Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux politiques et économiques

 | 
Henri Bresc

Introduction

Henri Bresc

Texte intégral

1Les communications des historiens de l’économie et de la politique au congrès de Reims ont manifesté l’intérêt de leur communauté pour la problématique des réseaux, quelquefois nouvelle pour eux. On retrouve l’insatisfaction vis-à-vis du schéma causal, des déterminismes économiques et sociaux qui ont dominé les sciences sociales et humaines, devant un monde chaotique, à l’organisation désordonnée et réfractaire, symbolisée dans les sciences dites dures par le mouvement brownien. La recherche des réseaux est donc une solution pour ordonner le chaos des relations multilatérales potentiellement infinies, rendre compte de l’incertitude, des choix, des risques pris, des changements de stratégie, des échecs plutôt qu’offrir un discours linéaire téléologique vers le succès. Nos communications explicitent rarement les préoccupations théoriques qui font de beaucoup de livres et d’articles sur le thème réticulaire des manifestes et des expérimentations, au demeurant utiles, mais disproportionnés ; elles montrent également une utilisation encore hésitante des instruments informatiques : deux d’entre elles seulement déclarent utiliser des logiciels pour classer et représenter les données exploitées. On trouve ainsi dans l’article d’Émilie Martinet un usage fin des concepts et des techniques de la social network analysis qui débouche sur une critique fondée de ses principes et de ses résultats et Rosemonde Letricot fait appel à un algorithme pour organiser une vaste prosopographie des échevins lyonnais. L’appel à la prosopographie pour constituer la base de la reconstitution des réseaux se retrouve dans l’analyse de l’ascension des Basnine, marchands et industriels sibériens, de même que la généalogie et l’étude des alliances matrimoniales qui sous-tendent l’analyse de l’élite sucrière martiniquaise

Les concepts et les outils mis en œuvre

2Les concepts qui structurent l’analyse de réseaux sont utilisés avec prudence, rarement explicités et plus rarement discutés et critiqués. La notion de « réseau égocentré » est très largement adoptée, même s’il arrive qu’elle soit critiquée, car elle ne donne qu’un point de vue, centré, celui d’une araignée sur sa toile, sur un ensemble de relations multilatérales. Cette limite est fortement soulignée par Émilie Martinet : la documentation impose une image égocentrée des réseaux de Khouenoukh et de Pépi-ankh-héri-ib et valorise leur analyse comme « clientèles », mais on perçoit des liens transverses qui suggèrent d’utiliser le concept de « clique », c’est-à-dire de groupe parfait, cohésif, à l’intérieur duquel tous les liens possibles sont réalisés et redondants. La clique apparaît rarement parfaite et on parlera de « quasi-clique », faute sans doute de documentations croisées qui mettent en valeur les relations internes d’un groupe, mais on sait que l’on peut percevoir la multilatéralité à travers des correspondances croisées, comme celles des cardinaux avignonnais : la diffusion des chiffres qui codaient leurs lettres secrètes révèle les solidarités les plus fortes, les partis familiaux, les formations communes. On notera que plusieurs des documentations et des analyses mettent en valeur la « chaîne » ou « axe horizontal », amorce de réseau ou articulation géographique d’une association ou d’un métier, corporation des gribanniers de la Somme, ou simple représentation graphique d’une solidarité qui s’inscrit dans le temps, comme celle qui va de l’agriculteur au boulanger par le meunier et qu’évoque Patrick Birée, ou encore la transmission des idées politiques dans l’Allemagne du xxie siècle étudiée par Lionel Picard. L’enchaînement des relations met en valeur des « nœuds » et des relais, comme les intermédiaires du commerce italien des xive et xve siècles projetés dans l’espace maghrébin ou à Constantinople, des « articulateurs » aussi, comme à la périphérie des « quasi-cliques » de marchands génois et pisans de Palerme où l’on perçoit plusieurs « trous structuraux », situations où un « troisième larron » joue le rôle de nœud indispensable et profitable avec d’autres groupes, notamment à Barcelone, Montpellier et Florence, illustrant l’axiome, bien connu des sociologues, de la « force des liens faibles » qui permettent une circulation renouvelée de l’information et du capital. La pluralité des identités, exprimée par la métaphore de « chauve-souris » permet la pénétration et l’enracinement. On retrouve cette situation dans l’analyse de María Isabel Quintana Marín et Mary Luz Marín Posada : à côté des réseaux volontaires créés par l’ambassade colombienne en France pour quadriller les migrants, un mouvement spontané, « transculturel », suscite des réseaux parallèles indépendants.

