Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Du réseau au parti politique moderne et post-moderne

Un réseau politique de l’opposition libérale dans le département de la Meuse (1820-1830)

Jean-Paul Streiff

Résumé

Sous la Restauration, aux marges de la légalité, l’opposition à la monarchie s’organise. Dans le département de la Meuse, ce réseau est ébauché par deux figures nationales : Charles-Guillaume Étienne (1778-1845) et Jean-François Jacqueminot (1787-1865). Charles-Guillaume Étienne, journaliste, académicien, député de la Meuse en 1820, dirige, à Paris, Le Constitutionnel, journal d’opposition au régime. Son relais dans la Meuse est le « colonel » Jean-François Jacqueminot, officier à la demi-solde devenu industriel à Bar-le-Duc et en Alsace. Étienne est réélu en 1822 mais battu en 1824. Lors de chaque élection, c’est une lutte réseau libéral contre réseau monarchiste qui s’engage avec l’aide d’une organisation semi-clandestine, « Aide-toi, le ciel t’aidera ». Les moyens de propagande sont limités, réunions informelles, repas, banquets, opuscules, journaux, pour ces hommes surveillés par la police. Nous voyons ainsi apparaître un mouvement politique, ancêtre des partis actuels.

Texte intégral

1L’abondance des documents, pour la période de la Restauration facilite l’étude de ce réseau de l’opposition libérale dans le département de la Meuse, entre 1820 et 1830. Les rapports de police, de gendarmerie, des préfets, les articles de presse, les biographies et les écrits les plus divers sont des sources précieuses pour retrouver les liens qui unissent des personnages. Il est utile également de connaître les protagonistes avant et après la période considérée. Leurs attitudes, leurs prises de position, leurs démarches au temps de la Révolution, puis sous la monarchie de Juillet et en 1848 éclairent aussi leurs relations, les liens qui les rapprochent et leurs choix politiques.

2D’abord quels sont les personnages centraux ? Ceux qui constituent les pôles, les nœuds du réseau ? Chacune de ces personnes ayant un rôle différent, quelles sont leurs relations ? Qui rencontrent-elles ? Qui les accompagne dans leurs démarches ? Enfin comment opèrent-ils ? Par quels moyens ?

Les personnages centraux

3Les députés libéraux constituent le noyau de l’organisation. Avec en premier lieu, Pierre-Dieudonné-Louis Saulnier (Nancy, 1er janvier 1767-Paris, 23 février 1838).

L’ancien préfet : Pierre-Dieudonné-Louis Saulnier1

  • 1 J.-P. Streiff, « Le premier préfet du département de la Meuse : Pierre-Dieudonné-Louis Saulnier ».

4En 1798, il est commissaire du Directoire près l’Administration centrale du département de la Meurthe. C’est alors un républicain de gouvernement, sincèrement attaché aux conquêtes de la Révolution… Nommé préfet du département de la Meuse (2 mars 1800-19 avril 1804), il a la lourde charge de mettre en place les nouvelles administrations. Il reste en place jusqu’en 1804. Il est alors appelé au poste de secrétaire général du Grand juge, Claude-Ambroise Régnier (Blâmont, 5 novembre 1746-Patris, 25 juin 1814) qui dirige la justice et la police. Il reste en place sous Fouché et Savary jusqu’à sa révocation le 31 janvier 1815. Selon Louis Madelin, il aurait intrigué contre Fouché.

5Chevalier de l’Empire en 1808, membre de la Légion d’honneur, il est désigné par l’Empereur, en 1811, comme l’un des seize actionnaires du Journal de l’Empire confisqué à ses propriétaires. Rallié aux Bourbons sous la première Restauration, il est maintenu à son poste au ministère de la police générale par Louis XVIII. Mais, pendant les Cent-Jours, rallié à Napoléon, il est destitué au retour du roi.

6Les Meusiens ne l’ont pas oublié. En effet, dès 1815, il représente le département de la Meuse au corps législatif. En septembre 1816, la Chambre des députés est dissoute par l’Ordonnance du 5 septembre, mais il est réélu le 4 octobre 1816. Le même scénario se répète le 20 septembre 1817 et le 9 mai 1822. Il ne se représente pas en 1824. Il siège sur les rangs de la « gauche libérale ». Il meurt à Paris le 23 février 1838.

« La plume » de l’organisation : Charles-Guillaume Étienne2

  • 2 J.-P. Streiff, « Un libéral meusien : Charles-Guillaume Étienne (1777-1845) ».

7Le député Charles-Guillaume Étienne est la plume du réseau, personnalité marquante de la vie politique, journalistique, littéraire et théâtrale de l’Empire, de la Restauration et de la Monarchie de Juillet. Sept fois élu député de la Meuse, puis pair de France, il préside le Conseil général de la Meuse, après le maréchal Oudinot. À Paris, auteur de théâtre, académicien, directeur de journaux, deux fois président de la société des auteurs et compositeurs dramatiques, il participe entièrement à la vie littéraire et politique de la capitale. Meusien de Paris, il y défend les intérêts du département. Il est également en contact avec l’opposition parisienne.

  • 3 Publié par les rédacteurs du Mercure de France qui vient d’être saisi, et dont le titre est repris (...)

8« Napoléoniste » ou « buonapartiste », comme l’on disait alors, Étienne, de sa plume alerte et agressive, avec un ton très voltairien, combat la Restauration. Il est l’un des fondateurs du Nain jaune, de La Minerve et du Constitutionnel. Le Nain jaune, ou Journal des arts, des sciences et de la littérature est l’ancêtre du Canard Enchaîné. Il paraît du 15 décembre 1814 au 15 juillet 1815. Le journal attaque les partisans de l’Ancien Régime qualifiés de « Chevaliers de l’Éteignoir » et invente « l’ordre des Girouettes », après les Cent-Jours. En 1818, Étienne crée, avec quelques amis, La Minerve devenue La Minerve française3. Sous la direction de Benjamin Constant, il raille les ultras. Il fait le succès de la revue avec ses Lettres sur Paris. En 1819, il est rédacteur en chef et actionnaire du Constitutionnel, principal journal national d’opposition, et devient le dirigeant de l’opposition libérale dans le département de la Meuse. Il bataille sans cesse par la plume et la parole contre les Bourbons.

