Réseaux et circulations : les peregrinationes de Colomban, Fursy et Feuillien (viie siècle)

Mathilde Jourdan

Résumé

Cet article se propose d’étudier le rapport entre réseaux et circulations à partir des cas des peregrini irlandais Colomban, Fursy et Feuillien, moines dont les carrières ont surtout été étudiées d’un point de vue religieux et culturel. Leur peregrinatio, voyage outre-mer entrepris par une volonté d’ascèse et de coupure du monde, s’appuyait en réalité sur des réseaux d’élites fonctionnant à plusieurs échelles spatiales, de locale à supra-régionale. Deux réseaux se distinguaient, qui nourrissaient leur opposition des rivalités en Irlande entre les parochiae de Kildare et Armagh et en Gaule entre les communautés politiques et familiales rivales au sein de la Neustrie et de l’Austrasie. La peregrinatio, sensée introduire une coupure entre le peregrinus et sa société d’origine participa ainsi pleinement au renforcement de réseaux transmarins au viie siècle, créant des liens directs entre les royaumes francs et l’Irlande qui furent exploités notamment par les élites franques.

  • 1 Jonas de Bobbio, Vita Columbani abbati discipulorumque eius (VCol) ; Colomban, Epistolae.
  • 2 G. Le Bras (éd.), Mélanges colombaniens : Actes du Congrès international de Luxeuil, 20-23 juillet (...)
  • 3 A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse: viie xie siècles ; A. Dierkens, « Prolég (...)

1Colomban arriva en Gaule vers 591. En collaboration avec les rois francs de Burgondie, il y fonda les monastères de Luxeuil, Fontaine et Annegray, avant de terminer ses jours à Bobbio (Italie) en 614. Quelques décennies plus tard, arrivèrent Fursy (640) puis son frère Feuillien (650), lesquels fondèrent respectivement Lagny en Neustrie et Fosses en Austrasie. Colomban demeure le plus connu de ces Irlandais, d’une part parce que les sources conservées sur sa carrière sont plus importantes que celles des autres peregrini1, d’autre part, parce qu’il initia un mouvement monastique d’une grande ampleur en Gaule, identifié par les historiens comme le monachisme colombanien, auquel ont parfois été rattachées les fondations de Fursy et Feuillien2. Toutefois, dans les années 1980, les travaux d’Alain Dierkens ont montré qu’il convient de traiter séparément ces deux mouvements d’origine irlandaise3.

  • 4 P. Ní Chatháin, M. Richter (éds.), Ireland und Europa. Die Kirche im Frühmittelalter ; Ireland und (...)
  • 5 Ludwig Traube, « Perrona Scottorum. Ein Beitrag zur Ueberlieferungsgeschichte und zur Paleographie (...)
  • 6 A. Dierkens, « Prolégomènes… », p. 373-378.
  • 7 T. M. Charles-Edwards, « The Social Background to Irish Peregrinatio », 43-59 ; M. Dietz, Wandering (...)

2Leur peregrinatio – entendue au sens d’une carrière monastique menée hors d’Irlande, dans le but de vivre en étranger – a le plus souvent été étudiée dans le cadre d’une histoire religieuse et culturelle4. Les fondations de Colomban, Fursy et Feuillien ont été considérées comme des centres de diffusion d’un monachisme dit insulaire5, dont les particularismes sont aujourd’hui remis en cause6. La peregrinatio elle-même a été vue à travers ses spécificités irlandaises, comme la manifestation spectaculaire d’un acte de foi visant pour un moine à se couper de son île natale par une traversée maritime, ou comme un exil pénitentiel7. Elle exigeait dans tous les cas une ascèse qui consistait en une coupure totale avec sa parenté et sa société d’origine.

3Paradoxalement, alors que la peregrinatio devait entraîner une coupure entre le peregrinus et son île d’origine, il apparaît que les carrières des peregrini Colomban, Fursy, Feuillien s’inscrivaient dans des circulations reliant les différents espaces de l’Europe du Nord-Ouest. En effet, l’Irlande était loin d’être totalement isolée de la Grande-Bretagne et de la Gaule où Colomban, Fursy et Feuillien s’étaient rendus. Nous allons analyser ce rapport entre la peregrinatio et le système d’échange global en Europe du Nord-Ouest, en nous intéressant plus particulièrement aux interactions entre les individus par une approche réticulaire à différents niveaux.

  • 8 En particulier Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais (HE) et Étienne de Ripp (...)

4Les récits hagiographiques qui concernent les peregrini, rédigés relativement peu de temps après leur mort, montrent qu’ils entrèrent en relation avec les élites franques et anglo-saxonnes des territoires traversés. Ces relations avec les rois et les grands aristocrates peuvent être envisagées comme un ensemble de liens, constituant ainsi le réseau égocentré de chaque peregrinus. Mais ce réseau peut également être envisagé à d’autres niveaux, si l’on confronte les informations données par les hagiographies concernant directement les peregrini à celles d’autres sources8. L’approche réticulaire permet ainsi d’identifier les relations entre les élites rencontrées par les Irlandais au cours de leur peregrinatio, et de voir si différents groupes se distinguent. À un dernier niveau, les relations entre les groupes auxquels appartiennent les peregrini peuvent également être mises en lumière.

5Nous verrons dans quelle mesure ces trois niveaux de réseaux expliquent les étapes de la peregrinatio, et nous nous demanderons également dans quelle mesure la circulation des peregrini peut elle-même être envisagée comme créatrice de liens, ou bien révélatrice de liens existants. Il s’agira donc d’analyser le rapport entre réseaux et circulations en nous intéressant d’abord au réseau égocentré des peregrini Colomban, Fursy et Feuillien, pour voir quels groupes les ont soutenus. Ensuite, seront plus précisément analysés les liens entre les élites rencontrées par les peregrini : les deux groupes d’Irlandais se sont-ils appuyés sur les mêmes relations ? Enfin nous verrons, à partir de l’étude de circulations d’élites franques vers l’Irlande quelles relations entretenaient ces réseaux.

  • 9 Colomban : VCol ; Fursy : Vita Fursei abbatis latiniacensis et Bède le Vénérable, Histoire ecclésia (...)
  • 10 VCol, I, 4.
  • 11 VCol, I, 6.
  • 12 VCol, I, 25.
  • 13 VCol, I, 27.

