Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appartenances et pratiques des réseaux

 | 
Claude Gauvard

Signes d’appartenance

Réseau et rituels : récit d’une pratique identitaire autour de la production typographique

Virginie Vignon

Résumé

Créée en 2013 en France, Fontyou est la première fonderie typographique collaborative en ligne. Administré par des professionnels de la conception de caractères et du développement informatique, Fontyou sollicite un public de créatifs non formés au dessin de caractères pour initier des projets typographiques et participer à leur développement. De par leur profession, ces graphistes ont des besoins quotidiens en lettres ; à ce titre, ils en sont les principaux usagers autant qu’ils constituent la cible de Fontyou. Comment cette communauté de production parvient-elle à fédérer un réseau ? Selon quelles modalités s’exercent la mise en commun de valeurs et la construction de signes d’appartenance ? Au regard du dispositif technique accompagnant le processus de création typographique, il s’agira d’identifier le rituel dans les stratégies de communication mises en place et de comprendre en quoi l’interaction énonciative participe d’un récit individuel au profit d’une histoire collective.

Texte intégral

  • 1 Cette expression figure en titre de l’ouvrage de F. Millerand, S. Proulx, J. Millerand (dir.), Web (...)

1Fontyou est la première fonderie typographique collaborative en ligne dont le site (lancé depuis 2013 en version bêta) s’est construit autour du « web social »1 et des configurations sociotechniques qui en découlent (fig. 1). Administré par des professionnels de la conception de caractères et du développement informatique, Fontyou sollicite un public de créatifs non formés au dessin de caractères ; leur rôle étant d’initier des projets typographiques et de participer à leur développement. Comme l’explique l’un de ses fondateurs :

  • 2 V. Proust, « Entretien Fontyou very much » réalisé par Pierre-Yann Lallaizon, p. 11.

« Nous nous sommes rendus compte que de nombreux graphistes avaient beaucoup d’excellentes idées typographiques, un très bon trait, une imagination folle, mais sans pour autant avoir la capacité technique de les mettre en forme. Notre volonté est celle-ci : donner la possibilité de distribuer un caractère fini, tout en rémunérant son – ou ses – auteur(s). »2

2Un tel modèle de développement économique repose sur la prise en considération des besoins en lettres des graphistes dont la demande est permanente. À la fois clients et principaux utilisateurs des fontes qu’ils pourraient réaliser, les graphistes sont pour Fontyou à l’initiative des fontes à produire qui correspondent en même temps à leurs desiderata. Il s’agit donc de les inviter à s’investir dans le processus de création moyennant rémunération et accompagnement pédagogique. Cet enjeu représente un véritable défi d’ouverture face à un métier et une pratique réservée généralement aux seuls concepteurs de caractère :

  • 3 Ibid.

« La typographie [est] […] peu sujette à la démocratisation : la diffusion des savoirs et des techniques en est difficile. On retrouve souvent des caractères dessinés par les dessinateurs de caractères, et la pratique se restreint à ce B to B, sans être questionnée. »3

3Dans cette perspective, comment Fontyou organise-t-il l’accès au savoir typographique à destination des graphistes ? Avec quels dispositifs ? En quoi le rôle du réseau combiné au rituel sert-il son positionnement de transmission et d’accompagnement ?

  • 4 V. Appel et F. Boulanger, « La Relation. Une notion centrale de la stratégie de communication des o (...)

4Essayer d’expliquer le fonctionnement de la plate-forme en termes de co-création et de pédagogie reviendra à développer une méthode d’approche qui consiste à y « repérer les relations intéressantes (celles qui font sens dans le contexte retenu) et non toutes celles qui existent »4. Il s’agira ainsi d’interroger les modalités selon lesquelles s’exercent la mise en commun de valeurs et le déploiement d’une médiation relationnelle.

5Cette approche communicationnelle permettra, au regard du dispositif technique d’accompagnement, d’identifier la place du réseau dans ce processus de création typographique (I) et le rôle du rituel dans la fidélisation du réseau (II) ; ces deux axes aboutissant à la mise en place d’une pratique identitaire à la fois individuelle et collective.

Réseau et dispositifs rituels : les enjeux de la co-création typographique

6En quoi réseau et dispositifs rituels constituent des enjeux de la co-création typographique ? Ce premier questionnement va être étudié par étapes en essayant d’aborder le réseau par sa réalité matérielle et sociale dans le cadre d’un projet numérique.