  • 4 Archives nationales, F/1c III/Meuse /5.
  • 5 Sorcy, Meuse, arrondissement de Commercy, canton de Void.
  • 6 Sous la Restauration, le cens électoral est de 300 F d’impôts et le cens d’éligibilité de 1 000 F.
  • 7 Archives départementales de la Meuse, Comon notaire à Sorcy, acte du 26 mai 1817.
  • 8 Archives départementales de la Meuse, 30 Q 125, Commercy, mutations par décès, n° 71, 5 septembre 1 (...)

9Dès 1813, Charles-Guillaume Étienne souhaite présider le collège d’arrondissement de Commercy « dans lequel sont situées ses propriétés. Ce n’est pas dans le but de se faire nommer candidat au corps législatif puisqu’il n’a que 36 ans »4. Dès lors, Charles-Guillaume Étienne devient un rassembleur de terre. Il achète des propriétés à Sorcy5 et dans les villages voisins. Puis, à partir de 1814, il multiplie les achats fonciers et immobiliers afin d’atteindre une fortune suffisante pour être électeur, puis éligible6. Il achète en viager, en 1817, le petit château de Saint-Martin, écart de Sorcy7. Au décès, les biens accumulés à Sorcy et dans les villages voisins, terres, prés et bois, constituent un capital de 77 252,40 F8.

  • 9 Charles-Auguste Salmon (Riche, Moselle, 8 ventôse An XIII/27 février 1805-Paris, 26 décembre 1892).

10Dans la biographie qu’il a consacrée à Charles-Guillaume Étienne, Charles-Auguste Salmon9 décrit la résidence aménagée par l’écrivain et où il aime se reposer.

  • 10 Les Affiches de la Meuse, 22 mars 1845.

« Mais, si l’on voulait le bien connaître, il fallait le voir à la campagne, dans sa retraite chérie de Saint-Martin de Sorcy… Un parterre peuplé de fleurs plantées de ses mains ; une pelouse, bornée par une rivière qui en dessinait les contours, charmaient l’œil des visiteurs, et les invitaient à se promener. »10

  • 11 Charles-Adrien baron de Cholet (Longeaux, Meuse, 12 juillet 1779-Mauvages, Meuse, 14 décembre 1868) (...)
  • 12 Archives départementales de la Meuse, 3 M 97, Élections 1816-1824.
  • 13 Ibid.

11Le 13 novembre 1820, à Bar-le-Duc, il est élu député, difficilement, avec 78 voix, au troisième tour de scrutin, battant le baron Charles-Adrien de Cholet11, représentant du pouvoir12. Il est réélu député, le 16 mai 1822, à Verdun, avec 81 voix13.

12Le préfet écrit à ce sujet :

  • 14 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6. Rapport du préfet Romain du 19 août 1822.

« Le succès complet de l’opposition aux élections de 1820 et 1822, moins encore que les menées, les correspondances et la conduite d’un certain nombre d’ennemis de la légitimité à la tête desquels il faut citer M. Étienne ont fait naître dans le département de la Meuse ou du moins parmi une classe très nombreuse de ses habitants une sorte de haine et de défiance contre le gouvernement du Roi et des regrets de l’ancien ordre de choses qui se manifestent toutes les fois que l’activité des meneurs peut en indiquer une occasion. »14

  • 15 Laurent Leclerc (Saint-Mihiel, Meuse, 2 juillet 1768-Saint-Mihiel, Meuse, 10 mai 1844). Receveur de (...)
  • 16 Archives nationales, F1bI/172/15.Charles-César Romain, baron, (Laon, paroisse Saint-Jean-au-Bourg, (...)

13Mais le 7 mars 1824, Étienne est « écrasé », avec seulement 19 voix, par Laurent Leclerc, élu avec 168 voix15. À Verdun, le baron de Cholet, 97 voix, obtient sa revanche. Charles-Guillaume mène, dès lors, une bataille incessante contre le baron Romain16, préfet de la Meuse, qui a fraudé, rayant des libéraux des listes électorales et inscrivant des monarchistes à leur place.

« L’épée » du mouvement : Jean-François Jacqueminot17

  • 17 Jean-François Jacqueminot (Nancy, Meurthe-et-Moselle, 23 mai 1787-Meudon, Seine-et-Oise), 3 mars 18 (...)
  • 18 Jean-Ignace-Jacques Jacqueminot comte de Ham (Naives, Meuse, 14 janvier 1754-Paris, 13 juin 1813). (...)

14L’épée de l’organisation est Jean-François Jacqueminot vicomte de Ham (Nancy, Meurthe-et-Moselle, 23 mai 1787-Meudon, Seine et Oise, 3 mars 1865), premier aide de camp du maréchal Oudinot, héros de la Bérézina et de la bataille des Quatre Bras, le colonel Jacqueminot, officier à la demi-solde, s’installe à Bar-le-Duc, auprès de sa famille. Jean-François Jacqueminot est le fils de Jean-Ignace-Jacques Jacqueminot comte de Ham18.

15Le 5 mai 1822, le colonel s’associe avec ses parents pour fonder la société Jacqueminot-Aubert et Compagnie. L’entreprise comprend la filature du coton, la fabrication de toiles de coton, unies et rayées et l’établissement d’un atelier de teinture. L’usine existait depuis un certain temps. La filature, très moderne, est entraînée par une machine à vapeur et les ateliers sont éclairés au gaz. Il possède des tissages à Obernai et à Châtenois dans le Bas-Rhin. Il emploie essentiellement d’anciens soldats. Faut-il y voir un réseau de la Charbonnerie ? Il rassemble des officiers à la demi-solde et, avec eux, parcourt le département pour diffuser les idées libérales.

