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, N° 30, 1 980. p. 5-19.

Bellil R., 1999, Les oasis du Gourara (Sahara algérien) : Le temps des saints, Éditions Peeters, Paris-Louvain.

Bellil R., 2000, Les oasis du Gourara (Sahara algérien) : fondations des ksour, Éditions Peeters, Paris-Louvain.

Bendjelid A.et all, 2004, Aménageur et aménagés en Algérie, L’Harmattan, Paris.

Bendjelid A., 1997, « Anthropologie d’un nouvel espace habité : enjeux fonciers et spatialités des classes moyennes à Oran », Insaniyat, n° 2, CRASC, Oran, p. 5 -26.

Bensaâd A., (dir.), 2009, le Maghreb à l'épreuve des migrations subsahariennes, immigration sur émigrant, Karthala, Paris.

Bisson J., 1986, « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison », Éditions CNRS, In Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXV.

Bisson J., 2003, Le Sahara : mythes et réalités d’un désert convoité, Paris, L’Harmattan.

Blin L., 1990, L’Algérie du Sahara au Sahel, Paris, L’Harmattan.

Capot-Rey R., 1953, Le Sahara français, Presses Universitaires (collection Pays outre Mer), 464 p.

Cote M, (dir.), 2005, la ville et le désert, le Bas Sahara algérien, Aix-en-Provence, Karthala, Iremam, Paris, 306 p.

Depont O., Coppolani X., 1897, Les confréries religieuses musulmanes, Alger, Adolphe Jourdan Libraire-éditeur.

Kouzmine Y. et all, 2009, « Étapes de la structuration d’un désert : l'espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de géographie n° 670 (6/2 009) Varia, décembre 2009 p. 91-117.

Marouf N., 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad.

Miege J. L., 1981, « Le commerce transsaharien au xixe siècle », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n° 32, p. 93-119.

Moussaoui A., 2002, Espace sacré au Sahara, ksour et oasis du sud-ouest algérien, Paris, CNRS éditions.

Souami T., 2004, Aménageurs de villes et territoires d’habitants, un siècle dans le sud algérien, Paris, L’Harmattan, 420 p.

Yousfi B., 2011, « La ville d’Adrar dans un nouveau contexte urbain : vers une nouvelle réorganisation de l’espace régional des territoires sahariens du sud-ouest de l’Algérie », Insaniyat, n° 51-52, CRASC, Oran, p. 27-50. En langue arabe.

Yousfi B., 2012, Dynamiques urbaines, mobilités et transports dans le Sud-ouest algérien (Wilayas d’Adrar et de Bechar), Thèse de doctorat en cotutelle en Géographie et Aménagement du Territoire, Oran, Université d’Oran et Université de Franche-Comté.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Le Sud-ouest algérien

Figure 1 : Le Sud-ouest algérien

Figure 2 : Répartition des zaouïas et des talabat dans les Sud-ouest algérien.

Figure 2 : Répartition des zaouïas et des talabat dans les Sud-ouest algérien.

Figure 3 : Répartition des talabat et des zaouïas dans les Sud-ouest algérien selon leurs lieux de résidence.

Figure 3 : Répartition des talabat et des zaouïas dans les Sud-ouest algérien selon leurs lieux de résidence.

Photo 1 : Zaouïa historique de Sidi Mohammed Ben Bouziane à Kenadsa.

Photo 1 : Zaouïa historique de Sidi Mohammed Ben Bouziane à Kenadsa.

Photo 2 Visite : ziara des adeptes originaires de la wilaya de Naâma (selon l’immatriculation du véhicule) à la Zaouïa de Kenadsa.

Photo 2 Visite : ziara des adeptes originaires de la wilaya de Naâma (selon l’immatriculation du véhicule) à la Zaouïa de Kenadsa.

Photo n° 3 : Projet d’extension de la zaouïa de cheikh Mohammed-Ben-Lekbir à Adrar (2008).

Photo n° 3 : Projet d’extension de la zaouïa de cheikh Mohammed-Ben-Lekbir à Adrar (2008).

Photo n° 4. La zaouïa de cheikh Mohammed-Ben Lekbir à Adrar, après fin de travaux (2009).

Photo n° 4. La zaouïa de cheikh Mohammed-Ben Lekbir à Adrar, après fin de travaux (2009).

Notes

1 Il s’agit d’une société stratifiée en classes sociales : les chorfa sont des nobles, descendants de la famille du prophète ; les merabtine sont descendants d’un saint ; les ahrar (personnes libres) représentent des fractions de tribus arabes et Zénètes ; enfin les harratines sont des descendants d’anciens esclaves.