6Bien que volontairement coupés du monde et revendiquant une vie d’ascète, les peregrini irlandais Colomban, Fursy et Feuillien ont au cours de leur carrière obtenu l’appui des élites des royaumes traversés, dont les noms sont donnés dans des récits hagiographiques retraçant leurs peregrinationes9. Ainsi, d’après le récit de Jonas de Bobbio, après avoir quitté l’Irlande et séjourné dans des régions bretonnes10, Colomban fut accueilli par le roi de Burgondie et d’Austrasie, vraisemblablement Gontran ou Childebert II, lequel lui permit de fonder Luxeuil11 (Fig. 1). Il y séjourna près de vingt ans avant d’en être chassé par Thierry II et Brunehaut. Il se rendit alors auprès de Clotaire II, roi de Neustrie et ennemi de Thierry II12. Il gagna ensuite l’Austrasie, royaume de Théodebert II, qui était alors également en conflit avec son frère Thierry II : Jonas précise que le roi avait déjà accueilli des moines de Luxeuil, qu’il avait « reçus comme un butin arraché à l’ennemi13 ».

  • 14 VCol, I, 30.
  • 15 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc, (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie sociale (...)
  • 16 Y. Fox, Power and religion in Merovingian Gaul, p. 82-89.

7Après la victoire de ce dernier sur Théodebert II en 612, Colomban quitta l’ermitage de Bregenz confié par Théodebert pour gagner l’Italie du Nord. Agilulf, le roi des Lombards et la reine Théodelinde, lui permirent de fonder le monastère de Bobbio où il mourut en 614, après que Clotaire, vainqueur de Thierry en 613, eut tenté de le faire revenir auprès de lui14. Outre les rois, pendant sa peregrinatio en Gaule, Colomban rencontra de nombreux membres de la très haute aristocratie, qui se trouvèrent ensuite du côté de Clotaire en 613 et continuèrent de soutenir le monachisme colombanien, en fondant de nouveaux établissements avec le soutien des abbés de Luxeuil. En Neustrie, il s’agissait des Faronides, de la branche de Chagnéric et de celle d’Authaire chez qui Colomban avait séjourné en se rendant à Metz auprès de Théodebert15. Peu de temps après le départ de Colomban, Chagnéric et sa fille Burgondofara fondèrent le monastère de Faremoutiers. Ado et Rado, les fils d’Authaire, fondèrent ceux de Jouarre et de Rebais dans la Brie. En Austrasie, les Wulfoald-Gundoinides continuèrent de soutenir le monachisme colombanien, avec notamment la fondation de Grandval par Germain et Saint-Jean de Laon par Sadalberge16.

  • 17 VCol, I, 4-5 ; I, 27.

8Colomban fut donc proche des rois et des grands aristocrates, qui soutinrent ses fondations monastiques et l’accueillirent pendant sa peregrinatio. Les difficultés éventuelles pour rencontrer l’aristocratie et les rois ne sont pas mentionnées dans l’hagiographie, ce qui signifie ou bien qu’elles ont été masquées par Jonas pour montrer la sainteté de Colomban, ou bien que Colomban savait très bien où se rendre avant d’arriver en Gaule, et donc que sa peregrinatio ne devait rien au hasard ou à sa seule volonté d’évangéliser des régions païennes comme le prétend l’hagiographe17. En Gaule, le parcours de Colomban se fit avant tout au gré d’alliances politiques entre les rois et l’aristocratie des royaumes mérovingiens dans les dernières années de la grande faide royale.

  • 18 Vita Fursei abbatis latiniacensis. Cette Vita est la source de Bède, HE, III 19, si les deux récits (...)

9Quelques années après la mort de Colomban, à la fin des années 630 ou au début des années 640, un autre Irlandais, Fursy, arriva en Gaule. Tout comme Colomban, il entra au contact des élites qui lui permirent de fonder des monastères. Il fut suivi par son frère Feuillien qui utilisa les mêmes appuis pour se rendre en Neustrie. Contrairement à Colomban, le parcours de Fursy avant son arrivée sur le continent est mentionné dans les sources (Fig. 2). Nous disposons de deux récits hagiographiques : un récit anonyme écrit vraisemblablement à Péronne dans les années 650 et un récit transcrit par Bède le Vénérable, qui y a ajouté des informations venant de témoignages oraux18. Ces deux sources sont cohérentes concernant la peregrinatio de Fursy.

  • 19 P. Ó Riain, « Les Vies de Saint Fursy: les sources irlandaises » ; Vita Fursei, 6.
  • 20 Vita Fursei, 9.
  • 21 Vita Fursei, 10.

10Ce dernier, après s’être retiré dans un ermitage en Irlande, aurait gagné l’East Anglia où il fut accueilli par le roi Sigeberht III entre 631 et 63319. Lui et son successeur Anna l’aidèrent à établir le monastère de Cnobheresbourg. Après une attaque du monastère par des païens, il se rendit en Neustrie où il fut reçu par le maire du palais Erchinoald et le roi Clovis II, qui lui permirent de fonder le monastère de Lagny20. À sa mort, Erchinoald fit transférer ses restes dans son palais de Péronne, où il installa une communauté monastique21.

  • 22 MS Londres, British Library Harley 5041 f°79-98 ; AFN.
  • 23 Sur Colomban et les rois mérovingiens, voir B. Dumézil, La Reine Brunehaut, p. 362-363.

11D’après l’Additamentum Nivialense de Fuilano, un court texte rédigé dans les années 65022, c’est là qu’en 650, Feuillien, frère de Fursy qu’il avait accompagné en East Anglia, arriva après la destruction de Cnobheresburg. Accueilli par Erchinoald, il se brouilla avec ce dernier et gagna l’Austrasie où le maire du palais Grimoald, sa mère Itta et sa sœur Gertrude le soutinrent pour la fondation de Fosses. Tout comme Colomban, Fursy et Feuillien semblent entrer directement au contact des élites juste après leur départ d’Irlande ; et malgré les aléas des guerres ou bien les problèmes d’entente, ils poursuivaient leur carrière auprès d’elles en changeant de protecteurs. Cela indique que ces peregrini s’étaient constitué un capital social important, construit au fur et à mesure de la peregrinatio ou bien dès avant le départ d’Irlande. Les élites qui les accueillaient leur reconnaissaient une fonction, en tant qu’admoniteurs ou missionnaires, ce qui représentait un intérêt à la fois politique et religieux. Dans ces conditions, ils pouvaient être l’objet d’une compétition pour les attirer23.

