Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La France savante

 | 
Arnaud Hurel

Sciences et techniques en réseau dans la société

Le bref enseignement d’Yvette Cauchois au CNAM au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : forces en présence

Ginette Gablot

Resumen

En 1949, un complément à la chaire de Physique appliquée aux industries du vide et de l’électronique sur les Techniques de production et d’étude des particules élémentaires est créé au Conservatoire national des arts et métiers. Il est confié à une femme, une grande première. Physicienne, cette élève de Jean Perrin déclare forfait au bout de deux ans alors que le Commissariat à l’énergie atomique entre en force dans l’institution. Les conditions de ce bref passage montrent l’incidence de l’activité de recherche sur la carrière universitaire, l’évolution des parrainages scientifiques (Paul Langevin, Jean Cabannes, Frédéric Joliot), les enjeux d’école autour de la chimie physique, l’enchevêtrement des réseaux scientifiques et de résistance pendant l’Occupation et les interrogations morales face à la recherche nucléaire (correspondance avec Kathleen Lonsdale) dans cette période de redémarrage et de structuration de la recherche en France.

Texto completo

1En 1949, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) charge une universitaire de 40 ans de créer le cours sur les Techniques de production et d’étude des particules élémentaires en complément de celui de Physique appliquée aux industries du vide et de l’électronique. Le titulaire de la chaire, Georges-Albert Boutry, (1904-1983) rappelle que toutes les prévisions sur le développement « [des] applications pratiques de la physique nucléaire » sont largement dépassées.

  • 1 Arch. Cnam, Conseil d’administration du 29 avril 1949.

« Il est temps [maintenant] que son enseignement soit complété par des connaissances sur la structure interne de l’atome dont la physique nucléaire industrielle a désormais besoin. »1
« Modeste, prudent et souhaitable pour la formation des électroniciens qui se destinent à cette nouvelle branche. »

2Le programme présenté ne suscite aucun commentaire, pas plus que la nomination d’une femme, une grande première dans cet établissement vieux de plus de cent cinquante ans !

  • 2 C. Fontanon, A. Grelon, Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers : dictionnair (...)

3Le cours débute moins d’un mois plus tard le 17 mai 1949. Deux ans plus tard, Yvette Cauchois déclare forfait et n’en parlera plus jamais. La notice biographique à paraître dans le prochain volume des Professeurs du Conservatoire national des arts et métiers2 présente les grandes étapes de la carrière du futur directeur du Laboratoire de chimie physique créé par son mentor, Jean Perrin. Arrêtons-nous ici sur les conditions du recrutement de cette universitaire par une institution qui, au lendemain de la guerre, doit s’adapter à la nouvelle demande industrielle.

Une inconnue ?

  • 3 BnF, cote NAF 28161 déposé au musée Curie cote JC 3, 1948, « Semaine d’étude de la Physique des Mét (...)
  • 4 J. Friedel, Graine de mandarin, p. 164.

4Yvette Cauchois n’est pas une inconnue lorsqu’elle se présente devant le Conseil de perfectionnement du Conservatoire le 4 avril 1949. Un an plus tôt, elle y avait donné l’une des six « leçons de base » de la première « Semaine d’étude de la physique des métaux3 ». Cet événement, qui avait suffisamment marqué les esprits pour que Jacques Friedel le cite dans ses mémoires4. Il avait été organisé par le physicien André Guinier (1911-2000), chargé en 1945 d’apporter le complément en électronique que recherchait Boutry. Mais le « glissement d’orientation (de l’enseignement de Guinier) vers les applications des rayons X à la physique des métaux » venant de conduire à la rupture du contrat passé entre les deux hommes.

  • 5 Arch. Cnam, Conseil de perfectionnement, 10 janvier 1949. Pour Boutry, ce n’est pas le complément a (...)

5Cette référence n’est peut-être pas une recommandation5. Aucune source trouvée à ce jour ne nous permet de connaître de façon précise comment le choix du Cnam s’est porté sur Cauchois. Il ne nous reste donc à examiner les atouts en sa faveur.

