Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Du réseau au parti politique moderne et post-moderne

La Société des saisons : un réseau républicain sous la monarchie de Juillet

Jérôme Louis

Résumé

La Société des saisons est un réseau républicain clandestin actif sous la monarchie de Juillet. Elle a été fondée en 1837 par Blanqui, Barbès et Bernard. Poursuivant l’action de la Société des familles, elle compte quelque 1 500 partisans. La plus petite subdivision de l’association forme une Semaine. Elle se compose de six hommes et d’un chef appelé Dimanche. Quatre Semaines réunies composent un Mois, placé sous la direction d’un responsable nommé Juillet. Trois Mois forment une saison commandée par un supérieur appelé Printemps. Enfin, quatre Saisons deviennent une Année à la tête de laquelle se trouve un agent révolutionnaire. La Société organise une insurrection visant à renverser Louis-Philippe en 1839. Des magasins d’armes sont pillés. Les émeutiers attaquent le Palais de Justice et la Préfecture de police de Paris. L’affaire tourne mal. C’est l’échec. L’historien Georges Duveau a qualifié l’événement de farce tragique.

Texte intégral

  • 1 La France parlementaire, (1834-1851), œuvres oratoires et écrits politiques par Alphonse de Lamarti (...)
  • 2 R. Huard, La naissance du parti politique en France, p. 77.
  • 3 Dans la Revue Rétrospective de Taschereau, l’auteur affirme qu’on ignorait dans les sociétés secrèt (...)

1Des émeutes éclatent à Paris du 24 au 26 février 1834. Le gouvernement attribue ces mouvements aux partis d’opposition. Il les accuse de perpétuer l’agitation à Paris et des Canuts de Lyon, voire d’épauler le mouvement républicain des étrangers réfugiés en Suisse qui fomentent la révolution en Savoie et au Piémont1. Le 13 mars 1834, une loi interdit les associations de plus de 20 personnes. La Société des droits de l’homme et les républicains sont visés. Les débats attisent les peurs à l’égard des sociétés politiques de la Révolution. Ces « cavernes ténébreuses » attisant l’assassinat, la révolte, représentent des « souvenirs hideux » pour Lamartine, « odieux » pour Dumon, « terribles » pour Rémusat2. En avril 1834, une insurrection fomentée par les sociétés secrètes éclate à Paris, Lyon et Saint-Étienne. Après le massacre de la rue Transnonain, la répression s’organise. L’attentat de Fieschi le 28 juillet 1835 pousse le gouvernement à faire voter « les lois infernales » qui limitent la liberté de la presse et facilitent la répression des délits politiques. Ce rétablissement de la censure ne respecte pas l’article 7 de la Charte. La loi du 10 avril 1834 aggrave les dispositions du code pénal. Désormais, les membres d’associations divisées en sections de moins de 20 personnes encourent de lourdes amendes et des peines de prison. La monarchie de Juillet subit les attaques répétées des républicains. Le 25 juin 1836, Alibaud tente d’assassiner le roi Louis-Philippe3, le 27 décembre Meunier qui a fait partie de la Société des familles tire sur la voiture du monarque, en 1837, Hubert prépare une nouvelle machine infernale. Le pouvoir décèle d’interminables complots.

De la Société des droits de l’homme à la Société des saisons

La Société des familles et le complot des poudres

2La Société des droits de l’homme pilotait le mouvement anarchiste et républicain. Pépin, un des complices de Fieschi, avant de monter sur l’échafaud, signale au président de la Chambre des pairs l’existence d’une nouvelle société secrète. La Société des familles est fondée en juillet 1834. Les organisateurs de ce réseau sont Barbès et Blanqui, rejoints ensuite par l’étudiant en médecine Lamieussens et par Martin Bernard. Martin Bernard est sensible aux idées saint-simoniennes et à celles de Pierre Leroux. Ouvrier typographe, il participa à une grève des imprimeurs parisiens en 1833. En 1834, il publia un article dans la Revue républicaine intitulé :

« Sur les moyens de faire descendre la République dans l’atelier. »

  • 4 C. Latta, Un Républicain méconnu, Martin Bernard : 1808-1883, p. 38.
  • 5 H. Gisquet, Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police, p. 34-35.

3La cérémonie d’initiation de Martin Bernard a lieu dans les catacombes de la rue Vaugirard4 et son parrain est un ami de Fulgence Girard, Benjamin Vignerte. Il est l’un des défenseurs des accusés d’avril 1835 et il prend rapidement part à la direction de la Société des familles comme le rappelle le préfet de police Gisquet5. Le 10 mars 1836, Barbès et Blanqui sont arrêtés par la police en train de charger des cartouches dans l’appartement qu’ils partagent, rue de l’Oursine, à Paris. On appréhende Beaufour et Robert, deux anciens saint-simoniens, ainsi que Robier, Canard et Daviat, étudiants en droit. Blanqui et Beaufour sont condamnés à deux ans de prison, deux ans de surveillance et 3 000 francs d’amende. Lamieussens et Barbès le sont à un an de prison. Les autres écopent de sept à huit mois de prison. Martin Bernard est acquitté car il n’y a pas de preuves contre lui.

  • 6 L. de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, p. 219.

4La Société des saisons est un réseau républicain clandestin actif sous la monarchie de Juillet qui poursuit l’action de la Société des familles. Martin Bernard, admirateur de Robespierre, joue un rôle primordial dans sa création, car Barbès et Blanqui sont emprisonnés. Dès le début de l’année 1837, il regroupe des membres de la Société des familles restés libres, d’autres rejoignent les Phalanges démocratiques dirigées par Mathieu d’Épinal, Pornin et Vilcocq. Le secret est érigé en principe absolu. Martin Bernard trouve le moyen de communiquer avec Blanqui « soit par lui-même, soit par des intermédiaires sûrs »6. Le 8 mai 1837, une amnistie donne des troupes et des chefs à la nouvelle société secrète. La libération des comploteurs a été votée par la Chambre et promulguée par Louis-Philippe à l’occasion du mariage de son fils aîné le duc d’Orléans avec la princesse Hélène de Mecklembourg. Le jeune couple aux idées libérales a demandé cette faveur au roi. L’événement doit être un moment de réconciliation entre les Français. Blanqui et Barbès sont libérés. Blanqui reste sous résidence surveillée. Il s’installe à Gency près de Pontoise. Barbès a purgé sa peine à Carcassonne et il revient à Paris où il participe aux Saisons, ce qui lui vaut d’être arrêté, puis relâché à la suite d’un non-lieu. Il regagne sa propriété de Fourtou, dans le Midi.

