Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Au service de l’économie

Famille et réseaux sociaux de l’élite sucrière martiniquaise (fin xixe-début xxe siècle)

Marie Hardy

Résumé

L’historiographie a très peu porté sur la société martiniquaise et encore bien moins sur la population libre blanche formant l’élite de l’ancienne colonie. La recherche historique actuelle reste encore empreinte de non-dits sur cette classe « dominante ». Pourtant l’intérêt d’un tel sujet est indéniable dans l’appréhension des réseaux sociaux qui participent à l’identité du groupe social blanc et in fine de la société martiniquaise dans son ensemble. La toute récente thèse en histoire sociale sur le monde du café à la Martinique des xviiie et xixe siècles a montré que l’univers blanc est parcellaire, la majorité de la population blanche appartient à un groupe social intermédiaire qui s’oppose dans ses pratiques et ses réseaux sociaux à l’élite sucrière blanche. L’abondante correspondance d’une famille martiniquaise confrontée aux archives notariales révèle les pratiques sociales et les stratégies matrimoniales d’une famille caféière dans ses débuts, sucrière ensuite, industrielle enfin.

Texte intégral

  • 1 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire ».

1L’article de Claire Lemercier1 a fait apparaître l’intérêt de l’analyse formelle des sources pour l’approche des réseaux sociaux en histoire. Néanmoins, l’hétérogénéité des sources consultées pour la présente communication n’a pas permis d’envisager une telle approche. L’analyse présentée aujourd’hui est donc qualitative, elle repose sur le croisement et l’étude d’actes notariés, d’actes d’état-civil, de papiers de famille, de correspondance, de papiers d’entreprise. Elle a fait émerger l’histoire sociale d’une famille créole martiniquaise sur près de deux siècles (fin xviiie-milieu xxe siècle), dont je voudrais tenter aujourd’hui une approche réticulaire. La société martiniquaise est très complexe en ce qu’elle repose sur une structuration à la fois économique et « raciale ». Le premier graphique (fig. 1) donne un aperçu de la structuration de la société martiniquaise à la fin du xixe siècle. Le second, réalisé à partir des résultats de la présente étude, organise les groupes sociaux martiniquais en fonction des différents types de réseaux en interaction.

2Ma thèse soutenue en juin dernier étudie les propriétaires d’habitations caféières en Martinique aux xviiie et xixe siècles, elle regroupe ces individus dans une catégorie intermédiaire essayant d’en comprendre l’originalité tout autant que la particularité. Elle a mis en évidence une société caféière complexe incluant petits et grands propriétaires, blancs ou de couleur. L’homogénéité du groupe repose sur un unique élément, celui de la différenciation que la société créole appliquait à ce corps. Petits ou grands, ils n’étaient que de simples caféiers ne pouvant aspirer au statut et à l’honorabilité des sucriers qui seuls bénéficiaient de la reconnaissance sociale.

  • 2 V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle : quel intérê (...)

3Ensuite, l’étude de l’univers sucrier des xixe et xxe siècles m’a permis d’appréhender l’élite sucrière au plus près de sa réalité sociale grâce à l’étude des papiers d’une famille martiniquaise. Cette dernière est issue de petits propriétaires caféiers aux xviie et xviiie siècles, révélant ainsi l’aspect mouvant et imbriqué de la société martiniquaise. Les possibilités d’évolution économique sont grandes pour qui sait s’adapter aux mutations structurelles de l’île. Cette famille a su en l’espace de trois siècles se reconvertir et faire preuve d’adaptation à chaque grand tournant de l’histoire martiniquaise. Elle délaisse la culture du café et se reconvertit dans la canne juste avant la faillite de la filière caféière qui s’opère après la période révolutionnaire martiniquaise (1789–1815). Elle se rapproche du milieu industriel sucrier à la fin du xixe siècle. Enfin, elle est à la tête des usines du sud de la Martinique, agrandit ses propriétés terriennes et s’implique activement dans la vie politique de l’île au début du xxe siècle. À mesure de sa réussite socio-économique, cette famille change de pratiques sociales, son réseau évolue quelque peu mais correspond globalement aux pratiques communautaristes métropolitaines du xixe siècle mises en évidence dans l’étude de François Gourdon2.