Une chercheuse « de premier ordre »

  • 6 Y. Cauchois, Extension de la spectroscopie des rayons X. Spectrographie à focalisation par cristal (...)

6Après la licence ès sciences physiques obtenue à Paris à vingt ans, Yvette Cauchois fut admise au Laboratoire de chimie physique dirigé par Jean Perrin (1870-1942). La nouvelle méthode de spectroscopie X et l’obtention de spectres de rayons X de gaz réalisées pour sa thèse lui permirent de concevoir un spectrographe dont la qualité lui valut une renommée internationale6. Grâce à ce dispositif expérimental original, Yvette Cauchois et le chercheur roumain Horia Hulubei participèrent activement à la recherche des éléments chimiques transuraniens manquant encore dans le tableau de Mendeleïev. Ils étaient alors en compétition, entre autre, avec les chercheurs du laboratoire Curie de l’Institut du radium, leurs voisins les plus proches (voir fig. 1).

  • 7 Arch. Nat., Fonds CNRS 20070296/93, dossier Cauchois Yvette, informations communiquées par Martine (...)

7En 1933, déjà, Jean Perrin se félicitait de sa nouvelle recrue : « De premier ordre : a renouvelé la spectrographie des rayons X » et, de compléter en 1940 : « Physicienne de premier ordre (2 prix à l'Institut) », ce que confirma Louis Dunoyer, son successeur : « Ses travaux font autorité dans le domaine de la spectrographie des rayons X7 ».

  • 8 Dans la section « Optique ». M. Sonnet, « Combien de femmes au CNRS depuis 1939 ? », p. 59.
  • 9 D. Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours, p. 97.
  • 10 Edmond Bauer (1880-1963) créateur avec Louis Rapkine du Comité français pour l’accueil et l’organis (...)
  • 11 Arch. Académie des sciences, fonds Paul Montel 72 J.

8En 1945, plusieurs indices de la vie scientifique confirmèrent la stature scientifique de Cauchois qui fut l’une des cinq femmes à siéger au premier Comité national du CNRS8. À l’été, parmi les « cent-vingt-six Français bénéficiaires de la Mission scientifique en Grande-Bretagne […] elle put [elle]-même profite [r] des nouveaux développements de la science et de la technique anglaise […] (en visitant des laboratoires) et [a] pu ou [aura] pu influencer la science française, en la vivifiant9 ». Cauchois y rencontra son futur directeur, Edmond Bauer10 (1880-1963), « chargé d’une mission sur les recherches et l’enseignement de la physico-chimie », tandis que deux « anciens » du Laboratoire : Francis Perrin (1901-1992) et Pierre Auger (1899-1993), de retour des États-Unis, « (s) initiaient aux méthodes des recherches opérationnelles dans les services de guerre britanniques »11.

  • 12 12. Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, 190W3, lettre au Doyen, 13 novembre 1 (...)

9De nouveau à Londres et à Cambridge pour le Roentgen Jubilee, elle apprécia les « longs entretiens tellement précieux après tant d’années d’isolement » qu’elle put avoir avec les scientifiques présents, et séjourna chez la cristallographe Kathleen Lonsdale (1903-1971) avec laquelle elle noua des liens de confiance12.

  • 13 Arch. Collège de France, 14CDF58-f et 4 AP 520 : 21 janvier 1946, lettre de candidature de Cauchois (...)
  • 14 Académie des sciences, séance du 11 mars 1946, « Vie académique, Collège de France, Présentation », (...)

10À la fin de l’année, Paul Langevin l’encouragea à présenter sa candidature en seconde ligne derrière Francis Perrin pour le poste de professeur de Physique atomique et moléculaire venant d’être créé au Collège de France13. Tour à fait honorable, le résultat du vote, qui confirma la qualité de la candidate, n’améliora en rien sa situation14.