L’engagement solennel dans la Société des saisons

5Les nouveaux membres de la société secrète des Saisons sont accueillis lors d’une cérémonie initiatique. Le récipiendaire est reçu les yeux bandés. Comme dans les associations maçonniques, les hommes s’appellent frères. Le président demande au citoyen de se présenter, de donner son âge, sa profession, son lieu de naissance, sa domiciliation et ses moyens financiers. Le postulant doit avoir mûrement réfléchi. Le secret est exigé. Le président pose une série de questions au postulant qui doit prouver son attachement aux valeurs révolutionnaires. Ainsi, il faut répondre sur ce que l’on pense de la royauté et des rois :

  • 7 Procès des accusés des 12 et 13 mai 1839, Paris, Pagnerre, 1839, p. 220.

« Qu’ils sont aussi dangereux pour le genre humain que le tigre pour les autres animaux. »7

6Il convient d’affirmer que :

  • 8 Ibid.

« L’aristocratie de naissance a été abolie en juillet 1830. Elle a été remplacée par l’aristocratie d’argent, qui est aussi vorace que la précédente. »8

7Le but de l’association est de rétablir la république. Accepté, le sectionnaire prête serment :

  • 9 Ibid., p. 221.

« Au nom de la République, je jure haine éternelle à tous les rois, à tous les aristocrates, à tous les oppresseurs de l’humanité. Je jure dévouement absolu au peuple, fraternité à tous les hommes, hors les aristocrates, je jure de punir les traîtres ; je promets de donner ma vie, de monter même sur l’échafaud, si ce sacrifice est nécessaire pour amener le règne de la souveraineté du peuple et de l’égalité. »9

8Le président lui met un poignard dans la main. L’engagement se poursuit :

  • 10 Ibid.

« Que je sois puni de la mort des traîtres, que je sois percé de ce poignard si je viole ce serment. Je consens à être traité comme un traître, si je révèle la moindre chose à quelque individu que ce soit, même à mon plus proche parent, s’il n’est point membre de l’association. »10

  • 11 L’Ami de la religion, samedi 15 juin 1839, p. 525.
  • 12 L. de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, p. 217.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

9Le récipiendaire reçoit un numéro d’inscription et doit se procurer armes et munitions. Chaque initié prend un nom de guerre11. Blanqui est le commandant en chef de l’armée républicaine. La plus petite subdivision de l’association forme une Semaine. Elle se compose de six hommes et d’un chef appelé Dimanche. Quatre Semaines réunies composent un Mois, 28 hommes sont placés sous la direction d’un responsable nommé Juillet. Trois Mois forment une Saison commandée par un supérieur appelé Printemps. Enfin, quatre Saisons deviennent une Année à la tête de laquelle se trouve un agent révolutionnaire. Un bataillon est fort de 336 hommes12. Lucien de la Hodde, agent secret de la Préfecture de police, confie que « le système d’isolement pratiqué dans les Familles fut abandonné et fit place à des réunions indéterminées »13. Ces rencontres ont lieu chez des mastroquets sous l’autorité d’un responsable qui vient donner ses instructions et délivrer un discours mobilisateur. La conspiration dans le peuple se plaît beaucoup le verre à la main14.

  • 15 La rue Saint-Honoré fut le théâtre des premiers combats des Trois Glorieuses.

10Outre les réunions régulières, une revue est organisée où l’agent révolutionnaire inspecte ses troupes. Pour l’occasion, on retient une grande voie jalonnée d’immeubles comme la rue Saint-Honoré15. Les hommes sont disséminés dans les rues latérales. Les chefs se tiennent au bord de la ligne principale et attendent. Dans chaque recoin, les chefs de la Société des saisons sont visités. Ils rendent compte des effectifs. Chaque membre se tient prêt pour le combat. Afin d’éviter les erreurs de la Société des familles, on prévoit de distribuer les munitions au dernier moment. Il ne faut pas éveiller les soupçons de la police ou être dénoncé ! Il est interdit de conserver toute trace écrite faisant référence à l’association.

Les ramifications de la société secrète

  • 16 L. de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, p. 220.

11La Société des saisons se développe à Paris et en province. Les ouvriers ne rejoignent pas massivement ses rangs car ils ne sentent pas le besoin, « leur journée finie, de se livrer à des exercices politiques qui offraient des dangers clairs et des avantages fort obscurs »16. Barbès l’implante à Carcassonne. Alberny est chargé de recruter dans cette ville. Après plusieurs mois de propagande, les Saisons recrutent à peine 500 personnes.

  • 17 I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 363.

12Barbès veut la grandeur de la France à l’extérieur. Il s’inquiète de voir grandir la puissance des Anglo-Saxons au détriment de la France, « la patrie du devoir, de l’égalité, de Jeanne d’Arc et du socialisme »17. La Ligue des justes est une branche allemande du réseau. Ce groupe socialiste fondé en 1836 à Paris par des Allemands exilés, se fixe comme objectif de libérer les États allemands de l’oppression et de mettre un terme aux divisions de l’humanité. Wilhelm Weitling, ouvrier tailleur suisse immigré en France depuis 1834, appartenant à la Ligue des bannis, est le principal théoricien de la Fédération des justes ou Bund des Gerechten. Ses principaux membres sont le cordonnier Heinrich Bauer, le typographe Karl Schapper, l’horloger Joseph Moll, le poète Germain Mœurer, le bottier Austen, le ferblantier Daniel Mayer.

13Des proclamations sont imprimées. La première est intitulée Au peuple. Elle est affichée sur les murs des quartiers de Paris en avril 1837. Elle a pour but d’inciter les ouvriers à se révolter. On y lit :

  • 18 Rapport fait à la Cour les 11 et 12 juin 1839, par M. Mérilhou.

« N’avez-vous pas été trompés ? Un autre Bourbon, entouré d’une poignée d’intrigants, ne vous a-t-il pas frustré de tous les avantages de votre victoire ? Levez-vous, ouvriers, sortez de ce honteux et imprudent repos ! Levez-vous pour briser le joug de la royauté et des Bourbons [...] pour émanciper le monde, pour le purger des crimes de la royauté, pour proclamer la république ! »18

14Des fabriques de cartouches sont établies rue Dauphine et rue Neuve-des-Bons-Enfants, ancien nom de la rue Radziwill. Le Moniteur républicain, qui compte huit numéros (novembre 1837-juillet 1838) ou l’Homme libre qui a quatre numéros (août-septembre 1838) relaient les idées de l’association. Le Moniteur républicain imprimé sur deux colonnes, est orné d’une vignette représentant la Liberté armée d’un fusil, assise sur des pavés et des barricades. On lit, à droite du fleuron : Unité, Égalité, Fraternité ; à gauche : Prudence, Courage, Persévérance ; au bas de la dernière ligne figurent : Imprimerie de la République. Le premier numéro publie la profession de foi :

  • 19 A. Zévaès, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, p. 49.

