Version classiqueVersion mobile

L’animal : une source d’inspiration dans les arts

 | 
Sandra Costa
, 
Claire Maître

La littérature

L’ascension du modèle romantique du chat noir dans la poésie et la fiction française du xixe siècle : de l’animal diabolique à l’ami des hommes

Louis Bergès

Résumé

Le chat au pelage noir a longtemps été considéré comme un pur produit du démon selon le Traité de la foi et des lois (1230) de Guillaume d’Auvergne ; les légendes médiévales de Chapalu en font un être monstrueux ; complice des sorcières, il franchit le Moyen Âge, la Renaissance et les Lumières nanti d’une réputation démoniaque inconsciemment reprise par Buffon. Le chat noir de Dante, la chatte de Montaigne, Madame Vanity, le disputent avec celui de Richelieu, Lucifer. Associé au mal, au mauvais sort, à la ruse féminine, à la fourberie, l’animal est dit posséder en outre des pouvoirs surnaturels. Seul le naturaliste Moncrif en 1727 affirme sa préférence pour le chat noir, en raison de sa rareté. À partir du début du xixe siècle, son caractère insaisissable, désinvolte, rêveur, obstiné, mystérieux et marginal intéresse et inspire les écrivains du mouvement romantique : de Nodier à Zola et Rostand, en passant par Balzac, Victor Hugo, George Sand, Alexandre Dumas, Flaubert, Gautier, Taine et Maupassant, l’animal est peu à peu présent dans la poésie et la fiction sous des aspects plus favorables. Ses défauts deviennent des qualités. Libre, secret, inaccessible à l’humain, le chat noir parvient à acquérir une personnalité attachante, sous la figure d’un diable qui aurait été apprivoisé : compagnon mystique, il s’identifie désormais à son ami le poète, l’écrivain, tout en conservant son indépendance. C’est ici que se fait le lien avec le mouvement politique : l’animal romantique et post-révolutionnaire devient le symbole de liberté et de l’anarchisme à travers l’enseigne poétique, autonome et gracieuse du cabaret de Montmartre, le Chat noir en 1881. Mais l’animal est aussi ambivalent : il s’anthropomorphise, il a la capacité de transmettre son animalité à l’homme. La communication se propose de retracer à travers des textes significatifs l’histoire de ce cheminement littéraire qui nous conduit aux dernières années de l’avant-dernier siècle.

Texte intégral

  • 1 La première traduction française paraît à Paris en 1829 chez Renduel.

1Tous les clichés ont circulé depuis le Moyen Âge sur l’imaginaire créé autour du chat noir : il n’est pas étonnant que la littérature se soit emparée de l’image de l’animal pour la personnaliser sous toutes ses formes. À l’origine, la représentation du chat noir est celle d’un animal diabolique, suppôt de l’enfer, image héritée de la littérature religieuse médiévale. La littérature anglo-saxonne s’empare de ce thème au début du xixe siècle avec Charles Maturin et Melmoth ou l’homme errant (1821), les Contes des frères Sérapion (1819) publié et traduit en 1871 par Émile de la Bédollière, Le chat Murr et le Vase d’or des Contes fantastiques d E-T. Hoffmann sorti en 18211.

2Ce chat complice du diable et des sorcières est chargé de tous les défauts : hypocrisie, vol, lubricité, gloutonnerie, ruse, agressivité. Au début du xixe siècle, c’est Hoffmann qui popularise son image diabolique parmi les écrivains romantiques. Comment ce chat porteur de malheurs devient-il par la suite un complice affectueux et insolent des écrivains ? Le xixe siècle est à cet égard une période charnière, celle qui voit s’opérer une transformation du modèle. C’est cette transformation qu’il est proposé de suivre et d’analyser ici dans le strict cadre chronologique des années 1800-1900 parmi un corpus d’étude composé de 58 auteurs (de Dumersan à Jules Renard) qui ont choisi d’en faire une référence et que nous avons retenu à travers 73 textes considérés comme significatifs. Plusieurs modèles sont retenus qui traduisent une entrée du chat noir sur la scène littéraire française du xixe siècle.

L’envoyé du démon

3L’image diabolique, tirée du fond des âges, apparaît formellement au début du xixe siècle dans une comédie vaudeville qui s’amuse de la superstition de l’un de ses personnages (Benoît ou le pauvre de Notre-Dame) : l’auteur, Dumersan, se rit de Mademoiselle Jobelin qui s’inquiète à la sortie d’une noce des sentiments de son père :

  • 2 Dumersan, Benoit ou le pauvre de Notre-Dame, p. 29.

« Ah mon père ! J’ai des pressentiments affreux/J’ai rencontré hier un chat noir, la salière s’est renversée à souper, et j’ai rêvé cette nuit de perles défilées… »2

  • 3 Nodier C., L’infernalia, p. 26.

4Le chat noir ici porte le mauvais sort aux côtés d’objets traditionnels de la vie quotidienne. La représentation romanesque de l’animal diabolique est celle d’un animal différent de celui de la fable : exclu du paradigme humain, il représente la bête immonde, annonciatrice de malheurs. Charles Nodier en conçoit le modèle qui va devenir classique : dans le conte noir d’une jeune fille en Flandres étranglée par le diable, l’aventure s’achève par l’ouverture du cercueil d’où s’échappe un chat noir3. Paul de Kock reprend le même type de représentation infernale en racontant l’histoire de la sorcière Jeanne Harvillier :

  • 4 Kock P. de, Le barbier de Paris, tome 2, p. 169.

« À l’âge de 13 ans, le diable se présenta à elle sous la forme d’un homme noir armé et botté… Ma bonne, dit Blanche, le diable peut donc prendre la forme qui lui plaît ? – Oui sans doute, je vous l’ai dit cent fois, il se change comme il veut… – Tu m’as toujours dit, ma bonne, qu’il se montrait en chat noir… – En chat ou en homme qu’importe ! Je n’avais peur que des chats, à présent, j’aurai peur des hommes… »4

5Le conte populaire s’est emparé de l’image diabolique du chat noir pour construire une représentation fantastique : en Bretagne, c’est le « chat d’argent », que Boucher de Perthes décèle comme puissance maléfique reconnue par un détail particulier :

  • 5 Boucher de Perthes J., Chants armoricains ou souvenirs de Basse-Bretagne, p. 49.

« Chaque chat noir a un seul poil blanc, celui qui le trouve acquiert une grande puissance. »5

  • 6 Hugo V., Notre-Dame de Paris, p. 159. Voir F. Armengaud, L’animalité selon V. Hugo : un « alphabet (...)

6Victor Hugo associe le chat noir de façon très négative aux hommes d’église : le tribunal de l’officialité devant juger Esmeralda y apparaît sous l’aspect d’animaux domestiques ; Gringoire interrogeant ses voisins sur l’identité de ses voisins, met sous nos yeux le portrait d’un procureur du Roi « en cour d’église » maître Jacques Charmolue, qui est vu comme un « gros chat noir6 », symbole maléfique, porteur de souffrance, sorte de « diablerie » poétique pour qualifier l’ecclésiastique qui personnifie l’Inquisition. Petrus Borel, futur créateur du comique « chatnoiresque », fait du chat noir un produit magique :

  • 7 Borel P., Champavert : contes immoraux, p. 188.

« L’obi qui a pour but l’ensorcellement du pauvre monde…, consistait en un bout de corne de bouc, remplie d’une composition de poussière de tombeau, de sang d’un chat noir et de graisse humaine, le tout broyé en manière de pâte… Un crapaud desséché, une patte de chat également noir, une queue de porc, une bande de parchemin de peau de chevreau, sur laquelle étaient tracés des caractères avec du sang, se trouvaient aussi dans son sac obien. »7

7Le chat noir est ainsi une sorte d’objet fantastique, indéfini, qui déborde les frontières entre l’homme et l’animal, et s’éloigne de toute catégorisation. Charles Nodier imagine son héros menant un combat fantastique contre des animaux représentés par la tête statique d’un « chat sauvage » de couleur noire, celui-ci :

  • 8 Nodier C., La fée aux miettes, chapitre XV, p. 204.