2 Moussaoui A., 2002, p. 207.

3 Marouf N., 1980, p. 74.

4 Abtibol M., 1980, p. 7.

5 Miege J.L., 1981, p. 97.

6 Marouf N., 1980, p. 76.

7 Ces différents réseaux véhiculaient non seulement des valeurs et des pratiques de la religion musulmane, mais ils étaient également un vecteur d’influence politique et économique. Les marabouts jouissant d’un grand respect dans la société saharienne, leurs pouvoirs “extraordinaires” et leurs savoirs leur ont permis d’occuper une place centrale dans l’arbitrage des conflits et dans la protection des biens et des individus. Ainsi, le commerce transsaharien était au cœur de cette démarche. Si les Saâdides se sont basés sur la Jazoulia pour leur conquête du Sahara et du Soudan, et même si cette intervention était militaire, les Alaouides avaient misé sur la Tidjania pour pénétrer les territoires soudanais.

8 Moussaoui A., 2002, p. 169.

9 Deppont E., Cappolani X., 1897, p. 499.

10 Sources statistiques : Direction des Affaires Religieuses de la wilaya d’Adrar.

11 Moussaoui A., p. 169.

12 La mobilité à l’échelle des ksour du Gourara a bien été démontrée par A. Moussaoui, dans son étude sur la ziara à Timimoun. Les pèlerins forment plusieurs cortèges dont chacun prend son départ depuis une localité reliée à travers son saint à Sid-el-Hadj Belkacem, saint d’un petit ksar à proximité de Timimoun. Ainsi, se forme trois principaux cortèges depuis les localités de Tinerkouk, d’Ouled-Saïd et d’Ouled-Aissa. Les pèlerins, dans leur route vers Timimoun, font plusieurs haltes aux niveaux des stations bien connues pour se regrouper en un seul cortège, d’abord à Ouled-Saïd puis à Massine. Le circuit se caractérise par des visites à une série de tombeaux situés sur ce parcours. Le premier cortège démarre de Tinerkouk en passant par les principaux ksour de la partie est de Timimoun, Sammouta, Ouled-Saïd, Kali Massine et se termine à Zaouiet-el-Hadj-Belkacem. Ce parcours dure sept jours avant de toucher sa fin à la Zaouiet-el-Hadj-Belkacem. Sur un autre plan, ce rituel rappelle l’importance des petites localités éclipsées par l’importance qu’a prise Timimoun.

13 Depuis le décès de son fondateur en 1998, la zaouïa d’Adrar a connu une légère régression du nombre de ses étudiants.

14 Durant ces voyages, Cheikh Mohammed Ben Lekbir a tissé des relations d’amitié avec plusieurs cheikhs de zaouïas (Belkaid, Bendaoud, Boufeldja, …) dans cette région.

15 Cette zone compte un nombre important de zaouïas.

16 Le Cheikh quitta Timimoun en 1948 suite à la fermeture de son école sous prétexte qu’un des enseignants battait ses étudiants, mais la véritable cause réside dans sa vision politique indépendantiste, vis-à-vis du colonialisme.

17 La présence de la grande zaouïa de Reggani au sud du Touat semble avoir limité les relations avec la zaouïa d’Adar.

18 Actuellement, l’Université d’Africaine d’Adrar est constituée de trois facultés (F. des sciences sociales et des sciences islamiques, F. des sciences des lettres et des sciences humaines et F. des sciences et de l’ingénieur), elle compte 9000 étudiants encadrés par 178 enseignants (2010). La part des étudiants en sciences islamiques a tendance à baisser ces dernières années au profit des autres filières de sciences humaines, juridiques et techniques.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Sud-ouest algérien
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Répartition des zaouïas et des talabat dans les Sud-ouest algérien.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 : Répartition des talabat et des zaouïas dans les Sud-ouest algérien selon leurs lieux de résidence.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 1 : Zaouïa historique de Sidi Mohammed Ben Bouziane à Kenadsa.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 2 Visite : ziara des adeptes originaires de la wilaya de Naâma (selon l’immatriculation du véhicule) à la Zaouïa de Kenadsa.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo n° 3 : Projet d’extension de la zaouïa de cheikh Mohammed-Ben-Lekbir à Adrar (2008).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo n° 4. La zaouïa de cheikh Mohammed-Ben Lekbir à Adrar, après fin de travaux (2009).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/424/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

Auteur

Maître de Conférences en géographie et aménagement du territoire, Laboratoire des Espaces Géographiques et d’Aménagement des Territoires (LEGEAT) Université Oran 2 – Algérie, Chercheur associé, CRASC d’Oran

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search