Version classiqueVersion mobile

Langages et communication : espaces, territoires, pouvoirs

 | 
Cécile Souchon

Représentation des crêtes sur les cartes et fixation de la frontière : le cas des Alpes du Nord

Nicolas Jacob

Résumé

La représentation des montagnes sur les cartes fait l’objet de progrès à partir de la décision de la commission du dépôt de la guerre de 1802. Pour autant, l’abandon de la perspective, déjà bien réelle dans les levés réalisés par les ingénieurs géographes, ne résout pas tous les obstacles que ces derniers peuvent rencontrer sur le terrain. En effet, les difficultés des levés à pied en montagne génèrent des tracés lacunaires, notamment quant au dessin des lignes de crêtes sur les différentes cartes des Alpes du Nord, notamment manuscrites. Les traités d’Utrecht en 1713 comme de Turin en 1796 fixant justement les frontières alpines sur la ligne de crête ou de crête militaire, leur tracé va se trouver lié à la perception qu’a pu avoir l’auteur des levés et à leur retranscription au xviiie et au xixe siècle. Cette ambiguïté a pour conséquence des approximations dans la traduction correcte de la frontière des Alpes du Nord sur les premières cartes topographiques détaillées, manuscrites ou gravées, françaises ou sardes. Les exemples abondent au xixe siècle, que ce soit au col de Tenneverge, au Mont Dolent et surtout au Mont-Blanc. La perception des sommets et des hautes altitudes avant la photographie s’ajoute ainsi à l’imbroglio juridique autour des articles des traités et de leurs annexes mais la mise en lumière de ces problématiques au travers d’une analyse fine et factuelle des cartes permet une approche renouvelée de ce type de revendication frontalière.

Texte intégral

1Le langage des cartographes est depuis toujours objet de fascination mais aussi d’études et de recherches d’améliorations. Les cartes sont autant la traduction de la réalité du terrain qu’un mode d’expression particulier, car la carte n’est pas le terrain et n’en est pas non plus une photographie.

  • 1 Images de la montagne, de l'artiste cartographe à l'ordinateur.

2La représentation des montagnes sur les cartes est également source de problèmes à résoudre tant dans la représentation en plan de la troisième dimension que de l’expression des formes du relief et des structures géomorphologiques1.

3La détermination des frontières issues des conventions de délimitation conserve même en temps d’ouverture et de dialogues transnationaux un caractère d’étrangeté propre aux confins, d’autant plus lorsqu’il s’agit de zones montagneuses, où les bornes, cairns ou croix apparaissent subrepticement comme autant de marques de résolutions de conflits ou de cessions de droits et de territoires.

  • 2 H. Berthaut, La carte de France 1745-1898.

4Si la représentation du relief fait l’objet de progrès à partir de la décision de la commission du dépôt de la guerre de 1802, l’abandon de la perspective, déjà bien réelle dans les levés réalisés par les ingénieurs géographes, ne résout pas tous les obstacles que ces derniers peuvent rencontrer sur le terrain2. En effet, les difficultés des levés à pied en montagne peuvent encore générer des tracés lacunaires, notamment quant au dessin du rocher, des pentes, déjà bien évoquées par Nicolas Guilhot en 2005, mais aussi des lignes de crêtes sur les différentes cartes des Alpes du Nord, notamment manuscrites. Les traités d’Utrecht en 1713 comme de Paris en 1796 fixant justement les frontières alpines sur la ligne de crête ou de crête militaire, leur tracé va se trouver lié à la perception que peuvent en avoir les auteurs de levés et à leur retranscription au xviiie siècle et au xixe siècle.

  • 3 L. et G. Aliprandi, La découverte du Mont-Blanc par les cartographes et Les grandes Alpes dans la c (...)
  • 4 P. Guichonnet et C. Mollier, À qui appartient le Mont-Blanc ?

5Par ailleurs, des polémiques devenues emblématiques sont nées d’interprétations de traités et de cartes anciennes et récentes, notamment au sommet du Mont-Blanc. Des auteurs comme Laura et Giorgio Aliprandi3, érudits sur la cartographie ancienne des Alpes, ont tenté de démontrer les incohérences de tracé de l’institut géographique national. D’autres points du massif ont été étudiés dans un ouvrage récent de Paul Guichonnet et Christian Mollier4. Les arguments parfois issus de textes antérieurs sont souvent repris, sans qu’une analyse critique soit réellement pratiquée.

