Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Au service de l’économie

De la circulation de la grâce à la République de l’argent, marché, relations familiales et relations marchandes en Sicile (1287-1460)

Henri Bresc

Résumé

Dans une Méditerranée largement ouverte aux immigrations marchandes, la Sicile présente la figure particulière d’un royaume précocement unifié et dont la force repose sur le commerce des blés. La documentation notariale y montre un marché ouvert où les « nations » commerçantes collaborent avec confiance, sans que les structures familiales ou les communautés d’origine dictent les coopérations et orientent les affaires : ni « diasporas » marchandes ni exclusive nationale. Les juifs, en particulier, y participent largement : l’articulation du remembrement familial et de l’alliance consolide les positions fortes des grands marchands juifs de la fin du xive siècle et c’est une des garanties du succès des Pisans, négociants et banquiers, qui assument une position dominante au XVe : c’est autour des coalitions qu’ils réalisent que l’on perçoit pour la première fois des réseaux qu’anime leur dynamisme.

Texte intégral

  • 1 L. Feller, « Groupements, alliances et réseaux. L’organisation des solidarités familiales dans l’It (...)
  • 2 A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », p. 571.

1Le concept de réseau est largement utilisé en histoire économique du Moyen Âge, en général sans grande rigueur, pour signifier les relations marchandes qui présentent quelque stabilité. Cet usage implique souvent une hypothèse inavouée, celle d’un encastrement des rapports économiques dans une armature géographique et anthropologique déterminante. La solidarité familiale est supposée a priori naturelle et efficace, alors qu’on la sait construite et manipulée1. Le concept de diaspora marchande implique ainsi la stabilité communautaire, la permanence, sinon l’« ethnicité », l’organicité de la base sur laquelle se greffe la dispersion des marchands issus des grandes cités dynamiques du monde méditerranéen (Fustat aux xe et xie siècles, Amalfi aux xie et xiie, Pise, Gênes, Venise et Florence ensuite, puis Barcelone, Valence et les autres villes catalanes), et ce sur un modèle supposé, celui de la diaspora juive qui unirait activité, fermeture religieuse et « ethnie », mais ce modèle est lui-même en lambeaux. Anthony Molho note que Fernand Braudel s’est obstinément et fort justement refusé à utiliser le terme de « diaspora » et qu’il a réservé celui de réseau au petit groupe des banquiers italiens de la fin du Moyen Âge et du xvie siècle2.

  • 3 P. Curtin, Cross-Cultural Trade in World History, p. 1-5 : le concept de « trade diaspora » est emp (...)
  • 4 A. Greif, Institutions and the path to the modern economy : lessons from medieval trade, p. 58-90.
  • 5 J. L. Goldberg, Trade and Institutions in Medieval Mediterranean. The Geniza Merchants and their Bu (...)
  • 6 A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », p. 569-589.

2La théorie communautaire a été particulièrement poussée par Philip D. Curtin3 et Avner Greif4. La critique des historiens du haut Moyen Âge et de l’époque moderne a été sévère : dans l’étude de la société des marchands juifs de la Geniza, Jessica Goldberg a montré que les relations économiques ne coïncidaient pas avec le réseau synagogal, mais engageaient des partenaires musulmans et chrétiens5. Dans leur synthèse sur le commerce indien au xvie siècle6, A. Molho et Diogo Ramada Curto ont réuni les observations de Kirti Chaudhuri, de Sanjay Subrahmanyam et de Francesca Trivellato, très critiques à l’égard du concept de « diaspora » et de la théorie communautaire.

  • 7 A. Guerreau, « Avant le marché, les marchés ».
  • 8 G. Delille, L’Économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam.
  • 9 P. Prodi, Settimo non rubare. Furto e mercato nella storia dell’Occidente.
  • 10 G. Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché.

3Contre l’idée souterraine d’une détermination anthropologique dans l’établissement des relations marchandes et celle, plus explicite, d’un marché bridé et éclaté7, le marché libre est au centre d’une vaste et récente bibliographie : Gérard Delille a souligné la relation étroite entre le choix spécifique de l’exogamie par le christianisme et le développement d’un marché ouvert8. L’exigence de la circulation de la charité et de la grâce, à la base des décisions conciliaires, entraîne une conséquence économique considérable, la circulation du patrimoine à travers les dots (40 % par génération). Paolo Prodi a mis en lumière l’émergence d’une éthique normative du marché et l’ouverture d’un marché libre dès le xiie siècle9 et Giacomo Todeschini celle d’une conception salvatrice de la richesse dans la théologie franciscaine10.

  • 11 J. Le Goff, Le Moyen Âge et l’argent.
  • 12 K. Polanyi, La Grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps.
  • 13 Séminaire de l’École française « Famiglia e mercato tra cristianesimo, ebraismo e islam » (jeudi 3 (...)
  • 14 A. De Maddalena et H. Kellenzbenz (dir.), La repubblica internazionale del denaro tra XV e XVII sec (...)

4La rupture est donc accomplie avec l’altérité anthropologique sur laquelle reposent encore les réserves de Jacques Le Goff11 et elle bouscule aussi la théorie polanyienne du « grand renversement », du passage de l’économie encastrée dans les relations sociales aux relations sociales encastrées dans l’économie, que Karl Polanyi datait du xviiie siècle12. Une étude plus poussée, amorcée dans une rencontre romaine13, devrait permettre de baliser les étapes de la constitution du marché libre, jusqu’à sa conséquence ultime, la circulation internationale de l’argent, au service des grandes monarchies transnationales, mais aussi par-dessus les frontières politiques, qui est la marque du xvie et du xviie siècle14.

