Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appartenances et pratiques des réseaux

 | 
Claude Gauvard

Signes d’appartenance

Les nations universitaires au Moyen Âge, des réseaux de « compatriotes » en milieu estudiantin ? L’exemple de la nation de Champagne en l’université d’Orléans

Charles Vulliez

Résumé

Les nations universitaires sont une des manifestations du caractère corporatif de l’universitas magistrorum et scolarium, dont elles regroupent la population étudiante en fonction d’affinités ethniques ou autrement géographiques : elles peuvent ainsi apparaître comme des réseaux de « compatriotes » au sens large du terme. C’était le cas particulièrement en l’université d’Orléans, où cette institution était fort développée (dix nations) et où existait la seule nation de Champagne attestée pour toute l’Europe médiévale. Son « livre » ou cartulaire, encore conservé aux Archives départementales du Loiret (coté D 5), a fourni la base de cette étude, à l’intérieur de laquelle nous nous sommes successivement intéressés au recrutement des suppôts de ladite nation (conditions financières et rituelles d’entrée, bilan géographique), au processus et aux acteurs de son institutionnalisation progressive tout au long de son existence indépendante (jusqu’en 1538), enfin aux différentes formes de l’expression d’une prise de conscience identitaire de la nation champenoise à Orléans.

Texte intégral

1Expression peut-être la plus manifeste du caractère initialement corporatif de l’universitas magistrorum et scolarium médiévale, les nations étudiantes constituaient traditionnellement au sein de cette dernière, des entités regroupant la population universitaire en fonction d’affinités ethniques ou autrement géographiques, et pouvaient ainsi se comporter comme de véritables réseaux de « compatriotes » au sens large du terme (la « grande » ou la « petite » patrie). Elles assuraient à leurs suppôts, souvent déracinés à cause de la peregrinatio academica, une solidarité passive ou active, voire une identité, que ni l’Université en elle-même, « fédération d’écoles » aux temps médiévaux, ni ses subdivisions facultaires, fondées essentiellement sur l’enseignement des disciplines, n’étaient censées leur apporter.

2Ce système des nations était inégalement présent selon les universités. Celle d’Orléans, peut-être en raison d’une plus grande maturité de ses scolares, tous étudiants d’une faculté dite supérieure, juridique, donc relativement plus âgés, était, pour la France, celle où il avait connu son plus gros développement. Jusqu’en 1538, on y comptait dix nations, à savoir dans l’ordre selon lequel l’armorial associé au traité du blason, qui occupe le manuscrit 3711 de la Bibliothèque Mazarine, les énumère et en décrit les armoiries :

  • 1 Paris, Bibl. Mazarine, ms 3711, fol. 26v°-27v° ; édit. L. Douët d’Arcq, « Un traité de blason du xv(...)

« Francia prima corona, Aquitania secunda, Lothoringia IIIa, Almania IIIIa, Burgundia Va, Campania VIa, Normania VIIa, Picardia VIIIa, Turonia IXa, Ecocia (sic, pour Scocia) decima. »1

3Parmi ces nations, la seule attestée pour toute l’Europe médiévale réunissant les étudiants de Champagne. Nous avons pour ce fait choisi cette nation de Champagne en l’université d’Orléans, dont le « livre » ou cartulaire nous a été conservé aux Archives départementales du Loiret (coté D 5), comme exemple et base de réflexion pour cet article. Notre réflexion tournera autour de trois centres d’intérêt : les conditions d’accès et les résultats de l’appartenance à ladite nation (esquisse d’une géographie de ce réseau de « compatriotes » champenois), les acteurs (« officiers ») et le processus d’institutionnalisation de cette dernière, enfin les éléments et les manifestations d’une identité « géo-régionale » de la nation de Champagne dans le milieu universitaire orléanais.

  • 2 Sur ces différences entre les nations de Paris et de Bologne, cf. M. Kintzinger, « Les nations univ (...)

4À la différence des nations de l’alma mater parisienne qui pouvaient accueillir par exemple pour la nation dite de France non seulement les écoliers venus de la France du Nord, voire de l’Île-de-France proprement dite, mais aussi d’autres venant du Languedoc, de principautés italiennes ou des royaumes de la péninsule ibérique, les nations d’Orléans – et c’est ce qui explique leur nombre – étaient des entités relativement homogènes, sélectionnant effectivement les scolares qu’elles accueillaient en fonction de leur origine géographique et/ou ethnique, ce qui de ce point de vue rapprochait davantage l’université ligérienne de celle de Bologne2. À la différence de Paris encore, les nations orléanaises n’étaient pas axées sur l’accueil des « artiens », mais concernaient essentiellement des étudiants des disciplines juridiques, dans le cadre de l’enseignement mono-facultaire qui était celui de la ville.

5Comment se faisait cette sélection géographique des étudiants à la nation de Champagne de l’université d’Orléans ? Pour autant que les lacunes de nos sources nous permettent de le déterminer, celle-ci ne se différenciait pas des autres nations de ladite institution et le système y reposait, comme ailleurs, sur deux éléments, la prestation d’un serment et l’acquittement préalable d’un droit d’entrée.