6Sans remettre forcément en cause les conclusions et prises de positions de chacun, la remise au centre de la réflexion des cartes citées, de leur qualité d’expression et leur chronologie doit apporter des réponses aux interrogations qui demeurent et au sentiment d’incompréhension des situations de fait qui transparaissent dans les différents travaux.

7Si les analyses se sont souvent appuyées sur des interprétations des textes, notamment autour de la notion de frontière dénommée actuelle ou ancienne, les cartes n'ont été considérées qu'en tant que conséquence des traités. Il convient donc d’en étudier spécifiquement la capacité à restituer le dessin des contours de la ligne de crête, puis à comparer avec le tracé des frontières et ainsi d’expliquer les anomalies détectées. L’analyse doit se diversifier dans la région des Alpes du Nord, sans toutefois revenir sur l’erreur bien connue du Mont-Iseran, mais en privilégiant des secteurs moins célèbres comme le Haut-Giffre, de manière à identifier comment la carte est l'expression de la capacité d'hommes dans leur époque à restituer la réalité de la haute montagne.

Des références historiques aléatoires

8D’une manière générale, l’argument selon lequel la limite entre la Savoie et le Piémont n’est pas une frontière étatique avant 1796 puis 1860 ne suffit pas pour écarter tout tracé de limite sur les cartes. Toutes les cartes géographiques même les plus approximatives comme celles du xviie siècle, dont la carte de Borgonio, mentionnent les limites de provinces du royaume, et par conséquent la limite de la Savoie. Seules les cartes locales à caractère scientifique comme la carte du Mont-Blanc par Saussure ne mentionnent aucune limite territoriale. Par conséquent, les topographes sardes n’omettent jamais de tracer une limite même si comme c’est l’usage, elle ne fait que passer globalement par-dessus les sommets des Alpes. Le lieutenant Muletti, dans ses levés de 1823 en vue de la carte du royaume de Piémont-Sardaigne, suivra cette règle en traçant une limite entre la Savoie et le Piémont, limite qui, nous le verrons, tient compte en partie des conséquences du traité de Paris du 15 mai 1796 mais surtout de la perception qu'il avait des sommets et de leurs formes.

9L’habitude prise au xviiie siècle de se contenter d’un tracé passant globalement sur les sommets, et combinée à la règle des eaux pendantes du traité d’Utrecht, pour faire admettre un usage partagé de la ligne de partage des eaux, sans enjeux sur les sommets, est perturbée par l’irruption à partir du traité de Paris de la notion de plateaux du côté du Piémont et de la mise en place de commissions de délimitations. Sans outils topographiques et sans cartes retraçant les subtilités géomorphologiques des sommets, les habitudes vont se transformer en sources d’incertitudes.

10Pourtant, les cartes jointes au traité de Paris règlent de manière relativement simple la question des Alpes du Nord. Le tracé passe par une ligne de crête tout juste esquissée sans détail des contours des massifs.

Une frontière imparfaitement tracée

11Si la thèse de Nicolas Guilhot développe bien les approximations dans la traduction des pentes et la figuration du rocher sur la carte au 1/80 000, il n’aborde qu’indirectement le tracé même des crêtes de montagne au xixe siècle. Pourtant, le caractère inhospitalier des massifs et le faible degré d’exploration de leurs recoins excluent les visées de détail exhaustives de tous les accidents rocheux. Sur le domaine des Alpes du Nord, les points de triangulation se comptent en effet, ne mesurant géométriquement que quelques sommets principaux ou secondaires ainsi que les cols. Ils sont déterminés en altitude, mais entre ces sommets, le tracé de la crête est réalisé à l’estime. Le nombre de points cotés de l’arête frontière entre l’Eau-Noire et le col de la Seigne sur les levés au 1/40 000 de la carte de l’état-major peut ainsi être rapproché de ceux inscrits sur la carte au 1/20 000 de l’IGN.

