Version classiqueVersion mobile

Les sociétés populaires à travers leurs procès-verbaux

 | 
Serge Bianchi

Les procès-verbaux des Jacobins de Crépy-en-Valois, Compiègne et Reims : approche comparée de leur édition

Jacques Bernet

Résumé

En nous appuyant sur les exemples de trois villes dont les sources correspondantes ont été conservées dans leur intégralité, Crépy-en-Valois, Compiègne et Reims, nous nous sommes efforcé de démontrer l’intérêt de la publication critique et de l’exploitation historique des procès-verbaux des clubs de Jacobins ou sociétés populaires de la période révolutionnaire. Leur étude comparée révèle des points communs, mais aussi et surtout d’appréciables différences, selon la taille des villes, leur profil et leur situation politique à divers moments de la période, qu’il s’agît des conditions de création des clubs, de leurs effectifs et de leur composition, de leurs options politiques, du moment de leur disparition et de leurs prolongements après leur interdiction formelle. Les procès-verbaux des clubs de Crépy-en-Valois et de Compiègne ont été publiés par les Éditions du CTHS respectivement en 2007 et 2011, dans la série « Procès-verbaux des sociétés populaires » de la collection des documents inédits correspondante. Ceux des Jacobins de Reims, dont la transcription a été achevée en 2015, devraient les y rejoindre, quand les conditions de leur publication seront à nouveau réunies.

Texte intégral

  • 1 J. Boutier et P. Boutry (dir.), Atlas de la Révolution française, t. VI : Les sociétés politiques.
  • 2 Série Procès-verbaux des sociétés populaires, dont 5 volumes ont été publiés à ce jour : Crépy-en-V (...)

1Né dans la foulée du bicentenaire de 1789, marqué par les synthèses des onze volumes de l’Atlas de la Révolution française, notamment son tome 6, coordonné par Jean Boutier et Philippe Boutry, sur les sociétés politiques1, le projet d’édition des procès-verbaux de clubs de la décennie révolutionnaire lancé par le Comité des travaux historiques et scientifiques en 2004 a renoué avec une tradition éditoriale fondée par la Commission Jaurès au début du xxe siècle, avec la publication des cahiers de doléances de 1789. Il a trouvé naturellement sa place dans la collection des « Documents inédits sur l’histoire de France » conduite par notre vénérable institution, en particulier pour les périodes médiévale et moderne2.

  • 3 J. Bernet (éd.), Procès-verbaux de la société populaire de Crépy-en-Valois (Oise) : septembre 1793- (...)
  • 4 J. Bernet (éd.), Procès-verbaux des clubs de Jacobins de Compiègne (Oise) : mars 179-avril 1795.

2Ayant moi-même inauguré cette nouvelle série en 2007 par l’édition des procès-verbaux de la société populaire de Crépy-en-Valois3, prolongé l’expérience par celle des procès-verbaux des clubs de Jacobins de Compiègne en 20114, je m’apprête à y ajouter, avec le concours de Fabrice Perron, la publication monumentale des riches et copieux procès-verbaux des Jacobins de Reims. De cette triple expérience, il m’a paru intéressant de tirer de premières leçons, me situant dans une approche comparée de ces cas spécifiques, chaque fois différents en dépit d’une certaine proximité géographique. Ceci dans le but de nous aider à élargir et à justifier nos choix d’avenir pour ce beau chantier de recherche et de production d’une source de premier ordre, tant pour la décennie révolutionnaire que pour l’histoire politique, sociale et culturelle de notre pays.

Un choix géographique déterminé par les fonds conservés

  • 5 Sous la conduite de J. Boutier et P. Boutry, en vue du t. 6 de l’Atlas de la Révolution française. (...)
  • 6 Des trois registres de procès-verbaux du club, on ne trouvait aux Archives départementales de l’Ois (...)

3L’enquête conduite dans les années 1980 sur le réseau des sociétés politiques de la décennie révolutionnaire en Champagne-Ardenne et en Picardie5 m’avait révélé la forte disparité des fonds conservés des clubs : théoriquement versés aux administrations de district en l’an III, on devrait les retrouver en série L des archives départementales, mais pour des raisons politiques compréhensibles, maintes sociétés se sont soustraites à leurs obligations de la période thermidorienne et une majorité des fonds se sont évanouis, ont été détruits ou mutilés, parfois emportés par des clubistes craignant pour leur sécurité, ou ont été victimes de négligences. Les pertes et destructions des siècles suivants ont encore appauvri ces fonds émiettés, même si quelques restitutions exceptionnelles ont permis d’heureuses reconstitutions, comme ce fut le cas à Compiègne, à l’occasion du bicentenaire de 17896. De ce fait, les deux plus riches corpus rencontrés dans les sept départements visités se trouvaient, non dans les archives départementales, mais dans les fonds communaux de Crépy-en-Valois et de Reims.

4Crépy-en-Valois, aujourd’hui modeste chef-lieu de canton du sud de l’Oise, longtemps dépourvu de véritable service d’archives, conserve un beau corpus, resté longtemps méconnu : les deux registres de délibérations de la société populaire en 1793-1795, ceux de ses nombreux comités, des liasses de correspondances, miraculeusement épargnés dans des conditions précaires.

  • 7 Les archives communales, autrefois (mal) conservées au sous-sol de la bibliothèque Carnegie du cent (...)
  • 8 Notamment de Gustave Laurent (18 ? -1949), grand historien jacobin de la Révolution dans la cité de (...)

5Abrité de nos jours dans les nouveaux locaux des archives communales et communautaires de la ville7, tout récemment reclassé et répertorié, le monumental fonds de la société populaire et des comités révolutionnaires de Reims était bien connu des chercheurs locaux et des spécialistes du jacobinisme, qui l’ont déjà largement exploité8. L’ampleur même du fonds a longtemps découragé les historiens soucieux de sa mise en valeur, notamment par l’édition intégrale des procès-verbaux contenus dans quatre copieux registres de novembre 1790 à mars 1795 ; cette source irremplaçable est complétée par les registres des nombreux comités, ceux des assemblées et comités révolutionnaires des huit sections de la ville en 1793-1795 et par quatorze liasses de correspondances reçues par le club en ses cinq années d’activité. Nous travaillons depuis trois ans, Fabrice Perron et moi-même, sur ce véritable trésor archivistique.

