Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Au service de l’économie

Réseaux commerciaux et financement de la carrière des Indes dans la seconde moitié du xviiisiècle

Robert Chamboredon

Résumé

Les documents commerciaux contenus dans le fonds Fornier de Clausonne déposé aux Archives départementales du Gard, à commencer par le Registre des expéditions vers l’Amérique (1748-1767) et les Bilans et pièces annexes couvrant la période 1768-1786, permettent de reconstituer le réseau des correspondants de la société dirigée par les Fornier à Cadix, qui fut du nombre des dix plus importants établissements français présents en Andalousie, et de révéler l’importance de l’intéressement pour le financement des expéditions vers les Indes occidentales lorsque deux des frères Fornier firent leur apprentissage à Cadix sous la houlette de leurs oncles Gilly avant de devenir associés gérants.
Outre la présentation de ces sources exceptionnelles, la communication expose les grandes lignes de l’intéressement au négoce hispano-américain en marchandises, prêts à la grosse aventure et armement, ainsi que le réseau européen de la maison Fornier, avant de dégager quelques conclusions.

Texte intégral

  • 1 Archives départementales du Gard 73 J 378 bis ; lettre de Barthélemy Fornier, de Nîmes, à Simon For (...)

« Il s’agit de se faire des amis dans toutes les places et vous aurez surtout un apprentissage délicat à faire pour tirer le meilleur parti des achats en tout genre, bien connaître les sources, les fabricants, les usages de paiement et le degré de solidité. »1

1Tenus six mois après la création à Cadix de la société Simon Arnail Fornier et Cie par un de ses commanditaires résidant à Nîmes (Barthélemy Fornier), ces propos adressés à son frère (Simon Fornier), principal gérant de l’établissement, mettent l’accent sur l’intérêt majeur de posséder des correspondants dans les places commerciales et sur les lieux de fabrique, afin de se procurer les produits manufacturés destinés avant tout à l’empire espagnol d’Amérique – les Indes occidentales –, d’écouler les produits coloniaux qui en provenaient – les fruits des Indes – et d’assurer les paiements en lettres de change – les traites et remises – un négoce ayant partie liée avec le commerce des piastres et autres matières d’or et d’argent dont le port andalou était le point d’arrivée essentiel en Europe.

  • 2 J.-P. Hirsch, Les Deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1 (...)
  • 3 R. Chamboredon, « Fils de soie sur le théâtre des prodiges du commerce La maison Gilly-Fornier à Ca (...)
  • 4 Fondé en 1701 par Élisée Gilly, le comptoir gaditan vécut jusqu’en 1724 sous les noms de Gilly et C (...)

2Parlant d’une maison lilloise, Jean-Pierre Hirsch a montré combien sa valeur se mesurait « autant à l’étendue de sa correspondance qu’à son chiffre d’affaires »2 ; il ne saurait en aller différemment pour les maisons françaises installées à Cadix qui tenaient le haut du pavé dans le commerce transatlantique, et plus particulièrement pour celle dont les archives ont alimenté nos travaux de recherche3. Prenant la succession de l’établissement fondé au début du xviiie siècle par les Gilly de Montpellier, celui que dirigèrent les frères Fornier – Simon et Jacques-Arnail – qui effectuèrent l’apprentissage des affaires sous la tutelle de leurs oncles Gilly à partir de 1748, fut du nombre des dix principaux établissements régnicoles présents sur les rivages atlantiques. S’il vient après ceux des Magon, Lecouteulx ou Cayla, il effectua, sous des raisons sociales différentes, la traversée du siècle, de 1701 à 17864.

  • 5 A. García-Baquero González, La Carrera de Indias histoire du commerce hispano-américain (xvie - xvi (...)
  • 6 Archives départementales du Gard 73 J 339.
  • 7 Ibidem 73 J 421-425.
  • 8 C. Carrière, « Renouveau espagnol et prêt à la grosse aventure (Notes sur la place de Cadix dans la (...)

3Les archives consulaires conservées aux Archives nationales et au Centre des archives diplomatiques de Nantes ; le fonds Roux déposé aux Archives de la chambre de commerce de Marseille Provence et le fonds Fornier de Clausonne mis en dépôt aux Archives départementales du Gard permettent, entre autres, d’attirer l’attention sur le mode de financement des expéditions vers les Amériques, dans le cadre de la carrière des Indes, autrement dit tout ce qui a trait à la navigation entre l’Espagne et ses colonies américaines5, par le biais de l’intéressement. Le « Registre des expéditions vers l’Amérique » qui couvre les années 1748-17676, les bilans et autres pièces comptables annuellement adressés par les gérants gaditans de la maison Fornier aux commanditaires résidant en France, de 1768 à 17867, nous ont permis, avec la correspondance commerciale et particulière conservée, de mettre en évidence l’importance des placements des particuliers dans le négoce hispano-américain, qui supposaient l’existence d’un réseau de correspondants dense et étoffé en Europe ; ce faisant, nous prolongeons les travaux ébauchés par Charles Carrière il y a de cela une quarantaine d’années8.

4Après avoir montré la place centrale de l’intéressement du temps des Gilly et de leurs neveux Fornier, nous tracerons les contours du réseau constitué sous ces derniers, une fois devenus seuls maîtres à bord, avant de dégager les enseignements qu’autorise l’existence de sources privées de grande qualité.

L’intéressement saisi grâce à un document exceptionnel

  • 9 Formellement, il s’agit d’un ouvrage de 193 folios à la couverture parcheminée d’assez grandes dime (...)

5Exceptionnel, le Registre des expéditions en Amérique9 l’est à plus d’un titre. Par sa présence dans le fonds Fornier, l’unité de la graphie et la qualité de la présentation, et les informations qu’il contient (Fig. 1).

  • 10 Le Prince Charles, de la Compagnie royale de Suède, leva l’ancre vers la Chine le 31 mars 1751 (f° (...)
  • 11 En juin 1768 ; il séjourna en France jusqu’en septembre de la même année.
  • 12 Outre quelques erreurs, d’importance minime, dans le chiffrage des opérations, l’orthographe des no (...)

