Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appartenances et pratiques des réseaux

 | 
Claude Gauvard

Signes d’appartenance

Connaissance des réseaux « rebelles » en Algérie (1930-1958)

Isabelle Chiavassa

Résumé

Cet article s’appuie sur les archives d’Algérie conservées aux Archives nationales d’outre-mer. Dès 1908, le gouvernement général d’Algérie exerce une surveillance sur des indigènes et sur des chefs religieux soupçonnés de communisme, de panislamisme ou de velléités d’indépendance ; puis entrent en scène les partis nationalistes, et enfin les réseaux clandestins de rebelles de la guerre d’Algérie, après 1954.
C’est la trajectoire du renseignement, et la vision des réseaux construite par les services de police, qui sont en question : comment l’information était-elle rassemblée, résumée, transmise et perçue aux niveaux supérieurs (préfet, gouverneur général, ministre) ? Portant sur les années 1930-1939 (Étoile nord-africaine, Parti du peuple algérien) et sur les années 1955-1958 (Front de libération nationale), cette étude souligne la forte surveillance qui s’exerçait en Algérie sur les séparatistes, et la parfaite information que recevait le gouvernement à Paris.

Texte intégral

  • 1 G. Meynier, LAlgérie révélée : la guerre de 1914-1918 et le premier quart du xxe siècle, p. 254.
  • 2 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, tome 1, p. 72-73, tome 2, p. 825-826.
  • 3 M. Harbi, Le FLN mirage et réalité, p. 17. L’ensemble des histoires publiées sur le nationalisme al (...)

1On sait que le nationalisme arabe est très ancien et s’exprime en Algérie dès le régime ottoman, bien avant l’arrivée des Français. L’idée d’une nationalité proprement algérienne émerge dès 1910 : Gilbert Meynier signale dans sa thèse un projet de drapeau algérien1. À la même époque, Mahfoud Kaddache repère une conscience de l’existence d’une nation arabe, et non algérienne2. Selon Peyroulou, ce mouvement mondial s’inscrit en Algérie dans le contexte d’une renaissance culturelle et religieuse du monde arabe : arabisme et islam sont les deux facteurs d’unité des Algériens, totalement liés, comme le précisait déjà Mohammed Harbi3.

  • 4 Ce projet n’existe pas vraiment avant 1920, puis naît parmi les émigrés, avec deux étapes, la confé (...)
  • 5 G. Pervillé, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, p. 67-100, ouvrage résumé dans G. Pervillé, (...)

2Les étapes du projet d’action politique pour un État national4 sont bien connues, elles ont été résumées par Guy Pervillé5.

  • 6 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 933/399 (alors qu’en 1895 une instruction imprimée sur la (...)
  • 7 Rapport en 1907 de Robert Arnaud, dit Randau, fonds privé, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM (...)

3Les craintes de l’administration portent sur ces velléités d’indépendance mais aussi sur le panislamisme : un projet de congrès islamique au Caire est déjà redouté en 1908 par le gouverneur général d’Algérie qui alerte ses préfets6. Pour comparer avec d’autres colonies, dès 1907 le gouverneur général de l’Afrique occidentale française reçoit d’un proche conseiller un rapport sur l’islam dans l’ouest africain, rapport qui insiste sur ses dangers au plan politique ; et le gouverneur général alerte en 1912 ses subordonnés sur l’attitude antifrançaise de la presse musulmane7.

  • 8 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 1 Affpol 907 et 907bis (l’appel figure aussi dans le carto (...)
  • 9 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 995.
  • 10 G. Pervillé, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, p. 78-86 ; J. P. Peyroulou, « 1919-1944 : l’ (...)

4Plus largement, des mouvements d’indépendance secouent les colonies anglaises et essaient d’entraîner l’ensemble des Musulmans d’Afrique du Nord, mais aussi du Proche-Orient. En 1915, le ministère français des Colonies s’inquiète de l’appel à la guerre sainte lancé fin 1914 à Beyrouth (l’Allemagne essaie de fomenter des révoltes par ce biais en Tunisie et en Algérie : la propagande allemande utilise cette notion de guerre sainte). Le ministère observe le panislamisme, la question du khalifat, s’informe sur la Palestine, le Yémen, Constantinople, l’Inde, le Maroc8, apprend en 1921 un projet de soulèvement des pays musulmans anglais9. Pervillé puis Peyroulou notent qu’après 1919, parmi toutes les influences extérieures possibles, c’est l’émergence de la Turquie moderne qui eut le plus d’influence en Algérie10.