  • 9 Sous la réserve d’une dizaine de pages soustraites au troisième registre du club, correspondant aux (...)
  • 10 Confectionnée en exécution du décret thermidorien du 25 vendémiaire an III, encadrant plus strictem (...)

6La sous-série 3 L des Archives départementales de l’Oise possède désormais l’intégralité9 des trois registres de procès-verbaux des clubs de Jacobins qui se sont succédé à Compiègne de mars 1791 à avril 1795. Le même fonds conserve la liste originale manuscrite des membres de la société populaire en brumaire an III10, ainsi que des papiers et correspondances adressés aux Jacobins de Compiègne en la période. Nous avions l’équivalent à Senlis, mais notre meilleure connaissance du contexte compiégnois a déterminé notre choix.

Trois villes, trois contextes différents

  • 11 Le duc d’Orléans, futur Philippe Égalité, s’était d’ailleurs fait élire, non sans intrigue, représe (...)

7Ces trois exemples franciliens et champenois ont pour point commun leur forte tradition royale ou princière, puisqu’il s’agit de Reims, la ville des sacres ; pour Compiègne, d’une cité marquée et vivifiée par les séjours royaux ; tandis que l’ancienne capitale du Valois était un fleuron de l’apanage d’Orléans11. Mais à la fin du xviiie siècle leurs situations avaient passablement évolué.

8Crépy, capitale historique du Valois, avait subi un inexorable déclin, perdant une notable partie de ses fonctions administratives et judiciaires au profit de Villers-Cotterêts, avec son château princier et son nouveau bailliage. Située désormais à l’écart de la grande route royale Paris-Reims, au cœur d’un riche plateau agricole, grenier à blé de la capitale, ce n’était plus à la veille de la Révolution qu’une modeste bourgade de 2 000 âmes, réduite au plan économique à son artisanat et à son commerce local. Crépy obtint cependant en 1790 l’un des neuf chefs-lieux de district du département de l’Oise.

  • 12 Grâce à l’annexion du Petit-Margny et du vaste faubourg maraîcher de Saint-Germain en janvier 1791.
  • 13 Compiègne dépendit du diocèse de Soissons jusqu’en 1790.

9Compiègne, réputée « très fidèle au roi et au règne », comptait environ 7 500 habitants en 179112. Carrefour fluvial et commercial, elle devait sa croissance au xviiie siècle aux fréquents séjours de chasse et aux camps militaires du roi et de la Cour. Louis XV embellit la ville, surtout par la reconstruction complète du château, tout juste achevée à la veille de la Révolution. L’on envisagea même d’y réunir les états généraux au printemps 1789, alors que Compiègne, dépendant du bailliage de Senlis, n’y eut même pas de députation directe à Versailles. Devenue chef-lieu de district en 1790, Compiègne, dépourvue de cathédrale13, dut se contenter d’un éphémère alternat avec Beauvais, cité épiscopale, pour le chef-lieu du département de l’Oise.

  • 14 Villes ligueuses au xvie siècle, Troyes et Reims avaient perdu sous Henri IV leurs fonctions de cap (...)
  • 15 L. A. Hunt, Revolution and urban politics in provincial France, Troyes and Reims. À la veille de la (...)
  • 16 Le Journal de Reims, hebdomadaire fondé en 1772. Les Affiches de Compiègne et du Beauvaisis paruren (...)

10Reims, avec plus de 30 000 habitants comme à Troyes, était une importante capitale régionale, à la vocation plus spirituelle et religieuse qu’administrative14, d’autant que la tradition du sacre des rois de France censée remonter à Clovis conférait à la cité une forte dimension symbolique nationale. Située au cœur d’un vignoble déjà réputé, c’était aussi une ville de tradition lainière, ouvrière et populaire, dont la manufacture avait été très touchée par la crise pré-révolutionnaire15. Dotée d’une université depuis le xvie siècle, pourvue d’une feuille périodique rayonnant sur la province16, la ville des sacres était marquée par les vifs contrastes sociaux entre ses élites aristocratiques, cléricales et marchandes contrôlant les pouvoirs locaux, et la masse ouvrière précaire, paupérisée et radicalisée par la crise. Pourvue en 1790 d’un simple chef-lieu de district du département de la Marne, Reims put néanmoins conserver sa cathédrale, promue métropole du Nord-Est.

Les conditions politiques de la création du club

  • 17 Alors que les Amis de la Constitution de Beauvais, plus précoces, issus d’un précédente « société b (...)

11Reims et Compiègne, villes restées ou devenues des centres administratifs locaux, se dotèrent d’un club de Jacobins de la première génération, respectivement à la fin novembre 1790 et au début de mars 1791, en l’occurrence d’une Société des amis de la Constitution affiliée d’emblée à la société mère parisienne, qui leur servit de modèle. Si les deux villes pouvaient se prévaloir de traditions maçonniques bien établies, cette forme ancienne de sociabilité ne semble toutefois avoir joué aucun rôle direct17 dans l’acte de fondation du club, fruit de l’initiative d’une personnalité ou d’un groupe bien identifié, dans des circonstances politiques à chaque fois spécifiques.

  • 18 La doyenne des sociétés jacobines marnaises avait été établie en avril 1790.

12À Reims, les Amis de la Constitution, fondés le 30 novembre 1790, résultèrent de la fusion de deux clubs patriotiques, à l’initiative du brillant journaliste Nicolas Couplet, dit Beaucourt (1759-1814), réfugié de la révolution liégeoise, fondateur de La Correspondance générale de l’Europe en avril 1790. Avec six mois de retard sur Châlons-sur-Marne, chef-lieu du département18, Reims se rattacha au réseau jacobin national, au moment où apparaissaient les premières tensions suscitées par la Constitution civile du clergé, source d’une très grosse fracture des élites politico-administratives et de l’opinion dans la ville des sacres. Une scission précoce du club suscitée par Beaucourt, en janvier-février 1791, témoigna des divisions entre les patriotes, du fait de rivalités de personnes mais aussi de fortes divergences sur les questions religieuses. Réunifié en mars 1791, le club rémois fut l’instrument de la conquête du pouvoir local par les jacobins partisans de l’évêque et des curés constitutionnels, assurant la promotion de Beaucourt, élu procureur de la commune en novembre 1791. Maintenus et radicalisés par l’apport des volontaires nationaux, partisans de la guerre dans l’hiver 1792, les jacobins rémois placés en première ligne se mobilisèrent pour la patrie en danger jusqu’à et après la chute de la monarchie.