Web social en tant que dispositif sociotechnique

7Fontyou est une fonderie issue du web social, ce qui signifie au moins deux choses, d’une part :

  • 5 F. Millerand, S. Proulx, J. Millerand (dir.), Web social. Mutations de la communication, p. 2.

« L’émergence de dispositifs numériques indissociables de l’évolution d’Internet […], et d’autre part, le développement de pratiques médiatisées par ces dispositifs et centrées sur la participation de chacun dans la production et la diffusion de contenus. »5

8Son site offre même une exemplarité en la matière en concentrant les cinq caractéristiques constitutives de ce développement d’Internet en tant que dispositif sociotechnique. Quelles sont-elles ? Énonçons-les au regard des valeurs développées par l’entreprise.

  • 6 F. Millerand et S. Proulx, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », p. 15.
  • 7 Voir http://www.awards.com/best-websites/co-create-on-fontyou/, consulté le 21 avril 2015.
  • 8 F. Millerand et S. Proulx, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », p. 16.

9À destination d’un public de graphistes, considérés comme porteurs d’initiatives typographiques, Fontyou fait de la « capacité des utilisateurs à créer, remixer et partager des contenus »6 le fondement de son projet collaboratif (1ère caractéristique). Favorisée par l’accessibilité à une plate-forme de co-création (2e caractéristique) pour laquelle FontYou a reçu un prix en mai 2014 pour son ergonomie7, cette activité a pour résultat une « agrégation des contenus postés par les utilisateurs […] », considérés comme « la première source de valeur économique »8 à même de favoriser le développement de projets communs (4e caractéristique).

  • 9 C. Aguiton et D. Cardon, « The Strength of Weak Cooperation : An attempt to Understand the Meaning (...)

10Tout en s’appuyant sur l’expression des différences, il s’agit d’encourager une logique d’intérêt personnel par la possibilité collective d’arriver à produire une fonte. Ce recours à la « force des coopérations faibles » pour reprendre l’expression de Dominique Cardon et Christophe Aguiton9 est à l’origine de la diversité typographique du catalogue de Fontyou, en même temps qu’il crée des liens opportunistes autour de la réalisation d’objets ; liens dont l’existence ne peut se prévaloir au préalable d’appartenance collective ou communautaire (3e caractéristique).

  • 10 V. Proust, « Entretien Fontyou very much » réalisé par Pierre-Yann Lallaizon, p. 14.
  • 11 F. Millerand et S. Proulx, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », p. 16.

11À l’image de Facebook, qui est cité par l’un des fondateurs de l’équipe Fontyou comme une référence10, cette fonderie entre dans la catégorie « des sites de réseaux sociaux à dimension amicale »11 (5e caractéristique). La relation qui s’établit entre des graphistes et l’équipe Fontyou se matérialise sur le site de la fonderie par une plate-forme appelée « co-create » qui organise un espace de co-construction autour de la création typographique. L’agencement des contenus, à la fois mis en jeu et mis en scène, est au cœur du dispositif technique.

12Sa portée stratégique vise au final à :

  • 12 J.-P. Fourmentraux, « Le concept de dispositif à l’épreuve du Net art », p. 137.

« Ne plus séparer producteurs et destinataires [de la typographie], […] envisageant l’ensemble des médiations matérielles, techniques ou symboliques, qui y sont à l’œuvre et qui participent à la coordination des activités de création. »12

  • 13 B. Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, p. 189.

13Dans cette perspective, le réseau peut être ici entendu au sens de Bruno Latour comme une « chaîne d’action, où chaque participant est traité à tous égards comme un médiateur »13 dont le rôle du dispositif est de configurer pragmatiquement les expériences matérielles et humaines, entre cadre et action. Selon quelles modalités ?

Dispositif et réseau

  • 14 Pour Foucault, « le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments », v (...)
  • 15 E. Candel, « Un jeu rejoué. Propositions méthodologiques pour l’étude des dispositifs d’interaction (...)

14Si l’on considère le dispositif comme un cadre à même de fixer des règles, des conventions de communication, on est dans une configuration proche de celle de Michel Foucault qui lie le dispositif au réseau14. Les éléments constitutifs du dispositif ont une dimension normative qui sert à encadrer, agencer la pratique de co-création sur la plate-forme. C’est ainsi que l’onglet « create » oriente le futur participant vers la plate-forme « co-create » (fig. 1) à partir de la page d’accueil du catalogue fontyou.com (fig. 2). Pour y accéder, il est nécessaire de créer un compte à partir de son prénom, nom et adresse mail, puis de revêtir un login servant d’identifiant (fig. 3). Les règles de fonctionnement du dispositif sont également accessibles sur cette page d’inscription. Résumées sous la mention « How it works », elles accompagnent/guident l’utilisateur dans l’appropriation des formes éditoriales constituant l’interface15.