6Y sont répertoriées les 178 expéditions qu’effectuèrent 140 bâtiments, entre Cadix et les Indes occidentales – à une exception près10 – entre le 14 mars 1748 et le 10 février 1767, expéditions dans lesquelles les sociétés Gilly frères et Cie puis Gilly frères et Fornier frères furent intéressées. Parce qu’ils voulaient prouver leur innocence dans la faillite de cette dernière au début 1767, et montrer qu’elle résultait des mauvaises opérations entreprises par leurs oncles Gilly, Simon et Jacques-Arnail Fornier firent recopier le registre original figurant dans le fonds de faillite demeuré à Cadix. Le dernier nommé l’amena avec lui lorsqu’il vint à Nîmes rencontrer son père et ses frères afin de signer le contrat de société du nouvel établissement fondé sous la direction desdits Fornier11. C’est donc une copie qui figure aux Archives du Gard ; si elle ne va pas sans poser quelques problèmes12, elle n’en constitue pas moins un des fleurons des quelque 570 liasses et registres qui composent le fonds Fornier.

  • 13 8 600 275 piastres, y compris les envois pour le compte des commissionnaires ; 7 936 740 piastres s (...)

7À côté des marchandises expédiées pour le compte des commissionnaires, qui occupent une place marginale, trois types d’opérations figurent sur le folio de droite (Fig. 2) en dessous de la date de départ et de la présentation du bâtiment (tonnage ; équipage ; encadrement…) et de la mention de sa destination ; sous la rubrique Marchandises sont indiquées les pacotilles expédiées outre-Atlantique, sous celle Argent figurent les prêts à la grosse aventure consentis tandis que l’appellation Expédition s’applique aux opérations d’armement. Ce ne sont pas moins de 619 pacotilles, 254 contrats de grosse et 11 opérations d’armement qui furent enregistrées vingt années durant, le tout représentant 8 millions de piastres courantes environ13.

8Sur le folio de gauche sont indiqués les retours, autrement dit le produit des différentes opérations portées sur celui de droite, ce qui permet de se faire une idée de la rentabilité des expéditions ultramarines (Fig. 3).

  • 14 F° 109. C’est le plus grand nombre d’intéressés pour un contrat dans le registre.

9Ce qui, sur les folios de droite, à côté de la description de chaque affaire, attire l’attention du lecteur, ce sont les listes de noms, allant de l’unité jusqu’à 123. Il s’agit des intéressés pour chacune d’entre elles, avec le montant hors frais, puis frais compris, de leur placement et, pour les pacotilles, la part de l’ensemble que celui-ci représente sous forme de pourcentage ou de fraction. Pour les trois contrats de grosse conclus sur Le Saint-Georges, parti le 1er décembre 1751 pour Buenos Aires, nous relevons 20 intéressés pour le contrat de 22 000 ps., 12 pour celui de 12 000 ps., et 4 pour le dernier de 4 000 ps. Si nous prenons Le Saint-Christ-du-SecoursSanto Christo del Auxilio – parti pour la Mer du Sud le 14 décembre 1753, nous nous trouvons en présence de deux contrats montant respectivement à 8 500 ps. et 200 000 ps. ; pour le premier, un seul intéressé : la maison Gilly frères et Cie ; sur le second, le plus important contrat signé par la société (Fig. 4a et 4b), on en dénombre 12314, pour des sommes allant de 12 000 à 50 piastres hors frais. De la noblesse d’épée (le comte de Choiseul) au simple commis (Ventre), en passant par Voltaire et Madame d’Épinay, des fermiers généraux, des officiers de finances, des parlementaires, des négociants, des fabricants ou de simples particuliers, nous avons affaire à un panel fort différencié du corps social, comme le perçut fort bien le consul de France à Cadix qui tint les propos suivants :

  • 15 Archives nationales, Affaires étrangères,. B & 268, lettre du 27/9/1751.

« Une infinité de personnes de tous états en France ont voulu s’y intéresser [c’est-à-dire au commerce des Indes occidentales] tant par l’appât du gain qu’elles se promettaient que par l’abondance de l’argent qu’il y avait dans le royaume qu’on est embarrassé de bien placer. »15

  • 16 S’il existe un Bellanger receveur et un Bellanger notaire, la simple mention Bellanger peut corresp (...)

10Les 508 appellations correspondant à 6 284 intérêts ou participations, relevées dans le registre ne donnent qu’un aperçu très approximatif du nombre d’intéressés aux expéditions gaditanes. Outre certaines identifications sujettes à caution16, se pose la question des personnes morales. Ainsi, pour les Cops, de Haarlem, nous rencontrons les dénominations suivantes : Cops Guillaume Philippe et Cie, Cops Guillaume Philippe et frères, Cops Guillaume et fils, Cops Guillaume, Cops Nicolas Guillaume ; seules des recherches dignes des mauristes permettraient peut-être d’identifier le nombre exact de personnes impliquées dans les intérêts pris ; 131 appellations comprennent la formule « et Cie », « et fils » ou encore « et frères ». On peut penser en conséquence que le nombre total d’intéressés est bien supérieur à 508, sans pour autant affirmer qu’il est plus proche de 700, voire davantage…

11Socialement parlant, sachant que, faute de mieux, nous avons effectué les calculs à partir des 508 dénominations observées, 197 intéressés proviennent du monde du Négoce et de la Fabrique (30), 40 de celui de la Finance et de la Banque, 28 de la Robe, 13 de l’Épée, les 230 restants, sans appellation, représentant les « capitalistes » – c’est-à-dire les détenteurs de capitaux – autrement dénommés rentiers à la recherche de placements lucratifs. Géographiquement, compte tenu du fait que 76 n’ont pu être identifiés, la part du royaume de France domine, avec 297 mentions, Paris en totalisant à lui seul 150, très loin devant Nîmes (14) et Amiens (13). Le reste de l’Europe figure dans les 135 mentions restantes, Cadix (43) précédant Londres et Genève (20 pour chacun des deux) ou Berne (12). La place nettement plus importante des villes de l’intérieur où se situent les centres financiers (Paris, Lyon…) et les lieux de fabrique (Amiens, Silésie…) au lieu et place des franges maritimes et des ports, s’explique par le plus grand nombre d’opportunités de placements réalisables dans ces derniers.

  • 17 A. Garcia Baquero, La Carriera de las Indias. Cf. note 5.
  • 18 Centre des archives diplomatiques de Nantes, consulat de Cadix, 73.