6Le contenu du serment des novices, de même d’ailleurs que celui du procurateur, nous a été conservé dans le livre de la nation. Sa prestation s’accompagnait d’un rituel solennisé qui y est décrit :

  • 3 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 54 (Sources 18.2.02), édit. M. Fournier, Statuts 3, n° 1887 : « Moi, je (...)

« que le novice, invité à la prestation du serment, muni du vénérable signe de la très victorieuse Sainte Croix, avec la révérence qui convient, capuchon baissé et tête inclinée en vénération des saints Évangiles qu’il touche, commence à lire et à prononcer avec dévotion :
“ Ego juro quod, quotienscumque generaliter aut specialiter requisitus fuero, congregationi nationis mee adero fideliter, deliberabo super hiis que a me petentur. Item, juro quod obediam rectori et procuratori, in licitis et honestis, et quod servabo honorem Universitatis et nationis mee, et secreta que ibi audiero nulli revelabo. Item, juro quod novitios, si qui jurati non fuerint, nationi et procuratori ejusdem nuntiabo. Item, juro quod, si me contingat eligi ad officium procuratoris nationis mee, quod non refutabo honorem et onus, nisi justa de causa.” »3

  • 4 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 63 (Sources 18.2.13), édit. M. Fournier, Statuts I, n° 321.

7En ce qui concerne les droits exigés des « novices », les nouveaux étudiants, ainsi que pour l’acquisition des grades, de nombreux statuts les précisent, voire les renouvellent en augmentant les tarifs ! Pour les novices, le plus intéressant est celui du 24 décembre 14644 : il stipule que le procurateur ne pourra admettre à la prestation du serment quiconque ne se sera acquitté préalablement de 22 sous parisis envers la nation et 2 sous envers le bedeau, (sous peine d’en acquitter lui-même la somme sur ses propres deniers, à la place du scolaris défaillant) – doit-on voir dans la rigueur de cette injonction la volonté de lutter contre d’éventuels passe-droits toujours possibles ?

  • 5 Arch. dép. Loiret D 5, respectivement fol. 58v°, 60v° et 69v°, édit. M. Fournier, Statuts I.236 et (...)

8Dans ce contexte, peut-on se faire une idée de l’effectif de cette population de « compatriotes » champenois ? Trois statuts nous fournissent une liste de suppôts, celui du 10 août 1396, le plus ancien connu, qui fait état de 19 membres, dont le procurateur, celui du 10 avril 1410, qui nous donne une liste de 18 personnages, mais précise qu’il ne s’agit là que de la major et sanior pars de ceux qui ont délibéré, celui enfin du 1er octobre 1520, qui énumère 25 suppôts5.

  • 6 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 75v° et sqq.

9Les mentions de procurateurs dont le diocèse est indiqué dans les statuts, les signa isolés de ces officiarii dans le livre de la nation ou l’enregistrement systématique des élections des procurateurs dans ce dernier à partir de l’année 15346 nous permettent de connaître le diocèse d’origine de 23 de ces personnages pour l’ensemble de la période considérée, des « années 90 » du xive siècle à 1538. En voici la répartition :

1393-1463

1491-1538

Total

dioc. Cathalaunen

dioc. Remen

dioc. Trecen

dioc. Melden

dioc. Senonen

dioc. Lingonen

2

3

1

1

-

-

-

1

3

3

4

5

2

4

4

4

4

5

7

16

23

10On le voit, six diocèses se partagent les étudiants champenois, d’une manière relativement équilibrée pour les valeurs globales, équilibre qui cache cependant une certaine évolution : on constate un apparent tarissement – relatif – du recrutement dans les diocèses de la Champagne traditionnelle au xvie siècle, mais le faible nombre des effectifs considérés rend difficile d’en tirer des conclusions décisives.

  • 7 Sources 22.69, 22.89 et 22.97 respectivement.

11On peut tenter d’obtenir une approximation en recherchant dans les listes des rotuli de demande de bénéfices de la période du grand Schisme (fin xive – début xve siècle) les étudiants susceptibles de se rattacher à la nation de Champagne : on obtient alors des « fourchettes » maximales approximatives, car on sait que diverses nations pouvaient recruter leurs suppôts dans un même diocèse. On obtiendrait alors pour les trois rotuli de 1378, 1394 et 14037 les valeurs suivantes :

Rot 1378

Rot 1394

(absentes exclues)

Rot 1403

dioc. Cathalaunen

dioc. Remen

dioc. Trecen

dioc. Melden

dioc. Senonen

dioc. Lingonen

0

11

2

8

3

4

5

6

1

6

21

6

4

6

2

3

14

6

28

45

35

12Derrière les variations de détail de ces valeurs censées être maximales, on relèvera pour le plus ancien des rotuli, celui de 1378, les chiffres relativement forts de Reims et de Meaux, la faiblesse du diocèse de Langres et, plus surprenante, celle des diocèses de Troyes et de Châlons-en-Champagne. Quant aux valeurs obtenues pour le diocèse de Sens, elles sont moins signifiantes, car ce dernier participait aussi au recrutement de la nation de France.

  • 8 Edit. M. Fournier, Statuts I, 189 à 193 et 254-255 respectivement.
  • 9 Sources 13.1.2 (p. 137-138) ; C. Bloch, J. Soyer, Inventaire sommaire… Série D, p. 8-11.