Cotes d’altitude sur la crête frontière du massif du Mont-Blanc ; tableau de l’auteur

Levés au 1/40 000

de l’état-major

Carte de France

IGN au 1/20 000

Feuille

Nombre de cotes

Feuille

Nombre de cotes

Vallorcine N-O

10

Chamonix 1-2

21

Vallorcine S-O

44

Chamonix 3-4

60

Annecy S-E

11

Mont-Blanc 1-2

75

Albertville N-E

7

Saint-Gervais 4

15

Saint-Gervais 8

22

Total

72

Total

193

12Les officiers d’état-major, bien qu’ils aient entre autres pour mission dans ces années 1860 de déterminer la crête frontière suite au rattachement de la Savoie à la France, ne peuvent mesurer aux instruments que 72 points cotés. Les ascensions en haute montagne, quoique remarquables pour l’époque, ne peuvent qu’être limitées au regard du temps imparti pour effectuer les levés. De plus, les techniques adaptées qui permettraient d’affiner les contours des pentes rocheuses et neigeuses comme l’orographe de Franz Schrader ou la photogrammétrie des Vallot n’ont pas encore été inventées. Par conséquent, une fois les points cotés déterminés, la tendance est de les lier par une simple ligne épousant les contours de ces points sans préciser les combes, saillies et détours des formes rocheuses. Le tracé de la ligne de crête, même s’il constitue un progrès par rapport aux levés sardes, est encore trop généralisé sur les levés au 1/40 000. Sur la carte IGN de 1949, grâce à la photographie aérienne et à l’appareil de restitution, le nombre de cotes passera à 193, soit plus du double.

13Il est à noter que la carte suisse au 1/100 000 de Dufour n’est pas exempte elle-même d’inexactitudes. La feuille n° XVII, couvrant le Bas-Valais et le Mont-Blanc, décrit assez bien le tracé de la ligne de crête. Toutefois, dans sa première édition, le sommet au nord-est du massif, dénommé aiguille de Plines n’est pas conforme, puisqu’à cet endroit se trouvent le col du Chardonnet et l’aiguille d’Argentière. Cette dernière est placée sur le site du refuge d’Argentière, déplaçant le bassin du glacier du Tour au-delà du Chardonnet à l’emplacement du glacier du Chardonnet et du glacier du milieu. Cette portion de territoire est certes sarde à l’époque et n’est donc pas suisse, cependant ces approximations tendent à montrer les limites des levés manuels et des résultats des courses en montagne des militaires responsables des levés.

14En observant plus en détail l'expression cartographique des sommets, du tracé de la ligne de crête à des endroits emblématiques des difficultés rencontrées par les ingénieurs et officiers chargés des levés, il est possible de réaliser une approche différente de celles des historiens et des interprètes des traités.

Le Col de Tenneverge, lieu de toutes les inexactitudes

15Dans la région du col de Tenneverge, située entre le vallon de Barberine et le cirque du Fer à Cheval, la situation cartographique reste des plus confuse au xixe siècle. Les officiers d’état-major ont en effet placé la pointe de Tenneverge en un point situé à 2 km de distance du pont sur le Giffre, en un endroit qui correspond à un épaulement actuellement coté 2 767 m, à 700 m de l'emplacement réel du pic de Tenneverge. En faisant passer la ligne de partage des eaux en ce point, la combe de Traverse sur le versant suisse paraît s'enfoncer bien trop à l'ouest en territoire français. L'ensemble du tracé de la frontière s'en trouve déformé, la pointe de Tenneverge et le Bas de Ballavaux se trouvant presque à la même latitude, et elle apparaît orientée d'est en ouest, alors qu'elle est en réalité clairement nord-ouest sud-est. La ligne de crête et la frontière sont ainsi tracées de manière erronée et de multiples confusions sont apparues, notamment sur le suivi par la frontière de la stricte ligne de crête. La carte de la Suisse du général Dufour au 1/100 000 joue sur cette confusion en intégrant au territoire helvétique les alpages du vallon de Tenneverge, au-dessus des barres rocheuses qui constituent le site du Fer à cheval. La frontière au col de Tenneverge ne sera rétablie qu'à partir des travaux d'abornement de 1902 avec les cartes qui en garantissent le tracé (fig. 1).