  • 19 La société de Noyon était attestée à partir de juin 1790, celle de Beauvais apparut en coïncidence (...)

13À Compiègne, la Société des amis de la Constitution avait été encore plus tardive, créée bien après celle de Beauvais, le chef-lieu du département, et même celle de Noyon19. L’initiative émanait d’un groupe de quarante-cinq notables patriotes, qui demandèrent l’agrément de la municipalité le 25 février 1791 et se réunirent dans l’hôtel de ville à partir du 4 mars. Cette fondation coïncida avec les conflits autour des serments à la Constitution civile du clergé, mais à la différence de Reims, l’affaire ne suscita pas alors de fracture majeure au sein du courant « patriote » dans une ville non épiscopale, où les prêtres séculiers s’étaient tous ralliés à la nouvelle organisation de l’Église. Le consensus apparent ne devait être mis à l’épreuve qu’à partir de l’été 1791, en contrecoup de la fuite manquée du roi arrêtée à Varennes, de la scission Feuillants / Jacobins, conduisant à l’hémorragie du club compiégnois. Radicalisé mais massivement déserté par les modérés dans l’automne-hiver 1791-1792, le club dut suspendre provisoirement ses séances en mars-avril 1792, pour ne renaître qu’après la chute de la monarchie, sous le nom d’Amis de la République, le 22 septembre 1792.

  • 20 E. Saunier, E. Wauters, Procès-verbaux de la société populaire de Montivilliers.

14Crépy-en-Valois, à l’instar de Montivilliers20, ne fut vraiment touché par le jacobinisme qu’en sa deuxième période, celle des sociétés populaires de 1793-1795. La ville et son ressort avaient été le seul district de l’Oise resté totalement dépourvu de club politique sous la monarchie constitutionnelle, les patriotes modérés contrôlant les pouvoirs locaux depuis 1789 et n’estimant sans doute pas cet établissement nécessaire. L’initiative fort tardive de la création d’une société, le 9 septembre 1793, par cinquante-trois citoyens de la ville et alentours, fut en fait impulsée par les représentants en mission Collot d’Herbois et Isoré, qui terminèrent leur vigoureuse reprise en main des autorités constituées de l’Oise par un bref séjour à Crépy à la fin de l’été 1793. Ils y maintinrent les autorités en place, établirent, comme en d’autres chefs-lieux, un « comité de salut public » aux pouvoirs de surveillance élargis, avant même la « loi des suspects », incitèrent aussi les autorités révolutionnaires locales à créer un club.

  • 21 La société mère parisienne n’affiliant plus les clubs urbains créés après les 31 mai-2 juin 1793.
  • 22 À l’instar du Senlisis contigu, cependant déjà touché par le phénomène jacobin dès 1791, le distric (...)

15Fondée trop tard pour se rattacher au réseau jacobin national21, la société populaire de Crépy-en-Valois fut présidée dans ses quatre premiers mois par le maire, l’avocat Jean-François Tardu. Elle apparut d’emblée comme une institution révolutionnaire bien structurée, fonctionnant en parfaite symbiose avec la municipalité, le comité de surveillance et le district. Elle essaima aussi rapidement dans tous les chefs-lieux de canton du ressort crépinois, faisant paradoxalement du Valois rural, qui avait été totalement désert de clubs avant 1793, une terre de forte implantation jacobine à l’époque des sociétés populaires de l’an II22.

Les effectifs et la composition sociopolitique des trois clubs

16Sous leur dénomination commune, les clubs des trois villes ont aussi présenté des effectifs et des visages sociaux passablement différents, relevant de modèles sociopolitiques adaptés à des moments différents de la Révolution, mais correspondant aussi à des structures urbaines spécifiques.

  • 23 À leur apogée, en floréal an II (mai 1794), les Jacobins crépinois, bien optimistes, commandèrent d (...)

17Au regard de la modeste population de la commune, la société populaire de Crépy-en-Valois présenta, à l’instar de celle de Montivilliers, les plus gros effectifs, passant de 53 fondateurs début septembre 1793 à 176 membres le 3 octobre, pour culminer à quelque 300 admis à la veille de la première épuration du 21 frimaire an II (11 décembre 1793)23, soit plus de 20 % de la population masculine de la ville et des faubourgs proches.

18L’affiche de la liste arrêtée au 23 brumaire an III (13 novembre 1794) est réduite à 236 membres, compte tenu de l’exclusion des anciens prêtres en floréal et de l’érosion après le 9 Thermidor. Elle offre la composition classique du jacobinisme des petites villes, dominé par deux groupes : les professions libérales et administratives et autres « gens à talents » d’une part (30 %), d’où étaient issus les principaux animateurs du club ; les artisans et commerçants d’autre part (40 %), conformément à leur poids réel dans une cité réputée « très commerçante » ; en troisième position (15 %), les représentants du monde de la terre, vignerons, jardiniers et cultivateurs des faubourgs ruraux. La société populaire de Crépy était donc dominée par les classes moyennes sinon supérieures, excluant pratiquement les catégories vraiment populaires, présentes au mieux dans les « tribunes ». Il s’agit néanmoins d’un club assez ouvert, d’une société populaire de masse, mobilisant en 1793-1795 une part importante des citoyens de la ville et de ses alentours.

  • 24 158 membres cités sur la liste figurant en tête du premier registre des procès-verbaux du club en 1 (...)
  • 25 J. Bernet (éd.), Procès-verbaux des clubs de Jacobins de Compiègne, p. 96.
  • 26 Ibid., p. 629, 632.

19Dans une ville quatre fois plus peuplée que Crépy, les Jacobins de Compiègne ne rassemblèrent au mieux que la moitié des effectifs de leurs homologues crépinois, avec près de 160 admis au total dans la Société des amis de la Constitution en 179124. Ce chiffre, incluant des volontaires départementaux arrivés dans la ville après la fuite du roi, précéda l’hémorragie de l’automne-hiver 1791-1792, conduisant à la suspension du club au 1er mars 1792, « considérant que la froideur et la négligence de la majorité de ses membres entraîne sa ruine et peut établir un soupçon de leur incivisme25 ». Refondés le 22 septembre par une quinzaine de rescapés autour de l’imprimeur Bertrand, les Amis de la République, rebaptisés Société populaire au printemps 1793, ne devaient jamais retrouver les effectifs du club de 1791 : l’appel du 6 floréal an II (25 avril 1794) ne cite que 65 noms ; l’affiche du 18 brumaire an III (8 novembre 1794) n’en mentionne pas plus de 8226.