5Par conséquent, les réseaux nationalistes vont être surveillés très tôt en Algérie, la peur d’une diffusion de leurs idées ayant gagné l’administration française. Il m’a paru intéressant de se demander comment étaient informées les autorités sur ces réseaux rebelles dits aussi séparatistes. C’est l’objet de cet article qui s’appuie sur les archives de la présence française en Algérie, conservées aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence.

La période 1927- 1939, appels à l’indépendance

  • 11 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.
  • 12 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

6Premier cas, les années 1930. L’Étoile nord-africaine lance un appel en 1927 « à nos frères habitant le Maroc, l’Algérie et la Tunisie » – appel à lutter pour la libération de ces trois colonies. Considérant que ce texte « invite tous les Musulmans à se soulever pour conquérir leur indépendance », le gouverneur général réagit vivement, demande aux préfets d’en ordonner la saisie et d’aviser le parquet aux fins de poursuites11. En 1929, il appréhende les répercussions des troubles de Palestine (massacre d’Hébron) en Algérie, il alerte sur des tracts qui appellent à l’indépendance des pays arabes opprimés, et sur d’autres parlant de l’impérialisme britannique en Palestine12.

  • 13 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

7Donc l’Étoile nord-africaine, parti autorisé, inspire la méfiance dès l’origine. Bien que séparée en 1928 du parti communiste français, elle lui reste assimilée aux yeux des autorités, qui redoutent aussi l’antimilitarisme. « Les nationalistes risquent de jeter le trouble dans l’esprit de nos indigènes », dit le préfet d’Alger au sous-préfet de Tizi-Ouzou13.

  • 14 B. Stora, Le nationalisme algérien avant 1954, p. 21-41 ; M. Kaddache, Histoire du nationalisme alg (...)
  • 15 Et le Parti communiste, de 1927 à 1935.
  • 16 Avec leur journal propre, intitulé la Défense, dont le rédacteur en chef était Lamoudi.

8Comme l’ont montré Benjamin Stora et Mahfoud Kaddache14, seul Messali ose, dès 1926, le mot d’indépendance, seule l’Étoile nord-africaine la demande constamment15. Mais ces nationalistes ne sont pas les seuls observés. Une surveillance identique (qui apparaît dans les notes et rapports) s’exerce jusqu’en 1939 sur les Oulémas16, les Jeunesses du congrès musulman algérien, les syndicalistes, les chefs religieux, les journalistes, les Tunisiens, Marocains, Égyptiens de passage ; mais aussi sur les scouts musulmans, les écoles coraniques, les anciens combattants musulmans, les marabouts, les réfugiés espagnols, toutes les réunions publiques, les tournées théâtrales. Alors que seul l’Étoile nord-africaine-Parti du peuple algérien demande l’indépendance et remet en cause la souveraineté française.

  • 17 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

9Dès 1930, les sous-préfets d’Algérie doivent envoyer un rapport mensuel sur la propagande communiste dans leur arrondissement au préfet, afin qu’il en rédige un à son tour17. En 1936, des propos tenus dans une réunion des Jeunesses communistes sont rapportés au gouverneur général :

« Notre groupe veut la libération complète du peuple arabe. »

  • 18 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

10Il prévient ses préfets, qui eux-mêmes alertent leurs sous-préfets (qui renseignent police et gendarmerie)18.

  • 19 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 933/399

11Le sous-préfet de Bône, comme les autres, est prévenu : le commissaire de la police spéciale de Bône l’informe des passages de Bendjelloul, les administrateurs de commune mixte lui font des rapports sur l’état d’esprit indigène19.

12Sont soigneusement relevés les déclarations ou les articles de journaux qui parlent d’indépendance : projetant un congrès islamique en 1937, le roi Ibn Séoud a remis le khalifat d’actualité. Cette information descend jusqu’aux sous-préfets en Algérie ; de même, lorsque le journal el Midane, organe de Bendjelloul, écrit :

  • 20 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/34.

« Les musulmans algériens forment une nation qui n’accepte nullement d’être assujettie au pouvoir arbitraire d’un autre peuple. »20

13En 1933, le préfet d’Alger est très préoccupé par :

  • 21 En fait, il craint Ben Badis et El Okbi (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/502).

« Les théories wahhabites qui se répandent et qui pourraient bien chercher à atteindre la cause française. »21

  • 22 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 20.

14Le ministère des Affaires étrangères observe, en 1935, qu’il est impossible de comprendre la situation politique en Algérie sans connaître la propagande orientale, qui a abouti à créer un mouvement néo-wahhabite22.