« Grommelait avec un frôlement grave, lugubre et continu, à travers les rouges vapeurs du soupirail de la lampe, en arrêtant sur moi des regards plus éblouissants que le ventre bombé du cristal, mais qui, au lieu d’être circulaires, divergeaient minces, étroits, obliques et pointus, semblables à des boutonnières de flammes. »8

  • 9 Balzac H. de, Les contes bruns, p. 121.

8Balzac utilise lui aussi le thème qui apparaît dans deux œuvres dont la première écrite avec Philarète Chasles. Les contes bruns font en effet référence au caractère diabolique du chat qui préside une cérémonie de magie noire dans une église : « un énorme chat noir assis sur un trône composé d’une douzaine de ces messieurs donnait la mesure par un miaulement prolongé »9. Dans Le médecin de campagne, l’apparition se fait sous un jour sinistre :

  • 10 Balzac H. de, Le médecin de campagne, tome 1, p. 26.

« Le premier habitant que rencontra Genestas, fut un pourceau vautré dans un tas de fumier qui, au bruit des pas du cheval, leva la tête, grogna et fit enfuir un chat noir. »10

  • 11 Gautier T., Albertus ou l’âme et le péché : légende théologique, p. 301.

9Le long poème de Théophile Gautier, Albertus, met en scène la vieille sorcière Véronique et son chat noir qui vont, l’un comme l’autre, se transformer pour le temps de l’histoire en une ravissante courtisane et un beau chevalier. Compagnon d’une sorcière maléfique, « le digne chat » fait partie du décor du « repaire », sa posture est celle de l’animal fidèle à sa maîtresse, « le seul au monde à l’aimer ». Il est « couché sur un fauteuil boiteux » ou « frileux pour dormir entre les deux chenets, près des tisons en boule/la tête sous la queue artistement se roule »11. Nous sommes aux frontières du burlesque et du fantastique : lors du retour à l’état primitif, le chat noir qui avait pris le nom de Don Juan, comme Véronique, retrouve son état diabolique en provoquant désormais derrière lui le feu de l’enfer :

  • 12 Ibid., p. 355.

« Juan, redevenu chat, jetait mille étincelles/, fascinait Albertus du feu de ses prunelles/, et comme le Barbet de Faust, l’emprisonnant/de magiques liens avec sa noire queue/, sur la dalle, où s’allume une lumière bleue, traçait un cercle rayonnant. »12

  • 13 Deburau, Histoire du théâtre à quatre sous pour faire suite à l’histoire du théâtre français, p. 2 (...)
  • 14 D’Arlincourt Vicomte de, Les écorcheurs ou l’usure et la peste : fragments historiques, p. 16.
  • 15 Leuven A. de et Forges A., Une femme est un diable, p. 11.

10Dans l’histoire du théâtre à quatre sous de Deburau (Jules Janin), la liste générale macabre des accessoires du théâtre des Funambules renferme un chat noir aux côtés de « quinze squelettes, trois chiens aboyants, un paon et un coq… »13. Le Vicomte d’Arlincourt, romancier historique, ne manque pas lui aussi de placer « un chat noir » auprès de Mégie, la vieille sorcière, « des dalles sanglantes de la croisée de Paris… endormie au coin d’un énorme foyer éteint » ; le chat noir « a sauté sur sa maîtresse, et les doigts de squelette de Mégie se promènent avec amour sur les longs poils de la bête »14. Avec Adolphe de Leuven et Auguste Forges, le chat noir est à nouveau au centre d’un vaudeville : le dialogue entre Médard le cabaretier et un client, le père Putois, tourne autour du pacte à conclure avec le diable, mais pour cela, il faut un chat noir, « noir comme de l’encre15 ! » Alexandre Dumas fait apparaître pour la première fois un chat noir lors de sa deuxième course dans l’Oberland :

  • 16 Dumas A., Impressions de voyage : en Suisse, p. 322.

« Il alla vers son armoire et l’ouvrit, en sortit un gros chat noir qui avait les yeux et les mains d’un homme… »16

11George Sand aussi place un chat noir dans son voyage à Venise en 1834 :

  • 17 Sand G., Lettres d’un voyageur, p. 78.

« Lorsque je suis assise sous le tympan couronné de cette porte gothique,… il arrive tout à coup à côté de moi, un gros chat noir qui miaule d’une voix lamentable en me présentant son dos hérissé d’où s’échappent des étincelles électriques dès que j’y porte la main… Eh bien malgré ses bons offices, ce ‘matou’ a une figure diabolique, ses yeux luisent dans la nuit comme des charbons ardents et ses contorsions ont quelque chose d’infernal… Je n’oserais refuser de lui gratter l’oreille et de lui lisser le dos, car je craindrais qu’il en prît tout d’un coup sa véritable forme et qu’il ne s’envolât par les airs avec un grand éclat de rire. »17

  • 18 Dupin H., Le chat noir, p. 16.
  • 19 Châteaubriand A. de, Mémoires d’outre-tombe, p. 204. L’histoire est reprise plus tard par Champfle (...)
  • 20 Rabou C., Capitaine Lambert, p. 122-123.

12Le vaudeville le Chat noir d’Henri Dupin popularise l’image maléfique de l’animal ; s’y ajoute son aspect fantastique qui l’amène à se transformer ou à être transformé en recevant le personnage du mari qui veut surveiller sa femme volage. Le vaudeville est ici au service d’une représentation négative de l’animal face à laquelle toute violence apparaît comme légitime (le chat est défenestré)18. Chateaubriand évoque la superstition qui hante son château familial de Combourg près de la tour dite « du chat » : celui-ci accompagne le fantôme du marquis de Coetquen, sieur de Combourg, blessé à la bataille de Malplaquet en 1709, traînant la nuit dans la tour sa sinistre jambe de bois19. Charles Rabou décrit les recettes maléfiques fabriquées à partir du chat en plagiant le « dictionnaire infernal » de Collin de Plancy : dans la recette de la « main de gloire » visant à endormir ou rendre immobiles les occupants d’une maison, il faut veiller à frotter la porte « d’un onguent fait de graisse de poule blanche, de sang de chouette et de fiel de chat noir »20. En 1843, G. Sand fait une nouvelle allusion à notre animal dans Mouny-Robin autour d’un proverbe :

  • 21 Sand G., Mouny-Robin, p. 59.

« Méfie-toi du chien blanc, du chat noir et de l’homme rouge. »21

13La superstition autour du chat noir fait du félin un être faux et perfide, capable de violence brutale, qui guette sa proie derrière un apparent sommeil ou une posture de repos. Octave Feuillet conçoit autour de Polichinelle une figure trouble de chat noir, compagnon du commissaire Ronflard, qui apparaît à l’invocation du diable par la mère du héros :

  • 22 Feuillet O., Vie de Polichinelle et ses autres aventures, p. 99 et sq.

« Celle-ci n’avait pas achevé ces mots qu’un gros chat couleur de suie, semblant sortir de dessous le lit, se jeta dans les jambes du bonhomme Pulci et le renversa de tout son long sur le plancher, après quoi, il s’élança au dehors par la porte entrouverte… »22

14Dans cette scène, le chat n’est plus porteur d’un message diabolique, il surgit seulement dans le combat livré entre le bien et le mal comme messager de l’enfer. Alexandre Dumas revient avec un chat noir de même nature en 1849 ; il s’agit cette fois-ci d’une apparition soudaine :

  • 23 Dumas A., Les Mille et un fantômes, p. 281-284.

