Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

L’individu au centre des convergences

Henri de La Tour et les Grands sous la régence de Marie de Médicis

Romain Marchand

Résumé

La régence de Marie de Médicis s’accompagne, de janvier 1611 à avril 1617, de l’éviction de Sully, des révoltes des Grands et de la chute de Concini, qui font ressortir le rôle du prince de Condé et des Grands. Peut-on parler, à l’égard de ces derniers, d’un réseau ? Comment ce dernier s’organise-t-il et fonctionne-t-il ? De quels relais dispose-t-il ?
Après l’étude, en doctorat, des relations entre Henri de La Tour et les Grands, il s’agit ici d’élargir la perspective et de bien saisir, par-delà leurs motivations, les modalités de fonctionnement du réseau des Grands qui soutient le prince de Condé.

Texte intégral

1La période qui sépare le régicide, en mai 1610, de la chute de Concini, en avril 1617, est dominée par l’opposition entre Marie de Médicis, à qui est confiée la régence du royaume de France jusqu’en octobre 1614, puis le gouvernement des affaires, et le prince de Condé, qui demeure l’héritier du trône en cas de décès du jeune Louis XIII et devient le chef de l’opposition à la reine mère. Ce conflit et les tensions politiques qui en découlent sont une constante de l’historiographie de la période et les biographies du prince de Condé, de Marie de Médicis, de Concini, de Louis XIII, ainsi que les études de libelles, se focalisent sur cette question et confèrent à l’étude de cette période une dimension très individuelle opposant des personnalités qui élaborent des projets différents pour le royaume et tentent de les faire valoir par des moyens variés. Le conflit entre le prince de Condé et Marie de Médicis se termine par l’arrestation du premier, l’exil à Blois de la reine mère, et permet l’émergence spectaculaire du jeune Louis XIII qui, soutenu par Luynes, élimine Concini.

  • 1 J.-F. Dubost, Marie de Médicis, la reine dévoilée.

2La biographie de Marie de Médicis par Jean-François Dubost met en valeur les soutiens réels dont bénéficie la reine mère pendant son septennat1. Ils sont également connus pour le prince de Condé : les Grands d’une part, avec parmi eux Henri de La Tour, duc de Bouillon, présenté comme un éternel trublion ; les parlementaires et le parti protestant d’autre part. Est-il possible de passer de l’étude des soutiens dont il dispose à la cartographie d’un réseau et d’en déterminer le fonctionnement ? Le triptyque dominer – contrôler – être intégré, utilisé par Thierry Rentet dans l’étude des réseaux du connétable Anne de Montmorency, permet-il de comprendre la place de chacun des acteurs ?

3La séquence évènementielle de la période, les interventions des uns et des autres et leurs motifs officiels sont bien connus, en particulier par les libelles dont les pics ponctuent chaque événement majeur, et par les mémoires des contemporains. Il s’agit en l’occurrence de comprendre comment s’organisent les relations entre les différents soutiens du prince de Condé et de quelle manière ils sont simultanément ou alternativement sollicités, en éclairant le corpus de sources habituellement sollicité par la correspondance conservée d’Henri de La Tour, vicomte de Turenne, prince souverain de Sedan et duc de Bouillon et de son épouse Élisabeth de Nassau, malgré ses lacunes.

De la correspondance au réseau

  • 2 Principalement dans les lettres qu’elle échange environ deux fois par mois avec sa sœur Charlotte-B (...)

