Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Les réseaux et le pouvoir

Les échevins et prévôts des marchands dans le paysage institutionnel lyonnais (1680-1740)

Rosemonde Letricot

Résumé

Cet article propose d’explorer une source de l’histoire lyonnaise aussi riche qu’étonnante : les « Mémoires » de Léonard Michon. Ce notable lyonnais, avocat du roi au Bureau des Finances et échevin de la ville, a composé, entre 1715 et 1744, sept volumes manuscrits sur la vie quotidienne de la haute société lyonnaise. Nous l’aborderons sous l’angle de l’histoire des institutions, en nous intéressant particulièrement au consulat de Lyon qui a rassemblé au cours du temps une population échevine aux origines variées. En croisant l’étude prosopographique de ses membres avec les informations relatives à la nomination des échevins tirées des « Mémoires », il s’agira d’apporter un nouvel éclairage sur la composition institutionnelle de ce corps et des moyens mis en œuvre par la haute bourgeoisie pour atteindre l’exercice du pouvoir municipal.

Texte intégral

  • 1 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon ou Mémoires historiques et politiques de ce (...)

1Sur les trente dernières années de sa vie, Léonard Michon (1675-1746), notable lyonnais, a entrepris la rédaction d’un « Journal de Lyon ou Mémoires historiques et politiques de ce qui s’est passé de plus remarquable dans la ville de Lyon et dans la province depuis le commencement du dix-huitième siècle jusqu’à présent », dont les sept volumes manuscrits sont aujourd’hui conservés aux musées Gadagne de Lyon1. Par la période couverte (de 1715 à 1744) et la richesse des descriptions, cet ouvrage exceptionnel livre de nombreux aspects de la vie politique, sociale, culturelle et religieuse de la ville. Si une faible part du récit relève d’évènements personnels de la vie de l’auteur, il n’est toutefois pas avare en commentaires et réflexions critiques sur certaines affaires publiques et davantage encore sur ses contemporains. En effet, au fil des pages, de nombreux portraits nous sont restitués sur de grands noms de la scène politique lyonnaise comme les Villeroy, les Perrichon, les Ravat, les Cholier, etc. Léonard Michon porte une attention particulière aux membres des principales institutions lyonnaises, notamment au moment de la nomination du corps consulaire.

2Cet évènement qui rythme la vie municipale est décrit dans le Journal de Lyon aux alentours du 15 décembre de chaque année, date traditionnelle de renouvellement de la moitié du corps consulaire lyonnais. La composition du nouveau consulat y est dévoilée, de même que quelques repères biographiques sur ses nouveaux membres. Chaque nomination est l’occasion pour Léonard Michon de rappeler les relations dont chacun a pu bénéficier ainsi que les parcours individuels qui ont favorisé l’accession à cette place hautement convoitée par la bourgeoisie locale. Dans cet environnement mouvant, il est essentiel de savoir se positionner et d’user de l’appui de personnages éminents pour s’assurer l’anoblissement offert aux membres du consulat et à leur lignée.

3À partir des observations issues des « Mémoires », complétées par des données prosopographiques relatives à l’histoire des institutions lyonnaises et des premiers résultats d’analyses quantitatives, il s’agira étudier le milieu consulaire en identifiant les attaches institutionnelles des échevins et des prévôts des marchands pour la période de 1680 à 1740. Quelle représentativité institutionnelle pouvons-nous distinguer au sein du consulat lyonnais ? Voyons-nous des évolutions voire des orientations au cours du temps ?

Les « Mémoires » de Léonard Michon : un objet d’histoire lyonnaise

  • 2 L’édition critique des « Mémoires » de Léonard Michon est réalisée dans le cadre de ma thèse de doc (...)
  • 3 E. Vial, « Les receveurs ou trésoriers de la ville de Lyon », Revue d’histoire de Lyon, vol. VIII, (...)

4L’édition critique des « Mémoires » de Léonard Michon, en cours de composition2, mettra à disposition une importante source de la vie politique lyonnaise. Léonard Michon voit le jour dans une famille aux origines marchandes, mais son père Annibal Michon intègre le consulat en exerçant la fonction de receveur des deniers communs de la ville de 1676 à 1680. Cet emploi nécessitait une assise forte dans le milieu marchand et financier pour se voir prêter l’argent dont le pouvoir consulaire avait besoin pour fonctionner3. Connecté aux familles Pupil et Ravat du côté de sa mère Bonne Bathéon, et aux Gaulthier et Colomby du côté de son père, Léonard Michon bénéficie d’un réseau familial étendu et très ancré dans le milieu institutionnel. C’est peut-être à partir de ses nombreux contacts familiaux qu’il tire les informations nécessaires à la rédaction de ses « Mémoires ».

