Version classiqueVersion mobile

Sociétés en réseaux dans le monde musulman médiéval

 | 
Sylvie Denoix

Introduction

L’étude des sociétés en réseau, ou comment rendre compte de la porosité des frontières et des multi-appartenances caractérisant le monde musulman médiéval au cœur d’un jeu d’échelle

Sylvie Denoix

Texte intégral

  • 1 Cette démarche a déjà fait l’objet de publications pour le monde musulman médiéval. Citons D. Coulo (...)

1Les chercheurs qui publient ce petit dossier, comme ceux qui ont présenté leurs travaux dans notre atelier lors du Congrès du Cths, se donnent pour programme d’apporter des éclairages sur ces sociétés du monde musulman médiéval par la méthode des networking studies1. Nous le faisons dans une démarche où l’étude des sociétés par les relations que les personnes et les groupes développent pour former des réseaux nous paraît un outil opératoire pour donner des éléments de compréhension du monde étudié. Et, dans la mesure où les groupes ne sont pas postulés, mais où ils sont observés à la lumière du tissu relationnel qu’ils élaborent, ils nous semblent mieux rendre compte du réel que des catégorisations a priori. Cette méthode a en outre l’avantage de faire entrer dans un schème de compréhension les multi-appartenances.

  • 2 Signalons toutefois qu’un livre en histoire du temps présent vient d’être publié par un des membres (...)

2Précisons d’emblée qu’il ne faut pas s’attendre à ce que ce surcroît d’intelligibilité que nous espérons donner au monde musulman médiéval offre des clefs pour la compréhension du monde musulman contemporain. Pour cela, il vaut mieux chercher du côté de la géopolitique du siècle dernier depuis la Déclaration Balfour, les accords Sykes-Picot, jusqu’aux guerres du Golfe2

Le monde musulman médiéval : une grande diversité de réalisations, où les multi-appartenances sont la norme

3Dire que nous allons, par ces travaux, donner de l’intelligibilité à ce que nous assumons d’appeler « la période médiévale » pour le monde musulman, à savoir de la conquête islamique des contrées qui deviendront le Dār al-islām, à partir du milieu du viie siècle, à la conquête de ce monde par les Ottomans, à l’aube du xvie siècle, ne signifie pas, naturellement, que nous pensons que le monde musulman est un, qu’il relève d’une seule essence, ni toutes périodes confondues, ni même à cette époque. En effet, il est bien évident que du viie au xvie siècle, d’al-Andalus à l’Inde, dans la très longue durée et sur ce large espace, ce monde a offert des visages bien divers.

  • 3 S. Denoix & A.-M. Eddé, Gouverner en Islam xe-xve siècle.

4Ainsi, par exemple, la diversité des gouvernants et des modes de gouvernement est importante. Si l’on considère les califes, vicaires du Prophète, et ceux prétendant descendre d’un imam caché, les vizirs ayant la réalité du pouvoir pour le compte de califes fantoches, les émirs chiites gouvernant dans le cadre d’une cohabitation avec les califes sunnites, les sultans militaires non Arabes et, pour certains, musulmans par conversion, on voit que la variété dans les modalités du gouvernement est considérable3.

5Mais, si le monde musulman médiéval est divers, cette désignation recouvre tout de même une réalité. Il s’agit de l’ensemble des contrées où, après la conquête islamique, les musulmans sont politiquement dominants, même s’ils sont numériquement minoritaires, ce qui fut le cas durant plusieurs siècles après la Conquête. Un trait commun existe alors dans ces sociétés, c’est le multiculturalisme – qui se décline, notamment, en plurilinguisme et pluri-cultualisme –, établi dans le cadre d’un rapport de domination : les musulmans gouvernent et dominent les autres monothéistes, appelés plus tard les dhimmis. Le rapport que les musulmans entretinrent avec les non-musulmans est donc un des fondements du fonctionnement de ces sociétés. Mais, dans le même temps, les stratifications économico-sociales, comme partout, existent bien, et il faut se garder de penser qu’elles seraient le calque des groupes confessionnels : on peut trouver de riches dhimmis, chrétiens ou juifs, et de pauvres musulmans (et l’inverse naturellement). De fait, les appartenances sont multiples et ne se superposent pas. En effet, à ces milieux socio-économiques ou confessionnels, qui se subdivisent (sunnites/chiites ; monophysites/melkites/jacobites ; rabbanites/qaraïtes…), il faut en rajouter plusieurs autres, dont les groupes ethniques (Arabes, Berbères, Kurdes, Turcs,…). Il n’est donc pas opportun de forger des catégorisations qui ne rendent pas compte des multi-appartenances et ne sont donc pas opératoires, si l’on souhaite appréhender les personnes et les groupes dans les places qu’ils occupent réellement dans leur société.