Le Mont Dolent, pyramide tronquée

16C’est sous cette forme que le Mont-Dolent peut apparaître comme le point de rencontre des trois frontières, alors que réellement la ligne de partage des eaux avec la France se situe sur une crête qui ne passe pas par le sommet et ne rencontre la ligne entre la Suisse et l’Italie qu’à 150 mètres à l’ouest du sommet. Le point de rencontre à cet endroit n’est pas connu par le capitaine Mieulet sur ses levés de 1863. Il représente le sommet correctement, mais trace la frontière en forme de saillie prononcée vers l’Est, comme si elle devait absolument rejoindre le sommet. Ce tracé est également présent sur l’édition de la carte au 1/80 000. La carte de l’état-major sarde est plus détaillée mais laisse une incertitude entre le sommet et un point de rencontre légèrement en contrebas. La carte Dufour au 1/100 000 n’a pas davantage de précision dans ce secteur, et la carte de l’atlas topographique de la Suisse au 1/50 000 place le point de rencontre au sommet du Mont-Dolent, suivie en 1902 par le règlement d’abornement franco-suisse et sa carte jointe. La carte nationale suisse au 1/50 000 de 1964 seulement éclaircit la situation. Du côté français, l’incertitude subsiste sur la carte au 1/20 000 de 1949 de l’IGN car le tracé de la frontière au nord du sommet s’arrête à 100 mètres du sommet et laisse le lecteur interpréter l’espace non couvert : point de rencontre des lignes de partage des eaux ou sommet proprement dit. Il faut attendre la carte du Massif du Mont-Blanc au 1/20 000 de 1972 pour voir le tracé achevé sur ce point exact à l’ouest du Mont-Dolent.

17De manière à synthétiser les résultats des différentes cartes sur la représentation du Mont Dolent et de ses frontières, le tableau suivant récapitule les interprétations nées de l’expression cartographique de chaque époque et de leur auteur.

Interprétations cartographiques de Mont-Dolent ; tableau de l’auteur

Carte

Tracé général

Point de rencontre

altitude

Borgonio 1686

Ligne générale des sommets

Sommets

sans

Roussel 1709

Ligne générale des sommets

Sommets

sans

Limites de Savoie 1762

Ligne des sommets

Sommet triple frontière

sans

Frontière 1796

Ligne des sommets

Sommet triple frontière

sans

Bacler d’Albe

Ligne des sommets

Sommet triple frontière

sans

Raymond

Ligne des sommets

Sommet triple frontière

sans

Levés sardes Muletti 1823

sommaire

Sommet triple frontière

sans

État-major sarde

sommaire

incertitude

3 820

Levés Mieulet

Détaillé

Sommet triple frontière

3 830

Mieulet 1864

Détaillé

Sommet triple frontière

3 830

État-major 1864

Détaillé

Sommet triple frontière

3 830

Dufour

sommaire

Sommet triple frontière

3 830

Atlas topographique suisse

Détaillé

Sommet triple frontière

3 830

Vallot 1930

Très détaillé

Point de rencontre

3 751

IGN 1949

Très détaillé

incertitude

3 750 ou 3 823

Suisse 1961

Très détaillé

Point de rencontre

3 750

IGN 1972

Très détaillé

Point de rencontre

3 750

IGN 1980

Très détaillé

Point de rencontre

3 750

18Les conditions des levés de la crête frontière ont longtemps empêché de préciser la configuration exacte du Dolent. Vu du bassin d’Argentière, c'est-à-dire du côté ouest, la face nord du Dolent peut paraître tournée vers la France. Cette confusion ne sera levée qu’avec les méthodes de levés photographiques terrestres des frères Vallot qui seront les premiers à coter le point de rencontre des lignes de partage des eaux respectives. Ce deuxième point litigieux de la frontière est donc exprimé de manière variable par les cartes en fonction des techniques utilisées pour les établir et de l'aperçu que peut avoir l'opérateur en charge de la lever.

19La ligne de crête se poursuit vers le sud ouest et elle demeure très approximative sur la carte de l'état-major, quoiqu'elle soit en notable progrès depuis les levés sardes des années 1820.

Une controverse expliquée au Mont-Blanc

20Une difficulté dans l'expression cartographique intervient dans la succession de cartes qui décrivent le secteur du Mont-Blanc et l’approche par les cartes mérite une attention particulière.

21Les levés manuscrits du xviiie siècle décrivent une limite entre la Savoie et le reste du Piémont sur la ligne de crête, y compris au Mont-Blanc, mais aussi au Col de la Seigne ou Allée Blanche, au Petit-Saint-Bernard et au Mont-Cenis. C’est une limite intérieure au royaume sarde, mais elle suit la ligne de partage des eaux.

  • 5 Service historique de la défense, J 10 C 985, « Carte géométrique contenant les anciennes limites d (...)

