Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Du réseau au parti politique moderne et post-moderne

Les « factieux de Lodève » : développement et déclin d’un réseau jacobin héraultais

Nathalie Alzas

Résumé

La complexité des réseaux politiques nés de la Révolution questionne les interactions entre héritages de l’ancien régime et innovations de la décennie 1789-1799. À Lodève, un réseau « jacobin » lie notabilités aisées, artisans modestes et notables villageois. Les clubs ont joué un rôle essentiel, mais aussi les administrations révolutionnaires, en l’an II, dans la consolidation de ce réseau, fragilisé ensuite par la répression du babouvisme. Malgré les aléas politiques du Directoire, puis de l’empire napoléonien, ces néo-jacobins laisseront un héritage politique conséquent pour les républicains du XIXe siècle.

Texte intégral

  • 1 J.-F. Dubost, « Le réseau des sociétés politiques dans le département de l’Hérault pendant la Révol (...)
  • 2 G. Fournier, « Entre vallée de l’Hérault et vallée de la Garonne : les bastions fermement républica (...)
  • 3 B. Gainot, 1789, un nouveau jacobinisme ?

1De nombreux travaux ont renouvelé l’étude du jacobinisme, de sa naissance, aux débuts de la Révolution, à son apogée en l’an II, jusqu’à ses mutations sous le Directoire. On sait, désormais, l’importance des néo-jacobins dans l’affirmation d’un mouvement démocratique en France. Le département de l’Hérault, par la richesse de ses archives, a fait l’objet de nombreuses recherches1, à partir de ses centres urbains, tel son chef-lieu, Montpellier, ou sa rivale Béziers. Mais des bourgades plus modestes, à l’image des communes du Bas-Languedoc étudiées par Georges Fournier2, révèlent, elles aussi, la vigueur des réseaux locaux. Plus au nord du département, le district de Lodève est un espace où un militantisme important se développe, y compris sous le Directoire, par un néo-jacobinisme vivace, ainsi à Gignac évoqué par Bernard Gainot3. Pour prolonger ces réflexions, cette étude se propose d’évoquer, à nouveau, ces réseaux républicains à partir de la ville de Lodève. Là, depuis 1789, des hommes d’influence se sont profondément investis dans la Révolution.

2Lodève, aujourd’hui, semble à l’écart du dynamisme littoral héraultais et montpelliérain. Il en était tout autrement sous l’Ancien Régime. Son influence économique est alors forte, par ses manufactures de draps, fournisseurs privilégiés de l’armée royale, grâce à la protection d’un enfant du pays, le cardinal Fleury. Les fabricants et négociants lodévois sont liés à une finance languedocienne dynamique, ouverte sur l’espace national et les échanges internationaux. Certes, la crise de l’Ancien Régime finissant frappe durement l’activité drapière méridionale.

  • 4 Pour alléger les notes, l’essentiel des informations sur l’administration du district de Lodève ren (...)
  • 5 Archives départementales de l’Hérault, L701, Enquête faite par le commissaire nommé par le départem (...)

3Dans ce contexte, la Révolution est bien accueillie à Lodève. L’équipement des gardes nationales, des bataillons de volontaires, puis l’entrée en guerre apportent une reprise inespérée. Les élites éclairées du Lodévois, essentiellement des manufacturiers, négociants, propriétaires fonciers, s’investissent dans les mutations politiques qui leur permettent de s’affirmer dans les administrations nées de la Révolution4. En 1790, le district de Lodève compte 9 300 citoyens actifs environ, parmi lesquels émerge un vivier de militants révolutionnaires, auquel s’ajoutent, à partir des années 1792-1793, des sans-culottes provenant de catégories sociales plus modestes. Une partie de ces citoyens forment les cadres de l’an II, dans les administrations de département, de district, la municipalité, le comité de surveillance. Compromis aux yeux des Thermidoriens, ils persistent dans leur engagement. Par voie de conséquence, la période thermidorienne et le Directoire sont un moment clef pour saisir la pérennité du militantisme parmi ceux que l’historiographie contemporaine évoque sous les termes de « fermes républicains », de « néo-jacobins », que leurs adversaires dénonçaient comme « factieux », « buveurs de sang » et qui, eux, s’appelaient tout simplement « patriotes ». Le réseau républicain lodévois connut, en effet, deux temps majeurs de répression. Les principaux militants sont destitués et arrêtés en l’an III en tant que « terroristes », puis à nouveau, inquiétés en thermidor an IV comme « robespierristes », adhérents à la « conspiration de Babeuf »5.