« […] Nous attaquerons le principe et la forme de gouvernement établi le 7 août 1830 par les 219 usurpateurs de la souveraineté nationale ; nous parlerons contre la royauté, contre le ridicule respect dû à la Charte et aux lois bâclées contre le peuple par MM. les ventrus tricolores […] »19

  • 20 L’Ami de la religion, samedi 15 juin 1839, évocation d’une lettre adressée à Marescal par Moulines (...)
  • 21 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, tome VIII, p. 344.
  • 22 Archives nationales, BB21 442. Guillemin est condamné le 12 juin 1839 à cinq ans de prison pour dél (...)

15On y enseigne que la République n’est pas un but, mais un moyen et qu’elle sera une réalité lorsque la terre appartiendra à tout le monde. Ces journaux sont jetés dans les boutiques, sous les portes, dans les allées des maisons et des exemplaires sont même envoyés par la poste. Des lettres sont envoyées un peu partout en France pour recruter des révolutionnaires. On les incite à venir dans la capitale pour s’enivrer « du parfum de la poudre à canon, de l’harmonie du boulet et de la conduite extra muros de la famille royale »20. La réussite est garantie. « Nous sommes vingt-quatre millions de pauvres, écrit l’Homme libre dans son quatrième numéro, et nos ennemis sont en petit nombre »21. Le 29 septembre 1838, Jean-Baptiste Guillemin, ouvrier typographe, est arrêté au moment où il travaille avec deux autres individus au tirage du quatrième numéro de l’Homme libre. Voyant l’officier de police, il se saisit d’un poignard qu’il porte à la ceinture de son pantalon. Il est traduit devant la cour d’assises de la Seine22.

  • 23 I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 375-376.
  • 24 Archives nationales, fond Duchâtel, 2AP/27/dossier 3. Renseignements confidentiels sur les menées d (...)

16Barbès est dans l’Aude pour la campagne électorale. Il souhaite retarder le moment d’agir. Duchâtel, le ministre de l’Intérieur, fait surveiller la Société des saisons et la Société des montagnards. Les Phalanges démocratiques et les Montagnards reprochent à la Société des saisons d’être passive. Cela la détermine à tenter l’insurrection du 12 mai 183923. Roque, au 117 de la rue Montmartre, fond des balles et fabrique des cartouches. Les conjurés projettent de marcher sur les Tuileries et ne parlent que de République de 93 et de massacres. Le 23 avril 1839, la faction de Jean rejoint celle de Martin Bernard. Le 8 mai, Kenner, employé du National annonce qu’il a sondé les sous-officiers du 4e cuirassiers à Versailles et qu’ils pourraient se joindre au coup de force républicain. Des contacts sont établis avec des sous-officiers du 2e carabiniers24.

17Les chefs de la Société des saisons prévoient de prendre les armes le 5 mai 1839. Blanqui recule la date de huit jours. Il attend la relève de la garnison parisienne et mise sur l’inexpérience des soldats qui auraient des difficultés pour retrouver leur chemin dans le lacis des vieilles rues. Barbès est appelé par Blanqui à rejoindre Paris. Il tergiverse. Dans le second billet, Blanqui aurait écrit à Barbès que s’il ne revient pas, leurs amis diront qu’il est un lâche.

L’insurrection des 12 et 13 mai 1839

Un rendez-vous manqué ?

  • 25 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, p. 343.

18L’insurrection éclate le 12 mai 1839. Cette journée a été longuement méditée. Mille deux cents hommes ont été recrutés par la Société des saisons25. Le rassemblement est fixé à midi au coin de la rue Mandar et de la rue Montorgueil, rue Bourg-l’Abbé et rue Saint-Martin, en face du numéro 10. Ils sont seulement 300 à se présenter au rendez-vous. Ils sont censés s’être procuré un fusil chacun. Ils n’en ont pratiquement pas ! Un va-et-vient a lieu entre les groupes. Les retardataires vont arriver. Vers 14 h 30, une vingtaine d’individus réunis au café Montmorency correspondent par les fenêtres du premier étage par signes avec d’autres qui se trouvent chez un marchand de vin. La Société des ouvriers chapeliers semble se joindre au mouvement.

  • 26 Archives nationales, fond Duchâtel, 2AP/27/dossier 3. Renseignements confidentiels sur les menées d (...)

19Vers 15 heures, Martin Bernard, Ferrari, Labaume et d’autres sont aperçus en train de charrier une caisse en bois blanc. Ils la placent au milieu de la rue Bourg l’Abbé. Ils soulèvent le couvercle et distribuent entre 60 et 80 pistolets d’arçon. Au fond de la caisse se trouve un drapeau rouge dont un individu de 36 ans, forts favoris et collier brun, redingote vert-russe, casquette bleue, s’empare26. Blanqui installe un guidon rouge à son pistolet. Les chefs regroupent leurs hommes près de la boutique de l’armurier Lepage, à quelques centaines de mètres de leur dépôt de cartouches situé rue Quincampoix. Ils se dirigent vers le poste du Palais de justice dont ils s’emparent et tuent l’officier de service. Une proclamation est lue aux insurgés sur les marches de l’Hôtel de ville de Paris :

  • 27 Rapport Mérilhou cité par C. Latta, Un Républicain méconnu, Martin Bernard : 1808-1883, p. 56.

« Aux armes, citoyens !
L’heure fatale a sonné pour les oppresseurs. Le lâche tyran des Tuileries se rit de la faim qui déchire les entrailles du peuple ; mais la mesure de ses crimes est comble. Ils vont enfin recevoir leur châtiment.
La France trahie, le sang de nos frères égorgés, crie vers vous, et demande vengeance ; qu’elle soit terrible, car elle a trop tardé. Périsse enfin l’exploitation, et que l’égalité s’asseye triomphante sur les débris confondus de la royauté et de l’aristocratie.
Le gouvernement provisoire a choisi des chefs militaires pour diriger le combat ; ces chefs sortent de vos rangs, suivez-les ! ils vous mènent à la victoire.
Sont nommés :
Auguste Blanqui, commandant en chef,
Barbès, Martin Bernard, Quignot, Meillard, Nétré, commandants des divisions de l’armée républicaine.
Peuple, lève-toi ! et tes ennemis disparaîtront comme la poussière devant l’ouragan.
Frappe, extermine sans pitié les vils satellites, complices volontaires de la tyrannie ; mais tends la main à ces soldats sortis de ton sein, et qui ne tourneront point contre toi des armes parricides.
En avant ! Vive la République !
Les membres du gouvernement provisoire. Barbès, Voyer d’Argenson, Auguste Blanqui, Lamennais, Martin Bernard, Dubosc, Laponneraye.
Paris, le 12 mai 1839. »27

  • 28 B. H. Moss, “Society of the Seasons”, in E. L. Newman (ed.), Historical Dictionary of France from t (...)