4Cette communication tente une approche de l’évolution du réseau social de cette famille qui appartenait encore à la catégorie intermédiaire des caféiers à la fin du xviiie siècle et qui devient constitutive de l’élite sucrière à la fin du xixe et au xxe siècle. Comment le réseau social de cette famille à l’ascension socio-économique fulgurante évolue-t-il au rythme des décennies ? Quelle est son identité familiale et comment se construit-elle ? Comment l’interdépendance et les liens résistent-ils ? Il s’agit de recomposer des trajectoires à travers une continuité spatiale et sociale. Comment s’établit et se pérennise la continuité familiale au fil des générations ?

Présentation de la notion de « réseau » pour le sujet

5Pour cette analyse, j’entendrais sous la notion de « réseau » les relations tissées ponctuellement ou non par une communauté avec des personnes n’intégrant pas forcément à terme la communauté. Il s’agit donc du tissu relationnel d’un groupe social à une occasion particulière ou à long terme, constitué dans un but précis. Je ne conçois pas le réseau social comme une communauté en ce que l’intégration à la communauté des personnes composant le réseau ne s’opère pas systématiquement. La communauté est de fait moins ouverte que son réseau peut l’être dans sa totalité. Le réseau concerne les liens sociaux à la fois internes et externes des composantes du groupe. Je le définis comme participant et à la fois procédant de la dynamique des relations sociales, des modes de sociabilités, des interconnexions qui participent à l’ascension comme à la cohésion d’un groupe, d’une communauté ou d’une famille. Pour ce sujet, il s’agirait de comprendre si l’hégémonie économique de certains sucriers à la fin du xixe siècle s’est établie par la mise en place d’un réseau social ponctuel et opportun ?

L’objet d’étude : famille ou communauté ?

6La famille étudiée intègre à partir de la fin du xixe siècle le groupe des « grands békés » : élite de la communauté du même nom, groupe social appartenant depuis son origine à la société martiniquaise, elle même hiérarchisée suivant deux critères essentiels : la couleur et le statut économique. L’étymologie du terme béké n’a jamais fait l’objet de recherches poussées, à tel point que l’imprécision demeure quant à la période de l’émergence de ce terme dans les anciennes colonies françaises. Les périodiques du début du xxe siècle témoignent déjà de l’existence et de l’utilisation de ce terme.

7En 1906, la presse se fait l’écho des débats portant sur la définition du terme. L’Opinion, organe de la démocratie martiniquaise, en donne la définition suivante :

  • 3 L’Opinion, organe de la démocratie martiniquaise, jeudi 21 juin 1906, n° 1354.

« Le béké, il faut bien se le dire, le béké n’est pas toujours le blanc, c’est l’homme qui ayant la peau blanche a désir de voir ressusciter à son profit, les anciens privilèges dont bénéficiaient ici les patrons sous le régime monarchique ou sous le régime impérial. »3

  • 4 P. M. Hasse, « Knowledge, Power and International Policy Coordination », p. 139.

8On conçoit que ce terme renvoie pour beaucoup à une conception négative et péjorative de la place que le blanc créole tient dans la société coloniale. Ce terme correspondrait à la catégorie des blancs créoles qui formerait ce que Peter Hass désigne sous le terme de « communauté épistémique » et qui partagerait dans une combinaison unique et exceptionnelle des intérêts, des valeurs, un projet politique mais aussi des « croyances causales » (« base consensuelle de connaissances techniques appliquée à l’interprétation commune d’un problème »)4. La cohésion du groupe implique l’existence de forces d’unifications plus importantes que celles de segmentation qui en dissipent souvent l’efficience.

  • 5 É. Kovats Beaudoux, Les Blancs créoles de la Martinique, une minorité dominante.
  • 6 « La solidarité organique existe grâce à des individus qui choisissent d’appartenir à un ou plusieu (...)

