La correspondance comme signe d’appartenance à un réseau : sur la fonction symbolique de l’échange épistolaire (Saint Empire romain germanique – xviiie siècle)

Sébastien Schick

Résumé

Les réseaux de clients et d’amis qui, à l’époque moderne, se trouvent au cœur des modes d’action politique, posent un problème spécifique aux acteurs qui les utilisent : puisque ces réseaux sont informels (aucun contrat ne vient fixer l’entrée dans le réseau), les acteurs doivent sans cesse « actualiser » ces liens s’ils veulent qu’ils restent actifs politiquement. C’est ce paradoxe qui est analysé à partir de l’exemple des réseaux entretenus au xviiie siècle par certains des principaux ministres du Saint-Empire romain germanique. L’article démontre qu’un certain type de correspondances est en tant que tel un objet qui permet de dire l’appartenance à un réseau, et de maintenir actifs les liens de dépendance par l’échange répété qu’elles supposent. L’exposé est alors l’occasion de souligner que l’analyse en termes de réseau, si elle s’intéresse à la question du « pouvoir », ne peut se contenter de constater l’existence de liens, car c’est seulement s’ils sont actualisés que ces derniers relèvent du capital social.

  • 1 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », p. 88-89.

1La question de l’appartenance d’un individu à un réseau représente non seulement un problème méthodologique et épistémologique pour le chercheur souhaitant en faire l’analyse, mais aussi un enjeu concret, qui se posait très souvent aux acteurs eux-mêmes. Une façon d’introduire cette double difficulté semble être de revenir sur les deux façons par lesquelles les historiens ont majoritairement considéré le terme de réseau, en précisant que, dans le cadre de cet article, nous nous limiterons à ce qu’on a appelé les réseaux individuels, c’est-à-dire ceux considérés à partir des relations autour d’un individu ou d’un groupe1.

  • 2 Pour une introduction sur ces différents usages, voir H. Boucher, J. Tamiatto, C. Tignolet et G. Tr (...)
  • 3 Pour une présentation d’ensemble de ces travaux, voir E. Haddad, « Noble Clienteles in France in th (...)

2Un premier usage du terme réseau est ancien et métaphorique2 : il représente une métaphore générale de la société ou de l’une de ses composantes, décrites à travers l’image du filet, du nœud, etc. Il désigne par extension tout système de relations inter-individuelles, tout groupe constitué par des relations entre ses membres. Dans le cadre plus spécifique de l’histoire moderne, il a souvent été utilisé comme un synonyme du parti, de la faction, de la clientèle, c’est-à-dire de ces groupes qui donnent à voir un ensemble de liens de dépendance et d’intérêts communs entre ses membres. La période moderne voit se multiplier différents types de liens interpersonnels de dépendance entre les individus, qui prennent la forme de l’amitié ou du lien de patronage par exemple. Se pose alors un premier problème quant à la détermination des critères qui font entrer un individu dans un tel réseau. En effet, les débats ont été très nombreux sur la nature et la fonction de ces liens, mais au-delà des désaccords entre historiens3, les auteurs s’accordent sur la nature informelle de ces relations ; informelle dans la mesure où aucune cérémonie ni aucun contrat ne viennent marquer l’existence du lien, ne viennent signaler l’entrée dans le réseau, ni fixer une appartenance dans la durée.

  • 4 W. Reinhard, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führu (...)
  • 5 Rappelé dans W. Reinhard, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung histo (...)
  • 6 Au cœur de toutes ces relations de dépendance, on retrouve systématiquement des pratiques de dons/c (...)

3Wolfgang Reinhard, grand historien allemand de la papauté, a proposé le terme de Verflechtung, qui se traduit malaisément par entrelacement ou interdépendance, pour évoquer ces types de liens qui structuraient les élites politiques à l’époque moderne, et il en distingue quatre, à savoir l’amitié, le patronage, le lien de famille, et l’origine commune4. Or, il a montré qu’aucun de ces liens, pas même le lien familial, n’a une valeur politique naturellement donnée, et qu’ils demandent donc toujours à être investis d’une valeur politique, puis réactualisés à nouveau afin de rester actifs5. Cette actualisation passe alors par un ensemble de gestes, d’échanges dont le but est précisément, dans le cas de ces relations informelles, de les maintenir actives dans la durée6. Le fait d’appartenir à un réseau dans le sens du groupe d’amis, de dépendants, de fidèles n’est donc jamais un état de fait, mais un problème permanent pour les acteurs, et par rebond pour les historiens qui tenteraient de déterminer si un homme appartient ou non à un réseau de ce type.

  • 7 Pour une présentation synthétique, voir A. Degenne, M. Forsé, Les réseaux sociaux. Une analyse stru (...)
  • 8 Rappelé dans J.-P. Dedieu, Z. Moutoukias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociau (...)