3La formation des réseaux est en effet une préoccupation générale des historiens : l’opposition entre « réseau donné, hérité » et « réseau construit » est la trame de l’étude de Bénédicte Brun qui confronte les héritages de l’impératrice Irène Doukaina et d’Anna Delasséné à la stratégie d’une princesse étrangère, Marie d’Alanie, qui bâtit ses relations ; cette opposition nourrit les communications de Lucile Hermay et Jack Roskilly, de Philippe Jansen et d’Olivier Lafont. L’alternance entre « réseau centripète » et « centrifuge », introduite par Solange Baudouin, anime le développement, puis le déclin de la fortune des Basnine, grands marchands et industriels sibériens.

4La notion de « capital social » schématisée par Pierre Bourdieu dans une vision mécaniste et utilitariste qui le subordonne aux capitaux économiques et culturels (« Avoir des amis, c’est avoir du pouvoir ») est exploitée par Émilie Martinet. Dans l’Égypte pharaonique, son caractère individuel paraît moins assuré : la durée et la stabilité des élites provinciales contrastent avec l’érosion qui frappe les élites palatines, usées par la compétition, et permettent leur renouvellement. On retrouve le concept dans l’analyse de Marie Hardy qui s’appuie sur les listes de témoins de mariage des planteurs de la Martinique ; leur présence témoigne justement de l’étendue des liens et sans doute les affiche, mais aussi de la volonté d’intégrer de nouveaux acteurs au réseau, lui donnant un dynamisme sans lui ôter son caractère utilitaire. La présence redoublée d’un ingénieur métropolitain signale une alliance et une inflexion stratégique de la plantation à l’industrie sucrière. Les candidats à l’épiscopat à Byzance peuvent être intégrés à des réseaux familiaux, protégés et promus par « népotisme » (rappelant la formule de Bourdieu, « ce sont les neveux qui font le népotisme »), mais Lucile Hermay et Jack Roskilly font noter la rareté de familles épiscopales et le jeu d’autres ressorts, la solidarité du vivier de formation. Ici c’est l’école ou le monastère de Patmos, dont ont été moines de nombreux évêques. Et il va de soi que marchands génois, toscans et nîmois entrent dans le champ que ce concept éclaire et qui va se prolonger en Italie jusqu’au xxie siècle, opposant les communautés septentrionales et tyrrhéniennes à l’articulation souple et multiple aux rigides sociétés méridionales. La transitivité des relations est également évoquée, comme une conjecture qui soutient l’hypothèse plus vaste de « capital social ».

5Dans le domaine politique, Romain Marchand introduit le concept d’« intégration », explicité comme une appartenance sans la capacité de diriger. Et dans celui de l’histoire commerciale, d’autres concepts sont critiqués ou omis, comme par un accord implicite ; ce sont ceux qui ont été introduits abusivement à partir d’une idéologie mécaniste : « encastrement », « diaspora marchande », « communauté ».