12Le négoce ne fonctionne pas en vase clos ; il sollicite des adjuvants externes. D’où la quête, la recherche d’intéressés, à laquelle se livraient intensément les maisons de commerce gaditanes, à commencer par celles de la Nation française qui possédaient, suivant les calculs opérés par Antonio Garcia Baquero, les deux tiers de la valeur des cargaisons au sein de la carrière des Indes17. Tant les archives de la Chambre de commerce de Marseille Provence (fonds Roux), que celles du Centre des archives diplomatiques de Nantes, contiennent des listes d’intéressés au commerce hispano-américain. Par exemple, nous relevons un contrat de 28 860 ps. souscrit par Garnier Mollet et Dumas sur La Conception, autrefois appelé Le Victorieux, parti le 18 novembre 1750 pour le Callao de Lima ; sur ce même bâtiment, Gilly frères et Cie avaient signé un contrat s’élevant à 144 000 ps., et nous trouvons dans la liste des intéressés au susdit contrat, les noms des frères Beaumont, de P. Pinel et fils (Carcassonne), de J. Bouer (Genève), d’Alexandre Cannet (Amiens), de Guiller (Nogent-le-Rotrou), parties prenantes à d’autres contrats dans la maison Gilly, ou encore Guillaume Philippe Cops lequel, détenteur d’un intérêt de 1 200 ps. dans celui de 144 000, en possédait un de 950 ps. dans celui de 28 86018… S’il arrivait que deux, voire plusieurs maisons de commerce signent ensemble un contrat avec des emprunteurs espagnols, elles se faisaient le plus souvent concurrence pour signer ces contrats et rechercher des intéressés.

13Plusieurs raisons les y poussaient. Nouer des relations utiles avec les hommes d’affaires espagnols – armateurs, chargeurs, commissionnaires… – figurait au premier chef, tant les conditions spécifiques au commerce des Indes occidentales rendaient la question du crédit primordiale, en particulier – et c’était souvent le cas – lorsque les fonds encloués en Amérique tardaient à revenir, rendant aléatoire le financement des nouvelles expéditions, que ce fût par flottes ou par navires de registre : los navios sueltos. Prêter pour faciliter la vente des produits manufacturés importés des centres de fabrication européens et, partant, faire le vide dans les magasins, relevait du simple bon sens, de même que la perspective de réaliser de substantiels profits, étant donné le niveau usuraire des taux d’intérêt. Cela dit, les capitaux dont disposaient les établissements n’étant pas illimités, et la demande étant ce qu’elle était, chercher à réduire la part détenue par ceux-ci, en mobilisant l’épargne disponible en France et dans le reste de l’Europe les amenait à rechercher des intéressés dans les divers états que comptait la société, à constituer en quelque sorte un vivier. Diviser les risques et travailler avec l’argent des autres ne sont-ils pas au nombre des facteurs de la réussite en affaires ? Et ce d’autant que les maisons gaditanes prélevaient, tant pour les placements que pour les retours, une commission de 2 %.

  • 19 Archives départementales du Gard, 73 J 337 et 355 pour Michel Fornier ; ibidem 354 pour Mme Labbé d (...)
  • 20 R. Chamboredon, « Des placements de Voltaire à Cadix ».

14C’est pourquoi elles multipliaient leurs efforts pour inciter les capitalistes-rentiers à investir dans le commerce des Indes occidentales, en particulier dans les prêts à la grosse aventure, tant les taux nominaux étaient alléchants, avant de leur proposer de s’intéresser aux expéditions de pacotilles et aux opérations d’armement. Nous connaissons bien le mode de fonctionnement de ces relations d’affaires grâce aux liasses présentes dans le fonds Fornier se rapportant aux placements de Madame Labbé de la Pinquetterie et de Michel Fornier dont la maison de commerce nîmoise gérait, à l’évidence, les portefeuilles19. Une fois la décision prise de placer de l’argent à Cadix, l’intéressé adressait une lettre de change du montant correspondant à la somme investie, en précisant celui maximum du risque à courir sur chaque navire, exigeant parfois que les placements portent sur les bâtiments sur lesquels la société était également intéressée. La société de Cadix choisissait les embarcations sur lesquelles le risque courrait et leur destination, sans parler de l’époque présumée du départ de ces dernières. Un compte courant était ouvert au nom de l’intéressé(e) – une quarantaine de femmes figurent parmi les 508 appellations relevées – qui en recevait au moins un relevé annuel ; ledit compte était débité du montant des placements réalisés, et crédité de celui des rentrées de fonds opérées à ce titre. Une correspondance avec l’intéressé l’informait des résultats, indiquant les mouvements des navires et fournissant des informations diverses relatives au négoce transatlantique dans le cadre de la Carrière des Indes. Ainsi Voltaire, dont la correspondance montre combien il suivait les affaires qu’il avait à Cadix avec la maison Gilly frères et Cie, n’a pas pu ne pas savoir que les 2 500 ps. d’intérêt – 8 500 l. t. environ –- qu’il avait dans un contrat de grosse sur le Saint-Georges, précédemment évoqué, était un navire négrier qui, avant de gagner Buenos Aires, devait faire escale en Guinée (Fig. 1). Même si c’est à son corps défendant, il a bel et bien été impliqué dans la traite20.

  • 21 31,1 % des intéressés ne le furent que pour un an et 51,7 % pour deux ; parmi les 17 % restant, 19 (...)

15La recherche d’intéressés était d’autant plus nécessaire que la longueur de nombreuses affaires décourageait ces derniers qui, à l’image de l’hôte de Ferney, s’inquiétaient de ne pas voir le retour de leurs fonds plus rapidement. La volatilité de l’offre des capitaux justifiait cette quête permanente21. Des événements personnels, la déception consécutive au mauvais résultat enregistré dans certaines affaires, à la suite de la défaillance des emprunteurs-débiteurs le plus souvent, la recherche de placements plus sûrs, ou encore le désir de ne pas renouveler un placement opéré pour obliger les associés de la maison de Cadix, entraînaient la fin des opérations, sinon la clôture du compte courant, une fois le retour des fonds devenu effectif, ce qui pouvait prendre du temps…

  • 22 C. Carrière, « Renouveau espagnol… », p. 234.