Rassembleurs d’opposants

16Saulnier, Étienne et Jacqueminot s’entourent des personnalités du département, militaires, maires et députés libéraux.

Les députés libéraux

17L’étiquette libérale recouvre des idées politiques très différentes : bonapartistes, républicains, orléanistes se regroupent sous cette bannière de l’opposition aux Bourbons.

  • 19 Archives nationales, F1bI /173/1. Beaupoil de Saint Aulaire (Louis-Clair, comte de) (La Mancelière, (...)
  • 20 Pair de France en 1829, exclu en 1830. Il est ambassadeur de France, à Rome, en 1831, puis à Vienne (...)

18Un autre préfet de la Meuse, nommé le 12 mars 1813, chambellan de Napoléon, Louis-Clair comte de Beaupoil de Saint-Aulaire19, est élu par les Meusiens. Noble d’Ancien Régime, Beaupoil de Saint-Aulaire est l’un des premiers élèves de l’École centrale des travaux publics (polytechnique). Il est confirmé préfet de la Meuse lors de la première Restauration, et nommé préfet de la Haute-Garonne le 13 octobre 1814. Il démissionne lors des Cent-Jours. Il reste cependant attaché au département, en étant élu député de la Meuse le 22 août 1815, puis de nouveau le 17 novembre 182720. C’est un monarchiste modéré plutôt orléaniste.

19Jean-Baptiste Raulin (Nantillois, Meuse, 27 janvier 1759-Montfaucon, Meuse, 14 décembre 1835) est un républicain affirmé. Il a participé à la prise de la Bastille. Avocat, juge de paix du canton de Montfaucon en 1816, il est destitué par la Restauration. Le grand collège de la Meuse, l’envoie à la Chambre, le 13 novembre 1820, par 80 voix (143 votants, 162 inscrits). Il est réélu, le 9 mai 1822, dans le 2e arrondissement électoral, à Verdun, par 160 voix (286 votants, 334 inscrits). Il siège à gauche. Sa famille confirme son ancrage républicain. Ainsi, Hector-Jacques Raulin, sous-préfet de Montmédy, en 1830, député en 1849, est incarcéré à Vincennes le 2 décembre 1851, lors du coup d’état de Louis-Napoléon.

20Joseph Vallée (Saint-Mihiel, Meuse, 18 décembre 1758-Paris, 3 octobre 1828), ancien avocat à Saint-Mihiel est député au Conseil des Cinq-Cents. Sous la Restauration, conseiller à la Cour de cassation, il est élu, le 20 septembre 1817, député du grand collège de la Meuse, par 161 voix (299 votants, 516 inscrits), et siège avec les libéraux.

21Dominique-Christophe Bazoche (Saint-Mihiel, Meuse, 26 février 1757-Saint-Mihiel, Meuse, le 29 octobre 1817). Procureur général près la cour de justice criminelle de la Meuse, député (12 mai 1815), de la Chambre des Cent-Jours, le grand collège de la Meuse l’envoie à la Chambre, le 22 août 1815, avec 83 voix sur 263 inscrits. Libéral, il est réélu le 4 octobre 1816 (92 voix sur 154 votants et 254 inscrits).

22Charles-Antoine Génin (Verdun, Meuse, 5 avril 1785-Wadelincourt, Ardennes, 27 janvier 1866), est élu député le 20 avril 1829, par les électeurs libéraux du 2e arrondissement de la Meuse (Verdun), avec 149 voix (246 votants et 284 inscrits), en remplacement de M. Beaupoil de Saint-Aulaire, nommé pair de France. Il siège au centre gauche et est un des 221.

Les officiers à la demi-solde

  • 21 Fils du marquis, il naît le 4 mars 1786. Soldat au 1er régiment de cuirassiers, le 18 septembre 180 (...)

23Le colonel Jacqueminot, libéral, fidèle à Napoléon, rassemble autour de lui les officiers à la demi-solde, les opposants au nouveau régime. Le colonel Amédée-Louis Despans de Cubières (Paris, 4 mars 1786-Paris, 6 août 1853), « ami intime du colonel Jacqueminot a beaucoup d’influence sur lui, partageant ses opinions politiques »21. Il remplace le receveur général du département Alphonse Jean Buffault (1762-1844) dont il a épousé la nièce Marie-Aglaé Buffault.

  • 22 Archives nationales, F7 6741. Rapport du préfet au directeur de la police, du 6 novembre 1823. Surv (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

24Henry‑Pierre Paillot, chef de bataillon, a des « opinions favorables à l’opposition, tête ardente et conduite légère, dévoué à Jacqueminot et de Cubières »22. Frédéric Lanthonnet, chef d’escadron, est « dévoué aux colonels Jacqueminot et de Cubières dont il partage les opinions et les sentiments. Un caractère de bonhomie lui a concilié l’attachement d’un grand nombre d’habitants de la ville »23. Pierre de Thionville, capitaine, « appartient à une bonne famille de Bar qui déplore la direction qu’il a prise, homme de mœurs légères et livré à la boisson ». Jean-Ogier Collas, sous-lieutenant, aux « opinions très mauvaises, homme grossier et méprisé par sa conduite privée mais recherché des libéraux à cause de ses sentiments politiques »24. Narcisse Pérard, lieutenant, est un « très mauvais sujet, à la conduite méprisable, renvoyé de son corps pour cette raison, comme pour ses opinions exaltées »25. Jean-Louis Thiry, sous-lieutenant, « son opinion est peu favorable au gouvernement voué aux officiers supérieurs les plus prononcés de cette opinion »26. Le préfet, qui fait surveiller le groupe, écrit au directeur de la police, le 6 novembre 1823 :

  • 27 Ibid.