… dont la carrière stagne

11Bénéficiaire de la Caisse nationale des recherches depuis 1932, chef de travaux à partir de 1938, le vote ex-aequo pour la maîtrise de physique n’avait pas permis pas, en 1944, de départager Yvette Cauchois et Alfred Kastler, finalement choisi. L’année suivante, la toute nouvelle maîtrise de chimie physique lui revint sans discuter. Jean Cabannes (1885-1959), doyen de la Faculté des sciences de Paris, a rapporté de nombreuses fois sur les travaux de Cauchois. En 1944, il avait signalé à la Faculté son déficit de carrière induit par son activité de recherche. Se rappelant « l’avis extrêmement élogieux » qu’il avait donné dès sa première évaluation, il avait ajouté :

  • 15 Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, « Rapport sur les titres et travaux de Y. (...)

« Aussi [à l’époque] aurait-elle […] obtenu facilement une maîtrise de conférences dans une Faculté de province. Mais Jean Perrin jugea avec raison qu’elle ne devait pas interrompre des recherches dont on prévoyait déjà l’important développement et, pour la garder dans son laboratoire, il lui fit attribuer une bourse. »15

  • 16 Ce qui peut paraître paradoxal de la part de Jean Perrin pour qui la recherche est au cœur des vœux (...)
  • 17 Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, « Rapport sur la candidature d’Yvette Cau (...)

12Aujourd’hui, s’agit-il de la part de Cabannes d’une forme de compensation à cette carrière entravée16 ? Au plan symbolique, ne peut-on pas y voir de sa part une marque de reconnaissance envers « [l’]énergie [de Cauchois] qui a pu maintenir et développer la tradition de Jean Perrin » pendant la période de l’Occupation17 ?

La tradition Perrin

13La jeune Yvette avait découvert un Laboratoire de chimie physique fortement marqué par la personnalité du « maître » à l’apogée de sa carrière scientifique avec le prix Nobel de physique pour ses travaux sur la structure discontinue de la matière qui lui avait été décerné en 1928.

14Une photo (fig. 2) prise vers 1931 immortalise la recherche au laboratoire. Elle rassemble trois anciens normaliens : Jean Perrin, à sa gauche son fils Francis qui enseignera à l’Institut Henri Poincaré et, entre les deux, en arrière, le chef de travaux Pierre Auger dont la sœur épousera bientôt Francis. Nine Choucroun (1896-1978) cosigne les derniers articles scientifiques publiés par Jean Perrin. Choucroun et Pierre Girard gagneront bientôt l’Institut de biologie physico-chimique créé à l’initiative de Jean Perrin et de Georges Urbain, le directeur de l’Institut de chimie appliquée (aujourd’hui Chimie ParisTech). Présent, aussi, un ancien élève, René Audubert (1882-1957). Devenu directeur du laboratoire EHESS à l’Institut de chimie appliquée et chargé de travaux au Cnam depuis 1923, Audubert sera membre du Conseil de perfectionnement du Conservatoire en 1949.

15Comme tous, Yvette Cauchois participa au malstrom qu’avait su créer Jean Perrin autour sa personne, de son laboratoire, de la cité scientifique de la rue Pierre-Curie et, plus largement, de la recherche scientifique qu’il représenta dans la sphère politique, comme sous-secrétaire d’État en 1936.

  • 18 M. Charpentier-Morize, Jean Perrin savant et homme politique, p. 128-129 citant C. Marbo, À travers (...)
  • 19 Ginette Gablot, notes sur l’entretien avec Yvette Cauchois 8 juin 1993, Cahier 3/1993 - 12/1993, ms (...)

16Avec Nine Choucroun, l’autre « “travailleuse” sous la direction du Maître »18, elle offrit le thé aux scientifiques et aux personnalités du monde culturel fréquentant les réunions hebdomadaires du laboratoire. Plus pédagogique, tout l’été 1937, elle présenta son spectrographe au public qui visitait le Palais de la découverte qui venait d’ouvrir19.

17Rue Pierre-Curie (fig. 2), les échanges entre les différents laboratoires et instituts qui s’implantaient étaient quotidiens. Collaborations et rivalités scientifiques, trajectoires personnelles, influences institutionnelles et engagements sociaux et politiques se croisaient sur ce petit territoire conquis par la communauté scientifique en cours de reconnaissance.