4Pour la période 1610-1617, 182 lettres écrites et 118 lettres reçues par le duc de Bouillon sont recensées, auxquelles s’ajoutent 227 lettres dans lesquelles il est mentionné, dont 56 écrites par son épouse, laquelle cite 271 personnages dans ses missives2. Les occurrences des différents auteurs, destinataires et personnages mentionnés permettent de dresser le tableau suivant :

Correspondance active

Correspondance passive

Mentions du duc de Bouillon

Personnages mentionnés dans les lettres d’Élisabeth de Nassau

Princes et ministres étrangers 

66

53

12

17

Charlotte-Brabantine 

39

Duplessis-Mornay 

11

15

83

5

Louis XIII

11

8

4

3

Henri de La Trémoille

8

Le président Jeannin

6

1

3

1

Montmorency

5

Marie de Médicis

4

10

2

Villeroy

4

2

2

Élisabeth de Nassau

3

3

Prince de Condé

2

2

10

Duc de Nevers

1

Lesdiguières

5

1

2

Sully

2

4

Richelieu

7

Éperon

5

Luynes

3

Concini

2

5L’importance de la correspondance échangée avec les princes étrangers met en exergue une caractéristique majeure du duc de Bouillon qui le distingue de l’ensemble des grands : c’est un prince souverain qui a épousé une Nassau, il fait donc partie du cercle des princes protestants européens, c’est pourquoi sa correspondance est régulière avec ces derniers.

  • 3 Jean-Luc Tulot affirme en effet que le duc de Bouillon « se méfiait de l’utilisation qui pouvait êt (...)

6Ce qui au contraire surprend est la rareté, voire l’inexistence, des lettres échangées entre Henri de La Tour et les Grands, ce qui empêche a priori de procéder à une étude de réseau. Faut-il y voir de sa part une méfiance face à « l’utilisation qui pouvait être faite de ses écrits »3 ? Dans ce cas-là, on s’attendrait à constater une baisse des échanges épistolaires entre Henri de La Tour et les Grands après 1610 lorsqu’ils entrent progressivement dans l’opposition à la reine mère. Or, le nombre de lettres reste faible avant comme après 1610, ce qui conduit à revenir au principe de tout recours à la lettre : si la lettre implique la séparation physique, elle est inutile pour Henri de La Tour et les Grands qui se fréquentent à la cour ou dans la capitale de façon quotidienne, voire se rencontrent en province comme le duc de Bouillon et le duc de Nevers à Sedan, Charleville et la Cassine. De même, l’intensité des échanges du duc de Bouillon avec la famille royale croît lors de chacun de ses départs de la cour.

La famille royale dans la correspondance du duc de Bouillon et de son épouse (1591-1623)

La famille royale dans la correspondance du duc de Bouillon et de son épouse (1591-1623)
  • 4 Voir tableaux 16 et 17 : Personnages revenant le plus souvent dans la correspondance d’Henri de La  (...)

7Sur ce graphique apparaissent clairement l’exil sedanais de 1602-1606, ses retraites estivales à Sedan de 1607 à 1610, la prise de distance géographique avec la capitale au cours des guerres civiles de 1614-1617, et enfin son départ pour Sedan après avril 1617 jusqu'à sa mort en mars 1623. Le nombre limité de lettres conservées traduit probablement une activité épistolaire réduite et invite à mesurer et analyser autrement l’activité du réseau des Grands, qui malgré le faible nombre de missives font partie des correspondants les plus actifs du duc de Bouillon, en particulier le duc de Nevers et le prince de Condé4.

8D’autre part, la rareté des lettres n’empêche pas nécessairement d’appréhender l’action des différents membres du réseau des Grands puisque Henri de La Tour à partir de 1614 écrit régulièrement à ses correspondants étrangers ou à sa belle-sœur Charlotte-Brabantine de Nassau, duchesse de la Trémoille, pour justifier les prises d’armes, expliquer le déroulement des opérations et des négociations à Sainte-Menehould et à Loudun, solliciter des appuis ou évoquer ses propres préparatifs militaires. D’autres sources permettent par ailleurs de compléter l’étude, comme les libelles, le journal de Pierre de l’Estoile, les mémoires des contemporains, sources qui toutes associent dès le mois de mai 1610 le nom du duc de Bouillon à ceux des Grands et du prince de Condé, ou au parti protestant et aux parlementaires. Peut-on esquisser la position de chacun d’entre eux dans le réseau des Grands ?