  • 4 Car si cette méthode rend bien compte de la porosité des frontières entre les groupes, elle n’empêc (...)
  • 5 Imposer l’ordre et la Loi en Syrie et en Irak : la šurṭa des Omeyyades aux Seljoukides.

6Si les rapports de domination ne recouvrent pas, ou pas seulement, des stratifications sociales en termes de classes qui seraient délimitées par les niveaux économiques, des appartenances confessionnelles ou la détention du pouvoir politique, on comprend que l’étude de ces sociétés par les réseaux sociaux est opératoire. Ainsi les affiliations à des groupes de prière actifs (ceux des soufis que Giuseppe Cecere présente, infra, pour Alexandrie, par exemple) ou à des réseaux d’entraide (comme les fondations charitables – qodesh – des juifs d’Alexandrie)4, ou à des associations permettant d’assurer du commerce au long cours, voire à des solidarités criminelles (comme l’étudie Eugénie Rébillard dans sa thèse5), illustrent l’éclairage que l’on peut faire de ces sociétés, par l’étude des réseaux les sous-tendant.

  • 6 Cf. A. Dridi, « Patriarches et gouverneurs : processus de légitimations réciproques dans l’Égypte o (...)

7De fait, même si cela semble paradoxal, les rapports de domination sont un ciment qui assure le lien social. Il est obtenu par la violence directe (notamment lors de la conquête) ou symbolique (dans le cas des dhimmis) ; il génère un ordre admis (par les ulémas qui légitiment les princes) subi (par les dhimmis) ou contesté (par ces mêmes ulémas, parfois, en cas de révoltes, toujours ponctuelles ; par les brigands, les Bédouins, parfois par les dhimmis eux-mêmes…). On comprend en effet que si ce monde est caractérisé par un faisceau de rapports de domination et d’appartenances structurant les rapports sociaux, l’étude en termes de réseaux a une valeur heuristique considérable. Et mieux vaut une analyse du tissu relationnel puisqu’elle nous fait réaliser que les frontières entre les groupes, par exemple conquérants/conquis, sont plus malléables que ce que l’on aurait cru et nous permet de comprendre que la notion même de dhimmi doit s’historiciser6.

Échelles sociales, échelles spatiales

  • 7 Outre la masse des Égyptiens, la société mamlouke était constituée de deux groupes élitaires, d’une (...)

8Si la méthode de l’analyse des réseaux sociaux donne à examiner les individus dans leur système relationnel, il n’empêche qu’elle peut s’appliquer à différentes échelles, soit localement, soit à l’international. Elle peut concerner aussi diverses échelles sociales, soit aider à percevoir les relations existant au sein d’un même groupe, comme le fait Giuseppe Cecere à propos des soufis d’Alexandrie ayant embrassé la voie mystique shādhilie : ici les soufis, là le monde politique. Dans ce dernier, en Islam comme ailleurs, les enjeux stimulent les appétits et aiguisent les rivalités, et l’on comprend que le jeu des alliances et des mésalliances, qu’il s’agisse des Abbassides (750-1258) ou des Mamlouks (1250-1517), des nominations dans un corps particulier comme la police, ou de la conquête du pouvoir suprême, relève particulièrement de l’analyse des liens clientélistes7. En étudiant les carrières des membres de la police califale, et en examinant les stratégies que les chefs de cette institution développent pour se maintenir en place, Eugénie Rébillard donne un éclairage sur l’exercice du pouvoir du califat abbasside. Et l’on voit comment le calife Harūn al-Rachīd, rendu célèbre par les Mille et une nuits, a bien existé, a eu deux fils rivaux à mort, jusqu’à générer une guerre civile (812-815) dans laquelle chacun avait ses partisans. Ces alliances perdurèrent au-delà de cette lutte fratricide et décidèrent des carrières ou des relégations. Cette pratique du pouvoir, que l’on peut qualifier de « clientéliste » n’est certes pas spécifique, mais l’appréhender, comme le fait Eugénie Rébillard par le biais du système relationnel liant princes et courtisans offre un éclairage sur les modalités du pouvoir au sein de la cour abbasside.

9Cette méthode permet de suivre un personnage dans ses différentes relations, et l’on peut alors voir qu’un individu a des contacts de natures diverses dans des milieux variés. Ainsi, tel grand émir mamlouk, convaincu par la démarche soufie, où la relation avec le divin, qui passe par l’adhésion à une voie dirigée par un cheikh qui initiera son disciple par une transmission initiatique (khirqa), tel grand émir, donc, prendra pour maître spirituel un de ses sujets, et la hiérarchie maître-disciple inversera celle du monde temporel.