6Au fond, les historiens sont attachés à la spécificité de leur méthode et de leur discipline, au temps et à l’espace, à la cartographie et à la généalogie, à la mutation et à la diffusion, à l’instabilité. Ils n’utilisent qu’avec une infinie précaution les schémas théoriques et les représentations graphiques qui risquent de figer le temps, d’écraser la chronologie, et d’abolir la diversité de l’espace. L’utilisation du graphe suscite la crainte du schématisme : il réduit la relation à l’essentiel et uniformise sa représentation ; si son ordre, sa densité et sa connexité font ressentir des relations encore mal perçues et permettent de les analyser, jouant donc un rôle heuristique peut-être insuffisamment exploré par les historiens, le graphe exprime difficilement l’intensité de ces rapports et le contenu même des relations, il aplatit l’information et risque donc d’être un artefact éloquent, mais menteur. Liens forts et liens faibles ne sont pas aisément représentés, tandis que « nœuds » et « articulateurs » apparaissent à l’évidence. On peut laisser échapper des « éminences grises », dont le rôle a pu être essentiel sans qu’ils se manifestent dans la documentation écrite, tandis que les liens oraux échappent définitivement.

7L’espace est partout ou presque mis en valeur : le jeu entre géographique et calendaire met ainsi les foires de Champagne à la confluence des réseaux nationaux et urbains de marchands, des hanses, des cycles de réunions, des réseaux routiers et des réseaux de crédit. Et la cartographie soutient la représentation : espace commerçant de la Sicile, de la Carrière des Indes, espace politique de l’Égypte pharaonique, des Marches et de la Romagne, espace du transport dans la vallée de la Somme.

Les sources

8Les sources sont évidemment très variées, depuis les inscriptions funéraires égyptiennes jusqu’aux analyses de la presse en ligne allemande sur le phénomène trop vite baptisé « populiste », mais elles sont essentiellement discursives : chroniques et hagiographies, mais surtout correspondances d’entreprises et de chefs politiques, papiers de famille, rapports de police, journaux personnels ; seuls les actes notariés appartiennent à la pratique juridique, au caractère plus froid, plus objectif. On note l’efficacité de la problématique réticulaire à mettre en œuvre les indices les plus ténus : les réseaux épistolaires sont bavards quand l’éloignement impose d’évoquer, sinon de révéler explicitement, l’état des affaires, les objectifs et les acquis des stratégies mises en œuvre. Ils sont nécessairement prolixes sur les prix, les mouvements de marchandises, de navires qui soutiennent l’économie marchande : toute l’information passe par les lettres. Comme l’a montré Quentin Van Dosselaere, seule la commenda évite de passer par l’étape du choix stratégique des destinations et donc d’une collecte précise de l’information, en confiant la décision à l’associé mandataire, mais au prix d’un rendement inférieur. La correspondance, dans la Cadix du xviiie siècle, est aussi nécessaire au fonctionnement de l’entreprise, à la circulation de l’information et à la prise de décision qu’elle l’est dans l’enchevêtrement des alliances négociées par Henri de la Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, analysé ici par Romain Marchand.

9Les limites de ces sources sont évidentes : c’est d’abord le secret. Romain Marchand évoque l’indispensable part d’oralité dans les relations entre comploteurs. C’est aussi la rareté, qui engendre l’incomplétude. Émilie Martinet évoque le prisme que le monde des morts constitue de la carrière des vivants, mais, partout, la reconstruction du réseau ne peut être qu’hypothétique et indicative. L’usage des sources suppose ensuite l’analyse préalable du langage employé : le ton des lettres n’est pas anonyme, elles prennent le style de l’affectivité et le lexique des valeurs qui unissent les élites communales italiennes, concorde, bien commun, « bon état ». C’est au contraire le vocabulaire de la famille et de l’amitié que l’on retrouve dans les correspondances des marchands nîmois étudiés par Robert Chamboredon comme des officiers des seigneuries italiennes de la fin du Moyen Âge, qui constituent une part de la « famille élective » du prince, unie à lui par l’amour réciproque. On observe cet amalgame entre l’expression de la relation de dépendance et l’intimité familiale dans les grandes études sur les correspondances politiques et économiques, dans celle de la Carrière des Indes, dans celle de Francesco di Marco Datini, le marchand de Prato, avec ses associés et les directeurs de ses filiales, étudiée par Jérôme Hayez et ici par Ingrid Houssaye Michienzi, comme dans les innombrables billets de la Geniza du Caire analysés et publiés par Salomon D. Goitein et par ses élèves. Le langage de l’amitié n’est pas un simple masque, il lubrifie les rapports hiérarchiques, comme les vertus, la délicatesse exigée des collaborateurs des marchands de Cadix, la bonté, la générosité, la charité des maîtres du sol à la Martinique, ou la sociabilité amicale et nostalgique qui réunit les notables néo-jacobins de l’Hérault à Montplaisir autour de Bernard Barthélemy Luchaire, analysée par Nathalie Alzas.