« J’avais été préoccupé toute la journée de cette révélation de l’exécuteur, mais le dernier coup de marteau vibra sur le bronze sans que j’entendisse rien autre chose qu’un certain ronronnement dont j’ignorais la cause. Je me retournai, et j’aperçus un gros chat noir et couleur de feu. Comment était-il entré ? C’était impossible à dire… »23

  • 24 Sue E., Les mystères du peuple, p. 552.
  • 25 Ibid., p. 557.

15Le mystère et la surprise se poursuivent : le chat noir « couleur de feu » réapparaît en toutes circonstances tel un fantôme. Eugène Sue souligne la superstition populaire en Bretagne autour du chat en retraçant l’histoire de la famille Lebrenn à Vannes : Marion, l’héroïne, décide de découvrir les charmes de la magie auprès d’un vieux sorcier ; celui-ci lui apporte un gros chat noir24 qui apparaît comme « une bête cabalistique par excellence »25. L’animal permet ensuite à l’alchimiste d’expérimenter un breuvage mortel. Xavier de Montepin est le premier à développer le modèle de l’animal démoniaque dont les yeux brillent dans la pénombre et le poil produit de l’électricité :

  • 26 Montepin X. de, Mademoiselle Lucifer, p. 67.

« La sorcière Moloch passa à deux ou trois reprises sa main sur le dos du chat. Mais elle eut soin de le caresser à rebrousse-poil. Quelques étincelles électriques jaillirent de son épaisse fourrure. »26

16Alexandre Dumas persiste à développer l’image diabolique : dans un récit qu’il situe au Caucase, l’animal surgit à nouveau à l’improviste :

  • 27 Dumas A., La boule de neige, p. 74.

«(…) Oh ! Je déteste les chats noirs, dit la vieille. On dit qu’ils prêtent parfois leur peau au diable et que c’est pour cela que leurs yeux restent brillants la nuit. »27

  • 28 Saintine Fr.-X., Antoine, l’ami de Robespierre… récits des tourelles, p. 166-167.
  • 29 Erckman-Chatrian, Crispinus ou l’histoire interrompue, Le Monde illustré, n° 103, p. 215.

17Aux frontières du mystère et de l’ésotérisme, il convient de placer la description de Boniface dit Saintine avec son personnage inquiétant du Sarrasin de « la tour au païen » flanqué « d’un gros chat noir… Pitto, perché sur son épaule »28 qui tourne les pages d’un livre sur commandement de son maître. Erckmann-Chatrian participe lui aussi à la diffusion du modèle : dans Crispinus ou l’histoire interrompue, le hussard déprimé est attiré par des lieux mystérieux ; arrivé au bord d’un gouffre, il retrouve ici aussi l’ombre du « matou noir » en référence au traité de démonologie comparé de Hazelnoos et de la transformation diabolique du « kobold », le mauvais génie des mines souterraines du folklore germanique29. Plus loin, il s’évertue à placer le chat noir au cœur d’histoires et de contes extraordinaires ; parlant des caves de son personnage, L’ami Fritz :

  • 30 Erckman-Chatrian, L’ami Fritz, p. 30.

« Lorsque sa voix retentit sous la haute voûte grise…, un chat noir grimpait au mur et se retournait dans la lucarne, les yeux verts brillants, avant de se sauver vers la rue du Coin Brûlé. »30

18Dans Le vampire, Paul Féval met dans la bouche de l’un de ses héros, Berthellemot, des propos sceptiques sur la religion tout en affirmant sa croyance pour « certaines diableries qui existent » :

  • 31 Féval P., Le vampire, p. 129.

« J’avais une vieille tante qui avait été un chat noir… Ne riez pas, dit-elle, ce chat était étonnant. Et je vous défierais d’expliquer philosophiquement le soin qu’il prenait de se cacher au plus profond de la cave quand on était treize à table… »31

19Dumas revient à nouveau sur le mythe du chat du diable dans Le docteur mystérieux :

  • 32 Dumas A., Le docteur mystérieux, p. 32.

« Trois coups précipités retentirent à la porte de la rue ; ces trois coups éveillèrent les miaulements furieux d’un chat noir, que les mauvaises langues de la ville, les dévotes surtout, prétendaient être le génie familier du docteur. »32

20Mérimée place lui aussi un chat noir aux côtés de Madama Lucrezia comme attribut de la sorcière :

  • 33 Mérimée P., Dernières nouvelles, p. 147.

« Dans une espèce de cave obscure où se tenait cette vieille femme que l’on pouvait soupçonner de sorcellerie, elle avait un chat noir et faisait cuire je ne sais quoi dans une chaudière. »33

21Victor Hugo ne se départit pas d’une même image négative : retraçant les années terribles de la Terreur dans l’Ouest et évoquant le soulèvement paysan des Chouans, il véhicule un cliché anticlérical que son père lui a rapporté :

  • 34 Hugo V., Quatre vingt treize, p. 120.

« Pour soulever ces multitudes, peu de chose suffisait. On plaçait dans le tabernacle d’un curé assermenté, un gros chat noir, qui sautait brusquement dehors pendant la messe. C’est le diable ! criaient les paysans et tout un canton s’insurgeait. »34

22Le conteur François-Marie Luzel, met en avant un artifice plutôt singulier du chat noir diabolique, celui de la création de richesse ; vendre son âme au diable trouve ici toute sa signification avec :

  • 35 Luzel Fr.-M., Veillées bretonnes, p. 134-5.

« Des bonnes femmes, – et des hommes aussi, – qui sont encore assez simples pour croire qu’il y a des chats noirs qui sont de vrais diables, produisent de l’argent à volonté et enrichissent leurs possesseurs, de cette façon. »35

23Prosper Baur, disciple d’Erckmann et Chatrian, raconte l’histoire d’une sorcière dévoilée en son château :

  • 36 Baur Prosper, Les légendes et souvenirs d’Alsace, p. 87.

« Le moulin du château, ensorcelé suite à une série de meurtres inexpliqués, est délivré de son sort par l’acte sacrificateur d’un meunier courageux ; six chats blancs apparaissent et boivent du lait dans six assiettes. À minuit précise, à l’apparition du septième chat, le chat noir, le meunier coupe la patte de celui-ci qui se révèle être une main de femme, la dame du château, par la suite brûlée comme sorcière. »36

  • 37 Luzel Fr.-M., Contes populaires de Basse-Bretagne, p. 134-166.

24Un autre conte, recueilli par F.-M. Luzel, met en scène sur une île un chat noir sacrifié et cuit en civet sur demande d’une sorcière qui le sert ensuite en ragoût à Yvonne afin de l’enlaidir et de la détourner d’un prince qui s’intéresse à elle. Peu après, la jeune Yvonne accouche d’un chat noir : l’animal qui grandit protège sa mère et réalise dans l’île et sur la terre voisine de nombreux faits extraordinaires si bien qu’il engage un combat singulier contre la vieille sorcière qu’il parvient à vaincre. Le conte s’achève sur la transformation du chat noir (dont le ventre a été ouvert sur sa demande) en un beau prince qui épousera Yvonne37. Ici, le chat noir, bon magicien, triomphe de la sorcière et des forces du mal, sa représentation diabolique a disparu au profit du bien et du beau. Le poète Maurice Rollinat, l’un des fondateurs du cabaret du Chat noir avec Rodolphe Salis est l’auteur de plusieurs images diaboliques du félin :

  • 38 Rollinat M., Les névroses, p. 268 et 323.

« L’horreur emplit mon être et me glace le sang/car un grand chat d’ébène hydrophobe et grinçant… » ; « dans le bouge et la cellule/, dans les caves et dans l’air/, le diable rôde et circule/, il se fait fleur, libellule/, femme, chat noir, serpent vert/, l’enfer brûle, brûle, brûle. »38

  • 39 Maupassant Guy de, Misti, Le Gil Blas du 22 janvier 1884, p. 1.
  • 40 Mirbeau O., Rabalan, Le Gil Blas, 30 novembre 1886, p. 1.