13Comment se faisait l’encadrement de ces groupes « nationaux » à Orléans ? En fait, même si des textes de nature statutaire évoquent le sort des procurateurs, des bedeaux et des nations aux lendemains mêmes de la reconnaissance officielle de l’université – dès le statut de 1307, un an après les bulles recognitives du pape Clément V du 27 janvier 1306, statut d’ailleurs remis en cause par les lettres et ordonnances du roi Philippe le Bel de l’année 1312 –, il faut attendre les « années 80/90 » du xive siècle pour trouver de vrais statuts « nationaux » s’imposant à tous les suppôts. De ce point de vue, la nation d’Allemagne la mieux organisée, est la plus gâtée sur le plan documentaire, avec un premier corpus de cinq statuts dans les années 1378/82, complété par deux textes supplémentaires en 1406/078. La nation de Champagne est la plus mal lotie, les textes primitifs paraissant perdus, à l’exception des serments du procurateur et des novices, datés semble-t-il à tort par M. Fournier de 1367 et du statut du 10 août 1396, le premier de forme classique, seules épaves survivant de ces textes originels. Cela dit, c’est là le point de départ d’un travail complémentaire, d’un processus d’institutionnalisation qui s’opère pour ladite nation de Champagne de ces « années 90 » à la fin de cette dernière sous sa forme première, c’est-à-dire à son regroupement avec la nation de Picardie en 1538 : Mme de Pommerol, dans son répertoire de Sources, et les érudits archivistes du Loiret auteurs de l’Inventaire de la Série D9 en ont dénombré une quinzaine pendant toute cette période.

14Comment se faisait, du point de vue du processus, cette institutionnalisation, et quels en étaient les acteurs ? Le statut du 10 août 1396 l’illustre parfaitement parce que relativement complet. On y trouve un ordo des pratiques et un certain rôle des officiers de la nation plus ou moins immuable à partir de cette année 1396, comme le montre le procès-verbal du début du texte :

  • 10 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 58v°-59v° ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 236.

« Anno Domini, millesimo trecentesimo nonagesimo sexto, die decima mensis Augusti, convocatione omnium suppositorum nationis Campanie facta per bedellum cjusdem nationis, ad personas singulorum, suppositorum ejusdem nationis, tam licentiatorum, quam baccallariorum et scolarium in Universitate venerabilis studii Aurelianensis studentium, prout idem bedellus retulit vive vocis oraculo, et ad convocationem hujus congregationis in capella dicte Universitatis, in ecclesia Beate Marie Boni Nuncii Aurelianensis, in qua suppositi dicte nationis congregari consueverunt, quotiens convocatur, venerabilibus el discretis viris, [suivent les noms du procurateur et des suppôts assemblés], suppositis ejusdem nationis in Universitate predicta studentibus, deliberatione inter ipsos habiter super modo [suit l’objet de la délibération, puis une fois ladite délibération faite], ex consensu et deliberatione omnium predictorum, dictus procurator, nomine procuratorio nationis predicte et pro ipsa, statuit et conclusit quod… [suit le texte des conclusions du procurator, qui valent statut] »10.

15Comparons, à 132 ans d’intervalle, le procès-verbal du statut du 15 mars 1528 :

  • 11 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 71v° ; édit. C. Bloch, J. Soyer, Inventaire sommaire... Série D, p. 10e

« L’an mil cinq cens vingt huit le quinziesme jour de mars, en la presence de moy notaire […], les escolliers suppostz de la nation de Champaigne en l’Université d’Orléans estant assemblez et congregez en la chappelle Sainct Guillaume en l’esglise Nostre Dame de Bonnes Nouvelles, ont par la conclusion de Me Claude Barbier, suppost et procureur d’icelle nation, conclud et délibéré et statué que doresnavant … »11

16On le voit, l’ordo et les acteurs sont les mêmes : seule la langue du procès-verbal a changé, le français remplaçant le latin, mais y on retrouve les mêmes moments-clés dans les mêmes lieux, la convocation des suppôts par le bedeau, dans la chapelle de l’église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, la délibération de l’assemblée générale des suppôts, les conclusions tirées par le procurateur de la nation, valant statut.

17Le contenu de ces statuts est assez peu varié, avec une dominante financière très marquée, réglant à plusieurs reprises les droits d’admission à la jurande (prestation du serment) pour les novices, les droits à acquitter pour les bacheliers ou licenciés ou aussi pour les procurateurs, instituant progressivement l’unicité de gestion des finances de la nation en faveur du receptor (le receveur) et définissant ses obligations… D’autres textes statutaires, peu nombreux, s’occupent du contenu des serments du procurateur ou des nouveaux, ou encore des exigences liées à la fête du patron de la nation, saint Nicaise.

18Dans tous ces textes interviennent un certain nombre d’acteurs de ces processus institutionnels dont les signa, les seings manuels, succèdent le plus souvent aux actes. On peut en dénombrer quatre, de type différent, dont deux sont des Champenois, le procurateur et le receveur.

19Parmi ces officiarii (officiers) de la nation, le plus important était effectivement le procurateur, élu tous les trois mois par ses compatriotes, il était champenois et tenait en fait, au sein de la nation, le rôle qui était celui du recteur au sein de l’université.

