Le drapeau français frappé du Sacré-Cœur : se reconnaître dans le tricolore sans partager la République

Cédric de Fougerolle

Résumé

Popularisé par les milieux catholiques lors de l’élan patriotique de la Grande guerre et à l’occasion de la canonisation de Marguerite-Marie Alacoque, l’apposition du Sacré-Cœur de Jésus sur le blanc du drapeau tricolore a transformé celui-ci en un signe de ralliement de la droite nationaliste française depuis un siècle.
Ayant fait l’objet d’une importante adhésion au sein des combattants cet emblème fut rapidement désavoué par l’État qui ne codifia cependant jamais l’usage et la personnalisation du drapeau tricolore. Se faisant plus rare de l’entre-deux-guerres aux années 1950, il réapparaît ensuite comme signe d’appartenance d’une nouvelle identité catholique forte, mais plus nationaliste que contre-révolutionnaire.
Aujourd’hui, il figure discrètement sur des autocollants à l’arrière des voitures ou sous forme d’emblème en tissu cousu sur les écharpes, des sacs à dos ou des vestes de treillis et forme un signe d’appartenance immédiatement reconnu par ceux qui l’ont en partage.

1Un emblème classique, simple, constitué à partir du drapeau français, est aujourd’hui un signe discret d’appartenance à un milieu social et à une frange religieuse et politique précise et peu développée, mais qui, comme bien des minorités, sait travailler en commun et forme un vrai réseau où l’agir ensemble est très important. Ce signe est le drapeau français, le drapeau tricolore, simplement frappé du Sacré-Cœur de Jésus.

2Cet emblème, à l’histoire assez riche (I), est donc devenu le marqueur d’une partie de la jeunesse catholique (II), une partie très active, très engagée, qui a pris le relais de ce qu’on a appelé la génération Jean-Paul II.

Le drapeau tricolore frappé du Sacré-Cœur, la rechristianisation de la France

Le tricolore suspect aux yeux des catholiques

3Les trois couleurs françaises sont celles de la première Révolution (celle de l’insurrection parisienne de juillet 1789) et à ce titre elles garderont le caractère symbolique et sacré des origines fondatrices. Constitué à partir des couleurs historiques du pays, associées dès la fin du xiiie siècle, et qui sont aussi – pour le bleu et le rouge – les couleurs de la ville de Paris, elles se répandent rapidement et suscitent l’adhésion populaire. La principale nouveauté est de les associer en permanence et d’en imposer le monopole. La rupture révolutionnaire se matérialise aussi dans la notion même de drapeau et particulièrement de drapeau national. Cette idée était en effet inconnue en France sous l’Ancien Régime, où il n’existait que des pavillons (et principalement le pavillon blanc, pavillon du roi et de l’État), des étendards et des drapeaux militaires, des bannières civiles et religieuses, mais pas de drapeau français et a fortiori de drapeau national. On sait par ailleurs combien l’idée de nation est un concept dans lequel s’est reconnue et incarnée la Révolution. Avec le drapeau – tricolore en l’occurrence – naît l’idée fondamentale d’une unicité du signe de reconnaissance d’une part pour chacun des citoyens comme membre de la Nation, d’autre part vis-à-vis des puissances étrangères comme des ennemis de l’intérieur.

4Aux premiers rangs de ceux-ci, les catholiques pour lesquels il est inimaginable d’inféoder la foi, la pratique et l’organisation de l’Église à un quelconque pouvoir politique. Cela entraîne notamment les terribles guerres de Vendée et un antagonisme fondateur avec la République. De leur côté, les catholiques développent une symbolique nouvelle dont l’un des marqueurs principaux, à la fois des armées vendéennes (fig. 1) et du renouveau catholique, est le Sacré-Cœur de Jésus.

5Symbole de l’amour divin pour les hommes, il s’agit d’une représentation d’un cœur sanguinolent, surmonté d’une croix et de flammes et entouré de la couronne d’épines (fig. 2). Son culte s’est développé en France au xviie siècle. La dévotion au Sacré-Cœur est rapidement associée à l’expiation et à la réparation puisque les hommes ne répondent que très imparfaitement à l’amour sacrificiel du rédempteur. Cette démarche correspond à l’état d’esprit des catholiques du début du xixe siècle : expier et réparer les crimes et les atrocités de la Révolution.

Ralliement et union sacrée

6Sous l’influence de Rome, un rapprochement va cependant s’opérer. À travers deux institutions : l’Église elle-même et l’armée. Dès 1890 à Alger, le cardinal Lavigerie recevant des officiers français les invite à faire abstraction du régime pour ne servir que la patrie. En février 1892, Léon XIII publie l’encyclique Au milieu des sollicitudes qui prône le ralliement au système républicain.