25Guy de Maupassant évoque le mythe traditionnel du chat diabolique en présentant dans un assommoir de Montmartre la stature d’un chat noir empaillé « qui regardait avec ses yeux de verre,… avait l’air du démon de ce logis sinistre ». Sa maîtresse, prise de peur à la suite des paroles d’une voyante qui lui demande de quitter l’homme qu’elle aime sous peine d’avoir les yeux crevés par Misti, décide de se débarrasser du chat39. Octave Mirbeau évoque le dernier représentant d’une famille de sorciers, « un Rabalan qui s’était enterré vif avec un chat noir… »40. Dans un autre roman, le félin apparaît aux côtés d’un bourreau, toujours pour cultiver son image maléfique :

  • 41 Mirbeau O., Le jardin des supplices, p. 237.

« Un chat noir qui sortait des massifs vint, l’échine arquée et la queue battante, se frotter en ronronnant contre lui… »41

26À l’image diabolique et infernale s’ajoute enfin une nouvelle déclinaison négative, celle de la ressemblance animale du chat noir au portrait du juif fait par la littérature antisémite de l’époque, « comme réceptacle de tous les vices ». Le dramaturge Jean Jullien voit dans le chat noir « le type du juif de convention » :

  • 42 Docquois G., Bêtes et gens de lettres, p. 233. Il s’agit de Jean Jullien, (1854-1919), critique de (...)

« L’œil clair, la caresse mielleuse et la griffe traîtresse, ce nonchalant oriental et cette astuce de fauve, n’est-ce pas tout le juif ? »42

La bête à misère

27Le chat noir, compagnon mystérieux des sorcières et des démons, porteur de mauvais sort, est vu comme un objet sale et repoussant, au mieux destiné au rebut, au pire à la destruction violente et rituelle. C’est la manière dont le dramaturge Frédéric Soulié plante le décor de sa pièce Serafina en plaçant notre animal dans des lieux d’abandon ou de misère :

  • 43 Soulié F., La Serafina, p. 133.

« Une chaumière délabrée, des meubles misérables jetés çà et là, des peaux de serpent pendues au plafond, un énorme chat noir posé sur le rebord de la fenêtre… »43

  • 44 Sandeau J. et Houssaye A., Les revenants, p. 107.

28Jules Sandeau et Arsène Houssaye font eux aussi la description « profondément triste » d’une demeure de campagne qui compte parmi son paysage de désolation (vieillard décharné en pleurs, enfants endormis et stupides, mouches qui volent) « un gros chat noir, à demi-couché dans les cendres [de la cheminée], absorbé par une contemplation mélancolique devant les braises du foyer »44. À partir de la publication du Chat noir d’Edgar Poe en 1843, le modèle du chat noir souffrant s’impose. Traduit de l’anglais par Baudelaire en 1853, l’ouvrage largement diffusé marque un tournant dans la construction du modèle littéraire, le héros Pluton se situant désormais à mi-chemin entre le chat diabolique malgré lui et la victime injuste de la folie des hommes. Le chat noir n’est plus regardé comme un objet du diable : doué de raison et de sentiments, il éprouve de la douleur et peut manifester sa souffrance. Il devient le vecteur privilégié d’une mise en scène des bouleversements sociaux contemporains : il est aux côtés de la misère humaine, compagnon d’infortune de l’ouvrier des quartiers, de la prostituée en fin de parcours, du retraité sans retraite, etc.

  • 45 Le docteur Étienne Pariset (1770-1847) contribue à porter la loi devant l’assemblée en 1844 (voir (...)

29Le chat noir va profiter du grand mouvement d’empathie des élites politiques et sociales de la fin des années 1840 avec la création à Paris de la société protectrice des animaux par le Dr Pariset45 à l’imitation des sociétés déjà existantes en Europe du Nord. Comme réponse politique des élites à la violence populaire, cette sensibilité nouvelle se retrouve à travers la promulgation de la première loi de protection animale, la loi Grammont votée par l’Assemblée nationale le 2 juillet 1850. Cette évolution de la sensibilité collective est-elle observable dans le récit romanesque ?

  • 46 Sand G., Les beaux messieurs du Bois-Doré, p. 49.

30George Sand évolue lentement si l’on en juge par ses nouvelles allusions au chat noir : en 1858, dans Les beaux messieurs de Bois-Doré, le félin n’est plus que le rival, l’ennemi atavique du chien du marquis de Bois-Doré, dénommé Fleurial, que ce dernier rêve de mordre et de déchirer, sur le modèle de l’intendant Adamas avec la fameuse Bellinde que celui-ci déteste tout aussi bruyamment46. La comtesse de Ségur cède tout d’abord aux clichés en mettant en scène Minet, le « féroce chat noir » des surveillants du collège dont la méchanceté est censée expliquer les déboires qui vont suivre. Charles, le héros, se bat à plusieurs reprises avec celui « qui semblait l’avoir pris en haine. » Mais l’auteure accentue le côté victimaire et magique du chat noir qu’elle fait mourir dans des circonstances atroces :

  • 47 Comtesse de Ségur, Un bon petit diable, p. 144-166.

« Old Nick enleva le couvercle et vit flotter réellement quelque chose de noir dans la soupière ; il piqua avec sa fourchette et retira avec grand peine un énorme chat, le chat noir du surveillant. »47

  • 48 Féval P., La ville-vampire, p. 154.

31Les souffrances d’un chat sont décrites avec minutie dans un roman noir de Paul Féval : en pleine manifestation des forces du mal, l’un des protagonistes, Goetzi, met en scène l’exécution brutale d’un chat noir qu’il tient dans les bras, « dont il rompit successivement les quatre pattes avec une froide cruauté. C’est pour qu’il ne s’échappe pas, dit-il »48.

32Lautréamont cultive lui aussi l’image nocturne du chat errant, dont la couleur n’est pas précisée mais qui pourrait être noire. Le héros se promène dans une rue de Paris lorsque :

  • 49 Lautréamont, Chants de Maldoror, p. 291-292.

« Il aperçoit un vieux chat musculeux, contemporain des révolutions auxquelles ont assisté nos pères, contemplant mélancoliquement les rayons de la lune, qui s’abattent sur la plaine endormie ; il s’avance tortueusement dans une ligne courbe et fait un signe à un chien cagneux qui se précipite. Le noble animal de la race féline attend son adversaire avec courage, et dispute chèrement sa vie. Demain, quelque chiffonnier achètera une peau électrisable. »49

33Pour Gustave Flaubert, le chat noir est une pauvre victime des hommes : la cruauté enfantine de Victor et Marcel est mise en lumière par la volonté de ses parents de rendre les deux enfants « plus sensibles » ; « on leur donna donc un chat noir qu’ils durent soigner. » Mais on apprend plus loin qu’ils ont mis la bête dans une marmite à bouillir dans le feu :

  • 50 Flaubert G., Bouvard et Pécuchet, p. 372-373.

« Puis le couvercle sauta comme un obus qui éclate. Une masse grisâtre bondit jusqu’au plafond puis tourna sur elle-même frénétiquement en poussant d’abominables cris. On reconnut le chat, tout efflanqué, sans poil, la queue pareille à un cordon. Des yeux énormes lui sortaient de la tête, ils étaient couleur de lait comme vidés et pourtant regardaient. La bête hideuse hurlait toujours, se jeta dans l’âtre, disparut puis retomba au milieu des cendres, inerte. »50

34Anatole France construit un récit parisien autour de l’enseigne Le chat maigre qui consacre l’image d’un animal souffreteux :

  • 51 France A., Jocaste et le chat maigre, p. 194.