4Sans surprise, le noyau dirigeant est composé de citoyens aisés, « gens à talents », comme on disait à l’époque, fortement insérés dans des réseaux familiaux, culturels et économiques au cœur de la cité lodévoise.

  • 6 H. Michel, G. Albert Roch, A. Cosson, Grands notables du Premier Empire, Gard Hérault Drôme.
  • 7 H. Leroy-Beaulieu, « Les propriétaires de Montplaisir ou la rencontre de la technique de la politiq (...)

5Ainsi, Bernard Barthélémy Luchaire, dénoncé en l’an IV en tant que « chef du parti terroriste », correspond à ce profil de jacobin issu des élites éclairées de sa ville. Né en 1764, il s’inscrit dans la génération des 30-45 ans qui compose les principaux membres de la société politique et des administrations révolutionnaires. Il est le fils d’un négociant. Par sa mère, Luchaire est lié à des notabilités montpelliéraines, soulignant les relations étroites entre sa ville natale, manufacturière et le chef-lieu centre financier et culturel. Un de ses cousins est Auguste Broussonnet, professeur à la faculté de médecine, membre de l’Académie des Sciences. Les deux hommes partagent les mêmes curiosités intellectuelles. Bernard Barthélémy fait appel à l’éminent naturaliste pour expérimenter de nouvelles productions afin d’améliorer l’approvisionnement de ses concitoyens en l’an II, en implantant la culture de pommes de terre sur ses propriétés. Sa belle-famille le place encore davantage au cœur de sa cité. Luchaire, par son mariage en 1791, avec Justine Fabreguettes, s’allie à l’une des plus puissantes familles de fabricants de draps de la région. Son beau-père, Augustin Fabreguettes est, en effet, à la tête d’une manufacture qui emploie plusieurs centaines de personnes, dans ses ateliers de teinture, apprêts de la ville et par les activités de tissage dans les villages des alentours. Pendant de nombreuses années, les Fabreguettes « tiennent » ainsi Lodève. Augustin est sous-préfet de 1804 à 1813, poste où il a d’ailleurs succédé à son frère aîné6. D’ailleurs, on peut se demander dans quelle mesure l’arrestation de Luchaire, en l’an III, comme « terroriste », n’était pas motivée, pour certains de ses adversaires, par la volonté d’amoindrir la position de sa belle-famille. Il est également vrai que si Luchaire est défendu efficacement par Augustin Fabreguettes dans l’après-Thermidor, il a lui-même joué de toute son influence pour faire oublier l’engagement fédéraliste de celui-ci, en 1793. Ce réseau, puissant, s’appuie sur de nombreux hommes d’influence : Bernard Barthélèmy est également le beau-frère de Jacques Caylar, président du tribunal du district pendant toute une partie de la Révolution. Quant à sa propre fortune, elle est conséquente. Luchaire est propriétaire, depuis 1789, du domaine de Montplaisir, situé à cheval sur les communes d’Olmet et de Lodève7.

  • 8 M.-A. Iafelice, « Le Babouvisme en province. Les abonnés méridionaux au Tribun du Peuple ».
  • 9 Archives départementales de l’Hérault, L 4651 Répartition de la taxe de 1000 000 livres sur les cit (...)