  • 23 Mais le gouverneur général ne s’alarme pas outre mesure (il y a même des journaux arabes qui approu (...)
  • 24 La préfecture d’Alger, celle d’Oran et de Constantine élaborent leur rapport « l’activité indigène (...)

15L’Étoile nord-africaine est dissoute en 1937 et désormais on observe la presse arabe, comme l’ont souligné les travaux d’Arthur Asseraf : le bulletin Analyse de la presse indigène est réalisé tous les mois par le gouvernement général à partir de 1936. Ce bulletin, diffusé à tous les sous-préfets, a comme rubriques Le nationalisme algérien et Panarabisme-panislamisme, plus tard Anticolonialisme23. L’un de ces journaux indigènes prédit que la France perdra ses colonies24.

  • 25 En tout cas jusqu’en 1938, année où ils sont poursuivis pour manifestation hostile à la souverainet (...)

16À partir de 1937, les trois préfectures élaborent aussi des études mensuelles fouillées sur les tendances politiques indigènes : les élus musulmans, les oulémas réformistes de Ben Badis, le milieu maraboutique, et même les Jeunesses du congrès musulman algérien (qui ne sont pas du tout indépendantistes)25.

  • 26 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 20.

17L’état-major du 19e corps d’armée, pour sa part, dresse des listes de journaux communistes et nationalistes dès 1934, et rédige à partir de 1936 son propre bulletin mensuel sur l’état d’esprit des indigènes nord-africains, en lien avec les répercussions des événements du Proche-Orient26, à savoir la révolte, en 1936-1939, des nationalistes palestiniens sous mandat britannique.

  • 27 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, cite les cotes Archives nationales d’outre-mer FR A (...)
  • 28 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, p. 496.
  • 29 On observe que l’information descend du gouverneur général jusqu’aux sous-préfets, mais les commiss (...)

18Le gouverneur général est au courant, on l’alerte sur le Parti du peuple algérien en 1938 : ce parti a 14 sections à Alger, soit 500 membres, et, en 1939, il totalise 2500 militants en Algérie 27. Les moyens utilisés par ce parti, outre son journal le Parlement algérien, les brochures, tracts et papillons, sont des cartes postales avec portrait de Messali, des cravates vertes, les couleurs vert et rouge pour les clubs sportifs, la musique, les fêtes religieuses locales, les fêtes de famille28 29.

  • 30 Du Parti du peuple algérien.
  • 31 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

19En 1939-1940, la méfiance s’est forcément accrue dans le contexte de guerre. En 1939, le préfet d’Alger s’inquiète auprès des sous-préfets de la distribution de l’hymne national algérien30, et de photographies de Messali31. Ces sous-préfets ont dans leur dossier le journal le Parlement algérien, organe du Parti du peuple algérien.

  • 32 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 20.

20En décembre 1939, l’état-major du corps d’armée craint la propagande antifrançaise de ce Parti dans les régiments indigènes. Et celui du théâtre d’opérations d’Afrique du Nord rédige désormais son propre bulletin mensuel32.

  • 33 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/34 et 35

21La préfecture, dans une étude écrite début 1939, explique avec précision quels sont les réseaux : les JCMA et le Parti communiste algérien sont décrits avec le comité central, le nom de tous les responsables, les sections, le nombre d’adhérents, les activités, tout est bien connu33. Le préfet redoute que la masse indigène soit ébranlée. En conclusion, la préfecture distingue les mouvements qui ne demandent que les droits politiques, et ceux qui veulent « construire une patrie arabe et musulmane » ; ces derniers font peur, et les menaces extérieures sur l’Empire en font une urgence.

  • 34 On sait que le PCF fut mis hors la loi pour avoir approuvé le pacte germano-soviétique et devint cl (...)

22Par conséquent, c’est un grand changement : la préfecture isole les deux seuls mouvements qui présentent un danger, le Parti du peuple algérien, dont les options étaient connues dès l’origine, et dorénavant les Oulémas qui le rejoignent. Et, tout de suite, on agit : on suspend les journaux le Parlement algérien (septembre 1939) et El Ouma. Le Parti du peuple algérien est interdit par décret du 26 septembre 1939, un autre décret à la même date dissout le Parti communiste algérien34.

  • 35 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 1147.
  • 36 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 21.

23En janvier 1940, la préfecture d’Alger dresse encore la liste des principaux militants du PPA (pourtant interdit)35. En mai 1940, l’état-major du 19e corps, et les préfets de leur côté, alertent le gouverneur général sur des suspects communistes36.