9Je ne reviendrai pas sur l’étude de la communauté qu’Édith Kovats Beaudoux a particulièrement bien définie dans son ensemble dans les années 19605. Je tenterai ici de comprendre comment une famille parvient à devenir une entité autonome tout en faisant partie de l’ensemble. Le critère qui pose d’emblée question est celui de l’étonnante cohésion qui ressort des faits observés. Il est vrai que le groupe étudié est une famille ; elle bénéficie donc de la solidarité que Durkheim (dans De la division du travail social, 1893) qualifie de « solidarité mécanique », mais les choix qu’elle opère pour l’application de sa « solidarité organique »6 la transforment en communauté. La préoccupation et l’objectif communs sont l’élévation socio-économique et la pérennisation du groupe familial, ce qui tranche nettement avec la pratique courante centrée sur la figure dominante.

Le mariage, quel réseau familial ? Un réseau ouvert sur l’extérieur ?

  • 7 L. Page Moch, « Networks among Bretons? The evidence for Paris, 1875-1925 », cité dans V. Gourdon, (...)

10L’étude de la généalogie de cette famille révèle une forte endogamie. Du xviie siècle au milieu du xxe siècle, sur un ensemble de 63 mariages, 47 sont endogames (sept sont exogames : six avec des métropolitains, un avec un Guadeloupéen, et deux sont des mésalliances). Selon Leslie Page Moch, l’étude des témoins de mariages civils est « une des rares voies d’approche des réseaux sociaux concrets des individus au-delà des limites du ménage »7. Les actes de mariage étudiés concernent une fratrie de six frères dont un se marie deux fois, l’échantillon de l’étude concerne donc sept mariages soit un nombre très restreint. Le regard critique de l’historien se doit de marquer un certain recul par rapport à cet effectif réduit, néanmoins, celui-ci concerne l’ensemble de la fratrie ; il donne donc une vision d’ensemble exhaustive de ses pratiques sociales, échelonnées sur presque deux décennies, entre 1871 et 1898. Au sein de cette fratrie, la tendance générale est l’entre-soi familial.

11V. Gourdon explique qu’il s’agit d’une caractéristique de la culture bourgeoise du xixe siècle :

  • 8 V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle », p. 75.

« Marquant l’unité et la continuité du groupe […]. La ritualisation du mariage comme mise en scène de la famille est particulièrement poussée dans les codes de savoir-vivre qui décrivent sur un plan normatif les mœurs de la grande bourgeoisie à l’usage d’un public élargi à l’ensemble des classes moyennes : ne s’agit-il pas de célébrer, davantage que l’union de deux êtres, celle de deux lignées ? »8

  • 9 B. Gamba, « Histoire du mariage d’après les codes de savoir-vivre (xixe-xxe siècles) », p. 109, cit (...)

12Au sein de la famille étudiée, le recours à des témoins extérieurs correspond à un quart seulement des effectifs. Dans la majorité des cas, il s’agit d’amis des époux. Ici encore, la pratique est commune à celle de la bourgeoisie occidentale qui sélectionne dans son réseau ceux « qui par leur situation sociale, ont acquis une certaine notoriété »9.

13La moyenne d’âge des amis sélectionnés pour témoigner est élevée (50 ans), celle des témoins familiaux essentiellement des frères et des oncles germains est de 44 ans. On observe une différence notable entre les deux moyennes, différence qui ne suit pourtant pas la logique de la composition des deux catégories. Les témoins familiaux sont dans un tiers des cas les oncles des époux ce qui élève considérablement la moyenne d’âge. Les témoins extérieurs sont dans la très grande majorité des cas les amis des époux et devraient alors avoir un âge sensiblement égal aux époux, âgés d’en moyenne 33 ans pour les hommes, et de 21 ans pour les femmes. Un seul des témoins extérieurs n’est pas déclaré comme ami des époux, l’officier d’état-civil déclare qu’il a été « requis par les composantes ».

14Il s’agit d’E. Bougenot, ingénieur métropolitain qui participera au développement de l’industrialisation sucrière à la Martinique. Ce témoin est cité en premier et constitue un hôte de marque en ce qu’il représente par sa position, la porte d’entrée du monde usinier. C’est à la fin des années 1860 que le père et patriarche de la fratrie en question, sucrier, comprend l’intérêt qu’il aurait à s’en rapprocher, compte tenu de l’étendue des compétences du brillant ingénieur. Il lui confie un de ses fils en 1868 aux fins de parfaire sa formation. Le virage vers l’industrialisation est amorcé par le biais de cette grande figure martiniquaise qui apparait deux fois en guise de témoins dans les sept mariages.