  • 15 P. Evangelisti, I Francescani e la costruzione di uno Stato. Linguaggi politici, valori identitari, (...)

5La Sicile peut être un bon laboratoire de cette recherche : elle offre, dès le xiie siècle, l’image d’un marché de produits manufacturés importés et de denrées brutes de l’agriculture et de la pêche (blé, coton, thon salé) ouvert depuis 1150 aux commerçants des « nations » marchandes, mis en concurrence. La Sicile est aussi le banc d’essai où la monarchie, à partir de 1398, a mis en œuvre le programme politique élaboré par les franciscains Francesc Eiximenis, Andrea de Pace, puis Matteo de Girgenti : sur les bases de la fides et de la caritas, il fonde l’État sur la pratique parlementaire et le conseil représentatif, et l’économie sur un marché libre, en libérant par exemple les tribunaux arbitraux entre marchands de la tutelle des juristes15.

  • 16 H. White, Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales, p. 347-349.

6Deux questions serviront de fil rouge : d’abord celle de la primauté du contexte et des relations extra-économiques inspirée de Pierre Bourdieu et acceptée par Harrison White16 ou, au contraire, celle d’une éthique interreligieuse, apportant la garantie d’une morale commune et permettant en toute confiance la collaboration entre acteurs appartenant à des groupes différents. Puis celle de la coïncidence des relations multiples qui engagent les marchands, parenté et vicinat, rapports commerciaux, appartenance à la « nation » et à l’État. Et ce en trois temps : d’abord, une synthèse des informations qu’apportent les contrats recueillis dans les registres notariés palermitains de 1287 à 1460 ; puis l’analyse de quelques « carnets » de marchands, recopiés dans les registres notariés à l’occasion des successions ou reconstitués ; enfin, dans un troisième volet, l’étude des relations entre famille et économie à trois époques successives, pour les groupes qui occupent des positions dominantes.

La Sicile dans le contexte méditerranéen

7Le contexte est celui d’une Méditerranée largement ouverte aux immigrations marchandes, favorable à leur intégration : la citoyenneté s’obtient par mariage ou par un séjour bref, accompagné de la fixation du foyer. Partout, la part des commerçants étrangers est forte. En Sicile elle est toujours prépondérante ; de plus, une part des marchands siciliens est d’origine toscane dès le xiiie siècle, particulièrement d’origine pisane au xive et au xve siècle. L’espace méditerranéen est animé par des mouvements d’hommes, de marchandises et d’argent qui ont pour centre les grandes villes de la Tyrrhénienne et du Golfe du Lion et de la Méditerranée catalane, Pise, Gênes, Marseille, Collioure, Barcelone, Valence et Majorque, croisés avec des mouvements, plus modestes, de marchandises, de fonds et même d’hommes partis des centres mineurs. Comme l’Atlantique des xviexviiie siècles, la Méditerranée est multidirectionnelle.

  • 17 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’archivio di St (...)
  • 18 C. A. Garufi (ed.), Ryccardi de Sancto Germano Chronica, p. 187.

8La Sicile présente des caractères particuliers : les Normands ont unifié précocement l’espace commercial du royaume par la suppression des péages, en 1187, depuis les Abruzzes jusqu’à Trapani17, et, sur le modèle champenois, Frédéric II a organisé en 1234 une succession de foires qui s’enchaînent du Nord au Sud, Sulmona (avril-mai), Capoue (mai-juin), Lucera (juin-juillet), Bari (juillet-août), Tarente (août-septembre), Cosenza (septembre-octobre) et Reggio (octobre-novembre), et celles de Piazza dans l’île, en mai et en septembre18. Quand l’île se sépare du reste du royaume, en 1282, une dynastie nationale, de 1296 à 1392, l’engage dans une guerre inégale de cent vingt ans contre les Angevins de Naples. Elle finance cet effort belliqueux, surtout naval, par le développement d’une fiscalité originale de royalties sur l’exportation du froment, la « traite ». L’île est enfin intégrée en 1392 dans un Empire composite, celui de la royauté aragonaise, multinationale, engagée à partir de 1420 dans la conquête du royaume de Naples, et dont la structure financière repose sur la circulation des ressources de la fiscalité par lettres de change souscrites auprès des marchands depuis Valence, Barcelone, Majorque, Palerme et Cagliari vers les camps d’Alphonse le Magnanime, puis vers la Cour, à Naples. Avec des moyens plus modestes et sans structure de filiales, les marchands-banquiers pisans et catalans suivent alors le modèle des grandes compagnies florentines et toscanes qui ont servi la Chambre pontificale d’Avignon jusqu’en 1340.

  • 19 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 380.
  • 20 P. Gulotta, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° Registro : 1299-1299), p. 297 (...)
  • 21 G. Petralia, « Sui Toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicamento (...)
  • 22 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 376.
  • 23 Ibid., p. 373.

9Une immigration massive fait affluer les marchands en Sicile : un dépouillement incomplet des archives siciliennes dénombre 3 349 marchands entre 1299 et 1458, dont 73 % sont étrangers ou immigrés récents ; un sixième de Toscans, un cinquième de Génois, un quart de Catalans19. Mais l’efficacité économique est inversement proportionnelle au nombre : les derniers sont moins au fait des techniques avancées de commerce et de banque mieux dominées par les Toscans ; ainsi, le 6 mai 1299, entre deux marchands catalans de Girone, ce sont les Bardi qui transfèrent par lettre de change 912 ½ besants de millarès de Pere Beltrami, opérant à Tunis, à Francesc de Sant Felix, à Palerme20. Les Toscans seront cependant écartés par la crise de leurs grandes compagnies autour de 1348. Les trois « nations » assument une série de positions dominantes, les Toscans avant 135021, les Génois jusqu’en 1390, les Catalans ensuite un bref moment, profitant de la conquête, les Toscans de nouveau après 1420. Mais, en dehors de courtes exclusions par le pouvoir royal de l’une ou l’autre des « nations », devenues ennemies, expulsions aussitôt corrigées par l’usage des sauf-conduits et de la naturalisation des résidents22, le principe durable est celui de la liberté de commerce : « il n’est pas juste d’enlever la liberté et l’initiative aux marchands » (non est justum quod tolletur arbitrium mercatoribus). La multiplication des privilèges accordés aux Républiques maritimes finit par raboter leur efficacité et établir une égalité de traitement à peu près totale23.