24Ces méthodes de surveillance sont de deux ordres. L’information vient souvent d’en haut : c’est le gouverneur général qui alerte le préfet d’Alger, qui attire l’attention des sous-préfets, qui écrivent aux commissaires de police en exigeant une réponse, par exemple sur la présence dans leur ville de tel ou tel suspect. Mais l’information remonte aussi dans l’autre sens : le gouverneur général Le Beau reçoit beaucoup de renseignements sur les réseaux des oulémas, l’Étoile nord-africaine, le Parti du peuple algérien, et sur le Congrès musulman.

L’époque 1955-1958, en pleine guerre d’Algérie37

  • 37 Je passe sur la période 1945-1954, période de clandestinité du réseau du Parti du peuple algérien, (...)
  • 38 B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre dAlgérie, p. 145 à 148.

25En 1955-1958, on n’en est plus à craindre les réseaux indépendantistes, on combat des rebelles déclarés. Il existe d’ailleurs d’autres réseaux et les groupes anticolonialistes prolifèrent en Algérie : les étudiants communistes, les intellectuels ou les écrivains de l’école d’Alger qui croyaient à une autre voie que celle de la violence (Mandouze, Camus, Roblès). De nombreuses personnes aident le FLN, ou essaient de rapprocher les deux communautés autour des revues Clarté ou Consciences maghrébines38.

  • 39 G. Pervillé, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, p. 153.

26En métropole, les réseaux sont très actifs eux aussi ; je me limite ici intentionnellement et ne parle que du Parti communiste algérien, interdit dès septembre 1955, du FLN/ALN et du Mouvement national algérien, et ceci uniquement en Algérie. On sait que le FLN et l’ALN sont des réseaux très organisés : ils mobilisent les étudiants et lycéens, les organisations syndicales qu’ils ont créées (Union générale des travailleurs algériens, Union générale des étudiants musulmans algériens), et lancent des boycotts de l’administration ou des grèves politiques39.

  • 40 M. Faivre, Le renseignement dans la guerre dAlgérie, passim.

27L’organisation du renseignement a parfaitement été décrite par Maurice Faivre40. Et le soulèvement du 1er novembre 1954 avait bien été prévu. Faivre a répertorié l’organisation de tous les services civils et militaires du renseignement, polices, gendarmerie, SLNA, DST, police des communications radioélectriques, et aussi les SAS, car Soustelle les a créées au départ pour améliorer le renseignement ; à partir de juin 1958, on a l’unité de l’organisation du renseignement (civil et militaire).

  • 41 À partir des rapports ou télégrammes reçus : Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 1067:  (...)

28Les saisies de presse et de tracts deviennent quotidiennes. L’information est absolument stratégique et doit circuler, y compris entre chefs civils et militaires, selon un circuit quotidien et non plus uniquement mensuel. D’abord une synthèse des événements, dite rapport mensuel, est élaborée par les préfets à l’intention du délégué général 41 qui en fait un rapport au Président du Conseil.

  • 42 À partir de 1954, FR ANOM 91/5Q27 et suivants.

29Mais le préfet d’Alger envoie aussi au délégué général un « message express » quotidien, qui résume les attentats, actes de sabotage, opérations de police, assassinats du jour. Ce message est élaboré à partir des rapports de gendarmerie, des RG, de la police judiciaire, des commissaires, des sous-préfets. Nous en conservons aussi le brouillon : chaque jour une personne raye les événements qui semblent mineurs, trie l’information et prépare le résumé pour le préfet. Ces messages express relatent aussi des événements purement politiques (diffusion de tracts, projet de création de journal, assemblée générale de la fédération des maires…)42.

  • 43 À partir de 1956, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 415, 1 K 1210, etc.
  • 44 Le préfet reçoit encore des comptes rendus d’émissions de radio en arabe, et aussi des écoutes radi (...)
  • 45 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 893.

30D’autres canaux encore : du corps d’armée au préfet, des bulletins quotidiens et des synthèses mensuelles43 ; de la gendarmerie, des synthèses mensuelles et journalières44. Tout ceci converge vers les préfets d’Alger, Oran et Constantine, puis après juin 1958 vers les généraux exerçant les pouvoirs civils : ainsi le général Massu reçoit les informations des RG pour le département d’Alger45.

  • 46 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 933/399.