« Un chat de gouttière découpant entre des tuyaux de cheminées, sur la lune énorme et rousse sa maigre silhouette noire, arquée comme un pont du Moyen Âge. »51

  • 52 Frères Goncourt, Journal, mémoires de la vie littéraire, p. 102.

35Les frères Goncourt décrivent à la date du 29 octobre 1870 en pleine guerre franco-prussienne leur passage à Romainville dans la banlieue parisienne ; ils y observent un défilé de populations déplacées et remarquent « un voyou fermant la marche, tenant à bout de bras, levé en l’air, un long chat noir fraîchement écorché »52. Au-delà de la violence du symbole, s’y mêlent les instincts populaires de déchaînement contre les animaux jugés nuisibles. Pour le poète François Fabié, le chat noir fait partie d’un décor rural à l’abandon : dans ce où trône près du feu un chat noir, une vieille femme :

  • 53 Fabié F., Buscaillette- Buscaillou, Le Figaro, supplément littéraire, 30 avril 1892.

« Arrive enfin au logis étroit/n’a pour l’accueillir lueur ni caresse,/seul un vieux chat noir des cendres se dresse,/miaulant la faim et tremblant le froid./Buscaillet allume un quinquet fumeux./D’un genêt flambant fait chauffer sa soupe,/mange une châtaigne à la hâte et coupe/un peu de pain noir à son chat galeux./Puis elle fera sa longue prière/de Pater et d’Ave sans fin/aux ronrons du chat qui, n’ayant plus faim,/le dos aux chenets, prie à sa manière. »53

  • 54 Mallarmé S., Vers et prose, La pipe, p. 117.

36L’image souffrante du chat noir famélique, engoncé dans la cheminée, est reprise par Stéphane Mallarmé qui parle de son tabac qui « sentait une chambre sombre aux meubles de cuir saupoudrés par la poussière du charbon sur lesquels se roulait le maigre chat noir »54.

La statue féminine

37Le chat noir n’est pas que maléfique et misérable de par sa condition, il peut aussi personnifier la femme à laquelle s’attachent les deux premiers attributs. L’animal représente une sorte de substitut de la femme grâce aux attributs que la gent masculine lui prête. Il prête tout d’abord son corps, puis son psychisme aux jeux métaphoriques de la poésie ; l’animal devient le lieu d’une beauté trouble, soit qu’il représente le modèle féminin, soit qu’il l’accompagne. Son entrée en scène se fait à la fois par son aspect extérieur, une robe noire, une queue et des membres élastiques, des yeux jaunes ou plutôt verts que l’on scrute comme les yeux d’une femme aimée. La féminité du chat se comprend à travers ses dons naturels idéalisés (souplesse, agilité, grâce et aisance, etc.) et ses qualités symboliques (talents psychologiques, affectivité, sensualité). C’est un véritable duo érotique de la belle et de la bête qui se crée : coquet, trouble et cruel, l’animal et son poil supportent la comparaison avec la chevelure féminine. Le chat noir, comme animal domestique au sens strict du terme, dit aussi la vérité du lieu : aux côtés de la femme, il peut représenter sa misère comme son opulence, sa détresse, sa jovialité ou sa condition sociale. Au départ, il faut citer Aloysius Block qui imagine que :

  • 55 Block A., Le népenthès, p. 428.

« Les démons… se mettent à fabriquer une femme en prenant comme premier ingrédient le chat noir, symbole de la douceur et de la perfidie, et puis des pleurs et puis du sang. »55

38Eugène Sue place « un gros chat noir à prunelles jaunes » près de la mère Ponisse, tenancière de cabaret, « accroupi auprès de l’ogresse, il semble le démon familier de ce lieu ». Plus loin, la scène revient comme un tableau figé :

  • 56 Sue E., Les mystères de Paris, p. 29.

« Le nouveau venu… se leva de table et dit à l’ogresse qui sommeillait dans son comptoir, les pieds sur sa chauffrette, le gros chat noir sur les genoux… »56

  • 57 Il s’agit du célèbre tableau d’Édouard Manet peint en 1863 qui représente la courtisane Victorine (...)
  • 58 Voir Arène P., Parnassiculet contemporain : recueil de vers nouveaux, dessin page de garde.

39L’animal, impavide et naturel, fait partie du décor, comme figure principale du foyer, il garde encore l’image toute symbolique du démon attaché à la vieille femme, sorcière à ses heures. Ici, apparaît pour la première fois la statue du chat noir et de sa maîtresse mise en scène au cœur de son antre : compagnon de la sorcière, ou de la prostituée comme plus tard sur le tableau de Manet, Olympia57 ou le dessin de la femme nue fumant du narguilé dans le Parnassiculet contemporain58, le félin est censé dégager une impression d’érotisme contrôlé à travers la perception de son corps. Champfleury qui aime les chats campe un animal gentil, toujours victime de la cruauté humaine : son héroïne, Mademoiselle Mariette, reçoit en cadeau :

« Un joli chat noir avec de grands yeux verts… avec une tache blanche qui figurait une espèce de… royale sous le menton. »

  • 59 Champfleury, Contes de printemps : les aventures de Mademoiselle Mariette, p. 69-70.
  • 60 Gaboriau É. de, La vie infernale, p. 46.
  • 61 Boisgobey F. de, Chevalier casse-cou-2-la chasse aux ancêtres, p. 25.
  • 62 Devinat E., Livre de lecture et de morale, p. 9-10.

40La gourmandise et la curiosité de l’animal dans la boutique d’un épicier lui valent la colère du propriétaire qui le « prit par le cou en le battant comme plâtre »59. Ces péripéties suscitent l’affection et l’attachement de Mariette envers le chat noir. Les défauts du chat se transforment ici en qualités ; l’animal intrigue et amuse par son comportement, sa position de victime incomprise renforce l’attachement qu’on lui porte. Émile Gaboriau revient sur le modèle de la « puissante matrone », Ventrasson, au Garni Modèle, dont le poste habituel, « c’est-à-dire à son comptoir », se trouvait « entre son chat noir, sa dernière affection et les bouteilles où elle puisait son mêlé-cassis, sa consolation suprême ici-bas »60. Fortuné du Boisgobey, fait le portrait d’une vieille femme : dans une enquête de voisinage où la police doit surveiller toutes les allées et venues suspectes dans un immeuble, l’enquêteur est réprimandé par le magistrat pour avoir laissé passer « la vieille femme qui portait un chat noir »61, aussitôt désignée comme la suspecte recherchée, car porteuse de mystère. Émile Devinat, directeur des écoles normales du département de la Seine, est l’auteur et le rédacteur en 1882 du premier manuel de morale de l’école primaire républicaine ; il construit un texte autour de la famille Guillaume qui accueille la grand-mère : celle-ci est accompagnée d’« un gros chat noir »62 ; une image apaisée se dessine autour du personnage le plus ancien de la famille et de son ami fidèle.

  • 63 Voir Caron P., Lilith ou la danseuse de Mallarmé réincarnée, vol. 131, p. 88-104.

41Stéphane Mallarmé enfin, chante en connaisseur la noire Lilith, du nom de la maîtresse du diable, dont « la tête de chatte noire devient positivement une tête de femme noire »63. Jules Renard tourne désormais en dérision dans son Journal l’image diabolique du chat noir associé à la présence féminine : décrivant l’intérieur de l’appartement de la cantatrice et actrice de théâtre Georgette Leblanc, il note :

  • 64 Renard Jules, Journal, p. 84.

« Un énorme sablier sur la cheminée,… un gros chat noir qui est mis là pour faire le diable sans s’en douter. »64

Le chat noir réhabilité : l’ami de l’homme

  • 65 Docquois G., op. cit., p. 69 et 117.