Domination, contrôle et intégration dans le réseau des Grands

  • 5 T. Rentet, Anne de Montmorency, grand maitre de François 1er, p. 266.

9Le prince de Condé semble le seul à exercer une domination sur le réseau des Grands, que Thierry Rentet définit comme une « autorité incontestable et incontestée »5. C’est en effet autour de lui que s’organise ce réseau dès son retour à Paris, qui inquiète Marie de Médicis, mais auquel Henri de La Tour participe :

  • 6 P. de L’Estoile, Mémoires, t. 3, 1610-1611, p. 141.

« Le vendredi 9e, M. de Bouillon sortit de Paris, pour aller au devant de M. le prince de Condé, avec Madame la princesse sa mère, M. de La Trimouille et plusieurs autres, seigneurs et dames. La Reine ne trouva bon que les Princes y allassent et leur en fit faire défenses fondées, ainsi qu’on disait, sur leurs querelles. »6

10Cette domination rend compte du rang du prince de Condé parmi les Grands et de sa position d’héritier de la couronne en cas de décès du jeune Louis XIII. Elle se traduit par l’impulsion qu’il donne aux phases de tension politique ou de ralliement à Marie de Médicis : aucun des Grands ne prend les armes sans son accord, il désigne le duc de Bouillon pour conduire l’armée des princes de Noyon en Picardie jusqu’en Poitou, il est de loin le principal bénéficiaire des paix successives, entre autres celle de Loudun. Il est l’objet d’une attention particulière de la régente et de Concini, qui, inquiets de ses discussions avec les Grands à l’été 1616, le font arrêter le 1er septembre, afin d’empêcher une nouvelle prise d’armes en mettant hors d’état de nuire le chef de l’opposition.

  • 7 T. Rentet, Anne de Montmorency, p. 264.
  • 8 Bibliothèque de Sedan – section du patrimoine, Ms 35.

11Pourtant, paradoxalement, cette opposition fait face à la volonté gouvernementale de la réduire dans les mois qui suivent. Après une période de surprise et d’hésitation, marquée par la fuite des Grands hors de la capitale, les Grands s’organisent, répondent aux accusations lancées à leur encontre par Richelieu dans la déclaration du 13 février 1617 et leur situation ne devient critique qu’au printemps 1617, soit six mois après l’arrestation du prince. C’est ici qu’intervient un second personnage, qui semble exercer le contrôle de ce réseau, à savoir la « responsabilité partagée avec d’autres personnages » ce qui le rend « susceptible d’être remis en cause »7. Il s’agit du duc de Bouillon qui devient dès 1610 l’un des principaux conseillers du prince8 :

  • 9 J. Marsolier, Histoire de Henry de La Tour, p. 257.

« Il n’y avoit point de Seigneur en France que le Prince estimât plus que le Duc de Bouillon ; & dès la première fois qu’ils se revirent, le Prince le pria d’être de ses amis, & de compter sur son amitié & sur sa confiance. Rien ne convenoit mieux aux projets du Duc ; ainsi la liaison fut bien-tôt formée. »9

  • 10 J.-F. Dubost, Marie de Médicis, la reine dévoilée, chapitre 21 : « Marie contre Condé ».
  • 11 H. Zuber, Recherches sur l’activité politique et diplomatique de Henri de La Tour, t. 1, quatrième (...)
  • 12 Le manifeste de Monsieur le Prince, envoyé à Monsieur le Cardinal de Joyeuse ensemble le lettre de (...)
  • 13 R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 605-609.
  • 14 Libre harangue faicte par Mathault en la presence de Monsieur le Prince en son Chasteau d’Amboise, (...)
  • 15 Archives nationales, 1 AP 434, f° 60, lettre d’Élisabeth de Nassau à Charlotte-Brabantine de Nassau (...)
  • 16 Ibid., f° 187, lettre d’Élisabeth de Nassau à Charlotte-Brabantine de Nassau du 10 mars 1616 ; Stra (...)
  • 17 J’ay veu catuveu, s.l., 1616, p. 4.
  • 18 Archives municipales de Sedan, fonds Gourjault, cartons 50 et 55.
  • 19 R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 598-600.
  • 20 Ibid., p. 573-576.
  • 21 Ibid., chapitre 4.