20Le texte du serment du procurator, supposé écrit en 1367, en fait sans doute plus tardif, décrit efficacement ses obligations et ses devoirs :

  • 12 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 54 (Sources 18.2.02), édit. M. Fournier, Statuts III, n° 1887 : « Moi, (...)

« Ego, Petrus Mercerii, juro quod officium procuratoris fideliter exercebo et deliberata in congregatione nationis exequar juxta posse. Item, juro quod nullam privatam faciam fieri congregationem, sed, quotiens congregationes fient, omnes dominos de natione ad illam per bedellum vocari mandabo. Item, juro quod solita juramenta a novitiis in congregatione, recipiam. Item, juro quod, tempore procurationis mee elapso, officium meum sine quaqua difficultate resignabo. Item, juro quod sigillum nationis mee non vendam, non impignorabo, vel quomodolibet alienabo, nec consentiam, vel interero alicui premissorum. Item, juro quod ista juramenta a successore meo recipiam. »12

  • 13 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 75v° et sqq.
  • 14 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 77 - mention de ce récit par J. Soyer, « Passage de Jacques V, roi d’Ec (...)

21La périodicité de cet office semble avoir été de trois mois et apparemment respectée, comme le montre la succession des procurateurs à partir de l’année 1534 précédemment évoquée13. Pendant cet intervalle de trois mois de son mandat électif, le procurateur a la responsabilité des activités de la nation et rend compte des événements qui l’ont concerné. Certes, les rapports de ces procurateurs n’ont pas la richesse de ceux de la nation germanique, mais l’on notera par exemple que l’un d’eux, Jean Laussoirois nous a laissé un récit de la venue à Orléans du roi Jacques V d’Écosse, qui est survenue pendant son mandat en 153614.

  • 15 Sources 18.2.06, édit. M. Fournier, Statuts I, n° 267.
  • 16 Arch. dép. Loiret D 5 fol. 64, 64 et 65v° respectivement (Sources 18.2.15, 16 et 17) ; édit. M. Fou (...)

22Le second officier de la nation recruté parmi les compatriotes champenois est le receveur (receptor) qui depuis le statut du 2 mars 1417 (n.st.)15 est l’unique officier chargé des finances spécifiques de la nation (à l’exclusion de la collecte qui reste l’apanage du bedeau). Trois élections successives de receveur, rapportées dans le livre de la nation de Champagne, celles de Nicolas Prevost au 20 décembre 1475, de Jean Le Cirier au 20 décembre 1476 et de Nicolas Marguiny au 30 décembre 147816 fournissent quelques précisions supplémentaires. La proximité de la date de ces élections avec la fin de l’année peut faire penser à une charge annuelle, renouvelable à ce moment de l’année civile. En tout cas, le mandat apparaît électif, car les trois receveurs concernés, qui portent tous trois le titre de magister, sont élus par le procurateur, assisté de quelques suppôts. Chargés des finances de la nation et étrangers d’origine à la ville, ils doivent pour être élus présenter un garant orléanais qui se porte caution pour eux : en 1475 et 1478, c’est le même personnage, un certain Pierre du Gaulz, brodator (brodeur ?) Aurelianensis qui assure cette garantie pour l’élu, à hauteur de 20 livres parisis ; en 1476, c’est un cordonnier (sutor) et sa femme qui remplissent cet office. Pour compléter la garantie, les trois actes portent le seing manuel d’un notaire.

  • 17 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 63v° et 65v° respectivement (Sources 18.2.04 et 18.2.18) ; édit. M. Fou (...)

23À la différence des deux officiers précédents, qui appartiennent à la nation de Champagne, les bedeaux affectés à cette dernière, comme tous ceux de l’université d’Orléans d’ailleurs, sont des bourgeois de la ville, qui en plus d’une activité professionnelle qui peut être diverse, sont chargés de convoquer l’assemblée générale des suppôts et de prélever sur eux les droits de banc et la collecte (collecta) due aux professeurs, laquelle fait partie de la rémunération de ces derniers. Le registre de la nation de Champagne nous a conservé deux exemples d’élection de bedeaux, celle, d’une part, d’un Jean Prevost (Johannes Prepositi) au 30 mai 1401, en remplacement d’un précédent, Aymericus Blancheti qui a résigné sa charge, celle, d’autre part, d’un certain Gilbert Dufour, au 10 avril 1480 sur un poste devenu vacant par le décès du prédécesseur17. Le premier de son métier est barbier (barbitonsor), le second, clerc notaire de cour épiscopale. Tous les deux font l’objet d’une élection par une assemblée générale (par le procurateur en exercice, assisté de quelques suppôts) et ils doivent prêter serment pour leur office. Fait notable : comme leur élection intéresse l’université directement et que son bon fonctionnement en dépend, dans les deux cas leur élection doit être validée par les recteur et collège de l’université, et en présence de témoins appelés à apposer leur signa à l’acte.

  • 18 Cf. sur ces notaires de l’université d’Orléans, la contribution de C. Vulliez, « Les notaires de l’ (...)

24Enfin, un dernier type d’officiarii apparaît au bas de nombreux actes, qui ne sont pas spécifiques des nations, les notaires, le plus souvent des notaires de l’université, qui sont souvent des notaires de cour ecclésiastique, plus rarement du Châtelet (notaires royaux) : parmi ceux-ci, les principaux sont Johannes Gomberti, Johannes Martini, Petrus Bernardi le jeune, Johannes Prevost, au début du xvie siècle, dont le nom apparaît aussi dans le Livre du Recteur ou l’un de ceux de la nation de France18.