« L’activité des correspondances, la fréquence et l’intimité des relations qui se sont établies depuis quinze jours entre les hommes de l’opposition comme d’après les efforts que font en ce moment plusieurs d’entre eux pour accroître et étendre leur influence dans ce département. Le colonel Jacqueminot qui paraît devoir diriger les manœuvres de l’opposition et devenir son principal agent dans la Meuse. Les ennemis du roi se groupent autour de lui. »27

25Dans un rapport du 4 décembre 1825, le préfet Romain note :

  • 28 Ibid.

« Les mouvements de la Bourse et la mort du général Foy ont depuis quelques jours excité parmi les partisans de l’opposition dans ce département une activité de Rapports, une effervescence de discours qui me semblent devoir fixer l’attention de la haute Police… et spécialement sur le colonel Jacqueminot le plus ardent d’entre eux et leur chef »28.

Les moyens d’action

26Pour les députés battus lors des élections de 1824, il s’agit de préparer la revanche, en contrant les méthodes du préfet. Les libéraux diffusent également leurs idées.

Préparer les élections

27Le préfet a modifié les listes électorales en faveur des monarchistes, rayant des libéraux notoires pour des motifs plus discutables les uns que les autres. Enfin, un nombre important d’électeurs sans droits légaux ont été inscrits. Les libéraux diffusent un manuel électoral pour faciliter les démarches des électeurs et éviter les pièges tendus par l’administration.

28Tout juste réélu, en 1828, Étienne attaque, à la Chambre, le préfet Romain :

  • 29 J. Mavidal, E. Laurent, Archives parlementaires, recueil complet des débats législatifs et politiqu (...)

« On a parlé de beaucoup de faits ; on a dit qu’une association s’était formée pour les élections. Oui, Messieurs, mais c’est parce que, en 1824, le préfet s’était couvert de tous les méfaits. J’en citerai un qui m’est personnel. Le préfet tenait beaucoup à m’écarter de la liste des éligibles. Je possédais dans ce département une ferme depuis trois ans ; le percepteur indiquait la quotité de mes contributions ; il attestait que la mutation avait été déclarée, quoiqu’elle n’eût point encore eu lieu ; le maire affirmait la date de ma possession. Cette ferme fut brûlée trois mois auparavant. Le préfet en reçut le rapport ; malgré un fait si notoire, il exigea que je produisisse le contrat enregistré. Mais cela ne suffit pas ; il ne restait plus que deux jours, et le préfet exigea de plus, la production des extraits de rôles, pièce par pièce. Il y en avait plus de cinq cents ; il aurait fallu dix jours pour les réunir ; heureusement le secrétaire de la mairie et plusieurs autres personnes passèrent la nuit pour les recueillir, et ce ne fut qu’au moment où la liste allait être fermée, que je pus faire la justification demandée.
Je vous le demande, Messieurs, n’êtes-vous pas indignés de cette partialité, de ces vexations ? Je ne m’en plaindrais pas, si elles n’atteignaient que moi, mais elles s’appliquent aussi aux habitants des campagnes, auxquels on fait perdre ainsi leurs journées, pour les dégoûter de l’exercice d’un droit qui leur devient si préjudiciable. C’est ainsi que, dans un département où la propriété est extrêmement morcelée, on renvoie les électeurs de percepteur en percepteur, de maire en maire, et qu’on les fatigue de marches onéreuses ; tandis que les favoris de l’administration sont inscrits sur les listes sans difficulté. Messieurs, ce n’est pas nous qui déconsidérons l’administration, quand nous rapportons de pareils faits ; c’est elle-même qui se déconsidère par ces odieuses menées.
Voix à gauche : Très bien, très bien. »29

29Le baron Romain est obligé de se défendre. Il envoie au ministre de l’Intérieur un épais dossier intitulé :

  • 30 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6.

« Élections de 1827. Note du préfet de la Meuse sur les calomnies et les injures insérées contre les opérations électorales dans des Brochures anonymes ou des articles du Constitutionnel. Origines et causes des attaques de l’opposition contre le préfet de la Meuse … »30

  • 31 Ibid.

30Il réfute une à une chaque accusation. Toutefois, lors de la révision des listes électorales, le 22 janvier 1829, 45 électeurs ont été oubliés, 77 n’ont jamais atteint le cens électoral et sont supprimés, quatre n’ont jamais eu la capacité électorale31. La tricherie est évidente. Elle a permis l’élection du baron Philippe Desbassayns de Richemont, gendre du comte de Villèle, avec seulement quatre voix d’avance.

  • 32 Jean-Michel Bonnard (Cartigny, Somme, 7 germinal an VI (26 mars 1798)-décès inconnu). Il épouse, à (...)
  • 33 Gazette des tribunaux, n° 859, 8 mai 1828.
  • 34 Stainville, Meuse, arrondissement de Bar-le-Duc, canton d’Ancerville.

31Les libéraux exultent lorsque le secrétaire particulier du préfet de la Meuse, Jean-Michel Bonnard32 est condamné, le 19 avril 1828, par la cour d’assises de la Meuse, à huit années de bagne33. C’est lui qui, en 1824, a été chargé d’organiser les élections. En avril 1825, à seulement 23 ans, Bonnard est récompensé par le poste de percepteur, à Stainville34. Il détourne alors des sommes importantes. Quant au baron Romain, il est envoyé à Perpignan.

Les brochures et les pamphlets

32Les libéraux diffusent des brochures qui précisent les droits des électeurs et propagent les idées libérales.

  • 35 François Guizot, (Nîmes, Gard, 4 octobre 1787-Saint-Ouen-le-Pin, Calvados, 12 septembre 1874), hist (...)

33La société « Aide-toi, le Ciel t’aidera », fondée par François Guizot35, organise la riposte, en multipliant les opuscules, les réunions et en attaquant le préfet. Une brochure de propagande décrit le climat des élections législatives de 1824 :

  • 36 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6.