10La nature de ces sources, enfin, focalisées sur l’émetteur des lettres, sur le rédacteur du journal ou du carnet, favorise la construction de schémas autocentrés, egocentrés, de même que le rôle politique ou économique dominant d’une personnalité, haut fonctionnaire égyptien, empereur byzantin, grand seigneur comploteur. L’histoire s’attardant sur les vainqueurs et ignorant les perdants, les laissés pour compte de la compétition économique comme politique, l’échec est ici rarement envisagé, même si son ombre plane sur le duc de Bouillon ou sur Constantin IX Monomaque.

Les éclairages

11Par son absence de rigidité, la problématique réticulaire éclaire l’analyse des relations entre centre et périphérie et la constitution, la coagulation des partis. Elle permet ainsi de percevoir et de nommer les intermédiaires, les articulateurs, entre la Cour et les temples et les sociétés provinciales de l’Égypte pharaonique, de signaler les médiateurs, les « coordinateurs » dans le langage de la sociologie, entre le pouvoir seigneurial de type nouveau, celui de l’État régional, et les communes intégrées dans l’Italie des xive et xve siècles, de préciser et d’articuler les schémas pluriséculaires de la maison de commerce, depuis l’Avignon des Papes, la Palerme des derniers siècles du Moyen Âge jusqu’à Nîmes et Cadix de l’établissement Fornier. Le noyau familial, renforcé à l’occasion par des mariages endogames, s’appuie sur des réseaux de correspondants et de bailleurs de fonds. La maison Fornier présente ainsi un double modèle : un entonnoir, qui capte et rassemble les épargnes en amont, et une pomme d’arrosoir, en aval, une recherche méthodique des hommes d’affaires locaux « intéressés », à qui on prêtera pour qu’ils soutiennent l’écoulement des produits. Un point commun et intéressant est l’absence de fermeture religieuse : les huguenots nîmois ont des relais catholiques et sépharades, comme ont des relais juifs et conversos les Pisans de Palerme en Sicile et les Toscans d’Avignon au Maghreb et à Constantinople. Ce sont aussi les conclusions des chercheurs qui ont analysé récemment les papiers de la Geniza et l’implantation des marchands européens dans l’espace indien aux xvie, xviie et xviiie siècles, Nathalie Goldberg, Kirti N. Chandhuri, Sanjay Subramanyam, et maintenant Francesca Trivellato.