4Mais le réseau est également un concept des sciences sociales – c’est le deuxième emploi évoqué à l’instant – qui exige alors d’examiner les directions, la nature, la fréquence des échanges entre certains individus, ce en quoi la social network analysis représente un outil d’un grand intérêt heuristique7. Toutefois, dans ce cas également, le fait de mettre en évidence des « liens » et de les mettre en série ne suffit pas à établir l’appartenance à un réseau, dans la mesure où, dans ce sens qui n’est pas seulement métaphorique, ce qu’on a appelé les « réseaux sociaux » sont censés faire peser une contrainte formelle sur les choix, les opinions, les comportements des individus8. Le lien ne suffit donc pas, et dans ce cas aussi se pose le problème de la délimitation du réseau : en effet, par définition, la société tout entière est traversée par un ensemble illimité de relations et d’échanges entre des individus si bien que, de proche en proche, c’est très vite l’ensemble d’une société que l’on pourrait voir apparaître en partant des contacts d’un seul individu.

  • 9 S. Milgram, « The small world problem », p. 61-67.

5C’est là le résultat de l’expérience de Stanley Milgram, connue sous le terme de « paradoxe de Milgram », qui montre que deux personnes choisies au hasard dans le monde sont toujours reliées par une chaîne de cinq relations maximum9. Le risque encouru est donc que le chercheur définisse le réseau a priori, dans la mesure où, dit de manière un peu exagérée, quels que soient les individus considérés, il sera possible de mettre en évidence des liens entre eux.

6Reconstituer des relations de connaissance au sein d’un espace social ou géographique ne revient donc pas à reconstituer un réseau entendu dans le sens des réseaux sociaux, car cela ne dit rien de la nature des liens existants. Dans ce second cas également, à partir de quand et selon quels critères faire entrer une relation dans le cadre d’un réseau, si on entend par là non pas seulement la multiplication de liens quelle que soit leur nature, mais de véritables ressources, des liens actualisés dont les agents peuvent faire un usage concret en vue de l’action ?

  • 10 Récemment, cette concurrence a été particulièrement soulignée par l’historiographie anglaise, car d (...)

7Dans cet article, nous partirons de l’exemple du groupe des principaux ministres du Saint-Empire romain germanique au xviiie siècle, qui disposent tous de relations de patronage, d’amitié, de parenté sur lesquelles ils tentent de s’appuyer pour être actifs politiquement, et observons la manière dont se marque l’appartenance à leur réseau, entendu dans les deux sens du terme distingués plus haut. Au cours des années 1720 et 1750, les grandes puissances européennes (principalement la France, l’Angleterre, la Prusse et l’Empereur) se livrent une concurrence féroce dans l’Empire, non seulement parce que, pour la plupart d’entre eux, ils en sont membres (c’est le cas, depuis 1714, du roi d’Angleterre, prince-électeur de Brunswick-Lunebourg de son état), mais aussi afin de s’attacher le plus de princes allemands possibles, eux qui deviennent le meilleur moyen pour faire pencher la « balance européenne » d’un côté ou de l’autre10. Les principaux ministres des plus grands princes allemands négocient alors, et utilisent leur « réseau » dans l’Empire afin de promouvoir l’alliance de leur prince avec tel ou tel camp. Les exemples seront tirés des correspondances de Ferdinand von Plettenberg, premier ministre colonais dans les années 1710-1720, d’Heinrich von Brühl, proche conseiller puis premier ministre des princes-électeurs de Saxe et rois de Pologne Auguste II et III des années 1720 jusqu’à 1763, et de Gerlach Adolph von Münchhausen, conseiller puis premier ministre des princes-électeurs de Brunswick-Lunebourg et rois d’Angleterre des années 1720 jusqu’en 1770.

8Au-delà de ce contexte qui ne restera qu’un arrière-plan, il s’agira de montrer, à partir de ces exemples, qu’un certain type de correspondances est alors non seulement le support d’une information, mais l’objet qui marque l’entrée dans un réseau, et qui, par l’échange qu’elle suppose, permet l’actualisation répétée de cette appartenance. Nous souhaitons montrer qu’elle est, en tant que telle, un objet qui symbolise l’appartenance au réseau de ces ministres, compris comme la somme des relations actualisées, dont ils peuvent se servir pour agir politiquement.

  • 11 Voir J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon, « Introduction », p. 8.
  • 12 Sur ce point, B. Stollberg-Rilinger, « Symbolische Kommunikation in der Vormoderne. Begriffe, These (...)

9Les lettres représentent bien évidemment une source traditionnelle de l’histoire politique et diplomatique ; toutefois elles n’ont longtemps été considérées que par rapport à leur contenu informationnel, c’est-à-dire comme un texte. Or la lettre n’est pas que cela, ce qui est apparu plus récemment dans l’historiographie11 : elle est aussi un objet – la matérialité même de la lettre – et le signe de pratiques réglées socialement – l’acte d’écriture puis l’acte de l’échange, qui cachent un sens symbolique et sont soumis à des règles très strictes. Elle est donc un objet qui s’insère de ce fait dans un « acte de communication symbolique12 » dont la signification est bien plus vaste que son seul contenu informationnel.