  • 16 E. Goffman, Les cadres de l’expérience, p. 132-159.
  • 17 P. Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, p. 88.

15Ces règles vont conditionner la pratique de la plate-forme et orchestrer une ritualité, dans l’acception d’Ervin Goffman pour le cadre théâtral16 et de Pascal Lardellier pour le dispositif : assimilable aux conditions de production du sens, tout dispositif de communication engendre un contexte qui existe dans l’absolu « avant de l’être en performance »17.

  • 18 Ibid.

« Ceci signifie qu’en vertu d’une double médiation, d’ordre technique et symbolique, ce dispositif, pour parvenir à atteindre une efficacité, doit dépasser son statut de simple environnement spectaculaire (comme peut l’être une scène de théâtre), pour accéder au niveau qui le transformera en contexte. »18

16Comment advient la dimension rituelle de ce contexte ?

17Considérons l’exemple de la plate-forme. De prime abord, le dispositif est conçu comme un espace de rencontre, où s’effectue la mise en relation en même temps que sa mise en scène. Cette formalisation du processus relationnel qui passe par la co-construction d’une réalité symbolique, socialement signifiante, se retrouve notamment dans les messages d’accueil formulés de façon systématique à l’encontre des nouveaux participants par le Community Manager. Le rôle d’animateur de la plate-forme se manifeste notamment dans le rappel spontané de la marche à suivre pour prendre part à la co-création (fig. 4). La dynamique engendrée par le recours à des règles de convivialité connues et susceptibles d’être partagées par le plus grand nombre, au-delà de toute catégorie professionnelle ou classe sociale, contribue à établir un contexte favorable au rituel.

  • 19 Ibid., p. 89.

18Ce partage d’un enjeu commun autour de l’objet typographie est, en outre, constitué d’un assemblage hétérogène qui forme le dispositif : l’hétérogénéité des objets postés sur la plate-forme et les échanges autour de ces objets créent une diversité à même de nourrir la créativité dans un environnement communicationnel. C’est pour cela que les graphistes accèdent à la plate-forme par le Discover – fonction de l’interface qui permet d’accéder à une chronologie des projets graphiques disponibles sur la plate-forme –, y sont présentés les projets postés bout à bout, depuis le plus récent jusqu’au plus ancien horizontalement de gauche à droite (fig. 5). Une telle mise en contexte permet à l’utilisateur nouvellement inscrit sur la plate-forme d’être immédiatement placé face à la création de l’ensemble des participants. « L’efficacité symbolique » de ce contexte rituel tient autant à un décorum délibérément destiné à produire l’émergence de « l’être ensemble » qu’à des facteurs « comme la force de conviction générale de la situation et la légitimité qu’on lui accordera »19.

  • 20 S. Olivesi, « Pascal Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication », p. 464.

19À l’instar de Stéphane Olivesi, nous ne pouvons que reconnaître que le contexte rituel émane bien du dispositif dans la mesure où il « crée un contexte social particulier par des effets de théâtralisation dont dépendent à la fois le déroulement du rite et l’instauration d’une sorte de communication collective »20. Mais comment cela s’organise-t-il ?

20Le dispositif rituel crée un contexte agissant. Il structure l’espace et le temps de la plate-forme en instaurant des repères symboliques comme la désignation du co-créateur du mois qui récompense à échéance régulière l’activité et l’investissement particulièrement remarquables d’un collaborateur en matière de création typographique (Fig. 6). Cette action dépasse ici la simple rémunération pour s’inscrire matériellement dans une structure qui n’est pas figée, ni évanescente (on désigne une voire deux personnes différentes tous les mois), mais qui est datable et potentiellement répétable.

  • 21 G. Charbonnier, Entretiens avec Lévi-Strauss, p. 180.

21Dans la définition du rite, il est question « d’habitudes ou d’aptitudes apprises par l’homme en tant que membre d’une société »21, autrement dit, de fonctions sociales qui passent par des facteurs culturels comme la recherche de nomination et de reconnaissance, contribuant à perpétuer la ritualité. L’importance accordée à ces procédures souligne que le rituel, du fait de son action répétable, peut potentiellement attribuer à chacun une place à titre individuel qui prend son sens dans un faire collectif : ici, le processus de création/production.