6Sa position sociale est similaire à celle des autres chefs néo-jacobins du lieu. Jean Benoît cadet, présenté comme son alter ego dans les sources thermidoriennes, suit le même parcours. Les deux républicains ont été membres de la première municipalité révolutionnaire de Lodève, officiers de la Garde Nationale, membres de l’administration départementale, et du district. Abonné comme Luchaire au Tribun du Peuple de Babeuf8, Benoît cadet est l’un des plus riches contribuables de sa ville. Fabricant de draps, acheteur de biens nationaux, il s’est investi, lui aussi, dans la politique dès la préparation des États Généraux. Mais pour tous les principaux néo-jacobins du Lodévois, les fonctions d’administrateur au district jouent un rôle essentiel dans l’enracinement de leur engagement. En effet, de 1790 à l’an IV, une vingtaine d’hommes furent membres du district, les plus influents étant réélus ou reconduits dans leurs fonctions par les représentants du peuple à plusieurs reprises. Luchaire et Benoît cadet côtoient des hommes de loi, comme l’avocat Marquès lui aussi dénoncé en l’an IV comme « terroriste » ou bien encore le notaire Antoine Pons, figure majeure du néo-jacobinisme de Gignac. Ces hommes sont, pour la plupart, les plus imposés de leur commune, ce qui est logique : ils bénéficiaient de réseaux influents qui leur ont permis d’être les élus des administrations nouvelles, s’étant investis dès 1789 dans des actions collectives9. Quant aux plus jeunes, dénoncés parfois par des érudits du xixe siècle comme des arrivistes parvenus au pouvoir grâce à la démagogie, ils se révèlent de fait issus des mêmes milieux. Ainsi, Henry Pradel, dit Regulus, membre du district de l’an II, décrit comme un extrémiste dangereux qui ne pourrait qu’être étranger à la région, est de fait le fils d’un négociant huppé, avec 600 livres de revenus fonciers. Presque tous ces administrateurs disposent de domestiques, (au moins une « fille de service » chez Luchaire et Benoît cadet), et emploient des ouvriers agricoles lors des gros travaux des champs. Les plus aisés, ont des « domestiques attachés à la terre » toute l’année. On est très loin de la légende noire thermidorienne qui faisait des hommes de l’an II des « gens sans aveu », « illettrés », sans revenus fixes. Ces dénonciations sont de peu de poids devant les réalités sociologiques. Les néo-jacobins, à l’image de leurs adversaires thermidoriens, sont menés par une élite d’hommes de loi, manufacturiers, négociants, presque tous propriétaires fonciers conséquents. Il est difficile de démêler de véritables différences sociales entre les camps en présence. Certes, des personnages plus modestes sont également dénoncés comme « terroristes », essentiellement des commerçants et artisans lodévois, notamment des anciens membres du comité de surveillance et des militants actifs de la société populaire. Mais leur condition est loin de l’indigence et d’une quelconque marginalité sociale. Les néo-jacobins, pas plus qu’ailleurs, ne sont des aigris qui auraient trouvé dans la Révolution un exutoire ou une revanche sociale. C’est justement leur forte insertion dans la cité qui les a conduits à l’engagement politique.

  • 10 T. Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires.

7En effet, les fonctions administratives ont joué un rôle majeur dans leur parcours. Les néo-jacobins ont occupé très tôt, dans la Révolution, des responsabilités qui les ont directement confrontés à des oppositions virulentes. Ils seraient ainsi devenus révolutionnaires comme les députés de l’Assemblée Nationale étudiés par Timoty Tackett10. À Lodève, deux éléments majeurs ont pu intervenir dans la cristallisation des options politiques. D’une part, les soulèvements contre-révolutionnaires, réitérés, du sud du Massif Central (Ardèche, Lozère…) mirent sous pression des administrations lodévoises qui ne cessèrent d’être en alerte. La municipalité, le district, le comité de surveillance, multiplièrent les séances de crise afin de réagir à des mouvements qui prônaient le retour à l’Ancien Régime et la destruction des révolutionnaires. Souvent officiers de la Garde Nationale, les membres des administrations durent organiser une résistance armée aux initiatives royalistes. D’autre part, la guerre extérieure accentue l’engagement de notabilités traditionnellement liées aux fournitures militaires : la mobilisation patriotique est indissociable de l’activité de la ville drapière.

8Certes, des profils apparemment atypiques existent parmi les néo-jacobins, mais ils révèlent d’autres caractéristiques du tissu économique et social de la région.

  • 11 Archives départementales de l’Hérault, série L, Réfugiés des colonies, L 2916 et L 2926, états et p (...)
  • 12 Vu la bibliographie immense sur ce thème, pour percevoir les chantiers en cours, nous renvoyons à l (...)
  • 13 Archives départementales de l’Hérault, L 8812-8813, registres de la société politique de Lodève (26 (...)
  • 14 Archives départementales de l’Hérault, L 4705 Lettre de l’agent national d’Olmet du 26 germinal an (...)