  • 27 De passage à Chauny (Aisne) en ventôse an II, un jacobin de Compiègne s’étonna des effectifs plétho (...)

20Le club compiégnois s’était pourtant ouvert un temps aux femmes, élisant même une vice-présidente en mars 1793, ainsi qu’aux jeunes, mais la société populaire de l’an II et l’an III, soumise à de drastiques épurations, fonctionna, à l’instar de ses consœurs de Bernay ou de Senlis, selon un modèle bien plus élitiste qu’à Crépy-en-Valois, Montivilliers ou Chauny27. La composition sociale du club compiégnois en l’an III resta néanmoins assez proche de celle de Crépy : quelque 29 % de « bourgeois », professions libérales ou administratives ; 39 % d’artisans et commerçants ; 5 % d’ex-noblesse et ci-devant clergé ; 4 % de laboureurs ; 18 % de militaires et seulement 2 % de salariés ou domestiques. Dans la Société des amis de la Constitution de 1791, bourgeois et professions libérales (21,5 %), noblesse et clergé (12 %) et militaires (18 %) avaient un poids plus important que les commerçants et artisans (15 %). On observe donc un glissement du centre de gravité du club vers la classe moyenne productive, au détriment des anciennes élites. Mais pas plus qu’à Crépy, la société dite populaire ne s’ouvrit vraiment aux classes les plus populaires, que l’on retrouve tout au plus comme spectateurs des « tribunes ».

  • 28 Conservée aux Arch. dép. Marne en 8L57.
  • 29 J. Bernet, « Le problème des sociétés sectionnaires sous la Révolution française : l’exemple de Rei (...)

21Qu’en fut-il des clubs de Reims, grande ville très populaire ? La liste des membres arrêtée au 22 brumaire an III (12 novembre 1794)28 fournit 345 noms, un chiffre appréciable cependant à rapporter à la population totale, et qui paraît en deçà de cités de même taille, telles Troyes ou Le Havre, où l’on admit plus de 600 membres, voire 1 000 à Rouen. Les effectifs jacobins rémois ont toutefois progressé, depuis les 42 fondateurs des Amis de la Constitution en novembre 1790, jusqu’aux 400 admis dans la société populaire à son apogée, au printemps 1794. Le club central de la ville subit toutefois la concurrence des assemblées des huit sections, accusées de vouloir s’ériger en sociétés populaires de quartiers en pluviôse an II29.

22La sociologie de la société rémoise, d’après la liste de brumaire an III, révèle le poids écrasant des artisans et des commerçants (66 %), dont une cinquantaine (15 %) étaient des fabricants textiles, y compris les plus riches et influents dans la cité, tel le futur maire Ponsardin. Loin derrière se trouvaient les professions intellectuelles et administratives (14 %), suivies des militaires (10 %), des vignerons, cultivateurs et jardiniers (4 %), précédant les représentants des véritables classes populaires dépendantes (3 %), salariés ou domestiques. Les Jacobins rémois ont donc été avant tout l’émanation de la classe moyenne et supérieure productive, au grand dam des ouvriers, qui se plaignirent amèrement d’être mis à l’écart et tentèrent parfois de s’investir plutôt dans les assemblées sectionnaires des quartiers populaires, tel Saint-Remi.

Des options politiques différentes

  • 30 Le décret de mai 1793 interdit aux autorités constituées de dissoudre les sociétés populaires, ce q (...)

23Les clubs de Jacobins eurent une place centrale dans la vie politique en la période, surtout à partir du printemps 1793, quand les sociétés populaires obtinrent le statut d’institutions révolutionnaires30, mais sans disposer de pouvoirs aussi redoutables que ceux des comités de surveillance. À leur apogée en l’an II, les clubs eurent avant tout un magistère idéologique et moral ; temples du verbe, il devinrent souvent des instruments efficaces du gouvernement révolutionnaire dans son objectif de mobilisation patriotique pour l’effort de guerre, tout en assurant un contrôle politique des citoyens et des administrations, dans le climat obsidional de la « mise à l’ordre du jour de la Terreur » ; d’où la fréquente mise en cause de leurs animateurs, au lendemain du 9 Thermidor, comme des « dominateurs », sinon des « terroristes ». Mais le rôle des clubs varia notablement selon les rapports de force locaux, en fonction des enjeux du moment, du lieu, dont l’importance stratégique était forcément plus grande à Compiègne ou à Reims qu’à Crépy-en-Valois.

24Ce modeste chef-lieu de district du sud de l’Oise était situé au cœur d’un pays de grande culture céréalière alimentant la capitale, ce qui explique sans doute la fréquence des débats dans le club crépinois sur les questions économiques et sociales, les réquisitions, le maximum, la limitation sinon le partage des grandes fermes. Les autorités municipales et de district contrôlèrent suffisamment la situation, notamment par le biais du club, pour pouvoir se passer totalement d’un détachement de l’armée révolutionnaire parisienne, à la différence de Senlis ou de Compiègne. La société populaire active et nombreuse apparut avant tout comme un instrument efficace de la propagande gouvernementale, dont elle suivit les fluctuations avec un parfait opportunisme, sans prendre de réelle initiative politique, comme en matière religieuse, où les Jacobins crépinois se rallièrent à la déchristianisation quand elle leur parut imposée par la Convention. Sans véritables enjeux de pouvoir, le club put ainsi s’éviter des règlements de comptes post-thermidoriens.

25À Compiègne, les luttes de pouvoir furent nettement plus prononcées. Les Amis de la République avaient été refondés en septembre 1792 par un noyau jacobin ayant pour chef de file l’imprimeur Bertrand, resté longtemps isolé dans une ville de tradition royale dominée par les modérés. Le club fut l’instrument de leur prise du pouvoir local à partir de l’automne 1792 et surtout de l’été 1793, quand Bertrand et ses amis rallièrent le club, la municipalité et le district hésitants à la Montagne.

  • 31 On peut ainsi penser à l’arrestation de carmélites de Compiègne, en prairial an II, suivie de leur (...)