  • 24 R. Le Jan, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle », p. 182-185.
  • 25 ANF ; R. Le Jan, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle » p. 185 ; C. Mériaux, Galli (...)

12Tous les membres de l’aristocratie qui accueillirent les peregrini avaient des liens entre eux, positifs, c’est-à-dire d’alliance ou de parenté, ou bien négatifs, c’est-à-dire qu’ils entretenaient des relations de rivalité ou de compétition. Les aristocrates francs qui accueillirent Fursy et Feuillien dans les années 640-650 étaient ainsi distincts et rivaux des groupes aristocratiques qui continuaient de soutenir le monachisme colombanien. En effet, le maire du palais Erchinoald qui accueillit Fursy et Feuillien appartenait à la communauté politique des Mauront, concurrente des Faronides en Neustrie24. Ces derniers contrôlaient alors les évêchés de Rouen et Meaux, ainsi que le monastère de Jouarre, mais étaient tenus éloignés de la mairie du palais. En Austrasie, Feuillien fut accueilli par Itta, Grimoald et Gertrude qui appartenaient à la famille des Pippinides. Ces derniers, tout comme les Mauront en Neustrie à la même période, détenaient la mairie du palais, et s’opposaient aux Wulfoald-Gundoinides qui soutenaient le monachisme colombanien25.

  • 26 I. Wood, « Frankish Hegemony in England », p. 235-241.
  • 27 I. Wood, « Quentovic et le sud-est Britannique », p. 171.
  • 28 R. Le Jan, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle », p. 184.

13Le contexte des interactions entre les royaumes situés de part et d’autre de la Manche, marquées par une possible hégémonie des Francs sur les Anglo-Saxons, permet en partie d’expliquer ce phénomène26. Ainsi Sigeberht, le roi d’East Anglia qui permit à Fursy et ses compagnons de fonder Cnobheresburg, avait été en exil en Gaule dans les années 620, à la cour de Dagobert. Il portait d’ailleurs un nom qui indiquait une ascendance franque27. L’aristocratie franque prenait également part à cette hégémonie : Emma, une parente d’Erchinoald, avait épousé un roi du Kent au début du viie siècle28.

  • 29 Annales d’Ulster (AU) 627.3, Annales de Tigernach (AT) 628. Voir D. P. Mc Carthy, « The Irish Annal (...)
  • 30 R. Le Jan, « « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle ».

14Le maire du palais, en accueillant un peregrinus sans doute déjà réputé pour ses visions de l’au-delà, mentionnées dans les annales irlandaises rédigées alors à Iona29, cherchait à s’approprier les bénéfices d’un homme saint au détriment des groupes concurrents, mais aussi, sûrement, à montrer son contrôle des circulations humaines entre l’île de Bretagne et la Gaule. L’accueil de Fursy et Feuillien par Erchinoald est ainsi à replacer dans un contexte de rivalité entre élites neustriennes pour s’approprier les espaces stratégiques permettant de contrôler les échanges avec les royaumes anglo-saxons. La fondation de monastères dans la région du Ponthieu en Neustrie entrait dans cette logique, comme l’a montré Régine Le Jan30.

  • 31 A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse, p. 318-327 ; Étienne de Rippon, Vita Wilfr (...)

15Il en allait de même en Austrasie, où la fondation de Fosses s’inscrivait dans un mouvement plus large initié par les Pippinides, afin de sécuriser leurs terres et contrôler un espace important au nord de l’Austrasie autour du bassin de la Meuse, permettant un accès vers la Frise qui était également une région à partir de laquelle il était possible de gagner l’Angleterre31.

  • 32 VCol, I, 3.
  • 33  C. Stancliffe, « Kings who opted out », p. 161-165.
  • 34 F. J. Byrne, Irish kings and high-kings, p. 145-146.

16Cette opposition entre les groupes qui soutenaient le monachisme colombanien dans les années 650 et les groupes qui accueillirent Fursy et Feuillien trouve un écho dans une autre opposition : celle des parochiae d’origine des peregrini en Irlande (Fig. 3). Jonas précise en effet que Colomban venait du territoire des Lagènes, c’est-à-dire du Leinster, royaume dont l’Église principale était le monastère de Kildare32. Il avait été formé à Bangor en Ulaid, monastère lié à une famille royale du Leinster. En effet, dans la seconde moitié du vie siècle, Cormac mac Diarmata des Uí Bairrche, roi du Leinster, s’y retira pour y terminer ses jours33. Le monastère possédait en outre des terres dans le territoire des Uí Bairrche en Leinster. Le lien perdura au moins jusqu’au ixe siècle, quand Bangor fonda une église près de Kildare34.

  • 35 P. Ó Riain, « Les Vies de Saint Fursy ».
  • 36 Félire Óengusso, p. 200-201 : Ro togud Ultán i n-apdain Mochta il-Lugbaid 7 ro cuired Fursa remi et (...)
  • 37 T. M. Charles-Edwards, Early Christian Ireland, p. 416-440.

17Feuillien et Fursy étaient au contraire issus d’une parochia concurrente de Kildare au viie siècle, Armagh. En effet, Pádraig Ó Riain a montré que Fursy était originaire du sud de l’Ulster35. Lui et son frère Ultán avaient en outre été très probablement abbés de Mochta à Lough, une église de la province d’Armagh36. Or, à partir du viie siècle Armagh souhaita exercer la primatie à l’échelle de l’Irlande, et produisit des textes comme le Liber Angueli fondant l’antériorité et la supériorité de la mission de Patrice, patron d’Armagh, sur Brigide, fondatrice de Kildare37.