  • 1 Conservé aujourd’hui dans la crypte de l’église de Loigny-la-Bataille (Eure-et-Loir) aux côtés des (...)

7Dans le domaine symbolique qui nous intéresse, l’épopée des volontaires de l’ouest est l’illustration de ce changement. En 1870, le lieutenant-colonel de Charrette (petit-neveu du héros des guerres de Vendée, qui servi le Piémont, l’Autriche puis le pape) propose ses zouaves au gouvernement Gambetta pour combattre les Allemands. Ils rejoignent ainsi les rangs de l’armée de la Loire sous le commandement du général de Sonis. Celui-ci avait confectionné une bannière sur laquelle figure le Sacré-Cœur avec l’inscription Cœur de Jésus, sauvez la France1. Le 2 décembre, à Loigny, il est laissé pour mort sur le champ de bataille toute la nuit par -20 °C. Réconfortant les soldats blessés autour de lui, il raconta par la suite, avoir été préservé, fortifié et consolé par Notre-Dame de Lourdes qu’il contemplait en esprit.

8L’un et l’autre deviennent des symboles de la mythologie royaliste et catholique : officiers pieux, patriotes, aristocrates, ils se considèrent comme des « soldats du Christ » combattant sous l’étendard du Sacré-Cœur. Sonis sera d’ailleurs créé comte par le pape et sa béatification est aujourd’hui en cours. Il figure sur la grande mosaïque du chœur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris avec son célèbre étendard.

  • 2 Sachant que depuis la Révolution, il est habituel de faire figurer des slogans, des inscriptions et (...)

9La réconciliation trouvera son achèvement dans l’élan patriotique de la Grande guerre, d’autant plus que les religieux expulsés reviendront afin d’être mobilisés. Ce sera aussi pour l’aristocratie, peu à peu retirée sur ses terres au gré des changements de régime, l’occasion de reprendre du service, beaucoup d’entre eux s’engageant même comme simple soldat. Au sein de cette « nation en arme », les catholiques vont retrouver toute leur place. Du fait de la guerre, le drapeau tricolore ne peut plus être contesté et c’est ainsi que certains vont le « christianiser » en plaçant le Sacré-Cœur sur la bande blanche centrale2. Cet usage va se développer à tel point que le ministre de l’intérieur est obligé, en juin 1917, de prendre un décret interdisant l’adjonction de tout signe sur le drapeau national. En août 1917, c’est le ministre de la guerre qui interdit « les images religieuses […] sur les fanions ou bannières ». Cependant très peu de ces témoins ont été conservés, à cause de la fragilité des tissus et précisément en raison de leur caractère « non officiel » qui les a empêchés de rejoindre les musées et les salles d’honneur des unités.

10La victoire et l’avènement de la « chambre bleu horizon » apaisent les esprits. L’Église encourage cette situation en canonisant la même année, en 1920, sœur Alacoque et Jeanne d’Arc. Le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et Saint-Siège intervient, lui, en 1921. Le drapeau tricolore frappé du Sacré-Cœur se fait ainsi plus rare dans l’entre-deux-guerres. Puis, comme tous les symboles patriotiques, il subit la méfiance qui résulte de leur utilisation à outrance par le régime de Vichy.

« Espoir et salut de la France »

De l’universel au particulier : une nouvelle identité catholique forte, plus nationaliste que contre-révolutionnaire

11Le tricolore frappé du Sacré-Cœur va réapparaître avec une nouvelle génération de la droite française, qui n’a pas connu les deux guerres mondiales. On n’est plus dans un combat antirépublicain, mais dans une optique patriotique et de défense des valeurs catholiques. Quelques apparitions de l’insigne ont lieu durant la guerre d’Algérie. Il est par la suite repris par un certain nombre de mouvements d’extrême droite.

12Ces formations sont contre-révolutionnaires, mais en réalité sans s’opposer à la forme républicaine du gouvernement, à l’exception bien entendu des partis royalistes. Elles privilégient, dans la lignée de la pensée de Maurras, le nationalisme intégral, d’où un usage intensif du drapeau français. D’où aussi, toujours dans le sens de l’idée maurrassienne, une certaine « instrumentalisation » du catholicisme détourné de sa fonction transcendante au profit de sa seule réalité sociale.

13Les années 1970-1980 marquent un tournant pour cette mouvance avec un renouveau de la droite nationale. Renouveau politique avec la fondation du Front national en 1972, puis du Parti des forces nouvelles en 1974. Renouveau religieux avec une nouvelle étape franchie par les catholiques opposés à l’interprétation progressiste du concile Vatican II comme une rupture avec la doctrine traditionnelle de l’Église. L’occupation par les traditionalistes de l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris en 1977 leur donne une visibilité et une vigueur qui conduiront au schisme de 1988.