10Or la signification du geste d’écriture et d’échange, ainsi que ses règles sociales changent en fonction du type de courrier. L’analyse des lettres reçues et envoyées par les principaux ministres allemands du xviiie siècle laisse immédiatement apparaître l’existence de différents types de lettres, qui se distinguent non pas selon leur contenu, mais selon leur forme, qui vient signifier une valeur et une fonction particulières. Les acteurs distinguent eux-mêmes le plus souvent deux types de correspondances, dont ils se servent tour à tour pour écrire parfois aux mêmes individus, en même temps. Ainsi le grand trésorier autrichien Khevenhüller, lorsqu’il écrit à Gerlach Adolph von Münchhausen dans le cadre de négociations sur des subsides arriérés que l’Angleterre doit encore payer à l’Empereur, le fait parallèlement à une correspondance diplomatique officielle entre les deux couronnes. Dans sa lettre du 5 février 1749, il commence par la mention suivante :

  • 13 British Library, Additional MSS 32816, fol. 80. Notons que cette lettre est gardée dans les papiers (...)

« Je ne puis m’empêcher d’accompagner ma lettre ministériale de ces deux lignes d’amitié. »13

11Khevenhüller semble effectivement envoyer systématiquement quelques lignes en plus, personnellement à Münchhausen, mais elles ne contiennent alors le plus souvent aucune information supplémentaire par rapport à la lettre qu’il nomme ministériale, et que Münchhausen, en tant que membre du conseil privé hanovrien, lira également. Dans sa réponse, le premier ministre hanovrien écrit à Khevenhüller qu’il y trouvera « la réponse des deux lettres, l’une ministériale, l’autre particulière ». Les deux hommes s’échangent donc ces lettres en parallèle, et l’usage de ces deux qualificatifs montre que les acteurs ont conscience d’un écart de nature entre deux types de courriers.

  • 14 Sur ces négociations, voir côté saxon : J. Matzke, Gesandtschaftswesen und diplomatischer Dienst Sa (...)
  • 15 Sächsisches Hauptstaatsarchiv Dresden (HStAD), 10026 GKa, loc. 02994/03, lettre du 7 janvier 1732.
  • 16 Ibid., loc. 02994/02, lettre du 2 avril 1731.

12On trouverait des exemples similaires dans les correspondances de tous les ministres cités plus haut. Or systématiquement, on constate que les missives appelées « particulières » (parfois aussi « privées » ou « personnelles ») et celles appelées « ministériales » (parfois simplement « relations ») ne se différencient pas prioritairement par leur contenu, mais par leur forme. Comparons deux lettres envoyées par les ministres prussiens au tournant des années 1720-1730 dans le cadre des négociations pour le rattachement du prince-électeur de Saxe et du prince-électeur de Cologne à l’alliance prusso-autrichienne ; l’une, « particulière », adressée à Heinrich von Brühl, favori du premier, l’autre « ministériale », envoyée à Ferdinand von Plettenberg, premier ministre du second14. Dans la première, tirée d’une correspondance longue de plusieurs années, Friedrich Wilhelm von Grumbkow, principal ministre prussien, commence par un simple « Monsieur », puis s’adresse à Brühl par la formule V.E., abréviation de Votre Excellence15, parfois aussi, dans d’autres lettres, par l’expression « mon frère » ou « cher ami16 ». Grumbkow, dont il faut noter qu’il est officiellement en charge au sein de l’État prussien, non pas de la diplomatie, mais des questions militaires et fiscales, écrit par ailleurs de sa main propre et termine par la formule « je suis très sincèrement, monsieur, de VE, le très humble et très obéissant », suivie de sa signature.

  • 17 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 12968, fol. 64-65.
  • 18 « Hochgebohrener Graff, hochgeehrtester Herr Ober Cammerer und Würcklich Geheimbter Etats Rath ».
  • 19 Une analyse dans H. Droste, Im Dienst der Krone. Schwedische Diplomaten im 17. Jahrhundert, p. 101- (...)
  • 20 « Königl: Preußir: Verordnete Würckl: Geheimbte Räthe ».

13Tous ces points sont en opposition avec ce qu’on observe dans la lettre « ministériale », envoyée à la même époque et relative au même contexte diplomatique par les responsables officiels de la diplomatie prussienne – depuis 1728, un département spécifique a été institué – au premier ministre colonais Plettenberg17. La lettre débute cette fois-ci par une formule d’appel qu’on peut appeler « complète » dans la mesure où elle rend compte de la position officielle du destinataire au sein de l’État colonais et de la société d’ordre (« Comte bien né, Monsieur le plus honoré grand trésorier et conseiller privé d’État véritable18 »). Ensuite, l’adresse « Votre Excellence » (Eure Excellentz) n’est jamais utilisée dans sa forme abrégée ; la lettre, enfin, est écrite non pas de la main des ministres, mais par le secrétaire de l’administration utilisant la graphie typique et caractéristique des chancelleries du xviiie siècle19, tandis que la formule de politesse conclusive est suivie de la signature des trois ministres responsables de l’administration, nommés par leur titre officiel au sein de l’État (« officiels et véritables conseillers privés royaux prussiens20 »).

  • 21 Nous sommes loin de la lettre intime entre amis, telle qu’elle semble se développer dans la seconde (...)

14Ces exemples pourraient être multipliés : or à chaque fois, les mêmes critères – tout du moins une grande majorité d’entre eux – sont observables. Ainsi, la première lettre dite « particulière » semble bien, dans sa forme même, mettre en scène un lien particulier, individuel, entre deux hommes ; elle est informelle si on n’entend pas par là, non pas l’absence de forme, mais la mise en scène au contraire très « formalisée » d’un caractère non officiel. Au contraire, c’est précisément cet aspect officiel que souligne la forme de la lettre « ministériale ». Le contenu ne semble pas pouvoir être considéré comme un critère distinctif, car les deux missives citées traitent des mêmes questions diplomatiques, la lettre « particulière » ne contenant aucune dimension d’intimité21. Plus qu’à des contenus dissemblables, il semble donc que la différence de forme renvoie symboliquement à différents types de lettres, dont la nature et la fonction sont différentes, les acteurs puisant dans ces registres selon le contexte et l’effet recherché.