20Cet appel a peu de succès. D’Argenson, vétéran républicain retiré de la vie politique, et l’abbé Lamennais ignorent cette décision de les appeler au gouvernement28. Laponneraye, fondateur du périodique L’Intelligence, et Dubosc sont en prison !

  • 29 Cour des pairs. Attentat des 12 et 13 mai 1839, p. 23. Procès-verbal du commissaire de police Frédé (...)

21Quelques centaines de personnes se joignent aux émeutiers. Vers 17 h 15, une douzaine de conspirateurs arrivent rue Tiquetonne. Ils dépavent la voie et construisent des barricades. Pierre Lognon, marchand de vin au numéro 4, ferme sa boutique29. Les insurgés cassent un carreau et le marchand doit leur ouvrir sa porte. Ils veulent boire, ils fouillent la maison et ils s’emparent de son fusil de garde national. La troupe arrive et ils déguerpissent, après avoir échangé des coups de feu. Victor Hugo raconte ce qu’il voit des événements en sortant de son appartement. Il remarque, parmi les émeutiers, beaucoup d’enfants de 14-15 ans, qui ne savent pas charger leur fusil ou qui ne peuvent pas le porter. Il écrit dans Choses vues :

  • 30 V. Hugo, Choses vues 1830-1848, p. 140.

« Un de ceux qui ont tiré rue de Paradis est tombé sur son derrière après le coup. »30

22Dans les Misérables, une anecdote est rapportée :

  • 31 V. Hugo, Les Misérables, tome IV, p. 345.

« Lors de l’insurrection du 12 mai 1839, rue Saint-Martin, un petit vieux homme infirme, traînant une charrette à bras surmontée d’un chiffon tricolore dans laquelle il y avait des carafes remplies d’un liquide quelconque, allait et venait de la barricade à la troupe et de la troupe à la barricade, offrant impartialement – des verres de coco – tantôt au gouvernement, tantôt à l’anarchie. »31

23Des magasins d’armes sont pillés. La Préfecture de police de Paris, le marché Saint-Jean et le poste de la place du Châtelet sont attaqués. Sur la barricade de la rue Saint-Denis, se trouvent Fombertaux, Vallière, Herbulet, le compositeur Guénot et un homme connu dans le quartier Beaubourg sous le nom de Chasseur d’Afrique. Des omnibus et des fiacres sont renversés. La police est repoussée. La troupe intervient. Ledoux, un garde national est tué. Un garde municipal est abattu rue Bourg l’Abbé. Le lieutenant-colonel Pellion, aide de camp du ministre de la Guerre est blessé à la place du Châtelet et transporté à l’hospice Saint-Louis. On lit dans le Charivari :

  • 32 Le Charivari du lundi 13 mai 1839.

« À l’heure où nous écrivons, on avait déjà apporté à l’Hôtel-Dieu plus de vingt blessés, dont la moitié appartenait à l’armée. On remarquait parmi les autres des femmes et des vieillards. Plusieurs amputations ont été pratiquées, et malheureusement un grand nombre de ces blessés ont déjà succombé. »32

  • 33 Archives nationales, BB21 502. Parquet de la Cour Royale de Paris, 12 juin 1847.
  • 34 Ibid., BB21 439. Rapport au Garde des Sceaux, 30 avril 1841.

24Le maréchal Gérard prend le commandement de la garnison. La troupe intervient brutalement. Piéfort est atteint d’un coup de feu. Focillon et d’autres le transportent dans une maison de la rue de la Vieille Tannerie. Ces membres de la Société des saisons y sont arrêtés33. Parmi les chefs de la révolte, Guignot et Meillard sont blessés. Barbès est touché par une balle au sommet du front, sur la barricade de la rue Greneta. On l’arrête les mains noires de poudre et la figure couverte de sang. Les insurgés ne parviennent ni à atteindre leurs objectifs, ni à déclencher une révolution. Alexandre Quarré, 23 ans, à la tête d’un mois avec le titre de Juillet, reconnaît avoir suivi passivement les rassemblements. Il a été inactif car son chef de saison est absent34. Le 13 mai, des agitateurs transportent un cadavre qu’ils veulent déposer dans la cour de l’École polytechnique. Le général Tholozé qui commande cette institution parvient à les repousser, non sans mal. Durant ces deux journées, on relève 77 tués et au moins 51 blessés du côté des insurgés, 28 morts et 62 blessés chez les militaires.

Une bonne opération pour le gouvernement ?

25Le président du Conseil Mathieu Molé a été battu aux élections. Les barricades n’ont pas tenu deux jours mais selon Jacques Bainville, l’agitation parlementaire a réveillé le parti de la Révolution. Jules Michelet évoque dans sa correspondance ces journées tragiques :

  • 35 J. Michelet, Correspondance générale, tome III, 54, à Quinet, 22 mai 1839.

« Je suis heureux de voir que l’échauffourée de Paris n’ait pas eu son contrecoup à Lyon. Nous ne sommes pas quittes encore. Mais les associations qui ont pris ici un grand développement ne sont pas, je crois, très fortes hors de Paris. »35

  • 36 K. Marx, « Révélations sur le procès des communistes de Cologne », L’Allemagne en 1848, p. 259.
  • 37 É. Cabet, Le cataclysme social, cité par I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Ju (...)

26Bernard et Blanqui se soustraient aux forces de l’ordre, respectivement jusqu’aux 21 juin et 14 octobre. Les sections de la branche allemande sont entraînées dans la défaite. Karl Schapper et Heinrich Bauer sont pris36. Le gouvernement de Louis-Philippe les expulse, après une longue détention et ils s’exilent à Londres. Les Montagnards n’ont pas participé aux événements de 1839. Infiltrés par des policiers provocateurs, ils auraient abandonné puis poussé la Société des saisons à fomenter l’émeute pour permettre au gouvernement de se reconstituer, après l’interrègne ministériel issu des luttes de la coalition contre Molé, et de rallier la bourgeoisie autour de Louis-Philippe37.

27La révolte a échoué mais la situation politique est renversée. Dès les premiers coups de fusil, Louis-Philippe a fait appeler le maréchal Soult et lui a dit :

  • 38 V. Hugo, Choses vues, p. 141.