« Séductions, menaces, fraudes, circulaires insultantes, glaive suspendu sur les têtes de tous les fonctionnaires publics devenus responsables du suffrage de leurs proches et même de leurs parents les plus éloignés…, secret du vote audacieusement foulé aux pieds, espions introduits dans le collège, enfin manœuvres honteuses, promesses illusoires, odieuses calomnies, rien ne fut épargné pour soumettre le vote d’un département qui avait gardé jusqu’alors, même sous les baïonnettes de l’étranger, cette virginité d’indépendance… Cette fois l’autorité a triomphé, mais sa victoire a été pour le département une défaite cruelle, dont le souvenir douloureux pèse sur tous les cœurs. »36

34Le 9 septembre 1827 le préfet rapporte :

  • 37 Ibid.

« Monsieur Étienne pour rentrer à la chambre des députés, n’a épargné aucune course, aucune démarche pour accroître le nombre d’électeurs libéraux sur la première partie de la liste du jury et les maintenir ou les fortifier dans leur éloignement pour le gouvernement du roi. Jusqu’alors ses partisans ou les comités agissaient pour lui et étaient chargés de la distribution des brochures, mais il n’a voulu s’en rapporter qu’à lui-même du soin de faire lire un des écrits auxquels le parti paraît attacher le plus d’importance, la relation des funérailles de Monsieur Manuel etc., pendant un voyage qui vient de faire à Bar, il en a remis un exemplaire à chacun des électeurs qu’il visitait. »37

35Des brochures sont publiées avec le patronage de la Société pour la liberté de la presse. Ce sont souvent des articles du Constitutionnel, imprimés probablement à la demande d’Étienne. Celui-ci les dédicace aux électeurs.

36Le préfet, dans une lettre du 4 novembre 1827, écrit :

  • 38 Ibid.

« Le colonel Jacqueminot depuis son retour à Bar, s’est mis, comme je le prévoyais, à la tête des agents de l’opposition qui préparent des élections contraires aux intérêts monarchiques. Il est dans ce département l’âme de ce parti et il le sert avec une ardeur, une activité, je dirais même un succès qui en font un des ennemis les plus dangereux du gouvernement et du roi. Dans ce moment il parcourt, ainsi que plusieurs autres agents de l’opposition, toutes les parties du département pour distribuer les pamphlets et avis qui arrivent chaque jour par les messageries de Paris. »38

  • 39 Philippe Panon-Desbassayns de Richemont (baron), (Saint-Denis-de-la-Réunion, Réunion, 3 février 177 (...)

37Le 7 novembre 1827, le baron Philippe Panon-Desbassayns de Richemont39 écrit à son beau-frère, le comte de Villèle :

  • 40 Archives nationales, F1c III/Meuse /6.

« … nos enragés s’agitent dans tous les sens pour triompher à Verdun. Étienne y a passé huit jours. Le colonel Jacqueminot lui a succédé et d’autres émissaires sont en tournée dans les différents cantons… les royalistes ne marchent pas d’accord. Cette division enhardit nos adversaires. Dans cet état de choses, il serait indispensable de faire quelques efforts pour réunir les esprits. Un moyen qui réussit partout et plus particulièrement dans la Meuse serait de pouvoir donner à dîner aux électeurs. Personne n’en a les moyens à Verdun. Il serait cependant à désirer que l’évêque, le sous-préfet et le maire puissent recevoir les 300 membres du collège. Ne pourriez-vous pas leur faire accorder de 1 000 à 1 200 F à chacun pour les indemniser de leurs dépenses. Quant à moi, j’envoie mon cuisinier et mes gens à Verdun et mon intention est de recevoir le plus de monde possible… »40

38Les monarchistes ne font qu’imiter l’opposition qui organise banquet sur banquet.

Les banquets

39Le pouvoir veille à encadrer toute activité suspecte par l’interdiction des associations et toute manifestation. Lorsque, dans sa dixième Lettre sur Paris, Charles-Guillaume Étienne relate le banquet de l’Arc-en-ciel organisé, à Paris, le mardi 5 mai 1818, pour honorer les députés libéraux, se doute-t-il que cette manifestation va se multiplier, jusqu’à la campagne des banquets de 1848 ? Cette réunion est un moyen d’échapper aux interdictions d’association et de manifestation. Voilà deux ans, écrit-il :

  • 41 La Minerve française, II bis, mai 1818, p. 41-42. Lettre sur Paris n° 10.

« À peine l’ami osait-il épancher son secret dans le sein de son ami ; une réunion de trois personnes était un rassemblement, un tête-à-tête était suspect ; aujourd’hui, quatre cents citoyens se convoquent et se parlent sans crainte, ils défient le soupçon qui les guette et la surveillance qui les écoute. »41

  • 42 V. Robert, Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), p. 35. Pier (...)

40Après la Terreur blanche, c’est la première fois que « plusieurs centaines de sympathisants de l’opposition libérale se trouvaient réunis en un lieu public »42. L’habitué du « Déjeuner de la Fourchette » ne va pas cesser de banqueter. Le 25 novembre 1827, réélu député de la Meuse, il est honoré avec son collègue Saint-Aulaire :

  • 43 Le Constitutionnel du 23 novembre 1827.