22Une incursion par les textes issus de la délimitation renvoie à la question de la limite dite actuelle ou ancienne entre la Savoie et le Piémont maintes fois évoquée dans les argumentaires. Les commissions de délimitation auraient ainsi utilisé au profit de l'un ou de l'autre chacun de ces critères pour avantager ou non la France au sommet du Mont-Blanc. La référence à l'ancienne frontière se retrouve sur la Carte géométrique contenant les anciennes limites des provinces de la Tarentaise et de la Maurienne en Savoie avec celles de la Vallée d'Aoste du Canavois des provinces de Turin et de Suse dressée en 17975, conservée au service historique de la défense et établie suivant le traité de Paris (fig. 2). L'ancienne limite est en réalité celle qui laisse le Mont-Cenis et l'hospice du Petit-Saint-Bernard du côté du Piémont, et donc celle qui servira de référence en 1860. Ainsi, en ces deux points clés de la défense du territoire, bien davantage qu'au sommet du Mont-Blanc, la frontière avantage-t-elle le Piémont, avec une référence à l'ancien tracé, corroboré par la carte. Cette carte n'apporte d'ailleurs qu'une connaissance sommaire de la ligne de crête du massif du Mont-Blanc. La frontière est censée passer par les sommets, quoique ceux-ci soient décrits de manière incomplète et nommés de façon confuse. La délimitation n'englobe pas le sommet du Mont Blanc comme une crête militaire.

  • 6 Horace Bénédict de Saussure parle du « double sommet » du Mont-Blanc vu de l’Est dans une relation (...)

23Cependant, lors des délimitations qui suivent le traité de 1796, la fixation de la frontière sur les points avancés et sur les plateaux du côté du Piémont constitue un avantage pour la France et incite les membres de la commission à reculer la frontière vers le versant piémontais. C’est clairement le cas pour le secteur du Mont-Cenis, rattaché à la France ; c’est beaucoup moins net ailleurs. Au Mont-Blanc, le sommet est en réalité mal appréhendé ; il est considéré comme double, entre le Mont-Blanc proprement dit (4 810 m) et le Mont-Blanc de Courmayeur (4 756 m) qui n’est pas isolé à l’époque et qui est en réalité situé sur une ligne de crête qui n’est pas frontière. Par conséquent, englober ces deux sommets est satisfaisant du point de vue de la perception du paysage que l’on a à l’époque6 et qui reste celle depuis Courmayeur mais relève d’une impossibilité topologique lorsque le contour des cimes est mieux connu. Les documents de 1797 ou encore la Carte des Alpes de Raymond ne détaillent pas cette particularité. Il faut attendre les levés réalisés par les officiers piémontais en 1823 pour commencer à voir représenter une chaîne montagneuse affinée, où apparaît l’épaulement du Mont-Blanc de Courmayeur, mais sans la dénomination. L’officier en charge du quart nord-est de la feuille Monte-Bianco va relever le défi de transformer la ligne sur la crête entre les deux Mont-Blanc en une petite surface triangulaire formant encoche vers le sud, à l’est du sommet. Le tracé suit la crête entre les deux sommets, puis rejoint d’un trait droit vers le nord la crête vers le Mur de la côte. C’est ainsi qu’une partie de la calotte de glace du sommet se retrouve rattachée à la Savoie, plus pour rendre franco-piémontais le double sommet que pour englober l’ensemble à la France. Cette limite inscrite sur le document cartographique le plus précis disponible au moment de l’annexion est reprise sur la carte qui est jointe au règlement de délimitation faisant suite à la cession de la Savoie à la France.

24Davantage qu’une interprétation liée à la frontière ancienne ou actuelle, il s’agit d’une adaptation d’un tracé aux connaissances cartographiques du moment et à l’expression qui est donnée de la ligne de crête.

  • 7 La carte de Savoie, histoire de la représentation d'un territoire.