18Différents groupes d’élites étaient donc en compétition pour le contrôle du territoire du nord de la Gaule, en particulier des voies d’accès vers les royaumes anglo-saxons, et ils accueillirent des peregrini irlandais issus de parochiae en compétition au viie siècle. Pour autant, étaient-ce les mêmes oppositions qui se prolongeaient d’Irlande en Gaule ?

  • 38 Liber Historiae Francorum, 43.
  • 39 ANF, p. 451.
  • 40 J.-M. Picard, « Church and politics in the seventh century », p. 42-45 ; T. M. Charles-Edwards, Ear (...)

19En effet, à partir du milieu du viie siècle, après l’arrivée de Feuillien, certaines circulations s’articulèrent autour des Pippinides, des monastères de Fosses et Péronne, et de la parochia d’Armagh. En 656, Dagobert II, alors encore enfant, fut envoyé en exil en Irlande par Grimoald qui plaça alors son propre fils sur le trône d’Austrasie38. Ce coup avait été fomenté avec Didon de Poitiers, dont la présence au monastère pippinide de Nivelles le jour de la découverte des corps de Feuillien et de ses compagnons est mentionnée par l’Additamentum39. Dagobert aurait alors été envoyé au monastère de Slane, dans la parochia d’Armagh40.

  • 41 M. Archdall, Monasticon Hibernicon, 1786, vol. 2, p. 570-571.
  • 42 AU, 758 : […] Muiredach m. Cormaic Slana abbas Lughmaidh. […] Muiredach, fils de Cormac de Slane, a (...)
  • 43 AU 825.4 : Colman filius Ailello, abbas Slane & aliarum ciuitatum in Francia & in Hibernia, periit. (...)

20Cette hypothèse de Jean-Michel Picard s’appuie sur une tradition orale, mise par écrit au xviiie siècle, qui serait corroborée par des mentions dans les Annales d’Ulster41. Au viiie siècle, d’après ces annales, quatre personnages qu’il a identifiés comme fils de l’abbé Cormac de Slane, furent abbés de Louth, Péronne, Slane et Duleek42. En outre, Colmán, petit-fils de Cormac, est mentionné comme « abbé de Slane et d’autres monastères en France et en Irlande »43. Cette reconstitution généalogique, si on l’accepte, montre un exercice héréditaire des charges abbatiales de Slane et Péronne dans une même famille du début du viiie jusqu’au premier quart du ixe siècle. On peut également y voir un maintien du lien entre Louth et Péronne, le monastère où se trouvaient les restes de Fursy, puisque leurs abbés, Muiredach (m. 758) et Moinán (m.779), étaient frères.

  • 44 Sa présence est attestée comme abbé de Péronne pendant le règne de Thierry III. Voir Hucbald de Sai (...)
  • 45 C. Mériaux, Gallia Irradiata, p. 38.
  • 46 R. Le Jan, « Les élites neustriennes… ».

21Il est également possible d’envisager que les Pippinides exploitèrent les liens créés entre leurs monastères de Fosses et Nivelles, où Feuillen fut accueilli un temps, et les églises de la parochia d’Armagh pour envoyer Dagobert II en Irlande. Ces liens avaient sans doute été créés par la peregrinatio de Fursy et Feuillien, et maintenus par les compagnons irlandais qui leur avaient survécu, dont leur frère Ultán, qui mourut dans les années 68044. Nous pouvons toutefois nous interroger sur l’intégration de Péronne dans ce réseau : d’après l’Additamentum, les Irlandais furent chassés de ce monastère par Erchinoald au début des années 650. Charles Mériaux a démenti le fait que Nivelles, Fosses et Péronne aient pu constituer une parochia de Fursy à l’image des parochiae irlandaises45. Il fonde toutefois son argumentation sur le fait que Nivelles et Fosses se situaient en Austrasie, tandis que Péronne était un « bastion neustrien », or Régine le Jan a montré que l’opposition entre Neustrie et Austrasie tout au long du viie siècle doit être reconsidérée plus finement, dans la mesure où les Mauront et les Pippinides étaient probablement apparentés et menaient une politique parallèle dans les deux royaumes en s’opposant aux Faronides et aux Wulfoald-Gundoindes46. Dans ces conditions, malgré le conflit avec Erchinoald puis l’affaiblissement des Pippinides entre les années 660 et 680, il est probable que les monastères de Fosses, Nivelles et Péronne aient pu entretenir des liens pendant toute la seconde moitié du viie siècle et accueillir des moines Irlandais venus de Slane et Louth.

  • 47 Bède, HE, III, 7, 4.
  • 48 Bède, HE, III, 7 ; III, 25-26 ; IV 1, ; IV, 19. Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, X, p. 20-21.
  • 49 Cette hypothèse repose sur le fait que les disciples de Wilfrid se seraient rendus à Rath Melsigi p (...)
  • 50 R. Le Jan, « Les élites Neustriennes… », p. 190-191.

22La cohérence de ce groupe d’intérêts communs constitué en véritable réseau politique et religieux qui relia à partir des peregrinationes de Fursy et Feuillien les Irlandais de Péronne (Fursy, Feuillien, Ultán et les Irlandais présents à Fosses, Nivelles et Péronne jusqu’au viiie siècle), les Pippinides et certains monastères de la parochia d’Armagh est renforcée par l’existence d’autres circulations transmarines qui prirent pour appui un autre réseau, constitué par le monachisme colombanien, les Faronides, les Wulfoald-Guinduinides et la parochia de Kildare. Tout d’abord, le Faronide Agilbert, frère de l’abbesse de Jouarre Theudechildis, neveu d’Authaire par sa femme Mode, se rendit en Irlande dans les années 640, selon Bède pour « étudier les Écritures47 », avant de devenir évêque de Wessex dans les années 650-660. En 664, il participa en tant que tel au synode de Whitby (Northumbrie), avant de revenir en Gaule comme évêque de Paris en 66848. En Irlande, il se serait rendu au monastère de Rath Melsigi dans le Leinster49. Sa fonction épiscopale dans le Wessex montre que les Faronides, rivaux des Mauront en Neustrie, tentaient de se positionner plus à l’ouest que ces derniers dans l’île de Grande Bretagne, ce qui était rendu possible par leur contrôle de la Basse-Seine50.