31Outre ces synthèses, s’exerce toujours la surveillance traditionnelle, la police signale au préfet les réunions, les tracts et les journaux clandestins (comme les tout premiers numéros d’El Moudjhahid) ; par exemple en 1955, le commissaire de police de Bône envoie une copie de tract du Parti communiste algérien au sous-préfet ; la gendarmerie, qui a trouvé le même tract, l’envoie plus largement au préfet, au gouverneur général, au général, au sous-préfet, au procureur de la République et aux RG46.

32Attardons-nous sur le fonctionnement des Renseignements généraux. Le recueil de renseignement auprès d’informateurs fait partie de leurs méthodes, ce sont des sources désignées par exemple sous le pseudo d’Aladin, Diego, Abraham, Irène, Jonas, Gustave. Ils adressent ensuite au préfet d’Alger de courtes notes sur ces informations recueillies.

  • 47 On donne la liste des commerçants et industriels nationalistes d’Algérie, on décrit les actions de (...)
  • 48 Crime perpétré en 1957 par le FLN.

33Ces notes portent principalement sur le FLN et le Mouvement national algérien. En 1955, les Renseignements généraux signalent au préfet que les nationalistes écoutent la Voix des Arabes, une radio qui émet depuis Le Caire47 ; on rend compte d’une réunion du comité de rédaction d’El Bassaïr (le journal des oulémas). On indique qu’un groupe a prospecté les abris naturels (grottes, bois, ravins) ; qu’un taleb exprime en cours, dans une école coranique, ses sentiments nationalistes. Souvent l’information est purement politique, en 1957, ils détaillent les opinions et réactions des communistes et du FLN après le massacre de Melouza48, ou après des attentats, grèves, l’arrestation de Maurice Audin, celle d’Henri Alleg. Les RG disent aussi les moyens du FLN et des communistes : journaux et brochures, liens de ce réseau avec Paris, directives, mots d’ordre ; ils envoient au préfet un numéro de la Voix du peuple (le journal clandestin du MNA) ; ou ils signalent des faits : collectes de fonds, départs pour le maquis, réunion tenue dans l’ouvroir d’un couvent de sœurs blanches, ou existence d’un réseau FLN dans les mines du Zaccar, avec des ouvriers qui détournent des explosifs. Encore deux exemples, on attire l’attention sur deux directeurs d’école coranique dont les sentiments nationalistes sont bien connus ; et sur un opuscule des Frères musulmans publié au Caire, qui est lu et commenté lors de réunions en faveur du FLN.

34Les rapports mensuels des RG, eux, observent FLN et MNA avec leurs malaises internes. Par exemple, les nationalistes durcissent leur position en juin 1957. Ces rapports sont politiques et non plus factuels.

  • 49 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 9120/13, à partir d’un interrogatoire et d’archives.

35Enfin, expression la plus aboutie de l’évaluation de la menace rebelle, des organigrammes des wilayas du FLN sont entièrement reconstitués par les Renseignements généraux. Ainsi les RG de Médéa font une synthèse sur la wilaya 6 49: ils décrivent la hiérarchie de cette wilaya, un chef ayant rang de colonel, un commandant et un capitaine, une compagnie de 104 hommes, ils donnent le règlement intérieur de l’ALN et les directives aux 6 commissaires politiques.

Le gouverneur général, devenu ministre résidant, puis délégué général est-il informé ?

  • 50 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 305.
  • 51 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 310.
  • 52 Service de documentation extérieure et de contre-espionnage.
  • 53 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 11 cab 108.

36Nous conservons les archives de son cabinet civil et de son cabinet militaire. Jacques Soustelle, en 1955, reçoit un Bulletin de la presse d’Algérie, ainsi que les notes mensuelles des préfets intitulées Lactivité indigène dans le département de50 ; des notes sur les partis, sur les journaux saisis ; des études précises de l’état-major mixte, type Limplantation rebelle en Kabylie51 ; et aussi des messages quotidiens du SDECE52, par exemple sur un déplacement de Ben Bella au Caire, et des résumés hebdomadaires du SDECE sur ce qui se passe en Afrique du Nord53.

  • 54 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/3 F 147: le Sdece informe le ministre résidant, ainsi q (...)
  • 55 1956 (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 378) .
  • 56 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 359.
  • 57 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 12 cab 194.
  • 58 Des proches de Charles-André Julien, socialiste et anticolonialiste, d’Yves Chataigneau, du profess (...)