10En effet, non seulement les liens entre les personnes, mais aussi leur qualification, soit une étude portant sur les types de relations que les acteurs sociaux des différents groupes développent, doit attirer notre attention. Par cette qualification : amitié versus animosité, hiérarchie versus égalité, filiation biologique versus affiliation spirituelle, etc., un milieu peut être appréhendé. Cette qualification des liens est effectivement un marqueur et sa représentation graphique, comme le propose Giuseppe Cecere, infra, donne à voir ce réseau relationnel dans un développement qualitatif. De même, les cartes, comme en présente Aurélien Monteil, si elles ne sont pas spécifiques aux networking studies, sont elles aussi des représentations graphiques qui ont une indéniable valeur heuristique.

11Faire porter l’analyse à différentes échelles signifie que, s’il est pertinent d’étudier les liens relationnels des acteurs sociaux d’une ville donnée, d’une contrée particulière, observer ceux des relations au long cours est aussi au cœur de cette démarche. En effet, on a beaucoup circulé dans le monde musulman médiéval et, si cela ne lui est pas spécifique, on constate néanmoins que la déambulation commune, produit de solidarités préexistantes, ou créant des liens nouveaux, en est un des éléments structurants.

  • 8 Pour les négociants juifs, on connaît les considérables travaux de l’équipe de S. D. Goïtein, dont (...)
  • 9 Cf. Houari Touati, Islam et voyage au Moyen Âge, Histoire et anthropologie d’une pratique lettrée.

12Ainsi, les réseaux commerciaux, où la route des épices met les grands négociants du monde musulman, quelles qu’aient été leur confession, au cœur de l’économie mondiale, sont bien connus8. Moins connue, mais tout aussi présente, la quête de savoir, le ṭalab al-ʿilm, où l’étudiant parcourt le Dār al-islām d’une madrasa à l’autre, d’un maître à l’autre, obtenant un certificat d’audition, et une permission, une ijāza, l’autorisant à enseigner lui-même, est un exemple de ces circulations qui mobilisent des réseaux et en produisent d’autres9. La chaine des maîtres et des disciples, et aussi les étudiants d’un même maître, qui se reconnaîtront de loin en loin, forment des groupes, et les étudier par la méthode des réseaux sociaux comme le fait ici Aurélien Montel, pour des Andalous venus chercher l’enseignement d’un maître réputé, à Kairouan ou dans d’autres villes du Maghreb, montre une fois encore que des pratiques communes et des liens existent par-delà d’apparents cloisonnements, et structurent la société.

13En effet, les réseaux sont un maillage relationnel, qui s’inscrit parfois dans l’espace, c’est alors aussi un réseau routier, reliant des nœuds que sont les villes où vivent les différents partenaires comme Kairouan ou Tripoli d’Occident dans la Libye actuelle. Ici, le monde savant en réseau structure le territoire.

Les dictionnaires biographiques (abaqāt), un genre littéraire propice aux études de réseau

  • 10 Cf. infra, les articles d’Aurélien Monteil et Eugénie Rébillard, qui ont utilisé ce type de sources

14Il se trouve que ces ulémas ont non seulement laissé des textes pieux et savants, mais ils ont aussi dépeint leurs semblables dans des dictionnaires biographiques. De ce fait, les sources arabes médiévales sont assez propices aux études des réseaux puisque celles-ci demandent de partir des individus et de leur tissu relationnel pour dessiner des groupes, et non des institutions ou des catégories sociales, lesquelles ne reposent pas sur les pratiques relationnelles, mais sur des catégorisations autres (niveau de fortune, confession…). Or, si la documentation qui nous est parvenue du monde musulman médiéval n’est pas très riche en archives, les œuvres des auteurs arabes ont traversé les siècles. Ils ont écrit des chroniques annalistiques où sont relatés les événements marquants, puis les obituaires présentant les grandes figures de la société décédées dans l’année. Ils ont aussi développé un genre littéraire, celui des dictionnaires biographiques (les ṭabaqāt). Ces ṭabaqāt et obituaires, rendant compte des filiations intellectuelles (tel shaykh fut le disciple de tel autre) ou des relations commerciales (tel négociant s’associa avec tels autres), donnent la possibilité de savoir qui prie avec qui, qui étudie avec qui, qui va rejoindre qui à l’autre bout du Dār al-Islām, qui pérégrine avec qui, qui s’est retrouvé en prison avec qui… et l’analyse de réseau permet de transformer des listes de personnages rangés par ordre alphabétique en groupes se fréquentant, organisant un monde social, finalement très international, alors que le Dār al-Islām est, depuis longtemps, politiquement morcelé10. On comprend alors que, s’il est pertinent d’étudier les pouvoirs, les dynasties, les frontières entre elles, observer les pratiques de fréquentation et de déambulation des gens, rend compte d’une autre réalité.