15Ceci reproduit le schéma d’alliances stratégiques opéré un demi-siècle auparavant permettant le passage de la sphère caféière au monde sucrier. Mutation à laquelle tout caféier aspirait dans la colonie. Au fil des décennies, on constate une évolution du profil des témoins, ils appartiennent dans un premier temps presque exclusivement à la sphère des exploitants terriens. Les alliances évoluent ensuite vers le monde du négoce auquel il convient de s’associer, dans une colonie où les denrées se vendent par le biais de cette corporation. Ces évolutions procèdent de l’ascension sociale qui les sous-tend, fruit du travail et des choix judicieux qui l’ont conduit à sa valeur ajoutée. À la fin du xixe siècle, le réseau s’élargit au monde industriel qui seul permet la pérennisation de l’économie sucrière.

Une unité économique familiale forte, un réseau social horizontal

  • 10 É. Kovats Beaudoux, Mariage et cohésion sociale chez les blancs créoles de la Martinique, p. 60.

16Selon Édith Kovats, des tensions très réelles existent à tous les niveaux dans le groupe béké, notamment au moment de l’héritage. Elle explique qu’« il y a même des cas où ces tensions sont à la base d’une désagrégation au niveau familial »10. Pour le cas étudié, la correspondance familiale, les comptes de tutelle et les successions révèlent une famille soudée ; ainsi les comptes du père sont ceux de ses enfants.

  • 11 Fondation Clément, fonds usine du Petit-Bourg, F004.1P7, copie-lettre, lettre du 7 juin 1927.

17Depuis le début du xixe siècle jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle, le patriarche familial tient le compte de toute la famille. En fait, l’affaire est familiale, toutes les habitations sucreries possédées par la famille sont communes et indivises. Il en va de même pour l’usine familiale qui exploite les cannes produites sur les propriétés des uns et des autres ; les dividendes de cette dernière vont dans une caisse commune et sont ensuite répartis11. La famille est intimement liée, de sorte que chacun des membres contribue à la hauteur de ses capacités à la fortune et à la pérennisation de l’affaire familiale. Ainsi en 1883, l’oncle est en relation régulière (tous les quinze jours) avec son neveu localisé à Saint-Pierre, lequel est chargé de ses commissions. La correspondance fait mention de livraisons destinées à l’ensemble des habitations familiales. Chaque membre de la famille a sa fonction propre, sa spécialisation, et agit alors pour toute la famille.

  • 12 Fondation Clément, fonds Usine de Rivière-Salée, F006.01, lettre du 6 décembre 1879.

18L’entre-soi est palpable, la famille se rejoint pour les congés (les hauteurs du Morne-Rouge ou du Diamant pour un changement d’air)12. Une ambition commune régit l’activité de l’ensemble masculin de la famille :

  • 13 Fondation Clément, fonds Usine de Rivière-Salée, F006.01, lettre du 20 avril 1880.

« Il y a là un devoir pour toi et pour moi, et ce serait être coupable vis-à-vis de Louise, tes enfants, et nos intérêts que de ne pas nous occuper affectueusement et journellement de l’habitation. Surtout pour la préparation des terres. »13

19L’étude de cette famille révèle un groupe uni et soudé dans l’affaire économique familiale. Son endogamie est le fruit de cette forte solidarité familiale comme de son fonctionnement quasi autarcique. Les jeunes s’intéressent de ce fait à leurs cousins et cousines, qu’ils rencontrent à l’occasion des réunions familiales régulières au cours du déjeuner dominical sur la propriété familiale. Ces unions qui participent, par l’absence de segmentations patrimoniales, à la pérennisation de l’outil de travail au sein de la famille, sont donc bien vues et encouragées. La famille ne se démarque pas en cela, du groupe social auquel elle appartient.

20On voit apparaître dans cette analyse la place secondaire que tiennent les femmes au sein de cette famille. Au rythme de la correspondance, leur rôle apparaît comme en filigrane, certes un rôle de second plan dans ce système patriarcal, mais un rôle de soutien et de base avancée dans les stratégies de conquête familiale à travers le mariage. En effet, chose étonnante, alors que les femmes entretiennent habituellement une abondante correspondance, dans ce cas de figure la correspondance familiale est très peu témoin de courriers émanant de la plume de femmes. Ces dernières apparaissent alors de manière ponctuelle sous l’égide d’un mari ou d’un père. En 1888, les recommandations que donne un père à sa fille quelques jours après son mariage donne la ligne directrice de l’esprit familial :

  • 14 Fondation Clément, F031/01/0014, correspondance Plissonneau 1888.