  • 51 Hildegaire, Vita Faronis, 98, 100, 103 ; C. Mériaux, Gallia irradiata. p. 40.
  • 52 J. Guérout, « Faron (Saint) ».

23Deuxièmement, d’après une source de la fin du ixe siècle, Faron, fils de Chagnéric, chez qui Colomban s’était rendu en se dirigeant vers le royaume de Théodebert, aurait accueilli des Irlandais, Kilian et Fiacre, alors qu’il était évêque de Meaux51. L’auteur ne précise pas d’où ils venaient en Irlande. Ils furent reçus pendant la période d’épiscopat de Faron, entre le milieu des années 630 et le début des années 670, donc vraisemblablement pendant une période où Agilbert était en Leinster ou en Wessex52, ce qui peut laisser penser qu’ils venaient du sud de l’Irlande et qu’Agilbert les recommanda à son parent.

  • 53 Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, XXVIII.
  • 54 Bède, HE, III, 25 ; Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, X, p. 20-23.
  • 55 Bède, HE, III, 28 ; Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, XII, p. 24-27.
  • 56 J.-M. Picard, « Church and politics… », p. 48.

24Enfin, les Faronides et un groupe qui leur était allié en Austrasie jouèrent probablement un rôle déterminant au moment du retour de Dagobert II en Francie, mentionné par Etienne de Rippon dans sa Vita Wilfridi53. Selon cet auteur, à la mort de Childéric II en 675, Wilfrid ramena Dagobert en Austrasie pour le compte des « amis » de ce dernier. Il est probable que ces « amis » étaient une faction aristocratique qui cherchait alors à replacer un roi sur le trône austrasien. Par ailleurs, l’on sait que Wilfrid et Agilbert étaient proches : ils avaient participé ensemble au synode de Whitby en 662 pendant lequel ils avaient défendu la position « romaine »54, Agilbert avait consacré Wilfrid évêque d’York à Compiègne la même année55. En toute vraisemblance, le groupe qui plaça Dagobert sur le trône était mené par le maire du palais Wulfoald qui cherchait alors à tirer parti des évènements en s’opposant aux Pippinides, affaiblis depuis la chute de Grimoald en 662. Même si les Pippinides conservaient alors probablement des liens avec l’Irlande par l’intermédiaire d’Ultán56, le rôle de Wilfrid dans le retour de Dagobert et les liens qu’il avait eu avec Agilbert dans les années 660 laissent penser qu’il agit pour des alliés de ce dernier, donc des rivaux des Pippinides en Austrasie.

25On voit à travers ces évènements à quel point le contrôle des circulations avec l’Irlande était important pour les groupes rivaux d’aristocrates francs à la fin du viie siècle. En effet, les Faronides étaient affaiblis dans les années 650. Leur position de force qui suivit leur ralliement à Clotaire II avait été ensuite jugulée par la royauté après la mort de Dagobert, comme le montrent la perte du contrôle du monastère de Faremoûtiers dans les années 650 et leur incapacité à accéder à la mairie du palais. Dans les années 670, ils purent très probablement, grâce à leurs liens avec le Leinster créés par la peregrinatio de Colomban et réactivés par Agilbert, aider un groupe allié en Austrasie en faisant ramener Dagobert II.

  • 57 Les liens entre les Uí Néill, dynastie montante en Irlande et Armagh étaient en négociation au viie(...)
  • 58 H. Moisl, « The Bernician royal dynasty and the Irish in the seventh century ».

26L’exil en Irlande de Dagobert II et son retour montrent donc une activation de réseaux transmarins distincts, qui reproduisaient les oppositions aristocratiques en Francie, et monastiques en Irlande (Fig. 4). L’accent ici a été mis sur les réseaux familiaux francs, mais l’on a vu en comparant les origines des peregrini que ceux-ci appartenaient à des parochiae opposées. Or ces parochiae, Kildare et Armagh, étaient des monastères importants, impliqués dans les affaires politiques de la famille royale du Leinster et des Uí Néill, en conflit permanent au viie siècle57. Les monastères étaient étroitement liés aux familles royales qui leur faisaient des donations et fournissaient des abbés. Les royaumes irlandais entretenaient en outre des interactions politiques avec les royaumes anglo-saxons, dans lesquelles les monastères prenaient part : Iona par exemple, établissement central du royaume du Dál Ríata, accueillit à plusieurs reprises des membres de la dynastie bernicienne de Northumbrie évincés du trône lors des successions royales58.

  • 59 H. Moisl, S. Hamann, « A Frankish aristocrat at the battle of Mag Roth », p. 36-47.

27Enfin, les royaumes traversés par les peregrini étaient rivaux entre eux. Il n’est ainsi pas impossible de penser que l’arrivée en Burgondie de Colomban ait été conditionnée par des relations déjà existantes à la fin du vie siècle entre le Leinster, les « régions bretonnes » mentionnées par Jonas, et les rois de Burgondie. Mais cette hypothèse est encore plus probable pour la peregrinatio de Fursy et Feuillien, car les interactions se renforcèrent au début du viie siècle avec notamment le mariage d’Emma mais aussi les missions de conversion au christianisme soutenues par les Francs au sud de la Grande-Bretagne, et les Irlandais au nord jusqu’en 664. La présence d’un Franc à la bataille de Mag Roth en Irlande en 637, Madelgarius, pourrait donner plus d’éléments sur les circonstances de la venue de Fursy et Feuillien en East Anglia puis en Neustrie59.

28L’analyse du parcours des peregrini a d’abord montré qu’ils s’appuyaient sur les élites locales des territoires qu’ils traversaient. Nous avons vu ensuite que les élites qui accueillirent Colomban, et soutinrent ensuite le monachisme colombanien, puis celles qui soutinrent Fursy et Feuillien, appartenaient à des groupes en compétition, reflétant la concurrence entre les parochiae d’origine de ces peregrini. Enfin, les peregrini ainsi que leurs fondations monastiques s’inscrivaient dans deux réseaux distincts de circulations transmarines, qui entretenaient des rapports compétitifs à l’échelle locale.