26Confortés dans leurs places par les représentants en mission de passage dans l’Oise, Collot d’Herbois et Isoré, puis André Dumont, dont ils se firent les clients, les Jacobins compiégnois prirent l’initiative, après le feu vert de Dumont à l’automne 1793, d’une précoce et vigoureuse offensive déchristianisatrice, rebaptisant Compiègne « Marat-sur-Oise » en novembre. L’anti-catholicisme militant resta d’ailleurs leur constante marque de fabrique tout au long de l’an II31. Ils parvinrent également, au prix d’un sérieux bras de fer, à se débarrasser, en pluviôse an II, de la concurrence du détachement de l’armée révolutionnaire parisienne stationné dans le district depuis l’automne 1793, obtenant l’arrestation et le renvoi dans la capitale du commissaire civil et des officiers aux tendances hébertistes, avant même l’élimination des « factions » à Paris au printemps 1794.

27De ce fait, l’agent national du district Bertrand et le maire jacobin Scellier, s’appuyant sur une société populaire restreinte, verrouillée par les épurations et peuplée avant tout de leur clientèle, purent contrôler pleinement la situation et les pouvoirs locaux jusqu’au 9 Thermidor. Mais après cette rupture, la « domination » des ténors jacobins de l’an II leur fut vivement reprochée, conduisant le club au bord de la scission, jusqu’à leur éviction de la société populaire à la fin fructidor, en attendant leur remplacement dans les administrations locales par le représentant Druhle, à l’occasion des graves troubles frumentaires de nivôse an III.

28Reims occupait une position symbolique et stratégique de premier ordre dans la France révolutionnaire. Avec la proclamation de la République, la ville devait tourner la page du sacre des rois de France, ce qui fut symbolisé par le bris de la sainte ampoule sur le socle de la statue déboulonnée de Louis XV, sur l’ex-place Royale, à l’initiative du représentant Rülh, de passage à Reims le 8 octobre 1793. Mais son contenu, le saint chrême, fut sauvegardé et caché par le curé patriote de Saint-Remi, secrétaire de la très populaire section éponyme dite des sans-culottes, et interprète de la dévotion de ses paroissiens ouvriers.

29Aussi les Jacobins rémois, se heurtant à une sourde résistance catholique, tant dans les quartiers populaires de la ville que dans les campagnes du district, durent avancer avec une grande prudence en matière de déchristianisation à l’automne 1793. Il leur fallut l’appui du conventionnel et évêque abdicataire de l’Oise Massieu, en mission dans les Ardennes, pour pouvoir mettre en scène, à la date tardive du 30 frimaire an II (20 décembre 1793), la dédicace de la ci-devant cathédrale Notre-Dame à la Raison, au cours d’une fête grandiose présidée par le représentant. Désormais séparé en deux parties, l’édifice le plus emblématique de la ville fut ainsi réservé aux cérémonies civiques et décadaires dans sa nef, tandis que le chœur était réaménagé comme local de la société populaire : par cette double appropriation nationale et jacobine, l’ancienne cathédrale des sacres était ainsi républicanisée. Mais imposer le culte de la Raison et le décadi en proscrivant le catholicisme fut loin de faire l’unanimité du peuple rémois, et encore moins des villageois des campagnes alentour, qui manifestèrent ouvertement leur résistance à ces violences impolitiques.

30Par sa situation stratégique proche des frontières du nord-est, Reims se trouva aux premières loges lors de la crise de Varennes, en juin-juillet 1791, puis au moment de l’invasion prussienne à la fin de l’été 1792, où la ville fut un temps évacuée par ses administrations et le club suspendu jusqu’à la miraculeuse victoire de Valmy, dans l’Est du département. C’est dans ces heures dramatiques qu’on élut dans la cathédrale de Reims la délégation de la Marne à la Convention, dont l’ouvrier rémois Jean-Baptiste Armonville (1756-1808), candidat du club et par la suite son fidèle correspondant à Paris jusqu’en l’an III.

31L’effervescence patriotique s’accompagna de graves troubles, avec des massacres contemporains de ceux de Paris, le 3 septembre, un traumatisme dont on imputa plus tard bien abusivement la responsabilité à Beaucourt. Les autorités et les Jacobins rémois en tirèrent la leçon, persuadés de la nécessité de reprendre vigoureusement en main la situation, dans un climat de crise économique et sociale, amplifié par l’afflux constant des troupes de passage ou stationnées dans la ville. Cette situation obsidionale, marquée également par l’enrôlement de nombreux volontaires rémois, de l’été 1792 à l’été 1793, se prolongea jusqu’à la levée de la menace extérieure, avec les victorieuses contre-offensives du printemps et de l’été de l’an II.

  • 32 Le département de la Marne, sous l’influence des Ardennes et de la Côte-d’Or, eut début juin 1793 d (...)
  • 33 Voir J. Bernet, « Le problème des sociétés sectionnaires sous la Révolution française, l’exemple de (...)
  • 34 A. Babeau, Histoire de Troyes pendant la Révolution, t. 2.

32Privés des lumières de Beaucourt, appelé au département à l’automne 1792, les Jacobins rémois hésitèrent entre Girondins et Montagnards, avant de se rallier définitivement aux seconds le 20 juin 1793, coupant court, avec leurs confrères de Vitry et de Sézanne, aux flottements fédéralistes du département32. Bastion montagnard, le club rémois fut une société mère relais, qui essaima dans l’ensemble du district, créant et affiliant 25 clubs jusqu’en thermidor an II. À l’inverse, il défendit âprement son monopole urbain, combattant victorieusement la concurrence des huit assemblées sectionnaires qui tentaient de s’ériger en clubs de quartier, ce dont il obtint l’interdiction en pluviôse an II, au nom du décret du 14 frimaire, avec l’appui des Jacobins de Paris33. C’était une question d’unité politique, mais aussi un problème social : les sections étant bien plus différenciées, le club central tenu par la classe moyenne productive pouvait craindre l’opposition « exagérée » de quartiers ouvriers tel Saint-Remi, comme à Troyes, où les sections du Quartier bas étaient parvenues à faire élire, à l’automne 1793, un maire « sans-culotte » qui taxa lourdement les riches34.

  • 35 Publié tous les deux jours, sa rédaction avait été confiée à un ancien vicaire épiscopal marié, Bas (...)