  • 20 Arch. Nat., Fonds CNRS 20070296/93, dossier Cauchois Yvette (remarque manuscrite anonyme en tout pe (...)
  • 21 Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, 1945.

18Après avoir été fortement impliquée autour de Louis Rapkine dans l’accueil des scientifiques étrangers fuyant le nazisme, la rue Pierre-Curie se vida en partie de ses effectifs en juin 1940. A la rentrée, la direction du Laboratoire avait été déclarée vacante avec la retraite de Jean Perrin (réfugié à Lyon en compagnie de Nine Choucroun après l’échec de l’opération Massilia avant de partir aux États-Unis pour retrouver son fils et Pierre Auger). Après avoir enjoint Yvette Cauchois de reprendre son poste, l’Université lui demanda d’assurer la gestion du laboratoire en attendant la nomination du nouveau directeur. Le physicien lyonnais, Jean Thibaud, assura un court intérim avant l’arrivée en octobre 1941 de Louis Dunoyer (1880-1963), le tout nouveau président de la Société française de physique. Pendant cette période, « Mlle C. a rendu au labo de chimie physique le service éminent de faire qu'il ne soit pas entièrement volatilisé. Elle y a été l'élément d'ordre indispensable »20 tint à discrètement préciser un anonyme. Fin 1944, après la mise en disponibilité de Dunoyer, il fut demandé à Cauchois d’assurer l’enseignement de chimie-physique pendant le second semestre de l’année scolaire21, (comme elle l’avait fait déjà par deux fois), et de prendre la direction du « Service de la chaire de chimie physique » en attendant l’arrivée d’Edmond Bauer.

Le Cnam et ses instances en 1949

  • 22 Arch. Cnam, dossier Boutry, « Fernand Holweck et l’électronique française », leçon inaugurale donné (...)
  • 23 Arch. Cnam, CA 11/07/1947, cité par Thomas Le Bianic, Le Conservatoire des Arts et métiers et la «  (...)

19À l’université, on l’a vu avec Jean Cabannes, l’attitude pendant l’Occupation a pu être prise en considération dans les appréciations données. Qu’en est-il pour les autres membres du Conseil de perfectionnement ? G.-A. Boutry qui, en novembre 1944, avait consacré une part importante de sa conférence inaugurale à Fernand Holweck, le pionnier de la science du vide torturé à mort par la Gestapo, ne peut y être insensible22. Il en est sans doute de même pour Audubert, l’ancien élève de Jean Perrin qui, en 1943, a participé activement, sous la direction de Joliot, à l’exfiltration de Paul Langevin vers la Suisse en compagnie de Léon Denivelle, par ailleurs professeur de chimie tinctoriale du Cnam. Il n’est pas certain que, de leur côté, « les militaires présents au Conseil d’administration : l’amiral Lacaze et le général Dassault qui, [à une autre occasion] avaient déjà manifesté une nette préférence pour un (candidat) ancien résistant23 » se soient exprimés sur le recrutement d’une ancienne élève de Jean Perrin.

  • 24 Cnam, Conseil d’administration, 17 décembre 1941, « Suggestion de la délégation à l’équipement nati (...)
  • 25 Arch. Cnam, Conseil d’administration, 4 juillet 1942, « Projet de création d’une chaire des techniq (...)

20Par ailleurs, le besoin de nouveaux enseignements était pressant. Pour le Cnam, la chimie physique était un sujet sensible depuis 1941. Se disant préoccupée de la diffusion de cette discipline dans le tissu industriel, la Délégation générale à l’équipement national avait « suggér[é] » au Conservatoire la création d’un enseignement « s’inspirant du programme tracé dans ce but par le Pr Trillat, directeur de l’Équipement scientifique et technique24 ». Louis de Broglie, Jean-Jacques Trillat et René Dubrisay, professeur du Cnam, étaient cités dans le détail du projet. Le Conseil n’avait pas manqué de réagir, considérant que des enseignements de ce type existaient déjà au Cnam (Dubrisay, Fleury), à la Sorbonne et ailleurs. Puis, « M. Boutry [ayant] montr[é] que la discipline devait être précisée », aucune suite ne fut donnée à la suggestion, le Conseil préférant réfléchir à la création d’un enseignement des techniques industrielles de la physique moderne25. Peut-être une préfiguration de la future chaire de Boutry ?