42L’anthropomorphisme s’avère le principal vecteur de la domestication du chat noir. Devenu une figure familière de l’environnement familial et des rues, le chat noir trouve finalement sa place dans le cœur des artistes et les œuvres littéraires. L’animal suscite l’intérêt des écrivains et des intellectuels grâce au personnage qu’il incarne ; dans le bestiaire littéraire, il finit par occuper une place privilégiée. S’il se met à ressembler à l’homme, c’est qu’il a fini par se laisser dominer par lui. Face à un animal appartenant aux hordes sauvages parties à l’assaut d’une société menacée de subversion par les forces du mal, l’homme-écrivain parvient à vaincre l’adversaire en le réduisant à l’état de personnage doux et excentrique. Selon le modèle naturaliste qui s’impose, le chat noir se civilise, il devient moins craintif ou moins dangereux, voire même familier, car l’homme lui impose ses conditions et mode de vie : la domestication est une forme de domination de l’animal qui procède par étapes, de l’apprivoisement à l’appropriation. L’écrivain s’entoure lui-même de « matous » noirs, comme Démonette, la chatte noire de Barbey d’Aurevilly, Bourget, le « grand chat noir efflanqué de vieillesse » de François Coppée, Minet, celui d’Ernest Renan, Mime, le chat qui se suicide de Catulle Mendès, la chatte noire du moulin de Roupeyrac chez François Fabié, Saint Médard, le « chat noir de toute petite race » de Courteline.65 Le chat noir est ainsi dessiné sous toutes les coutures, l’écrivain s’emparant du moindre prétexte pour glisser une description des faits et gestes du compagnon dans ses compositions : farceur, endormi, moqueur, en plein exercice de sa toilette, ou bien croqué dans des attitudes le faisant ressembler aux hommes de façon troublante.

  • 66 Balzac H. de, Les peines de cœur d’une chatte anglaise, extr. Des Scènes de la vie privée et publi (...)

43Les années 1845-1850 apparaissent comme les années-phares d’un modèle en pleine évolution : Balzac publie Les peines de cœur d’une chatte anglaise auquel succède aussitôt sous la plume de F-J. Stahl, pseudonyme de l’éditeur J. Hetzel, L’éducation d’une chatte française. Dans le premier texte, Balzac oppose Puff, « le plus beau matou de la pairie » britannique, un angora noir, à Beauty, la chatte blanche : le personnage plein de morgue et de dédain, n’en reste pas moins sympathique et son identification à un lord anglais nous éloigne de l’instrument maléfique d’origine. Balzac est le premier à accorder au chat noir les attributs d’un personnage humain auquel il donne une conscience et un statut social : doué d’une dimension psychologique et émotionnelle, l’animal reste encore un personnage à part mais un pan du mystère l’a abandonné ; les métaphores et comparaisons qui l’entourent reflètent cette fois-ci la sensibilité d’un personnage au cœur de la société de son temps ; en lui attribuant le privilège d’un caractère humain, l’auteur de la Comédie humaine a incontestablement aboli la distance qui sépare l’imaginaire de ses contemporains du chat noir. L’importance du texte de Balzac est à la hauteur de celui d’Edgar Poe. Doté d’un véritable nom, Puff, notre chat anglais devient un individu qui se distingue de la masse et de l’espèce, se rapprochant du statut ordinaire du personnage littéraire classique66.

  • 67 Monselet C., La lorgnette littéraire, p. 62.
  • 68 Féval P., Les errants de la nuit, p. 143.
  • 69 Gautier T., Capitaine Fracasse, p. 379-382.

44Charles Monselet, le critique et romancier, évoque l’homme politique « communard » Delescluze qui, « tous les jours, dîne au restaurant Surveille à côté d’un gros chat noir qu’il surnomme David… »67 L’animal devenu familier figure dans le décor comme un totem destiné à accueillir le visiteur de manière originale. Paul Féval fait désormais du félin domestique un compagnon fidèle attaché à son maître : au cœur du logis du père Bataille à Sedan, on découvre entre les jambes de ce dernier « un chat noir, gras à lard, qui devait prendre ses repas quelque part dans le voisinage »68. Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier n’a pas de meilleur compagnon que Béelzébuth, « un vieux chat noir, maigre, pelé ». Mort à la suite d’une indigestion après le festin qui clôt les aventures de son maître, le chat est enterré sous l’églantier du jardin qui a vu les premières amours du héros ; ce dernier découvre à cette occasion un coffre rempli de trésors. Béelzébuth au prénom diabolique est cette fois-ci non plus une divinité infernale mais un bon génie qui, magiquement, en disparaissant, par l’intermédiaire de son propre sacrifice, apporte à son maître richesse et prospérité nouvelle69.

  • 70 Gautier T., Ménagerie intime, p. 39-46.

45Les trois chats noirs du poète, Enjolras, Gavroche et Eponine, sont des personnalités attachantes dont Gautier s’emploie à faire une description personnalisée. Enjolras est le plus beau des trois, avec sa large tête léonine à bajoues bien fournies de poils » et sa « queue épanouie comme un plumeau. » Gavroche a l’« expression futée et narquoise… » Eponine, la chatte noire, « tendre et dévouée », a des formes « plus sveltes et plus délicates que ses frères. » Un détail est à remarquer : la chatte noire devenait « électrique », « quand on lui passait deux ou trois fois la main sur le dos, dans l’obscurité, des étincelles bleues jaillissaient de sa fourrure, en pétillant… »70.

  • 71 Champfleury, Les chats : histoire-mœurs-observation. Voir p. 52 au sujet d’une enseigne de confise (...)

46L’ouvrage de référence de Champfleury sur Les chats, publié en 1869, constitue le jalon le plus significatif de la consécration qui s’annonce : la nouvelle facette du chat noir est celle du compagnon des hommes de lettres et non plus des sorcières et des alchimistes ; l’auteur cite notamment les « matous » noirs de Théophile Gautier, mais il rappelle l’image insolite du chat noir, l’animal nocturne qui fascine les boutiquiers de Paris par son aspect bizarre71.

  • 72 Stahl P-J., Journal de Minette, p. 41.

47P-J. Stahl, pseudonyme de Hetzel, pousse le cliché d’anthropomorphisme à son paroxysme : le fils de Blanchette, une distinguée chatte blanche, est un chat noir, prénommé Noiraud, violent, bagarreur et chapardeur ; blessé à mort par un chien, il réapparaît quelques mois plus tard dans la hotte d’un chiffonnier venu dans la nouvelle demeure de Blanchette dont les maîtres viennent de déménager. L’animal a changé ; comme les humains, le chat noir est capable de rédemption ; attaché à sa famille et à ses anciens maîtres, il revient dans le nid protecteur sous les traits d’« un noir magnifique », affectueux et docile. Le nom de Noiraud ne convenant plus à un chat « aussi exemplaire », il est décidé de l’appeler désormais Vendredi, du nom de l’esclave de Robinson Crusoé ; « c’est le nom d’un bon nègre, c’est tout à fait son affaire »72. La teneur du récit nous renvoie désormais à d’autres schémas qui s’appliquent aux conceptions coloniales en vogue au début de la IIIe République : le chat sous les traits humains récupère avec son pelage les mêmes préjugés de race mais se dépouille du même coup du statut d’instrument diabolique pour rejoindre celui de la famille humaine.

  • 73 Cros C., Le coffret de Santal, p. 158-160.
  • 74 Zola E., La faute de l’abbé Mouret, extr. Les Rougon-Macquart, p. 340.