  • 22 Problématisé dans P.-Y. Beaurepaire, H. Hermant, « Introduction », p. 20-21.
  • 23 H. Bots, F. Waquet, La République des lettres, p. 96.
  • 24 M. Hengerer, « Abwesenheit beobachten. Zur Einführung », p. 12-13 et p. 27-28.

15Reste à savoir quelles sont les différentes fonctions symboliques et sociales associées à ce type très spécifique de lettres que Münchhausen et Khevenhüller appelaient « particulières ». Pour le comprendre, il faut d’abord rappeler qu’à l’époque moderne, l’envoi d’une lettre était soumis à des règles sociales des plus strictes22. Ainsi, il est nécessaire de disposer d’une lettre de recommandation si l’on veut pouvoir adresser un courrier à quelqu’un dont on n’a pas l’honneur d’être connu, ce qui a été souligné dans le contexte de la République des lettres par exemple23. En effet, la lettre construit de manière symbolique la fiction d’une situation de présence, au-delà de l’absence véritable, et crée donc l’illusion d’une situation de face-à-face, si bien que les règles qui s’appliquent à la visite se transposent au cas de l’écriture épistolaire : sans intermédiaire ni recommandation, vous ne serez pas reçu au palais, et symétriquement, vous ne serez donc pas lu non plus24.

16Ce que l’historiographie a moins souligné, c’est que le fait de débuter une correspondance doit être considéré comme une pratique qui, comparativement à l’envoi d’une lettre isolée, représente un saut qualitatif d’un point de vue social et symbolique. « Être en correspondance » est un « état » signifiant pour la relation elle-même, et il s’agit donc d’une pratique qui ne se limite pas au simple fait de s’envoyer des lettres de manière réitérée. Tout comme on demande l’autorisation avant d’écrire une lettre, on doit demander celle de débuter une correspondance, si bien qu’être en correspondance devient un signe symbolique sur la nature de la relation entre les deux épistoliers. C’est ce que nous permettent de comprendre les débuts de nombreuses correspondances, comme celle entre Charles Townshend, ministre anglais responsable de la diplomatie dans les années 1720, et Plettenberg. Le ministre anglais écrit ainsi le 12 septembre 1729 au premier ministre colonais pour lui demander l’autorisation d’entrer en correspondance :

  • 25 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 5474, fol. 28, lettre du 12 septembre 17 (...)

« Je prie V.E. de me faire savoir par le même courier, comment je pourrai entretenir une correspondance avec elle, car comme je compte pour un très grand bonheur de vous avoir connu personnellement, et lié une amitié avec vous, j’embrasseray avec joye toutes les occasions de la cultiver. »25

  • 26 Ibid., fol. 8-21.
  • 27 Ibid., fol. 16.

17Or, dans les archives de Plettenberg, on retrouve quatre lettres de la main du ministre anglais qui sont antérieures à ce courrier, l’une ancienne, de 1725, mais les autres très récentes26 ; celle du 23 août 1729 commence même par des remerciements à Plettenberg pour l’envoi de ses deux dernières lettres, ce qui signifie bien qu’un échange épistolaire régulier avait déjà lieu entre les deux ministres27. Mais cet échange n’est pas de la même nature que le fait d’« entretenir une correspondance », pratique qui est alors nommée, et dont la nature semble donc dépasser dans sa signification l’échange régulier de lettres. Pour « entretenir une correspondance » et non seulement s’échanger des lettres, Townshend a besoin d’une autorisation spécifique.

  • 28 H. J. Pretsch, Graf Manteuffels Beitrag zur österreichischen Geheimdiplomatie von 1728 bis 1736. Ei (...)
  • 29 HStAD, 10026 GKa, loc. 03063/05, fol. 106.
  • 30 Ibid., fol. 109.

18On retrouve ce même schéma dans les débuts de la correspondance échangée à partir de 1730 entre Manteuffel, ancien ministre saxon des affaires étrangères tout juste disgracié28, et Brühl. En août, c’est ce dernier qui annonce à Manteuffel que le roi lui accorde une pension à vie, si bien qu’il lui répond par sa lettre du 31 août afin de le remercier29. Puis Manteuffel envoie à Brühl des nouvelles de Magdebourg, où il se trouve en ce 4 septembre30. Un échange épistolaire a donc lieu, mais il n’entre pas encore dans la catégorie « correspondance ». Dans sa lettre du 12 septembre, et en référence à une lettre qu’il vient de recevoir de Brühl et qui ne nous est pas connue, Manteuffel écrit enfin :

  • 31 Ibid., fol. 118.

« Je suis charmé d’y trouver que ma correspondance ne vous est pas désagréable, et cela étant je l’entretiendrai le plus soigneusement qu’il me sera possible. »31

19La correspondance est officiellement déclarée, et elle durera jusqu’en 1744.