« Maréchal, l’eau se trouble. Il faut pêcher des ministres. »38

28Un nouveau gouvernement est constitué sous la présidence de Soult, accouru l’un des premiers aux Tuileries pour témoigner son soutien au régime. Soult se frotte les mains et avec son accent méridional, il dit au roi :

  • 39 Ibid., p. 141.

« Cetté fois, sire, Jé crois qué nous férons notré coup ! »39

  • 40 Archives nationales, fond Duchâtel, 2AP/27/dossier 3.

29Teste est nommé à la Justice, Schneider à la Guerre, Duperré à la Marine, Duchâtel à l’Intérieur, Cunin-Gridaine au Commerce, Dufaure aux Travaux publics, Villemain à l’Instruction publique et Passy aux Finances. Des secours sont accordés par le ministre de l’Intérieur à des victimes des événements des 12 et 13 mai 1839. La somme allouée va de 100 à 1 000 francs. La femme d’un gardien de marché tué le 12 mai reçoit 200 francs. Muirson (fils), un Anglais blessé reçoit 300 francs40.

Les insurgés face à la Justice

30Des insurgés blessés sont soignés à l’Hôtel-Dieu. Un malheureux doit avoir la jambe amputée mais au moment où l’on s’apprête à l’opérer, un juge d’instruction assisté d’un greffier et d’un huissier déboule pour l’interroger. Le juge déclare :

« Cet homme est un insurgé ; il appartient à la justice. »

31L’élève médecin rétorque que le malade a besoin de ménagements car la gangrène le dévore. Le juge insiste :

  • 41 Le Charivari du samedi 18 mai 1839.

« Un petit interrogatoire ne lui ferait pas de mal. »41

32L’élève s’oppose car la vie de son patient est en jeu. Le juge propose de mener les deux opérations en même temps :

« Ainsi, au lieu de lui couper la jambe, donnez-lui seulement… un clysobol. Je pourrai l’interroger par-devant pendant que vous lui administrerez la chose par-derrière. »

33Le juge demande à être obéi et demande le nom du soignant qui lui assène s’appeler médecin. Un infirmier est interrogé et refuse de répondre. Il n’est pas un cafteur. Un agent de police depuis son lit dit le connaître, lorsqu’un élève qui le panse, lui applique un cataplasme sur la bouche. La force armée arrive et le juge la requiert. Un garde municipal, au bout de la salle, sur son “plumard”, crie :

  • 42 Ibid.

« Quel tapage, sacrédié ! Laissez-nous donc un peu la paix, mon juge ! Le camarade insurgé et moi, nous nous racontons les détails de la chose et les actes de bravoure réciproques. Mais vous faites un sabbat qu’il n’y a pas moyen de s’entendre, quoi ! »42

34Le juge se retire. L’inhumanité de ses méthodes oblige les élèves médecins à rédiger une pétition adressée aux membres du conseil d’administration des hospices. L’élève conclut qu’il faudrait débaptiser l’Hôtel-Dieu et le nommer Hôtel-Diable en raison de l’inquisition du pouvoir policier et judiciaire.

35Le procès, devant la Chambre des pairs, détermine les responsabilités. Emmanuel Arago et Dupont défendent Barbès et Martin Bernard. Plus de 750 dossiers d’inculpés aux procès se retrouvent devant la Cour des pairs. Du 14 mai au 30 juillet 1839, se tient un premier procès de 19 accusés. Un second procès de 34 autres accusés a lieu du 6 décembre 1839 au 4 février 1841. Dans son réquisitoire, Franck Carré insiste sur le meurtre du lieutenant Drouineau et Barbès est un assassin. Ce dernier rompt le silence et déclare au moment où l’interrogatoire du président le presse :

  • 43 Procès des accusés des 12 et 13 mai 1839, p. 115.

« Quand l’Indien est vaincu, quand le sort de la guerre l’a fait tomber au pouvoir de son ennemi, il ne songe point à se défendre, il n’a pas recours à de paroles vaines : il se résigne et donne sa tête à scalper. »43

  • 44 P.-J. Proudhon, Les Confessions d’un révolutionnaire, p. 167.

36Pasquier observe que l’accusé a raison de se comparer à un sauvage. Barbès rétorque que le barbare est le scalpeur. « Je suis vaincu, tuez-moi », déclare-t-il44. Il attend son sort en prison. À la lecture de l’arrêt qui le frappe, il demande avec angoisse si Martin Bernard est condamné à mort. Il apprend avec joie que son ami a la vie sauve. Un bruit dans la prison lui fait croire que le moment est venu, il s’écrie :

  • 45 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, p. 351-352.

« Saint-Just, Robespierre, Couthon, Babeuf, et vous aussi, mon père, ma mère, qui m’avez porté dans vos entrailles, priez pour moi, voici mon jour de gloire qui vient ! »45

  • 46 A. Zévaès, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, p. 125.

37Barbès et Blanqui sont condamnés à mort. La déportation attend Martin Bernard. La sœur de Barbès, Mme Carle, sollicite la clémence du monarque. Elle demande l’aide de Lamartine. L’intercession de Montalivet lui permet d’être reçue par Louis-Philippe qui lui dit que la décision ne dépend pas que de lui. Le Conseil des ministres souhaite laisser la justice suivre son cours. Des manifestations publiques réclament l’abolition de la peine de mort. Des lettres anonymes menacent la reine et ses enfants. Un Anglais qui a assisté au procès offre 100 000 francs pour aider à l’évasion de Barbès46. Victor Hugo intervient auprès de Louis-Philippe. Son placet s’appuie sur la mort de la princesse Marie et sur la naissance du comte de Paris :

  • 47 V. Hugo, « Les rayons et les ombres, Troisième, Au roi Louis-Philippe après l’arrêt de mort prononc (...)

« Par votre ange envolé ainsi qu’une colombe ! Par ce royal enfant, doux et frêle roseau ! Grâce encore une fois ! Grâce au nom de la tombe ! Grâce au nom du berceau ! »47

38Le poème fait florès. Les peines sont commuées en déportations au Mont Saint-Michel.

Le devenir de l’ancienne Société des saisons jusqu’en 1848

La Société des communistes et l’attentat de Darmès

  • 48 L’ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, jeudi 13 mai 1841 (...)
  • 49 I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 377.
  • 50 La Gazette des tribunaux des 24 et 25 mai 1841.