15La multiplicité des liens intra-groupe et inter-groupes dévoilée par ces études, et leur qualification (lien de parenté, filiation spirituelle, relation hiérarchique, intégrant des sentiments d’affection ou de détestation…), dessine des sociétés que l’historiographie traditionnelle, postulant que les frontières entre les groupes sont infranchissables, ou seulement exceptionnellement, ne permet pas d’appréhender. Si le fait de partir des relations entre les personnes permet de mettre en lumière des groupes ayant des pratiques communes effectives, cette méthode ne se limite pas pour autant à l’étude du microcosme social ; l’attention peut être aussi portée aussi sur des réseaux s’exerçant au long cours et mettant en relation personnes et groupes venus d’horizons lointains. Ces travaux nous mettent ainsi au cœur d’un jeu d’échelle qui rend compte, non exhaustivement, bien sûr, de mondes sociaux dans leur diversité, et qui livre des éclairages sur ces sociétés dans leur cohérence et leur variété.

16Si le rôle du lien social est tout à fait admis par les historiens de toutes époques et de tous lieux, le fait de considérer ce lien comme la clef de la compréhension des sociétés l’est un peu moins et ce congrès du Cths a été l’occasion de faire la démonstration de sa valeur opératoire pour les sociétés du monde que nous étudions : le monde musulman médiéval.

Bibliographie

Alhaj Wissam, Dot-Pouillard Nicolas & Rébillard Eugénie, De la théologie à la libération ? Histoire du Jihad islamique palestinien, Paris, La Découverte, 2014.

Ashur A., Friedman, M. A., Goitein, S. D., India Book IV/B, Ḥalfon the Travelling Merchant Scholar, Cairo Geniza Documents (hébreu), Jérusalem, Ben-Zvi Instititute, The Rabbi David and Amalia Rosen Foundation, 2013, facsimilés.

Carayon Agnès, La furûsiyya des mamlûks, une élite sociale à cheval, thèse de doctorat soutenue le 26/6/2012 à Aix-en-Provence, université de Provence.

Coulon Damien, Picard Christophe & Valérian Dominique (dirs), Espaces et réseaux en Méditerranée médiévale, I. La configuration des réseaux, II. La formation des réseaux, Paris, Bouchène, 2010, 2. vols.

Denoix Sylvie & Eddé Anne-Marie, Gouverner en Islam xe-xve siècle, Publications de la Sorbonne, Bibliothèque historique des pays d’Islam, 2015.

Dridi Audrey, « Patriarches et gouverneurs : processus de légitimations réciproques dans l’Égypte omeyyade », dans Légitimité et légitimation de l’autorité politique (vie-xe siècle), éd. A. Nef, V. Prigent, Darwin Press, Princeton, à paraître.

Eychenne Mathieu, Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk, milieu xiiie - fin xive siècle, Presses de l’Ifpo, Damas-Beyrouth 2013.
Texte intégral en ligne : http://books.openedition.org/ifpo/3937

Houssaye-Michienzi Ingrid, « Reconstruire des réseaux d’affaires à partir de sources comptables : des exemples toscans (xive-xvie siècles) », dans H. Bresc (dir.), Réseaux politiques et économiques, Paris, Édition électronique du CTHS (Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), 2016, p. 123-134.
Disponible en ligne : http://cths.fr/ed/edition.php?id=7101

Kniestedt Anika, Conflits et échanges au Proche Orient (xiie et xiiie siècle). Acre, Alexandrie - étude comparée, thèse soutenue à Aix-en-Provence le 18 juillet 2015, Aix-Marseille Université.

Friedman M. A. & Goitein S. D., India Book I, Joseph Lebdī, Prominent India Trader, Cairo Geniza Documents (hébreu), Jérusalem, Ben-Zvi Institute, The Rabbi David and Amalia Rosen Foundation, 2009, bibliographie, index, cartes et fac-similés, 400 p.

Friedman M. A. & Goitein S. D., India Book II, Maḏmūn Nagid of the Yemen and the India Trade, Cairo Geniza Documents (hébreu), Jérusalem, Ben-Zvi Institute, The Rabbi David and Amalia Rosen Foundation, 2010, bibliographie, index, cartes et fac-similés, 735 p.