12Le rôle spécifique d’Henri de La Tour n’apparaît que tardivement dans les actions des Grands, car il agit dans un premier temps exactement comme eux : l’opposition à Marie de Médicis10 et Concini11 explique les départs de la cour, les prises d’armes et leurs justifications12. Il en est de même dans les libelles, car la plupart d’entre eux mêlent les noms du prince de Condé, des ducs de Mayenne, de Nevers, de Vendôme, de Bouillon ainsi que du marquis de Cœuvres à partir de 1614, sans toutefois les hiérarchiser. Pourtant la détérioration de la figure du duc de Bouillon dans ce type de sources est remarquable dès la première prise d’armes et s’accentue sans cesse : il devient la cible principale des libelles contre les princes, ce qui permet d’épargner le prince de Condé13 qu’Henri de La Tour est accusé de manipuler14, d’affaiblir politiquement en quittant la coalition des princes15, d’avoir insuffisamment préparé les défenses de Sedan16 ou au contraire de préparer les prises d’armes à l’abri des terres souveraines17. Cette dernière activité est attestée pour chaque prise d’armes par les importantes commandes de matériel d’artillerie passées à Sedan en 1613, 1615, 1616, 161718 : Henri de La Tour, prince souverain, peut anticiper les prises d’armes en commandant du matériel dans les terres souveraines à des artisans qui sont renommés – en 1600-1601 Sully avait commandé des boulets à Sedan pour le compte du roi de France. C’est par ailleurs le duc de Bouillon qui permet au prince de Condé de bénéficier de l’appui des parlementaires au printemps 1615, puis du parti protestant en 161619. Ses relations avec ces deux groupes sont anciennes : le financier Scipion Sardini a sollicité les parlementaires parisiens au milieu des années 1580 pour financer la rançon du vicomte de Turenne, alors captif à Hesdin20 ; une décennie plus tôt, le même vicomte avait quitté la cour, s’était rallié au roi de Navarre et au parti protestant avant de se convertir au calvinisme21.

  • 22 Bibliothèque de l’Institut, Coll. Godefroy, Mss 267, f° 186 : lettre du duc de Nevers au duc de Bou (...)

13La position de contrôle exercée par le duc de Bouillon est attestée dès 1614 par l’appel du duc de Nevers à rejoindre les princes22 et par son intervention pour sauver le duc de Mayenne, assiégé dans Soissons par les troupes royales, en avril 1617. Ce contrôle passe par les conseils au prince de Condé, l’évaluation de la situation politique, la mobilisation des partisans des Grands lors des révoltes comme les protestants et les parlementaires. Sans doute ce rôle de conseil et d’intermédiaire avec les appuis des princes justifie la dégradation de l’image du duc de Bouillon, d’autant qu’il ridiculise les troupes royales commandées par Boisdauphin en 1615. Ces dernières n’arrivent pas à l’empêcher de se rendre de Noyon à Loudun en franchissant la Seine puis la Loire avec deux jours d’avance.

  • 23 T. Rentet, Anne de Montmorency, p. 262.
  • 24 R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 600-601.
  • 25 Ibid., p. 632-636.