« Le dimanche, une grande partie des citoyens de la ville [Bar-le-Duc] attendaient dans un silence profond, sur la place de la préfecture, le résultat du dépouillement du scrutin. Au moment où M. Étienne a obtenu la majorité, un électeur a lancé son chapeau ; c’était le signe du triomphe. À l’instant, les plus vives acclamations se sont fait entendre et se sont communiquées en moins de cinq minutes dans les quartiers les plus éloignés de la ville. Tous les électeurs et une multitude d’habitants sont venus féliciter le nouveau député, qui se trouvait chez le colonel Jacqueminot, son parent et ami… Aussitôt on décide qu’un banquet électoral sera offert aux deux nouveaux députés (M. De Saint-Aulaire était resté à Bar pour y exercer ses droits d’électeur). Les fanfares ont accompagné chacun des toasts qui ont été portés au milieu des plus vifs transports… M. le colonel Jacqueminot, M. Étienne et M. De Saint-Aulaire ont pris tour à tour la parole, et ont exprimé à l’assemblée avec une émotion profonde, tous les sentiments qui remplissaient leurs cœurs. »43

41Le préfet exprime son indignation au ministre de l’Intérieur, le 19 novembre 1827 :

  • 44 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6.

« La ville de Bar a présenté après l’élection de M. Étienne un spectacle vraiment affligeant parce que le peuple lui-même a pris part aux réjouissances des libéraux. Tout pourtant s’y est passé sans désordre, mais l’expression de la joie avait quelque chose de l’effervescence qui précède les mouvements populaires. Dieu préserve la France d’une Chambre où se trouveraient en majorité des députés comme ceux dont nous apprenons à chaque instant l’élection. »44

  • 45 Le Constitutionnel du 1er mai 1830. L’adresse au roi Charles X, signée par 221 députés, lui est adr (...)

42Le député participe, le 20 avril 1830, au banquet constitutionnel des Lorrains de Paris, et quelques jours plus tard, à Bar-le-Duc, une centaine de convives l’honorent pour sa participation à l’adresse des 22145.

Un opposant très surveillé

  • 46 Archives nationales, F7 6718. Banquets, réceptions et voyages des députés. (1810-1830).
  • 47 Jacques-Antoine Manuel (10 décembre 1775-20 août 1827), avocat, député libéral. Célèbre pour avoir (...)
  • 48 Archives nationales, F7 6719.
  • 49 Louis Picquot est né en 1804, à Commercy.

43Étienne, principal dirigeant de l’opposition libérale, est surveillé par la police46. Ses déplacements sont autant espionnés que ceux de Benjamin Constant et du Marquis de Lafayette. En 1822, le préfet apprend que le député Manuel47, « bête noire du pouvoir », est venu, en visite au petit château de Saint-Martin48. En août de la même année, Étienne est accueilli à Sorcy « par une sérénade qu’ont été lui donner la plupart des jeunes gens de Commercy sous la direction de Picquot fils auteur prétendu de la brochure intitulée : Encore un mot sur Napoléon »49. Louis Picquot, né en 1804, n’a que 18 ans. En 1821, il a publié un opuscule de onze pages : Encore un mot sur Napoléon-le-Grand, précédé d’une adresse au Roi, dans lequel il réclame le rapatriement du corps de Bonaparte en France. Le lendemain, Étienne « assiste à un banquet en son honneur chez le sieur Picquot père » à Commercy.

  • 50 Archives nationales, F7 6719.

44Il se rend à Nancy, le 29 mai 1823. La gendarmerie de la Meurthe signale qu’Étienne a déjeuné chez le Sieur Turck-Bertier, « là il y a eu une réunion, plusieurs personnes y ont déjeuné »50. Léopold-Louis Turck (1797-1887) est très lié à Philippe-Benjamin-Joseph Bûchez (1796-1865), un des fondateurs de la Charbonnerie en France, chargé d’organiser des ventes dans l’Est de la France. Bûchez est présent lors du déjeuner, d’où l’inquiétude des autorités.

45En juillet 1823, Manuel accompagné de l’ancien maire de Rouen Charles-Louis Élie-Lefebvre, passe quelques jours à Sorcy avant de se rendre aux eaux de Plombières. Le réseau a des relations avec les libéraux des départements voisins la Meurthe et les Vosges.

L’adhésion de la population

46Principal rédacteur de l’adresse des 221, Étienne se réjouit de la révolution de 1830. Récemment réélu député, son retour dans le département soulève l’enthousiasme de la population :

  • 51 L. Thiessé, Œuvres de C.G. Étienne de l’Académie française avec des notices et des éclaircissements (...)

« Vers le milieu d’octobre 1830, il fit dans le département de la Meuse un voyage qui fut une sorte de course triomphale. Des communes entières, précédées de leurs maires, escortées des gardes nationales, lui servaient de cortège. C’étaient partout des cris, des transports, une joie qui tenait du délire… on applaudissait en lui les chambres, le gouvernement, le nouveau chef de l’État. M. Étienne ne pouvait s’y tromper. Ses réponses aux nombreux discours qui lui furent adressés exprimèrent constamment cette pensée, qui correspondait si bien au sentiment des populations. »51

47Une majorité de la population adhère au nouveau régime.

  • 52 Archives nationales, F1bI /155/8. Dossier du comte d’Arros.

48Le comte d’Arros, nouveau préfet du département52, dans une lettre du 16 décembre 1828, confirme :

  • 53 Archives nationales, F7 6719. Lettre du préfet du 16 décembre 1828.

«… Le département de la Meuse est certainement l’un de ceux où les avantages de la révolution se sont le plus fait sentir et où le nombre de ceux qu’elle a élevés est le plus grand relativement au nombre de ceux dont elle a causé la ruine. On voit en effet d’un côté une population nombreuse enrichie par la suppression des charges féodales ou ecclésiastiques, par les ventes nationales, par les avantages communaux, par la cessation des entraves qui pesaient sur le commerce et sur l’industrie, par les emplois, les grades militaires dont il n’est presque pas une famille qui n’ait pris sa part ; et de l’autre une noblesse extrêmement peu nombreuse, les restes d’un clergé qui n’a jamais été riche, et les vieux titulaires de quelques offices supprimés… »53

49D’autre part, il estime que 99 électeurs sur 120, dans le canton de Bar-le-Duc, ont des opinions de gauche et d’extrême gauche.