Friedman M. A. & Goitein S. D., India Book III, Abraham Ben Yijū India Trader and Manufacturer, Cairo Geniza Documents (hébreu), Jérusalem, Ben-Zvi Institute, The Rabbi David and Amalia Rosen Foundation, 2010, bibliographie, index, cartes et fac-similés, 593 p.

Friedman M. A. & Goitein S. D., India Book IV/A, Ḥalfon and Judah ha-Levi, The Lives of a Merchant Scholar and a Poet Laureate According to the Cairo Geniza Documents (hébreu), Jérusalem, Ben-Zvi Institute, The Rabbi David and Amalia Rosen Foundation, 2013, bibliographie, index, cartes, 471 p.

Rébillard Eugénie, Imposer l'ordre et la Loi en Syrie et en Irak : la šurṭa des Omeyyades aux Seljoukides, thèse en préparation à Paris, I, ED 133.

Touati Houari, Islam et voyage au Moyen Âge, Histoire et anthropologie d’une pratique lettrée, 2000, Paris, Éd. du Seuil.

Vallet Éric, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Notes

1 Cette démarche a déjà fait l’objet de publications pour le monde musulman médiéval. Citons D. Coulon, Chr. Picard & D. Valérian (dirs), Espaces et réseaux en Méditerranée médiévale.

2 Signalons toutefois qu’un livre en histoire du temps présent vient d’être publié par un des membres de notre équipe de médiévistes, avec deux autres collègues : W. Alhaj, N. Dot-Pouillard & E. Rébillard, De la théologie à la libération ?

3 S. Denoix & A.-M. Eddé, Gouverner en Islam xe-xve siècle.

4 Car si cette méthode rend bien compte de la porosité des frontières entre les groupes, elle n’empêche pas qu’au sein même d’un groupe donné, la mise au jour des relations interpersonnelles donne à voir des réseaux d’entraide, de solidarité envers les plus pauvres, ou d’intérêt commun pour s’enrichir ensemble, cf. A. Kniestedt, Conflits et échanges au Proche Orient (xiie et xiiie siècle).

5 Imposer l’ordre et la Loi en Syrie et en Irak : la šurṭa des Omeyyades aux Seljoukides.

6 Cf. A. Dridi, « Patriarches et gouverneurs : processus de légitimations réciproques dans l’Égypte omeyyade ».

7 Outre la masse des Égyptiens, la société mamlouke était constituée de deux groupes élitaires, d’une part les militaires, anciens esclaves arabisés, convertis à l’islam et affranchis pour parvenir à l'émirat, les mamlouks, et d’autre part les élites civiles et religieuses, chargées de la production et de la transmission des savoirs religieux et profanes, les ulémas. L’historiographie, étudiant ces deux groupes indépendamment les uns des autres – chacun étant spécialiste qui des militaires, qui des élites civiles –, les a longtemps considérés comme étanches les uns aux autres, jusqu’à les appréhender comme des castes. En considérant cette société dans son ensemble et en examinant les relations liant les uns aux autres, Mathieu Eychenne (Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk, milieu xiiie - fin xive siècle), a complètement renouvelé la vision que l’on a de cette société, où les liens entre les uns et les autres sont si nombreux et si indispensables au fonctionnement de cette société que les groupes ne pourraient exister les uns sans les autres. Naturellement, ceci ne signifie pas que les groupes n’existent pas, et ne se représentent pas à eux mêmes qu’ils ont des qualités que les autres non pas. Les ulémas sont fiers de leur érudition et les mamlouks développent une distinction aristocratique ; cf. A. Carayon, La furûsiyya des mamlûks, une élite sociale à cheval.

8 Pour les négociants juifs, on connaît les considérables travaux de l’équipe de S. D. Goïtein, dont les derniers parus sont la somme des India books qu’il a publiés avec M. A. Friedman pour les 4 premiers, et avec Friedman et A. Ashur, pour le dernier. Pour le grand commerce vers l’Inde, en partant du Yémen, cf. É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454). I. Houssaye-Michienzi, « Reconstruire des réseaux d’affaires à partir de sources comptables : des exemples toscans (xive-xvie siècles) », dans H. Bresc (dir.), Réseaux politiques et économiques, CTHS, p. 123-134.

9 Cf. Houari Touati, Islam et voyage au Moyen Âge, Histoire et anthropologie d’une pratique lettrée.

10 Cf. infra, les articles d’Aurélien Monteil et Eugénie Rébillard, qui ont utilisé ce type de sources.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search