  • 26 M. Pinault, Frédéric Joliot, la science et la société, p. 564 et entretiens de l’auteure avec Jean- (...)

21Sur ce recrutement, de nombreuses questions demeurent. Le Cnam sollicite-t-il d’autres candidatures dans cette période de redémarrage de l’enseignement et de la recherche, en particulier dans le domaine de l’énergie atomique ? Du côté de Cauchois, pourquoi se présente-t-elle ? Pour cumuler deux salaires et mieux prendre en charge sa mère malade ? Pour l’intérêt qu’elle porte, et portera toujours, à une institution dont elle apprécie les objectifs de formation ? Pour éviter d’avoir à participer aux recherches sur l’énergie nucléaire en l’absence d’accords internationaux régissant le contrôle de ces activités ? Notons que son laboratoire bénéficie alors de subventions du Commissariat à l’énergie atomique (CEA)26 qui compte Francis Perrin et Pierre Auger parmi ses fondateurs. (tout comme, d’ailleurs, certains des membres des instances du Cnam : Raoul Dautry, administrateur général aux côtés de Frédéric Joliot, René Denivelle et le général Dassault). En 1946, ce souci moral l’avait conduite à demander conseil à Kathleen Lonsdale dont le pacifisme était connu et qui lui avait répondu :

  • 27 « I have been thinking a good deal about the problem you put to me and I have come to the conclusio (...)

« J’ai beaucoup réfléchi au problème que vous m’avez posé […]. Tant qu’un semblant d’accord international n’est pas signé, il semble probable que toute recherche sur des problèmes nucléaires peut éventuellement finir en destruction mutuelle. […]. Comme vous le dites, les étudiants peuvent vouloir continuer ce type de recherche, même si vous vous en abstenez. Néanmoins, il me semble qu’un refus de votre part d (’y) prendre part […] jusqu’à ce qu’un accord international sur (son) contrôle soit accepté pourrait influencer par sa valeur d’exemple. »27

La recomposition des soutiens

22Prévu sur deux ans, le cours débute le 17 mai 1949 pour dix séances, douze l’année suivante. En mars 1951, le programme des cours qu’elle doit donner fin avril tarde à venir. Elle fait part de sa fatigue après le décès de sa mère et réserve sa réponse. Après les vacances, elle déclare forfait à « son vif regret » car :

  • 28 Arch. Cnam, fonds Thiercelin, (67 CH11), Cauchois Dossier, personnel.

« [elle] refuse de compromettre un enseignement [qu’elle] ne serai [t] probablement pas à même de conduire jusqu’au bout, puisque [elle doit] évidemment donner la préférence à [son] enseignement de Faculté, à la direction de [son] laboratoire et à [ses] recherches personnelles. »28

  • 29 Arch. Cnam, Registre des cours 1950-1951.

23Dans le registre récapitulatif des cours de l’année 1950-1951, la page « particule élémentaires » qui lui est réservée est restée vide ; un onglet « physique nucléaire » vient d’apparaître, il correspond au cours donné par Lew Kowarski à partir du 23 avril29.

  • 30 Arch. Cnam, CA 10 novembre 1950, « Offre de création de deux cours subventionnées par le Commissari (...)

24L’arrivée de ce physicien et celle de son collègue chimiste Jules Guéron en provenance du CEA qui « veut créer et subventionner deux cours destinés à former la jeunesse à des disciplines nouvelles » est connue officiellement depuis près d’un an. R. Dautry, en tant qu’administrateur général du CEA, avait précisé devant le Conseil d’administration du Cnam (dont il est le vice-président) que le cours de Kowarski « embrasserait un domaine distinct de celui de Melle Cauchois […] et qu’il serait donc possible de trouver un « modus vivendi », précisant que les deux cours du CEA « avec les conférences données par Melle Cauchois sur l'étude et l'emploi des particules élémentaires, constitueront un ensemble de haute valeur éducative30 ».