25Cet ensemble institutionnel encadrant ce que nous avons appelé un réseau de « compatriotes », est-il possible d’en caractériser l’identité dans le milieu universitaire orléanais ? Ce qui semble aller de soi quand il s’agit de nations au particularisme ethnique et/ou linguistique bien affirmé comme celle d’Allemagne, voire de Picardie, apparaît moins facile à mettre en évidence pour une petite nation aux contours moins bien définis comme celle de Champagne.

  • 19 Cf. reproduction 1, Arch. dép. Loiret D 5, fol. 4.

26On peut alors dans un premier temps s’intéresser aux signes symboliques propres à cette dernière : trois d’entre eux sont des vecteurs, par et dans lesquels, est susceptible de s’exprimer l’identité de la nation, les armes, le sceau et le « livre ». Les armes19, ce sont celles des comtes de Champagne, « d’azur, à la bande d’argent à deux cotices potencées d’or », portées sur un blason, que présentent deux anges, l’un debout, l’autre agenouillé au-dessus de l’« anneau » des nations – l’énumération circulaire des dix nations constituant l’université d’Orléans :

  • 20 « Ordre des nations de l’université d’Orléans pour la remise des clés du coffre des privilèges et l (...)

« ordo nationum Aurelianensis studii ad claves capse privilegiorum tradendas et ad eligendum receptorem. »20

27Une devise spécifique complète l’expression de l’identité de la nation champenoise :

  • 21 « Dans l’espoir et le silence est ma force. Vive la Champagne ».

« In spe et silentio fortitudo mea. / Vivat Campania. »21

  • 22 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 60 v° (Sources 18.2.05), édit. M. Fournier, Statuts I, n° 258.
  • 23 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 54 (Sources 18.2.02), édit. M. Fournier, Statuts III, n° 1887.

28Nous sommes beaucoup moins renseignés sur les objets mobiliers de la nation, l’archa (le coffre), la verge d’argent et le sceau. Pour ces deux derniers, nous n’en appréhendons l’existence que par des allusions indirectes, la délibération du 10 avril 141022 qui fixe les droits à percevoir sur les suppôts pour permettre l’acquisition d’une verge d’argent ad decorem dicte nationis d’une part, le serment imposé au procurateur23 d’autre part de ne pas aliéner ou mettre en gage le sceau de la nation, dont nous ignorons ce qu’il représentait. Nous n’avons conservé en effet aucun original scellé émané des procurateurs de la nation.

  • 24 Descriptions dans Sources 13.1.2 (p. 136-138).

29Le « livre » ou cartulaire de cette dernière est sans doute ce qui a focalisé le plus l’identité « nationale », car, malgré son aspect assez ordinaire – c’est un petit livre de 81 feuillets de 255 x 170 m/m, assez peu riche en enluminures24 –, il apparaît comme une sorte de patrimoine commun des « compatriotes ». Il comporte des éléments classiques que l’on trouve dans tous les livres des nations orléanaises :

  • un calendrier, commun à tous ces livres (fol. 1-4 pour la nation de Champagne), qui débouche sur les armoiries de Champagne et l’anneau des nations ;

    • 25 Edit. M. Fournier, Statuts I, p. 15 et 16 et notes.
    • 26 Ibid., p. 16 et notes : juramentum rectoris, incipientium in jure canonico et civili, licentiandoru (...)
    • 27 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 4v° et 5.

    le texte des Évangiles25 et des serments des différents protagonistes de l’université26, illustrés pour les premiers de deux très belles peintures représentant le Christ en croix et le Christ en majesté27 ;

  • le contenu documentaire proprement dit qui, comme nous l’avions montré dans notre contribution au Colloque Cartulaires en 1991, se partage en deux éléments, un « tronc commun » de textes, qui va des bulles constitutives de Clément V de 1306 au règlement de l’évêque Hugues Faidit du 24 octobre 1367. Cet ensemble résulte d’un grand moment d’« incartulation » à l’université d’Orléans, à la charnière des xie et xve siècles, tronc commun identique dans tous les livres orléanais complets, en général en écriture gothique et/ou bâtarde – c’est la partie cartulaire du livre – et ensuite une partie que l’on peut appeler registre proprement dit, c’est-à-dire la partie ou ledit livre – et celui de la nation de Champagne ne fait pas exception à la règle – devient autonome et vit sa vie propre, se remplissant en principe au jour le jour en fonction des statuts spécifiques promulgués, en l’occurrence pour notre nation champenoise des folios 54/58 à 81/à la fin du livre) et des « années 80/90 » du xive siècle à 1538.

30Certes, ce livre de la nation de Champagne ne comprend pas, comme les registres des procurateurs de la nation germanique, de magnifiques reproductions des blasons des nobles écoliers de cette riche nation, mais de simples signa et monogrammes divers, qui parsèment le registre çà et là et le bas des folios restés blancs, de manière apparemment désordonnée, mais plutôt que d’insister sur le désordre d’une nation assez peu structurée, voire brouillonne, dans son organisation, nous serions tentés d’y voir l’attachement des procurateurs et autres suppôts de celle-ci à leur livre patrimonial, qui s’exprime par la volonté d’y figurer en bonne place : c’est ainsi que plusieurs suppôts, voire procurateurs, ont voulu laisser leur signa sur le folio 4 qui est celui où se trouvent les armoiries de la nation.