37Puis c’est Robert Lacoste qui est informé tous les jours : le général Salan, alors commandant de la région militaire, le prévient des attaques verbales d’un poste de radio du Maroc et il en demande le brouillage ; ou bien le SDECE local (en Algérie) le prévient de la formation d’un gouvernement algérien en exil54 ; ou encore la sécurité militaire au Maroc annonce que des cours de sabotage sont organisés, sans doute en Allemagne, pour les Marocains, les Algériens et les Tunisiens rebelles55. Robert Lacoste reçoit des synthèses des émissions arabes de Radio Alger, et surtout « Aux écoutes de la radio arabe », note élaborée par ses services qui résume Radio Damas, Radio Tunis et la Voix des Arabes. Son état-major mixte lui adresse un bulletin quotidien56 ; et il reçoit des rapports très précis et argumentés de la DST57. Exactement comme Soustelle, il en sait beaucoup sur les réseaux. Du reste, il y avait des contacts secrets avec les réseaux rebelles58 : un réseau proche des autorités, par exemple, tente des négociations ultra-secrètes en octobre 1956 avec un des chefs de l’ALN des Aurès.

38Mais que fait le gouverneur général ou ministre résidant ou délégué général en Algérie des documents reçus ? Quelles informations atteignent le ministre chargé de l’Algérie à Paris – c’est en fait le ministre de l’Intérieur, qui supervise une Direction des affaires algériennes ?

  • 59 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 766.
  • 60 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 766.
  • 61 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.
  • 62 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.

39Sur le mouvement des Oulémas, ce ministre reçoit des notes dès qu’il devient séparatiste en 1939 (le gouverneur général prévient le ministre que les oulémas manifestent une hostilité militante à l’égard de la souveraineté française59), puis en 1955 encore60. Il en reçoit de la DST61. En 1956, le SDECE prévient le ministre que désormais les oulémas rejoignent les rebelles, ils ont déclaré lors d’une réunion au Caire qu’ils vont appuyer le FLN62.

  • 63 Brochure sur le FLN, 1960, par la direction des affaires politiques de la délégation générale, Arch (...)
  • 64 Brochure sur le FLN avec photos, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 110 ; rapport du Sde (...)
  • 65 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.
  • 66 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.
  • 67 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 114.

40Sur le FLN, le ministre est renseigné par plusieurs sources : le gouverneur général puis délégué général63, ses propres services de l’Intérieur (sur le financement du FLN), et le Sdece64 ; le gouverneur général envoie aussi au ministre de l’Intérieur des journaux qui publient des articles séparatistes65 ; des rapports sur des affaires d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État66 que le parquet général de Constantine avait adressés au garde des Sceaux parviennent à son collègue de l’Intérieur. Le ministre reçoit même des avis d’exécution de traîtres par le FLN, copies de textes dactylographiés du FLN67, donc des documents de base non synthétisés.

  • 68 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 1067 et 1068.
  • 69 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 507.
  • 70 Secrétaire général à la Présidence du Conseil pour les affaires algériennes.
  • 71 Très concis, ils indiquent entre autres rubriques l’activité rebelle; Salan envoie aussi des rappor (...)

41Tous les présidents du Conseil, Edgar Faure puis Guy Mollet, Bourgès-Maunoury, Félix Gaillard, de Gaulle, reçoivent évidemment aussi les notes du SDECE, et on a vu que le délégué général leur envoie un point mensuel de la situation68. À partir de juin 1958, ce n’est plus tous les mois mais tous les jours que le général Salan, désormais doté des pleins pouvoirs civils et militaires, rend compte au président du Conseil de la situation69 : ce sont des télégrammes adressés en secret/flash à René Brouillet70 pour le général de Gaulle71.

42En conclusion, quelle surprenante minutie pour rassembler l’information sur les « rebelles » ! L’autorité est très préoccupée dès les années 1930. Puis la méthode s’affine au long des années 1940 et 1950. Les services de police et de l’armée entrent dans une infinité de détails précis, mais leurs supérieurs sont obligés de les résumer pour les autorités qui décident. Dans ces messages de synthèse rédigés au niveau des préfets, puis du délégué général, 10 % de l’information subsiste peut-être après tri.

  • 72 Les passages de Messali dans un village sont signalés dans beaucoup de rapports de police, présents (...)