9Mathieu Fulcrand Delpon est un des hommes de l’an II les plus dénoncés dans l’après-Thermidor, par des adversaires qui lui reprochent son activisme, symbolisé par l’adoption du prénom de Marat. Il est issu d’une famille moins aisée que les autres figures de proue du mouvement néo-jacobin. Né en 1762, Marat Delpon quitte, vers 1780, le Lodévois pour s’installer à Saint-Domingue où il gère une entreprise de cabotage. Il semble avoir bénéficié d’un appui familial sur place, au moins de celui d’une tante. Son parcours l’insère dans l’ouverture du Languedoc sur l’outre-mer, des Amériques au Levant. Cependant, Marat Delpon se singularise ensuite. Il quitte, en 1792, Saint-Domingue en proie à la guerre, et, rentre, via Marseille, à Lodève11. Là, il s’intègre à la société politique dont il devient l’un des militants les plus actifs. Ce comportement l’oppose au positionnement d’autres « refugiés des isles » qui adoptent des opinions conservatrices, notamment à propos des questions coloniales. La société politique de Lodève est l’une des sociétés les plus puissantes de l’Hérault et l’une des plus précoces. Ses registres et sa correspondance rappellent que ces sociétés sont des organismes aux résonances complexes12. Il est bien sûr inutile de souligner l’importance de ce type de société dans la formation d’un militantisme révolutionnaire. Cependant, la lecture des registres de Lodève met en évidence le rôle des fabricants qui mêlent le patriotisme à une éthique et une philanthropie liées au rang social, aux nouveaux principes politiques13. Cette implication s’inscrit dans une continuité, on le sait. Les militants révolutionnaires (et souvent les contre-révolutionnaires) participèrent à d’autres lieux de sociabilité, sous l’Ancien Régime, tels les confréries de pénitents et la franc-maçonnerie. Il est d’ailleurs révélateur qu’un esclandre ait éclaté quelques années avant la Révolution, entre Benoît cadet, défendant sa confrérie de pénitents, et un concitoyen qui deviendra un de ses adversaires thermidoriens. Certes, on peut discerner, dans cet épisode, des luttes de clans au sein d’une même ville, mais également des conceptions opposées au niveau politique et social, avec un Benoît cadet soutenant des pratiques de sociabilité au nom d’un bien commun. Cette fidélité à une action collective se poursuit après Thermidor. Les néo-jacobins perpétuent des rencontres périodiques, après la fermeture du local de la société politique, désormais hors de Lodève, dans le domaine de Montplaisir de Bernard Barthélèmy Luchaire14. La préparation des élections ainsi que l’organisation de la Garde Nationale sont au centre de leurs préoccupations, accompagnés de la lecture de journaux et de brochures politiques. À Lodève comme ailleurs, deux cercles patriotes émergent. Un noyau dur de militants continue de se réunir fréquemment, conserve encore une partie du pouvoir local, et des sympathisants se mobilisent plus ponctuellement, en fonction de la conjoncture politique, lors d’élections.

  • 15 Archives départementales de l’Hérault, Q 756, Mise sous scellés et inventaire des papiers de Bernar (...)
  • 16 J. Sagnes, « Figures de révolutionnaires languedociens, nobles montagnards et prêtres éclairés ».
  • 17 Archives départementales de l’Hérault, Q 756, Mise sous scellés et inventaire des papiers de Bernar (...)