39Depuis les journées des 12 et 13 mai 1839, les autorités redoutent des vengeances. En décembre, de nouvelles Saisons se forment avec Henri Dourille et Lucien de la Hodde. Ce dernier est un policier infiltré dans les rangs républicains. Lors de l’attentat de Darmès du 15 octobre 1840, les sociétés secrètes ressurgissent violemment. Elles changent de noms. À la Société des droits de l’homme a succédé la Société des saisons et à cette dernière celle des Communistes48. Les dénominations de Semaines, Mois, Printemps sont remplacées par les mots Métiers, Ateliers, Fabriques. Trois factions existent : les communistes, les réformistes les plus modérés et les égalitaires, les plus violents auxquels appartiennent Darmès et Quénisset49. Une autre société secrète se constitue autour de la rédaction de l’Humanitaire et un rapport parle des Bastilles, probablement une section de la Société des communistes. L’enquête met en cause le cocher Duclos qui est un membre influent des réseaux clandestins depuis 183250. Il serait lié à Darmès. Après une perquisition, on retrouve chez Duclos, un papier où il est inscrit :

  • 51 Ibid.

« Reçu du citoyen président 4 francs, 13 décembre 1832. Signé Delente. »51

40L’examen découvre qu’il a été membre de la Société des droits de l’Homme. Fréquemment réprimandé par les agents de police pour mauvais stationnement de son cabriolet, il a développé une haine profonde à l’égard de l’autorité, déclarant :

  • 52 Ibid.

« Quand donc, leur donnera-t-on des coups de fusil ? »52

41Considère, garçon de caisse, aurait fourni la carabine à Darmès. Darmès est condamné à mort le 29 mai 1841 et exécuté deux jours plus tard. Le ministre de l’Intérieur écrit à son collègue de la Justice et lui fait part de ses inquiétudes, notamment sur la grâce accordée par le roi à Jules Longuet, condamné pour avoir participé aux journées des 12 et 13 mai 1839. L’économe de la Maison centrale de Doullens a écrit le 20 novembre 1839 :

  • 53 Archives nationales, BB21 439. Lettre du Ministère de l’Intérieur du 12 juin 1841.

« Longuet est fanatisé, il compte se venger aussitôt qu’il sera libre. On a fait une faute en commuant la peine de ce condamné. »53

Depuis la prison du Mont-Saint-Michel

42L’existence dans les cachots du Mont-Saint-Michel est horrible. Le prisonnier est privé de lumière et de soleil. Il est enfermé dans une chambre qui mesure 2 m 80 de long sur 1 m 80 de large et qui est pourvue d’une meurtrière de 24 cm de large sur 66 cm de hauteur et garnie de barreaux à l’extérieur et à l’intérieur. L’air est putride et il se mêle aux exhalaisons méphitiques du baquet qui sert aux besoins et qui n’est vidé que toutes les 24 heures. Par leur inactivité, les détenus grossissent et leurs jambes s’affaiblissent pour finir par ne plus les soutenir. Le séjour dans les cellules du Mont-Saint-Michel engendre des œdèmes.

43Les condamnés ont fini par mettre au point un projet d’évasion. Blanqui est le principal organisateur de l’évasion avec l’avocat Fulgence Girard qui, à l’extérieur, doit prendre en charge les évadés. Dans la nuit du 10 au 11 février 1842, vers trois heures du matin, Barbès, Blanqui, Martin Bernard, Huber, Constant et Alexandre Thomas tentent de s’évader. La corde est arrimée mais la tentative échoue car Barbès, descendu le premier, perd son appui, se met à tournoyer sur lui-même et tombe. L’alerte est aussitôt donnée par la sentinelle qui se trouve à proximité du point de chute de Barbès. À la fin de l’année 1843, il reste au Mont-Saint-Michel douze condamnés pour l’insurrection des 12 et 13 mai 1839. Ces derniers sont notés par le directeur. Martin Bernard :

  • 54 A. Zévaès, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, p. 192.

« Réclame toujours, mais convenablement désormais, contre le système cellulaire auquel sont soumis les condamnés politiques. Partage son temps entre l’étude et le maintien chancelant de son influence sur les cinq ou six condamnés qui demeurent fidèles à Barbès. »54

44Louis-Auguste Blanqui est :

  • 55 Ibid.

« Toujours aussi insolent, aussi exigeant, aussi violent que par le passé. N’est sensible ni aux égards, ni aux faveurs qu’il sollicite. Recherche par tous les moyens la diffusion de ses plaintes au dehors et leur retentissement. Plusieurs lettres écrites par lui avec de l’encre sympathique ont été retenues et adressées au Ministre. »55

45En 1844, Blanqui est transféré à la prison-hôpital de Tours, en raison de son état de santé. Il y reste jusqu’en avril 1847. Libéré, il participe aux manifestations parisiennes de mars à mai pendant la révolution de 1848.

Les règlements de compte en 1848

46Libéré de prison en 1848, Barbès forme le Club de la Révolution pour contrer la Centrale républicaine insurrectionnelle de Blanqui. Le 31 mars 1848, la rivalité entre Blanqui et Barbès éclate au grand jour avec la publication d’un document intitulé Revue Rétrospective (Archives secrètes du dernier gouvernement). Le papier a été rédigé par Jules Taschereau, ancien avocat devenu secrétaire général de la préfecture de la Seine sous la monarchie de Juillet, puis député à l’assemblée constituante. On y trouve une « déclaration faite par XXX devant le ministre de l’Intérieur » dans laquelle un dénonciateur donne à la police les noms des meneurs des sociétés secrètes complotant contre l’État en 1839. Eugène Fournière décrit les différences entre les deux personnages :

  • 56 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, p. 344.

« Blanqui, froid, précis, méthodique, calculateur ; Barbès, emporté, capricieux, déréglé, tout de premier mouvement. Le premier établit une discipline et s’y soumet ; le second veut bien imposer la sienne, mais n’en accepte aucune de bon gré. »56

47Louis Blanc écrit à propos de Martin Bernard :

  • 57 L. Blanc, Révolution française, histoire de dix ans, 1830-1840, tome V, p. 411.

« Tête puissante, servie par un courage de soldat lacédémonien. »57

48Le mouchard qui a reçu Duchâtel, le ministre de la police, dans sa cellule ne peut être que Blanqui qui dément ces accusations, le 14 avril 1848, dans le tract Réponse du citoyen Auguste Blanqui. Le document Taschereau est utilisé par les adversaires de Blanqui et notamment par Barbès. La supposée trahison de Blanqui est discutée par les historiens. Le 15 mai 1848, des manifestants envahissent l’Assemblée constituante, où Barbès siège à l’extrême gauche comme député de l’Aude. Barbès tente de disperser la foule, mais il semble perdre la raison, croyant voir Blanqui. Il décide de prendre la tête du mouvement et le détourne vers l’hôtel de ville où il compte proclamer une république plus avancée. La garde nationale arrive et disperse les fauteurs de trouble. Jugé coupable d’avoir tenté de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile, Barbès est condamné à la déportation en avril 1849 par la Haute Cour de justice de Bourges.