20Or dans ces différents exemples, ce ne sont pas n’importe quelles lettres qui sont échangées jusqu’à devenir des « correspondances » : deux conseils privés, deux ministres en tant que ministres n’ont évidemment pas à se demander l’autorisation pour s’écrire dans le cadre de leur fonction, et ils s’échangent alors simplement des « relations » ou des « lettres ministériales », mais pas des « correspondances ». Au contraire, dans tous les exemples que nous avons cités, c’est toujours le même type de lettres que l’on retrouve, et qui se signale toujours par la même forme : celui que nous avons appelé « lettres particulières ».

  • 32 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 5474, fol. 28, lettre du 12 septembre 17 (...)

21Revenons dès lors à la lettre de Townshend, citée plus haut. La deuxième partie de l’extrait est capitale, car elle donne la justification de la demande d’entrée en correspondance : cette demande est légitime car Townshend a rencontré Plettenberg « personnellement » et qu’il a, de plus, « lié une amitié » avec lui32. Ainsi, le ministre anglais semble bien lier, dans un rapport de causalité, le fait d’« entretenir une correspondance » et le fait d’être ami ou de se connaître personnellement, une relation qui nécessite alors d’être cultivée par l’entretien de la correspondance.

22Il y aurait donc un lien entre l’échange d’un certain type de courriers – ces lettres que nous avons appelées, à la suite des acteurs, des lettres particulières, car elles mettent en scène, par leur forme, une certaine proximité entre deux hommes – un « état » – celui d’« être en correspondance », pratique qui dépasse l’échange répété de lettres – et enfin un type de relations – ici l’amitié, mais dans d’autres exemples observables dans les archives le lien de patronage, ou le lien familial. Se pose toutefois la question de la nature du lien de causalité entre ces éléments : la correspondance n’est-elle possible que si l’on est par ailleurs ami, patron ou client, ou l’échange de correspondances particulières doit-il être compris comme une pratique qui permet à ces relations d’être instituées symboliquement ? Nous pensons que l’échange épistolaire particulier est davantage que la conséquence ou la trace d’une relation amicale ou de patronage, qui existerait par ailleurs et indépendamment de ce type d’échanges, mais qu’elle est au contraire une pratique qui, en tant que telle, contribue à établir la relation comme relation de proximité, et à la définir comme relation active d’amitié, de patronage ou de famille.

23Plusieurs indices permettraient de le montrer, mais concentrons-nous exclusivement, dans le cadre de cet article, sur la présence dans les lettres de ce qu’on appelle des « énoncés performatifs », c’est-à-dire des énoncés qui, comme le résume le philosophe anglais John Austin :

  • 33 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, p. 41.

« Ne “décrivent”, ne “rapportent”, ne constatent absolument rien ; et sont tels que l’énonciation de la phrase est l’exécution d’une action. »33

24Ce sont donc des phrases qui, par le simple fait de les énoncer, font advenir une réalité, l’exemple le plus connu étant le « oui je le veux » des futurs mariés, par lequel ils le deviennent effectivement.

  • 34 Sur cette différence radicale avec les formes plus anciennes de liens d’homme à homme, voir A. Mącz (...)

25Certaines phrases centrales des correspondances peuvent être considérées comme des performatifs, leur but étant de créer la relation en la disant, c’est-à-dire de définir la nature de la relation, par la simple utilisation d’un vocable. Ces performatifs sont alors d’autant plus nécessaires que, rappelons-le, le propre de l’amitié, de la relation de patronage et même de la relation familiale de l’époque moderne est précisément qu’aucun contrat ne vient les établir34.

26Au premier rang de ces performatifs, on compte les manières de s’adresser au correspondant, qui ne doivent pas être comprises simplement comme le signe d’une situation sociale ou le résultat d’une relation, mais bien comme une manière de créer, en la disant, la relation de proximité. Le 15 septembre 1730, Grumbkow envoie à Brühl la copie d’une lettre qu’il vient de recevoir des mains de son ami, le ministre plénipotentiaire autrichien à la cour de Berlin, Friedrich Heinrich von Seckendorff. Alors, qu’évidemment, les deux hommes ne sont pas frères, la lettre débute ainsi :

  • 35 HStAD, 10026 GKa, loc. 02994/01, lettre du 15 septembre 1730.

« Vous jugerés vous-même, mon cher frère, de la Vérité de la nouvelle. »35

  • 36 Niedersächsisches Staatsarchiv, Wolfenbüttel, 2 Alt, Nr. 3325, fol. 25.
  • 37 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n°13509, par exemple fol. 47.
  • 38 Un exemple parmi d’autres : Ibid., n° 10941, lettre du 20 juin 1729.

27A contrario, le premier ministre hanovrien Münchhausen doit écrire en 1727 à son homologue de la principauté de Wolfenbüttel, Hieronymus von Münchhausen, qui est un cousin. Or, puisque les deux hommes ne se trouvent pas dans une relation personnelle de dépendance active, et ce malgré le lien « naturel » qui les unit, le ministre hanovrien est obligé de commencer sa lettre par une formule d’appel complète, qui décrit en détail les positions de Hieronymus au sein de l’État et de la société d’ordre, puis il l’appelle Son Excellence et non pas cher cousin36. Plettenberg et Törring, l’un des principaux ministres bavarois des années 1720-1730, s’appellent en revanche dans leurs lettres « mon cher cousin37 », alors qu’ils ne le sont pas, le ministre colonais appelant quant à lui son cousin germain Friedrich Christian, diplomate à la Diète de Ratisbonne et son proche conseiller, par la formule « Monsieur et très cher frère38 ».