« Tu venais de prendre la direction de ton ménage, chose qui t’avait été facile par la bonté de Gabriel pour toi. J’espère qu’avec la grâce de Dieu elle continuera. Gabriel en me quittant me l’a formellement promis et je compte sur cette promesse à toi ma fille à savoir attirer et conserver sa confiance en prenant part à tout ce qui peut l’intéresser et par ce fait t’intéresser aussi maintenant que ta vie est à deux, aussi intéressés l’un que l’autre à la réussite de vos petites affaires. »14

21Dans cette famille où l’industrie est la source de la réussite économique, les femmes tiennent un rôle de second plan et cela dès la fin du xviiie siècle.

  • 15 P. Dessalles, La vie d’un colon à la Martinique au xixe siècle. Correspondance 1808-1834, p. 55.
  • 16 M. Hardy, Le monde du café à la Martinique du début du xviiie aux années 1860.

22Ce constat est avéré par la répétition d’un même modèle à plusieurs années d’intervalle : le décès brutal d’un époux génère le veuvage précoce d’une jeune mère de plusieurs enfants, qui se retrouve à la tête d’un important patrimoine foncier. Tout naturellement, le frère le plus proche prend la direction des affaires économiques pérennisant ainsi la structure patriarcale de la famille. Les femmes sont donc écartées de la gestion par leur époux ou par leurs frères, néanmoins la teneur de la précédente lettre laisse envisager le degré d’instruction de ces femmes épouses qui indirectement tiennent une place d’écoute, de conseils et qui sont de la sorte averties des affaires économiques de la famille. On peut aisément comparer la situation et la place que tiennent les femmes de cette famille à celle qu’avait la mère de Pierre Dessalles. Ce dernier lui rendit compte quasi quotidiennement de la gestion de ses deux habitations, pendant dix ans à compter du départ en 1822 de celle-ci pour la métropole15. On est cependant très éloignés du rôle de choix que tenait la majorité des femmes blanches, ou libres de couleur, propriétaires d’exploitations caféières martiniquaises qui géraient et exploitaient seules leur habitation16.

Liens horizontaux et verticaux, intérieurs et extérieurs à l’oligarchie

  • 17 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire ».

23En opposition avec l’analyse historiographique traditionnelle qui a tendu à faire de l’oligarchie un bloc de pouvoir séparé du reste de la population qu’elle domine, les études actuelles s’attachent à révéler la complexité des relations unissant différents groupes composant la société17. Dans cette mouvance, nous tenterons ici d’analyser les liaisons qui président entre la classe sucrière et l’élite de couleur (les deux reproduisant sensiblement les mêmes schémas internes) occupant la représentation politique de l’île à partir des années 1870, tout autant que celles qu’elle entretient avec les couches inférieures de la société gravitant autour d’elle. Quel parti prend ce groupe social dans le choix de ses relations, quels réseaux construit-il et dans quel but ?

24Édith Kovats, anthropologue de formation, explique que le groupe des blancs créoles doit faire face à des forces de dislocations, à des pressions externes. Il s’agit, selon elle :

  • 18 É. Kovats Beaudoux, Mariage et cohésion sociale chez les blancs créoles de la Martinique, p. 58.

« Des métropolitains qui essayent de planifier et diriger l’économie à travers leurs représentants politiques et économiques ensuite celles des éléments de couleur, que ce soit la classe ouvrière avec ses revendications, ou encore la bourgeoisie qui par sa concurrence menace les intérêts des békés. »18

25L’environnement immédiat des petits blancs des mornes correspond à une sphère de couleur et de « petits habitants ». Un rapport de l’audience de la cour d’assises du Fort-Royal daté du 18 août 1841 donne un aperçu du quotidien au sein des campagnes martiniquaises, composées de petites habitations et des cases disséminées çà et là. Les relations inter-voisinages sont régulières, naturelles et se font, à en croire le rapport, sans discrimination de couleur. Dans les mornes de l’île, composés essentiellement de petites propriétés, la proximité de celles-ci favorise le brassage et les relations entre les différentes « races » évoluant au sein de ce territoire. Dans ce sens voici ce que dit le rapport d’audience :

  • 19 Fondation Clément, F031.01.0001, extrait de plaidoirie à la cours d’assises de Fort-Royal le 18 aoû (...)