16Gros cétacés et menu fretin cohabitaient parmi les intéressés, tous pris dans les rets des filets tendus par les maisons de commerce du port andalou ; il y a loin, pour reprendre l’exemple du Saint Christ du Secours, entre les 12 000 ps. placées par les négociants londoniens Abraham et Jacob Franco, et les 50 ps. déboursées par la Gaditane Francesca Padel mais il n’empêche : ce « capitalisme atomique » dont parla François Perroux, qualifié de « Lilliputien » par Pierre Vilar, fut, pour Charles Carrière « la forme la plus originale des liens unissant capitalisme occidental et grand négoce hispano-américain22 ». Il permit de mobiliser l’épargne dormante en Europe et, par capillarité, de la drainer vers le port andalou. Voilà qui supposait, pour les établissements qui y avaient pignon sur rue, de disposer d’un réseau de correspondants sur le Vieux continent.

Le réseau européen de la Maison Fornier

  • 23 Pour éviter toute confusion, la conjonction et fut ajoutée entre Simon et Arnail, et le nom de ce d (...)
  • 24 Archives départementales du Gard 73 J 421-425.
  • 25 Nous ne disposons pas d’un exemplaire de ladite lettre dans le fonds Fornier ; son contenu a pu êtr (...)

17Vingt et un mois après la faillite de Gilly frères et Fornier frères, la maison Simon Arnail Fornier et Cie voyait le jour ; elle devait poursuivre ses activités jusqu’en mars 1786, date à laquelle elle suspendit à son tour ses paiements23. Grâce aux dix-huit bilans et à leurs pièces annexes24, annuellement adressés par les gérants aux commanditaires de France, nous avons pu cartographier le réseau des correspondants de l’établissement. La correspondance, tant commerciale que particulière, a permis également d’être au fait des activités entreprises avec ceux-ci. Véritable faire-part de naissance, une lettre circulaire indiquant la raison sociale de la société, les noms des associés avec leur signature, et un aperçu jugé suffisant des facultés dont ils disposaient – « des fonds suffisants pour bénéficier de la confiance du public » ; « des fonds assez considérables » –, soulignaient les talents des gérants, leur expérience, leur savoir-faire, avant de manifester l’espérance que des relations réciproquement avantageuses seraient nouées avec les destinataires. Destinée à asseoir le crédit et la réputation du comptoir, elle revêtait un caractère à la fois publiciste et privatiste25.

  • 26 Quelques-uns de ses correspondants, à l’image de Guiguer de Prangins à Genève, Van Robais d’Abbevil (...)
  • 27 R. Chamboredon, « Le négociant-hôte : une forme diffuse de sociabilité au xviiie siècle » Provence (...)

18Si nous ignorons le nombre des destinataires, nous pouvons supposer qu’elle fût adressée aux correspondants de la défunte maison Gilly, laquelle comptait 287 intéressés au moment de sa disparition26 ; nous savons, par ailleurs, que les commanditaires, véritables caisses de résonance, employèrent une part non négligeable de leur énergie à procurer des adresses et des recommandations à l’établissement gaditan. Depuis Paris, où il effectuait le commerce de banque, Arnail Fornier usa de ses relations avec la partie septentrionale de l’Europe, de l’Angleterre à la Prusse ; depuis Nîmes, Barthélemy Fornier adressa la lettre circulaire à 52 maisons exerçant prioritairement leurs activités dans le bassin occidental de la Méditerranée et la partie médiane de l’Europe. À l’occasion de ses nombreux déplacements, en Suisse pour rendre visite à ses fils placés en pension, à Marseille où il allait rencontrer la parentèle, à Beaucaire et Alès au moment des foires de la Madeleine et de la Saint-Barthélemy, dans la région de Carcassonne et Toulouse pour y visiter les fabriques de draps, ou encore à Montpellier à l’occasion de la tenue des États de Languedoc, le commanditaire nîmois ne manquait pas de chanter les louanges de l’établissement gaditan et de chercher des intéressés pour les placements évoqués ci-devant. Et il faisait de même lorsqu’il accueillait des hôtes de passage dans la cité nîmoise27.

19Moins de deux mois avant le début des activités de la nouvelle maison, il écrivit à Magon de La Blinais de Saint-Malo :

  • 28 Archives départementales du Gard 73 J 362.

« Le malheur, la bonne conduite et le talent de nos deux frères nous a décidé [sic] de concourir à leur rétablissement par une société en commandite que nous avons faite avec eux et dont vous serez bientôt informé. »28

  • 29 Ibidem 73 J 366, lettre à Simon Arnail Fornier et Cie du 6/7/1772.
  • 30 Cf. note 1 accompagnant la citation liminaire.

20Quatre ans plus tard, il recommandait aux gérants d’avoir plusieurs « amis » dans une même ville et de ne pas dépendre d’un seul29, après qu’il les eut conviés d’en avoir dans toutes les places30. Qu’en résultât-il ?

21Les deux cartes dressées à partir des sources précédemment évoquées (Fig. 5 et 6) apportent des éléments de réponse ; la première, prenant en compte le nombre d’années de correspondance cumulées, présente un caractère exhaustif et diffus ; la seconde, en ne prenant en considération que les personnes morales étant restées en correspondance avec la maison de Cadix durant sept années au moins, met en évidence l’ossature, la polarisation, du réseau. Si nous dénombrons 105 lieux sur l’une, il n’en reste plus que quarante sur l’autre. Quels enseignements en tirer ?

22Géographiquement, deux grands ensembles se distinguent en Europe. L’un, septentrional, de Nantes à Hambourg, avec l’appendice silésien en sus, correspond à l’espace de la toilerie, avec la Bretagne, la Normandie, l’Angleterre, les Pays-Bas autrichiens, les Provinces-Unies et la Prusse. L’autre, méridional, de Malaga à Naples, représente celui de la soierie avec son prolongement rhodanien et helvétique. Deux dominantes textiles mâtinées de draperie avec l’Angleterre et la Normandie pour la première, le Haut-Languedoc pour la seconde. Les adeptes de la modélisation, à défaut de « banane bleue », pourront discourir sur l’existence, entre eux, d’une « diagonale aride » au sein de laquelle quelques « oasis » émergent : Madrid, Bayonne, Bordeaux ou encore Francfort pour nous limiter à l’essentiel.

23Un mot sur les Indes occidentales, en tant que prolongement de l’Europe : la maison n’avait de représentant permanent que dans les principaux centres commerciaux : Veracruz, Lima, Carthagène. En règle générale, les commissionnaires qui embarquaient avec les cargaisons se chargeaient du retour des fonds ; trois d’entre eux y étaient affectés, avec les ordres ad hoc. Ce disant, la lenteur desdits retours, en particulier à Buenos Aires et dans les finistères de l’empire (Campêche ; Porto-Rico, la côte de Caraques…) obligeait les gérants à dépêcher parfois quelque fondé de pouvoir dans l’espoir de faciliter le recouvrement des fonds encloués outre-Atlantique.