25Lorsque le capitaine Mieulet dirige les levés pour la carte de l’état-major dans le massif en 1863, en vue de la publication des feuilles de Vallorcine et d’Annecy, il reprend l’ensemble des travaux de triangulation et cherche à restituer un maximum de détails. Par son procédé par visées sur un certain nombre de sommets du massif il peut affiner la complexité du tracé de la crête frontière, sans toutefois parvenir à traiter complètement la sinuosité des parties rocheuses. Le sommet du Mont-Blanc, qu’il escalade, est toutefois restitué d’une manière complète. Le dôme habituellement figuré se transforme en une arête de neige proche de la réalité. Les courbes de niveaux sur les parties glaciaires, quoique dessinées à l’estime, aident à la compréhension des pentes et des formes du relief. À l’est du sommet, le tracé de la frontière est globalement conforme à l’esprit de la carte de délimitation tout en suivant une courbe à 4 620 m. À l’ouest, une incursion est faite sur les pentes de neige où elle suit la courbe 4 620 m en contrebas des deux sommets identifiés. Cette extension vers l’ouest qui ne couvre que 12 ha place toutefois le sommet totalement sur le territoire français. Ce tracé est repris dans l’édition lithographiée de la carte du Mont-Blanc au 1/40 000 et dans l’édition gravée de la carte de France au 1/80 000. Elle est reproduite sur la carte du ministère de l’intérieur à partir des années 1880. Entre-temps, en 1869, paraît la carte sarde au 1/50 000 issue des levés des années 1820, en décalage et tardivement par rapport à la cession à la France7. Cette carte inaugure un tracé selon la version italienne qui ne reprend pas le tracé de la carte de délimitation et qui se réfère à la stricte ligne de partage des eaux, utilisant ainsi et paradoxalement l’apport des levés français déjà effectués (fig. 3).

Comparaison des tracés de frontière sur les cartes du Mont-Blanc ; tableau de l’auteur

Décennie

Carte

Échelle

Tracé de la frontière

1820

Levés de l’état-major sarde

1/50 000

Inflexion au sud-est

1860

Levés des officiers d’état-major

1/40 000

rattachement sommet

1860

Carte du massif de Mont-Blanc

1/40 000

rattachement sommet

1860

Carte de l’état-major sarde

1/50 000

Ligne de crête

1860

Carte de l’état-major

1/80 000

rattachement sommet

1880

Carte du ministère de l’intérieur

1/100 000

rattachement sommet

1940

Carte de France

1/20 000

Extension pentes neige

26La carte au 1/20 000 des frères Vallot inaugure le procédé de photogrammétrie terrestre ainsi qu’un levé aux instruments très détaillé des sommets et de la ligne de crête. S’ils ne tracent pas la frontière, du moins leurs levés se limitent-ils à la crête frontière, tout en faisant une incursion sur le versant est du Mont-Blanc, jusqu’au Mont-Blanc de Courmayeur, ce qui rend leur choix très proche du tracé de la carte de délimitation de 1862 (fig. 4).

27Lors de l’établissement de la nouvelle carte de France au 1/20 000 en 1949, l’Institut géographique national utilise les procédés de photogrammétrie aérienne qui améliorent considérablement l’exactitude des levés et des contours de la ligne de crête. Pour autant, l’extension côté italien est plutôt agrandie vers le sud, jusqu’aux rochers, englobant toutes les pentes neigeuses du sommet jusqu’aux courbes 4 520 m et 4 540 m. Cette ligne est depuis lors reprise dans toutes les éditions de la carte tant au 1/20 000 qu’au 1/25 000 et jusqu’à la feuille de la série TOP 25 des années 1990. Il est vraisemblable que dans le contexte des rectifications de frontières de 1947, l’IGN ait cru possible sans que ce soit écrit d’appliquer les mêmes principes qu’au Mont-Cenis, au Mont-Thabor ou au Mont-Genèvre. À cette occasion la référence aux plateaux et sommets du traité de 1796 a été très largement exploitée, reculant le tracé de quelques centaines de mètres en divers points du massif, comme dans les Grandes Jorasses ou au col du Géant. Les combats de 1944 et 1945 dans la vallée Blanche n’ont pas été non plus étrangers à cette recherche d’avantages tactiques (fig. 1).

28La limite des neiges peut-elle rappeler une crête militaire au-dessus des rochers ? C’est oublier que la pente de neige de l’ordre de 50° à cet endroit ne constitue aucunement un plateau et le placement de la frontière est en fait en pleine pente. La seule crête militaire est en fait le Mont-Blanc de Courmayeur visible de l’Italie. Les officiers sardes avaient en leur temps adopté ce point de vue et les officiers d’état-major français l’ont repris mais en forçant l’avantage.