48Le poète Charles Cros évoque désormais un animal doux et affectueux : c’est la berceuse reprise un siècle plus tard par Juliette Gréco, « endormons-nous petit chat noir… »73 Émile Zola reprend le même thème dans sa grande fresque sociale des Rougon-Macquart : Moumou, le gros chat noir, aussi grand qu’un chien, est une bête affectueuse « blotti près d’une de ses joues, il lèche le menton avec douceur » de Désirée la fille de ferme74. Plus loin, il force le trait avec l’image de la mère et de ses petits :

  • 75 Zola E., Nana, extr. Les Rougon-Macquart, p. 222.

« Le jeune La Faloise semblait décidé à passer la soirée là, inquiet pourtant, rentrant ses longues jambes, parce que toute une portée de petits chats noirs s’acharnait autour de lui, tandis que la chatte, assis sur son derrière, le regardait de ses yeux jaunes. »75

49L’animal pelotonné dans sa corbeille est un ami intime, gardant toutefois son mystère. L’éloge du chat noir se retrouve également dans un court essai de Théodore de Banville : « noblesse, respect de soi-même, élégance » dans tous les cas qu’il soit sur le « tapis moelleux » d’un poète ou sur le « carreau rougi » d’un vieux logis ; plus loin, il évoque le chat de la Comédie française qui vient au secours de la grande tragédienne Rachel dans le premier acte de Judith :

  • 76 Banville Théodore de, Le chat, p. 123 et 135.

«… Maigre, efflanqué, noir, terrible, charmant ! »76

  • 77 Melandri A., Lady Vénus, p. 194. La paternité de cette image du chat électrique revient à Baudelai (...)

50Achille Melandri, compagnon des Hydropathes, l’un des fondateurs du célèbre Chat noir de Montmartre, conçoit en 1884 une véritable « parabole » autour de Charles Cros et de la « fée » électricité dans laquelle excelle le modèle du chat noir, Belphegor, un « matou » attaché à son maître. « Cros passa plusieurs fois sa main à rebrousse-poil sur le dos du chat. Des étincelles électriques en jaillirent. Le savant continua ses passes. De petites flammes brillèrent le long de l’épine dorsale de l’animal. Enfin, tout à coup, Belphégor nous apparut hérissé, lumineux, splendide ! Chacun de ses poils terminés par un petit soleil aussi éclatant que les réverbères de l’avenue de l’Opéra »77. Les bienfaits tout allégoriques du chat noir sont désormais célébrés comme ceux d’un ami de l’homme. Les poésies d’Alfred Ruffin sont dans le même ton : le chat noir n’est plus que suggéré comme un animal mystérieux et magnifique à la fois ; c’est tout d’abord le « chat absent » qui inspire le poète :

  • 78 Ruffin A., Poésies variées et nouveaux chats, p. 145-6.

« Jamais il ne se trouva/telle panthère à peau d’ébène/dans toute l’île de Java. Ses yeux lancent des feux si rares/que dans son coin quand il fait noir/pourraient s’égarer les cigares/le prenant pour un allumoir. »78

51Georges Docquois souligne le mimétisme entre Bourget, « un grand chat noir efflanqué de vieillesse » et son maître, le poète François Coppée :

  • 79 Docquois G., op. cit., p. 69-70.

« Ce chat d’académicien,/ Bourget, le Chevreul de l’espèce,/n’a plus de dents et ne dépèce/les souris qu’en rêve. Plus rien/ne l’intéresse, cet ancien/qui somnole dans sa robe épaisse/ce chat d’académicien,/Bourget, le Chevreul de l’espèce. »79

52À la fin de la période, le poème d’Edmond Rostand, le petit chat, apparaît comme une consécration :

  • 80 Rostand E., Les musardises, p. 81-83.

« C’est un petit chat noir, effronté comme un page/on dirait un joli presse-papiers vivant. »80

 

53Deux générations d’écrivains ont suffi pour débarrasser l’animal noir de ses défauts les plus criants (fourberie et sournoiserie) qui se sont transformés en qualité à la fin du siècle au nom de la liberté individuelle. À cause de certaines de ses caractéristiques (iris très réactif à la lumière, fourrure chargée d’électricité statique, caractère facétieux), le chat noir a continué d’être associé à des créatures surnaturelles. Il est ainsi capable de se métamorphoser, de se réincarner en femme ou en esprit « malin », s’attirant la confiance des hommes pour voler leurs apparences et leurs capacités.

  • 81 Voir Khaitzine R., Fulcanelli et le cabaret du chat noir : histoire artistique, politique et secrè (...)

54Faut-il croire Rodolphe Salis, le créateur du Chat noir, le cabaret des poètes et écrivains à Montmartre crée en novembre 1881 au 84, boulevard de Rochechouart, qui prétend avoir donné ce nom au célèbre café littéraire en raison de l’entrée inopinée d’un chat noir lors de l’installation dans les lieux81 ? L’avènement du chat noir comme monument littéraire fait-elle évoluer la représentation poétique de l’animal ? Poncif ou lieu commun, l’image est toujours aussi forte : le chat noir garde son mystère. La mode romantique ne réussit qu’à moitié à supprimer les vieilles superstitions. Le siècle aura néanmoins posé l’interrogation première : l’homme moyen peut-il vivre en compagnie de cet animal ? La sensibilité des hommes du siècle a commencé à évoluer : l’émotion fondamentale suscitée par l’animal n’associe plus systématiquement le calme, la duplicité et la férocité implacable dans un être gracieux susceptible de se transformer à tout moment. Dans un être maléfique ou chez l’ami des hommes, la couleur noire, alliée au comportement souvent étrange d’un compagnon lointain et familier à la fois, n’est pas parvenue en un siècle d’évolution à orienter la sensibilité collective vers l’ailurophilie. Tout au plus et de façon marginale, quelques auteurs ont-ils entrepris la domestication de l’animal alors présenté sous un jour amical mais on ne peut parler d’un véritable renversement de sensibilité.

55L’aspect politique du symbole n’est pas à négliger : l’animal diabolique, du coup mal considéré par les églises chrétiennes, devient un enjeu dans la lutte anticléricale menée par certains mouvements anarchistes. Le chat noir devient bien malgré lui l’emblème d’une littérature et d’un art non conformiste, hostile à tous les pouvoirs, en quête de sensations nouvelles. La fin du siècle voit le chat devenir objet de publication à la mode, qu’il s’agisse du chapitre spécial de l’anthologie de Georges Docquois sur les animaux et les écrivains parue en 1896 ; de l’ouvrage de luxe à caractère encyclopédique de Paul Megnin Notre ami le chat qui reprend l’œuvre de Champfleury et auquel Édouard Manet s’associe ou bien des Chats-Dessins sans paroles de SteinlenLa fin du siècle apparaît bien à cet égard comme une époque charnière : l’animal maléfique, souvent victime injuste des hommes, est devenu le compagnon non-conformiste des écrivains et des artistes, mais sa mutation en animal fétiche attendra le xxe siècle avec Loti, Colette et Cocteau.

Bibliographie

Bobis Laurence, Les neuf vies du chat. Paris, Gallimard, 1991, 160 p. 

Bobis Laurence, Une histoire du chat. Paris, Point histoire, 2006, 352 p.

Cachin Françoise, Édouard Manet. J’ai fait ce que j’ai vu, Gallimard, 1990, 160 p.

Chevalier Arthur, Le cahier rouge des chats. Anthologie. Paris, 2015, 368 p.

Docquois Georges, Bêtes et gens de lettres. Paris, 1896, 329 p.

Fleury Georges, La belle histoire de la SPA de 1845 à nos jours. Paris, Grasset, 1995, 331 p.

Jalel Hela, La figure du chat dans l’imaginaire en général et dans l’imaginaire anarchiste en particulier. Université Toulouse Le Mirail 1998. Nouveaux modèles féminins, n° 85

Hamon Philippe et Riboud Alexandrine, Dictionnaire thématique du roman de Mœurs, 1850-1914. Paris, 2003.