24Revenons sur le Vieux continent. Nous pouvons également distinguer entre les franges maritimes et l’intérieur des terres. Plusieurs pôles portuaires se détachent ; en Méditerranée, Marseille domine largement Gênes et plus encore Livourne, Naples ou Valence ; pour les mers épicontinentales de l’Atlantique, Amsterdam, Londres, Hambourg et Rouen affirment leur supériorité aux côtés de Gand dont la position relève des deux espaces que nous avons distingués. À l’intérieur, les lieux de fabrique sont aisément repérables : la Silésie, la Saxe, ou encore la Picardie au Nord ; le Haut-Languedoc au Sud. Centres manufacturiers, mais surtout financiers et bancaires, Paris, Lyon et les villes suisses ressortent également. Derrière le binôme ports-cités de l’intérieur, la concurrence se manifeste ; ainsi, pour les toiles de Silésie – ces toiles « contrefaites » qui prirent le pas au xviiie siècle sur celles « légitimes » fabriquées en Bretagne – 60 % furent commandées aux correspondants résidant à Hambourg, les 40 % restant l’étant à Schmiedeberg, Landeshut ou Hirschberg ; il en alla le plus souvent de même pour d’autres régions, à commencer par Londres qui éclipsa les centres industriels de la Grande-Bretagne. Pour ce qui est des « fruits des Indes », autrement dit les produits coloniaux, les maisons présentes dans les ports se chargeaient de leur redistribution dans leurs hinterlands respectifs. Faire jouer la concurrence, entretenir l’émulation, permettaient aux gérants d’obtenir des « douceurs » sur le montant de la commission, des provisions exigées, ou encore d’inviter leurs correspondants à s’intéresser aux expéditions de marchandises, tout en recherchant des produits de la meilleure qualité possible.

  • 31 V. Monnier, Les André, une famille de négociants réformés de Nîmes au xviiie siècle.
  • 32 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritime (...)

25Quels furent les éléments structurants du réseau ? Les liens familiaux priment sans l’ombre d’un doute. Fonctionnant, comme les sociétés Gilly, sur un mode triangulaire dont Cadix, Paris et Nîmes constituent les sommets, la maison Fornier correspondit en premier lieu avec des établissements dirigés par leurs parents ; à Marseille, les cousins Jean et Jacques Fornier, issus d’une branche alésienne de la famille, furent aux premières loges, tout comme les Vernède d’Amsterdam qui furent leurs correspondants affidés dans le port hollandais. Les liens matrimoniaux jouèrent les premiers rôles ; en épousant, en 1759, Suzanne André, Barthélemy Fornier entra dans la parentèle d'une tribu prolifique s’il en fût31. À Londres, Antoine et Jean-Louis de leur côté, David du sien, tous trois frères, sont des cousins germains du commanditaire nîmois, de même que Guillaume installé à Naples ; à Gênes, Joseph est son beau-frère, tout comme le sont David, Jean et François, tous trois associés à Lyon, le dernier nommé « montant » ensuite à Paris pour se livrer au négoce de banque sous la raison André et Bègue. Ajoutons à cela que la mère de Suzanne André est une Audibert dont les frères Joseph, Georges et Dominique tiennent le haut du pavé dans le négoce marseillais et ont passé des alliances matrimoniales avec les Hugues qui ne le leur cèdent en rien32. Quant à sa cousine germaine Isabelle, n’a-t-elle pas uni sa destinée à Louis Necker, le frère de Jacques, plus connu sous l’appellation Necker de Germany ?

  • 33 H. Lüthy, La Banque Protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution.

26S’il faut faire une place aux « pays », c’est-à-dire aux Nîmois, tels les Maystre présents à Marseille et Gênes, ou encore les Teissier installés, en sus du port ligure, à Londres et Naples, c’est surtout vers l’« Internationale huguenote », la diaspora calviniste ou encore la « Banque protestante » chère à Herbert Lüthy qu’il convient de diriger nos regards33. Quasiment tous ses fleurons figurent au sein du réseau du comptoir gaditan : à Paris Thellusson Necker et Cie dont Germany Girardot et Cie puis Girardot Haller et Cie continuèrent les activités, fut, avec Arnail Fornier puis André et Bègue, son principal correspondant pour le commerce des traites et remises ; à Marseille, aux côtés des Fornier, des Audibert et des Hugues, déjà cités, Peschier Bouillon et Cie, Jean et Jacques Kick, Zeslin Languensée et Cie, Jacques et Louis Seimandy, Dolier et Cie furent en affaires avec Cadix ; à Londres, en sus des André, Pierre Thellusson, John et Francis Baring, Bourdieu et Chollet firent de même ; à Hambourg, Diodatti Poppe et Cie, Pierre Boué et fils ou encore Gaspard Voght furent dans le même cas, et nous pourrions allonger la liste. Ce qui n’empêcha pas nos « parpaillots », l’œcuménisme commercial aidant, d’être en relation avec les très catholiques Magon et autres Lecouteulx, également présents à Cadix, Paris, Saint-Malo ou Rouen.

27Autre diaspora, bien représentée dans la clientèle de la maison de Cadix, celle sépharade, avec, pour Londres, Jean et Alphonse de Eguino et Moïse Mendès Dacosta, qui succédèrent à Ephraïm de Aguilar ou encore Abraham et Jacob Franco qui commercèrent avec la société Gilly ; pour Hambourg, Antoine de Sanpelayo ; pour Bordeaux, Azevedo et Robles fils – également présents à Bayonne – Azevedo et Dacosta, sans omettre Samuel Peixotto qui, en tant que directeur de l’hôtel de la Monnaie, était une référence incontournable pour le trafic des piastres et des autres matières d’or et d’argent donc Cadix était le principal centre européen, de même que pour la cochenille.

  • 34 Les aptitudes, les talents priment. Ainsi, David André, le cousin germain installé à Londres, qui a (...)
  • 35 Archives départementales du Gard 73 J 372, lettre de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie du (...)
  • 36 Ibidem 73 J 394, lettre de J.-A. Fornier à Honoré Lieutaud, du 15/9/1772. Originaire de Digne, Hono (...)