29Il faut enfin remarquer que tant le capitaine Mieulet que les ingénieurs de l’IGN réalisent leur campagne de levés assez profondément en territoire italien, de l’ordre de 4 à 5 km selon les endroits, dans la mesure où ils cartographient tout le versant italien du massif depuis le petit col Ferret jusqu’au Col de la Seigne, soit par des levés terrestres restitués dans la carte au 1/40 000 du capitaine Mieulet, soit par des photographies aériennes à la fin des années 1930 publiées sur la carte de France au 1/20 000. Il s’agit d’un cas unique, avec l’enclave de Llivia en Cerdagne, dans la cartographie du territoire par les opérateurs publics, ni le versant suisse n’étant cartographié directement, ni les autres régions limitrophes de la France se trouvant sur les feuilles frontalières n’étant davantage objets de levés directs.

30Ainsi, l’extension du territoire français sur les cartes du service géographique de l’armée puis de l’IGN a pour origine des difficultés à appréhender la ligne de crête avant les levés directs sur le terrain et surtout la photographie aérienne. Un sommet jugé double, une limite interprétant ce fait sur une carte en progrès mais imparfaite ont renforcé la tendance à faire accroître le territoire savoyard puis français au sud du sommet. La qualité des levés de la carte d’état-major, quoique remarquable par ailleurs, comporte des lacunes dans les points reculés des massifs alpins et aussi pyrénéens qui ne seront corrigées qu’au xxe siècle. Il faut donc remettre les capacités à lever les zones montagneuses dans le contexte d’époque et ne pas faire d’anachronisme dans les interprétations données par les officiers d’état-major au tracé de la frontière, mais plutôt comprendre le cheminement technique et intellectuel qui a abouti au résultat actuel. Les cartes et leur histoire constituent par leur expression particulière les merveilleux outils de cette meilleure compréhension.

Bibliographie

Sources cartographiques imprimées

Dépôt de la Guerre, Carte de France, 1/80 000, feuilles Vallorcine Annecy Albertville.

Dufour Guillaume-Henri (dir.), Carte topographique de la Suisse, 1/100 000, feuille XVII.

Institut géographique national, Carte de France, 1/20 000, feuilles Cluses n° 4, n° 8, Chamonix n° 1-2, n° 5-6, Mont-Blanc n° 1-2, Saint-Gervais-les-Bains n° 4, n° 8.

Institut géographique national, Massif du Mont-Blanc, 1/20 000, 1 feuille, vers 1969.

Institut géographique national, Mont-Blanc, 1/25 000, carte touristique, 2 feuilles, 1973.

Institut géographique national, Carte de France, 1/25 000, feuilles Chamonix Saint-Gervais, série bleue.

Service topographique fédéral, Carte nationale de la Suisse, 1/25 000, feuilles Barberine Col de Balme Grand-Saint-Bernard.

Raymond Jean-Baptiste, Carte des Alpes, 1/200 000, feuille Annecy.

Siegfried (dir.), Atlas topographique de la Suisse, 1/50 000, feuille Martigny Gd St Bernard Combin.

Stato Maggiore di Sardegna, Carta topographica degli stati in terraferma di S.M. Il re di Sardegna, 1/50 000, feuille Monte Bianco.

Vallot Henri et Charles, Carte du Massif du Mont-Blanc, feuilles Mont-Dolent Tacul Col du Géant Mont-Blanc.

Bibliographie

Aliprandi Laura et Giorgio, La découverte du Mont Blanc par les cartographes, Ivrée, Priuli et Verlucca, 2000.

Aliprandi Laura et Giorgio, Les grandes Alpes dans la cartographie 1482-1885, Grenoble, Libris, 2007, 2 vol.

Berthaut Henri, La carte de France 1745-1898, Paris, Service géographique de l’armée, 1898.

Chandellier Antoine, « Mais à qui appartient le Mont-Blanc ? », Le Dauphiné libéré, 11 septembre 2011.

Guichonnet Paul, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France 1860 et nous, Montmélian, La fontaine Siloé, 2003.

Guichonnet Paul et Mollier Christian, À qui appartient le Mont-Blanc ? Montmélian, La fontaine Siloé, 2013.

Guilhot Nicolas, Histoire d'une parenthèse cartographique les Alpes du Nord dans la cartographie topographique française aux 19e et 20e siècles, Thèse soutenue le 29 novembre 2005 [en ligne] www.agnouede.fr/spip.php?article253.

Images de la Montagne, de l'artiste cartographe à l'ordinateur, Paris, Bibliothèque nationale, 1984.