33Forts de leurs appuis parisiens, les conventionnels montagnards du cru, Deville et Armonville, qui défendirent activement les intérêts de la ville auprès de la Commission des subsistances, les Jacobins rémois surent habilement déjouer toutes les tentatives d’épuration du club de la part des représentants en mission de passage, Rülh, Bô, Hentz, Massieu ou Pflieger, parvenant à placer leurs gens dans les postes clés, comme Coutier-Marion à la mairie. Ils confortèrent leur hégémonie politique en publiant de ventôse à prairial an II, à l’imitation de leurs confrères de Châlons-sur-Marne, un coûteux périodique imprimé, le Journal des Jacobins de Reims35. Cette feuille de propagande reprenant les procès-verbaux des séances servit avant tout l’effort de guerre, promouvant les collectes patriotiques pour l’équipement des bataillons rémois, l’armement de cavaliers jacobins ou le financement d’une frégate républicaine. Elle reflétait la ligne « moyenne » du club, toujours dans le droit fil de la politique nationale, mais sachant se démarquer des excès répressifs de la période, en prenant la défense officieuse de « patriotes opprimés », tels ses confrères Noël ou Beaucourt, en condamnant les outrances du jeune « terroriste » ardennais Mogue, un temps incarcéré à Reims, dès avant le 9 Thermidor.

La fin des sociétés en l’an III et leurs suites

34Généralement bien informées par leurs correspondants parisiens, toutes les sociétés se rallièrent avec une touchante unanimité à la découverte du prétendu complot de Robespierre et à son élimination après les journées des 9 et 10 thermidor an II, sans prendre toutefois d’emblée la mesure d’un tournant majeur qui allait conduire au déclin et à terme à la disparition des clubs au printemps de l’an III. Les soubresauts politiques post-thermidoriens et les conditions de suspension d’activité à Crépy et à Compiègne, ou de la fermeture imposée à Reims, n’ont pourtant pas été les mêmes.

35La société populaire de Crépy-en-Valois tint sa dernière séance publique le 1er floréal an III (20 avril 1795) devant une maigre assistance, au terme d’un long et inexorable déclin, entamé dès avant le 9 Thermidor, du fait de la mobilisation des bras pour la moisson, mais accéléré au lendemain de l’événement. On n’enregistra pourtant aucun conflit ouvert au sein du club, mais on assista plutôt à une démobilisation politique des citoyens désabusés, dans un contexte de crise économique et sociale croissante. Alerté par des signes inquiétants de retour du catholicisme dans le Valois, le représentant Drulhe n’eut même pas à y changer les autorités locales, le maire jacobin Tardu ayant donné préventivement sa démission le 22 pluviôse an III (10 février 1795). Le fondateur de la société populaire de 1793 devait cependant faire un retour contesté dès messidor an III, étant nommé administrateur du district par le représentant Dumont. Battu par son rival modéré, Delahante, pour la présidence de la municipalité cantonale en brumaire an IV (novembre 1795), le néo-jacobin Tardu rebondit comme commissaire de l’exécutif auprès du canton après le coup d’État de fructidor an V, et fut élu administrateur du département de l’Oise en germinal an VII (avril 1799), aux côtés de l’ancien conventionnel Jacques Isoré.

36À Reims, les Jacobins se prétendirent d’abord en phase avec le conventionnel marnais Charles Delacroix (1741-1805), venu purger, en fructidor an II, le département des Ardennes des « terroristes » avec lesquels ils avaient été eux-mêmes en conflit avant Thermidor. Au début de l’automne 1794, marqué par les signes avant-coureurs de la crise économique et sociale de l’an III, les adresses des sociétés d’Auxerre et de Dijon provoquèrent de vifs débats dans le club sur la poursuite du gouvernement révolutionnaire et la légitimité de l’organisation jacobine, débouchant finalement sur un alignement conformiste par rapport au cours thermidorien de la Convention. Les modérés mirent à profit le retour à Reims du représentant Bô pour lancer une offensive anti-jacobine dans la séance du 27 brumaire an III (17 novembre), particulièrement chahutée. La société fut suspendue par Bô, qui autorisa sa réouverture le 11 frimaire, en la limitant à trois séances par décade. Sur la défensive, les Jacobins rémois en sursis apportèrent encore leur soutien à Armonville, mis en cause à Paris en nivôse an III. Mais ils se cantonnèrent désormais pour l’essentiel à la distribution des maigres secours que pouvait fournir leur comité de bienfaisance débordé à la masse croissante des indigents au cours du terrible hiver de 1795, marqué par le froid, la faim, l’inflation et la misère populaire.

  • 36 En fait, la dernière séance consignée dans le quatrième registre du club fut celle du 23 pluviôse a (...)

37Le coup de grâce fut donné au club par le représentant Jean-Bernard Albert (1739-1807), envoyé en mission dans l’Aube et dans la Marne fin nivôse an III, et qui arrivé à Reims, en ordonna la fermeture le 23 ventôse an III (13 mars 1795)36. Il renouvela les autorités constituées de la ville et lança des poursuites contre les septembriseurs de 1792 et les « terroristes » de l’an II : le 30 germinal an III (19 mai 1795), « l’opinion publique » dressa une liste hétéroclite de 47 » terroristes à désarmer », comprenant Beaucourt et Armonville. Décrété de prise de corps le 6 thermidor an III (24 juillet 1795), comme responsable des massacres de septembre 1792, Beaucourt s’enfuit et ne remit jamais les pieds dans la ville. Les autres inculpés bénéficièrent d’un acquittement général de la part du tribunal criminel de la Marne le 25 vendémiaire an IV (17 octobre 1795). Amnistié et de retour à Reims au printemps 1796, Armonville devait alors être mis en cause avec Jean-Baptiste Drouet et d’anciens clubistes rémois lors de la répression de la conjuration de Gracchus Babeuf sous le Directoire.

38À Compiègne, la société populaire fit sa révolution de palais à la fin août 1794 : en rouvrant les admissions, l’afflux de nouveaux membres permit d’écarter du bureau les ténors jacobins de l’an II accusés de « domination » et de « dilapidation ». Ceux-ci tentèrent de reprendre le pouvoir, en adoptant une adresse dissidente au nom des « fondateurs de la Société populaire […] contre le modérantisme qui redresse la tête », mais les modérés parvinrent à convoquer une assemblée générale des habitants, le 1er vendémiaire an III (22 septembre 1794) où « 750 citoyens dont 130 ne sachant signer » désavouèrent le texte des « dissidents », qui furent contraints de se rétracter ou de démissionner.