31L’identité nationale passe par les objets et les signes matériels, elle passe aussi par les hommes et leurs activités, en particulier dans le domaine des manifestations conviviales et festives, ou peut se traduire dans la vie scolaire.

  • 28 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 69v°.

32Malheureusement, en ce qui concerne le premier volet, les réjouissances de la nation ou ses fêtes, l’objet premier en principe, de cette association corporative, notre source principale et unique dans les faits est très discrète. Nous apprenons ainsi l’existence de banquets de la nation de manière détournée et fortuite, lorsque le statut du 1er octobre 152028 décide de supprimer le repas d’usage à l’entrée en fonction des procurateurs et de le remplacer par l’acquittement par ces derniers d’un écu à cette occasion ; ces repas d’usage étaient-ils tombés en désuétude ou avaient-ils dégénéré en beuveries, on peut se le demander.

  • 29 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 62v° (Sources 18.2.11) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 316.
  • 30 Arch. dép. Loiret D 5, vol. 64v° (Sources, 18.2.20) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 354.

33Pour ce qui est des fêtes de la nation, on sait qu’un certain nombre de fêtes spécifiques figuraient dans le calendrier de celle-ci, ainsi celles de saint Rigobert, abbé d’Orbais puis archevêque de Reims, un temps disgracié par Charles Martel († 745) au 4 janvier, celle de saint Remi au 1er octobre ; la dédicace de l’église de Reims était fêtée au 18 décembre. Mais la fête de la nation, la seule qui semble avoir donné lieu à des prescriptions statutaires était celle de saint Nicaise, archevêque de Reims, martyr des Vandales en 407. Son natale était au 14 décembre. Le livre de la nation nous a conservé deux textes, l’un du 9 décembre 146229, frappant d’amende les suppôts qui n’assisteraient pas à la messe ce jour-là, l’autre du 15 décembre 149730, qui fait état de l’institution d’une fête solennelle du saint, à laquelle avaient assisté tous les docteurs et de nombreux écoliers, pendant que le procurateur de la nation faisait un sermon. Pourquoi cette fête exceptionnelle à cette date, la question peut être posée. Enfin, au 2 novembre, figure au calendrier de la nation de Champagne une commemoratio animarum studentium, mais rien n’indique qu’il y ait eu ce jour une cérémonie spécifique dans le cadre de la nation. On le voit, on ne peut que constater le caractère bien ténu de notre information sur ce type de manifestations.

34L’identité champenoise avait-elle à Orléans une traduction dans la vie scolaire de la nation ? Y avait-il des écoles ou des maîtres propres à celle-ci ?

  • 31 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 63v° (Sources 18.2.07) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 305.
  • 32 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 78v° ; édit. Inventaire sommaire Série D, p. 9b-10a.

35La question de l’existence de docteurs de la nation peut être posée à partir d’un texte du 24 mars 145131, dans lequel il est fait état d’une dispense accordée par le procurateur de la nation de Champagne à trois docteurs, Simon Guéret, Lambert [ … ] – le nom est resté en blanc – et Evurtius pour Emericus Chambetin, qu’il qualifie tous trois de dominus meus, d’assister à une prochaine élection du recteur, pour des raisons d’âge ou de santé. Notre livre est le seul à faire état de cette dispense. Est-ce suffisant pour supposer un lien particulier entre ces trois maîtres et la nation de Champagne ? On peut se le demander. De même, on peut s’interroger sur la place accordée dans ledit livre à l’obit de deux maîtres illustres de l’université, Toullery et Pierre de l’Etoile, dont le décès est survenu en 1537 ; pour ce dernier, le livre comporte même une épitaphe en vers32. S’agissait-il dans ces différents cas de maîtres d’origine champenoise ? Malheureusement l’information nous manque pour répondre à cette question.

  • 33 E. Jarry, « Les écoles de l’université d’Orléans, leur topographie », p. 47, n. 2 (Sources, 5.09.22 (...)

36On sait par ailleurs qu’il existait à Orléans, au xve siècle, des écoles portant le nom de certaines régions de l’espace géographique français : il y avait ainsi des écoles de France, de Bourgogne, de Bretagne, dont on peut penser qu’elles accueillaient des suppôts des nations correspondantes. Nous n’avons pas trouvé d’écoles de Champagne. Cependant un acte notarié du 14 décembre 1443, détruit, mais dont mention est faite dans l’étude d’Eugène Jarry sur les écoles de l’université d’Orléans33, nous apprend la vente à cette date des grandes écoles de Bourgogne et des écoles Saint-Thibaut à Hémery Chambetin, docteur régent, peut-être de la nation de Champagne. Peut-on, en raison des liens entre le culte de ce saint et la ville champenoise de Provins, aller jusqu’à en déduire qu’il s’agissait là d’écoles de la nation de Champagne ? L’hypothèse peut être à tout le moins formulée.