14C’est dans ce contexte que le drapeau frappé du Sacré-Cœur devient le marqueur de la droite catholique nationaliste radicale. Il est largement utilisé dans leurs lieux de culte, lors de leurs rites publics (pèlerinages, processions, etc.) et des manifestations politiques auxquels ils participent.

15Cette mouvance s’est affaiblie depuis les années 2000. Du fait, d’une part, par la reprise en main pastorale et théologique de Jean-Paul II, puis de Benoît XVI qui a ramené au sein de l’Église un certain nombre de fidèles auparavant déboussolés ; d’autre part du fait de l’éloignement constant des mouvements d’extrême droite de leurs origines « traditionalistes » et de l’élargissement considérable de l’audience et de la base électorale du Front national qui le rend – à l’instar de la société française – de plus en plus insensible à l’héritage chrétien du pays.

16Aujourd’hui, ce drapeau est cependant toujours largement utilisé par les intégristes (séparés de facto de Rome), comme par les traditionalistes qui forment un courant de plus en plus accepté et dynamique au sein de l’Église. Cette catégorie de fidèles, adepte d’une foi démonstrative et sensible aux symboles, surtout lorsqu’ils se rattachent à la geste de l’occident chrétien, chéri particulièrement bannières et étendards. Le pèlerinage de Paris à Chartres, lors du long week-end de la Pentecôte est l’occasion ainsi, chaque année, de voir flotter de très nombreux drapeaux au sein desquels le tricolore frappé du Sacré-Cœur est sans doute le plus représenté. On le retrouve aussi dans des manifestations de rue plus politiques comme lors des actions menées par l’Institut Civitas, « lobby catholique traditionaliste » proche de la fraternité Saint-Pie X (société sacerdotale intégriste).

Un réseau de confiance

17À côté de ces aspects politiques, le drapeau français frappé du Sacré-Cœur connaît, toujours, depuis les années 2000 un renouveau sous forme, non plus de bannière, mais d’insigne. Il ne s’agit plus de le brandir comme une arme de revendication mais au contraire d’en faire un signe discret mais efficace de reconnaissance.

18Il est utilisé dans ce sens par toute une partie des jeunes catholiques « décomplexés ». Ceux qu’on a vus à l’œuvre lors de la lutte contre le mariage homosexuel ou plus récemment, à travers les réseaux sociaux, s’opposer à la censure par la RATP d’une mention relative aux chrétiens d’Orient. Ces jeunes sont très attachés à la famille (suite au renouveau insufflé par Jean-Paul II), à la défense de la vie, à la doctrine sociale de l’Église, à la visibilité du catholicisme et à l’engagement de ses membres à tous les niveaux de la société.

  • 3 Journées mondiales de la jeunesse, immenses rassemblements internationaux organisées tous les deux (...)
  • 4 Sanctuaire qui connait un très important renouveau depuis vingt ans, sous l’influence des charismat (...)

19Ne vivant absolument pas en marge de la société contemporaine, y compris les ecclésiastiques, ils en utilisent largement les codes et les réseaux. Leur vie personnelle et sociale fait cependant largement place à une vie communautaire chrétienne : le scoutisme, les pèlerinages (comme celui des pères de famille dans Paris, ou vers Cotignac et Vézelay), les séjours en abbaye, la participation aux JMJ3, les sessions de formation et de prière à Paray-le-Monial4, les œuvres humanitaires à l’étranger, l’engagement au sein des paroisses, la participation active à la liturgie et aux sacrements, etc. Ce renouvellement des pratiquants est largement accompagné par des médias récents : l’hebdomadaire Famille Chrétienne, la chaîne de télévision KTO, Radio Notre-Dame à Paris, etc. et une blogosphère extrêmement dynamique et réactive.

  • 5 Issu du mouvement La manif pour tous, opposé au mariage homosexuel.

20Chez ces jeunes catholiques, si l’engagement politique est important (ils sont d’ailleurs à l’origine de l’association Sens commun5 au sein des Républicains), la politique en elle-même n’est pas le plus important. Il en est de même pour eux de la patrie et de l’héritage culturel et humaniste de la France, d’où un respect pour les symboles nationaux (le drapeau tricolore par exemple) et les institutions. Bien que proche d’une culture de droite traditionnelle, ils revendiquent un attachement à la liberté, à la justice sociale, à la construction européenne et au respect des plus faibles, qui les place dans une méfiance respectueuse et constructive vis-à-vis d’un Front national de plus en plus nationaliste, étatiste, dirigiste dans le domaine économique et jacobin.