10Les réunions à Montplaisir font l’objet de dénonciations virulentes devant ces « conciliabules » jugés subversifs. Le refus d’une renaissance des sociétés populaires naît d’une impossibilité à concevoir un pluralisme politique, à un moment où le mouvement néo-jacobin tente de nouvelles voies démocratiques. La crainte d’un retour au pouvoir des hommes de l’an II explique l’arrestation et la perquisition du domicile de Luchaire en l’an III. Un juge de paix est mandaté pour chercher les documents compromettants, brochures politiques, correspondance, buste de Marat (dont un dénonciateur a attesté la présence). Cette sculpture affirmerait la filiation entre la ci-devant société politique et des réunions organisés à Montplaisir15. Il semble évident que Luchaire a conservé des symboles de l’ancienne société, et l’attachement à Marat en constituerait un élément significatif. Par sa culture, ses relations, l’ancien agent national du district est le centre de ralliement de ses amis politiques. Le domaine de Montplaisir accueillerait des personnalités du district et du département, afin de pérenniser un réseau jacobin capable de préparer et de gagner les élections. En effet, avec la disparition des sociétés populaires, la révocation de nombreux responsables, il faut éviter l’isolement de notabilités qui, seules dans leur bourgade, ne peuvent plus guère poursuivre une action politique efficace. Ainsi, l’ancien maire de Saint-Affrique, Bourguignon, le très engagé Escudier de Ceyras, et d’autres, issus de localités moins importantes, participeraient à une coordination d’ensemble impossible à leur seule échelle communale. Ce maillage jacobin serait consolidé par le séjour à Montplaisir de personnalités locales de plus grande envergure, notamment Franc Pavée. Cet ancien agent national du district de Montpellier est l’un des révolutionnaires les plus influents de l’Hérault en l’an II16. Par son passé (fonctions administratives et influence sur la puissante société populaire du chef-lieu), le ci-devant marquis de Villevielle reste une figure de ralliement majeure pour les jacobins lodèvois, afin qu’ils s’inscrivent dans un réseau plus vaste, national, pour continuer à exister politiquement. Des témoignages attestent de plusieurs séjours de Pavée chez Luchaire, et ce n’est pas, on s’en doute, pour y venir admirer les cultures de son hôte. Certes, les dénonciateurs de l’an IV rassemblent des rumeurs où s’expriment les haines et les ragots. Certaines informations restent invérifiables, tels des contacts supposés entre Luchaire et Cambon. En effet, la perquisition opérée à Montplaisir, en l’an III, est décevante pour l’historien17. Le juge de paix cherche, en vain, des éléments compromettants. Le buste de Marat est introuvable, la correspondance de Luchaire totalement absente. La famille du propriétaire – épouse, beau-père, beau-frère – assure, avec fermeté, sa défense et surveille avec attention la mise sous scellées, puis la fouille. Tout laisse penser qu’elle a fait disparaitre tout papier gênant. Aucune lettre n’est donc mentionnée et très peu d’ouvrages politiques. Seuls restent les nombreux travaux littéraires de Luchaire, dont on sait la passion pour les auteurs classiques, l’Antiquité et Rousseau, et dont la bibliothèque, à son apogée, comportait 4 000 volumes.

  • 18 Ph. Bourdin, « Le brigand caché derrière les tréteaux de la Révolution. Traductions et trahisons d’ (...)

11Les documents datant de la Révolution sont finalement peu nombreux, limités à des pièces de théâtre, des brochures patriotes, pédagogiques ou techniques : catéchisme et alphabet républicain, manuel de fabrication de salpêtre. Les œuvres à succès du théâtre patriote suscitent l’intérêt de Luchaire, qui a conservé le célèbre Robert, chef des brigands, ainsi que ses suites. Cette présence atteste d’une diffusion d’une culture révolutionnaire commune parmi les administrateurs locaux18. Parmi les divers papiers recensés, une présence incite à la réflexion. L’ancien agent national du district de Lodève a mis de côté les appels nominaux concernant trois votes décisifs de la Convention : la condamnation de Louis XVI, la mise en accusation de Marat, et celle de Carrier. Ce type de document suscite généralement peu d’intérêt pour le chercheur tant il semble encombrer les dépôts d’archives. Mais sa conservation par Luchaire montre que ces appels nominaux pouvaient être utilisés par les camps en présence pour déterminer les positions politiques de chaque député, et savoir ainsi sur qui ils pouvaient compter. Ceci dit, mis à part un imprimé de Pavée et un écrit du conventionnel Noël Pointe, perdus dans le reste des papiers, aucun autre document ne laisse percevoir la poursuite des activités politiques de Luchaire après Thermidor. La cohésion de l’entourage montre son efficacité. En l’an IV, en face de leurs accusateurs, de nombreux témoins attestent du patriotisme et du souci de légalité d’une nébuleuse jacobine qui, avec Benoît cadet, contrôle encore la municipalité lodévoise. Quant aux réunions à Montplaisir, elles seraient simplement un moment récréatif où les principaux chefs politiques du lieu ne se rencontreraient que pour jouer aux boules…