37Que dire au terme de cette petite étude dont nous ne nous dissimulons pas les limites, limites que nous impose une documentation lacunaire et qui se réduit pratiquement au seul « livre » de la nation de Champagne, dont le caractère essentiellement statutaire privilégie le « législatif » – une quinzaine de statuts des « années 80/90 » du xive siècle à l’année 1538 – au détriment de la pratique et de la vie de relations, ce qui est passablement dommageable s’agissant de l’étude d’une entité universitaire à vocation associative et corporative : ainsi, pour reprendre cet exemple outrancier, nous n’apprenons l’existence de banquets au sein de la nation qu’au détour d’un statut qui en remplace l’usage pour le procurateur par l’acquittement par celui-ci d’une somme forfaitaire !

38Pour autant que ces insuffisances de l’information nous permettent de le dire, il apparaît cependant que tant du point de vue des conditions financières et rituelles de l’entrée dans la nation que du processus d’institutionnalisation de celle-ci et des officiarii qui y participaient, la nation de Champagne de l’université d’Orléans ne se différenciait pas des autres entités similaires.

39Malgré sa taille apparemment d’importance plutôt limitée, celle-ci semble avoir présenté une relative cohérence géographique, un espace fondé sur les quatre diocèses traditionnels champenois, ceux de Châlons-en-Champagne, Meaux, Reims et Troyes, auxquels il faut ajouter – et ils semblent prendre de plus en plus d’importance au xvie siècle – ceux de Sens et de Langres, que notre nation partageait respectivement avec celles de France et de Bourgogne. Peut-être cela a-t-il favorisé la prise de conscience chez les suppôts champenois d’une certaine identité « géo-régionale », dont l’attachement au « livre » patrimonial en quelque sorte de la nation, aux armoiries des comtes de Champagne à l’intérieur de celui-ci, ou à la fête de saint Nicaise, le saint patron de celle-là, peuvent apparaître comme autant de témoignages, témoignages en petit nombre certes, mais cependant tant soit peu exemplaires, nous semble-t-il, de la pratique commune des nations universitaires orléanaises.

Bibliographie

Usuels

Afin d’alléger notre apparat bibliographique, nous avons eu recours systématiquement pour tous les items renvoyant au « livre » de la nation de Champagne d’Orléans (Arch. dép. Loiret D 5), base de notre étude, à deux usuels, cités en abrégé :

Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Sources de l’histoire des universités françaises au Moyen Âge. Université d’Orléans, Paris, INRP, 1978 – répertoire de toutes les sources intéressant l’université d’Orléans.

Marcel Fournier, Les Statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’à 1789, Paris, 1890-1894, 4 vol.

Bloch Camille, Soyer Jacques, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Loiret, Archives civiles. Série D. Instruction publique, sciences et arts, Orléans, 1917.

Douët d’Arcq Louis, « Un traité de blason du xve siècle », Revue archéologique, t. XV, 1858, p. 257-274 et 321-342.

Jarry Eugène, « Les écoles de l’université d’Orléans, leur topographie », Mémoires de la Société archéol. et hist. de l’Orléanais, t. XXXV, 1919, p. 45-72.

Kintzinger Martin, « Les nations universitaires du Moyen Âge : l’université sous conditions ? », Nation et nations au Moyen Âge, Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 261-272.

Soyer Jacques, « Passage de Jacques V, roi d’Écosse à Orléans, en 1536 », Bulletin de la Société archéol. et hist. de l’Orléanais, t. XXIII, n° 237, 1937, p. 267-270.

Verger Jacques et Vulliez Charles, « Cartulaires universitaires français », Table ronde organisée par l’École nationale des Chartes (Paris, 5-7 décembre 1991), Paris, École des Chartes, 1993, p. 423-449.

Vulliez Charles, « Les notaires de l’université d’Orléans (xive siècle – premier tiers du xvie siècle). Des officiarii spécifiques ? », Tabellions et tabellionages de la France médiévale et moderne, Paris, École nationale des Chartes, 2011, p. 305-324.

Annexes

Illustration

Les armoiries de la nation de Champagne et l’« anneau » des nations (Arch. dép. Loiret, D 5, fol.4) – cliché Charles Vulliez, avec la permission des Archives départementales du Loiret.

Les armoiries de la nation de Champagne et l’« anneau » des nations (Arch. dép. Loiret, D 5, fol.4) – cliché Charles Vulliez, avec la permission des Archives départementales du Loiret.

Notes

1 Paris, Bibl. Mazarine, ms 3711, fol. 26v°-27v° ; édit. L. Douët d’Arcq, « Un traité de blason du xve siècle », p. 257-274 et 321-342 (particulièrement p. 340-341) – ind. Sources 62.3.02.

2 Sur ces différences entre les nations de Paris et de Bologne, cf. M. Kintzinger, « Les nations universitaires du Moyen Âge : l’université sous conditions ? », p. 261-272.