  • 37 À l’image du maire Scellier de l’an II, élu président de la municipalité cantonale en novembre 1795 (...)

39À la fin septembre, Bertrand, Scellier et leurs amis quittèrent en bloc la société populaire, dont la composition et la couleur politique furent largement renouvelées. Cette défaite des hommes de l’an II rendit leur situation intenable dans leurs postes administratifs, d’autant qu’on leur attribuait la responsabilité de la crise économique et sociale. Il fallut cependant attendre la grosse émeute frumentaire du 24 nivôse an III (14 janvier 1795), pour que le représentant Philippe Drulhe (1754-1816) vînt en urgence renouveler de fond en comble les autorités constituées de la ville. Bertrand, réfugié à Paris, ne revint jamais à Compiègne ; ses proches furent écartés et les plus compromis désarmés comme « terroristes » en germinal an III. Mais la plupart devaient retrouver des fonctions publiques sous le Directoire ou le Consulat37.

40La société populaire modérée poursuivit ses séances jusqu’au 19 germinal an III (8 avril 1795). Ses effectifs étaient remontés à 82 membres le 18 brumaire (8 novembre 1794), mais bientôt l’assiduité fléchit, surtout dans le rude hiver de l’an III, où le club espaça ses séances dans la salle des gardes du château, dépourvue de chauffage. Comme à Reims, son activité se réduisit de plus en plus à la distribution de secours par le biais de son comité de bienfaisance, dont les ressources s’épuisèrent.

41Pleinement ralliée au cours thermidorien de la Convention, la société cessa de se réunir au début du printemps 1795, apparemment faute de combattants, du fait de la démobilisation politique des citoyens. Sa fermeture officielle n’intervint qu’à l’été, à réception du décret le 11 fructidor an III (28 août 1795) « portant que toute assemblée connue sous le nom de club ou de société populaire est dissoute ». À la différence de Reims et peut-être de Crépy-en-Valois, Compiègne ne créa pas de cercle constitutionnel néo-jacobin sous le Directoire, mais en dehors de Bertrand, qui poursuivit sa carrière d’imprimeur à Paris avant d’être intégré dans la police de Fouché, la plupart des ténors jacobins compiégnois de l’an II purent retrouver des fonctions publiques locales sous le Directoire et le Consulat.

*

42La publication scientifique de l’intégralité des procès-verbaux bien conservés des sociétés jacobines de ces trois villes à la fois proches et bien différentes, leur éclairage historique par le croisement des sources périphériques qui en restituent pleinement le contexte local et national, apportent ainsi une matière inédite particulièrement riche et précieuse pour les historiens de la période révolutionnaire et plus largement de la vie politique contemporaine de notre pays. L’élargissement géographique et la multiplication des cas d’espèces offriront des perspectives comparatives fécondes, permettant de renouveler et d’approfondir nos connaissances, nous aidant à mieux comprendre les enjeux et la complexité de périodes et d’objets aussi sensibles.

Bibliographie

Aulard François-Alphonse, La société des Jacobins, recueil de documents sur l’histoire du club des Jacobins de Paris, Paris, Le Cerf, 1889-1897, 6 vol.

Babeau Albert, Histoire de Troyes pendant la Révolution, Paris, Dumoulin, 1873-1874, 2 vol.

Bernet Jacques (éd.), Procès-verbaux de la société populaire de Crépy-en-Valois : septembre 1793-avril 1795, Paris, Éditions du CTHS (Documents inédits sur l’histoire de France ; série Procès-verbaux des sociétés populaires), 2007.

Bernet Jacques (éd.), Procès-verbaux des clubs de Jacobins de Compiègne (Oise) : mars 1791-avril 1795, Paris, Éditions du CTHS (Documents inédits sur l’histoire de France ; série Procès-verbaux des sociétés populaires), 2012.

Bernet Jacques « Le problème des sociétés sectionnaires sous la Révolution française : l’exemple de Reims, 1793-1794 », dans Actes du 111e Congrès national des sociétés savantes (Poitiers, 1986), vol. I, fasc. 2, Paris, Éditions du CTHS, 1986.

Bianchi Serge, Bernet Jacques, Pingué Danièle, Introduction : collection des Documents inédits sur l’histoire de France, section d’histoire moderne, de la Révolution française et des révolutions, série Procès-verbaux des sociétés populaires, Paris, Éditions du CTHS, 2009.

Biard Michel (éd.), Procès-verbaux de la société populaire de Honfleur (Calvados) : janvier 1791-février 1795, Paris, Éditions du CTHS (Documents inédits sur l’histoire de France ; série Procès-verbaux des sociétés populaires), 2011.

Bodinier Bernard et Goudeau André (éd.), Procès-verbaux de la Société populaire de Bernay (Eure) : 14 juillet 1790-9 mai 1795, Paris, Éditions du CTHS (Documents inédits sur l’histoire de France ; série Procès-verbaux des sociétés populaires), 2015.

Boutier Jean et Boutry Philippe (dir.), Atlas de la Révolution française, t. VI : Les sociétés politiques, Paris, EHESS, 1992.

Hunt Lynn A., Revolution and urban politics in provincial France, Troyes and Reims (1786-1790), Standford University Press, 1978.

Laurent Gustave, Reims et la région rémoise à la veille de la Révolution : la convocation des états généraux de 1789, Paris, Matot-Brune, 1930.

Saunier Éric et Wauters Éric (éd.), Procès-verbaux de la Société populaire de Montivilliers (Seine-Inférieure) : septembre 1793-mars 1795, Paris, Éditions du CTHS (Documents inédits sur l’histoire de France ; série Procès-verbaux des sociétés populaires), 2014.

Notes

1 J. Boutier et P. Boutry (dir.), Atlas de la Révolution française, t. VI : Les sociétés politiques.

2 Série Procès-verbaux des sociétés populaires, dont 5 volumes ont été publiés à ce jour : Crépy-en-Valois (2007), Honfleur, Compiègne (2011), Bernay, Montivilliers (2014).

3 J. Bernet (éd.), Procès-verbaux de la société populaire de Crépy-en-Valois (Oise) : septembre 1793-avril 1795.

4 J. Bernet (éd.), Procès-verbaux des clubs de Jacobins de Compiègne (Oise) : mars 179-avril 1795.

5 Sous la conduite de J. Boutier et P. Boutry, en vue du t. 6 de l’Atlas de la Révolution française. Je m’étais par ailleurs engagé depuis 1982 dans un travail universitaire resté inabouti sur la sociabilité politique révolutionnaire en Champagne et en Picardie.