  • 39 Sur la fonction purement phatique de certaines lettres entre amis, voir A. Jouanna, Le devoir de ré (...)

28Bien d’autres passages des lettres pourraient être cités, et l’on pourrait multiplier les exemples : ces quelques extraits suffisent toutefois à démontrer que l’adresse n’est pas une affaire de « description » de la réalité de la relation, ni même une simple convention d’écriture. Elle est un symbole, elle représente en elle-même un don symbolique et une manière de créer une proximité individuelle en nommant la nature d’un lien, alors fondé par le fait de le nommer. Ce qui est négocié dans ces lettres diplomatiques, ce n’est donc pas seulement le destin de tel ou tel État territorial : c’est aussi le statut de la relation elle-même, que le correspondant se devra de confirmer dans sa réponse, en nommant l’autre en retour. Car si la lettre particulière permet de créer la relation de proximité en la disant, la correspondance, par la régularité de l’échange qu’elle implique, réactualise sans cesse cette relation, et la fait ainsi perdurer dans le temps. C’est sans doute ce qui permet de comprendre pourquoi la régularité de la correspondance constitue une attente forte de la part de tous, qu’elle est une qualité automatique et nécessaire de ce type de relations. Lorsqu’un correspondant ne reçoit pas de lettre, le silence est immédiatement vécu comme potentiellement dramatique ; ces hommes s’écrivent quoi qu’il arrive39, car la correspondance ne sert pas d’abord à informer, mais à réaffirmer le lien qu’elle symbolise. La signification du silence dépasse de beaucoup l’absence de nouvelles, et il faut donc s’écrire en toutes circonstances, comme Brühl l’explicite à Manteuffel, dans une lettre de 1730 :

  • 40 HStAD, 10026 GKa, loc. 455/6, fol. 72, lettre du 7 avril 1734.

« Quoique je n’aye rien d’intéressant à mander aujourd’hui à V.E., je ne saurois laisser partir la poste de Berlin sans lui écrire ces quelques lignes pour l’assurer que je suis… »40

29On retrouve un élément similaire dans une lettre de Grumbkow à Brühl, d’octobre 1730. La lettre est très courte et termine immédiatement par la phrase suivante :

  • 41 Ibid., loc. 02994/01, lettre du 9 octobre 1730.

« Comme il ne se passe absolument rien de nouveau je finis en vous assurant que je suis avec tout le zèle… »41

30Si la correspondance remplit donc un rôle fondamental dans le processus de réactualisation perpétuelle des relations, c’est parce qu’elle permet d’établir cet échange nécessaire à toute relation d’amitié, de patronage ou de parenté, elle permet de toujours re-fonder à nouveau la relation grâce au langage qui s’y déploie. Ce qui est alors échangé sans cesse par la lettre, c’est la réassurance perpétuelle de l’actualité du lien, qui est dit explicitement, ou que suffit à rappeler de manière symbolique l’échange matériel de la lettre « particulière ».

31Revenons-en, pour finir, aux réseaux, et soulignons que la courte analyse proposée dans cet article ne suffit évidemment pas à caractériser le réseau de Brühl ou des autres ministres allemands évoqués au fil de ces pages. Encore faudrait-il, pour y parvenir, savoir comment se hiérarchisent les liens observés, analyser leur durée dans le temps, observer à quels échanges ils donnent concrètement lieu. Par ailleurs, le réseau de ces hommes compte bien d’autres individus, qui vivent dans les mêmes cours qu’eux, si bien qu’ils n’échangent pas de correspondances, et que d’autres pratiques permettent de maintenir leurs liens actifs dans la durée.

32Pourtant, cette analyse permet de souligner que ces correspondances particulières, répondant à une forme précise, sont en tant que telles un élément symbolique qui, par leur existence, est le signe de l’appartenance au réseau de ces ministres. Non pas seulement dans le sens large d’un ensemble d’interconnaissances que la correspondance donnerait à voir par le simple échange qu’elle suppose ; mais dans le sens plus précis d’un groupe d’hommes reliés par des liens qui, dans le cadre de la culture politique de l’époque moderne, sont investis d’un contenu, par des liens, donc, qui sont des ressources dont les ministres peuvent concrètement se servir pour agir.

33Dans le cas spécifique où elle s’intéresse à des individus et à la question de leur pouvoir, il nous semble que l’analyse en termes de réseau ne peut donc pas se contenter de constater l’existence de relations entre des personnages, car c’est seulement si elles sont actualisées qu’elles relèvent véritablement du capital social, c’est-à-dire, dans le sens de Pierre Bourdieu, de :

  • 42 P. Bourdieu, « Le capital social », p. 2.

« L’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont associées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance. »42

34C’est bien, comme il l’écrit plus loin, « l’alchimie de l’échange » qui permet :

  • 43 Ibid.