50Ce réseau de résistance à la Restauration a d’abord des fins électorales et s’appuie sur les notables issus de la Révolution et de l’Empire. Affilié à l’association « Aide-toi, le ciel t’aidera », il trouve des relais parmi les électeurs et les opposants à la Monarchie. Distribuant des opuscules imprimés à Paris, se rassemblant lors de banquets, il diffuse ses idées parmi la population. Ainsi apparaît un mouvement politique, ancêtre des partis actuels. Les électeurs du département de la Meuse, très attachés aux conquêtes de la Révolution, n’adhèrent pas au système politique de la Restauration, mais approuveront la Monarchie de juillet 1830.

Bibliographie

Mavidal Jérôme, Laurent Émile, Archives parlementaires, recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises de 1800 à 1860, faisant suite à la réimpression de l’ancien « Moniteur » et comprenant un grand nombre de documents inédits. 2e série, 1800-1860, Paris, 1862-1912.

Prévost Marcel et Roman d’Amat Jean-Charles, Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1932-2011, 21 vol.

Robert Adolphe, Bourloton Edgar et Cougny Gaston, Dictionnaire des parlementaires français… depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889…, Paris, Bourloton, 1889-1891, 5 vol.

Robert Vincent, Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Streiff Jean-Paul, « Le premier préfet du département de la Meuse : Pierre-Dieudonné-Louis Saulnier », Bulletin des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie du département de la Meuse, n° 42-43, 2010-2011, p. 29-59.

Streiff Jean-Paul, « Un libéral meusien : Charles-Guillaume Étienne (1777-1845) », Annales de l’Est, n° 1-2013, p. 213-231.

Thiessé Léon, Œuvres de C.G. Étienne de l’Académie française avec des notices et des éclaircissements. Essai biographique et littéraire, tome V, Paris, 1853.

Annexes

Illustration

Figure 1 : représentation graphique du réseau de l’opposition libérale dans le département de la Meuse (1820-1830).

Figure 1 : représentation graphique du réseau de l’opposition libérale dans le département de la Meuse (1820-1830).

Notes

1 J.-P. Streiff, « Le premier préfet du département de la Meuse : Pierre-Dieudonné-Louis Saulnier ».

2 J.-P. Streiff, « Un libéral meusien : Charles-Guillaume Étienne (1777-1845) ».

3 Publié par les rédacteurs du Mercure de France qui vient d’être saisi, et dont le titre est repris en juillet 1819 par Mercure de France et chronique de Paris. Après mars 1820, Constant, Jouy et Aignan se replient sur La Renommée, Étienne, Jay, Dumoulin et Tissot rejoignent Le Constitutionnel et Lacretelle publie des brochures datées avril et mai 1820. La Minerve française est un hebdomadaire, annoncé à parution irrégulière pour contourner l’autorisation préalable.

4 Archives nationales, F/1c III/Meuse /5.

5 Sorcy, Meuse, arrondissement de Commercy, canton de Void.

6 Sous la Restauration, le cens électoral est de 300 F d’impôts et le cens d’éligibilité de 1 000 F.

7 Archives départementales de la Meuse, Comon notaire à Sorcy, acte du 26 mai 1817.

8 Archives départementales de la Meuse, 30 Q 125, Commercy, mutations par décès, n° 71, 5 septembre 1845.

9 Charles-Auguste Salmon (Riche, Moselle, 8 ventôse An XIII/27 février 1805-Paris, 26 décembre 1892).

10 Les Affiches de la Meuse, 22 mars 1845.

11 Charles-Adrien baron de Cholet (Longeaux, Meuse, 12 juillet 1779-Mauvages, Meuse, 14 décembre 1868). Conseiller général, député de la Meuse en 1824 et 1827, battu en 1830.

12 Archives départementales de la Meuse, 3 M 97, Élections 1816-1824.

13 Ibid.

14 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6. Rapport du préfet Romain du 19 août 1822.

15 Laurent Leclerc (Saint-Mihiel, Meuse, 2 juillet 1768-Saint-Mihiel, Meuse, 10 mai 1844). Receveur de l’enregistrement à Saint-Mihiel.

16 Archives nationales, F1bI/172/15.Charles-César Romain, baron, (Laon, paroisse Saint-Jean-au-Bourg, Aisne, 30 septembre 1788-Paris, 13 mars 1858). Sous-préfet d’Avallon 1813-1814, de Péronne 2-20 novembre 1814. Il rejoint Louis XVIII à Gand. Il reprend ses fonctions à Péronne, puis est nommé sous-préfet de Brest, du 9 au 24 janvier 1822, préfet de la Meuse, de juillet 1822 jusqu’au 3 mars 1828, préfet des Pyrénées-Orientales, de 1828 jusqu’en 1830.

17 Jean-François Jacqueminot (Nancy, Meurthe-et-Moselle, 23 mai 1787-Meudon, Seine-et-Oise), 3 mars 1865). E. Bourloton, G. Cougny, A. Robert, Dictionnaire des Parlementaires, tome III, p. 391, p. 811-812. Le 21 août 1828, il est élu député des Vosges. Il prend parti pour Louis-Philippe. Il est promu général de brigade et chef d’état-major de la garde nationale de Paris, lieutenant général en 1838 et commandant des gardes nationales de la Seine en 1842. Député de Paris et vice-président de la Chambre en 1837, il devient membre de la Chambre des pairs en 1846. Au moment de la révolution de 1848, son indécision lui vaut d’être remplacé par Bugeaud à la tête des gardes nationales et d’être mis à la retraite.

18 Jean-Ignace-Jacques Jacqueminot comte de Ham (Naives, Meuse, 14 janvier 1754-Paris, 13 juin 1813). Avocat à Nancy, il est député de la Meurthe au Conseil des Cinq-Cents, le 23 germinal an V (12 avril 1797). Rallié à Bonaparte, il entre au Sénat conservateur et est fait comte de Ham, par l’Empereur, le 26 avril 1808. Il participe à la rédaction du Code civil. Il est inhumé au Panthéon.