21Dans une démarche de rupture avec les années « d’enfouissement » du catholicisme français de l’après-guerre aux années 1980, ils revendiquent un « agir ensemble » extrêmement fort. Conscients que le catholicisme ne se pratique pas seul, ils sont attachés à la dimension communautaire de leur foi et de leur engagement, mais à travers des groupes très « lâches », des regroupements ponctuels et des actions multiples pour chacun d’entre eux. Cette vie spirituelle mais aussi d’« effort » (marche, vie communautaire dans la nature, engagement humanitaire, évangélisation) et donc de solidarité, s’appuie sur un réseau qui de proches en proches, leur permet de multiplier les engagements et de vivre des moments fort ensemble.

  • 6 Ces insignes mesure environ 8 à 10 cm de large.
  • 7 Les scouts et guides Saint-Louis, par exemple.

22Chez les plus « traditionalistes » de ces catholiques, le drapeau français frappé du Sacré-Cœur, avec la mention Sacré-Cœur de Jésus, espoir et salut de la France (fig. 3) fait office de signe de reconnaissance. Il figure discrètement sur des autocollants à l’arrière des voitures ou sous forme d’emblème en tissu cousu sur les écharpes, des sacs à dos (fig. 4) ou des vestes de treillis6. Ainsi, ces jeunes (principalement entre 15 et 25 ans) ou ces familles, se connaissant déjà ou pas, sont immédiatement en confiance et peuvent partager et agir ensemble. Entre eux, à l’écrit comme à l’oral, ces jeunes désignent cet insigne simplement par l’abréviation ESF ce qui renforce son caractère discret et initiatique. Il fleurit aussi aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Nombreux sont ceux qui l’ont comme image de profil sur facebook ou twitter, où il joue le même rôle de reconnaissance et de marqueur de confiance. Enfin, il est porté sur l’uniforme par certains mouvements scouts traditionalistes7.

23Le drapeau français frappé du Sacré-Cœur est un signe parfaitement lisible (le drapeau tricolore) mais aussi assez ésotérique pour ceux qui ne le connaissent pas (le Sacré-Cœur). Il est donc idéal pour servir de marqueur à un réseau distendu (sans organisation et agissant au sein du catholicisme qui est par nature pluriel) mais extrêmement profond, puisqu’il touche à l’essence de l’homme (la religion, la transcendance, le vivre et l’agir ensemble), à la construction du monde et à la promotion de l’espérance chrétienne.

Bibliographie

Denizot Alain, Le Sacré-Cœur et la Grande guerre, Paris, Nouvelles éditions latines, 1994.

Richard Bernard, « Inscrire le Sacré-Cœur sur le drapeau » dans Petite histoire du drapeau français, Paris, CNRS éditions, 2017, p. 83-90.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Henri de la Rochejaquelein, général en chef de l’armée vendéenne catholique et royale, portant le Sacré-Cœur sur sa poitrine.

Figure 1 : Henri de la Rochejaquelein, général en chef de l’armée vendéenne catholique et royale, portant le Sacré-Cœur sur sa poitrine.

Peinture d’après le portrait de Pierre-Narcisse Guérin (vers 1816).

Copie du xixe siècle. Collection particulière.

Figure 2 : Sacré-Cœur de Jésus. École française du xixe siècle. Collection particulière.

Figure 2 : Sacré-Cœur de Jésus. École française du xixe siècle. Collection particulière.

Figure 3 : Insigne en tissu brodé Sacré-Cœur de Jésus, espoir et salut de la France. Travail des années 2000. Collection particulière.

Figure 3 : Insigne en tissu brodé Sacré-Cœur de Jésus, espoir et salut de la France. Travail des années 2000. Collection particulière.

Figure 4 : Sac à dos de lycéen. France, années 2010. Droits réservés.

Figure 4 : Sac à dos de lycéen. France, années 2010. Droits réservés.

Notes

1 Conservé aujourd’hui dans la crypte de l’église de Loigny-la-Bataille (Eure-et-Loir) aux côtés des tombeaux des généraux de Sonis et de Charrette et de l’ossuaire contenant les restes de 1200 soldats français, prussiens et bavarois.

2 Sachant que depuis la Révolution, il est habituel de faire figurer des slogans, des inscriptions et des symboles sur le tricolore et notamment sur cet «espace à remplir» qu’est la bande blanche centrale.

3 Journées mondiales de la jeunesse, immenses rassemblements internationaux organisées tous les deux ou trois ans par l’Église catholique à travers le monde.

4 Sanctuaire qui connait un très important renouveau depuis vingt ans, sous l’influence des charismatiques, chantres de l’effusion de l’Esprit-Saint, esprit d’amour, de compassion et de charité.

5 Issu du mouvement La manif pour tous, opposé au mariage homosexuel.

6 Ces insignes mesure environ 8 à 10 cm de large.

7 Les scouts et guides Saint-Louis, par exemple.

Auteur

Cédric de Fougerolle

Secrétaire général de la Société française de vexillologie