28Sur les principales places de négoce, la société avait un correspondant affidé qui lui servait de facteur ou de commissionnaire principal, quel que soit le type d’affaires : Jean et Jacques Fornier et Cie dans la cité phocéenne, Vernède et Cie pour le pôle amstellodamois, ainsi que nous l’avons déjà mentionné, André frères et Cie à Lyon ou encore la maison Boissier Lamande et André à Gênes. Leur caractère familial en est la raison essentielle, mais non exclusive34. Sans que ce soit systématique, une tendance à la spécialisation, en fonction des produits échangés, put être observée : à Amsterdam, Wilhelm et Jean Willinck reçurent de préférence les produits coloniaux à partir de 1778, date à laquelle Hope et Cie, en liaison avec Girardot Haller et Cie furent impliqués – pour un volume somme toute limité – dans les affaires de banque que les Fornier souhaitèrent toujours distinguer, autant que faire se pouvait, de celles en marchandises ; à Londres, si Pierre Thellusson s’occupa essentiellement du négoce des piastres, J. et F. Baring expédièrent en Andalousie des lainages et des toiles peintes, tandis que Édouard Van Harthals – ancien commis des Vernède en Hollande – réceptionnait les fruits des Indes ; pour Rouen, Horutener Huber et Cie firent de même avec le métal blanc en plus, Robert et Louis Durand importèrent du quinquina et du jalap, Nicolas Midy des cuirs et de la laine, Achard frères et Cie des produits coloniaux. Nous pourrions poursuivre dans le même sens en portant notre regard vers Lyon ou Marseille. Ce qui conduit à la question des critères de sélection qui prévalurent dans le choix des correspondants. « [Pour les] affaires majeures, n’ayez affaire qu’à des maisons du premier ordre35 » : qu’entendre à pareille recommandation ? Alors qu’Honoré Lieutaud, qui fut un temps du nombre des gérants de la maison de Cadix, allait effectuer un voyage dans les Pays-Bas autrichiens, Jacques-Arnail Fornier lui conseilla d’y rechercher des « maisons opulentes, délicates, honnêtes, prenant un intérêt. »36

29En quelques mots l’essentiel est dit. Les facultés, la solidité, la richesse, les moyens financiers donc, constituent le socle, le support du crédit ; mais cela ne saurait suffire. Les talents doivent également être au rendez-vous : être actif, diligent, dans la conduite des affaires, tout en opérant avec application, sagesse, assiduité, était très prisé au côté de la qualité des informations fournies au moyen d’une correspondance étoffée. Si l’honnêteté est mise en avant, elle va de pair avec la délicatesse dont il convient de faire montre : les petits gestes consistant à réduire le montant de la commission exigée, d’intervenir afin d’éviter le protêt d’une lettre de change, d’accorder un délai supplémentaire pour une créance à recouvrer contribuaient à renforcer la sympathie entre les partenaires dans leurs relations d’affaires, et ce au point d’invoquer l’amitié. Mais qu’on ne s’y trompe pas, la vigilance ne devait pas se relâcher, et le moindre manquement pouvait éveiller le soupçon. Parce qu’il est essentiel dans le monde du négoce, le crédit, au sens large du terme, devait être ménagé avec le plus grand soin, tant la moindre rumeur pouvait entraîner des effets dévastateurs.

  • 37 Ibidem 73 J 367, lettre de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie du 9/3/1780.

30Déployer des trésors de diplomatie était souvent indispensable. Plusieurs correspondants de l’établissement andalou dont nous nous occupons entretenaient des liens avec d’autres sociétés gaditanes : Magon de la Blinais avec Magon et Lefer frères ; David Auriol et fils, de Lyon, avec la même société Magon ; Rogon et Dengallière, de Marseille, avec Cayla Solier Cabanes et Jugla, et nous pourrions continuer la liste. Il convenait alors de se tenir sur ses gardes et de ne pas fournir des informations susceptibles de se retourner contre les intérêts de l’établissement. Il arrivait, par ailleurs, que des jalousies existassent entre les maisons d’une même place entretenant des liens avec le comptoir gaditan. Ainsi, à Gênes, Joseph André se montrait susceptible à propos de ceux noués depuis Cadix avec les sociétés Garibaldi et Maystre dans le port ligure. Ménager tout un chacun nécessitait de la patience et du tact. Avoir en permanence l’œil sur les membres de son réseau de correspondants, rechercher le « point juste » – en paraphrasant Diderot dans Le Paradoxe sur le comédien – auquel il convenait de se placer et de s’arrêter dans les rapports avec eux n’allait pas toujours de soi. De solides principes et un pragmatisme de bon aloi pouvaient y contribuer. Ce d’autant que chaque société connaissait des changements qui n’étaient pas toujours perçus dans l’immédiat ; ainsi, la mort de Jacobs-Henry Vernède, très estimé pour ses qualités, en 1777, puis, trois ans plus tard, la retraite de son frère cadet Barthélemy-Jacques, « prudent et appliqué », ainsi que l’arrivée aux commandes de la maison d’Amsterdam de leur neveu Jean-Théophile, âgé de vingt ans, aux côtés de Schmith, commis de confiance élevé au rang d’associé, suscitèrent ce jugement de B. Fornier : « La maison Vernède a bien déchu dans l’opinion publique depuis la mort de l’aîné et déchoira encore plus avec la retraite en Suisse de Barthélemy Vernède37 ». Il convenait d’en prendre acte ; aucune position n’était à l’abri d’une mise en question.

31Au terme de cette étude de cas, nécessairement limitée, du réseau d’un établissement qui figura parmi les principales maisons françaises opérant à Cadix, plusieurs centres d’intérêt peuvent être dégagés. Recourir aux métaphores de l’appareil sanguin ou du système nerveux pour rendre compte du fonctionnement d’un réseau – capillarité ; centre d’impulsion ; points nodaux ; connexions… – est tout à fait justifié. De même que l’existence d’une hiérarchie interne dont nous avons donné quelques exemples. L’ouverture des réseaux sur la société, par la voie de l’intéressement, mérite qu’on lui accorde la considération qu’elle mérite : le négoce a un besoin pressant d’adjuvants extérieurs ; travailler avec l’argent des autres ; rappelons le n’est-il pas une clef de la réussite dans le monde des affaires ? Supports des flux de marchandises, de capitaux, d’informations de tous ordres, les réseaux demeuraient fragiles, vulnérables, du fait des aléas de la conjoncture, et de nombreux efforts devaient être dispensés afin de les maintenir, élargir et les rendre les plus efficaces possibles.