22De plus, toute action de création sur la plate-forme revient à construire sa place par son agissement typographique en fonction de celle que donnent les autres :

  • 22 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. I. La présentation de soi, p. 12.

« Les autres [dit Goffman] lui font normalement crédit et lui offrent pendant qu’il est en leur présence la contrepartie d’une chose dont ils pourront établir la véritable valeur qu’après qu’il les aura quittés. »22

  • 23 Ibid.

23La communication participe pleinement du rituel dans la mesure où cette « activité a toutes les caractéristiques d’un engagement à terme »23.

24Voyons désormais comment la ritualité, à travers le réseau, sert la question de l’accompagnement pédagogique et de la transmission des savoirs typographiques entre l’équipe Fontyou et les collaborateurs de la plate-forme.

Réseau et pédagogie : récit individuel et histoire collective

25Nous aborderons cette deuxième étape de notre réflexion en considérant la plate-forme du point de vue de la co-création, à savoir comme un atelier et aussi un lieu d’apprentissage pour les designers non formés à la conception de caractère.

  • 24 Il s’agit de remarques, de suggestions d’altération par exemple, émises de manière générale, à part (...)
  • 25 F. Granjon, « Mobilisations informationnelles et web participatif », p. 91.
  • 26 P. Davadie, « Du réseau à l’exercice du pouvoir », p. 51.

26Chaque designer est invité à poster une Type Idea, c’est-à-dire une intention typographique qui peut prendre la forme d’une illustration, de lettres vectorisées ou d’une esquisse (fig. 7). Toute Type Idea fait ensuite l’objet de différentes interventions de la part des autres designers comme de l’équipe Fontyou. Ces interventions se présentent soit sous forme de commentaires24 (fig. 8), soit de « rebonds », c’est-à-dire qu’elles donnent lieu à des interprétations graphiques proches ou distinctes de la source première d’inspiration (fig. 7). Marquant l’évolution des formes jusqu’au produit fini et commercialisé, « […], [c]es scènes de […] production participative d’information »25réunissent des commentaires, des versions différentes, des successions d’interventions individuelles de la part des auteurs. Elles constituent les ferments d’une pédagogie de la co-création typographique fondée sur la relation et l’interaction, autrement dit, sur le réseau, au sens d’un « ensemble de personnes qui sont en contact les unes avec les autres »26.

  • 27 Ibid., p. 87.

27C’est ainsi que « la vulgarisation et la transmission de connaissances parfois exigeantes sont alors considérées comme des opérations essentielles »27.

Comment est instauré le processus pédagogique ?

  • 28 P. Moeglin, Outils et médias éducatifs. Une approche communicationnelle, p. 163.

28Là encore le dispositif joue un rôle déterminant. Les outils mis à disposition permettent à l’ensemble des intervenants de la plate-forme de pouvoir tracer directement sur les formes postées et d’y ajouter un commentaire (fig. 8). Entre l’équipe FontYou et le designer, le face-à-face distanciel mobilise un échange où les « savoirs doivent se faire enseignables »28. À partir d’un contexte agissant qui structure le temps et l’espace, chaque projet posté est daté, de même que les commentaires dont il fait l’objet. Toute action sur ou à propos d’un projet typographique établit, puis nourrit une relation. La relation est notamment entretenue par la volonté du collaborateur de s’impliquer et de réussir, ce qui représente pour lui un objectif qui permet, en même temps, le maintien du réseau dans la durée.

  • 29 P. Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, p. 108.

« […] c’est la communication sociale au sens le plus large du terme que le rite communautaire favorise. Il en est même un « précipité ». […] la préparation collective et institutionnelle du rite, puis la participation à celui-ci, la gestion de « l’après-rite », enfin, favorisent naturellement les interactions sociales, contribuant à les intensifier. »29

29Mais cet accompagnement régulier sous forme de conseils que les collaborateurs intériorisent à leur rythme selon leur propre manière de faire, participe d’un processus pédagogique permis par le dispositif qui, ne l’oublions pas, est :

  • 30 F. Hatchuel, « Rituels d’enseignement et d’apprentissage », p. 96.

[un] « espace [conçu] comme un terrain de jeu propice à développer leurs capacités d’apprentissage en s’autorisant à essayer et se tromper. »30

Quelles valeurs cela crée-t-il ?

30La liberté de ton dans les commentaires et les contenus formels postés ont en soi une portée dynamisante qui est valorisante (symboliquement et matériellement) pour le collaborateur et valorisable pour Fontyou. À travers son équipe, la start-up fait de la transmission du savoir typographique un des outils créateurs de lien entre ce que représentent la plate-forme et le collaborateur.