Khaitzine Richard, Fulcanelli et le cabaret du chat noir : histoire artistique, politique et secrète de Montmartre, éd. Ramuel, 1997, 336 p.

Larrea Esperanza Bermejo (dir.), Regards sur le locus horribilis. Manifestations littéraires des espaces hostiles. Colloque de Saragoza, 2012.

Laroche Robert de, L’enchatclopédie. Paris-Québec, L’archipel, 2010, 160 p.

Megnin Paul, Notre ami le chat : les chats dans les arts, l’histoire, la littérature, histoire naturelle du chat, les races de chats () le chat devant les tribunaux, chats modernes. Paris, 1899, XXIV-264 p.

Notes

1 La première traduction française paraît à Paris en 1829 chez Renduel.

2 Dumersan, Benoit ou le pauvre de Notre-Dame, p. 29.

3 Nodier C., L’infernalia, p. 26.

4 Kock P. de, Le barbier de Paris, tome 2, p. 169.

5 Boucher de Perthes J., Chants armoricains ou souvenirs de Basse-Bretagne, p. 49.

6 Hugo V., Notre-Dame de Paris, p. 159. Voir F. Armengaud, L’animalité selon V. Hugo : un « alphabet formidable et profond », colloque Université Paris VII, L’animal du xixe siècle, 2008.

7 Borel P., Champavert : contes immoraux, p. 188.

8 Nodier C., La fée aux miettes, chapitre XV, p. 204.

9 Balzac H. de, Les contes bruns, p. 121.

10 Balzac H. de, Le médecin de campagne, tome 1, p. 26.

11 Gautier T., Albertus ou l’âme et le péché : légende théologique, p. 301.

12 Ibid., p. 355.

13 Deburau, Histoire du théâtre à quatre sous pour faire suite à l’histoire du théâtre français, p. 238.

14 D’Arlincourt Vicomte de, Les écorcheurs ou l’usure et la peste : fragments historiques, p. 16.

15 Leuven A. de et Forges A., Une femme est un diable, p. 11.

16 Dumas A., Impressions de voyage : en Suisse, p. 322.

17 Sand G., Lettres d’un voyageur, p. 78.

18 Dupin H., Le chat noir, p. 16.

19 Châteaubriand A. de, Mémoires d’outre-tombe, p. 204. L’histoire est reprise plus tard par Champfleury.

20 Rabou C., Capitaine Lambert, p. 122-123.

21 Sand G., Mouny-Robin, p. 59.

22 Feuillet O., Vie de Polichinelle et ses autres aventures, p. 99 et sq.

23 Dumas A., Les Mille et un fantômes, p. 281-284.

24 Sue E., Les mystères du peuple, p. 552.

25 Ibid., p. 557.

26 Montepin X. de, Mademoiselle Lucifer, p. 67.

27 Dumas A., La boule de neige, p. 74.

28 Saintine Fr.-X., Antoine, l’ami de Robespierre… récits des tourelles, p. 166-167.

29 Erckman-Chatrian, Crispinus ou l’histoire interrompue, Le Monde illustré, n° 103, p. 215.

30 Erckman-Chatrian, L’ami Fritz, p. 30.

31 Féval P., Le vampire, p. 129.

32 Dumas A., Le docteur mystérieux, p. 32.

33 Mérimée P., Dernières nouvelles, p. 147.

34 Hugo V., Quatre vingt treize, p. 120.

35 Luzel Fr.-M., Veillées bretonnes, p. 134-5.

36 Baur Prosper, Les légendes et souvenirs d’Alsace, p. 87.

37 Luzel Fr.-M., Contes populaires de Basse-Bretagne, p. 134-166.

38 Rollinat M., Les névroses, p. 268 et 323.

39 Maupassant Guy de, Misti, Le Gil Blas du 22 janvier 1884, p. 1.

40 Mirbeau O., Rabalan, Le Gil Blas, 30 novembre 1886, p. 1.

41 Mirbeau O., Le jardin des supplices, p. 237.

42 Docquois G., Bêtes et gens de lettres, p. 233. Il s’agit de Jean Jullien, (1854-1919), critique de théâtre, dramaturge, auteur de 3 pièces entre 1887 et 1890 pour le théâtre libre d’Antoine à Paris.

43 Soulié F., La Serafina, p. 133.

44 Sandeau J. et Houssaye A., Les revenants, p. 107.

45 Le docteur Étienne Pariset (1770-1847) contribue à porter la loi devant l’assemblée en 1844 (voir Fleury Georges, La belle histoire de la SPA de 1845 à nos jours).

46 Sand G., Les beaux messieurs du Bois-Doré, p. 49.

47 Comtesse de Ségur, Un bon petit diable, p. 144-166.

48 Féval P., La ville-vampire, p. 154.

49 Lautréamont, Chants de Maldoror, p. 291-292.

50 Flaubert G., Bouvard et Pécuchet, p. 372-373.

51 France A., Jocaste et le chat maigre, p. 194.

52 Frères Goncourt, Journal, mémoires de la vie littéraire, p. 102.

53 Fabié F., Buscaillette- Buscaillou, Le Figaro, supplément littéraire, 30 avril 1892.

54 Mallarmé S., Vers et prose, La pipe, p. 117.

55 Block A., Le népenthès, p. 428.

56 Sue E., Les mystères de Paris, p. 29.

57 Il s’agit du célèbre tableau d’Édouard Manet peint en 1863 qui représente la courtisane Victorine Meurent : La présence du chat noir est considérée ici comme un symbole de lubricité (voir Françoise Cachin, Édouard Manet. J’ai fait ce que j’ai vu, p. 56 et 130).

58 Voir Arène P., Parnassiculet contemporain : recueil de vers nouveaux, dessin page de garde.

59 Champfleury, Contes de printemps : les aventures de Mademoiselle Mariette, p. 69-70.

60 Gaboriau É. de, La vie infernale, p. 46.

61 Boisgobey F. de, Chevalier casse-cou-2-la chasse aux ancêtres, p. 25.

62 Devinat E., Livre de lecture et de morale, p. 9-10.

63 Voir Caron P., Lilith ou la danseuse de Mallarmé réincarnée, vol. 131, p. 88-104.

64 Renard Jules, Journal, p. 84.

65 Docquois G., op. cit., p. 69 et 117.

66 Balzac H. de, Les peines de cœur d’une chatte anglaise, extr. Des Scènes de la vie privée et publique des animaux, p. 69 et sq.

67 Monselet C., La lorgnette littéraire, p. 62.

68 Féval P., Les errants de la nuit, p. 143.

69 Gautier T., Capitaine Fracasse, p. 379-382.

70 Gautier T., Ménagerie intime, p. 39-46.

71 Champfleury, Les chats : histoire-mœurs-observation. Voir p. 52 au sujet d’une enseigne de confiserie à Paris rue des Lombards.

72 Stahl P-J., Journal de Minette, p. 41.

73 Cros C., Le coffret de Santal, p. 158-160.

74 Zola E., La faute de l’abbé Mouret, extr. Les Rougon-Macquart, p. 340.

75 Zola E., Nana, extr. Les Rougon-Macquart, p. 222.

76 Banville Théodore de, Le chat, p. 123 et 135.

77 Melandri A., Lady Vénus, p. 194. La paternité de cette image du chat électrique revient à Baudelaire dans les Fleurs du Mal où le brillant des yeux le dispute avec la cambrure du dos : « leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques/et des parcelles d’or ainsi qu’un sable fin /étoilent vaguement leurs prunelles mystiques ».

78 Ruffin A., Poésies variées et nouveaux chats, p. 145-6.

79 Docquois G., op. cit., p. 69-70.

80 Rostand E., Les musardises, p. 81-83.

81 Voir Khaitzine R., Fulcanelli et le cabaret du chat noir : histoire artistique, politique et secrète de Montmartre, p. 86.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search