49La popularité d’un républicain se mesure à ses actions militantes. Ledru-Rollin est connu pour ses écrits contre l’état de siège en 1832, pour avoir condamné le massacre de la rue Transnonain. Il est avocat, mais dans ses Mémoires, Pierre Joigneaux explique :

  • 58 P. Joigneaux, Souvenirs historiques, tome II, p. 6.

« Or, à cette époque mouvementée et fiévreuse, nous nous attachions surtout aux personnalités militantes, chevronnées, aventureuses, promptes à la conspiration et aux coups de fusils. Ledru, qui n’avait pas reçu le baptême de la persécution, qui n’avait pas été de la Société des amis du peuple, ni de celle des Droits de l’homme, ni des Saisons, ni des Familles, manquait par conséquent de titres à la popularité. »58

50Le 19 janvier 1837 est déjouée la tentative d’attentat de Champion, un mécanicien qui a réalisé une machine infernale du type utilisée par celle de Fieschi. L’homme avoue avoir voulu tuer le roi, dit avoir agi seul et se pend dans sa cellule avec sa cravate. Blanqui, Barbès et Martin Bernard sont des babouvistes qui croient dans les insurrections populaires. La police semble avoir été prise de court par la Société des saisons le 12 mai 1839. Le Journal des Débats avoue :

  • 59 Journal politique et littéraire de Toulouse et de la Haute Garonne, jeudi 16 mai 1839.

« Le complot avait été ourdi avec une discrétion qui avait mis en défaut la police du royaume. »59

  • 60 Le Charivari du 14 mai 1839.

51Le Charivari en profite pour dénoncer des fonctionnaires payés à ne rien faire. On risque de « nous demander prochainement des millions pour payer l’infatigable vigilance des Argus borgnes de la rue de Jérusalem »60.

52Bernard H. Moss confirme que la Société des saisons a évité d’être infiltrée par la police qui avait une vague idée de son existence et surveillait la presse clandestine héritière des activités de la Société des droits de l’homme et de la Société des familles. La police aurait été soudainement illuminée car le Moniteur universel se hâte de proclamer que l’émeute de mai 1839 est l’œuvre du parti républicain. En 1848, un manifeste des sociétés secrètes est signé par des républicains de toutes tendances (Étienne Arago, Pierre Leroux, Albert et Marc Caussidière, Ferdinand Flocon et Louis-Joseph-Antoine Cahaigne). Il s’inspire de la déclaration des droits de 1793. Il rappelle le rôle des sociétés secrètes depuis 1815, celui de Jean-Baptiste Berton, Joseph-Augustin Caron, Jean-François Bories et d’autres sous la Restauration. Il proclame qu’après le règlement de la question politique depuis le 24 février 1848 et le triomphe de la République, il est maintenant urgent de résoudre la question sociale.

Bibliographie

Aminzade Ronald, Ballots and barricades : class formation and republican politics in France, 1830-1871, Princeton university press, 1993.

Blanc Louis, Révolution française, histoire de dix ans, 1830-1840, Paris, Pagnerre, 1842-1844, 5 tomes.

Boudon Jacques-Olivier, Citoyenneté, République et Démocratie en France, 1789-1899, Paris, Armand Colin, 2014.

Bordonove Georges, Louis-Philippe : Roi des Français, Paris, Pygmalion, 2009.

Cabet Étienne, Le cataclysme social ou conjurons la tempête, Paris, Au Bureau du Populaire, 1845.

Caucanas Sylvie, Cazals Rémy, Armand Barbès et les hommes de 1848, Actes du colloque tenus à Carcassonne les 6 et 7 novembre 1998, les Audois, 1999.

Flaubert Gustave, L’Éducation sentimentale, Paris, Michel Lévy, 1869.

Gilmore Jeanne, La République clandestine, 1818-1848, traduit de l’anglais par Jean-Baptiste Duroselle, Paris, Aubier, 1997.

Gisquet Henri, Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police, écrits par lui-même, Bruxelles, Jamar, 1841, tome VI.

Harsin Jill, Barricades: The War of the Streets in Revolutionary Paris 1830-1848, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

Hodde Lucien de la, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Paris, Julien Lanier, 1850.

Huard Raymond, La naissance du parti politique en France, Paris, Sciences Po, 2013.

Hugo Victor, Choses vues 1830-1848, Paris, Gallimard, 1972.

Hugo Victor, Les Misérables, Paris, Didier Hallépée, 2012, tome IV.

Hugo Victor, Œuvres, Bruxelles, Meline, 1842, tome II.

Joigneaux Pierre, Souvenirs historiques, Paris, Marpon et Flammarion, 1891, tome II.

Latta Claude, Un Républicain méconnu, Martin Bernard : 1808-1883, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1978.

Marx Karl, L’Allemagne en 1848, traduction de Léon Rémy, Paris, Schleicher frères, 1901.

Merle Roger, Armand Barbès : un révolutionnaire romantique, Toulouse, Privat, 1977.

Michelet Jules, Correspondance générale, tome III, 1839-1842, Paris, H. Champion, 1995.

Moss Bernard H., “Society of the Seasons”, in Newman Edgar Leon (ed.), Historical Dictionary of France from the 1815 Restoration to the Second Empire, Aldwych Press, Londres, 1987.

Nord Philip G., Le moment républicain : combats pour la démocratie dans la France du xixe siècle, traduit de l’anglais par Christophe Jaquet, Paris, Colin, 2013.

Proudhon Pierre-Joseph, Les Confessions d’un révolutionnaire, Paris, Garnier frères, 1851.

Sinsoilliez Robert, Prisonniers au Mont-Saint-Michel, Louviers, L’ancre de Marine, 2006.

Taschereau Jules, Revue Rétrospective, Paris, Paulin, 1848.

Tchernoff Iouda, Le Parti Républicain sous la Monarchie de Juillet : formation et évolution de la doctrine républicaine, Paris, Pedone, 1901.