  • 31 Ibid., p. 97.

« Dans ce cadre, le(s) savoir(s) occupe(nt) une fonction privilégiée, puisqu’ils constituent un des outils de la définition de soi dans le lien à l’autre […]. Un savoir peut en effet être considéré à la fois comme un objet extérieur au sujet, existant socialement, comme une partie du soi, sur lequel le sujet se structure ou comme l’attribut d’un « autrui » […]. Le savoir [étant] toujours issu d’un Autre, réel ou fantasmé, […] l’acquisition de savoir nous place toujours en dette […] »31

  • 32 Ibid., p. 98.

31L’enjeu de l’apprentissage pour le collaborateur va donc être de pouvoir s’en acquitter et « […] en retour montre[r] qu’il est capable de faire quelque chose de son savoir »32.

  • 33 S. Tisseron, « Nos objets quotidiens », p. 63.
  • 34 F. Hatchuel, « Rituels d’enseignement et d’apprentissage », p. 94.

32Bien que ponctuelle, la relation qui s’établit dans le cadre de la co-création est suffisamment décisive pour encourager le collaborateur à se dépasser et à poster une ou des propositions typographiques de plus en plus abouties (fig. 9). Ce qui permet en l’occurrence à l’apprenant d’être capable de se surpasser tient autant à l’objet typographique lui-même, révélateur de son travail d’assimilation par la manipulation33, qu’au « […] rassemblement ritualisé de personnes adéquates dans le lieu approprié qui donne à la parole sa dimension performative […] »34.

33En cela, le levier pédagogique s’inscrit dans le rituel en développant des valeurs de partage et de respect par rapport au rythme individuel d’apprentissage des collaborateurs de la plate-forme. Ces valeurs s’appuient sur des facteurs de lien que sont la patience et l’encouragement, qui eux-mêmes contribuent à entretenir la relation.

Le rituel : une fidélisation par le résultat

  • 35 Ibid., p. 96.
  • 36 Ibid.

34Ainsi la perspective d’être gratifié non seulement pour lui-même, mais aussi d’être reconnu par l’ensemble des participants comme étant un concepteur de caractère, met en évidence l’effet du rituel dans la récompense au collaborateur. Le rituel devient ainsi un garant supplémentaire dans l’investissement personnel du designer à acquérir un savoir-faire et à être reconnu pour cela. En même temps, il fidélise son action. « Les rituels donnant des places »35, le sujet peut « contribuer à définir « sa » place, en lien avec celles que lui donne le collectif »36.

35Par ailleurs, le nom du collaborateur est associé à l’identité même de la fonte et indiqué comme tel dans la présentation des spécimens (fig. 10). Cette double valorisation – de la fonte et de son auteur – rejaillit sur l’équipe Fontyou par la promesse qu’elle contient : Fontyou permet à des designers de devenir concepteurs de caractère en produisant des fontes dont la qualité est reconnue par l’ensemble d’un milieu professionnel. Le changement de statut, de designer à concepteur de caractère, s’accomplit progressivement au gré des propositions typographiques du collaborateur et des commentaires formulés en retour.

  • 37 S. Tisseron, « Nos objets quotidiens », p. 64.

36Les objets typographiques finalisés et commercialisés par Fontyou procèdent du rituel. Ils sont non seulement des médiations dont les actes se sont matérialisés, mais ils résultent aussi de la capacité des collaborateurs à participer au processus de symbolisation37 ; processus qui est à la fois mis en scène et conditionné par le dispositif technique. La fonte obtenue est constitutive de l’identité individuelle des designers qui ont pris part à son altération autant qu’elle s’inscrit dans un parcours agrégatif d’ordre collectif. La dynamique de resserrement des liens utilitaires qui en découle est fondée sur la confiance et sur son corollaire, le risque, pris par les fondateurs de FontYou vis-à-vis de la co-création.

  • 38 Voir l’article « rituel » consulté dans Le Trésor de la langue française en ligne, le 15 avril 2015

37Du réseau comme lien entre des personnes produisant et partageant des éléments hétérogènes, au rituel entendu comme « manière de faire habituelle dans un groupe, une société »38, Fontyou institue des usages dans le but de « faire réseau », autrement dit de faire lien autour d’un projet commun : co-créer et produire collectivement des fontes à partir d’initiatives individuelles dans lesquelles l’identité des co-créateurs est revendiquée et devient constitutive de celle de la fonte.