[la] « transformation de relations contingentes, comme les relations de voisinage, de travail ou même de parenté, en relations à la fois nécessaires et électives, impliquant des obligations durables subjectivement ressenties (…) ou institutionnellement garanties. »43

35En ce sens, la correspondance à l’époque moderne doit être considérée comme l’outil central qui permet, dans le cas des relations à distance, de dire, montrer et créer de manière performative l’appartenance à un réseau, constitué de l’ensemble des liens de dépendance actifs d’un ministre.

Bibliographie

John L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition anglaise : 1962).

Pierre-Yves Beaurepaire, Héloïse Hermant, « Introduction », dans Pierre-Yves Beaurepaire, Héloïse Hermant (dir.), Entrer en communication de l’âge classique aux Lumières, Paris, Garnier, 2012, p. 7-27.

Hans Bots, Françoise Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, 1997.

Héloïse Boucher, Jérémie Tamiatto, Claire Tignolet et Guillaume Tronchet, « Réseaux et pouvoir. Logiques de l’informel », Hypothèses, vol. 14, n°1, 2011, p. 235-246.

Pierre Bourdieu, « Le capital social », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 31, janvier 1980, p. 2-3.

Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon, « Introduction », dans Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon (dir.) La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie (xive-xviiie siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Jean-Pierre Dedieu, Zacharis Moutoukias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », dans Juan Luis Castellano, Jean-Pierre Dedieu (dir.), Réseau, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1998, p. 7-30.

Uriel Dann, Hannover und England 1740-1760. Diplomatie und Selbsterhaltung, Hildesheim, Lax, 1986.

Alain Degenne, Michel Forsé, Les réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, Paris, Armand Colin, 1994.

Heiko Droste, Im Dienst der Krone. Schwedische Diplomaten im 17. Jahrhundert, Berlin, Lit, 2006.

Birgit Emich, Nicole Reinhardt, Hillard von Thiessen et Christian Wieland, « Stand und Perspektiven der Patronageforschung. Zugleich eine Antwort auf Heiko Droste », Zeitschrift für historische Forschung, vol. 32, n° 2, 2005, p. 233-265.

Elie Haddad, « Noble Clienteles in France in the Sixteenth and Seventeenth Centuries : A Historiographical Approach », French History, vol. 20, n°1, 2006, p. 75-109.

Peter Claus Hartmann, Geld als Instrument europäischer Machtpolitik im Zeitalter des Merkantilismus, Studien zu den finanziellen und politischen Beziehungen der Wittelsbacher Territorien Kurbayern, Kurpfalz und Kurköln, mit Frankreich und dem Kaiser von 1715 bis 1740, Munich, Kommission für bayerische Landesgeschichte, 1978.

Mark Hengerer, « Abwesenheit beobachten. Zur Einführung », dans Mark Hengerer (dir.), Abwesenheit beobachten. Zu Kommunikation auf Distanz in der Frühen Neuzeit, Berlin, Münster, Lit, 2013, p. 9-28.

Arlette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

Sharon Kettering, « Gift-giving and Patronage in Early Modern France », dans French History, vol. 2, n° 2, 1988, p. 131-151.

Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 52, n° 2, 2005, p. 88-112.

Antoni Mączak, Ungleiche Freundschaft. Klientelbeziehungen von der Antike bis zur Gegenwart, Osnabrück, Fibre, 2005.

Judith Matzke, Gesandtschaftswesen und diplomatischer Dienst Sachsens 1694-1763, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2011.

Stanley Milgram, « The small world problem », Psychology Today, vol. 1, 1967, p. 61-67.

Hans Jochen Pretsch, Graf Manteuffels Beitrag zur österreichischen Geheimdiplomatie von 1728 bis 1736. Ein kursächsischer Kabinettsminister im Dienst des Prinzen Eugen von Savoyen und Kaiser Karls VI., Bonn, Ludwig Röhrscheid, 1970.

Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen ; römische Oligarchie um 1600, Munich, Vögel, 1979.

Brendan Simms, Three victories and a defeat. The rise and fall of the first British Empire, 1714-1783, Londres, Penguin Books, 2008.

Barbara Stollberg-Rilinger, « Symbolische Kommunikation in der Vormoderne. Begriffe, Thesen, Forschungsperspektiven », Zeitschrift für Historische Forschung, vol. 31, n° 4, 2004, p. 489-527.

Anne Vincent-Buffault, L’exercice de l’amitié. Pour une histoire des pratiques amicales aux xviiie et xixe siècles, Paris, 1995.

Notes

1 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », p. 88-89.

2 Pour une introduction sur ces différents usages, voir H. Boucher, J. Tamiatto, C. Tignolet et G. Tronchet, « Réseaux et pouvoir. Logiques de l’informel », surtout p. 238-240.

3 Pour une présentation d’ensemble de ces travaux, voir E. Haddad, « Noble Clienteles in France in the Sixteenth and Seventeenth Centuries : A Historiographical Approach », p. 75-109.

4 W. Reinhard, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen ; römische Oligarchie um 1600, p. 35-38. Ce travail séminal a entraîné de très nombreux travaux. Pour un aperçu historiographique, voir : B. Emich, N. Reinhardt, H. von Thiessen et C. Wieland, « Stand und Perspektiven der Patronageforschung. Zugleich eine Antwort auf Heiko Droste », p. 233-265.