« Il faut que nous vous engagions dans ce sentier, qui monte à toutes ces différentes cases d’habitation ; que nous vous apprenions, la montre à la main, quelles courtes et rapides distances séparent toutes ces races voisines. »19

  • 20 « Par exemple des domestiques vis-à-vis de leur patron » dans V. Gourdon, « Les témoins de mariage (...)
  • 21 Fondation Clément, F031.01.105, demande d’emprunt datée du 21 juin 1927.

26Au sein des grandes plantations séparées souvent par plusieurs hectares de terre, le contact est plus réservé. L’habitation sucrerie forme un tout autosuffisant qui vit en autarcie. S’en suit la création de rapports de vassalité entre le patron et ses employés, comme il en était dans les provinces françaises où la dépendance sociale et économique est parfois extrême20. Des deux côtés, chacun travaille à l’instauration d’un équilibre. Les relations entretenues ne doivent pas perturber le rapport de soumission accepté des deux côtés à travers l’instauration d’un lien de clientèle. La générosité et la magnanimité servent alors la cause. Pour le patron, elles permettent de faire du bien et de satisfaire ceux qui contribuent à faire ce qu’il est. Pour les seconds, le patron se doit d’être généreux parce qu’il en a les moyens. L’examen de la correspondance donne la mesure de la normalité que constitue pour beaucoup une demande de prêt d’argent au patron, ou tout simplement, au notable que représente à cette époque l’usinier. Les emprunts sont courants ; le patron est de la sorte un créancier. Dans les papiers de famille, les redevances de dettes sont pléthoriques, on y prête à tout va et à tout type de profil. À titre d’exemple, le 21 juin 1927, une employée fait appel à la magnanimité de son patron pour l’obtention d’un emprunt de 500 francs qui lui seront remboursés au moment de la récolte de ses cacaos. La dame en question vient de perdre son mari et parvient tout juste à subvenir aux premiers besoins de ses enfants, le prêt lui est accordé21.

27Dans un cas bien précis, les nombreuses missives reçues en guise de félicitations pour la nomination à l’ordre de la Légion d’honneur de l’usinier va dans le sens de la reconnaissance qu’engagent les bonnes actions de ce dernier qui sait se faire aimer d’un grand nombre :

  • 22 Fondation Clément, F031.03.0015, lettre de félicitation, le 25 janvier 1913.

« Le tout-puissant connait aussi votre dévouement votre charité, et il prépare à ces mérites une belle récompense »22

28ou encore :

  • 23 Fondation Clément, F031.03.0015, lettre de félicitation, le 25 janvier 1913.

« Il se réjouit vivement de voir reconnaître par le gouvernement la bonté de votre cœur et votre action utile. »23

29Parallèlement un puissant réseau relationnel est tissé avec les sphères politiques martiniquaises en leur apportant un soutien à des moments clés de l’histoire électorale martiniquaise. À la suite de l’application du suffrage universel en 1870, l’élite de couleur passe à la tête de l’administration locale. La majorité des blancs créoles se détourne de la sphère politique pour se consacrer exclusivement aux activités économiques. Le représentant de la famille étudiée, qui appartient au groupe des usiniers, s’allie à l’Entente républicaine dont les intérêts semblent à première vue bien divergents. Cet organe politique correspond à une alliance des radicaux et des socialistes en la personne de Victor Sévère et Joseph Lagrosillière. On comprend qu’il s’agit là de pactes électoraux. Voici ce que Sévère aurait dit au cours d’une assemblée politique lors du choix des candidats des législatives de 1910 :

  • 24 Fondation Clément, F031.03.0051, lettre du 30 mars 1910.

« Messieurs, […] La politique de Lagrosillière est trop violente et son action contre l’usine sera trop dure. Ces messieurs vont prendre position contre nous et comme ils sont puissants, leur action pourrait vous faire bien du mal. Ils auront tout à perdre disent les uns, l’action directe disent les autres ! »24

  • 25 Fondation Clément, F031.03.0021, lettre du 6 février 1913.