  • 31 E. Roth, « Jules Guéron », pp. 596-610.
  • 32 B. Dunoyer, L'atome et les jeunes, Paris, Radiodiffusion télévision française, (Page de science : 1 (...)
  • 33 Sur ses travaux : C. Bonnelle., « Yvette Cauchois » (1908-1999) dans Byers N., Williams G., éd. Out (...)

25Alors que « le CEA traverse une de ses crises les plus importantes31 », que Frédéric Joliot vient d’être révoqué de son poste de haut-commissaire du CEA pour être remplacé par Francis Perrin, Cauchois n’est pas sans connaître l’arrivée de Kowarski. Un « modus vivendi » est-il vraiment recherché ? Plus tard, le directeur du Cnam, Louis Ragey, se félicitera plus tard, du « condominium de bonnes volontés » réalisé par le CEA, l’Institut de physique nucléaire d’Orsay et le Cnam en matière de formation sur l’atome32. Nommée professeur titulaire à titre personnel, le 30 janvier1952 avec installation au 1er janvier 1951, elle succèdera à Edmond Bauer en 195333.

  • 34 Arch privées, H. Hulubei, dédicace ms portée sur un port-dossier cartonné.

26Celle qui avait « le souci de l’ombre »34 refusait toute évocation de son passé, de celui du laboratoire et, par-dessus tout, de Jean Perrin. Ce quasi-silence la concernant, comparé au nombre des mémoires, autobiographies, entretiens et autres hommages disponibles pour ses pairs et collègues les plus proches, académiciens pour la plupart, ne facilite ni le travail de l’historien, ni même la reconnaissance de sa contribution scientifique et morale. Ce n’est pas le moindre intérêt de ce bref épisode oublié que d’éclairer la dynamique des trajectoires personnelles, l’évolution des parrainages et les mouvements de recomposition des disciplines à la fin des années 1940, avant que les positions institutionnelles ne se figent.

Bibliografía

Académie des sciences, séance du 11 mars 1946, Vie académique, Collège de France, Présentation, Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, Paris, 1946, 1 fasc., t. 222, 1938 p. n° 1, p. 577.

Bonnelle Christiane, « Yvette Cauchois (1908-1999) » dans Byers Nona, Williams Gary, éd. Out of the shadows, Out of the Shadows, Contributions of twentieth-century women to physics, Cambridge, UK ; New York : Cambridge University Press, 2006, 498 p.

Bonnelle Christiane, « Yvette Cauchois » (1908-1999) » dans Apotheker Jan, Sarkadi Livia S., éds, European women in chemistry, Weinheim, Wiley-VCH Verlag, 2010, 240 p.

Cauchois Yvette, Extension de la spectroscopie des rayons X. Spectrographie à focalisation par cristal courbé ; spectres d’émissions X des gaz, Paris, Masson, 1933, 55 p.

Charpentier-Morize Micheline, Jean Perrin savant et homme politique, Paris, Belin, 1997, 285 p.

Fontanon Claudine, Grelon André, Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers : dictionnaire biographique 1794-1955, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1994, 2 vol., 1439 p.

Friedel Jacques, Graine de mandarin, Paris, Odile Jacob, 1994, 361 p.

Guthleben Denis, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2009, 431 p.

Le Bianic Thomas, Le Conservatoire des Arts et métiers et la « machine humaine. Naissance et développement des sciences de l’homme au travail (1910-1990), Revue d’histoire des sciences humaines, n° 11, 2004/2, p. 185-214. URL : www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2004-2-page-185.htm.

Pestre Dominique, Physique et physiciens en France, 1918-1940, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1984, 356 p.

Pinault Michel, Frédéric Joliot, la science et la société, thèse de doctorat en histoire, Paris, Paris Panthéon-Sorbonne, 1999, 3 t.