  • 24 Archivio di Stato, Palermo, Miscellanea archivistica II, Notaio Bartolomeo de Citella 127a et 127b.
  • 25 Ibid., 127b, fol. 55v ; 16 octobre 1308.

10La documentation notariée des archives de Palerme montre d’abord la réalité d’un marché ouvert, bourse de l’exportation des grains pour toute l’île et de l’importation des draps pour les deux tiers des bourgs, comme le montre la distribution sur la carte (Figure n° 1) des revendeurs de draps approvisionnés à Palerme en 1307-130924 : on compte 60 drapiers dans la métropole et 103 revendeurs qui interviennent dans 586 ventes à crédit en deux années indictionnelles ; chacun de ces derniers achète dans deux, trois, quatre boutiques palermitaines. Si l’on prend un échantillon de quelques clients du principal drapier, Lombardo de Roberto Speciario, on perçoit un échange très ouvert, un ensemble de relations entrecroisées à l’infini, l’amorce d’un réseau (Figure n° 2). Il y manque cependant des nœuds régionaux ou des relais. Un seul revendeur fait à son tour fonction de semi-grossiste en direction de revendeurs de bourgs voisins, Simon Venturi d’Arezzo, habitant de Caltavuturo25.

  • 26 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 402.
  • 27 J. Sibon, Les Juifs de Marseille au xive siècle, p. 125-128.
  • 28 Un contrat de Trapani prévoit que la parole du créditeur juif, Muxa de Cathalano, fera foi. Il a re (...)
  • 29 Le 21 janvier 1437, le Tunisois Mahomet Elffaki s’engage à rembourser, à Tunis, 60 doubles à un mar (...)

11Les marchands s’intègrent aisément au milieu commerçant : les outils de cette intégration sont les procurations, les commandes et les fidéjussions et garanties qu’ils trouvent dans la « nation » d’origine ou dans le groupe religieux pour les juifs, les musulmans siciliens ayant presque disparu et les marchands d’origine maghrébine n’étant qu’une poignée à fréquenter les ports siciliens. D’autres institutions, moins formelles, favorisent ou même imposent la collaboration entre « nations » : l’arbitrage entre marchands, et, à un niveau plus modeste, l’appareil d’hôtelleries qui sert de bourse d’informations et de transports, les muletiers faisant fonction de relais vers l’hinterland, le courtage, enfin, assumé en particulier par des juifs et des juives (un tiers des 28 courtiers répertoriés en activité et un quart des 41 courtiers qui prêtent serment en 1389 et fournissent des garants26). Comme à Marseille, où plus de neuf sur dix des courtiers sont juifs27 et en bien d’autres points, la fides publica n’est pas réservée aux chrétiens, mais étendue aux juifs28, qui prêtent serment sur la Torah ou sur les franges du vêtement, et une confiance semblable est accordée aux rares marchands musulmans29. La même foi apparaît dans les contrats entre artisans : ils travaillent dans le même atelier, tandis que des hôteliers, un chrétien et un juif, s’entendent pour tenir le « fondaco » qui jouxte la synagogue de Palerme.

  • 30 Maria Elisa Soldani, « Tra reti internazionali e spazio urbano. Forme mercantili di comunicazione, (...)
  • 31 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 400 : Bardi, Peruz (...)

12Une statistique incomplète et sans doute révisable de quelques centaines de contrats relevés dans les registres notariés permet de distinguer les formes traditionnelles de la coopération économique et les formes innovantes. Les premières réunissent les sociétés de grand commerce, les associations de petit commerce, les procurations, indices de « coopération amicale » à peine formalisée, et les commandes (Tableau n° 1). Ces coopérations élémentaires unissent des marchands, étrangers comme locaux, pour deux ou trois ans, quelquefois une simple et brève opération, en forte majorité à l’intérieur de la « nation » ou du groupe religieux. Cette « nation » peut être clairement définie, marchands de Barcelone, de Perpignan, de Majorque ou de Valence, tous qualifiés de Catalans, Génois de Gênes, de Savone ou des autres ports ligures. Les « Toscans » sont en revanche une nébuleuse où se distinguent à l’occasion Pisans et Florentins. On note que très peu de ces contrats associent des membres de même patronyme, au maximum un sur dix ; le pourcentage est cependant sous-estimé, car on ne connaît pas les liens cognatiques de marchands qui ne passent qu’un temps dans l’île. Dans l’ensemble, la « nation » joue un rôle essentiel d’intégration des jeunes et des migrants, sans doute aussi pour leur logement comme à Barcelone30, mais la « maison », l’albergo génois ou la famille patrilinéaire n’ont qu’une place modeste : seules les compagnies à filiales florentines, qui opèrent à Palerme dès les dernières décennies du xiiie siècle31, les Cambi de Sienne et quelques maisons catalanes, avant 1348 ont une structure fondée sur un noyau familial. L’hypothèse anthropologique d’une articulation des relations marchandes sur les structures familiales connaît donc dès l’abord une application limitée.