38Alors que la co-création se donne à voir selon un angle pédagogique s’inscrivant dans un dispositif pragmatique et interactionniste qui permet de rendre compte de la fragmentation et des différentes étapes dans l’évolution de projets typographiques, le rituel participe d’une codification normative pour un type de pratique sociale.

  • 39 J.-P. Fourmentraux, « fréquenter l’art numérique : configurations techniques et rituels sociaux », (...)

« Il en résulte une situation collective d’énonciation et d’opération qui n’est plus mise au service d’un résultat unique, mais qui se trouve encastrée dans un processus évolutif et incrémental dans lequel des acteurs multiples investissent, individuellement et collectivement, une œuvre qui reste pour partie à faire et à refaire. »39

Bibliographie

Aguiton Christophe et Cardon Dominique, « The Strength of Weak Cooperation : An attempt to Understand the Meaning of Web2.0 », Communications & Strategies, n° 65, 1st quarter 2007, p. 51-65.

Appel Violaine et Boulanger Hélène, « La Relation. Une notion centrale de la stratégie de communication des organisations », Communication, vol. 27/2, 2010, p. 280-294, publié en ligne le 31 mars 2010 et consulté le 13/11/2014. URL : http://communication.revues.org/3197

Candel Étienne, « “Un jeu rejoué” : Propositions méthodologiques pour l’étude des dispositifs d’interaction sur Internet », Journées d’études TIC, Information et stratégies « Dynamiques de réseaux : information, complexité et non-linéarité », Université Paul-Cézanne, Marseille, 4 et 5 mai 2009, disponible en ligne. URL : http://gresic.u-bordeaux3.fr/ticis/journees/2009-marseille/candel.html).

Davadie Philippe, « Du réseau à l’exercice du pouvoir », dans Kempf Olivier (dir.), Penser les réseaux. Une approche stratégique, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 49-65.

Hatchuel Françoise, « Rituels d’enseignement et d’apprentissage », Hermès, n° 43, mars 2005, p. 93-100.

Foucault Michel, « Le jeu de Michel Foucault », 1977, Dits et Écrits, Gallimard, coll. Quarto, [1994], 2001, II, p. 298-329.

Fourmentraux Jean-Paul, « Le concept de dispositif à l’épreuve du Net art », dans Appel Violaine, Boulanger Hélène et Massou Luc (dir.), Les dispositifs d’information et de communication. Concepts, usages et objets, Paris, Édition De Boeck, 2010, p. 137-147.

Fourmentraux Jean-Paul, « Fréquenter l’art numérique : configurations techniques et rituels sociaux », Quaderni, n° 64, automne 2007, p. 89-96.

Goffman Erwin, La mise en scène de la vie quotidienne. I. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Goffman Erwin, Les cadres de l’expérience, (traduit de l’anglais par Isaac Joseph avec Michel Dartevelle et Pascale Joseph), Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1991.

Granjon Fabien, « Mobilisations informationnelles et web participatif », dans Alexandre Coutant (dir.), Internet et politique, coll. Les Essentiels d’Hermès, CNRS Éditions, 2012, p. 83-100.

Lardellier Pascal, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, Paris, L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2003.

Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie, (traduit de l’anglais par Nicolas Guilhot), Paris, La Découverte / Poche, 2007, [2005] Oxford University Press.

Charbonnier Georges, Entretiens avec Lévi-Strauss, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1969.

Millerand Florence, Proulx Serge et Rueff Julien (dir.), Web social. Mutations de la communication, Presses de l’Université du Québec, 2010.

Millerand Florence et Proulx Serge, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », dans Millerand Florence, Proulx Serge et Rueff Julien (dir.), Web social. Mutations de la communication, Presses de l’Université du Québec, 2010, p. 13-30.

Moeglin Pierre, Outils et médias éducatifs. Une approche communicationnelle, Presses universitaires de Grenoble, 2005.

Olivesi Stéphane, « Pascal Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication », Questions de communication [en ligne], 4/2003, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 2 décembre 2014. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5929

Proust Valentine, « Entretien Fontyou very much » réalisé par Pierre-Yann Lallaizon, Tind, n° 3, novembre 2014, p. 10-14.

Tisseron Serge, « Nos objets quotidiens », Hermès, n° 25, mars 1999, p. 57-66.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Détail de la page d’accueil du catalogue de la fonderie Fontyou (http://shop.fontyou.com/​), consulté le 3 juin 2015.

Figure 1 : Détail de la page d’accueil du catalogue de la fonderie Fontyou (http://shop.fontyou.com/​), consulté le 3 juin 2015.