14Il est, en l’état actuel de la documentation et de l’avance de l’étude, difficile de préciser pour chacun des Grands si son rôle relève du contrôle ou de l’intégration. Il faudrait poursuivre l’étude au cas par cas. Il semble néanmoins que la moindre hostilité des libelles à leur égard et leur situation de dépendance à l’égard du prince de Condé invitent plutôt à penser leur participation comme une intégration, c’est-à-dire « le fait d’appartenir à un réseau sans posséder la capacité à le diriger »23. En ce qui concerne le parti protestant et les parlementaires, la position est clairement une position d’intégration ponctuellement mise en œuvre. Les parlementaires constituent le dernier recours institutionnel des Grands pour faire valoir leur projet politique après l’échec des États généraux de 1614, et leur rapide réduction à l’obéissance par la reine mère explique le recours systématique à la prise d’armes pour les Grands après le printemps 1615 puisqu’ils ne disposent plus de relais politique24. Dans ce contexte, le parti protestant renforce leurs moyens militaires et leur poids politique lors de l’opposition aux mariages espagnols, mais la méfiance est croissante à l’égard du duc de Bouillon : on ne sait s’il agit d’abord en Grand du royaume ou en chef de file du parti protestant, et la méfiance va devenir distance lorsque Rohan et Soubise vont entraîner les protestants dans la guerre pour défendre les clauses de l’Édit25.

15Dans la continuité des recherches menées dans le cadre de ma thèse sur Henri de La Tour, l’étude du réseau des Grands fait émerger son rôle particulier dans les retournements politiques de la période 1610-1617. Elle permet également de s’affranchir des oppositions de personnes entre le prince de Condé et Marie de Médicis, les Grands et Concini, le duc de Bouillon et Sully ou Rohan, et de mettre en valeur les nombreux appuis dont bénéficiait le prince de Condé pour faire valoir ses options politiques.

Bibliographie

Bibliographie - sitographie

Sources

Archives nationales, 1 AP 434 (lettres éditées par Jean-Luc Tulot : http://jeanluc.tulot.pagesperso-orange.fr/01LMDLT.htm)

Archives municipales de Sedan, fonds Gourjault, cartons 50 et 55.

Bibliothèque de Sedan – section du patrimoine, Ms 35.

Bibliothèque de l’Institut, Coll. Godefroy, Mss 267

J’ay veu catuveu, s.l., 1616, p. 4.

L’Estoile Pierre de, Mémoires, dans Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, deuxième série, I, Paris, édition Michaud-Poujoulat, 1837.

Le manifeste de Monsieur le Prince, envoyé à Monsieur le Cardinal de Joyeuse ensemble la lettre de Monsieur de Bouillon, envoyée à Madame de la Trimouille, s.l.n.d.

Libre harangue faicte par Mathault en la présence de Monsieur le Prince en son Chasteau d’Amboise, le seiziesme iour de Iuin, s.l., 1614, p. 5.

Marchegay Paul, « Transcription de vingt-trois lettres d’Élisabeth de Nassau et Charlotte Brabantine », in Bulletin de la société d’histoire du protestantisme français, t. 15, 1866, p. 36-51 et p. 78-99.

Marsolier Jacques, Histoire de Henry de La Tour d’Auvergne duc de Bouillon où l’on trouve ce qui s’est passé de plus remarquable sous les Regnes de François II, Charles IX, Henri III, Henri IV, la minorité de Louis XIII & les premières années du Regne de Louis XIII, Paris, François Barois, 1719.

Tulot Jean-Luc, Correspondance d’Élisabeth de Nassau, duchesse de Bouillon (1577-1642) à sa sœur Charlotte-Brabantine, duchesse de la Trémoille, http://jeanluc.tulot.pagesperso-orange.fr/Edenassau.01.

Stratagème et valeureuse entreprise du marquis de Spinola, pour recognoistre les forteresses de la ville de Sedan, « Par M.C.D. Tullois, Advocat en Parlement », Paris, Jean Bourriquant, 1615.

Travaux

Dubost Jean-François, Marie de Médicis, la reine dévoilée, Paris, Payot, 2009.