Les instruments du commerce en Sicile 1287-1458

  • 32 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Bartolomeo Bononia Spezzone 17N ; 5 mars 1 (...)

13Les formes innovantes (Tableau n° 2), appliquées au risque et à l’incertain, manifestent une ouverture croissante entre les « nations » et le groupe religieux des juifs : prêts et changes maritimes, changes et lettres de change, assurances enfin, qui apparaissent d’ailleurs en Sicile assez tardivement et successivement, les changes dès la fin du xiiie siècle, les assurances vers 1337 et les lettres de change vers 1370, unissent des partenaires d’origine diversifiée, Toscans et Génois au xive siècle, Pisans et Catalans au xve. Ce sont les premiers indices d’une circulation généralisée, d’une « République de l’argent », comme le montre, en 1371, une lettre de change tirée de Palerme à Gênes (bailleur et bénéficiaire Joan Cudines, marchand catalan de Barcelone, tireur et tiré le Génois Giovanni Squarciafico), qui prévoit un rechange à 7,1 % et masque à peine un prêt32. Ce financement « hors sol » et ce commerce de l’argent par-dessus les frontières de dominations politiques fréquemment antagonistes se multiplieront au xve siècle.

Les carnets de marchands

  • 33 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Rustico de Rusticis 81, fol. 267 ; 17 mars (...)
  • 34 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Bartolomeo Bononia 122, fol. 8v, 55v, 137, (...)
  • 35 C. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel XV secolo, Parte II. I banchieri e i lor (...)
  • 36 H. Bresc, « Reflets dans une goutte d’eau : le carnet de Girard de Guy, marchand catalan à Termini (...)

14Une confirmation des conclusions tirées de cette rapide statistique est apportée par l’examen des « carnets » de marchands (Tableau n° 3), qu’il s’agisse de l’inventaire des créances conservées par le notaire (Gregorio Denti à Palerme en 134833), de la reconstitution d’un livre de poche à partir de deux ensembles de registres notariés particulièrement riches (Brachonus Mizoc à Palerme entre 1361 et 136234 et Benedetto de Perino de Trapani en 1414-141835) ou encore d’un carnet recopié par le notaire au moment de la succession (Girard de Guy, marchand valencien de Termini, dont le petit livre de comptes couvrait les années 1406-141136). Ce sont quatre marchands moyens, mais non pas médiocres (les affaires comptabilisées vont de 930 à 3 835 florins).

  • 37 Archivio di Stato, Palermo, Protonotaro 2, fol. 222 ; 9 décembre 1355.

15Gregorio Denti est grossiste de draperie, mais il livre aussi du thon salé des madragues de Sicile occidentale et des fournitures de luxe à des clients de la noblesse et son frère Simon est l’un des rares marchands siciliens à tenter l’aventure de se fixer en Lombardie37.

16Brachon Mizoc finance une tannerie gérée par d’autres juifs palermitains et une taverne qui vendra du vin rituel (kasher), mais il s’occupe aussi d’exportation vers la Sardaigne (vin blanc et rouge, coton, sucre, eau de rose et casse fistule, dinanderie) et il réserve près d’un tiers de ses investissements à des patrons de barques qui vont commercer en Valdemone, région montagnarde, de Cefalù à Taormine, riche en bois, en vin, en soie grège. C’est le seul des quatre marchands à manifester une forte spécialisation au sein de son groupe, ici le groupe religieux, mais c’est une spécialisation technique (la tannerie, d’ailleurs partagée) et rituelle qui l’explique : la part des juifs dans ses affaires est un peu supérieure à la moitié de ses investissements.

17Au xve siècle, Girard de Guy est un modèle de relais (broker) entre les importateurs catalans de draps de Palerme et les clients, nobles et revendeurs des bourgs montagnards de la Sicile centrale ; il possède aussi une boutique de drap tenue par un associé. L’essentiel de son activité est cependant l’achat de blé et de fromage pour l’exportation. Il finance par des prêts trente-trois petits marchands qui joueront le rôle d’acheteurs dans les bourgs, assurant la collecte du grain à la moisson et du fromage. Ce sont les foires qui lui donnent l’occasion de renouer avec ces collecteurs, en particulier celle de Polizzi, gros bourg rural de la montagne.

  • 38 Ibid., p. 97.

18Le dernier « carnet », celui de Benedetto de Perino de Trapani a été reconstitué par Carmelo Trasselli pour les quatre années 1414-1418, attiré par un indice fugitif, l’accusation d’usure portée contre lui après sa mort. L’intérêt d’un prêt, qui devait être restitué à la première demande, a été en effet fixé à 42,8 %, mais le remboursement, étalé sur six et même sept ans, a réduit ce taux à un prélèvement raisonnable38. Les activités sont différentes, essentiellement le prêt, quelques affaires d’exportation vers Pise où Benedetto a un facteur, Peri de Zampino, des achats de sucre produit en Sicile, un peu de financement de la piraterie orientée vers le littoral africain.

19L’ensemble de ces documents reconstitués permet de confirmer l’ouverture du marché : les juifs y sont toujours présents, leur part modeste, mais régulièrement sous-estimée. Ils sont 8 des 67 correspondants locaux de Girard de Guy (12 %) et ceux qui assurent les plus fortes livraisons de grain, mais elles ne sont pas comptabilisées dans le carnet. Trois des marchands ont des affaires au Maghreb : Gregorio Denti a vendu du drap à un juif de Djerba, Girard de Guy a expédié une cargaison de froment aux Monts de Barca (Cyrénaïque) dans le cadre de l’échange grain-esclaves africains livrés par les traitants du trafic transsaharien et Benedetto de Perino a expédié des noisettes à Tunis.