19 Archives nationales, F1bI /173/1. Beaupoil de Saint Aulaire (Louis-Clair, comte de) (La Mancelière, Baguer-Pican, Ille-et-Vilaine, 9 avril 1778-Paris, 12 novembre 1854).

20 Pair de France en 1829, exclu en 1830. Il est ambassadeur de France, à Rome, en 1831, puis à Vienne, de 1833 à 1842.

21 Fils du marquis, il naît le 4 mars 1786. Soldat au 1er régiment de cuirassiers, le 18 septembre 1802, élève à l’École militaire, le 24 septembre 1803, sous-lieutenant le 23 octobre 1804 au 15e régiment d’infanterie de ligne. Lieutenant le 30 novembre 1806, aide de camp du général Morand le 12 janvier 1808, capitaine le 7 juin 1809, chef de bataillon le 3 octobre 1813 et colonel du 18e régiment d’infanterie légère, le 19 novembre 1813. Colonel « à la suite » au 1er régiment d’infanterie légère, il est nommé colonel du régiment par Napoléon, le 21 mars 1815. Un état nominatif des officiers établi lors du licenciement de l’armée indique « de physique agréable, très instruit, excellent colonel, sert avec zèle et fermeté, conduite excellente ». Sa fortune est jugée confortable : « a de l’aisance ». Il est mis à la retraite. Il reprend du service en 1823. Lieutenant-général en 1825, pair de France, deux fois ministre de la guerre (du 31 mars au 12 mai 1839 et du 1er mars au 29 octobre 1840). Impliqué dans un scandale financier, l’affaire de corruption Teste, il est condamné à la dégradation civique en 1847, mais est réhabilité en 1852, d’après M. Prévost et J.-C. Roman d’Amat, Dictionnaire de biographie française, t. X, col. 1502-1505.

22 Archives nationales, F7 6741. Rapport du préfet au directeur de la police, du 6 novembre 1823. Surveillance du colonel Jacqueminot.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 J. Mavidal, E. Laurent, Archives parlementaires, recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises de 1800 à 1860, faisant suite à la réimpression de l’ancien « Moniteur » et comprenant un grand nombre de documents inédits, 2e série, 1800-1860, T. 52 (15 Mai 1827 au 7 Mars 1828), 19 février 1828, p. 701 et suivantes.

30 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6.

31 Ibid.

32 Jean-Michel Bonnard (Cartigny, Somme, 7 germinal an VI (26 mars 1798)-décès inconnu). Il épouse, à Marseille, le 22 février 1838, Thérèse-Magdelaine Gérin. Incarcéré au bagne de Toulon, libéré le 8 septembre 1834, il réside à Toulon jusqu’en février 1835, puis à Marseille. Le tribunal correctionnel de Marseille l’a condamné à un mois d’emprisonnement, pour complicité de délit d’usure.

33 Gazette des tribunaux, n° 859, 8 mai 1828.

34 Stainville, Meuse, arrondissement de Bar-le-Duc, canton d’Ancerville.

35 François Guizot, (Nîmes, Gard, 4 octobre 1787-Saint-Ouen-le-Pin, Calvados, 12 septembre 1874), historien, académicien, plusieurs fois ministre sous la Monarchie de Juillet, président du Conseil en 1847.

36 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Philippe Panon-Desbassayns de Richemont (baron), (Saint-Denis-de-la-Réunion, Réunion, 3 février 1774-Paris, 7 novembre 1840). Beau frère de Joseph, comte de Villèle (Toulouse, Haute-Garonne, 14 avril 1773-Toulouse, Haute-Garonne, 13 mars 1854). Président du Conseil entre 1821 et 1828.

40 Archives nationales, F1c III/Meuse /6.

41 La Minerve française, II bis, mai 1818, p. 41-42. Lettre sur Paris n° 10.

42 V. Robert, Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), p. 35. Pierre-Dieudonné-Louis Saulnier y participe.

43 Le Constitutionnel du 23 novembre 1827.

44 Archives nationales, F/1c III/Meuse /6.

45 Le Constitutionnel du 1er mai 1830. L’adresse au roi Charles X, signée par 221 députés, lui est adressée le 18 mars 1830. Elle exprime la défiance de la majorité libérale de la Chambre, à l’égard du ministère dirigé par le prince de Polignac. Le roi dissout la Chambre, le 16 mai. Mais les libéraux remportent les élections. C’est un des éléments déclencheurs de la révolution des Trois Glorieuses.

46 Archives nationales, F7 6718. Banquets, réceptions et voyages des députés. (1810-1830).

47 Jacques-Antoine Manuel (10 décembre 1775-20 août 1827), avocat, député libéral. Célèbre pour avoir été expulsé de la Chambre des députés, le 27 février 1823. De retour le lendemain, il prononce alors ces paroles : « M. le Président, j’ai annoncé hier que je ne céderais qu’à la violence, aujourd’hui je viens tenir ma parole ». Expulsé de force par des gendarmes, il est ovationné par la foule en sortant de la Chambre.

48 Archives nationales, F7 6719.

49 Louis Picquot est né en 1804, à Commercy.

50 Archives nationales, F7 6719.

51 L. Thiessé, Œuvres de C.G. Étienne de l’Académie française avec des notices et des éclaircissements. Essai biographique et littéraire, tome V, p. CLXXVIII.

52 Archives nationales, F1bI /155/8. Dossier du comte d’Arros.

53 Archives nationales, F7 6719. Lettre du préfet du 16 décembre 1828.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : représentation graphique du réseau de l’opposition libérale dans le département de la Meuse (1820-1830).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2300/img-1.jpg
Fichier image/, 88k

Auteur

Docteur en histoire moderne et en histoire contemporaine
Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access