43J’ai voulu montrer par les archives que la surveillance est incessante et que la gravité de la situation est perçue, car l’information est transmise ; le gouvernement, à Paris, est très largement informé sur les réseaux « rebelles ». Ces réseaux (que j’étudie ici en Algérie mais pas en métropole) sont très divers, pas du tout unis, mais rivaux. Les communistes, que ce soit dans les années 1930 ou 1950, sont aussi contrôlés que les nationalistes ; l’Union soviétique avait intérêt à déstabiliser le pays et encourageait ces nationalistes, malgré leur soutien à une religion (il faudrait étudier le champ lexical utilisé, et comment les réseaux se désignent entre eux : le terme de Musulman est revendiqué par les nationalistes, mais aussi utilisé par l’administration française pour désigner les indigènes). Guerre ou pas, tous ces réseaux ont toujours été surveillés de près. Ils s’estiment tous légitimes pour parvenir à l’indépendance du pays, dans une vision optimiste de progrès de l’histoire que nul ne peut empêcher. Leur propagande s’appuie beaucoup sur le passage de personnalités (algériennes, tunisiennes ou marocaines, parfois religieuses) jusque dans les villages les plus reculés72 ; sur les réunions, tracts, opuscules et journaux, et sur le bouche-à-oreille. Ces réseaux doivent être vus dans une optique toujours plus large que l’Algérie : la propagande indépendantiste s’inspire des autres pays du Maghreb depuis au moins les années 1930 (voire 1920), et naturellement dans les années 1950 les réseaux s’inscrivent dans un mouvement mondial de décolonisation.

Bibliographie

Branche Raphaëlle, La guerre dAlgérie : une histoire apaisée ? Paris, Éditions du Seuil (Points histoire, 351), 2005.

Droz Bernard, Lever Évelyne, Histoire de la guerre dAlgérie : 1954-1962, 3e éd., Paris, Éditions du Seuil (Points histoire, 60), 1982.

Faivre Maurice, Le renseignement dans la guerre dAlgérie, Paris, Éditions Lavauzelle, 2006.

Harbi Mohammed, Le FLN mirage et réalité : des origines à la prise du pouvoir, 2e éd., Paris, Éditions Jeune Afrique/STD/Le sens de l’histoire, 1985.

Kaddache Mahfoud, Histoire du nationalisme algérien, Paris, Alger, Paris-Méditerranée : EDIF, 2003, 2 vol.

Meynier Gilbert, LAlgérie révélée : la guerre de 1914-1918 et le premier quart du xxe siècle, Genève, Éditions. Droz, 1981.

Pervillé Guy, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, Paris, Éditions Picard, 2002.

Pervillé Guy, La guerre dAlgérie : 1954-1962, 3e éd., Paris, Éditions des Presses universitaires de France (Que sais-je, 3765), 2015.

Peyroulou Jean-Pierre, Bouchène Abderrahmane, Tengour Ouanassa Siari et Thénault Sylvie (dir.), Histoire de lAlgérie à la période coloniale : 1830-1962, Paris, Éditions La Découverte, Alger, Éditions Barzakh, 2012.

Stora Benjamin, Le nationalisme algérien avant 1954, Paris, Éditions du CNRS, 2010.

Notes

1 G. Meynier, LAlgérie révélée : la guerre de 1914-1918 et le premier quart du xxe siècle, p. 254.

2 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, tome 1, p. 72-73, tome 2, p. 825-826.

3 M. Harbi, Le FLN mirage et réalité, p. 17. L’ensemble des histoires publiées sur le nationalisme algérien (surtout sur la guerre d’Algérie) ont été recensées et analysées par R. Branche, La guerre dAlgérie, une histoire apaisée ?, p. 255-314.

4 Ce projet n’existe pas vraiment avant 1920, puis naît parmi les émigrés, avec deux étapes, la conférence de 1927, le discours 1936 posant publiquement la question nationale.

5 G. Pervillé, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, p. 67-100, ouvrage résumé dans G. Pervillé, La guerre dAlgérie : 1954-1962.

6 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 933/399 (alors qu’en 1895 une instruction imprimée sur la surveillance des indigènes n’exprime pas encore cette crainte, 933/399).

7 Rapport en 1907 de Robert Arnaud, dit Randau, fonds privé, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 75 APOM 7 ; en 1912, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 1 Affpol 907 bis.

8 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 1 Affpol 907 et 907bis (l’appel figure aussi dans le carton FR ANOM 81 F 995, et dans 912/201).

9 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 995.

10 G. Pervillé, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, p. 78-86 ; J. P. Peyroulou, « 1919-1944 : l’essor de l’Algérie algérienne », p. 319-347. Le journal l’Ikdam apparaît dès les années 1920 (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40).

11 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

12 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

13 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

14 B. Stora, Le nationalisme algérien avant 1954, p. 21-41 ; M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, p. 444-453

15 Et le Parti communiste, de 1927 à 1935.

16 Avec leur journal propre, intitulé la Défense, dont le rédacteur en chef était Lamoudi.

17 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

18 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

19 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 933/399

20 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/34.