Marchand Romain, « Henri de La Tour (1555-1623) », thèse dirigée par Jean Duma, Nanterre, Université Paris Ouest, 2014.

Rentet Thierry, Anne de Montmorency, grand maître de François Ier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Zuber Henri, Recherches sur l’activité politique et diplomatique de Henri de La Tour, vicomte de Turenne puis Duc de Bouillon (1573-1623), Paris, École Nationale des Chartes, 1982, 2 volumes.

Notes

1 J.-F. Dubost, Marie de Médicis, la reine dévoilée.

2 Principalement dans les lettres qu’elle échange environ deux fois par mois avec sa sœur Charlotte-Brabantine, duchesse de la Trémoille, conservées au chartrier de Thouars (Archives nationales, 1 AP 333 à 336) et publiées par P. Marchegay, « Transcription de vingt-trois lettres d’Élisabeth de Nassau et Charlotte Brabantine », ainsi que par Jean-Luc Tulot sur son site internet Le monde des La Trémoille dans le premier XVIIe siècle (http://jeanluc.tulot.pagesperso-orange.fr/01LMDLT.htm).

3 Jean-Luc Tulot affirme en effet que le duc de Bouillon « se méfiait de l’utilisation qui pouvait être faite de ses écrits et de ce fait écrivait avec parcimonie » (J.-L. Tulot, Correspondance d’Élisabeth de Nassau, duchesse de Bouillon (1577-1642), p. 9).

4 Voir tableaux 16 et 17 : Personnages revenant le plus souvent dans la correspondance d’Henri de La Tour et de son épouse pour la période 1591-1606 et 1606-1623 (par ordre décroissant), in R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 551.

5 T. Rentet, Anne de Montmorency, grand maitre de François 1er, p. 266.

6 P. de L’Estoile, Mémoires, t. 3, 1610-1611, p. 141.

7 T. Rentet, Anne de Montmorency, p. 264.

8 Bibliothèque de Sedan – section du patrimoine, Ms 35.

9 J. Marsolier, Histoire de Henry de La Tour, p. 257.

10 J.-F. Dubost, Marie de Médicis, la reine dévoilée, chapitre 21 : « Marie contre Condé ».

11 H. Zuber, Recherches sur l’activité politique et diplomatique de Henri de La Tour, t. 1, quatrième partie, chap. 2 : « Avec Condé contre Concini ».

12 Le manifeste de Monsieur le Prince, envoyé à Monsieur le Cardinal de Joyeuse ensemble le lettre de Monsieur de Bouillon, envoyée à Madame de la Trimouille.

13 R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 605-609.

14 Libre harangue faicte par Mathault en la presence de Monsieur le Prince en son Chasteau d’Amboise, le seiziesme iour de Iuin, p. 5.

15 Archives nationales, 1 AP 434, f° 60, lettre d’Élisabeth de Nassau à Charlotte-Brabantine de Nassau du 12 juin 1614.

16 Ibid., f° 187, lettre d’Élisabeth de Nassau à Charlotte-Brabantine de Nassau du 10 mars 1616 ; Stratagème et valeureuse entreprise du marquis de Spinola, pour recognoistre les forteresses de la ville de Sedan.

17 J’ay veu catuveu, s.l., 1616, p. 4.

18 Archives municipales de Sedan, fonds Gourjault, cartons 50 et 55.

19 R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 598-600.

20 Ibid., p. 573-576.

21 Ibid., chapitre 4.

22 Bibliothèque de l’Institut, Coll. Godefroy, Mss 267, f° 186 : lettre du duc de Nevers au duc de Bouillon du 15 août 1614.

23 T. Rentet, Anne de Montmorency, p. 262.

24 R. Marchand, « Henri de La Tour (1555-1623) », p. 600-601.

25 Ibid., p. 632-636.

Table des illustrations

Titre La famille royale dans la correspondance du duc de Bouillon et de son épouse (1591-1623)
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access