5Dans ce que nous pourrions considérer comme une préface à l’ouvrage, Léonard Michon expose les raisons qui l’ont poussé à cette entreprise d’envergure :

  • 4 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 1, fol. 269.2.

« J’ai dit, dans l’avertissement qui est à la tête de ce volume qui commence par les mémoires de M. Henri François Lambert d’Herbigny, intendant de la généralité de Lyon, que c’étaient ces mêmes mémoires qui m’avaient donné l’idée de faire un journal historique […] et qui ferait une espèce de suite à ces premiers mémoires » […]
« Car, malgré les occupations indispensables attachées à l’état de chaque particulier, on sait, quand on veut, trouver du temps pour tout. l’application à l’histoire en est une des plus intéressantes et des plus propres à délasser l’esprit. »4

  • 5 J.-P. Gutton (dir.), L’Intendance de Lyonnais, Beaujolais, Forez en 1698 et en 1762 : édition criti (...)

6À plusieurs reprises, il insiste sur la portée historique de son projet, et ce n’est pas sans dimension symbolique que Léonard Michon place ses propres mémoires à la suite d’une copie de ceux de l’intendant d’Herbigny qui, pour le siècle précédent, avait rédigé un état des lieux de Lyon et du Lyonnais5. Toutefois, ces deux œuvres ne sont pas vraiment comparables dans la mesure où l’intendant d’Herbigny se devait de composer une synthèse administrative de la Généralité demandée à tous les intendants pour servir à l’instruction du Dauphin, alors que le Journal de Lyon reste un témoignage partial d’un homme qui prend tantôt le rôle d’observateur, tantôt celui d’acteur voire même de moralisateur sur les évènements qu’il décrit, avec l’idée de transmettre son expérience à ses descendants.

  • 6 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 1, fol. 269.2v.

« J’ai eu en vue principalement l’instruction de ma famille et de mes enfants, entre les mains desquels j’espère que ces mémoires resteront. C’est pour cela que j y ai souvent mêlé des traits et des réflexions sur l’usage de la vie et sur le commerce du monde ; et que faisant voir le caractère des hommes, je me suis aussi développé moi-même pour me faire connaître à eux […] »6

  • 7 G. Cuer, « Léonard Michon, chroniqueur lyonnais du xviiie siècle », dans Actes des journées d’étude (...)

7D’un point de vue thématique, nous pouvons distinguer trois grandes catégories d’information. La première se rapporte à l’histoire des grandes familles lyonnaises par le biais des moments clés de la vie que sont les naissances, les unions et les décès. Il s’agit moins pour Léonard Michon de tenir un carnet mondain que de profiter de ces évènements pour se positionner au sein de son environnement social7. Aussi complète-t-il ses notes de nombreuses informations sur, par exemple, l’apport financier de chacun des époux, le montant des dots ou encore le partage des héritages l’amenant à décrire l’histoire de ces familles sur plusieurs générations. Nombreuses sont celles qui, comme la sienne, ont débuté dans le milieu du négoce avant de s’extraire de leur condition par l’achat d’un office ou par l’échevinage. Il est probable que ces références interviennent comme une légitimation de sa propre histoire familiale et de son statut.

  • 8 Notons par exemple, le passage à Lyon de deux ambassadeurs : Mehmet Riza Beg venant de Perse en 171 (...)

8La seconde catégorie rassemble les faits récurrents qui rythment la vie des Lyonnais : la vie religieuse faite de processions et de cérémonies ; la vie publique ponctuée par les assemblées d’élus ; la vie mondaine dont les bals, les jeux et les repas rassemblent la haute société lyonnaise. La part la plus importante des écrits concerne l’actualité et les intrigues de pouvoir que ce soit au sein d’un même corps institutionnel ou entre les différentes compagnies de la ville. Léonard Michon garde un œil constant sur les activités du consulat et sur la cour des monnaies qui sont à Lyon les deux compagnies complémentaires mais non moins concurrentes du bureau des Finances dont il fait partie. Enfin, il rend également compte de la manière dont les Lyonnais font face aux difficultés de leur temps. Commençant ses « Mémoires » l’année de la mort de Louis XIV en 1715, il est question de rareté des espèces et des denrées dans une France au bord de la faillite, du système de John Law, de la dévaluation de la monnaie ou encore de la résurgence de la peste à Marseille. Dans un registre plus joyeux, l’arrivée de personnages éminents8 ainsi que les mariages et les naissances princiers rassemblent la population lyonnaise autour de moments festifs.