Sonnet Martine, « Combien de femmes au CNRS depuis 1939 ? », dans Mission pour la place des femmes au CNRS, Comité pour l’histoire du CNRS, Les femmes dans l’histoire du CNRS, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 2004, 155 p.

Journal des débats, 3 décembre 1938, p. 4, Gallica, consulté le 10/06/2015.

Roth Etienne, « Jules Guéron » dans C. Fontanon, A. Grelon éd., Les professeurs du Conservatoire des arts et métiers : dictionnaire bibliographique, 1794-1955, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1994, pp. 596-610.

Anexos

Figure 1 : La « cité scientifique » de la rue Pierre-Curie.

Figure 1 : La « cité scientifique » de la rue Pierre-Curie.

4 : Institut de chimie appliquée.
7 : Laboratoire de chimie physique.
8 : Institut Henri Poincaré.
9 : Institut de biologie physico-chimique.
10 : Institut du radium.

© Parcours des sciences / P. Milville

Figure 2 : Le laboratoire de chimie physique vers 1931.

Figure 2 : Le laboratoire de chimie physique vers 1931.

De gauche à droite et de bas en haut : Pierre Girard, Jean Perrin, Francis Perrin, Costa, Nine Choucroun (la seule femme présente sur ce cliché), André Marcelin, René Audubert, J. H. Hibben, Pierre Auger, Patard/© Universcience.

Notas

1 Arch. Cnam, Conseil d’administration du 29 avril 1949.

2 C. Fontanon, A. Grelon, Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers : dictionnaire biographique 1794-1955, 3ème volume à paraître.

3 BnF, cote NAF 28161 déposé au musée Curie cote JC 3, 1948, « Semaine d’étude de la Physique des Métaux, 14-18 juin 1948, programme », 4 p.

4 J. Friedel, Graine de mandarin, p. 164.

5 Arch. Cnam, Conseil de perfectionnement, 10 janvier 1949. Pour Boutry, ce n’est pas le complément attendu.

6 Y. Cauchois, Extension de la spectroscopie des rayons X. Spectrographie à focalisation par cristal courbé ; spectres d’émissions X des gaz, 55 p.

7 Arch. Nat., Fonds CNRS 20070296/93, dossier Cauchois Yvette, informations communiquées par Martine Sonnet.

8 Dans la section « Optique ». M. Sonnet, « Combien de femmes au CNRS depuis 1939 ? », p. 59.

9 D. Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours, p. 97.

10 Edmond Bauer (1880-1963) créateur avec Louis Rapkine du Comité français pour l’accueil et l’organisation du travail des savants étrangers en 1938, physicien au Collège de France, s’était réfugié en Suisse.

11 Arch. Académie des sciences, fonds Paul Montel 72 J.

12 12. Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, 190W3, lettre au Doyen, 13 novembre 1945.

13 Arch. Collège de France, 14CDF58-f et 4 AP 520 : 21 janvier 1946, lettre de candidature de Cauchois et lettre d’accompagnement, rapport de Paul Langevin.

14 Académie des sciences, séance du 11 mars 1946, « Vie académique, Collège de France, Présentation », p. 577. Francis Perrin obtint 43 suffrages, Cauchois : 29, 1 bulletin blanc.

15 Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, « Rapport sur les titres et travaux de Y. Cauchois » 6 juillet 1944, p. 2.

16 Ce qui peut paraître paradoxal de la part de Jean Perrin pour qui la recherche est au cœur des vœux et des préoccupations voir D. Pestre, Physique et physiciens en France 1948-1940, p. 229.

17 Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, « Rapport sur la candidature d’Yvette Cauchois au titre de professeur sans chaire », janvier 1948, p. 2.

18 M. Charpentier-Morize, Jean Perrin savant et homme politique, p. 128-129 citant C. Marbo, À travers deux siècles. Souvenirs et rencontres (1883-1967).