12La mobilisation électorale, les réunions pour préparer le renouvellement de la garde nationale sont niées, comme le port du bonnet rouge chez certains militants. Le républicanisme de ces néo-jacobins est donc difficile à appréhender, faute de sources. Mais des pratiques attestent d’une fidélité à une sociabilité et à des symboles dont l’héritage sera conséquent au xixe siècle, ainsi la participation ponctuelle à des soupers, avec des toasts en l’honneur de la République et de personnalités. En 1795-1796, Robespierre, la constitution de 1793, seraient invoqués. Des toasts auraient été également prononcés en l’honneur de Babeuf et surtout de Drouet. L’hommage à ce dernier est intéressant, car l’homme de Varennes, beaucoup plus que le Tribun du Peuple, est une figure de ralliement pour ces républicains qui voient en lui l’incarnation de la Révolution et de la chute de la monarchie. Cette présence de Drouet, et d’autres révolutionnaires, dans la dite « conspiration de l’an IV » a sans doute suscité davantage l’intérêt des néo-jacobins lodévois que l’idéologie de Babeuf, plus éloignée de leurs pratiques politiques.

  • 19 Archives départementales de l’Hérault, série L, Réfugiés des colonies, L 2916 et L 2926, états et p (...)

13Les néo-jacobins de Lodève se sont perçus comme les seuls républicains de leur cité, leurs adversaires étant confondus avec les royalistes. Suivant les aléas du Directoire, une partie de ces anciens dirigeants de l’an II continuent d’exercer des fonctions administratives et politiques au niveau local. Les choses sont plus difficiles pour les personnalités plus compromises ou plus isolées, tel Marat Delpon, redevenu Mathieu Fulcrand Delpon, artisan, chargé de famille, qui demande, vu ses difficultés pécuniaires, les secours dus aux « refugiés des isles »19. Sous l’Empire, les néo-jacobins les plus en vue se retirent de la vie politique ou se montrent discrets. Luchaire se réfugie dans ses travaux littéraires, à Montplaisir, traduisant Virgile. Somme toute, les liens familiaux, culturels, politiques, ont permis de préserver la situation sociale de la plupart des néo-jacobins. La perte d’influence interviendrait sous la Restauration. Mais, en réalité, ce sont les dernières années de l’Empire qui atteignent ce réseau, bien plus que le retour de la monarchie. Les retards de paiement de l’État napoléonien plombent la manufacture lodévoise. La fin de la guerre sonne l’heure de la faillite pour de nombreuses maisons. Luchaire doit se séparer de Montplaisir. Lodève, centre d’un mouvement républicain, décline peu à peu, par l’effondrement de sa manufacture privée des commandes militaires. Cet effacement économique et politique laisse cependant un héritage républicain qui s’opposera, pendant tout le siècle, à un royalisme héraultais vigoureux : des descendants des néo-jacobins figurent, en effet, parmi les personnalités républicaines de l’Hérault du xixe siècle.

Bibliographie

Alzas Nathalie, La Liberté ou la mort. L’effort de guerre dans le département de l’Hérault pendant la Révolution. Aix, PUP, 2006.

Bourdin Philippe, « Le brigand caché derrière les tréteaux de la Révolution. Traductions et trahisons d’auteurs », Annales historiques de la Révolution française, n° 364, avril-juin 2011, p. 51-84.

Dubost Jean-François, « Le réseau des sociétés politiques dans le département de l’Hérault pendant la Révolution Française, 1789-1795 », Annales historiques de la Révolution française, n°278, 1989, p. 374-416.

Fournier Georges « Entre vallée de l’Hérault et vallée de la Garonne : les bastions fermement républicains sous le Directoire », Révolution et Contre-Révolution dans la France du Midi (1789-1799). Toulouse, PU du Mirail, 1991, p. 181-203.

Gainot Bernard, 1789, un nouveau jacobinisme ? Paris, CTHS, 2001.