L’échevinat dans les textes et dans les faits

  • 9 P. Beghain, B. Benoit, G. Corneloup et B. Thévenon (coord.), Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, (...)

9Depuis l’obtention par les Lyonnais de la charte de franchise des mains de l’archevêque Pierre de Savoie en 1320, le consulat est l’un des principaux organes de la ville qui dirige l’action publique locale et gère les finances municipales9. Sa composition a subi de nombreuses modifications au gré des amendements structuraux ou de la volonté royale. Elle passe de cinquante à douze consuls élus assistés de trois assemblées de notables et de maîtres des métiers au xve siècle et au xvie siècle, puis vingt-quatre et à nouveau douze conseillers pendant les troubles des guerres de religion à la suite desquelles Henri IV mettra la main sur le consulat de Lyon et en modifiera profondément l’organisation. En effet, l’édit de Chauny (décembre 1595) restreint le corps consulaire à quatre échevins dirigés par un prévôt des marchands. Ce dernier est mandaté pour deux ans reconductibles et est issu de la noblesse de naissance lyonnaise. Le groupe de quatre échevins, renouvelé pour moitié chaque année, est constitué de notables ayant résidé depuis au moins douze ans à Lyon. Depuis 1601, le prévôt des marchands est nommé directement par le roi via une lettre de cachet et les échevins sont élus, en théorie, par les terriers et maîtres des métiers de la ville. Toutefois, ces assemblées n’ont qu’une fonction symbolique car, depuis 1603, c’est le roi qui promeut les échevins à partir d’une liste que lui fournit le consulat. Il est d’usage de nommer un échevin du côté de Saint-Nizier, un du côté de Fourvière et d’avoir au moins un échevin gradué dans le groupe consulaire.

  • 10 G. Cuer, op. cit., p. 7.
  • 11 F. Bluche, P. Durye, L’anoblissement par charge avant 1789, 2e éd., Paris, ICC, 2003.
  • 12 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 22v.
  • 13 E. Charavay, Les échevins et les prévôts des marchands lyonnais de la première moitié du xviiisiè (...)

10Comme le rappelait Georges Cuer10, la nomination à l’échevinage reste « l’aboutissement d’une véritable carrière des honneurs » qui permettait aux élus d’être anoblis au premier degré11. Le parcours de Léonard Michon qui devient échevin en 1721, en est le parfait exemple. Reçu à l’âge de vingt-cinq ans, le 3 décembre 1700, à l’office d’avocat du roi au bureau des Finances de la Généralité de Lyon, il réalise l’une des plus longues carrières de la compagnie avec quarante-six années de service. Il complète son cursus honorum en devenant recteur de l’hôpital de la Charité en 1714 et 1715. Son parcours lui ouvre rapidement les portes du consulat. Vers la mi-décembre 1720, Léonard Michon reçoit sa lettre de nomination à l’échevinage signée de la main du Maréchal de Villeroy. S’il concède volontiers « qu’on ne donne point l’échevinage à gens qui ne le demandent point ou qui ne le font pas demander »12, il paraît toutefois étonné d’une promotion si soudaine. Il est vrai qu’à 45 ans, Michon est un échevin relativement jeune si l’on considère l’âge moyen des membres du consulat pour cette période aux alentours de 53 ans13. Par ailleurs, il semble que le bureau des finances n’ait pas investi massivement la fonction municipale. Déjà concernant la nomination de Philippe Bourlier quelques années auparavant, Léonard Michon notait que :

  • 14 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 21v-22r.

« La nomination de M. Bourlier a surpris beaucoup de gens. Non pas en ce qu’il est trésorier de France, et qu’il y avait plus de 90 ans qu’on n’avait vu des trésoriers de France échevins ; mais parce qu’on ne croyait pas qu’on choisit cette année-ci un officier du bureau des finances, mais bien seulement l’année prochaine. Car au reste quand on vit, l’année dernière, qu’un conseiller de la cour des monnaies avait accepté la place d’échevin, on ne douta plus que les trésoriers de France ne l’acceptassent aussi dans la suite. »14

  • 15 Par l’édit de 1704, la compagnie acquit le privilège de donner une dispense de service à deux de se (...)
  • 16 K. Deharbe, Le bureau des finances de la généralité de Lyon xvie-xviiie siècles, Aspects institutio (...)
  • 17 François de Neufville de Villeroy, maréchal de France, ami d’enfance de Louis XIV est gouverneur du (...)