29La chronologie de la constitution des réseaux reste difficile à établir, dans la mesure où les sources sont relativement limitées sur le parcours des peregrini avant leur départ d’Irlande et qu’elles sont peu loquaces sur les raisons qui les amenaient se rendre auprès de certains rois ou membres de l’aristocratie plutôt que d’autres. Toutefois la peregrinatio de Colomban semble avoir été initiatrice d’un lien entre les Faronides et le Leinster qui perdura au moins jusqu’au milieu des années 670. En revanche, Fursy et Feuillien s’étaient appuyés sur des liens préexistants entre l’East Anglia et la Neustrie pour s’y rendre, et initièrent des relations durables entre les monastères qu’ils avaient fondés en Gaule, les Pippinides et la parochia d’Armagh. Enfin, il n’est pas impossible que leur arrivée en East Anglia ait été négociée directement avant leur départ d’Irlande, par Sigeberht qui aurait eu besoin d’eux pour évangéliser son royaume, ou pourquoi pas par Madelgarius.

30En analysant les rapports entre circulations et réseaux personnels et monastiques, on voit combien les carrières des peregrini s’inscrivaient dans un système multiscalaire de relations politiques et familiales, d’une échelle très locale à une échelle suprarégionale. Il est ainsi possible de voir que les étapes de leur circulation ne devaient pas grand-chose au hasard ou bien au désir d’évangéliser des régions selon leur gré, mais que leur accueil pouvait être soigneusement préparé et que leurs services faisaient l’objet d’une compétition entre les grands. La peregrinatio semble alors utiliser et renforcer des réseaux personnels transmarins, qui structurent aussi les relations politiques entre les différents espaces concernés.

  • 60 Cette question est en cours d’étude dans notre travail de thèse commencé en septembre 2014.

31Pour terminer, le « réseau » a été utilisé ici avant tout pour établir et caractériser des liens entre des communautés politiques et familiales, des dynasties et des institutions monastiques. Mais l’on voit combien ces réseaux personnels et politiques qui conduisaient les circulations des peregrini s’appuyaient également sur des réseaux de nature différente, ceux des routes maritimes et terrestres, qui jouaient un rôle déterminant dans les politiques royales et aristocratiques60.

Bibliographie

Annales d’Ulster, éd. Pádraig Bambury, Stephen Beechinor, CELT: Corpus of Electronic Texts: a project of University College, Cork http://www.ucc.ie/celt (consulté le 15/06/2015).

Annales de Tigernach, éd. Emer Purcell, Donnchadh Ó Corráin, CELT: Corpus of Electronic Texts: a project of University College, Cork http://www.ucc.ie/celt (consulté le 15/06/2015).

Additamentum Nivialense de Fuilano, (ANF) éd. MGH SRM II, p. 449-451.

Archdall Mervyn, Monasticon Hibernicon, 1786.

Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais (HE) III 19, éd. et trad., Crépin André, Lapidge Michael, Monat Pierre, Robin Philippe, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, Paris, Les éditions du Cerf (Sources chrétiennes n°489, 490, 491), 200.

Bischoff Bernard, « Il monachesimo Irlandese nei suoi rapporti col Continente », dans Il monachesimo nell’alto medieovo e la formazione della civiltà occidentale, Settimane 4, 1957, p. 121-138.

Bullough Donald A., « The career of Columbanus. », dans Micheael Lapidge (éd.), Columbanus – Studies on the Latin Writings, Woodbridge, Boydell & Brewer (Studies in Celtic History, 17), 1997, p. 128.

Byrne Francis John, Irish kings and high-kings, Dublin, Four courts press, 2001.

Charles-Edwards Thomas M., « The Social Background to Irish Peregrinatio », Celtica, XI, 1976, p. 43-59.

Charles-Edwards Thomas M., Early Christian Ireland, Dublin, Fourt Court Press, 2000.

Clarke Howard B., Brennan Mary, Columbanus and Merovingian monasticism, Oxford, B.A.R., 1981.

Colomban, Epistolae, éd. et trad. G. S. M. Walker, Sancti Columbani Opera, Dublin, Scriptores latini hiberniae, v. II, Dublin, 1957.

Convegno storico colombaniano, San Colombano e la sua opera in Italia, Bobbio, Italie, 1953.

Dierkens Alain, « Prolégomènes à une histoire des relations culturelles entre les îles britanniques et le continent pendant le haut Moyen Âge. La diffusion du monachisme dit columbanien ou iro-franc dans quelques monastères de la région parisienne au viie siècle et la politique religieuse de la reine Bathilde », dans Atsma Hartmut (éd.), La Neustrie : les pays au nord de la Loire de 650 à 850. Colloque historique international, Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia, 16), vol. 2, p. 371‑394.

Dierkens Alain, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse : viie-xie siècles, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1985.

Dietz Maribel, Wandering monks, virgins, and pilgrims: ascetic travel in the Mediterranean world, A.D. 300-800, University Park (Penn.), Pennsylvania State University Press, 2005.

Dumézil Bruno, La Reine Brunehaut, Paris, Fayard, 2008.

Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, éd. et trad. angl. Colgrave Bertram, The life of Bishop Wilfrid by Eddius Stephanus, Cambridge, 1927.

Félire Óengusso éd. et trad. Stokes Whitley, The martyrology of Oengus the Culdee, Londres, Henry Bradshaw society 29, 1905.

Fox Yaniv, Power and religion in Merovingian Gaul: Columbanian monasticism and the Frankish elites, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Guérout Jean, « Faron (Saint) », DHGE, vol. 16, Paris 1967, col. 643-665.

Hildegaire, Vita Faronis, 98, 100, 103, éd. Bruno Krsuch, SRM II, p. 184-203.

Hucbald de Saint-Amand, Vita sa, ctae Rictrudis abbatissae Marciensis, éd. PL 132, Paris 1853.

Jonas de Bobbio, Vita Columbani abbati discipulorumque eius, (VCol) éd. MGH SRM IV, p. 61-152. Trad. de Vogüé Adalbert, Sangiani Pierre, Vie de saint Colomban et de ses disciples, 1988.

Lapidge Michael, Columbanus: studies on the Latin writings, Woodbridge, The Boydell press, 1997.

Le Bras Gabriel, Congrès international et Association des amis de saint Colomban, Mélanges colombaniens: Actes du Congrès international de Luxeuil, 20-23 juillet 1950, Paris, France, Alsatia, 1951.