21 En fait, il craint Ben Badis et El Okbi (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/502).

22 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 20.

23 Mais le gouverneur général ne s’alarme pas outre mesure (il y a même des journaux arabes qui approuvent la dissolution de l’Etoile nord-africaine en 1937, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/30).

24 La préfecture d’Alger, celle d’Oran et de Constantine élaborent leur rapport « l’activité indigène dans le départ de… » ou un rapport mensuel (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 40 G 43-44) dès 1936-1937.

25 En tout cas jusqu’en 1938, année où ils sont poursuivis pour manifestation hostile à la souveraineté française

26 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 20.

27 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, cite les cotes Archives nationales d’outre-mer FR ANOM GGA 11 H 50 et 49, tome 2, p. 929-930.

28 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, p. 496.

29 On observe que l’information descend du gouverneur général jusqu’aux sous-préfets, mais les commissaires de police la font remonter aussi au sous-préfet et au préfet, et elle parvient au gouverneur général, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 11 H.

30 Du Parti du peuple algérien.

31 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 915/40.

32 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 20.

33 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 912/34 et 35

34 On sait que le PCF fut mis hors la loi pour avoir approuvé le pacte germano-soviétique et devint clandestin.

35 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 1147.

36 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 21.

37 Je passe sur la période 1945-1954, période de clandestinité du réseau du Parti du peuple algérien, qui devient ensuite MTLD, période de fréquentes saisies de journaux comme le journal clandestin l’Algérie libre, organe du MTLD.

38 B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre dAlgérie, p. 145 à 148.

39 G. Pervillé, Pour une histoire de la guerre dAlgérie, p. 153.

40 M. Faivre, Le renseignement dans la guerre dAlgérie, passim.

41 À partir des rapports ou télégrammes reçus : Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 1067: rapports mensuels du service départemental des Renseignements généraux, du groupement d’Alger de la gendarmerie nationale, du Bureau pour les affaires de statut local (ancien Service des liaisons nord-africaines), des SAS (sections administratives spécialisées) et SAU (sections administratives urbaines), des Affaires algériennes, du Deuxième bureau du secteur Alger-Sahel ou de celui de l’état-major de la gendarmerie, du service des Forêts, des préfets ou des sous-préfets, du commandant du secteur Alger-Sahel exerçant les pouvoirs civils dans l’arrondissement d’Alger.

42 À partir de 1954, FR ANOM 91/5Q27 et suivants.

43 À partir de 1956, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 415, 1 K 1210, etc.

44 Le préfet reçoit encore des comptes rendus d’émissions de radio en arabe, et aussi des écoutes radio du FLN.

45 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 893.

46 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 933/399.

47 On donne la liste des commerçants et industriels nationalistes d’Algérie, on décrit les actions de l’union de la jeunesse démocratique algérienne, des scouts musulmans. Les tracts sont collectés (Archives nationales d’outre-mer, 91/1F 257, 258, 285).

48 Crime perpétré en 1957 par le FLN.

49 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 9120/13, à partir d’un interrogatoire et d’archives.

50 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 305.

51 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 310.

52 Service de documentation extérieure et de contre-espionnage.

53 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 11 cab 108.

54 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/3 F 147: le Sdece informe le ministre résidant, ainsi que le général commandant supérieur interarmées, et le directeur de la Sûreté nationale en Algérie.

55 1956 (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 378) .

56 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 359.

57 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 12 cab 194.

58 Des proches de Charles-André Julien, socialiste et anticolonialiste, d’Yves Chataigneau, du professeur Le Tourneau, c’est-à-dire un réseau proche du ministre résidant (FR ANOM 7 APOM 18, archives Le Tourneau)

59 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 766.

60 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 766.

61 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.

62 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.

63 Brochure sur le FLN, 1960, par la direction des affaires politiques de la délégation générale, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 110, 81 F 170.

64 Brochure sur le FLN avec photos, Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 110 ; rapport du Sdece sur le FLN à l’étranger, 81 F 114.

65 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.

66 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 767.

67 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 81 F 114.

68 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 91/1 K 1067 et 1068.

69 Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM GGA 3 R 507.

70 Secrétaire général à la Présidence du Conseil pour les affaires algériennes.

71 Très concis, ils indiquent entre autres rubriques l’activité rebelle; Salan envoie aussi des rapports hebdomadaires et mensuels.

72 Les passages de Messali dans un village sont signalés dans beaucoup de rapports de police, présents dans tous les fonds d’archives (préfectures, sous-préfectures, communes mixtes).

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access