11Il poursuit en expliquant que Philippe Bourlier avait tenté en vain d’obtenir la noblesse grâce à une dispense de degré de service délivrée par sa compagnie15. Malheureusement, en 1715, le roi révoque la noblesse acquise par ce moyen16, obligeant Philippe Bourlier et tous ceux l’avaient obtenue de cette manière d’user de leurs relations pour être nommés au consulat. La famille de Neufville de Villeroy qui occupe à Lyon le gouvernement ainsi que l’archevêché17, reste l’intercesseur par excellence :

  • 18 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 22r.

« [Philippe Bourlier] a, pour ce sujet, employé quelque ami secret auprès de M. le maréchal de Villeroy. Et on ne doute point que ce ne soient Mrs Anisson le père et M. d’Hauteroche, son fils conseiller au parlement, qui sont ses proches parents. »18

12De même, par sa proximité avec le gouverneur pour la gestion des affaires publiques, le prévôt des marchands peut s’avérer d’une aide précieuse dans cette course à l’échevinage. Pour sa propre nomination, Léonard Michon semble avoir fait appel à Pierre Cholier, prévôt des marchands de Lyon de 1716 à 1723, pour se faire connaître du Maréchal de Villeroy :

  • 19 Ibid, fol. 80v

« Je fus le même jour sur le soir chez M. le prévôt des marchands pour le remercier, sachant bien qu’il avait eu bonne part à ma nomination par les témoignages avantageux qu’il avait rendus de moi au maréchal de Villeroy et en toutes sortes de rencontres. »19

13Ces exemples posent la question des origines de la nomination des échevins et des prévôts des marchands pour en comprendre les dynamiques sous-jacentes et les confronter à la vision que Léonard Michon porte sur la sphère politique lyonnaise.

Quelques analyses quantitatives sur le milieu consulaire

14En prenant comme point de départ les informations données par Léonard Michon, nous nous sommes intéressés, dans un premier temps, à la composition du corps consulaire sur une période correspondant à la durée des « Mémoires » (de 1715 à 1744), avant d’étendre nos recherches plus en amont, à partir de 1680. Cela nous a permis d’intégrer la génération d’échevins et de prévôts des marchands antérieure à celle de Michon afin d’observer d’éventuelles évolutions entre la fin du xviie siècle et le début du xviiie siècle.

Le cumul d’activités

  • 20 C. Brossette, Histoire abrégée ou Eloge historique de la ville de Lion, Lyon, Girin, 1711. Du même (...)
  • 21 http://symogih.org. La base de données collaborative du LARHRA s’appuie sur la méthode SyMoGIH d’at (...)

15Nous nous sommes appuyés sur la liste des échevins et prévôts des marchands dressée par Claude Brossette en 1711 et complétée en 172620. Nous avons collecté dans la base de données collaborative du LARHRA21 les informations relatives aux exercices de fonctions d’échevin et de prévôt des marchands entre 1680 et 1740. Les dossiers rouges du fonds Frécon sur les familles consulaires lyonnaises ainsi que les informations tirées du Journal de Lyon ont également permis de compléter les données prosopographiques sur ces individus. Pour chacun d’entre eux, nous avons cherché à identifier les situations de cumul d’activité entre l’échevinage et une charge au sein d’une autre institution. Il s’agit de mettre à jour la diversité institutionnelle au sein du consulat et de vérifier notamment si, comme le dit Michon, le bureau des finances a été écarté des fonctions municipales.

  • 22 R est un logiciel de statistiques qui permet le traitement de masse d’informations. Il est de plus (...)
  • 23 L. Beauguitte. L’analyse des graphes bipartis, 2013. bipartis, halshs-00794976v1

16Les informations de la base de données ont été extraites et traitées à l’aide du logiciel R22 et sont présentées ici sous la forme de réseaux de relations (Fig. 1 et Fig. 2) avec d’un côté des individus (cercles blancs) et de l’autre les compagnies de la ville (bureau des finances, cour des monnaies, sénéchaussée et présidial et consulat). Ce type de réseau est dit « biparti » dans la mesure où les sommets du graphe correspondent à deux types d’éléments différents23 : des individus et des acteurs collectifs. Chaque lien symbolise l’exercice d’une fonction au sein de l’institution à laquelle l’acteur est relié.