20Une autre déduction s’impose à l’analyse de ces documents : on ne voit pas de réseau, mais seulement des chaînes. Girard de Guy sert de relais entre les importateurs palermitains et les revendeurs comme entre les acheteurs de produits agricoles et les exportateurs. C’est sans doute le cas aussi de Gregorio Denti, sans preuve formelle. Pour ce dernier et pour les deux autres marchands, on ne peut qu’établir une toile d’araignée centrée sur leur boutique et qui ne mérite guère le nom de réseau, même baptisé « ego-centré ». Pour repérer l’existence et l’utilisation des réseaux, il faut donc en venir à des analyses d’ensemble par moments clés de la documentation notariale.

Famille, albergo et réseau : trois exemples

  • 39 E. Grendi, « Profilo storico degli alberghi genovesi », p. 295.

21L’hypothèse qui voit dans la fermeture familiale un élément essentiel de cohésion des sociétés économiques trouve dans la documentation sicilienne des confirmations et des nuances. Le modèle le plus remarquable de la combinaison entre clôture endogamique et mariage d’alliance est celui des juifs qui suivent les règles talmudiques. On retrouve l’articulation du remembrement familial et de l’alliance chez les Pisans de Palerme au début du xve siècle et on sait que les grands alberghi génois du xive et du xve siècle qui opèrent à Palerme cherchaient une solidarité renforcée dans des mariages croisés entre les lignées confédérées au sein de ces maisons artificielles, en prenant soin de ne pas glisser à l’endogamie telle que la définit la règle canonique39. Cette articulation entre clôture et ouverture est stratégique : elle fortifie un groupe au moment de l’offensive sur le marché sans compromettre l’intégration, qui conduit à de hautes fonctions politiques, auliques et bureaucratiques et à la féodalité. Plus on s’intègre, plus on se renforce : c’est une prudence élémentaire.

  • 40 Les Taguil, de Palerme à Corleone, par exemple ; H. Bresc, Arabes de langue, Juifs de religion. L’é (...)
  • 41 C. Denjean, « Réseaux relationnels des prêteurs juifs de Cerdagne et de Roussillon, 1260-1420 », p. (...)
  • 42 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti Ia stanza, Bartolomeo Bononia 123, fol. 87v° ; 29 décembr (...)
  • 43 H. Bresc, Arabes de langue, Juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnemen (...)
  • 44 G. Delille, L’Économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, p. 193.

22Les juifs ne comptent pas de grands marchands, sinon pendant la courte période qui va de 1360 à 1410, et ils font pour l’essentiel partie du tissu conjonctif de l’économie sicilienne. Leur enracinement, « millénaire », et la souplesse de leur système familial leur permettent d’établir des bases de commerce dans les bourgs, où une famille marchande peut détacher un fils40, comme en Cerdagne et en Roussillon41. Ils peuvent aussi établir des alliances, quelquefois lointaines, comme le mariage de Chasuna, fille du puissant Jusuf Chentorbi, homme de confiance des Chiaramonte, Seigneurs de Palerme, à un médecin de Cagliari en Sardaigne42, mais surtout, par des mariages endogames, de renforcer sans cesse la solidarité interne43. Les alliances sont évidemment beaucoup plus instables, comme le lien matrimonial lui-même, à la merci d’une rupture entre beaux-frères qui peut se traduire par une répudiation, un gêt44. La gestion du douaire par l’épouse est une garantie, certes, et aussi une épée de Damoclès sur l’époux, freiné dans ses aventures financières : Brachon Mizoc, qui investit 130 onces dans une affaire de tannerie, exige que les femmes de ses deux associés renoncent à mettre la main sur le capital, en cas de décès des époux, pour recouvrer dots et douaires. Le système matrimonial à chaînes courtes a l’avantage de la cohérence, mais le désavantage de raréfier les associations complexes et les relations internationales, outre la nécessaire fermeture sur le groupe religieux.

23Vers 1370, quelques grandes figures apparaissent, qui investissent aussi dans la production agricole et l’élevage pour l’exportation : Samuel Cusintinus, Sufen Taguil, Salamon Nachuay. L’examen des généalogies (Figure n° 3) montre que les familles engagées dans le grand commerce, anciennes et nobles (de Medico/Lu Medicu, Taguil et Xunina) et immigrées (les Cusintinus, originaires de Cosenza en Calabre), combinent l’alliance et la clôture matrimoniale, mariage avec la cousine parallèle patrilatérale ou avec la cousine croisée matrilatérale. La génération suivante verra un certain effacement des grandes maisons du milieu juif, avant une relance dans la seconde moitié du xve siècle par d’autres familles. Le manque de réseaux et de respiration internationale est la cause probable de ce déclin.

24Les alberghi génois apparaissent dans la documentation palermitaine entre 1330 et 1340 ; vers 1350 une alliance politique avec la maison comtale des Chiaramonte et leur collaboration au gouvernement de la partie de la Sicile ralliée aux Angevins de Naples favorise leur pénétration sur le marché, sans qu’on puisse parler d’hégémonie ; leur position dominante s’exprime dans l’enveloppement du groupe des marchands palermitains d’origine pisane par les Spinola et les Maruffo. La figure n° 4 permet de saisir des liens récurrents entre les grands marchands des alberghi et de repérer les relais : la plupart des sociétés de commerce sont conclues entre membres d’alberghi nobles, associant Squarciafico, Cibo, Cicala, Doria et Spinola, Spinola et Grillo, Leccavella et Imperiale, Pinelli, Spinola et Squarciafico, et plus rarement entre nobles et populaires (les Maruffo associés aux De Mari), sans que l’on sache les relations matrimoniales qui ont pu jouer entre ces alberghi. Pas de lien croisé, en revanche, mais des relations avec des marchands d’origine pisane, Federico Rustichelli, Nardo de Rustico et la fratrie des Falcono, relais très actif vers les commerçants palermitains, les juifs et les débouchés de l’exportation. Les Génois resteront actifs durant tout le xve siècle, sans atteindre l’efficacité des Pisans : ils manquent de fortes compagnies à noyau familial et leur position politique ambiguë face aux ambitions des Transtamare les écarte du maniement des finances royales après 1410.