Iafelice Michel-André, « Le Babouvisme en province. Les abonnés méridionaux au Tribun du Peuple », Cahiers d’histoire, n° 17, 1984, p. 94-114.

Leroy-Beaulieu Henry, « Les propriétaires de Montplaisir ou la rencontre de la technique de la politique et de l’économie », Bergasse Jean-Denis, (dir.) Hommage à Jacques Fabre de Morlhon. Mélanges historiques et généalogiques, Rouergue et Bas-Languedoc, Albi, osi, 1978, p. 225-269.

Michel Henri, Albert Roch Gérard, Cosson Armand, Grands notables du Premier Empire, Gard Hérault Drôme, Paris, CNRS, 1980.

Sagnes Jean, « Figures de révolutionnaires languedociens, nobles montagnards et prêtres éclairés », La Révolution vécue par la province. Mentalités et expressions populaires en Occitanie, Actes du colloque de Puylaurens, CIDO, Béziers, 1990, p. 107-125.

Tackett Timothy, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires. Paris, Albin Michel, 2007.

Annexes

Illustrations

Notes

1 J.-F. Dubost, « Le réseau des sociétés politiques dans le département de l’Hérault pendant la Révolution Française, 1789-1795 ».

2 G. Fournier, « Entre vallée de l’Hérault et vallée de la Garonne : les bastions fermement républicains sous le Directoire », dans Révolution et Contre-Révolution dans la France du Midi (1789-1799).

3 B. Gainot, 1789, un nouveau jacobinisme ?

4 Pour alléger les notes, l’essentiel des informations sur l’administration du district de Lodève renverra à N. Alzas, La liberté ou la mort. L’effort de guerre dans le département de l’Hérault pendant la Révolution.

5 Archives départementales de l’Hérault, L701, Enquête faite par le commissaire nommé par le département de l’Hérault à la suite de dénonciations contre la municipalité (27 thermidor an IV-11 fructidor an IV).

6 H. Michel, G. Albert Roch, A. Cosson, Grands notables du Premier Empire, Gard Hérault Drôme.

7 H. Leroy-Beaulieu, « Les propriétaires de Montplaisir ou la rencontre de la technique de la politique et de l’économie ».

8 M.-A. Iafelice, « Le Babouvisme en province. Les abonnés méridionaux au Tribun du Peuple ».

9 Archives départementales de l’Hérault, L 4651 Répartition de la taxe de 1000 000 livres sur les citoyens les plus aisés du district de Lodève, 10 juillet 1793.

10 T. Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires.

11 Archives départementales de l’Hérault, série L, Réfugiés des colonies, L 2916 et L 2926, états et pétitions des réfugiés pour obtenir des secours.

12 Vu la bibliographie immense sur ce thème, pour percevoir les chantiers en cours, nous renvoyons à l’atelier sur la Révolution du 140e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques (Reims, 2015), à paraitre.

13 Archives départementales de l’Hérault, L 8812-8813, registres de la société politique de Lodève (26 vendémiaire an II-21 ventôse an III).

14 Archives départementales de l’Hérault, L 4705 Lettre de l’agent national d’Olmet du 26 germinal an III à celui de Lodève sur la résidence de Luchaire. Archives départementales de l’Hérault, L701, Enquête faite par le commissaire nommé par le département de l’Hérault suite aux dénonciations contre la municipalité (27 thermidor an IV-11 fructidor an IV).

15 Archives départementales de l’Hérault, Q 756, Mise sous scellés et inventaire des papiers de Bernard Barthélémy Luchaire (9 et 19 prairial an III).

16 J. Sagnes, « Figures de révolutionnaires languedociens, nobles montagnards et prêtres éclairés ».

17 Archives départementales de l’Hérault, Q 756, Mise sous scellés et inventaire des papiers de Bernard Barthélémy Luchaire (9 et 19 prairial an III).

18 Ph. Bourdin, « Le brigand caché derrière les tréteaux de la Révolution. Traductions et trahisons d’auteurs ».

19 Archives départementales de l’Hérault, série L, Réfugiés des colonies, L 2916 et L 2926, états et pétitions des réfugiés pour obtenir des secours.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2283/img-1.jpg
Fichier image/, 149k

Auteur

UMR TELEMME Aix

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access