Le Jan Régine, Famille et pouvoir dans le monde franc, (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

Liber Historiae Francorum, 43. éd. MGH, SRM 2.

Mc Carthy Daniel P., « The Irish Annals – Their origin and evolution V to XI sec. », dans L’Irlanda e gil Irlandesi nell’alto Medioevo, Spoleto, 16-21 aprile 2009, Settimane di studio della fondazione centro italiano di studi sull’alto medioevo (LVII), Spolète, 2010, p. 601-622.

Mériaux Charles, Gallia irradiata: saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du haut Moyen Âge, Stuttgart, F. Steiner, 2006.

Moisl Hermann, « The Bernician royal dynasty and the Irish in the seventh century », Peritia, 2, 1983, p. 103-126.

Moisl Hermann, Hamann Stefanie, « A Frankish aristocrat at the battle of Mag Roth », dans Jean-Michel Picard, Michael Richter (éds.), Ogma. Essays in Celtic Studies in honour of Próinséas Ní Chatháin, Dublin, Four Courts Press 2002, p. 36-47.

Ní Chatháin Próinséas, Richter Michael (éds.), Ireland und Europa. Die Kirche im Frühmittelalter, Stuttgart, Klett-Cotta, 1984.

Ní Chatháin Próinséas, Richter Michael (éds.), Ireland und die Christienheit : Bibelstudien und Mission, Stuttgart, 1987.

Ní Chatháin Próinséas, Richter Michael (éds.), Ireland and Europa im Früheren Mittelalter : Bildung und Literatur, Stuttgart, Klett-Cotta, 1996.

Ní Chatháin Próinséas, Richter Michael (éds.), Ireland and Europe in the early Middle Ages : texts and trandmission, Dublin, 2002.

Ó Cróinín Dáibhí, « Rath Melsigi, Willibrord and the earliest Echternach manuscripts. », Peritia 3, 1984, p. 17-49.

Ó Riain Pádraig, « Les Vies de Saint Fursy : les sources irlandaises », Revue du Nord : Histoire & Archéologie, nord de la France, 69 (269), 1986, p. 405-413.

Picard Jean-Michel, « Church and politics in the seventh century: the Irish exile of King Dagobert II », dans Picard Jean-Michel (éd.), Ireland and Northern France AD 600-850, Dublin, Four Courts Press, 1991, p. 27-52.

Sansterre Jean-Marie, « Attitudes à l’égard de l’errance monastique en Occident du vie au xie siècle », dans Dierkens Alain et Sansterre Jean-Marie (éd.), Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du vie au xie siècle, Genève, Droz, 1999, p. 215-234.

Stancliffe Clare, « Kings who opted out », dans Wormald Patrick (éd.), Ideal and reality in Frankish and Anlgo-Saxon society : studies presented to J.-M. Wallace-Hadrill, Oxford, B. Blackwell, 1983, p. 154-176.

Traube Ludwig, « Perrona Scottorum. Ein Beitrag zur Ueberlieferungsgeschichte und zur Paleographie des Mittelalters », Sitzungsberichte der philosophisch-philologischen und der historischen Classe der K. B. Akademie der Wissenschaften zu München, I (1900), p. 469-538.

Vita Fursei abbatis latiniacensis, éd. MGH SRM II, p. 434-440.

Wood Ian, « Frankish Hegemony in England », dans Carver M. O. H, The Age of Sutton Hoo : the seventh century in North-Western Europe, Woodbridge, Boydell & Brewer, 1992, p. 235-241.

Wood Ian, « Quentovic et le sud-est Britannique », dans Lebecq Stéphane, Béthouart Bruno, Verslype Laurent (éds.), Quentovic. Environnement, archéologie, histoire, Lille, édition du conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle, Lille 3, 2010, p. 165-175.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : La peregrinatio de Colomban d’après la Vita Columbani de Jonas de Bobbio.

Figure 1 : La peregrinatio de Colomban d’après la Vita Columbani de Jonas de Bobbio.

Figure 2 : Les étapes des peregrinationes de Fursy et Feuillien.

Figure 2 : Les étapes des peregrinationes de Fursy et Feuillien.

Figure 3 : Les parochiae d’Armagh et Kildare.

Figure 3 : Les parochiae d’Armagh et Kildare.

Figure 4 : Les étapes des circulations des élites entre Francie et Irlande au viie siècle.

Figure 4 : Les étapes des circulations des élites entre Francie et Irlande au viie siècle.

Notes

1 Jonas de Bobbio, Vita Columbani abbati discipulorumque eius (VCol) ; Colomban, Epistolae.

2 G. Le Bras (éd.), Mélanges colombaniens : Actes du Congrès international de Luxeuil, 20-23 juillet 1950 ; H. B. Clarke, M. Brennan, Columbanus and Merovingian monasticism ; T. M. Charles-Edwards, Early Christian Ireland ; Y. Fox, Power and religion in Merovingian Gaul.

3 A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse: viie xie siècles ; A. Dierkens, « Prolégomènes à une histoire des relations culturelles entre les îles britanniques et le continent pendant le haut Moyen Âge (…) ».

4 P. Ní Chatháin, M. Richter (éds.), Ireland und Europa. Die Kirche im Frühmittelalter ; Ireland und die Christienheit : Bibelstudien und Mission ; Ireland and Europa im Früheren Mittelalter : Bildung und Literatur ; Ireland and Europe in the early Middle Ages : texts and trandmission.

5 Ludwig Traube, « Perrona Scottorum. Ein Beitrag zur Ueberlieferungsgeschichte und zur Paleographie des Mittelalters » ; Le Bras (éd.), Mélanges colombaniens : Actes du Congrès international de Luxeuil, 20-23 juillet 1950 ; B. Bischoff, « Il monachesimo Irlandese nei suoi rapporti col Continente ; H. B. Clarke, M. Brennan, Columbanus and Merovingian monasticism.