  • 45 Prosopographie de G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese. L’emigra (...)

25La banque pisane, enfin, s’est développée en Sicile après l’intégration de Pise à la sphère de domination florentine : quelques exilés, mais surtout une grande masse d’immigrés dans la tradition des xiiie et xive siècle, quelquefois des mêmes familles, souvent de nouvelles maisons marchandes45. Solidement appuyés sur les profits de l’importation de produits manufacturés et de l’exportation des productions agricoles, ils font circuler l’argent de la fiscalité royale entre Barcelone, Valence, Cagliari, Palerme et le camp d’Alphonse le Magnanime, qui assiège Gaète, se fixe dans la ville conquise, puis assiège Naples, s’y installe pour peu de temps avant de reprendre une itinérance belliqueuse. Le service de la Cour royale conduit à quelques faillites, comme celle de leur associé catalan Pere Çimart, mais asseoit solidement Piero Gaetani, entré dans la noblesse bureaucratique comme maître rational, puis dans la féodalité, comme baron de Tripi, et Antonio da Settimo, qui place son fils Simonetto comme page à la Cour de Naples. C’est la récompense d’une efficacité rare : les banquiers pisans et leurs associés catalans ont su, par le mécanisme des lettres de change, faire circuler le précieux sang qui a irrigué l’armée et permis d’acheter les fidélités et les trahisons.

  • 46 En 1458, aucun des directeurs des douze compagnies de Côme de Médicis n’est membre de la famille Me (...)
  • 47 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 412.

26Le réseau des Pisans de Palerme, cohésif, une quasi-clique (Figure n° 5), fonctionne autour d’un noyau : Piero Gaetani et Antonio da Settimo sont beaux-frères, le premier ayant épousé la sœur utérine du second, et ils ont renforcé leur lien en mariant la fille du premier, d’un second mariage, avec le fils du second. Giovanni Abbatellis, Palermitain d’une antique immigration florentine, est à la fois leur représentant, associé avec un Pisan, Benedetto di Ser Tommaso, et intégré à la noblesse bureaucratique, comme maître « secreto » (administrateur du fisc en Sicile), et à la féodalité. Des chaînes de procurations et de délégations, de procurations, leur rattachent les Tosinghi, les da Caprona (en Sicile, Crapona), les Agliata et des Aiutamicristo, des Buonconti, des Vernagalli. On note que, bien loin d’une économie encastrée dans les structures de la famille, ici ce sont les structures familiales qui sont mises au service de l’économie, sans distorsion des règles canoniques. Le remembrement familial, qu’on note aussi chez les Agliata par un mariage entre lointains parents de branches déjà suffisamment éloignées, est un fait bien établi chez les marchands-banquiers toscans, sans cependant peser sur la gestion des firmes commerciales46. On ne note rien de tel, au moins en Sicile, dans le monde des marchands génois et catalans, et c’est sans doute cet isolement relatif qui fait leur relative faiblesse. Les Pisans, de plus, comme certains Catalans, ont su jouer d’une identité multiple ; palermitains par citoyenneté acquise, siciliens par « naturalité » accordée par le prince, ils gardent une solidarité impressionnante : ils sont trente-deux sur les trente-huit marchands que la quasi-clique réunit et les unions matrimoniales regroupent les maisons ; Antonio da Caprona épouse la fille de son associé Baldassare Buonconti et Troiano Abbate, représentant à Palerme des Miroballo napolitains celle de Benedetto Agliata47. Leurs alliances avec la noblesse bureaucratique et avec les maisons baronniales de la féodalité leur permettent aussi de recycler dans les affaires commerciales et dans la banque les réserves que la rente féodale accumule dans les caisses de leurs alliés et affins : Mario Buonconti épouse une Biondo de Palerme, Beatrice da Settimo Pietro Carastono.

27En Sicile, l’articulation entre l’alliance et le remembrement lignager a assuré, sur un marché ouvert, des positions fortes. Elle a protégé le rôle, subalterne, mais régulier, des juifs et consolidé l’efficace des savoirs commerciaux et financiers des Pisans et des autres Toscans. Les réseaux de commerce et de finance, fugitifs et instables, se sont organisés autour de coalitions capables de durer pendant une génération et qui étaient la réponse la plus adéquate à l’offre d’un marché animé par le mouvement « brownien » de marchands aux origines multiples et dispersés. Ces grumeaux sont capables d’attirer et de faire converger des acteurs appartenant à d’autres « nations » et de soutenir puissamment un État transnational aux ambitions et aux dimensions impériales.

Bibliographie

Bresc Henri, Arabes de langue, Juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, Paris, Bouchène, 2001.

Bresc Henri, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), Paris-Rome-Palerme, École française de Rome-Accademia di Scienze, Lettere e Arti di Palermo (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 262), 1986.

Bresc Henri, « Reflets dans une goutte d’eau : le carnet de Girard de Guy, marchand catalan à Termini (1406-1411) », Archivio storico messinese, 77, 1998, p. 5-47.

Coulon Daniel, Picard Christophe et Valérian Dominique (dir.), Espaces et réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle, I. La configuration des réseaux, Paris, Bouchène, 2007 et, II. La formation des réseaux, Paris, Bouchène, 2010.