17L’algorithme Fruchterman-Reingold, utilisé pour disposer automatiquement les nœuds dans l’espace, place les personnes cumulant deux fonctions institutionnelles entre les carrés de couleur représentant les institutions (en rouge le consulat, en bleu le bureau des finances, en vert la cour des monnaies et en gris la sénéchaussée et le siège présidial avant qu’ils ne soient fusionnés à la cour des monnaies en 1705). Nous dénombrons sur un total de 139 échevins et prévôts des marchands, 25 cumuls de charge. De manière générale, l’exercice du pouvoir municipal n’est pas incompatible avec la détention d’un office dans une autre institution puisqu’il y a constamment un voire deux officiers en double activité au sein du consulat. Du côté des institutions, l’initiative est même encouragée, comme le précise Léonard Michon pour sa compagnie :

  • 24 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 22v.

« Il n’était plus le cas, dans notre compagnie, de faire les délicats sur le sujet de l’échevinage. Depuis quatre ou cinq ans, les difficultés sur cela s’aplanissaient de jour en jour et l’on ne doutait plus que les deux tiers des officiers qui n’ont pas acquis la noblesse de race ne souhaitassent très fort d’être nommés échevins pour l’acquérir […] C’est pourquoi la compagnie, d’une commune voix, convint qu’il n’avait pas à hésiter pour accepter l’échevinage. »24

18En nous essayant à une représentation chronologique (Fig. 3) des mêmes données, nous avons produit un graphique comptabilisant le nombre de cumulant au sein du consulat et leur origine institutionnelle. Seules sont dénombrées les personnes en double activité, c’est pourquoi nous n’atteignons jamais le chiffre total de cinq membres consulaires.

  • 25 L’édit d’avril 1705 prévoyait que les officiers de la sénéchaussée et du siège présidial soient int (...)

19Nous retrouvons une forte proportion de cumulant du côté de la sénéchaussée et de la cour des monnaies. Une lecture rapide du graphique laisserait penser que la sénéchaussée et le siège présidial de Lyon (représentés en orange) disparaissent du paysage politique local en 1704, alors qu’il s’agit en réalité de la date de création de la cour des monnaies de Lyon. En effet, pour ne pas déstabiliser la distribution des pouvoirs, cette dernière a été fusionnée à la sénéchaussée et siège présidial de la ville en 1705 à la demande du maréchal de Neufville de Villeroy, gouverneur du Lyonnais25. Il est intéressant de noter que le cumul de fonctions tend à se systématiser dans les premières décennies du xviiisiècle. Les longues prévôtés des marchands de Louis Ravat et de Pierre Cholier, qui eux-mêmes étaient conseillers à la cour des monnaies, ont contribué à faire augmenter ce chiffre. Nous remarquons l’absence de double appartenance institutionnelle pour les années 1704 à 1708 et 1730 à 1740.

20Ces deux périodes se superposent aux prévôtés des marchands de Benoît Cachet de Montezan, conseiller au parlement des Dombes, et de Camille Perrichon, secrétaire perpétuel du consulat, qui respectivement dirigent l’hôtel de ville de 1704 à 1707 et de 1730 à 1739. La composition du consulat pour ces années est formée majoritairement d’échevins venant du monde marchand. Par ailleurs, ce graphe confirme la remarque de Léonard Michon, à savoir la faible participation du bureau des finances au pouvoir consulaire. Pour la fin du xviie siècle, seuls Louis Gayot et Laurent Pianello de la Valette, trésoriers de France, ont été nommés prévôts des marchands, respectivement pour les années 1681 à 1682 et 1687 à 1688. Si pour la première moitié du xviiie siècle, les nominations semblent être davantage favorables à cette compagnie avec celles de Philippe Bourlier (1719-1720), Léonard Michon (1721-1722), Jacques Terrasse (1726-1727) et Mathieu Girard (1734-1735), elles restent encore marginales.

21De nombreuses querelles ont opposé les institutions de la ville sur des sujets comme la préséance de leurs membres ou la concurrence des pouvoirs au gré des créations ou suppressions d’offices par le roi. La voirie et la vérification des comptes de la ville ont été une source de conflits récurrents entre le bureau des finances et le consulat. La suppression des dispenses de degré de service pourrait également expliquer le regain d’intérêt des membres du bureau des finances pour les charges municipales.