19 Ginette Gablot, notes sur l’entretien avec Yvette Cauchois 8 juin 1993, Cahier 3/1993 - 12/1993, ms. Son implication dans cette « vitrine de la science » lui vaudra de recevoir le prix Henri de Jouvenel en 1939, Journal des débats, 3 décembre 1938, p. 4, Gallica, consulté le 10/06/2015.

20 Arch. Nat., Fonds CNRS 20070296/93, dossier Cauchois Yvette (remarque manuscrite anonyme en tout petit, dans coin en bas de la fiche CNRS de l’année 1941-1942 communiquée par Martine Sonnet).

21 Arch. Université Pierre et Marie Curie, dossier Cauchois, 1945.

22 Arch. Cnam, dossier Boutry, « Fernand Holweck et l’électronique française », leçon inaugurale donnée sous la présidence de Frédéric Joliot, le 16 novembre 1944.

23 Arch. Cnam, CA 11/07/1947, cité par Thomas Le Bianic, Le Conservatoire des Arts et métiers et la « machine humaine ». Naissance et développement des sciences de l’homme au travail (1910-1990), p. 54.

24 Cnam, Conseil d’administration, 17 décembre 1941, « Suggestion de la délégation à l’équipement national quant à l’enseignement de la chimie ».

25 Arch. Cnam, Conseil d’administration, 4 juillet 1942, « Projet de création d’une chaire des techniques industrielles de la physique moderne ».

26 M. Pinault, Frédéric Joliot, la science et la société, p. 564 et entretiens de l’auteure avec Jean-Michel André, Pierre Dhez, Henri Ostrowiecki, chercheurs et anciens chercheurs du Laboratoire de chimie physique, juin 2013.

27 « I have been thinking a good deal about the problem you put to me and I have come to the conclusion that you were right. Until some kind of international agreement is made, it does seem probable that all research on nuclear problems will eventually end in mutual destruction […]. As you said, the students themselves may continue such research, even if you refrain from doing it yourself. All the same, it seems to me that a refusal on your part to take any direct part in nuclear energy research until the time when international agreement for control shall have been reached, would have great influence by its example. » Arch. Privées, Kathleen Lonsdale à Yvette Cauchois, 9 août 1946.

28 Arch. Cnam, fonds Thiercelin, (67 CH11), Cauchois Dossier, personnel.

29 Arch. Cnam, Registre des cours 1950-1951.

30 Arch. Cnam, CA 10 novembre 1950, « Offre de création de deux cours subventionnées par le Commissariat à l’énergie atomique ».

31 E. Roth, « Jules Guéron », pp. 596-610.

32 B. Dunoyer, L'atome et les jeunes, Paris, Radiodiffusion télévision française, (Page de science : 19/12/1962), film, 07min57s, 678 vues. En ligne : http://www.ina.fr/video/CAF97017670, lien valide le 10/08/2013.

33 Sur ses travaux : C. Bonnelle., « Yvette Cauchois » (1908-1999) dans Byers N., Williams G., éd. Out of the shadows, Out of the shadows, Contributions of twentieth-century women to physics, pp. 222-230 et C. Bonnelle, « Yvette Cauchois » (1908-1999) dans Apotheker J., Sarkadi L. S., éds., European women in chemistry, pp. 215-219.

34 Arch privées, H. Hulubei, dédicace ms portée sur un port-dossier cartonné.

Índice de ilustraciones

Título Figure 1 : La « cité scientifique » de la rue Pierre-Curie.
Leyenda 4 : Institut de chimie appliquée.7 : Laboratoire de chimie physique.8 : Institut Henri Poincaré.9 : Institut de biologie physico-chimique.10 : Institut du radium.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2690/img-1.jpg
Archivo image/, 204k
Título Figure 2 : Le laboratoire de chimie physique vers 1931.
Leyenda De gauche à droite et de bas en haut : Pierre Girard, Jean Perrin, Francis Perrin, Costa, Nine Choucroun (la seule femme présente sur ce cliché), André Marcelin, René Audubert, J. H. Hibben, Pierre Auger, Patard/© Universcience.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2690/img-2.jpg
Archivo image/, 249k

Autor

Ingénieure CNRS retraitée

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access