Curtin Philip D., Cross-Cultural Trade in World History, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 1984.

Delille Gérard, L’Économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

De Maddalena Aldo et Kellenzbenz Hermann (dir.), La repubblica internazionale del denaro tra XV e XVII secolo, Bologne, il Mulino, 1986.

Denjean Claude, « Réseaux relationnels des prêteurs juifs de Cerdagne et de Roussillon, 1260-1420 », dans Coulon Daniel, Picard Christophe et Valérian Dominique (dir.), Espaces et réseaux en Méditerranée, viexvie siècle, II, La formation des réseaux, p. 255-273.

Evangelisti Paolo, I Francescani e la costruzione di uno Stato. Linguaggi politici, valori identitari, progetti di governo in area catalano-aragonese, Padoue, Edizioni francescane (Fonti e ricerche, 20), 2006.

Feller Laurent, « Groupements, alliances et réseaux. L’organisation des solidarités familiales dans l’Italie médiévale », dans Coulon Daniel, Picard Christophe et Valérian Dominique, Espaces et réseaux en Méditerranée, viexvie siècle, II, La formation des réseaux, p. 233-243.

Garufi Carlo Alberto (ed.), Ryccardi de Sancto Germano Chronica, Città di Castello (R.I.S., VII, II), 1938.

Goldberg Jessica L., Trade and Institutions in Medieval Mediterranean. The Geniza Merchants and their Business World, Cambridge, Cambridge University Press (Cambrige Studies in Economic History), 2012.

Greif Avner, Institutions and the path to the modern economy : lessons from medieval trade, New York, Cambridge University Press, 2006.

Grendi Edoardo, « Profilo storico degli alberghi genovesi », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 87, 1975, p. 241-301.

Guerreau Alain, « Avant le marché, les marchés », Annales HSS, 56, 6, 2001, p. 1129-1175.

Gulotta Pietro, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° Registro : 1299-1299), Rome, Centro di ricerca Pergamene medievali e protocolli notarili (Fonti e studi del Corpus membranarum italicarum, 3a serie, Imbreviature, matricole, statuti e formulari notarili medievali), 1982.

Le Goff Jacques, Le Moyen Âge et l’argent, Paris, éd. Perrin, 2010.

Minieri Riccio Camillo, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’archivio di Stato di Napoli, Supplemento I, Naples, 1883.

Molho Anthony et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales HSC, 58, 3, 2003, p. 569-589.

Petralia Giuseppe, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese. L’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, Pacini, 1989.

Petralia Giuseppe, « Sui Toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicamento nei ceti urbani », dans Tangheroni Marco ed., Commercio, finanza, funzione pubblica. Stranieri in Sicilia e in Sardegna nei secoli XIII-XV, Naples, éd. Liguori (Gisem, Europa mediterranea, Quaderni, 3), 1989, p. 129-218.

Polanyi Karl, La Grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

Prodi Paolo, Settimo non rubare. Furto e mercato nella storia dell’Occidente, Bologne, il Mulino, 2009.

Sibon Juliette, Les Juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Éditions du Cerf (Nouvelle Gallia Judaica, 6), 2011.

Soldani Maria Elisa, « Tra reti internazionali e spazio urbano. Forme mercantili di comunicazione, solidarietà e gestione degli affari nel Mediterraneo occidentale bassomedievale », dans Coulon Daniel, Picard Christophe et Valérian Dominique (dir.), Espaces et réseaux en Méditerranée, viexvie siècle, I. La configuration des réseaux, p. 81-109.

Todeschini Giacomo, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, Lagrasse, 2008.

Trasselli Carmelo, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel XV secolo, Parte II. I banchieri e i loro affari, Palerme, Banco di Sicilia, Fondazione Mormino, 1968.

White Harrison C., Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales, Paris, EHESS (EHESS-Translations), 2011.

Annexes

Illustrations

Tableau 1 : les formes traditionnelles

Tableau 1 : les formes traditionnelles

Tableau 2 : les formes innovantes

Tableau 2 : les formes innovantes

Tableau n° 3 : les « carnets »

Tableau n° 3 : les « carnets »

Figure 1 : Le réseau des revendeurs de draps approvisionnés à Palerme 1307-1309.

Figure 1 : Le réseau des revendeurs de draps approvisionnés à Palerme 1307-1309.

Figure 2 : Un marché ouvert : échantillon de relations d’achats à crédit entre drapiers grossistes de Palerme et revendeurs des bourgs (1307-1309).

Figure 2 : Un marché ouvert : échantillon de relations d’achats à crédit entre drapiers grossistes de Palerme et revendeurs des bourgs (1307-1309).

Figure 3 : Les sociétés commerciales des juifs de Palerme, enchaînement et clôture.

Figure 3 : Les sociétés commerciales des juifs de Palerme, enchaînement et clôture.

Figure 4 : Réseau ou chaîne des marchands génois et pisans à Palerme ? 1370-1380.

Figure 4 : Réseau ou chaîne des marchands génois et pisans à Palerme ? 1370-1380.

Figure 5 : Le réseau des marchands pisans à Palerme vers 1440.

Figure 5 : Le réseau des marchands pisans à Palerme vers 1440.

Notes

1 L. Feller, « Groupements, alliances et réseaux. L’organisation des solidarités familiales dans l’Italie médiévale », p. 235.

2 A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », p. 571.

3 P. Curtin, Cross-Cultural Trade in World History, p. 1-5 : le concept de « trade diaspora » est emprunté à Abner Cohen, et explicité « nation composée de communautés socialement interdépendantes, mais dispersées spatialement ».