L’influence sur les nominations

22Nous nous sommes également interrogés sur les relations qui peuvent influer sur la nomination au corps consulaire. Si la fonction de prévôt est complètement soumise à la volonté du roi, représenté localement par le Maréchal de Villeroy, celle d’échevin semble davantage liée à des dynamiques relationnelles. En relisant les « Mémoires » en détail, il est possible d’ajouter une dimension plus qualitative à nos précédents résultats.

23À chaque mention de la nomination des nouveaux échevins par Léonard Michon, nous avons rassemblé sous de grandes catégories les raisons dominantes qui, selon lui, ont contribué à leur promotion. Le graphique qui en découle (Fig. 4) représente les échevins de 1715 à 1740 par des carrés en nuance de gris. Ils sont rassemblés, sur l’axe des ordonnées, selon l’origine dominante de la nomination, et en abscisse selon la date de leur échevinat. Par exemple, Jean-Baptiste Goiffon, échevin pour 1717 et 1718, relève de la catégorie « Villeroy », car ce fils de paysan, selon L. Michon, est devenu médecin particulier de Madame de Villeroy et de l’archevêque de Lyon, tous deux enfants du Maréchal de Villeroy. Sa nomination à l’échevinat qui intervient quelques années seulement après la prise de fonction de l’archevêque en 1715, laisse entendre que celui-ci a œuvré en faveur de la nomination de son médecin. Nous remarquons également que l’influence de la famille de Villeroy est plus forte au moment où le Maréchal est exilé en ses terres de Neufville par le Régent en 1722. Son ingérence dans les affaires publiques se ressent alors très fortement au moment des nominations, mais il meurt en 1730, suivi une année plus tard par son fils, l’archevêque de Lyon.

24De manière générale, le prévôt des marchands apparaît comme l’intermédiaire privilégié des échevins postulants. Sa mainmise sur les nominations s’intensifie des années 1730 à 1740 durant la longue prévôté de Camille Perrichon. En effet, à la mort du Maréchal de Villeroy, le duc de Villeroy souhaite garder le contrôle de Lyon en maintenant son homme de confiance à la tête du consulat. Il réussira à le faire pendant dix années durant lesquelles Camille Perrichon est seul maître à bord et verrouille totalement l’entrée au consulat. Non seulement il délaisse le milieu des officiers (ce que nous avions remarqué dans le graphique précédent), mais :

  • 26 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 5, fol. 51r.

« Il inquiéta et tourmenta toutes les compagnies et presque toutes les communautés de la ville, soit pour les dégrader ou avilir, soit pour mettre entre elles la jalousie ou la division afin de les affaiblir. »26

25Cependant, il favorise son propre réseau relationnel, ce qui oblige la haute bourgeoisie lyonnaise à changer de stratégies et à recourir à de nouveaux intermédiaires. Sur le graphique, les carrés les plus sombres du graphique apparaissent effectivement au même moment et représentent le recours à de nouveaux intercesseurs que sont les personnes de la Cour et surtout l’intendant de Lyon, Pierre Poulletier. C’est le cas de Claude Gillet, subdélégué général de l’intendant, qui ne doit sa nomination qu’à la ténacité de Pierre Poulletier.

  • 27 Ibid., fol. 143r-143v.

« Il y a même quelques années que l’intendant le demandait à M. Perrichon sans l’avoir pu obtenir quoique ce dernier le lui eut promis. M. Poulletier l’a pris à la fin sérieusement et M. Perrichon n’a pu s’en défendre. »27

26En présentant dans cet article quelques extraits du « Journal » de Léonard Michon, nous percevons toute la richesse de cette source encore inédite. Son auteur, témoin in situ des rouages du pouvoir, nous pousse à renouveler notre regard sur l’histoire des institutions lyonnaises et à procéder à de nouvelles analyses par l’utilisation des méthodes quantitatives et des bases de données. Le consulat de Lyon reste au centre des stratégies individuelles pour accéder à l’échevinat qui, au-delà de la dimension prestigieuse de la fonction, était l’un des chemins les plus courts pour atteindre la noblesse dite « de cloche ». Si l’exercice d’offices dans d’autres institutions de la ville permet d’étendre son réseau de connaissance et de marquer son statut social, l’appui de personnages puissants – qu’ils soient locaux comme le prévôt des marchands et l’intendant ou de la noblesse de sang comme les Villeroy – est recherché avant tout, mais prive le corps consulaire d’une relative indépendance politique.

Bibliographie

Bayard Françoise, Vivre à Lyon sous l’Ancien régime, Paris, Perrin, 1997.