12La formation des partis gagne aussi à une approche réticulaire : Henri de La Tour d’Auvergne fonde son rôle politique, celui de « brillant second » du prince de Condé dont il est le bouclier, sur la rencontre d’appuis multiples, les grands, les parlementaires, les protestants, coalition fragile et disparate, mais puissante et dangereuse. C’est le cas aussi de Constantin IX Monomaque : en opposition à l’image de l’empereur cible des réseaux d’influence, Éric Limousin le montre habile stratège, combinant les coalitions, multipliant et assemblant les soutiens, handicapé finalement par l’absence de femmes dans sa maison qui permettraient des alliances matrimoniales. La notion d’« agglomérat » est au centre, comme aussi dans l’analyse que dresse Jean-Paul Streiff du parti libéral dans la Meuse, outil électoral qui rassemble en réseau des éléments disparates, militaires, notables et juristes autour des députés et fédère bonapartistes, républicains et orléanistes. Une position centrale, plus ou moins durable, peut être consolidée par une stratégie d’acquisition du monopole des liens directs, comme l’ont montré John Padgett et Christopher Ansell : la concentration des connexions rejette les concurrents éventuels en bout de ligne et les isole en position dépendante. L’articulation décrite par Philippe Jansen, c’est-à-dire la réunion, sans abolition, des réseaux multiples horizontaux de la société communale et des réseaux verticaux mis en place par le prince, combine ainsi la concentration et la dépendance dans l’honneur. Et c’est aussi le cas de la toile d’entreprises tissée par Francesco di Marco Datini, associé majoritaire de chacune et unique lien institutionnel qui les fédérait.

Questions transverses et débats

13La plupart des communications, sinon toutes, posent implicitement ou explicitement le problème des relations entre les réseaux « construits » et la solidarité que l’on dit « naturelle » ou « mécanique » offerte par la parenté. Les réponses offrent une vaste gamme d’appréciations : la famille apparaît généralement comme un outil, successivement noyau, tremplin, réserve et refuge, mais avec une grande variété de solutions. La discipline rigoureuse de la maison sucrière martiniquaise affecte chacun à sa tâche, pilote les mariages et les alliances, met strictement la famille, « réquisitionnée à la cause commune », au service de l’économie ; l’endogamie, dans les limites permises par la loi, est mise en œuvre pour renforcer la solidité du groupe familial. Les maisons de commerce qui opèrent à Palerme combinent l’alliance, y compris à longue distance, pour créer d’efficaces « liens faibles », et le remembrement lignager pour consolider le noyau. L’aristocratie byzantine utilise également l’alliance matrimoniale pour favoriser les parcours individuels : alors que la solidarité familiale est improbable, minée par la compétition, la solidité des pactes passés avec les beaux-frères assure durée et efficace aux partis personnels ; l’exogamie rigoureuse imposée par la norme religieuse et la loi impériale permet d’ailleurs de rompre les unions inutiles. La découverte tardive des empêchements légaux permet à l’alliance de suivre les changements de stratégie. D’où l’importance d’un niveau élevé de nuptialité et la nécessité d’avoir des filles et des sœurs à marier. Mais l’imprévisibilité de l’histoire généalogique rétablit le chaos, comme celle des conduites individuelles, tandis que la famille, le nom familial, demeure un drapeau de longue durée, comme le montre l’exemple d’Irène Doukaina.

14Le rôle de la communauté, religieuse ou « nationale », au sens médiéval du lieu d’origine et de la langue parlée à la maison, est partout limité : tant à Cadix qu’à Palerme, les réseaux qui animent l’économie ne se conforment pas aux limites communautaires ; outre les revendeurs, les courtiers, les « intéressés », des associés et des correspondants permanents se recrutent dans des communautés religieuses différentes, juifs, conversos sépharades, catholiques, et dans des groupes de marchands assez solidaires et souvent en compétition avec celui auquel appartient le réseau, comme les Catalans par rapport aux Pisans à Palerme. La notion de « diaspora marchande » homogène et aboutie est donc écartée, comme la formule de l’« encastrement ». Enfin, l’alliance de longue durée entre l’élite économique des « grands békés » avec l’élite politique de couleur, qui occupe durablement, depuis 1870, les fonctions de représentation. Marie Hardy montre qu’il faut renoncer à l’image racialisée d’un bloc « béké » s’opposant à un « bloc » de couleur.