32En raison même des spécificités du commerce au sein de la carrière des Indes, qui nécessitait de mobiliser d’énormes capitaux, et dont les pesanteurs, dans le cadre du monopole, entravaient la fluidité, la question du crédit revêtait à Cadix une importance hors pair. Si les prêts à la grosse aventure pouvaient présenter un caractère archaïque et léonin, ils étaient aussi adaptés aux caractères que revêtait le négoce transatlantique sous l’égide de l’Espagne, et ce ne fut pas le moindre des mérites des maisons étrangères installées sur les rives andalouses de l’Atlantique que de drainer vers elles les capitaux dormants en France et dans le reste de l’Europe.

  • 38 L. Dermigny, Cargaisons Indiennes, Solier et Cie (1781-1793), t. 1, p. 169-184, qui écrit : « compa (...)
  • 39 O. Le Gouic, Lyon et la mer au xviiie siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial. S’il écr (...)

33C’est à la faveur de la mobilisation de ces fonds par le biais des réseaux que furent financées les expéditions vers les Indes occidentales espagnoles. Les sociétés étrangères présentes à Cadix rétrocédaient à des particuliers des portions d’intérêts qui diminuaient d’autant les sommes qu’elles investissaient dans ce négoce, ce qui leur permettait de ventiler les risques de toucher 2 % de commission, tant à l’aller qu’au retour comme nous l’avons déjà indiqué, et de renforcer leurs relations avec les negociantes, cargadores, et autres perouleros, autrement dit les représentants des hombres de negocios péruviens. Il s’agissait bien d’intéressement et non d’actionnariat, comme quelques historiens l’ont écrit38. Un effort de clarification est, à ce propos, nécessaire39.

34Enfin, nous nous permettrons d’apporter notre caillou aux débats historiographiques à propos de la « nouvelle histoire Atlantique » qui a défrayé et défraie encore la chronique dans le landernau des historiens : à bien y regarder, par le truchement de l’intéressement et des flux souvent invisibles de capitaux, l’Atlantique commence aussi bien à Cadix qu’à Gênes ou Marseille, Schmiedeberg, Breslau ou Reims… Et Cadix est bien, ainsi que l’avait écrit le chevalier Bourgoing au siècle des Lumières, le « balcon de l’Europe ».

Bibliographie

Chamboredon Robert, « Fils de soie sur le théâtre des prodiges du commerce La maison Gilly-Fornier à Cadix au xviiie siècle (1748-1786) », Université de Toulouse-Le Mirail, 1995. Thèse de doctorat sous la direction du professeur Bartolomé Bennassar, 3 vol.

Chamboredon Robert, « Des placements de Voltaire à Cadix », Cahiers Voltaire n° 7, 2008, p. 41-72.

Chamboredon Robert, « Le négociant-hôte : une forme diffuse de sociabilité au xviiisiècle », Provence historique, tome 47, fascicule 187, 1997, p. 201-213.

García-Baquero González Antonio, La Carrera de Indias histoire du commerce hispano-américain (xvie - xviiie siècles), Paris, Desjonquères, 1997.

García-Baquero González Antonio, Cadiz y el Atlantico (1717-1778), Séville, 1976, 2 vol.

Carrière Charles, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, 1973, 2 vol.

Carrière Charles, « Renouveau espagnol et prêt à la grosse aventure (Notes sur la place de Cadix dans la seconde moitié du xviiie siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1970, tome XVII, p. 221-252.

Dermigny Louis, Cargaisons Indiennes, Solier et Cie (1781-1793), Paris, SEVPEN, 1959, 2 vol.

Hirsch Jean-Pierre, Les Deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

Le Gouic Olivier, Lyon et la mer au xviiie siècle Connexions atlantiques et commerce colonial, Rennes, PUR, 2011

Lüthy Herbert, La Banque Protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959-1962, 2 vol.

Monnier Virginie, Les André, une famille de négociants réformés de Nîmes au xviiie siècle, Nîmes, Lacour, 1990.

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Le Saint-Georges Folio 74

Figure 1 : Le Saint-Georges Folio 74

Figure 2 : Le Saint-Raymond Folio droit

Figure 2 : Le Saint-Raymond Folio droit

Figure 3 : Le Saint-Raymond Folio gauche

Figure 3 : Le Saint-Raymond Folio gauche

Figure 4 A Le Saint-Christ du Secours Folio droit 1

Figure 4 A Le Saint-Christ du Secours Folio droit 1

Figure 4 B : Le Saint-Christ du Secours Folio droit 2

Figure 4 B : Le Saint-Christ du Secours Folio droit 2

Figure 5 : Le réseau des correspondants de Simon Arnail Fornier et Cie (Diffusion)

Figure 5 : Le réseau des correspondants de Simon Arnail Fornier et Cie (Diffusion)

Figure 6 : Le réseau des correspondants de Simon Arnail Fornier et Cie (Ossature)

Figure 6 : Le réseau des correspondants de Simon Arnail Fornier et Cie (Ossature)

Notes

1 Archives départementales du Gard 73 J 378 bis ; lettre de Barthélemy Fornier, de Nîmes, à Simon Fornier, à Cadix, 10 avril 1769.

2 J.-P. Hirsch, Les Deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), p. 271. À propos de la maison de François Briansiaux.

3 R. Chamboredon, « Fils de soie sur le théâtre des prodiges du commerce La maison Gilly-Fornier à Cadix au xviiie siècle (1748-1786) ».

4 Fondé en 1701 par Élisée Gilly, le comptoir gaditan vécut jusqu’en 1724 sous les noms de Gilly et Cie et Gilly Galibert et Cie ; si le patronyme disparaît de 1724 à 1732, rien n’interdit de penser que les Gilly commanditèrent la maison Massip Cusset et Cie dans laquelle Jacques-Arnail Gilly fut placé en apprentissage ; de 1732 à 174O, l’établissement fonctionna sous la raison sociale Gilly Cusset et Cie, puis, de 1740 à 1756, sous l’appellation Gilly frères et Cie, avant de devenir Gilly frères et Fornier frères de 1756 à 1767. Sous la direction des Fornier, la maison s’appela Simon Arnail Fornier et Cie, puis Simon et Arnail Fornier et Cie, de 1768 à 1783 et enfin Simon Fornier de Ribaupierre Médard et Cie, entre 1783 et 1786.