Beauguitte Laurent, L’analyse des graphes bipartis, 2013 <halshs-00794976>

Beghain Patrice, Benoit Bruno, Corneloup Gérard et ThÉvenon Bruno (coord.), Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, S. Bachès, 2009.

Beretta Francesco et Vernus Pierre, « Le projet SyMoGIH et la modélisation de l’information : une opération scientifique au service de l’histoire », Les Carnets du LARHRA, 2012, p. 81-107.

Brossette Claude, Histoire abrégée ou Éloge historique de la ville de Lion, Lyon, Jean-Baptiste Girin éd., 1711.

Brossette Claude, Suite de l’Eloge historique de la ville de Lion, Lyon, Jean-Baptiste Girin éd., 1726.

Bluche François, Durye Pierre, L’anoblissement par charge avant 1789, 2e éd., Paris, ICC, 2003.

Charavay Éric, « Les échevins et les prévôts des marchands lyonnais de la première moitié du xviiie siècle », Mémoire de maîtrise sous la direction de Bayard Françoise, Université Paris-Sorbonne, 1999.

Cuer Georges, « Lyon et le pouvoir central », Dissertation de l’École nationale des Chartes, Paris, 1983, 3 volumes.

Cuer Georges, « Léonard Michon, chroniqueur lyonnais du xviiie siècle », dans Actes des journées d’études de l’Union des Sociétés historiques du Rhône, 1993, p.71-86.

Deharbe Karine, Le bureau des finances de la généralité de Lyon, xvie-xviiie siècles, Aspects institutionnels et juridiques, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2010.

Garden Maurice, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

Gutton Jean-Pierre (dir.), L’Intendance de Lyonnais, Beaujolais, Forez en 1698 et en 1762 : édition critique du mémoire rédigé par Lambert d’Herbigny et des observations et compléments de La Michodière, Paris, CTHS, 1992.

Privat-Savigny Maria-Anne (dir.), Lyon au xviiie : un siècle surprenant, catalogue d’exposition, musée d’histoire de Lyon, 22 novembre 2012 – 5 mai 2013, Paris, Somogy, Musées Gadagne, 2012.

Vial Eugène, « Les receveurs ou trésoriers de la ville de Lyon », Revue d’histoire de Lyon, vol. VIII, (1909), p. 373-396.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Réseau des membres des quatre institutions lyonnaises : Consulat (rouge), Bureau des Finances (bleu), Sénéchaussée (gris), Cour des monnaies (vert).

Figure 1 : Réseau des membres des quatre institutions lyonnaises : Consulat (rouge), Bureau des Finances (bleu), Sénéchaussée (gris), Cour des monnaies (vert).

Figure 2 : Réseau simplifié des membres qui cumulent une activité institutionnelle.

Figure 2 : Réseau simplifié des membres qui cumulent une activité institutionnelle.

Figure 3 : Catégorisation de l’influence sur les nominations des échevins selon les Mémoires de Léonard Michon.

Figure 3 : Catégorisation de l’influence sur les nominations des échevins selon les Mémoires de Léonard Michon.

Graphique 1 : Nombre et origine institutionnelle des cumulants au sein du Consulat de Lyon pour la période 1680-1740.

Graphique 1 : Nombre et origine institutionnelle des cumulants au sein du Consulat de Lyon pour la période 1680-1740.

Notes

1 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon ou Mémoires historiques et politiques de ce qui s’est passé de plus remarquable dans la ville de Lyon et dans la province depuis le commencement du dix-huitième siècle jusqu’à présent », 7 volumes. Voir la description faite dans l’ouvrage, M. A. Privat-Savigny (dir.), Lyon au xviiie : un siècle surprenant, Paris, Somogy édition d’art, catalogue d’exposition, Musées Gadagne, 2012.

2 L’édition critique des « Mémoires » de Léonard Michon est réalisée dans le cadre de ma thèse de doctorat sous la direction de Bernard Hours au sein de l’équipe du Pôle Histoire numérique du LARHRA. Une plateforme web sera dédiée à la mise en ligne du contenu et à la visualisation des données.

3 E. Vial, « Les receveurs ou trésoriers de la ville de Lyon », Revue d’histoire de Lyon, vol. VIII, (1909), p. 373-396.

4 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 1, fol. 269.2.

5 J.-P. Gutton (dir.), L’Intendance de Lyonnais, Beaujolais, Forez en 1698 et en 1762 : édition critique du mémoire rédigé par Lambert d’Herbigny et des observations et compléments de La Michodière, Paris, CTHS, 1992.