5 Rappelé dans W. Reinhard, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen ; römische Oligarchie um 1600, p. 36.

6 Au cœur de toutes ces relations de dépendance, on retrouve systématiquement des pratiques de dons/contre-dons : voir par exemple, dans le cas du lien de patronage, S. Kettering, « Gift-giving and Patronage in Early Modern France », p. 131.

7 Pour une présentation synthétique, voir A. Degenne, M. Forsé, Les réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie.

8 Rappelé dans J.-P. Dedieu, Z. Moutoukias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », p. 15.

9 S. Milgram, « The small world problem », p. 61-67.

10 Récemment, cette concurrence a été particulièrement soulignée par l’historiographie anglaise, car durant ces décennies, le Saint-Empire se trouva au cœur de la diplomatie interventionniste de l’Angleterre. Voir par exemple, parmi bien d’autres ouvrages : B. Simms, Three victories and a defeat. The rise and fall of the first British Empire, 1714-1783, p. 165 en particulier.

11 Voir J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon, « Introduction », p. 8.

12 Sur ce point, B. Stollberg-Rilinger, « Symbolische Kommunikation in der Vormoderne. Begriffe, Thesen, Forschungsperspektiven », p. 496-500.

13 British Library, Additional MSS 32816, fol. 80. Notons que cette lettre est gardée dans les papiers du grand ministre anglais Newcastle, à Londres : Münchhausen, qui entretenait une relation d’amitié avec le ministre anglais, sert alors de broker aux négociations menées dans l’Empire sous la houlette du ministre anglais. Sur leurs relations, voir U. Dann, Hannover und England 1740-1760. Diplomatie und Selbsterhaltung, p. 96-120.

14 Sur ces négociations, voir côté saxon : J. Matzke, Gesandtschaftswesen und diplomatischer Dienst Sachsens 1694-1763, p. 57-60 ; côté colonais : P. C. Hartmann, Geld als Instrument europäischer Machtpolitik im Zeitalter des Merkantilismus, Studien zu den finanziellen und politischen Beziehungen der Wittelsbacher Territorien Kurbayern, Kurpfalz und Kurköln, mit Frankreich und dem Kaiser von 1715 bis 1740, surtout p. 155-159.

15 Sächsisches Hauptstaatsarchiv Dresden (HStAD), 10026 GKa, loc. 02994/03, lettre du 7 janvier 1732.

16 Ibid., loc. 02994/02, lettre du 2 avril 1731.

17 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 12968, fol. 64-65.

18 « Hochgebohrener Graff, hochgeehrtester Herr Ober Cammerer und Würcklich Geheimbter Etats Rath ».

19 Une analyse dans H. Droste, Im Dienst der Krone. Schwedische Diplomaten im 17. Jahrhundert, p. 101-102.

20 « Königl: Preußir: Verordnete Würckl: Geheimbte Räthe ».

21 Nous sommes loin de la lettre intime entre amis, telle qu’elle semble se développer dans la seconde moitié du xviiie siècle : A. Vincent-Buffault, L’exercice de l’amitié. Pour une histoire des pratiques amicales aux xviiie et xixe siècles, p. 21.

22 Problématisé dans P.-Y. Beaurepaire, H. Hermant, « Introduction », p. 20-21.

23 H. Bots, F. Waquet, La République des lettres, p. 96.

24 M. Hengerer, « Abwesenheit beobachten. Zur Einführung », p. 12-13 et p. 27-28.

25 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 5474, fol. 28, lettre du 12 septembre 1729.

26 Ibid., fol. 8-21.

27 Ibid., fol. 16.

28 H. J. Pretsch, Graf Manteuffels Beitrag zur österreichischen Geheimdiplomatie von 1728 bis 1736. Ein kursächsischer Kabinettsminister im Dienst des Prinzen Eugen von Savoyen und Kaiser Karls VI., p. 77-78.

29 HStAD, 10026 GKa, loc. 03063/05, fol. 106.

30 Ibid., fol. 109.

31 Ibid., fol. 118.

32 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 5474, fol. 28, lettre du 12 septembre 1729.

33 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, p. 41.

34 Sur cette différence radicale avec les formes plus anciennes de liens d’homme à homme, voir A. Mączak, Ungleiche Freundschaft. Klientelbeziehungen von der Antike bis zur Gegenwart, p. 28.

35 HStAD, 10026 GKa, loc. 02994/01, lettre du 15 septembre 1730.

36 Niedersächsisches Staatsarchiv, Wolfenbüttel, 2 Alt, Nr. 3325, fol. 25.

37 LWL Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n°13509, par exemple fol. 47.

38 Un exemple parmi d’autres : Ibid., n° 10941, lettre du 20 juin 1729.

39 Sur la fonction purement phatique de certaines lettres entre amis, voir A. Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, p. 74.

40 HStAD, 10026 GKa, loc. 455/6, fol. 72, lettre du 7 avril 1734.

41 Ibid., loc. 02994/01, lettre du 9 octobre 1730.

42 P. Bourdieu, « Le capital social », p. 2.

43 Ibid.

Auteur

Sébastien Schick

Doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC) et Ludwig-Maximilians-Universität de Munich. Boursier de la Fondation Thiers (Centre de Recherches Humanistes)