4 A. Greif, Institutions and the path to the modern economy : lessons from medieval trade, p. 58-90.

5 J. L. Goldberg, Trade and Institutions in Medieval Mediterranean. The Geniza Merchants and their Business World, p. 52.

6 A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », p. 569-589.

7 A. Guerreau, « Avant le marché, les marchés ».

8 G. Delille, L’Économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam.

9 P. Prodi, Settimo non rubare. Furto e mercato nella storia dell’Occidente.

10 G. Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché.

11 J. Le Goff, Le Moyen Âge et l’argent.

12 K. Polanyi, La Grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps.

13 Séminaire de l’École française « Famiglia e mercato tra cristianesimo, ebraismo e islam » (jeudi 3 avril 2014) à paraître.

14 A. De Maddalena et H. Kellenzbenz (dir.), La repubblica internazionale del denaro tra XV e XVII secolo.

15 P. Evangelisti, I Francescani e la costruzione di uno Stato. Linguaggi politici, valori identitari, progetti di governo in area catalano-aragonese, p. 287-307.

16 H. White, Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales, p. 347-349.

17 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’archivio di Stato di Napoli, Supplemento I, p. 20, n° 12.

18 C. A. Garufi (ed.), Ryccardi de Sancto Germano Chronica, p. 187.

19 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 380.

20 P. Gulotta, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° Registro : 1299-1299), p. 297-298, n° 385.

21 G. Petralia, « Sui Toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicamento nei ceti urbani ».

22 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 376.

23 Ibid., p. 373.

24 Archivio di Stato, Palermo, Miscellanea archivistica II, Notaio Bartolomeo de Citella 127a et 127b.

25 Ibid., 127b, fol. 55v ; 16 octobre 1308.

26 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 402.

27 J. Sibon, Les Juifs de Marseille au xive siècle, p. 125-128.

28 Un contrat de Trapani prévoit que la parole du créditeur juif, Muxa de Cathalano, fera foi. Il a reçu 10 onces (50 florins) pour commercer, ad traficandum, d’un médecin chrétien ; Archivio di Stato, Trapani, Notaio Scanatello 178 ; 8 Novembre 1420.

29 Le 21 janvier 1437, le Tunisois Mahomet Elffaki s’engage à rembourser, à Tunis, 60 doubles à un marchand catalan devant quatre témoins, tous ifrîqiyyens ; Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Giacomo Comito 845.

30 Maria Elisa Soldani, « Tra reti internazionali e spazio urbano. Forme mercantili di comunicazione, solidarietà e gestione degli affari nel Mediterraneo occidentale bassomedievale », p. 96.

31 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 400 : Bardi, Peruzzi, Acciajuoli, Gambacurta, Bonaccorsi, Campisani, Guidolotti.

32 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Bartolomeo Bononia Spezzone 17N ; 5 mars 1371.

33 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Rustico de Rusticis 81, fol. 267 ; 17 mars 1348.

34 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti, Prima stanza, Bartolomeo Bononia 122, fol. 8v, 55v, 137, 31 janvier 1359-28 janvier 1360 ; deux fragments séparés du registre 122 : Spezzone 125, 23 juin 1361 ; Spezzone 45N, 8 juillet 1361 ; l’essentiel dans le registre 123, fol. 3v, 47, 47v, 59, 60, 61v, 64v, 66, 67v, 71, 71v, 76, 76v, 82v, 95, 98, 102v, 112, 120, 132, 134, 138v, 142, 150, 151, 153v, 154, 154v, 160, 160v, 161, 165, 172, 174, 175v, 176, 176v , 6 septembre 1361-18 août 1362.

35 C. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel XV secolo, Parte II. I banchieri e i loro affari, p. 85-89.

36 H. Bresc, « Reflets dans une goutte d’eau : le carnet de Girard de Guy, marchand catalan à Termini (1406-1411) ».

37 Archivio di Stato, Palermo, Protonotaro 2, fol. 222 ; 9 décembre 1355.

38 Ibid., p. 97.

39 E. Grendi, « Profilo storico degli alberghi genovesi », p. 295.

40 Les Taguil, de Palerme à Corleone, par exemple ; H. Bresc, Arabes de langue, Juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, p. 155-156.

41 C. Denjean, « Réseaux relationnels des prêteurs juifs de Cerdagne et de Roussillon, 1260-1420 », p. 420.

42 Archivio di Stato, Palermo, Notai defunti Ia stanza, Bartolomeo Bononia 123, fol. 87v° ; 29 décembre 1361, restitution de la dot après la mort du mari.

43 H. Bresc, Arabes de langue, Juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, p. 153-155.

44 G. Delille, L’Économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, p. 193.

45 Prosopographie de G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese. L’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, en particulier p. 102-117 (Agliata), p. 145-152 (Buonaconti), p. 159-164 (da Caprona), p. 185 (Gaetani) et p. 250-253 (da Settimo).

46 En 1458, aucun des directeurs des douze compagnies de Côme de Médicis n’est membre de la famille Medici.

47 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), p. 412.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : les formes traditionnelles
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 2 : les formes innovantes
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau n° 3 : les « carnets »
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 1 : Le réseau des revendeurs de draps approvisionnés à Palerme 1307-1309.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Un marché ouvert : échantillon de relations d’achats à crédit entre drapiers grossistes de Palerme et revendeurs des bourgs (1307-1309).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 3 : Les sociétés commerciales des juifs de Palerme, enchaînement et clôture.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4 : Réseau ou chaîne des marchands génois et pisans à Palerme ? 1370-1380.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5 : Le réseau des marchands pisans à Palerme vers 1440.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2226/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access