Figure 2 : Détail de la page d’accueil du site Fontyou (http://fontyou.com/​), consulté le 3 juin 2015.

Figure 2 : Détail de la page d’accueil du site Fontyou (http://fontyou.com/​), consulté le 3 juin 2015.

Figure 3 : Détail de la page d’accueil de la plate-forme de co-création (https : co-create.fontyou.com/), consulté le 3 juin 2015.

Figure 3 : Détail de la page d’accueil de la plate-forme de co-création (https : co-create.fontyou.com/), consulté le 3 juin 2015.

Figure 4 : le Commity Manager accueille et informe un nouveau collaborateur des règles de la co-création sur la plate-forme Fontyou, le 17 décembre 2014 (https://co-create.fontyou.com/​specimens/​549093c1e4b079cc14ce9737)

Figure 4 : le Commity Manager accueille et informe un nouveau collaborateur des règles de la co-création sur la plate-forme Fontyou, le 17 décembre 2014 (https://co-create.fontyou.com/​specimens/​549093c1e4b079cc14ce9737)

Figure 5 : Le Discover présente l’ensemble des projets postés sur la plate-forme de co-création de Fontyou (https : co-create.fontyou.com/discover), consulté le 23 avril 2015.

Figure 5 : Le Discover présente l’ensemble des projets postés sur la plate-forme de co-création de Fontyou (https : co-create.fontyou.com/discover), consulté le 23 avril 2015.

Figure 6 : Désignation du co-créateur du mois (http://fontyou.com/​blog/​category/​portraits/​), consulté le 3 juin 2015.

Figure 6 : Désignation du co-créateur du mois (http://fontyou.com/​blog/​category/​portraits/​), consulté le 3 juin 2015.

Figure 7 : De la Type Idea (postée le 28 juillet 2014) au Typeface (postée le 21 novembre 2014) : des commentaires pour nourrir un rebond (https : co-create.fontyou.com/letter/53d667a1e4b0d028f0e873fb), consulté le 23 novembre 2014.

Figure 7 : De la Type Idea (postée le 28 juillet 2014) au Typeface (postée le 21 novembre 2014) : des commentaires pour nourrir un rebond (https : co-create.fontyou.com/letter/53d667a1e4b0d028f0e873fb), consulté le 23 novembre 2014.

Figure 8 : Exemple de tracé par Julien Priez sur la future Thermidor linéale de Jean-Baptiste Morizot, postée le 3 juin 2014 (https : co-create.fontyou.com/specimens/545c9458e4b0b4197a255699)

Figure 8 : Exemple de tracé par Julien Priez sur la future Thermidor linéale de Jean-Baptiste Morizot, postée le 3 juin 2014 (https : co-create.fontyou.com/specimens/545c9458e4b0b4197a255699)

Figure 9 : Échange entre Grégori Vincens, fondateur de FontYou, et le designer, Adrien Midzic autour du Delcate, le 2 décembre 2014 (https : co-create.fontyou.com/specimens/547ce264e4b039b0835089e0)

Figure 9 : Échange entre Grégori Vincens, fondateur de FontYou, et le designer, Adrien Midzic autour du Delcate, le 2 décembre 2014 (https : co-create.fontyou.com/specimens/547ce264e4b039b0835089e0)

Figure 10 : Le nom du collaborateur est associé à l’identité même de la fonte. Exemple du Télémaque FY, sorti le 3 novembre 2014 (http://shop.fontyou.com/​shop/​family/​Telemaque-fy).

Figure 10 : Le nom du collaborateur est associé à l’identité même de la fonte. Exemple du Télémaque FY, sorti le 3 novembre 2014 (http://shop.fontyou.com/​shop/​family/​Telemaque-fy).

Notes

1 Cette expression figure en titre de l’ouvrage de F. Millerand, S. Proulx, J. Millerand (dir.), Web social. Mutations de la communication.

2 V. Proust, « Entretien Fontyou very much » réalisé par Pierre-Yann Lallaizon, p. 11.

3 Ibid.

4 V. Appel et F. Boulanger, « La Relation. Une notion centrale de la stratégie de communication des organisations », § 13.

5 F. Millerand, S. Proulx, J. Millerand (dir.), Web social. Mutations de la communication, p. 2.

6 F. Millerand et S. Proulx, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », p. 15.

7 Voir http://www.awards.com/best-websites/co-create-on-fontyou/, consulté le 21 avril 2015.

8 F. Millerand et S. Proulx, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », p. 16.

9 C. Aguiton et D. Cardon, « The Strength of Weak Cooperation : An attempt to Understand the Meaning of Web2.0 », p. 51-65.