3 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 54 (Sources 18.2.02), édit. M. Fournier, Statuts 3, n° 1887 : « Moi, je jure que toutes les fois que d’une manière générale ou spéciale j’en serai requis, j’assisterai fidèlement à l’assemblée générale de ma nation et je délibérerai sur les sujets qui me seront demandés. Je jure aussi que j’obéirai au recteur et au procurateur dans les choses licites et honnêtes et que je conserverai l’honneur de l’Université et de ma nation et que je ne révèlerai à personne les secrets que j’y aurai entendu. Je jure aussi que si des novices n’ont pas prêté le serment, je le signalerais à la nation et à son procurateur. Je jure aussi que s’il m’arrive d’être élu à l’office de procurateur de ma nation, je ne refuserai pas cet honneur et cette charge, sauf pour une juste raison ». – Ce statut ne porte pas de date dans le « livre » de la nation, mais son éditeur, M. Fournier, a proposé celle de 1367, en fonction du texte qui le précède. Il nous paraît quant à nous qu’il peut difficilement être antérieur au texte similaire de la nation allemande du 24 octobre 1378 (Sources 18.1.01). Par ailleurs, le procurateur de la nation qui figure dans notre texte, Petrus Mercerii, est attesté dans un rotulus de demande de bénéfices de 1393 (Sources 22.86). Pour cette raison, nous proposons de « situer » chronologiquement notre texte de serment dans les « années 90 » du xive siècle.

4 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 63 (Sources 18.2.13), édit. M. Fournier, Statuts I, n° 321.

5 Arch. dép. Loiret D 5, respectivement fol. 58v°, 60v° et 69v°, édit. M. Fournier, Statuts I.236 et 258 pour les deux premiers statuts respectifs.

6 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 75v° et sqq.

7 Sources 22.69, 22.89 et 22.97 respectivement.

8 Edit. M. Fournier, Statuts I, 189 à 193 et 254-255 respectivement.

9 Sources 13.1.2 (p. 137-138) ; C. Bloch, J. Soyer, Inventaire sommaire… Série D, p. 8-11.

10 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 58v°-59v° ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 236.

11 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 71v° ; édit. C. Bloch, J. Soyer, Inventaire sommaire... Série D, p. 10e.

12 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 54 (Sources 18.2.02), édit. M. Fournier, Statuts III, n° 1887 : « Moi, Pierre Mercier, je jure que j’exercerai fidèlement l’office de procurateur et que je mettrai en application les délibérations de l’assemblée générale de la nation selon mon pouvoir. Je jure aussi que je ne ferai faire aucune assemblée générale privée, mais que, toutes les fois que des assemblées générales auront lieu, je ferai convoquer tous les suppôts de la nation à celles-ci par le bedeau. Je jure aussi que je recevrai les serments accoutumés des novices en assemblée générale. Je jure aussi qu’une fois le temps de ma procuration achevé, je ne ferai aucune difficulté pour résigner mon office. Je jure aussi que je ne vendrai pas, je ne mettrai pas en gage ni n’aliénerai d’aucune manière le sceau de ma nation, ni ne consentirai ou ne participerai à aucune des actions précédentes. Je jure aussi que je recevrai ces serments de celui qui me succèdera ».

13 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 75v° et sqq.

14 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 77 - mention de ce récit par J. Soyer, « Passage de Jacques V, roi d’Ecosse à Orléans, en 1536 », p. 267-268.

15 Sources 18.2.06, édit. M. Fournier, Statuts I, n° 267.

16 Arch. dép. Loiret D 5 fol. 64, 64 et 65v° respectivement (Sources 18.2.15, 16 et 17) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 326 et 328 pour les deux premiers items, le troisième n’a pas été édité par M. Fournier.

17 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 63v° et 65v° respectivement (Sources 18.2.04 et 18.2.18) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 242 et 331.

18 Cf. sur ces notaires de l’université d’Orléans, la contribution de C. Vulliez, « Les notaires de l’université d’Orléans (xive siècle – premier tiers du xvie siècle). Des officiarii spécifiques ? », p. 321-324.

19 Cf. reproduction 1, Arch. dép. Loiret D 5, fol. 4.

20 « Ordre des nations de l’université d’Orléans pour la remise des clés du coffre des privilèges et l’élection du receveur ».

21 « Dans l’espoir et le silence est ma force. Vive la Champagne ».

22 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 60 v° (Sources 18.2.05), édit. M. Fournier, Statuts I, n° 258.

23 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 54 (Sources 18.2.02), édit. M. Fournier, Statuts III, n° 1887.

24 Descriptions dans Sources 13.1.2 (p. 136-138).

25 Edit. M. Fournier, Statuts I, p. 15 et 16 et notes.

26 Ibid., p. 16 et notes : juramentum rectoris, incipientium in jure canonico et civili, licentiandorum, baccalariorum, procuratorum, bedellorum, stationarium.

27 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 4v° et 5.

28 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 69v°.

29 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 62v° (Sources 18.2.11) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 316.

30 Arch. dép. Loiret D 5, vol. 64v° (Sources, 18.2.20) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 354.

31 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 63v° (Sources 18.2.07) ; édit. M. Fournier, Statuts I, n° 305.

32 Arch. dép. Loiret D 5, fol. 78v° ; édit. Inventaire sommaire Série D, p. 9b-10a.

33 E. Jarry, « Les écoles de l’université d’Orléans, leur topographie », p. 47, n. 2 (Sources, 5.09.22).

Table des illustrations

Titre Les armoiries de la nation de Champagne et l’« anneau » des nations (Arch. dép. Loiret, D 5, fol.4) – cliché Charles Vulliez, avec la permission des Archives départementales du Loiret.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2471/img-1.jpg
Fichier image/, 913k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access