6 A. Dierkens, « Prolégomènes… », p. 373-378.

7 T. M. Charles-Edwards, « The Social Background to Irish Peregrinatio », 43-59 ; M. Dietz, Wandering monks, virgins, and pilgrims: ascetic travel in the Mediterranean world, A.D. 300-800, p. 192-196 ; J.-M. Sansterre, « Attitudes à l’égard de l’errance monastique en Occident du vie au xie siècle ».

8 En particulier Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais (HE) et Étienne de Rippon, Vita Wilfridi.

9 Colomban : VCol ; Fursy : Vita Fursei abbatis latiniacensis et Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais (HE) III 19 ; Feuillien : Additamentum Nivialense de Fuilano (AFN).

10 VCol, I, 4.

11 VCol, I, 6.

12 VCol, I, 25.

13 VCol, I, 27.

14 VCol, I, 30.

15 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc, (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, p. 390-391.

16 Y. Fox, Power and religion in Merovingian Gaul, p. 82-89.

17 VCol, I, 4-5 ; I, 27.

18 Vita Fursei abbatis latiniacensis. Cette Vita est la source de Bède, HE, III 19, si les deux récits n’utilisent pas une source commune.

19 P. Ó Riain, « Les Vies de Saint Fursy: les sources irlandaises » ; Vita Fursei, 6.

20 Vita Fursei, 9.

21 Vita Fursei, 10.

22 MS Londres, British Library Harley 5041 f°79-98 ; AFN.

23 Sur Colomban et les rois mérovingiens, voir B. Dumézil, La Reine Brunehaut, p. 362-363.

24 R. Le Jan, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle », p. 182-185.

25 ANF ; R. Le Jan, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle » p. 185 ; C. Mériaux, Gallia Irradiata, p. 38-39 et Y. Fox, Power and religion in Merovingian Gaul, p. 82-89.

26 I. Wood, « Frankish Hegemony in England », p. 235-241.

27 I. Wood, « Quentovic et le sud-est Britannique », p. 171.

28 R. Le Jan, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle », p. 184.

29 Annales d’Ulster (AU) 627.3, Annales de Tigernach (AT) 628. Voir D. P. Mc Carthy, « The Irish Annals – Their origin and evolution V to XI sec. », p. 613.

30 R. Le Jan, « « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle ».

31 A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse, p. 318-327 ; Étienne de Rippon, Vita Wilfridi, XXVI.

32 VCol, I, 3.

33  C. Stancliffe, « Kings who opted out », p. 161-165.

34 F. J. Byrne, Irish kings and high-kings, p. 145-146.

35 P. Ó Riain, « Les Vies de Saint Fursy ».

36 Félire Óengusso, p. 200-201 : Ro togud Ultán i n-apdain Mochta il-Lugbaid 7 ro cuired Fursa remi etsi. J. M. Picard, « Church and politics in the seventh century : the Irish exile of King Dagobert II », p. 34.

37 T. M. Charles-Edwards, Early Christian Ireland, p. 416-440.

38 Liber Historiae Francorum, 43.

39 ANF, p. 451.

40 J.-M. Picard, « Church and politics in the seventh century », p. 42-45 ; T. M. Charles-Edwards, Early Christian Ireland, p. 254-255.

41 M. Archdall, Monasticon Hibernicon, 1786, vol. 2, p. 570-571.

42 AU, 758 : […] Muiredach m. Cormaic Slana abbas Lughmaidh. […] Muiredach, fils de Cormac de Slane, abbé de Louth ; AU 779.2 : […] Moinan m. Cormaic abbas Cathrach Fursi i Francia. […] Moinan, fils de Cormac, abbé du monastère de Fursy en Francie ; AU 789.3 : […] Fedhach m. Cormaic abbas Lughmaidh & Slane & Doim Liacc. […] Fedach, fils de Cormac, abbé de Louth, Slane, et Duleek. AU 802.4 : […] Ailill m. Cormaicc, abbas Slane, sapiens & iudex optimus, obiit. […] Ailill, fils de Cormac ; abbé de slane, sage et bon juge, est mort.

43 AU 825.4 : Colman filius Ailello, abbas Slane & aliarum ciuitatum in Francia & in Hibernia, periit. Colman, fils d’Ailill, abbé de Slane et d’autres cités en France et en Irlande, est mort.

44 Sa présence est attestée comme abbé de Péronne pendant le règne de Thierry III. Voir Hucbald de Saint-Amand, Vita sa,ctae Rictrudis abbatissae Marciensis, 15, cols 327-848C ; J.-M. Picard, « Church and politics in the seventh century ».

45 C. Mériaux, Gallia Irradiata, p. 38.

46 R. Le Jan, « Les élites neustriennes… ».

47 Bède, HE, III, 7, 4.

48 Bède, HE, III, 7 ; III, 25-26 ; IV 1, ; IV, 19. Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, X, p. 20-21.

49 Cette hypothèse repose sur le fait que les disciples de Wilfrid se seraient rendus à Rath Melsigi pour se former. Voir Bède HE, III, 7, 4 et III, 27, 2 et D. Ó Cróinín, « Rath Melsigi, Willibrord and the earliest Echternach manuscripts », p. 1749.

50 R. Le Jan, « Les élites Neustriennes… », p. 190-191.

51 Hildegaire, Vita Faronis, 98, 100, 103 ; C. Mériaux, Gallia irradiata. p. 40.

52 J. Guérout, « Faron (Saint) ».

53 Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, XXVIII.

54 Bède, HE, III, 25 ; Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, X, p. 20-23.

55 Bède, HE, III, 28 ; Étienne de Ripon, Vita Wilfridi, XII, p. 24-27.

56 J.-M. Picard, « Church and politics… », p. 48.

57 Les liens entre les Uí Néill, dynastie montante en Irlande et Armagh étaient en négociation au viie siècle : chacun avait besoin de l’autre pour exprimer sa volonté de primatie sur l’île. Voir T. M. Charles-Edwards Thomas Mowbray, Early Christian Ireland, p. 469-473.

58 H. Moisl, « The Bernician royal dynasty and the Irish in the seventh century ».

59 H. Moisl, S. Hamann, « A Frankish aristocrat at the battle of Mag Roth », p. 36-47.

60 Cette question est en cours d’étude dans notre travail de thèse commencé en septembre 2014.

Auteur

Mathilde Jourdan

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LAMOP UMR 8589