6 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 1, fol. 269.2v.

7 G. Cuer, « Léonard Michon, chroniqueur lyonnais du xviiie siècle », dans Actes des journées d’études de l’Union des Sociétés historiques du Rhône, 1993, p.71-86.

8 Notons par exemple, le passage à Lyon de deux ambassadeurs : Mehmet Riza Beg venant de Perse en 1715 et Mehmet Effendi, ambassadeur ottoman, en 1720.

9 P. Beghain, B. Benoit, G. Corneloup et B. Thévenon (coord.), Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, S. Bachès, 2009. F. Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien régime, Paris, Perrin, 1997. M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 501-506. G. Cuer, Lyon et le pouvoir central, Dissertation de l’École nationale des Chartes, Paris, 1983.

10 G. Cuer, op. cit., p. 7.

11 F. Bluche, P. Durye, L’anoblissement par charge avant 1789, 2e éd., Paris, ICC, 2003.

12 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 22v.

13 E. Charavay, Les échevins et les prévôts des marchands lyonnais de la première moitié du xviiisiècle. Mémoire de maîtrise sous la direction de Bayard Françoise, Université Paris-Sorbonne, 1999.

14 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 21v-22r.

15 Par l’édit de 1704, la compagnie acquit le privilège de donner une dispense de service à deux de ses officiers tous les cinq ans. Avec cette dispense, il était possible d’obtenir la noblesse sans l’obligation de servir vingt ans soi-même et son descendant.

16 K. Deharbe, Le bureau des finances de la généralité de Lyon xvie-xviiie siècles, Aspects institutionnels et juridiques, xvie-xviiie siècles, Paris, CHEFF, 2010, p. 105.

17 François de Neufville de Villeroy, maréchal de France, ami d’enfance de Louis XIV est gouverneur du Lyonnais depuis 1685. Son fils, François Paul de Neufville de Villeroy est nommé archevêque de Lyon en 1714.

18 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 22r.

19 Ibid, fol. 80v

20 C. Brossette, Histoire abrégée ou Eloge historique de la ville de Lion, Lyon, Girin, 1711. Du même auteur, Suite de l’Eloge historique de la ville de Lion, Lyon, Girin, 1726.

21 http://symogih.org. La base de données collaborative du LARHRA s’appuie sur la méthode SyMoGIH d’atomisation des données historiques. Cette méthode permet un travail cumulatif de collecte de données par les chercheurs du laboratoire quelle que soit la période ou la thématique de recherche. Sur la méthode SyMoGIH voir F. Beretta, P. Vernus, « Le projet SyMoGIH et la modélisation de l’information : une opération scientifique au service de l’histoire. », Les Carnets du LARHRA, 2012, p. 81-107.

22 R est un logiciel de statistiques qui permet le traitement de masse d’informations. Il est de plus en plus utilisé en sciences humaines et sociales, notamment pour l’analyse de réseaux avec le package igraph qui est utilisé dans cette démonstration.

23 L. Beauguitte. L’analyse des graphes bipartis, 2013. bipartis, halshs-00794976v1

24 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 2, fol. 22v.

25 L’édit d’avril 1705 prévoyait que les officiers de la sénéchaussée et du siège présidial soient intégrés à charge équivalente au sein de la cour des monnaies afin de ne pas créer de nouveaux offices qui, selon le Maréchal de Villeroy, auraient pu détourner les riches marchands de leur négoce et déstabiliser l’économie locale. G. Cuer, op. cit., p. 54.

26 Musées Gadagne de Lyon, Inv. N 24811, « Journal de Lyon... », volume 5, fol. 51r.

27 Ibid., fol. 143r-143v.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Réseau des membres des quatre institutions lyonnaises : Consulat (rouge), Bureau des Finances (bleu), Sénéchaussée (gris), Cour des monnaies (vert).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2 : Réseau simplifié des membres qui cumulent une activité institutionnelle.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3 : Catégorisation de l’influence sur les nominations des échevins selon les Mémoires de Léonard Michon.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2264/img-3.png
Fichier image/png, 136k
Titre Graphique 1 : Nombre et origine institutionnelle des cumulants au sein du Consulat de Lyon pour la période 1680-1740.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2264/img-4.png
Fichier image/png, 94k

Auteur

Doctorante en Histoire Moderne, LARHRA (Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes), UMR5190 (Pôle Histoire Numérique), Université Jean Moulin Lyon 3

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access