30On comprend le lien qui unit les deux hommes, V. Sévère cerne rapidement l’intérêt qu’il a à ne pas se mettre à dos le puissant lobby des usiniers. Cependant, ils finiront par avoir des relations qui dépassent l’« entente cordiale ». Voici comment V. Sévère commence une de ses lettres : « mon cher collègue et ami »25.

  • 26 Fondation Clément, F031.03.0021, lettre de Lagrosillière le 15 janvier 1914.
  • 27 É. Kovats Beaudoux, Les Blancs créoles de la Martinique, une minorité dominante, préface.
  • 28 Ibid., p. 8.

31De la même manière, notre représentant du groupe des usiniers est aussi très proche de Joseph Lagrosillière, référent des républicains socialistes martiniquais, qui lui demande le 15 janvier 1914 de bien vouloir faire partie du comité directeur de l’Entente républicaine26. Chacun cherche ses propres intérêts, toutes les alliances sont permises, les réseaux se tissent. On peut parler ici de ce que Michel Giraud désigne comme étant : « une adaptation dramatique généralisée »27 des deux groupes (blanc et de couleur) et ce qu’Édith Kovats Beautoux désigne comme un groupe « à la fois isolé et fonctionnellement intégré » pour parler des blancs créoles28. En Martinique, l’éloignement de la métropole favorise la mainmise des élites locales sur l’administration, tout comme en Chine où :

  • 29 S. Balme, Entre soi. L’élite du pouvoir dans la Chine contemporaine, p. 7.

« Dans un contexte de flou juridique et normatif quasi-total, les réseaux de clientèles sont devenus un élément régulateur et parallèle essentiel, permettant de contourner le dispositif bureaucratique communiste et les dysfonctionnements de l’économie planifiée »29

  • 30 Ibid., p. 8.

32Afin d’avoir carte blanche dans l’exercice du pouvoir il convient de s’allier le gouverneur, unique représentant de la métropole sur le territoire. « La fonctionnalité et la permanence de la relation ne dépendent pas systématiquement d’une allégeance forte des individus. Il s’agit de soutiens politiques utilitaristes qui n’intègrent pas seulement une dimension d’autorité »30. On comprend que ces alliances aient été le fruit de stratégies bien plus que le résultat de convictions politiques communes et affichées. L’étude de cette famille sur cinq générations révèle que les alliances politiques s’opèrent à titre individuel au gré des besoins et des possibilités.

33L’étude de cette famille n’offre certes qu’une illusion du fonctionnement de la société martiniquaise, mais elle permet d’approcher au plus près l’élite de la société martiniquaise permettant une analyse en amont de l’appréhension de l’unité actuelle de ce groupe. Cette étude révèle qu’au xixe et au début du xxe siècle, l’ensemble de la famille est réquisitionnée à la cause commune, cause économique essentiellement.

Bibliographie

Balme Stéphanie, Entre soi. L’élite du pouvoir dans la Chine contemporaine., s.l., Librairie Arthème Fayard, 2004.

Dessalles Pierre, La vie d’un colon à la Martinique au xixe siècle. Correspondance 1808-1834, 2e éd., Courbevoir, Henri de Frémont, 1988.

Gamba Béatrice, « Histoire du mariage d’après les codes de savoir-vivre (xixe-xxe siècles) », maîtrise d’histoire, 1998.

Gourdon Vincent, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle  : quel intérêt pour l’analyse des réseaux familiaux et sociaux  ? », Histoire, économie & société, 1er juin 2008, 27e année, no 2, p. 61-87.

Hardy Marie, « Le monde du café à la Martinique du début du xviiie aux années 1860 », thèse de doctorat d’histoire, Université des Antilles et de la Guyane, Schoelcher, 2014.

Hasse Peter M., « Knowledge, Power and International Policy Coordination », International Organisation, 1992, vol. 46, no 1.

Kovats Beaudoux Édith, Les Blancs créoles de la Martinique, une minorité dominante, s.l., L’Harmattan, 2002.