Zévaès Alexandre, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, Éditions de La Nouvelle Revue critique, 1933.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : « Décidément ! l’arbre est pourri, il n’y a pas une branche de bonne », déclarent deux bûcherons républicains et patriotes. La Caricature du 19 septembre 1833, n° 150, planche 313. © Domaine public

Figure 1 : « Décidément ! l’arbre est pourri, il n’y a pas une branche de bonne », déclarent deux bûcherons républicains et patriotes. La Caricature du 19 septembre 1833, n° 150, planche 313. © Domaine public

L’arbre en question est l’arbre généalogique des Bourbons. Une de ses branches, l’aînée, est déjà brisée et prête à se séparer du tronc. La branche qui subsiste, celle de Louis-Philippe et de ses enfants symbolisés par des poires, ne vaut guère mieux. Elle est grêle et peu solide sur sa base. L’un des bûcherons s’apprête à la couper.

Figure 2 : Frontispice attribué à Joseph Bouchardy (1810-1870) des Rhapsodies de Pétrus Borel (1809-1859), Paris, Levavasseur, Palais Royal, 1832. © Domaine public

Figure 2 : Frontispice attribué à Joseph Bouchardy (1810-1870) des Rhapsodies de Pétrus Borel (1809-1859), Paris, Levavasseur, Palais Royal, 1832. © Domaine public

Notes

1 La France parlementaire, (1834-1851), œuvres oratoires et écrits politiques par Alphonse de Lamartine, Paris, tome I, 1864, Chambre des députés, séance du 13 mars 1834. Sur la loi contre les associations.

2 R. Huard, La naissance du parti politique en France, p. 77.

3 Dans la Revue Rétrospective de Taschereau, l’auteur affirme qu’on ignorait dans les sociétés secrètes le projet d’Alibaud. C’était une affaire isolée « car un assassinat ne peut être l’affaire d’un complot. » Revue Rétrospective, p. 4-5.

4 C. Latta, Un Républicain méconnu, Martin Bernard : 1808-1883, p. 38.

5 H. Gisquet, Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police, p. 34-35.

6 L. de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, p. 219.

7 Procès des accusés des 12 et 13 mai 1839, Paris, Pagnerre, 1839, p. 220.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 221.

10 Ibid.

11 L’Ami de la religion, samedi 15 juin 1839, p. 525.

12 L. de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, p. 217.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 La rue Saint-Honoré fut le théâtre des premiers combats des Trois Glorieuses.

16 L. de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, p. 220.

17 I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 363.

18 Rapport fait à la Cour les 11 et 12 juin 1839, par M. Mérilhou.

19 A. Zévaès, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, p. 49.

20 L’Ami de la religion, samedi 15 juin 1839, évocation d’une lettre adressée à Marescal par Moulines le 4 avril 1839.

21 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, tome VIII, p. 344.

22 Archives nationales, BB21 442. Guillemin est condamné le 12 juin 1839 à cinq ans de prison pour délits politiques. Il est détenu au Mont-Saint-Michel à partir du 28 octobre 1839. Louis-Philippe lui accorde la grâce le 22 août 1841.

23 I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 375-376.

24 Archives nationales, fond Duchâtel, 2AP/27/dossier 3. Renseignements confidentiels sur les menées des principaux membres de la Société des saisons et de celle des Montagnards, depuis le 1er avril jusqu’au jour de l’insurrection.

25 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, p. 343.

26 Archives nationales, fond Duchâtel, 2AP/27/dossier 3. Renseignements confidentiels sur les menées des principaux membres de la Société des saisons et de celle des Montagnards, depuis le 1er avril jusqu’au jour de l’insurrection.

27 Rapport Mérilhou cité par C. Latta, Un Républicain méconnu, Martin Bernard : 1808-1883, p. 56.

28 B. H. Moss, “Society of the Seasons”, in E. L. Newman (ed.), Historical Dictionary of France from the 1815 Restoration to the Second Empire, p. 1007.

29 Cour des pairs. Attentat des 12 et 13 mai 1839, p. 23. Procès-verbal du commissaire de police Frédéric-André Petit.

30 V. Hugo, Choses vues 1830-1848, p. 140.

31 V. Hugo, Les Misérables, tome IV, p. 345.

32 Le Charivari du lundi 13 mai 1839.

33 Archives nationales, BB21 502. Parquet de la Cour Royale de Paris, 12 juin 1847.

34 Ibid., BB21 439. Rapport au Garde des Sceaux, 30 avril 1841.

35 J. Michelet, Correspondance générale, tome III, 54, à Quinet, 22 mai 1839.

36 K. Marx, « Révélations sur le procès des communistes de Cologne », L’Allemagne en 1848, p. 259.

37 É. Cabet, Le cataclysme social, cité par I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 376.

38 V. Hugo, Choses vues, p. 141.

39 Ibid., p. 141.

40 Archives nationales, fond Duchâtel, 2AP/27/dossier 3.

41 Le Charivari du samedi 18 mai 1839.

42 Ibid.

43 Procès des accusés des 12 et 13 mai 1839, p. 115.

44 P.-J. Proudhon, Les Confessions d’un révolutionnaire, p. 167.

45 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, p. 351-352.

46 A. Zévaès, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, p. 125.

47 V. Hugo, « Les rayons et les ombres, Troisième, Au roi Louis-Philippe après l’arrêt de mort prononcé le 12 juillet 1839 », Œuvres, p. 68.

48 L’ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, jeudi 13 mai 1841, p. 334

49 I. Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet, p. 377.

50 La Gazette des tribunaux des 24 et 25 mai 1841.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 Archives nationales, BB21 439. Lettre du Ministère de l’Intérieur du 12 juin 1841.

54 A. Zévaès, Une révolution manquée : l’insurrection du 12 mai 1839, p. 192.

55 Ibid.

56 J. Jaurès, E. Fournière, Histoire socialiste, p. 344.

57 L. Blanc, Révolution française, histoire de dix ans, 1830-1840, tome V, p. 411.

58 P. Joigneaux, Souvenirs historiques, tome II, p. 6.

59 Journal politique et littéraire de Toulouse et de la Haute Garonne, jeudi 16 mai 1839.

60 Le Charivari du 14 mai 1839.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « Décidément ! l’arbre est pourri, il n’y a pas une branche de bonne », déclarent deux bûcherons républicains et patriotes. La Caricature du 19 septembre 1833, n° 150, planche 313. © Domaine public
Légende L’arbre en question est l’arbre généalogique des Bourbons. Une de ses branches, l’aînée, est déjà brisée et prête à se séparer du tronc. La branche qui subsiste, celle de Louis-Philippe et de ses enfants symbolisés par des poires, ne vaut guère mieux. Elle est grêle et peu solide sur sa base. L’un des bûcherons s’apprête à la couper.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Figure 2 : Frontispice attribué à Joseph Bouchardy (1810-1870) des Rhapsodies de Pétrus Borel (1809-1859), Paris, Levavasseur, Palais Royal, 1832. © Domaine public
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access