10 V. Proust, « Entretien Fontyou very much » réalisé par Pierre-Yann Lallaizon, p. 14.

11 F. Millerand et S. Proulx, « Le Web social : au carrefour de multiples questionnements », p. 16.

12 J.-P. Fourmentraux, « Le concept de dispositif à l’épreuve du Net art », p. 137.

13 B. Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, p. 189.

14 Pour Foucault, « le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments », voir M. Foucault, « Le jeu de Michel Foucault », p. 299.

15 E. Candel, « Un jeu rejoué. Propositions méthodologiques pour l’étude des dispositifs d’interaction sur Internet », communication disponible en ligne (URL : http://gresic.u-bordeaux3.fr/ticis/journees/2009-marseille/candel.html).

16 E. Goffman, Les cadres de l’expérience, p. 132-159.

17 P. Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, p. 88.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 89.

20 S. Olivesi, « Pascal Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication », p. 464.

21 G. Charbonnier, Entretiens avec Lévi-Strauss, p. 180.

22 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. I. La présentation de soi, p. 12.

23 Ibid.

24 Il s’agit de remarques, de suggestions d’altération par exemple, émises de manière générale, à partir d’une ou plusieurs propositions graphiques, ou de manière ciblée, grâce à l’outil « crop » qui permet de sélectionner un détail de l’image afin d’y attacher une annotation.

25 F. Granjon, « Mobilisations informationnelles et web participatif », p. 91.

26 P. Davadie, « Du réseau à l’exercice du pouvoir », p. 51.

27 Ibid., p. 87.

28 P. Moeglin, Outils et médias éducatifs. Une approche communicationnelle, p. 163.

29 P. Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, p. 108.

30 F. Hatchuel, « Rituels d’enseignement et d’apprentissage », p. 96.

31 Ibid., p. 97.

32 Ibid., p. 98.

33 S. Tisseron, « Nos objets quotidiens », p. 63.

34 F. Hatchuel, « Rituels d’enseignement et d’apprentissage », p. 94.

35 Ibid., p. 96.

36 Ibid.

37 S. Tisseron, « Nos objets quotidiens », p. 64.

38 Voir l’article « rituel » consulté dans Le Trésor de la langue française en ligne, le 15 avril 2015.

39 J.-P. Fourmentraux, « fréquenter l’art numérique : configurations techniques et rituels sociaux », p. 94.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Détail de la page d’accueil du catalogue de la fonderie Fontyou (http://shop.fontyou.com/​), consulté le 3 juin 2015.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 : Détail de la page d’accueil du site Fontyou (http://fontyou.com/​), consulté le 3 juin 2015.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 : Détail de la page d’accueil de la plate-forme de co-création (https : co-create.fontyou.com/), consulté le 3 juin 2015.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4 : le Commity Manager accueille et informe un nouveau collaborateur des règles de la co-création sur la plate-forme Fontyou, le 17 décembre 2014 (https://co-create.fontyou.com/​specimens/​549093c1e4b079cc14ce9737)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5 : Le Discover présente l’ensemble des projets postés sur la plate-forme de co-création de Fontyou (https : co-create.fontyou.com/discover), consulté le 23 avril 2015.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6 : Désignation du co-créateur du mois (http://fontyou.com/​blog/​category/​portraits/​), consulté le 3 juin 2015.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 7 : De la Type Idea (postée le 28 juillet 2014) au Typeface (postée le 21 novembre 2014) : des commentaires pour nourrir un rebond (https : co-create.fontyou.com/letter/53d667a1e4b0d028f0e873fb), consulté le 23 novembre 2014.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 8 : Exemple de tracé par Julien Priez sur la future Thermidor linéale de Jean-Baptiste Morizot, postée le 3 juin 2014 (https : co-create.fontyou.com/specimens/545c9458e4b0b4197a255699)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9 : Échange entre Grégori Vincens, fondateur de FontYou, et le designer, Adrien Midzic autour du Delcate, le 2 décembre 2014 (https : co-create.fontyou.com/specimens/547ce264e4b039b0835089e0)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 10 : Le nom du collaborateur est associé à l’identité même de la fonte. Exemple du Télémaque FY, sorti le 3 novembre 2014 (http://shop.fontyou.com/​shop/​family/​Telemaque-fy).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2465/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

Docteur en histoire de l’art et docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, GRIPIC, CELSA, Université Paris-Sorbonne

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access