Kovats Beaudoux Édith, « Mariage et cohésion sociale chez les blancs créoles de la Martinique », maîtrise en anthropologie, Université de Montréal, s.l., 1964, 107 p.

Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, février 2005, no 52-2, p. 88-112.

Page Moch Leslie, « Networks among Bretons? The evidence for Paris, 1875-1925 », Continuity and Change, 2003, no 18 (3), p. 421-455.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Organisation sociétale post-esclavagiste (Sainton, 2009).

Figure 1 : Organisation sociétale post-esclavagiste (Sainton, 2009).

Figure 2 : Réseaux et société martiniquaise à la fin du xixe siècle.

Figure 2 : Réseaux et société martiniquaise à la fin du xixe siècle.

Notes

1 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire ».

2 V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle : quel intérêt pour l’analyse des réseaux familiaux et sociaux ? ».

3 L’Opinion, organe de la démocratie martiniquaise, jeudi 21 juin 1906, n° 1354.

4 P. M. Hasse, « Knowledge, Power and International Policy Coordination », p. 139.

5 É. Kovats Beaudoux, Les Blancs créoles de la Martinique, une minorité dominante.

6 « La solidarité organique existe grâce à des individus qui choisissent d’appartenir à un ou plusieurs groupes et à être en interaction avec d’autres. Les relations entre les individus et les groupes, chacun en retirant des avantages, est à la base de la solidarité organique. Celle-ci sera d’autant plus forte que les individus ou les groupes seront plus interdépendants les uns des autres » dans E. Kovats Beaudoux, Mariage et cohésion sociale chez les blancs créoles de la Martinique, p. 46.

7 L. Page Moch, « Networks among Bretons? The evidence for Paris, 1875-1925 », cité dans V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle : quel intérêt pour l’analyse des réseaux familiaux et sociaux  ? », p. 62.

8 V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle », p. 75.

9 B. Gamba, « Histoire du mariage d’après les codes de savoir-vivre (xixe-xxe siècles) », p. 109, cité dans V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle ».

10 É. Kovats Beaudoux, Mariage et cohésion sociale chez les blancs créoles de la Martinique, p. 60.

11 Fondation Clément, fonds usine du Petit-Bourg, F004.1P7, copie-lettre, lettre du 7 juin 1927.

12 Fondation Clément, fonds Usine de Rivière-Salée, F006.01, lettre du 6 décembre 1879.

13 Fondation Clément, fonds Usine de Rivière-Salée, F006.01, lettre du 20 avril 1880.

14 Fondation Clément, F031/01/0014, correspondance Plissonneau 1888.

15 P. Dessalles, La vie d’un colon à la Martinique au xixe siècle. Correspondance 1808-1834, p. 55.

16 M. Hardy, Le monde du café à la Martinique du début du xviiie aux années 1860.

17 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire ».

18 É. Kovats Beaudoux, Mariage et cohésion sociale chez les blancs créoles de la Martinique, p. 58.

19 Fondation Clément, F031.01.0001, extrait de plaidoirie à la cours d’assises de Fort-Royal le 18 août 1841.

20 « Par exemple des domestiques vis-à-vis de leur patron » dans V. Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle », p. 78.

21 Fondation Clément, F031.01.105, demande d’emprunt datée du 21 juin 1927.

22 Fondation Clément, F031.03.0015, lettre de félicitation, le 25 janvier 1913.

23 Fondation Clément, F031.03.0015, lettre de félicitation, le 25 janvier 1913.

24 Fondation Clément, F031.03.0051, lettre du 30 mars 1910.

25 Fondation Clément, F031.03.0021, lettre du 6 février 1913.

26 Fondation Clément, F031.03.0021, lettre de Lagrosillière le 15 janvier 1914.

27 É. Kovats Beaudoux, Les Blancs créoles de la Martinique, une minorité dominante, préface.

28 Ibid., p. 8.

29 S. Balme, Entre soi. L’élite du pouvoir dans la Chine contemporaine, p. 7.

30 Ibid., p. 8.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Organisation sociétale post-esclavagiste (Sainton, 2009).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2240/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 2 : Réseaux et société martiniquaise à la fin du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Auteur

Docteur en histoire, chargée de recherches à la fondation Clément et membre associé au laboratoire AIHP/GEODE EA929

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access