15Le rôle central des valeurs est mis en évidence dans l’espace de l’économie : Robert Chamboredon énumère les qualités qui justifient le choix des collaborateurs. Ce ne sont pas les liens familiaux, mais l’honnêteté, la confiance, l’efficacité, la diligence, la sagesse, l’assiduité, la délicatesse enfin. On retrouve dans cette liste les vertus qu’on exige à Prato et à Avignon au xive siècle, au témoignage de la correspondance de Datini, et à Fustat au xie selon les papiers de la Geniza. En corollaire, le caractère individuel des stratégies est au cœur des analyses et s’étend au domaine politique à Byzance, à la Cour au xviie siècle, à Lyon à la fin du siècle et au xviiie.

16Un faisceau de concepts secondaires donne au réseau une image moins rigide que dans le modèle sociologique, et même fragile : la multiplicité, entre hérité et acquis, dans les articles d’Olivier Lafont et de Solange Baudouin, le cumul, dans celui de Rosemonde Letricot, l’agglomérat dans ceux d’Éric Limousin, de Lucile Hermay et Jack Roskilly, la complexité dans ceux de Marie Hardy et de Robert Chamboredon, la vulnérabilité aussi qui frappe de faillites successives la maison Fornier, la mutabilité, mise en valeur par Solange Baudoin, dans l’analyse des trois étapes de Lenzoto, la versatilité encore soulignée par Lionel Picard, qui invoque aussi la porosité, les glissements, les idées et les attitudes, vrais marqueurs politiques du passage aux partis post-modernes. Cette variété n’est pas synonyme de faiblesse : les réseaux de finance sont plus efficaces que les institutions et contribuent à la durée et à la force de la grande monarchie composite bâtie à partir de l’entreprise napolitaine d’Alphonse le Magnanime et accomplie par Charles Quint. L’articulation par les Basnine de compétences multiples, celles du marchand, du savant, puis de l’entrepreneur minier, enfin du banquier, a fait la fortune de la maison.

17Nos communications n’ont pas donné des réponses à toutes les suggestions proposées par les organisateurs du congrès : les signes d’appartenance n’ont guère retenu l’attention, ni la thématique de l’institutionnalisation, et la réponse à la question de la pérennité a été nuancée. C’est le signe même de la vitalité de la recherche et de la fertilité de la réflexion. Au terme de cette présentation, ces communications suggèrent des explorations et des approfondissements : l’ouverture sociale du pouvoir municipal dont témoigne le recrutement des échevins lyonnais incite à nuancer la formule habituelle d’oligarchie. Sur le modèle du recrutement des évêques byzantins, il serait intéressant d’envisager l’épiscopat latin médiéval du point de vue des relations fondées sur l’éducation en commun, dans une Église où les chaînes sont innombrables, ou d’autres sociétés qui ont leur base dans la formation collégiale, comme les Mamlûks. L’état régional princier appuyé sur les réseaux municipaux est un beau modèle pour les monarchies polycentriques, qui combineront concentration des liens et circulation de l’« Internationale » des hauts officiers, des juges et des forces militaires signalée par Fernand Braudel. Le choix d’entrer dans les partis politiques, évoqué par Nathalie Alzas et Jean-Paul Streiff, singulièrement dans les partis armés, en pointillé dans la communication de Jérôme Louis, est aujourd’hui de primordiale importance : comment entrait-on dans les Semaines ? Quelle sociabilité soutenait l’action clandestine ? Il reste aussi sans doute des réflexions à poursuivre : ainsi de la fermeture oligarchique des élites, souvent donnée comme explication du ralentissement économique de l’Italie de la Renaissance ; met-elle fin à cette ouverture des réseaux ? Il n’en va pas ainsi à la Martinique où elle se combine avec de bonnes relations de voisinage et des collaborations latérales. La suggestion d’une fonction indispensable des réseaux pour compenser et corriger les raideurs des économies planifiées ou des partis politiques modernes pose enfin la question de la durabilité. La construction en réseau des partis post-modernes, explosive, peut-elle déboucher sur une stabilité dynamique ou est-elle le signe et la conséquence d’un délitement ?

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access