La carte de Savoie, histoire de la représentation d'un territoire, Chambéry, Musée Savoisien, 1988.

Saussure Horace-Bénédict de, Voyages dans les Alpes, Paris, Fischbacher, 1891 [1779].

Annexes

Illustrations

Figure 1 : Tracé de la frontière de la carte de l’état-major reporté sur la carte actuelle au 1/25 000 du service topographique fédéral © collection de l’auteur.

Figure 1 : Tracé de la frontière de la carte de l’état-major reporté sur la carte actuelle au 1/25 000 du service topographique fédéral © collection de l’auteur.

Figure 2 : Croquis à partir d’un extrait de la carte géométrique contenant les anciennes limites des provinces de la Tarentaise et de la Maurienne en Savoye avec celles de la vallée d’Aouste du Canavois des provinces de Turin et de Suse © dessin de l’auteur.

Figure 2 : Croquis à partir d’un extrait de la carte géométrique contenant les anciennes limites des provinces de la Tarentaise et de la Maurienne en Savoye avec celles de la vallée d’Aouste du Canavois des provinces de Turin et de Suse © dessin de l’auteur.

Figure 3 : Extrait de la carte de l’état-major sarde feuille Monte-Bianco ; en rouge le tracé de la commission de délimitation © collection de l’auteur.

Figure 3 : Extrait de la carte de l’état-major sarde feuille Monte-Bianco ; en rouge le tracé de la commission de délimitation © collection de l’auteur.

Figure 4 : Extrait de la feuille Mont-Blanc de la carte Vallot au 1/20 000 © collection de l’auteur.

Figure 4 : Extrait de la feuille Mont-Blanc de la carte Vallot au 1/20 000 © collection de l’auteur.

Figure 5 : Tracé comparatif de la frontière entre la carte du procès-verbal de délimitation (en rouge), de la carte Mieulet et de l’état-major (en bleu) sur fond de la carte IGN série bleue de 1980 © collection de l’auteur.

Figure 5 : Tracé comparatif de la frontière entre la carte du procès-verbal de délimitation (en rouge), de la carte Mieulet et de l’état-major (en bleu) sur fond de la carte IGN série bleue de 1980 © collection de l’auteur.

Notes

1 Images de la montagne, de l'artiste cartographe à l'ordinateur.

2 H. Berthaut, La carte de France 1745-1898.

3 L. et G. Aliprandi, La découverte du Mont-Blanc par les cartographes et Les grandes Alpes dans la cartographie 1482-1885.

4 P. Guichonnet et C. Mollier, À qui appartient le Mont-Blanc ?

5 Service historique de la défense, J 10 C 985, « Carte géométrique contenant les anciennes limites des provinces de la Tarentaise et de la Maurienne en Savoye avec celles de la vallée d’Aouste du Canavois des provinces de Turin et de Suse dont la désignation est tracée par une ligne en bleu pour les confins de la Savoye avec le Piémont, en lilas ceux entre la vallée d’Aouste le Faucigny et le Valais ; la couleur rouge indique enfin les limites suivant le dernier traité de paix du 5 mai 1796. »

6 Horace Bénédict de Saussure parle du « double sommet » du Mont-Blanc vu de l’Est dans une relation d’ascension dans le secteur du Cervin ; voir H.-B. de Saussure, Voyages dans les Alpes.

7 La carte de Savoie, histoire de la représentation d'un territoire.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tracé de la frontière de la carte de l’état-major reporté sur la carte actuelle au 1/25 000 du service topographique fédéral © collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 2 : Croquis à partir d’un extrait de la carte géométrique contenant les anciennes limites des provinces de la Tarentaise et de la Maurienne en Savoye avec celles de la vallée d’Aouste du Canavois des provinces de Turin et de Suse © dessin de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 : Extrait de la carte de l’état-major sarde feuille Monte-Bianco ; en rouge le tracé de la commission de délimitation © collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Figure 4 : Extrait de la feuille Mont-Blanc de la carte Vallot au 1/20 000 © collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2052/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Figure 5 : Tracé comparatif de la frontière entre la carte du procès-verbal de délimitation (en rouge), de la carte Mieulet et de l’état-major (en bleu) sur fond de la carte IGN série bleue de 1980 © collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/2052/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

Auteur

Officier en chef
Docteur en géographie

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search