6 Des trois registres de procès-verbaux du club, on ne trouvait aux Archives départementales de l’Oise que les deux derniers, plus le registre du comité de correspondance. Le premier couvrant la période capitale mars 1791-novembre 1793, longtemps conservé par des particuliers, a été heureusement restitué aux archives par son dernier détenteur à l’occasion du bicentenaire de la Révolution.

7 Les archives communales, autrefois (mal) conservées au sous-sol de la bibliothèque Carnegie du centre-ville de Reims, ont été exilées rue Fulton, dans la zone industrielle Farman, à la périphérie est de l’agglomération.

8 Notamment de Gustave Laurent (18 ? -1949), grand historien jacobin de la Révolution dans la cité des sacres.

9 Sous la réserve d’une dizaine de pages soustraites au troisième registre du club, correspondant aux séances de pluviôse an III. Mais on peut en restituer l’essentiel du contenu grâce au registre du comité de correspondance.

10 Confectionnée en exécution du décret thermidorien du 25 vendémiaire an III, encadrant plus strictement l’activité des sociétés, devenues en l’an II de véritables institutions révolutionnaires et désormais considérées comme de dangereuses rivales des autorités constituées.

11 Le duc d’Orléans, futur Philippe Égalité, s’était d’ailleurs fait élire, non sans intrigue, représentant de la noblesse du bailliage de Crépy en mars 1789.

12 Grâce à l’annexion du Petit-Margny et du vaste faubourg maraîcher de Saint-Germain en janvier 1791.

13 Compiègne dépendit du diocèse de Soissons jusqu’en 1790.

14 Villes ligueuses au xvie siècle, Troyes et Reims avaient perdu sous Henri IV leurs fonctions de capitales administratives au profit de Châlons-sur-Marne, devenu chef-lieu de la généralité de Champagne, resté par la suite le chef-lieu du département de la Marne, puis la capitale de la région Champagne-Ardenne.

15 L. A. Hunt, Revolution and urban politics in provincial France, Troyes and Reims. À la veille de la Révolution, la production lainière rémoise, plus archaïque, était le double de la production troyenne, tournée vers le coton et annonçant davantage l’avenir. G. Laurent, Reims et la région rémoise à la veille de la Révolution.

16 Le Journal de Reims, hebdomadaire fondé en 1772. Les Affiches de Compiègne et du Beauvaisis parurent en 1786-1788, à l’initiative de l’imprimeur Bertrand, futur ténor des Jacobins de la ville.

17 Alors que les Amis de la Constitution de Beauvais, plus précoces, issus d’un précédente « société bourgeoise » locale, louèrent leur premier local aux francs-maçons, ou que la filiation fut encore plus explicite à Vitry-le-François (Marne) entre une loge tardive (novembre 1790) et une société jacobine apparue en mars 1791.

18 La doyenne des sociétés jacobines marnaises avait été établie en avril 1790.

19 La société de Noyon était attestée à partir de juin 1790, celle de Beauvais apparut en coïncidence avec la préparation de la fête de la Fédération du 14 juillet 1790.

20 E. Saunier, E. Wauters, Procès-verbaux de la société populaire de Montivilliers.

21 La société mère parisienne n’affiliant plus les clubs urbains créés après les 31 mai-2 juin 1793.

22 À l’instar du Senlisis contigu, cependant déjà touché par le phénomène jacobin dès 1791, le district de Crépy connut en 1793-1794 la plus forte densité de clubs ruraux, avec des effectifs souvent spectaculaires correspondant davantage à ceux de l’assemblée de la communauté villageoise qu’à des clubs proprement dits.

23 À leur apogée, en floréal an II (mai 1794), les Jacobins crépinois, bien optimistes, commandèrent d’ailleurs 600 diplômes imprimés pour servir de cartes de membres.

24 158 membres cités sur la liste figurant en tête du premier registre des procès-verbaux du club en 1791-1792.

25 J. Bernet (éd.), Procès-verbaux des clubs de Jacobins de Compiègne, p. 96.

26 Ibid., p. 629, 632.

27 De passage à Chauny (Aisne) en ventôse an II, un jacobin de Compiègne s’étonna des effectifs pléthoriques du club, dans une ville de quelque 3 000 habitants, interprétés comme un signe de laxisme dans les admissions.

28 Conservée aux Arch. dép. Marne en 8L57.

29 J. Bernet, « Le problème des sociétés sectionnaires sous la Révolution française : l’exemple de Reims ».

30 Le décret de mai 1793 interdit aux autorités constituées de dissoudre les sociétés populaires, ce qui n’empêcha pas des représentants en mission de procéder à la dissolution de certains clubs pour mieux manipuler leur recréation à leur convenance, comme le firent les représentant en mission Bô, à Troyes en janvier 1794, ou Dumont, à Senlis en mars 1794.

31 On peut ainsi penser à l’arrestation de carmélites de Compiègne, en prairial an II, suivie de leur exécution à Paris lors de la Grande Terreur de messidor, mais cette triste affaire, en réalité plus parisienne que compiégnoise, émanait du comité de surveillance de la ville et ne fut même pas évoquée dans le club.

32 Le département de la Marne, sous l’influence des Ardennes et de la Côte-d’Or, eut début juin 1793 des velléités de résistance fédéraliste qui provoquèrent la suspension du procureur général syndic Beaucourt.

33 Voir J. Bernet, « Le problème des sociétés sectionnaires sous la Révolution française, l’exemple de Reims ».

34 A. Babeau, Histoire de Troyes pendant la Révolution, t. 2.

35 Publié tous les deux jours, sa rédaction avait été confiée à un ancien vicaire épiscopal marié, Bastien-Tonus, qui avait édité à Reims, depuis mars 1793, Le Manuel du citoyen.

36 En fait, la dernière séance consignée dans le quatrième registre du club fut celle du 23 pluviôse an III (11 février 1795), mais il est possible que les procès-verbaux des séances suivantes n’aient pas été retranscrits.

37 À l’image du maire Scellier de l’an II, élu président de la municipalité cantonale en novembre 1795 et nommé à nouveau maire de Compiègne au début du Consulat.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search