5 A. García-Baquero González, La Carrera de Indias histoire du commerce hispano-américain (xvie - xviiie siècles) ; Cadiz y el Atlantico (1717-1778).

6 Archives départementales du Gard 73 J 339.

7 Ibidem 73 J 421-425.

8 C. Carrière, « Renouveau espagnol et prêt à la grosse aventure (Notes sur la place de Cadix dans la seconde moitié du xviiie siècle) ».

9 Formellement, il s’agit d’un ouvrage de 193 folios à la couverture parcheminée d’assez grandes dimensions (38 cm de haut, 28 cm de large, 4,9 cm d’épaisseur), avec un foliotage identique sur les pages se faisant face.

10 Le Prince Charles, de la Compagnie royale de Suède, leva l’ancre vers la Chine le 31 mars 1751 (f° 57).

11 En juin 1768 ; il séjourna en France jusqu’en septembre de la même année.

12 Outre quelques erreurs, d’importance minime, dans le chiffrage des opérations, l’orthographe des noms des intéressés, parfois sujette à caution, et des imprécisions se rapportant à ces derniers du fait de la concision des écritures. Cf. R. Chamboredon, Fils de soie…., t. 2 p. 367, notes 2168, 2170 et 2176.

13 8 600 275 piastres, y compris les envois pour le compte des commissionnaires ; 7 936 740 piastres sans ces dernières. La piastre courante compte 8 réaux, chaque réal équivalant à 16 quartos.

14 F° 109. C’est le plus grand nombre d’intéressés pour un contrat dans le registre.

15 Archives nationales, Affaires étrangères,. B & 268, lettre du 27/9/1751.

16 S’il existe un Bellanger receveur et un Bellanger notaire, la simple mention Bellanger peut correspondre à un des deux précédents, ou à un troisième du même nom…

17 A. Garcia Baquero, La Carriera de las Indias. Cf. note 5.

18 Centre des archives diplomatiques de Nantes, consulat de Cadix, 73.

19 Archives départementales du Gard, 73 J 337 et 355 pour Michel Fornier ; ibidem 354 pour Mme Labbé de la Pinquetterie. Depuis Nîmes, Barthélemy Fornier et, avant lui, son père François, ne ménageaient pas leurs efforts pour procurer des intéressés au comptoir gaditan, que ce soit par le truchement de la correspondance ou à l’occasion de leurs déplacements en Languedoc, à Marseille ou en Suisse.

20 R. Chamboredon, « Des placements de Voltaire à Cadix ».

21 31,1 % des intéressés ne le furent que pour un an et 51,7 % pour deux ; parmi les 17 % restant, 19 d’entre eux le furent entre 10 et 13 ans. Voltaire eut des capitaux investis dans les expéditions de Gilly frères et Cie de 1749 à 1756.

22 C. Carrière, « Renouveau espagnol… », p. 234.

23 Pour éviter toute confusion, la conjonction et fut ajoutée entre Simon et Arnail, et le nom de ce dernier demeura même après son décès en 1773 ; à compter de 1783, la société roula sous l’appellation Simon Fornier de Ribaupierre Médard et Cie.

24 Archives départementales du Gard 73 J 421-425.

25 Nous ne disposons pas d’un exemplaire de ladite lettre dans le fonds Fornier ; son contenu a pu être établi à partir de bribes relevées dans la correspondance active de la maison de commerce de Nîmes que dirigeait Barthélemy Fornier (Ibidem 73 J 359-375). Nous avons trouvé des exemplaires de lettres circulaires dans le fonds Roux de la CCMP, en particulier celle de Massip Cusset et Cie, en 1729 (Archives de la Chambre de commerce de Marseille Provence L IX 856).

26 Quelques-uns de ses correspondants, à l’image de Guiguer de Prangins à Genève, Van Robais d’Abbeville, Quentin et Cie de Saint-Malo, cessèrent toute relation avec la maison Fornier.

27 R. Chamboredon, « Le négociant-hôte : une forme diffuse de sociabilité au xviiie siècle » Provence historique

28 Archives départementales du Gard 73 J 362.

29 Ibidem 73 J 366, lettre à Simon Arnail Fornier et Cie du 6/7/1772.

30 Cf. note 1 accompagnant la citation liminaire.

31 V. Monnier, Les André, une famille de négociants réformés de Nîmes au xviiie siècle.

32 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes.

33 H. Lüthy, La Banque Protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution.

34 Les aptitudes, les talents priment. Ainsi, David André, le cousin germain installé à Londres, qui accumula les faillites, ne jouit pas d’une grande estime dans l’esprit du commanditaire nîmois.

35 Archives départementales du Gard 73 J 372, lettre de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie du 4/2/1777.

36 Ibidem 73 J 394, lettre de J.-A. Fornier à Honoré Lieutaud, du 15/9/1772. Originaire de Digne, Honoré Lieutaud était de confession catholique.

37 Ibidem 73 J 367, lettre de B. Fornier à Simon et Arnail Fornier et Cie du 9/3/1780.

38 L. Dermigny, Cargaisons Indiennes, Solier et Cie (1781-1793), t. 1, p. 169-184, qui écrit : « compagnie assez lâche, remaniée d’armement en armement, avec cependant un noyau permanent » et qui utilise le terme « actionnaies ».

39 O. Le Gouic, Lyon et la mer au xviiie siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial. S’il écrit, p. 166 : « Le capital est divisé en parts d’intérêt, dont la valeur varie de quelques centaines à plusieurs milliers de livres », il parle de recours à des « associés extérieurs », avant d’évoquer, trois pages plus loin, des « sous-intéressés » ou des « croupiers », mentionnant des « billets d’association » et de finir, à propos des placements de Melchior Philibert, en disant : « ses intéressements sont qualifiés d’intérêts en armement » ou « en pacotille »…

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Saint-Georges Folio 74
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2 : Le Saint-Raymond Folio droit
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 3 : Le Saint-Raymond Folio gauche
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 4 A Le Saint-Christ du Secours Folio droit 1
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 4 B : Le Saint-Christ du Secours Folio droit 2
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 5 : Le réseau des correspondants de Simon Arnail Fornier et Cie (Diffusion)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 6 : Le réseau des correspondants de Simon Arnail Fornier et Cie (Ossature)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2232/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access